Skip to navigation – Site map
Quand l'Algérie proteste
Slogans, discours et temporalités du hirak algérien : convoquer le passé pour réinterpréter l’avenir

« L’Indépendance, c’est maintenant ! »1 Réflexion sur le soulèvement populaire en Algérie2

« Now it’s time for Independence!» Reflection on the Popular Upheaval in Algeria
Naoual Belakhdar
p. 105-116

Abstracts

Since the 22nd of February 2019, Algeria is witnessing an unprecedented popular upheaval in its postcolonial history. Millions of Algerian citizens, from all genders, classes, ages and ideologies took to the streets across the whole national territory in order to oppose a 5th mandate of Abdelaziz Bouteflika and to ask for the departure of the entire system. If President Bouteflika’s resignation on April 2nd did not launch a proper transition democratic process, the most notable transformations are unfolding at the societal level.

Drawing on fieldwork gathered through participant observation and formal and informal interviews with ordinary citizens who « became revolutionaries » in March and April 2019 in Algiers, Annaba and Ouargla as well as on the insights of social movement studies, this paper will reflect on the movement’s genealogy as well as on its links to previous mobilizations. The paper will also formulate first hypothesis as to the following questions: How are these events called by Algerian citizens? What kind of imaginaries are carried by the slogans and demands expressed throughout the different types of mobilisations? What kind of transformations have been launched at the level of the subjectivities and the collective level? And finally: what are we witnessing? Should this movement be read only through the lens of Algeria’s political history or as a moment in the cycle sparked by the Arab upheavals in 2011?

Top of page

Full text

  • 1 . Entretien informel avec une octogénaire, mars 2019, Annaba. Dans cet entretien, cette femme dont (...)
  • 2 . Une première version de ce texte a été présentée dans le cadre d’une journée d’études organisée p (...)

1Depuis le 22 février 2019, l’Algérie connait une mobilisation populaire inédite dans son histoire postcoloniale. Des millions d’Algérien.e.s sont sorti.es sur l’ensemble du territoire national pour exprimer dans un premier temps leur opposition à la perspective d’un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika et progressivement exiger le départ de toutes les figures du système, comme en témoigne l’injonction clé de ce soulèvement yatnahaw ga’, « qu’ils s’en aillent tous ! ».

2Si le départ de Bouteflika face à la pression populaire et à la suite de l’intervention de l’état-major le 2 avril n’a pas amorcé un processus de transition au sens du passage d’un type de régime autoritaire à un régime démocratique (Carothers, 2002), c’est au niveau de la société que se sont opérées les transformations les plus notables.

3La présente contribution est le fruit d’une recherche de terrain effectuée entre mars et avril 2019 à Alger, Annaba et Ouargla, constituée d’observations in situ et d’entretiens formels et informels avec notamment des citoyens ordinaires « devenus révolutionnaires » (El Chazli, 2012). Notre recherche, qui puise dans les apports de la sociologie des mouvements sociaux et s’inscrit dans une perspective processuelle, s’intéresse aux transformations à l’œuvre à un niveau infra-politique institutionnelle. Elle se propose de mener une réflexion sur la généalogie de ce soulèvement populaire ainsi que son lien avec des mobilisations passées.

4Pour ce faire, nous avons formulé un certain nombre d’interrogations initiales : comment sont nommés ces événements par les citoyens et citoyennes algériennes ? Quels imaginaires sont véhiculés par les slogans et revendications exprimés lors des différents types de mobilisation ? Quelles transformations ont été déclenchées tant au niveau subjectif et que collectif ? Et, in fine, à quoi assistons-nous ? Faut-il lire ce mouvement populaire uniquement à partir de l’histoire politique algérienne ou en tant que moment d’un cycle enclenché par les dynamiques régionales des révolutions arabes de 2011 (Djermoun, 2019) ? Pour tenter de répondre à ces interrogations, nous formulerons dans un premier temps des hypothèses quant aux raisons de ce soulèvement, nommé hirak chaabi (« mouvement populaire » en français). Dans un deuxième temps, nous nous pencherons sur les caractéristiques du hirak pour finalement nous intéresser aux transformations induites par ce moment révolutionnaire.

Un soulèvement inédit à plusieurs niveaux

5Sans prétendre à une analyse exhaustive des raisons de ce soulèvement, nous aimerions, de prime abord, formuler quelques hypothèses pour comprendre le basculement massif d’une partie considérable de la société algérienne dans des actions collectives d’une ampleur inédite, alors qu’elle était majoritairement restée « à l’écart » des révolutions arabes de 2011 et du mouvement Barakat contre le 4e mandat d’Abdelaziz Bouteflika en 2014.

  • 3 . Le terme de choc moral, développé par James Jasper, désigne un type d’expérience sociale dans laq (...)
  • 4 . Huffpost Maghreb, 2019, « Le FLN offre un cadre ... au cadre du président Bouteflika », 9 février (...)

6L’explication la plus apparente est l’indignation largement partagée face à l’annonce officielle de la candidature du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, gravement malade, pour un cinquième mandat. Elle a indéniablement agi comme un « choc moral » au sens de Jaspers3 (Jaspers 1997, ainsi que Gould 2003). En effet, les termes de « honte », mépris », « humiliation », « grotesque », « insulte », », « dégoût » (Djaafar, 2019 ; Benfodil, 2018) circulaient dans la sphère publique pour décrire la réaction à la perspective, puis à l’annonce présidentielle qui n’était au final que le point culminant d’une mise en scène jugée surréaliste et grotesque par un certain nombre d’observateurs. On pourrait citer à cet égard plusieurs épisodes : la fête nationale, le 5 juillet 2018, où un portrait surdimensionné du président a défilé sur une avenue centrale en lieu et place de la personne d’Abdelaziz Bouteflika incapable d’apparaître en public ; la cérémonie du 1er novembre 2018 où Abdelaziz Bouteflika a donné l’image jugée affligeante d’un président de la République, physiquement amoindri, se recueillant à la mémoire des martyrs ; le meeting du FLN du 9 février 2019 durant lequel un tableau fut offert au portrait du président4. Aussi, si l’annonce officielle de la candidature de Bouteflika à sa succession, le 10 février 2019, a agi comme un de catalyseur, les raisons du soulèvement sont certainement plus profondes et puisent dans une crise multidimensionnelle du système politique et les transformations de la société algérienne.

  • 5 . Entretien informel avec un citoyen quadragénaire, 8 mars 2019, Alger.

7Au durcissement autoritaire et au sentiment diffus d’une « dégradation générale de la situation sociale »5, à laquelle participent la hausse des prix à la consommation ainsi que la dévaluation progressive de la monnaie nationale, entrainant la baisse du pouvoir d’achat, s’ajoute l’absence structurelle de perspectives pour une grande partie de la population. Celle-ci se traduit d’ailleurs par un désir d’émigration de plus en plus prononcé, même parmi les classes moyennes.

8Or, l’argument clé, selon nous, serait qu’une série de facteurs aurait progressivement changé la perception du régime (Kurzman, 1996), plus précisément de sa cohésion et de sa capacité à garantir la stabilité du pays. En 2011, alors que l’on assistait déjà à l’effondrement de l’État libyen à la suite de la chute du régime de Qadafi et à une militarisation de la révolte syrienne, le pouvoir algérien a su faire valoir sa légitimité à assurer ladite stabilité auprès d’une large partie de la population. C’est déjà moins le cas en 2014, où à l’occasion de la campagne pour un 4e mandat, le président est déjà fortement contesté. La perception de la cohésion du régime s’est indéniablement érodée à l’aune de la « lutte des clans » et de l’incapacité du cercle dirigeant à trouver un successeur au président gravement malade, renforçant la perception d’un régime profondément en crise dont les ressources symboliques et matérielles s’amenuisent (Serres 2014). Un facteur additionnel résiderait dans la divulgation, notamment à travers les Panama Papers, d’une série d’affaires de corruption (Dris 2017) ainsi que la tournure de plus en plus criminelle d’une partie du gouvernement, dont témoigne l’implication présumée de (hauts) fonctionnaires du régime dans le trafic de 701 kg de cocaïne interceptés par la marine espagnole durant l’été 2018. Finalement, ce même été 2018, l’épidémie de choléra qui a sévi dans la pays, indice supplémentaire des défaillances structurelles du système de santé, a contribué à renforcer l’impression d’une incapacité apparente des pouvoirs publics à garantir la santé et la sécurité des citoyens (Benderra, 2018), voire à menacer directement la stabilité du pays.

Le hirak, entre rupture et continuité

9À la suite de l’annonce officielle de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika, des premières manifestations ont eu lieu dans des petites et moyennes villes, notamment à Kherrata le 16 février. Elles sont suivies, le 19 et 21 février, de marches et d’actions protestataires à Annaba, Khenchela et Bordj Bou Arreridj. Si le mouvement a commencé à se déployer dans la périphérie, il faut toutefois souligner que le basculement s’est opéré le 22 février, lorsque, à la suite de la circulation d’appels anonymes à manifestation contre un 5e mandat sur les réseaux sociaux, une masse critique de citoyens et de citoyennes ont défilés dans les rues d’Alger où toute forme de rassemblement était interdite depuis 2001. Deux facteurs méritent d’être soulignés pour comprendre le succès de ces appels : ils contenaient un mot d’ordre clair et consensuel – « non au cinquième mandat » – et n’émanaient d’aucune organisation ou parti politique. Par ailleurs, l’absence du recours à la violence, à la fois de la part des forces de l’ordre et des manifestants, a conjuré la peur du chaos.

10Depuis, nous assistons à un soulèvement populaire inédit par son ampleur, son intensité et son inscription sur l’ensemble du territoire national. Ses temps forts se sont cristallisés chaque vendredi, journée de mobilisation générale, et chaque mardi, grâce aux manifestations des étudiants. Ce mouvement, non seulement caractérisé par sa mixité en termes de classe, de genre, de génération et d’idéologie, mais aussi marqué par son inscription dans la durée, a résisté aux tentatives d’affaiblissement menées par les autorités en essayant de le diviser ou de le réprimer.

  • 6 . Par le terme « moment révolutionnaire », les auteurs entendent « une séquence historique durant l (...)

11Fait notable, ce mouvement vécu comme un « moment révolutionnaire » (Allal et Pierret, 2013, p. 15)6 se situe à la croisée de plusieurs temporalités, comme en témoignent les choix des modes d’action – nourris d’expériences propres à l’histoire politique algérienne, mais également des révolutions arabes de 2011 – ainsi que les imaginaires et références historiques évoqués dans les divers slogans récurrents, tels « Algérie libre et démocratique », rappelant les luttes pour la démocratie des années 1990 (Bellaloufi, 2013), « Pouvoir assassin » et « Ulac smah ulah » – « il n’y aura pas de pardon ! », issus des mobilisations du Printemps Noir en Kabylie de 2001 (Roberts, 2014). De même, les chants habituellement scandés dans les stades par des jeunes généralement issus de quartiers populaires, exprimant une colère contre l’injustice, le mal-vivre et l’absence de perspectives donnent le ton, au sens propre du terme, aux manifestations. Ils témoignent de processus de politisation plus anciens, l’État étant désigné comme la raison de leur souffrance (Amara, 2012).

  • 7 . Ceci n’a pas exclu l’occurrence d’échauffourées entre jeunes et forces de l’ordre pendant les pre (...)

12Les appels anonymes ayant initié le soulèvement rappellent étrangement le début des émeutes d’octobre 1988 (Le Saout et Rollinde, 1999). Contrairement à ce moment fondateur du pluralisme politique algérien, qui était, dans sa composante sociologique, majoritairement jeune et masculin, marqué par l’usage de la violence contre des symboles de l’État et victime d’une répression sanglante de la part des forces de l’ordre et de l’armée, le mouvement du 22 février est bâti sur un répertoire d’action qui utilise des moyens foncièrement pacifiques, comme en témoigne le mot d’ordre silmiya, ce qui est à la fois le résultat et la raison de la présence importante de femmes et de citoyen.ne.s de tous âges7. Comme le souligne un jeune de 23 ans, issu de la Casbah :

  • 8 . Entretien avec un groupe de jeunes issus de quartiers populaires, mené à Alger, lors de la manife (...)

« On veut montrer au monde entier qu’on est pacifique, qu’on aime notre pays. […] Ils veulent provoquer le peuple pour qu’il casse et qu’ils installent ensuite l’état d’urgence afin que Bouteflika reste aussi longtemps qu’il voudra, pour qu’il n’y ait plus de manifestations, plus rien, pour que le pays retourne en arrière, comme ça s’est passé dans les années 1990 ! »8

  • 9 . Observations lors des manifestations à Alger et Ouargla, mars-avril 2019.
  • 10 . Entretiens informels avec des militants de gauche, Alger, mars 2019.

13À l’instar des soulèvements de 2011, le mouvement est porté par des « profanes de la politique » (El Chazli, 2012) et est caractérisé par une absence de leaders et d’organisations. Ainsi observe-t-on dans la première phase du mouvement une forme de discrétion de la part des militants et des partis politiques, qui évitaient de mettre en avant leurs sigles ou symboles partisans lors de leur participation aux différentes manifestations9. Cette attitude, ainsi que la méfiance et le rejet résolu de toute forme de représentation et d’encadrement du hirak, s’expliquent notamment par l’échec d’expériences passées : par exemple, le mouvement citoyen en Kabylie, apparu dans le contexte du « Printemps Noir » en 2001, avait suscité de nombreux espoirs dans un premier temps. Or il a fait l’objet de tentatives de cooptation couronnées de succès10. Par ailleurs, le régime algérien a su, dans un soucis de pérennisation de la gouvernance autoritaire, tout au long de son histoire infiltrer les mouvements contestataires, coopter les militants et pratiquer le « clonage » d’organisations, processus par lequel de « nombreuses associations se sont démultipliées en raison de scissions internes ayant conduit une partie de leur leadership à créer une autre association, agissant dans le même domaine et avec globalement les mêmes revendications, sans pour autant que les deux associations s’engagent dans une relation de coopération » (Dris Ait-Hamadouche, 2017).

  • 11 . Autrement dit d’un « capitalisme de connivence » (Hachemaoui, 2011).
  • 12 . On pourrait noter ici que le slogan emblématique des révolutions de 2011, « Le peuple veut la chu (...)

14Le hirak est par ailleurs caractérisé par une forme de radicalisme, comme en témoigne le passage rapide de slogans exprimant un refus du cinquième mandat (« Il n’y aura pas de cinquième mandat, Bouteflika », « L’Algérie est une république, pas une monarchie ») et une dénonciation de la corruption et du crony capitalism11 (« Vous avez mangé le pays, oh voleurs ! ») à la revendication d’un changement radical du système politique, comme l’indiquent les injonctions « El chaab yourid yatnahaw ga’ »-« Le peuple veut qu’ils s’en aillent tous 12! » et « Qu’ils soient tous jugés ! ». Au bout de quelques semaines, et particulièrement depuis le coup de force du chef de l’état-major, Ahmed Gaid Salah, les slogans se cristallisent autour de revendications d’une refonte totale du système politique, notamment en ce qui concerne la place de l’Armée (« L’Algérie est une République et non pas une caserne », « État civil, pas militaire »).

  • 13 Observations lors de la manifestation à Alger 5 avril 2019.

15Ce radicalisme peut sembler à la fois surprenant, au sens où il contraste avec la réticence d’une grande partie de la population à s’engager dans des mobilisations initiées par la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie en 2011 (Baamara, 2012) et par le collectif « Barakat » contre le quatrième mandat en 2014. Pourtant, les citoyen.ne.s algérien.ne.s renouent avec une histoire politique radicale héritée de la guerre de libération nationale, communément appelée thawra, la Révolution, dans la continuité de laquelle ils s’inscrivent. En témoignent les innombrables références aux figures de la guerre de libération nationale sur des affiches, telles que « Ben M’hidi, tu peux reposer en paix, tes fils ont pris la relève »13 ; la présence d’anciennes combattantes, dont Djamila Bouhired, dotée de son capital symbolique ; et in fine, le slogan, « Le Peuple veut l’Indépendance », devenu hégémonique à partir des manifestations du 5 juillet 2019, exprimant la volonté de renouer avec les promesses d’émancipation, de dignité, de justice et de liberté.

  • 14 . Entretien mené à Alger lors de la manifestation du 22 mars 2019.
  • 15 . Voir à cet égard la critique de Kirsten Scheid (2012) : « January 2011 is not the first time Arab (...)

16Ainsi, face au caractère massif et inédit de l’évènement, il y a un sentiment prédominant de vivre un moment historique. Comme l’indique un jeune étudiant en master, rencontré le vendredi 22 mars sur les hauteurs de la rue Didouche, il y a « un avant » et « un après 22 février ». Il affirme être sorti manifester dans la rue pour la première fois le 22 février, « c’est là que le peuple s’est libéré »14.  Si l’événement constitue indéniablement une rupture, il convient de relativiser l’idée, véhiculée par un certain nombre de médias algériens et internationaux, d’un « éveil de la société », suggérant implicitement que cette dernière aurait été « endormie », voir apathique15.

17Or, outre les différents épisodes de protestations de masse, tels le Printemps Berbère en 1980, les émeutes d’octobre 1988 ou le Printemps Noir de 2001, force est de constater que durant la période post-guerre civile, l’espace contestataire algérien était traversé par différents types d’acteurs et un large registre de protestations. On pourrait citer, à titre d’exemple, la multiplication de grèves et d’actions syndicales menées par diverses catégories socioprofessionnelles et de syndicats autonomes au cours des années 2000 (Beddoubia, 2015), ainsi que l’activisme de diverses associations politiques. Le Sud a connu par ailleurs ces dernières années une recrudescence de mouvements sociaux, notamment dans le Mzab (Dufresne Aubertin, 2017), mais également à Ouargla, Tamanrasset, Adrar et In Salah autour de questions liées à l’emploi, au développement, à la citoyenneté et à la justice sociale, ainsi qu’autour de l’opposition aux projets d’exploitation du gaz de schiste (Belakhdar, 2019 ; Hadj-Moussa, 2017 ; Hamouchene, 2016).

18Les émeutes locales quasi quotidiennes (Bennadji, 2011) – que l’on a trop souvent réduites à leur dimension sociale – ont servi, comme nous l’avons rappelé ailleurs, de moyen pour renégocier les relations État-société en dehors des canaux de participation politique conventionnels (Belakhdar, 2013). Il faudrait par ailleurs également souligner la prévalence de nombreuses pratiques de résistance au quotidien mises en oeuvre par des « gens ordinaires », comme « l’empiètement silencieux » au sens d’Asef Bayat (Bayat, 2000 ; Hecking, 2014), des pratiques discursives ainsi que des actions subversives telles que la harga (Chena, 2016), mais également l’humour (Moussaoui 2006 ; Dahak 2018) et le boycott des élections (Dris-Hamadouche, 2009).

19Les propos d’un groupe de jeunes de la Casbah, relatifs à leurs expériences dans les stades, sont particulièrement éclairants pour saisir la profondeur du processus de politisation dans des espaces non conventionnels :

« Jeune 1 : On a grandi dans les stades, c’est là qu’il y avait la liberté d’expression.

Jeune 2 : Quand tu chantes [dans les stades], tu sors tout ce que tu as sur le cœur. Au stade, tu es libre. La conscience politique, c’est là qu’elle a commencé.

Jeune 3 : Même le 22 [février], ceux qui ont cassé le mur de la peur, ceux qui ont fait les manifs, c’était les jeunes des stades, soit ceux d’El Harrach, de la Casbah ou de Bab el Oued.

  • 16 . Entretien, vendredi 22 mars 2019, Alger.

Jeune 1 : Malgré leurs tentatives de tuer la politique dans ce pays, ils n’ont pas réussi. [...] Pourquoi, on disait que le peuple algérien n’est pas politisé, qu’il ne parle pas de politique ? Si tu allais dans un stade, tu pouvais voir qu’ils parlaient de [l’ancien premier ministre] Ouyahia, de Bouteflika, qu’ils parlaient de tous. C’est à dire…la politique n’était jamais morte dans ce pays et ne s’est jamais éteinte au sein du peuple». 16

20Notons à cet endroit que le hirak constitue, à plusieurs égards, une mise à l’épreuve d’approches classiques pour appréhender les relations État-société en Algérie, notamment en ce qui concerne une conception étroite du politique, ainsi que de la dimension mécaniste d’approches stato-centrées comme le paradigme rentier, menant à ce que l’historien britannique, Edward P. Thompson (1971), nommait une « conception spasmodique de l’histoire populaire ». Ainsi, contrairement aux affirmations du paradigme de l’État rentier, qui réduit les différentes formes de résistance et de contestation sociale à une logique de rent seeking (de recherche de rente), elles ont été l’expression d’un rejet du système politique et d’un profond désir de changement. Indéniablement, le mouvement du 22 février a agi comme un catalyseur et a enclenché une convergence d’énergies longtemps contenues.

Un moment transformateur

21En ce qui concerne les acquis du hirak, on pourrait citer un certain nombre d’effets majeurs sur les reconfigurations du pouvoir politique, à commencer par le départ du président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril 2019, puis l’annulation de l’option du cinquième mandat, ainsi que celle des deux échéances électorales prévues respectivement pour le 18 avril et le 4 juillet 2019. Si la « guerre contre la corruption » ordonnée par le chef d’état-major, Ahmed Gaid Salah, contre le cercle rapproché de l’ancien président, parmi lequel on compte des oligarques et hommes d’affaires, mais également des hommes politiques honnis par de nombreux citoyen.ne.s, à l’instar des anciens premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, répond à une partie des revendications populaires, elle s’inscrit davantage dans une logique de perpétuation du système. Ainsi, face à la perspective d’un durcissement autoritaire, c’est au niveau de la société que nous constatons que de réelles transformations sont en cours.

  • 17 . « Midan moments are episodes within a delienated space that are characterized by intense affectiv (...)

22Les différentes mobilisations de masse donnent lieu à ce que Bilgin Ayata et Cilja Harders (2019) appellent des midan moments, c’est-à-dire des moments de rupture durant lesquels des registres émotionnels préexistants de peur, de haine, de répression ou de respect pour l’ordre politique sont remis en question. Ces moments peuvent engendrer des nouvelles manières d’être et de se situer par rapport aux autres, mais également donner lieu à de nouveaux conflits et tensions. Ainsi, ils seraient tout à la fois empreints de la possibilité d’un changement social et d’une ambivalence, au sens où ils pourraient porter en eux les germes de ce qui limiterait ces potentialités (Ayata et Harders, 2019, p. 279)17.

  • 18 . Déclaration de l’écrivain lors du débat, Arab World: Turn of an Era? Arab and European Perspectiv (...)

23À l’instar des propos tenus en 2011 par l’écrivain libyen Hichem Mattar: « It is not only the political landscape that changed, but also the landscape of the Self »18, on constate que le mouvement du 22 février a enclenché un processus de réconciliation des citoyen.nes.s algérien.nes entre eux et avec eux-mêmes. Ainsi, cette réconciliation de la société, dont le lien social a été mis à l’épreuve par une violence fratricide dans les années 1990, des politiques autoritaires de construction de savoirs visant à installer la méfiance mutuelle entre les citoyen.ne.s, et, finalement, par une instrumentalisation de conflits ethnolinguistiques, doit être pensée comme un processus non-linéaire, entaché de tensions (notamment liées à des questions de genre, de classe et d’idéologie). Si le fait même de lutter ensemble à cette échelle semblait inconcevable quelques semaines avant le soulèvement (Djabi, 2012, p. 30), on a assisté au cours des différentes mobilisations à une célébration des notions de « peuple », de fraternité et de solidarité (« Les Algériens sont des frères »).

24Quant à la réconciliation avec l’image de soi, elle s’exprime notamment par la joie d’avoir retrouvé ou réaffirmé sa dignité, de (re)nouer avec son histoire et son identité révolutionnaire, comme l’illustre un chant très présent, « Nous sommes encore révolutionnaires », repris notamment par le carré des féministes. Comme il a été évoqué plus haut, le hirak constitue avant tout une rupture avec des routines contestataires, engendrant de nouveaux types de sociabilité à travers des pratiques de solidarité intenses (partage d’eau, de nourriture, de soins et de sécurité pendant les manifestations…), qui déconstruisent par là-même un certain nombre d’idées reçues sur « soi », véhiculées par le mythe d’une société essentiellement violente et de citoyens foncièrement caractérisés par une « mentalité rentière ».

  • 19 . Badis Salah, 2019, « “This is a Republic not a Kingdom”: a dispatch from the street protests swee (...)
  • 20 . Observations entre mars et avril 2019.

25Face à ce que l’écrivain algérien Salah Badis a nommé « l’extension du domaine des possibles »19, on a pu constater une volonté de s’impliquer et une dynamique de politisation de la société, réhabilitant en passant le politique. En dehors de la création de différents collectifs au niveau des universités et au sein du mouvement féministe, de très nombreuses initiatives ont émergé, permettant de renouer le lien social notamment dans le cadre de débats publics organisés par des collectifs d’artistes devant les marches du Théâtre National d’Alger ou par des citoyens dans des espaces publics à Ouargla permettant, comme dans une Agora, de débattre ensemble, de se redécouvrir en tant que citoyen.ne.s et de se réapproprier l’espace public. Des initiatives telles « Balances tes mots ! », créées pendant les premiers mois par des militant.es de gauche, s’inscrivaient dans la volonté de donner un contenu à un des slogans des vendredi, « Ce pays est le nôtre, on y fait ce qu’on veut », en occupant des espaces publics pour y déclamer des poèmes, des chants, des paroles en arabe, en tamazight ou en français20.

26Les groupes nettoyant les rues après les manifestations du vendredi s’inscrivent dans une même optique. Comme l’a souligné un étudiant, rencontré lors de la marche du vendredi 22 mars :

  • 21 . Entretien avec un groupe de jeunes âgés de 23 à 29 ans issus du quartier populaire de la Casbah.

« [Depuis le 22 février], j’ai ressenti que le pays est retourné à son propriétaire. […] …avant, les gens cassaient, qu’est-ce qu’ils te disaient ? Ils te disaient : “Normal, c’est à l’État”. Maintenant, comme tu peux constater, les gens ramassent les poubelles. Tu sens que le pays est retourné à son propriétaire. »21

27Cette citation laisse entrevoir une opposition entre un sentiment d’aliénation de la société avec l’espace public, dont les citoyens, « propriétaires légitimes », auraient été exclus avant le 22 février. Elle indique, par ailleurs, un processus de réappropriation de cet espace, notamment à travers les pratiques du nettoyage, qu’on peut lire comme une performance d’une citoyenneté exemplaire.

Conclusion : Face-à-face entre pouvoir et société

  • 22 On pourrait citer à titre d’exemple l’incarcération de militants tels l’ancien combattant de la gue (...)

28Près de neuf mois après le début de la contestation, on assiste à un face-à-face inédit entre la société et le pouvoir. Le tournant répressif inauguré depuis le coup de force d’Ahmed Gaid Salah, le 2 avril, se traduit progressivement par des mesures visant à verrouiller l’accès à la capitale, ainsi qu’à rétrécir les espaces de manifestation. Par ailleurs, la mort en détention du militant des droits de l’Homme Kamel Eddine Fekhar le 28 mai 2019, à la suite d’une grève de la faim, et la vague d’arrestations et d’incarcérations visant des manifestants et des militants politiques22 en raison notamment de la criminalisation du port du drapeau amazigh et d’accusations d’atteintes à la sécurité nationale, indiquent la volonté des tenants du pouvoir à intimider, diviser et dissuader les manifestants. Or, une masse critique de citoyen.ne.s continue à faire preuve d’une persévérance et d’une détermination sans faille dans le but de conquérir une réelle souveraineté, permettant au hirak de s’installer dans la durée et de mettre en péril l’imposition par le pouvoir de sa feuille de route comme en témoigne la difficulté pour les candidats à la présidentielle prévue le 12 décembre 2019 de tenir une campagne électorale sur le terrain.

29Si l’issue de cette lutte reste ouverte et que la société demeure partagée sur les modèles de transition et les degrés réels de compromis qui se cachent derrière l’injonction « yatnahaw ga’ », il n’en demeure pas moins que les processus de politisation et d’auto-organisation en cours ainsi que les transformations des subjectivités auront un effet à long terme sur le rapport des citoyen.ne.s au politique.

Top of page

Bibliography

Aït-Aoudia Myriam, 2015, « Des émeutes à une crise politique : les ressorts de la politisation des mobilisations en Algérie en 1988 », Politix, 4, n°112, p. 59-82.

Allal Amin et Pierret Thomas (dir.), 2013, Au cœur des révoltes arabes. Devenir révolutionnaires, Paris, Armand Colin/Recherches.

Amara Mahfoud, 2012, « Football Sub-Culture and Youth Politics in Algeria », Mediterranean Politics, vol. 17, n°1, p.41-58.

Ayata Bilgin et Harders Cilja, 2019 « Midān Moments », in Slaby Jan et al. (dir.), Affective Societies - Key Concepts, London; NY: Routledge.

Baamara Layla, 2011 « (Més)aventures d’une coalition contestataire : le cas de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) en Algérie », L’Année du Maghreb, VIII, p. 161-179.

Bayat Asef, 2000, « “From‚ Dangerous Classe” to “Quiet Rebels” », Politics of the Urban Subaltern in the Global South», International Sociology, vol. 15 (3), p.533-557.

Bellaloufi Hocine, 2012, La Démocratie en Algérieréforme ou révolution ? Alger, APIC/Lazhari Labter.

Beddoubia Siham, 2015, « Mobilisation syndicale dans le secteur de la fonction publique en Algérie et rapport à l’État : le cas des syndicats d’enseignants de la wilaya d’Oran », Insaniyat, n° 67, p. 79-90.

Belakhdar Naoual, 2013, « Political participation beyond the polling station. Insights from Tizi-Ouzou », in Bouziane Malika et al. (dir.), Local Politics and Contemporary Transformation in the Arab World - Governance Beyond the Center, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Belakhdar Naoual, 2019, “When unemployment meets environment. The case of the anti-fracking coalition in Ouargla”, Mediterranean Politics, 24, 4, p. 420-442.

Bendarrra Omar, 2018, « Un été à Alger : Cocaïne, charlatanisme et choléra », Algeria Watch, 4 septembre 2018, <https://algeria-watch.org/?p=69228>.

Bennadji Chérif, 2011, « Algérie 2010: l’année des mille et une émeutes », L’Année du Maghreb, vol. 7, p. 263–269.

Benfodil Mustapha, 2018, « Les images de Bouteflika et l’image de l’Algérie: Insoutenable ! », El Watan, 5 novembre 2018., <https://www.elwatan.com/edition/actualite/les-images-de-bouteflika-et-limage-de-lalgerie-insoutenable-05-11-2018>.

Camau Michel et Vairel Frédéric, 2014, “Révolutions” et recompositions politiques », in Camau Michel, Vairel Frédéric (dir.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe, Montréal, Les Presses Universitaires de Montréal.

Carother Thomas, 2002, « The End of the Transition Paradigm », Journal of Democracy, vol. 13 n° 1, p. 5-21.

Chena Salim, 2016, Les traversées migratoires dans l’Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l’exil, Paris, Karthala.

Dahak Bachir, 2018, Les Algériens, le rire et la politique. De 1962 à nos jours, Tizi-Ouzou, Éditions Franz Fanon.

Dahou Tarik, 2015, « Les marges transnationales et locales de l’État algérien », Politique Africaine, n° 137, p. 7-25.

Djabi Nacer, 2012, « The Impasse of Political Transition in Algeria. Three Generations and two scenarios », Arab Center for Research and Policy Studies.

Djaafer Said, 2019, « Avertissement. Ce peuple mérite de vivre libre sur cette terre », Huffpost Maghreb, <https://www.huffpostmaghreb.com/entry/avertissement-ce-peuple-merite-de-vivre-libre-sur-cette-terre_mg_5c7112e6e4b03cfdaa558ae9>.

Djermoun Nadir, 2019, « Éléments de réflexion sur la déferlante populaire en Algérie », Contretemps. Revue de Critique Communiste, <https://www.contretemps.eu/algerie-deferlante-populaire>.

Dris Cherif, 2017 « Algérie 2016 : Révision constitutionnelle sur fond de normalisation de l’impunité », L’Année du Maghreb, n° 17, p. 245-256.

Dris-Ait Hamadouche Louisa, 2009, « L’abstention en Algérie : un autre mode de contestation politique », L’Année du Maghreb, n°5, p. 263-273.

Dris-Ait Hamadouche Louisa, 2017, « La société civile vue à l’aune de la résilience du système politique algérien », L’Année du Maghreb, n°16 | 2017, p. 289-306.

El Chazli Youssef, 2012, « “Sur les sentiers de la révolution” Comment des Égyptiens “dépolitisés” sont-ils devenus révolutionnaires ?, Revue française de science politique, 2012/5, vol. 62, p. 843-865.

Gould Deborah, 2003, « Passionate Political Processes: Bringing Emotions Back Into the Study of Social Movements » in Goodwin Jeff et al. (dir.), Rethinking Social Movements: Structure, Meaning, and Emotion, Lanham, MD: Rowman & Littlefield, p. 155-175.

Hachemaoui Mohammed, 2011 « La corruption politique en Algérie : l’envers de l’autoritarisme », Esprit, n° 6, p. 111-135.

Hadj-Moussa Ratiba, 2017, « The Double Presence of Southern Algerians: Space, Generation and Unemployment», in Ayyash Mark Muhannad et Hadj-Moussa Ratiba (dir.) Protests and Generations. Legacies and Emergences in the Middle East, North Africa and the Mediterranean, p. 198-223.

Hamouchene Hamza, 2016, The Struggle for Energy Democracy in the Maghreb, Rosa-Luxemburg Stiftung.

Hecking Britta, 2014, « Die Besetzung der Straße – Jugendliche am Platz der Märtyrer, Algier 1988/2011 », in Gertel Jörg et Ouaissa Rachid (dir.), Jugendbewegungen – Städtischer Widerstand und Umbrüche in der arabischen Welt, Bielefeld, Transkript Verlag, p. 130-147.

Jaspers James, 1997, The Art of Moral Protest: Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, Chicago (III), The University of Chicago Press.

Kurzman Charles, 1996, « Structural Opportunities and Perceived Opportunities in Social Movement Theory: Evidence from the Iranian Revolution of 1979 », American Sociological Review; n°61, p. 153-170.

Le Saout Didier et Rollinde Marguerite(dir.), 1999, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb. Perspective comparée, Paris, Karthala-Institut Maghreb-Europe.

Moussaoui Abderrahman, 2006, De la violence en Algérie. Les lois du chaos, Actes Sud/MMSH, Paris, p. 358-388.

Roberts Hugh, 2014, Algérie-Kabylie. Études et interventions, Alger, Éditions Barzakh.

Scheid Kirsten, 2012, « On Arabs and the Art Awakening : Warnings from a Narcoleptic Population », Jadaliyya, 31 aout, <https://www.jadaliyya.com/Details/26989>.

Serres Thomas, 2014 « En attendant Bouteflika. Le président et la crise de sens en Algérie », L’Année du Maghreb, n°10, p. 59-75.

Top of page

Notes

1 . Entretien informel avec une octogénaire, mars 2019, Annaba. Dans cet entretien, cette femme dont le frère est mort au maquis pendant la guerre de libération nationale (1954-1962) faisait un parallèle entre les sacrifices demandés à sa génération pour se libérer du joug colonial et ceux que devrait fournir la jeunesse d’aujourd’hui. Elle évoquait avec émotion que le moment était venu de réaliser « la véritable Indépendance » et de se « libérer de la mafia qui a fait tellement de mal au pays ».

2 . Une première version de ce texte a été présentée dans le cadre d’une journée d’études organisée par Amin Allal (IRMC) et Leyla Dakhli, (Centre Marc Bloch) le 24-25 avril 2019 à Tunis. Je remercie les organisateurs ainsi que les intervenant.es pour les échanges fructueux.

3 . Le terme de choc moral, développé par James Jasper, désigne un type d’expérience sociale dans laquelle un événement ou une situation suscite une réaction d’indignation si puissante, parfois ressentie physiquement, qu’elle pousse des individus à s’engager dans des actions collectives.

4 . Huffpost Maghreb, 2019, « Le FLN offre un cadre ... au cadre du président Bouteflika », 9 février 2019, <https://www.huffpostmaghreb.com/entry/le-fln-offre-un-cadre-au-cadre-du-president-bouteflika-video_mg_5c5edbe8e4b0eec79b23cf1d>.

5 . Entretien informel avec un citoyen quadragénaire, 8 mars 2019, Alger.

6 . Par le terme « moment révolutionnaire », les auteurs entendent « une séquence historique durant laquelle le comportement des acteurs est orienté par la conviction de participer (ou, dans le cas des dirigeants, de faire face) à une authentique révolution. » (Allal et Pierret, 2013, p. 15).

7 . Ceci n’a pas exclu l’occurrence d’échauffourées entre jeunes et forces de l’ordre pendant les premiers mois. Elles ont d’ailleurs couté la vie à un jeune, Ramzi Yettou, qui a succombé le 19 avril à ses blessures.

8 . Entretien avec un groupe de jeunes issus de quartiers populaires, mené à Alger, lors de la manifestation du 22 mars 2019.

9 . Observations lors des manifestations à Alger et Ouargla, mars-avril 2019.

10 . Entretiens informels avec des militants de gauche, Alger, mars 2019.

11 . Autrement dit d’un « capitalisme de connivence » (Hachemaoui, 2011).

12 . On pourrait noter ici que le slogan emblématique des révolutions de 2011, « Le peuple veut la chute du régime » a été utilisé de manière plutôt marginale, comme pour se démarquer de ce moment largement associé dans la sphère publique aux issues malheureuses des soulèvements en Libye, en Syrie ou au Yémen à titre d’exemple.

13 Observations lors de la manifestation à Alger 5 avril 2019.

14 . Entretien mené à Alger lors de la manifestation du 22 mars 2019.

15 . Voir à cet égard la critique de Kirsten Scheid (2012) : « January 2011 is not the first time Arabs have “awakened.” […] How many times can Arabs wake up before they get on with their day? Or perhaps the more logical question to stem from the repeated sightings is, “How quickly can Arabs fall asleep after such exciting historical moments?” What is this narcoleptic population??” ».

16 . Entretien, vendredi 22 mars 2019, Alger.

17 . « Midan moments are episodes within a delienated space that are characterized by intense affective relationalities engendered through the bodily co-presence of protesters as well as practices related to these spaces. We define Midan moments as moments of rupture in which pre-existing emotional repertoires of fear, hate, repression, or respect for the political order are destabilized. They can potentiate new ways of being and relating to each other, but also can raise new conflicts and tensions. Midan moments are imbued with a sense of possibility for social change as well with ambivalence, as they may already contain- and make vivid- the limits of these possibilities. » (Ayata et Harders, 2019, p. 279).

18 . Déclaration de l’écrivain lors du débat, Arab World: Turn of an Era? Arab and European Perspectives on the Current Situation in North Africa, organisé par Haus der Kulturen der Welt, 27 mars 2011, Berlin.

19 . Badis Salah, 2019, « “This is a Republic not a Kingdom”: a dispatch from the street protests sweeping Algeria », Raseef22, 21 mars, <https://raseef22.com/article/1072443-this-is-a-republic-not-a-kingdom-a-dispatch-from-the-street-protests-sweeping-algeria>.

20 . Observations entre mars et avril 2019.

21 . Entretien avec un groupe de jeunes âgés de 23 à 29 ans issus du quartier populaire de la Casbah.

22 On pourrait citer à titre d’exemple l’incarcération de militants tels l’ancien combattant de la guerre de libération nationale, le Moudjahid Lakhdar Bouregaa, Karim Tabou (Union démocratique et sociale) ou Fodil Boumala mais également de nombreux militants de l’association RAJ (Rassemblement Action Jeunesse) dont son cofondateur Hakim Addad et son président Abdelouahab Fersaoui incarcérés pour motifs de menacer la sécurité nationale et de porter atteinte au moral de l’armée.

Top of page

References

Bibliographical reference

Naoual Belakhdar, « « L’Indépendance, c’est maintenant ! » Réflexion sur le soulèvement populaire en Algérie », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 105-116.

Electronic reference

Naoual Belakhdar, « « L’Indépendance, c’est maintenant ! » Réflexion sur le soulèvement populaire en Algérie », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 19 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5280

Top of page

Author

Naoual Belakhdar

Freie Universität, Berlin

Top of page