Navigation – Plan du site
Quand l'Algérie proteste
Des mouvements sociaux territorialisés : le Maghreb, des marges au centre

Politiser le regard sur les marges. Le cas du mouvement « sur la voie 96 » d’Imider

Politicize the look on margins. The case of Imider’s «96» movement
Soraya El Kahlaoui et Koenraad Bogaert
p. 181-191

Résumés

En partant d’une enquête ethnographique au long cours (2014-2017) portant sur le mouvement « sur la voie 96 » d’Imider, cet article interroge les modalités de politisation des communautés marginalisées. Située au sud-est du Maroc, Imider est une petite commune rurale connue pour abriter le plus grand gisement d’argent en Afrique. L’exploitation du gisement minier par le groupe Managem, filiale de la holding royale, fait face à une contestation forte de la part des communautés locales depuis ses débuts dans les années 1970. Ce faisant, c’est à partir de 2011, que les habitants d’Imider se sont organisés autour d’un mouvement « sur la voie 96 » pour revendiquer d’abord, un droit à l’eau, puis, de manière générale, une juste répartition des richesses. Les militants ont occupé le « Mont Alebban » et fermé, durant les neuf dernières années, la principale vanne de la pompe à eau ravitaillant la mine. En partant d’une description des manières dont le mouvement « sur la voie 96 » a réussi à s’imposer dans l’espace public et plus largement dans le champ politique, l’objectif visé par cet article est d’inscrire l’étude des mobilisations des communautés marginalisées dans une analyse politique plus globale. L’hypothèse défendue vise ainsi à montrer en quoi une étude qui prend au sérieux les ressorts politiques des mobilisations des marges peut aider à comprendre le processus de changement et de transformation socio-politiques en cours au Maroc depuis 2011.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Le mot arabe hirak signifie mouvement.
  • 2 . Mouvement de contestation né dans le Rif en octobre 2016 et déclenché par le décès de Mohcine Fik (...)

1Depuis 2011, le Maroc vit des secousses politiques venant bousculer les manières de faire et les modalités de structuration des mouvements sociaux que le pays avait connus jusqu’à présent. Le surgissement du hirak1 dans le Rif à la fin du mois d’octobre 20162 et l’engouement populaire qu’il a suscité au cours de l’année 2017 ont rendu visible le long processus de maturation de ce qu’il convient d’appeler un « mouvement des marges » dont la formation avait été jusqu’ici souterraine. En effet, bien avant 2011, en dehors de quelques mouvements qui ont pu bénéficier d’une certaine couverture médiatique, tels que ceux qui ont surgi à Bouarfa et Sidi Ifni (Benafla et Emperador Badimon, 2011) ou encore dans le cadre de la Coordination contre la vie chère, une multitude d’autres mouvements ont éclos dans les marges comme l’illustre la grève des ouvriers d’Imini (2004), ou encore la lutte des habitants de Ben Smim contre la privatisation de la source d’eau du village (2008-2010). Ensuite, en 2011, au-delà du mouvement du 20 février (M20F ci-après) inscrit dans la dynamique des « printemps arabes », d’autres mobilisations plus localisées ont émergé comme, par exemple, à Douar Chlihat dans le Gharb (2012) où les habitants se sont soulevés pour dénoncer le chômage et la pollution causée par l’agrobusiness (Guennoun, 2012). Toutes ces actions collectives restées souvent invisibles sont révélatrices des méfaits du creusement des inégalités accéléré par l’entrée dans une « ère » néolibérale, illustrée par les mesures d’ajustement structurel promues par les institutions financières internationales (Catusse et Vairel, 2010). Elles ont révélé ainsi l’émergence d’un potentiel « mouvement des marges » opposant les populations locales à l’État autour de questions relatives au droit à la terre, à l’accès aux ressources naturelles locales (hydrauliques, halieutiques, minérales, etc.), ou au logement (Berriane, 2016 ; Bogaert, 2015 ; Rachik, 2014 ; Wilson, 2013). Néanmoins et malgré leur nombre, force est de constater que ces mobilisations demeurent sous-étudiées ou trop souvent analysées comme des mouvements protestataires a-politiques, résultats d’une colère populaire spontanée et incontrôlée (Bayat, 1997 et 2009).

  • 3 . La politisation décrit ici un processus par lequel une pratique sociale se transforme en une acti (...)

2Dans cet article nous formulons l’hypothèse selon laquelle ces contestations éparses, avec des spécificités concernant aussi bien le contexte qui les a portées que les formes de revendication, préfigurent un phénomène plus global : celui de la politisation des marges3. Ainsi, étudier les mouvements sociaux post-2011 à travers leurs marges revient à s’interroger sur les modalités de leur politisation. Cette hypothèse est partie d’un constat : les revendications du hirak du Rif, a priori considérées « moins politiques » que celles portées par le M20F en 2011, ont abouti à une déstabilisation plus profonde des structures de l’État. En effet, il n’est pas anodin que l’État ait jugé le hirak du Rif comme portant atteinte à sa sécurité intérieure, en accusant ses principaux meneurs de fomenter un complot contre l’État et d’appartenir à un mouvement séparatiste – alors que les manifestations étaient pacifiques et exprimaient des revendications fondamentalement socioéconomiques. C’est d’autant moins anodin que l’engouement suscité par le hirak du Rif traduit bien, selon nous, les conflits sous-jacents à la construction de l’État moderne au Maroc entre, d’un côté, une population (encore) structurée par son histoire « tribale », plus ou moins liée à la question de l’identité amazighe, et, de l’autre, la formation d’un État central qui se déclare, au nom d’un modernisme juridique hérité de la période coloniale, en droit de gouverner les territoires « tribaux ». Ce faisant l’action de l’État, en raison de l’intensification des réformes d’inspiration néolibérale, de l’extraction accrue des ressources naturelles et de l’accaparement/privatisation des terres collectives dans les zones rurales, a contribué à aggraver les tensions sociales au cours des dernières décennies (Mahdi, 2014).

3Pour vérifier notre hypothèse, cette étude se focalise sur le cas spécifique du mouvement « sur la voie 96 » d’Imider, une commune rurale située dans la Province de Tinghir au sud-est du Maroc, en lutte contre une société d’exploitation minière. Né en 2011, ce mouvement préfigure les formes renouvelées d’un mouvement plus ample des marges. Cette action collective n’est pas simplement le résultat d’une réaction en chaîne provoquée par le M20F, mais elle est le produit d’une histoire des mobilisations locales qui remonte, selon les cas, aux années 1980 ou 1990. À partir de données tirées d’une étude ethnographique au long cours (2014-2018) et de nombreux entretiens avec les militants du mouvement « sur la voie 96 » d’Imider, notre analyse s’attachera à mettre en évidence, à partir de ce cas spécifique, la politisation croissante des marges au Maroc tout en essayant de comprendre les processus de changements socioéconomiques et politiques en cours. En se fondant sur les analyses de l’historien Michel Ralph Trouillot (1995), nous souhaitons contribuer à rendre visible ces luttes marginales, souvent ignorées ou banalisées.

Le mouvement « sur la voie 96 » d’Imider : emblème des luttes des marginalisés au Maroc ?

4En août 2011, le mouvement d’Imider s’était fait remarquer en affirmant sa différence avec le M20F : il avait refusé de se ranger sous sa bannière. Les habitants d’Imider avaient décidé, à l’époque, de mener leur combat de façon autonome. Ils ont affirmé ce choix en montant un campement permanent sur le « Mont Alebban » à plus de 1 000 mètres d’altitude afin de fermer les vannes de la pompe à eau alimentant l’entreprise d’exploitation minière Managem, objet et cible de leur contestation. Le groupe minier marocain Managem, à travers sa filiale la Société Métallurgique d’Imider (SMI), gérée par la Société nationale d’Investissements, est lui-même une filiale de la holding royale Al-Mada (l’ancien groupe Omnium nord-africain). Jusqu’en 1996, la mine d’argent d’Imider a été exploitée par une entreprise publique qui, in fine, sera privatisée en 1998 au profit de la holding royale.

5Connue comme étant le gisement le plus riche d’Afrique, la mine aurait une capacité de production de 300 tonnes par an4, si l’on en croit les données fournies par le groupe Managem. Le mouvement « sur la voie 96 » d’Imider revendique la reconnaissance des droits économiques et sociaux de la tribu Ait Atta, spoliée, selon lui, par l’entreprise minière. Il peut être considéré comme le premier mouvement social « post-M20 février » à avoir subi une forte répression : 30 militants ont été arrêtés au cours de l’année 2012 et ont écopé de deux à quatre ans de prison. Les trois derniers prisonniers ont été relâchés en décembre 2017.

6En fait, dès son installation en 1969, l’exploitation de la mine d’argent d’Imider a engendré périodiquement des conflits mettant en prise l’entreprise et les communautés locales composées de sept douars. La première mobilisation historique a tout d’abord porté sur l’accaparement des terres collectives de la tribu Ait Atta au profit de l’installation minière. Ainsi, et pour reprendre les termes de Omar Moujane, militant au sein du mouvement « sur la voie 96 » : « les mobilisations de la commune d’Imider ont connu plusieurs étapes historiques » (Moujane, 2018). Selon lui, la première étape décisive a commencé en 1986, lorsque les habitants sont sortis manifester contre le creusement d’un puits sur leur terre pour dénoncer le manque d’études d’impact sur la nappe phréatique et accuser l’entreprise de n’avoir pas reçu d’autorisation de forage. La seconde étape démarre dix ans plus tard, en 1996, et marquera – symboliquement – la mobilisation actuelle. Cette année inspirera le nom du mouvement « sur la voie 96 » en 2011 en inaugurant le premier sit-in permanent des habitants contre la société Managem pour revendiquer un droit à l’eau et à une juste répartition des bénéfices entre l’entreprise et les communautés locales. Le 10 mars 1996, après 45 jours de sit-in, les forces de l’ordre interviennent et dispersent violemment les habitants (ibid., Benidir, 2017; Bogaert, 2018b; Rachik, 2014). Cette intervention a donné lieu, selon Omar Moujane (ibid.), à l’arrestation de 23 personnes (qui ont été relâchées le soir même), et au décès de l’un des habitants, Lahcen Ourahmane, aujourd’hui devenu un symbole du mouvement.

  • 5 . Sur les raisons du démantèlement du campement, les militants préfèrent pour le moment ne pas four (...)

7Le mouvement « sur la voie 96 » a continué à occuper le Mont Alebban en signe de protestation jusqu’au 17 septembre 2019, date à laquelle les manifestants ont décidé de démanteler le campement après neuf années de mobilisation5. Quelques jours plus tard, le 19 septembre, les autorités viendront démolir le campement.

8Les revendications du mouvement sont diverses. Si la symbolique du droit à l’eau est importante, en réalité le mouvement demande, bien plus largement, que les richesses tirées de l’extraction minière puissent bénéficier au développement local et que soit protégé l’environnement. Ainsi, en 2011, la mobilisation débute sur la base de la revendication du « droit à l’emploi », réclamant à la société Managem de ne pas restreindre l’accès au travail saisonnier d’été pour les étudiants d’Imider. C’est à partir de cette revendication qu’au fil des jours le mouvement « sur la voie 96 » se structure et que les habitants décident le 18 août 2011, de reprendre les termes de Omar Moujane et de « radicaliser » la protestation (op.cit., p. 45). Le 23 août, les militants du mouvement décident de monter un campement permanent sur le Mont Alebban pour couper la pompe à eau alimentant la mine. Lançant leur slogan emblématique en amazigh Aman Iman (« l’eau c’est la vie »), le mouvement dénonce la pollution des nappes phréatiques due au rejet de déchets miniers toxiques, ainsi que l’accaparement des ressources en eau par la mine au détriment de l’agriculture locale. Plus globalement, et comme en témoigne la dernière mise à jour de leur « dossier revendicatif » effectuée en juin 2019, les manifestants réclament toute une série de mesures : réparation des dommages causés à l’environnement par l’exploitation minière ; obtention de bourses pour les étudiants de la région ; formations à destination des habitants ; participation de Managem au développement du secteur de l’emploi en favorisant la création d’activités génératrices de revenus. Par-delà ces mesures ponctuelles, les protestataires revendiquent un droit « au développement local » assurant aux habitants des services publics décents (écoles, centres de soins, etc.).

9La détermination – somoud en arabe – de ce petit groupe de militants qui résident de manière permanente sur le Mont Alebban est un élément remarquable en soi. Avant son démembrement, on dénombrait encore une trentaine de résidents dans le camp. La « détermination » est d’ailleurs un mot-clé de l’un de leurs slogans. Et pour cause, en effet, malgré la médiatisation ponctuelle du mouvement, la mobilisation d’Imider n’a pas réellement bénéficié de l’attention qu’elle mérite au sein du champ d’analyse des mouvements sociaux. L’effet « Printemps arabe » en 2011 avait participé à orienter tous les regards vers les grands centres urbains délaissant les mobilisations des marges à l’échelle de toute l’Afrique du Nord (Abu-Lughod, 2012 ; Huber et Kamel, 2015). C’est en partant de ce constat que nous aimerions formuler notre questionnement : comment expliquer l’endurance des militants du mouvement « sur la voie 96 », alors que d’autres mouvements contestataires ont connu un déclin rapide à l’image du M20F, dès la fin 2011 (Bennani-Chraïbi et Jeghllaly, 2012) ?

10Vu le contexte d’émergence des premiers rassemblements à Imider (août 2011), on pourrait à première vue considérer que le sit-in sur le mont Alebban est un résultat direct ou un produit du « Printemps arabe », et de sa version marocaine, le M20F (Desrues, 2012 ; Molina, 2011). En effet, les chercheurs ont suggéré que le M20F avait créé un élan unique, un nouvel environnement politique que d’autres acteurs sociaux tentaient d’exploiter pour en tirer parti (Bergh et Rossi-Doria 2015 ; Rossi-Doria, 2016). Néanmoins cette hypothèse soulève une série de questions. Premièrement, comme nous l’avons vu, le sit-in d’Imider s’inscrit dans la continuité d’un processus de politisation des communautés locales, depuis l’installation du gisement minier. Il ne faut d’ailleurs pas sous-estimer le fait que les militants du mouvement sur la voie 96 ont décidé de ne pas se placer sous la bannière du M20F, comme d’ailleurs bien d’autres mouvements qui ont émergé dans les marges (tant urbaines que rurales) (Bergh et Rossi-Doria, 2015; Bogaert 2015 ; Rossi-Doria 2016).

11Partant de ce constat, nous proposons d’inverser l’hypothèse. Au lieu de considérer des mouvements tels que le mouvement « sur la voie 96 » d’Imider comme une conséquence du M20F, ne devrions-nous pas au contraire analyser ce dernier comme le point culminant d’un long processus de politisation des marges depuis des décennies ? En somme la question est : quel est le point le départ de l’historisation des mouvements (Desrues, 2013) ? Poser ce type de question ne revient toutefois pas à admettre qu’il existerait des liens directs entre les mobilisations urbaines de 2011 et des mouvements précédents dans des zones marginalisées. En réalité, comme le suggère Alice Wilson, « l’absence de lien de causalité […] n’exclut pas l’existence d’autres types de relations » (Wilson, 2013, p. 82).

12La reconnaissance et l’exploration de ces relations commencent par une compréhension particulière des marges elles-mêmes. Malgré des conceptions différentes, les marges (et la marginalisation) sont généralement appréhendées comme des espaces désavantagés et en proie à une vulnérabilité résultant de facteurs culturels, politiques, sociaux, économiques et environnementaux défavorables. Par conséquent, il est habituel de les présenter comme des sites de désordre, d’exclusion et/ou de déconnexion, soumis passivement à la domination d’un centre. Les capacités productives et de transformation des acteurs politiques opérant en marge sont souvent sous-exposées et/ou sous-estimées (Perlman, 2005 ; Roitman, 2004). Pourtant, bien plus qu’une condition, la marginalité nomme en réalité un effet produit activement par les forces politiques et les inégalités de pouvoir. En retour, cet effet sera très souvent activement contesté. En tant que tel, il est plus utile de conceptualiser les marges comme des sites de transformation et des espaces de créativité et de connexion (Das et Poole, 2004). Les marges ne sont pas tant des localisations géographiques que des relations de pouvoir socialement construites, constituées dans les interactions avec le « centre », l’« urbain » et le « global ».

Les révoltes des marges et leur invisibilisation

  • 6 . Entendue comme la conception qu’ont des groupes sociaux « de la justice en matière de pratiques é (...)

13Au Maroc la dernière décennie a été marquée par une augmentation constante des mobilisations, en particulier dans les zones rurales, les villages et les petites villes. Citons pour exemple Beni Taydi (en 2001), Tamassint (en 2004), Al Hoceima (2005), Bouarfa (2006), Sefrou (2007), Sidi Ifni (2008), Beni Mellal (2009), Sidi Bouafif (2010), Gdeim Izik (2010), Khouribga (2011), etc. Mais aussi après les événements de 2011, des manifestations similaires ont continué à faire irruption. Par exemple, citons le mouvement de lutte contre les micro-crédits qui a duré jusqu’en 2013, la coordination des vendeurs ambulants – ferachas – à Casablanca en 2015 contre le cantonnement de leurs activités, ou encore les nombreuses actions collectives contre les expulsions menées dans différents bidonvilles (Krimat, Scheiner, Carrières centrales, etc.). De nombreuses communautés marginalisées ont été – et sont toujours – mobilisées selon une « économie morale »6 (Scott, 2018 ; Thompson 1971 ; Walton et Seddon, 1994) caractérisée par un sentiment croissant d’injustice, alimentée par la marginalisation économique, la dépossession, le manque d’infrastructures et de services sociaux. Les luttes des marginalisés sont ainsi souvent motivées par des revendications de justice sociale et, dans des cas comme Imider, par les droits des autochtones, le contrôle des ressources naturelles et la justice environnementale. Selon une étude d’Abderrahmane Rachik (2014), le nombre de manifestations au Maroc est passé d’une moyenne de deux occurrences par jour en 2005 à huit en 2010 pour arriver à cinquante-deux en 2012.

14Malgré leur recrudescence, ces luttes demeurent largement invisibilisées par l’espace médiatique. D’autant que leur caractère discontinu ou sporadique les rend difficiles à documenter, même si certaines actions collectives peuvent durer des mois, voire des années et se transformer en mouvement organisé. Citons pour exemple le blocus du port local de Sidi Ifni en 2008, le boycott de la compagnie des eaux de Bouarfa entre 2006 et 2009 (Bennafla et Emperador, 2009) ou encore le mouvement des Soulaliyates qui a abouti à la création d’une alliance pour les droits d’utilisation des terres par les femmes en 2007 dans un contexte d’intensification de la marchandisation et de la dépossession de terres collectives (Berriane, 2016). De même, le camp de protestation organisé dans le désert de Gdeim Izik (Sahara occidental) en octobre 2010 a duré deux mois et a mobilisé un nombre sans précédent de Sahraouis réunis pour dénoncer la discrimination dans l’accès aux biens et services de l’État (Wilson, 2013). Après 2011, les émeutes contre le monopole d’État des phosphates, l’Office Chérifien des Phosphates (OCP), à Khouribga ont abouti à des mobilisations qui ont duré plusieurs mois (Bogaert, 2015), tandis que le combat des habitants expulsés de Guich Loudaya à Rabat a duré plus de quatre années (El Kahlaoui, 2017). En ce sens l’occupation du mont Alebban et le somoud des militants du mouvement « sur la voie 96 » s’inscrit dans ce qu’on peut appeler une tradition d’organisations des marginalisés.

15Malgré tous ces exemples, comment peut-on expliquer que les luttes des marginalisés soient si souvent délaissées par le champ d’analyse politique ? Si on part du travail de l’historien haïtien Michel-Rolph Trouillot, on peut constater que l’écriture et la réflexion sur les luttes des marginalisés se limitent généralement à deux types de catégorisation : soit ces luttes sont complètement absentes de l’espace médiatique et public, soit, lorsqu’elles trouvent le moyen d’exister, leur portée est minimisée. Trouillot (1995, p. 95-107), qui écrit sur la révolution haïtienne, affirme ainsi que la « silencisation » de ces luttes se produit de deux manières. La première consiste en ce qu’il a appelé « des formules d’effacement » conduisant à l’omission d’événements ou de tendances lourdes. L’effacement d’événements et de faits pertinents est particulièrement fréquent chez les observateurs généralistes tels que les journalistes, les experts politiques, les politiciens, etc. Leur incapacité à voir peut être liée à différentes raisons (idéologiques, méthodologiques, politiques, etc.). La seconde manière renvoie à une forme de banalisation. Celle-ci est principalement développée chez les chercheurs et les experts. Bien que les sentiments généraux d’injustice et de lutte sociale des marginalisés soient souvent reconnus, leur portée est minimisée, en particulier par rapport à d’autres mobilisations ou événements politiques se déroulant dans « le centre ». Pour toutes ces raisons, les mobilisations des communautés marginalisées sont souvent réduites à la description, sans bénéficier d’une réelle analyse politique. Ainsi, elles ne sont pas historicisées ni même saisies comme des pôles de contre-pouvoir déstabilisant l’autorité centrale au même titre que peuvent l’être les mouvements portés par les classes moyennes urbanisées. La distinction mentionnée ci-dessus entre les manifestations prétendument plus politiques du M20F et les soi-disant « simples » manifestations de contestation non-idéologique ou strictement socio-économiques des marges est un exemple édifiant.

16Maha Abdelrahman a fait valoir dans le cas de l’Égypte que cette notion de « hiérarchie des luttes » est problématique, puisque comprendre les protestations socioéconomiques comme des protestations « a-politiques » reviendrait à développer une vision étroite du politique (Abdelrahman, 2012, p. 615). Lorsque les marginalisés se battent pour de meilleures infrastructures, des services sociaux, un meilleur accès aux ressources naturelles et contre la dépossession, ils abordent ces problèmes à partir de leurs propres conceptions politiques en matière de justice, de développement et de propriété. Même si leurs préoccupations politiques ne sont pas celles des jeunes du M20F, et qu’elles sont exprimées dans un langage qui n’est pas celui de la « démocratie », elles n’en demeurent pas moins très politiques (Abu-Lughod, 2012 ; Rignall, 2016).

17Il serait d’ailleurs absurde de ne pas considérer ces différents types de luttes comme étant liés et faisant partie du même processus historique. Il ne faut pas oublier que même si les collectifs locaux du M20F dans les grands centres urbains (Rabat, Casablanca, Tanger) ont capté toute l’attention, le succès initial du mouvement s’est également construit sur la volonté de nombreux citoyens vivant en dehors de ces agglomérations de se joindre aux appels. En son temps, Rosa Luxemburg (2005) avait insisté avec force sur l’importance de cette question en affirmant, dans son ouvrage Grève Générale, que les expressions de résistances locales peuvent facilement se transformer en grands mouvements à l’échelle nationale. Cette évolution est rendue possible lorsque l’ouverture de « la structure des opportunités politiques » (Tarrow, 1994) consécutive à l’émergence d’une conjoncture politique volatile, rend possible la convergence de micro-mobilisations à une plus grande échelle. Une lecture contemporaine de son travail indique que les tentatives de compréhension du contexte post-2011 ne peuvent se limiter au « simple grand soulèvement lui-même», au « moment critique ». Une autre manière serait au contraire de partir de l’histoire de nombreux cas de protestation locale apparemment insignifiants au cours des années qui ont précédé ces grandes manifestations, en considérant qu’ils contribuent tous à la création d’un moment révolutionnaire (Luxemburg, 2005, p. 45). En d’autres termes, l’importance de 2011, mais également du hirak du Rif (2017), ne peut être comprise que dans la mesure où nous pouvons découvrir, pour citer un autre penseur révolutionnaire classique, « le mouvement historicisant qui lui donne forme et contenu » (Fanon, 2002 ; italiques ajoutés par les auteurs).

Devenir et rester visible : des stratégies de publicisation du mouvement « sur la voie 96 » d’Imider

18Dans ce contexte, le mouvement « sur la voie 96 » a, de par sa longévité, fait preuve d’une grande créativité pour devenir et rester visible sur la scène politique et médiatique. En multipliant les occasions de se rendre visible, le mouvement a su mobiliser différents moyens d’action. L’organisation de la vie dans le campement a occupé quotidiennement les militants du mouvement qui s’affairaient chaque jour pour se ravitailler en eau, cuisiner pour la communauté et pour monter à tour de rôle la garde, notamment par le biais de veilles de nuit. Chaque dimanche, les villageois d’Imider montaient sur le Mont Alebban pour se réunir. Agraw que l’on pourrait traduire par « assemblée » était la forme que prenait ce rendez-vous hebdomadaire entre les militants du mouvement et les habitants. Cette assemblée formée physiquement par une réunion en cercle réunissant femmes, hommes et enfants était l’occasion pour chaque habitant non seulement de s’exprimer sur l’avenir de la mobilisation, mais aussi pour les militants du mouvement de présenter à la population les différentes actions futures à propos desquelles un débat était ouvert. Chaque action était ainsi discutée par délibération commune entre les militants du mouvement et les habitants. Les décisions étaient prises par consensus. L’horizontalité du pouvoir et la voix donnée aux habitants sous la forme délibérative de l’agraw représentait, selon les dires des militants, le point essentiel qui a donné au mouvement sa légitimité et, partant, sa longévité.

19Finalement, l’occupation du Mont Alebban ces huit dernières années a fini par créer un « contre-espace » en devenant ce lieu de contestation symbolique où étaient organisées de nombreuses activités qui permettaient de maintenir la connexion du mouvement et des habitants d’Imider avec d’autres formes de mobilisations similaires à l’échelle nationale, voire internationale. Citons, par exemple, l’organisation d’un festival de films en novembre 2016 en parallèle à la tenue de la COP 22 organisée à Marrakech, réunissant des militants venus d’Algérie, de Tunisie, du Kenya et des Indigènes Navajos (Bogaert, 2018a). L’art tenait une place essentielle au sein du mouvement. Le mouvement a d’ailleurs produit un documentaire, réalisé par Nadir Bouhmouch, appelé Amussu, qui relate l’histoire de la lutte des habitants d’Imider. Sortie en 2019, le film a reçu le Grand Prix du Festival de documentaires FIDADOC à Agadir quelques mois plus tard. Il a par ailleurs été programmé dans plusieurs festivals internationaux. Au-delà de l’usage de l’art comme instrument de lutte, le mouvement « sur la voie 96 » restait également soucieux de maintenir une solidarité avec d’autres actions collectives qui se déroulent dans le pays. En janvier 2018, une caravane de solidarité, organisée en collaboration avec le comité de soutien aux prisonniers politiques du hirak du Rif regroupant des personnalités politiques, des militants, ainsi que les familles des prisonniers politiques à l’occasion de la libération des derniers détenus du mouvement, a culminé par la tenue d’une conférence de presse au Mont Alebban. Les participants y ont dénoncé la criminalisation des mouvements sociaux, notamment ceux à dominante écologique.

20In fine, si le mouvement « sur la voie 96 » d’Imider constitue aujourd’hui une action collective emblématique, c’est aussi parce qu’il symbolise, d’une manière ou d’une autre, une multitude de luttes éparses qui se structurent dans le monde rural autour des réseaux militants amazighs et qui portent sur la question du droit à la terre et aux ressources naturelles locales. Depuis 2011, de nombreuses micro-mobilisations qui s’installent dans le temps et se déploient dans divers terroirs ont posé, de façon souterraine, les premières pierres de mouvements postérieurs, tels que les hirak-s du Rif et de Jerada qui ont respectivement éclaté à la fin 2016 et 2017.

21Depuis 2011, le Maroc connaît de profondes secousses politiques. S’il est important de réfléchir aux raisons particulières de l’incapacité du M20F à produire un changement radical, l’expérience d’Imider peut en réalité nous aider à comprendre la continuité, l’évolution et la radicalisation du panorama des protestations au Maroc. Prêter attention à ce qui se passe dans les marges permet, selon nous, de mieux comprendre des formes de mobilisations plus amples tout en les inscrivant dans un processus historique de contestation politique en constante évolution où les marginalisés jouent un rôle de plus en plus important.

Haut de page

Bibliographie

Abdelrahman Maha, 2012, “A Hierarchy of Struggles? The ‘Economic’ and the ‘Political’ in Egypt’s Revolution”, Review of African Political Economy, 39 (134), p. 614-628.

Abu-Lughod Lila, 2012, “Living the ‘Revolution’ in an Egyptian Village: Moral Action in a National Space”, American Ethnologist, 39 (1), p. 21-25.

Badran Sammy Zeyad, 2019, “Demobilising the February 20 Movement in Morocco: Regime Strategies during the Arab Spring”, The Journal of North African Studies, p. 1-25.

Bayat Asaf, 1997, “Un-Civil Society: The Politics of the “informal people”, Middle East Report, 18, p. 53-72

Bayat Asaf, 2009, Life as Politics: How Ordinary People Change the Middle East, Standford University Press.

Belghazi Taieb et Moudden Abdelhay, 2016, “Ihbat : Disillusionment and the Arab Spring in Morocco”, The Journal of North African Studies, 21 (1), p. 37-49.

Benidir Mohammed, 2017, “Mobilisation Contre l’exploitation Minière. Le Cas de La Mine d’argent d’Imiter Dans Le Sud-Est Du Maroc (2011-2015)”, in Anthropologie Des Prédations Foncières. Entreprises Minières et Pouvoirs Locaux, ed. Michèle Leclerc-Olive, Paris, Édition des Archives Contemporaines, p. 47-60.

Bennafla Karine et Emperador Badimon Montserrat, 2011, “Movilizaciones Periféricas in Marruecos: Los Casos de Sidi Ifni y Buarfa”, in Desrues Thierry et Hernando de Larramendi Miguel (dir.), Marruecos 1999-2009: Régimen Político, Reformas y Cambio Social, Córdoba, Almuzara, p. 237-173.

Bennani-Chraïbi Mounia et Jeghllaly Mohamed, 2012, “La dynamique protestataire du Mouvement du 20 février à Casablanca”, Revue française de science politique, 62 (5), p. 867-894.

Bergh Sylvia I. et Rossi-Doria Daniele, 2015, “Plus Ça Change? Observing the Dynamics of Morocco’s ‘Arab Spring’ in the High Atlas”, Mediterranean Politics, 20 (2), p. 198-216.

Berriane Yasmine, 2016, “Bridging Social Divides: Leadership and the Making of an Alliance for Women’s Land-Use Rights in Morocco”, Review of African Political Economy, 43 (149, p. 350-364.

Bogaert Koenraad, 2015, “The Revolt of Small Towns: The Meaning of Morocco’s History and the Geography of Social Protests”, Review of African Political Economy, 42 (143), p. 124-140.

Bogaert Koenraad, 2018a, “Imider vs. COP22: Understanding Climate Justice from Morocco’s Peripheries”, JadMag (6.3), p. 30-32.

Bogaert Koenraad, 2018b, “Imider y El Movimiento 20 de Febrero: Sobre La Interacción Entre La Lucha Local y Las Protestats de Massas En Marruecos”, in Feliu Laura, Mateo Dieste Josep Lluis, Ferran Izquierdo Brichs (dir.), Un Siglo de Movilización Social En Marruecos, Barcelona: Edicions Bellaterra, p. 409-428.

Catusse Myriam, Vairel Frédéric, (2010), « Question sociale et développement : les territoires de l’action publique de la contestation au Maroc ». Politique Africaine. 120, p. 5-23

Das Veena et Poole Deborah (dir.), 2004, Anthropology in the Margins of the State. New Dheli: Oxford University Press.

Desrues Thierry, 2012, “Moroccan Youth and the Forming of a New Generation: Social Change, Collective Action and Political Activism”, Mediterranean Politics, 17 (1), p. 23-40.

Fanon Frantz. 2002. Les Damnés de La Terre. Éditions La Découverte et Syros.

Glasius Marlies et Pleyers Geoffrey, 2013, “The Global Moment of 2011: Democracy, Social Justice and Dignity”, Development and Change, 44 (3), p. 547-567.

Guennoun Souad, Maroc. La révolte Douar Chlihat, Loukos, région Ksar Kebir. CADTM, <http://www.cadtm.org/La-revolte-Douar-Chlihat-Loukos>, consulté le 14 octobre 2019.

Huber Daniela et Lorenzo Kamel, 2015, “Arab Spring: The Role of the Peripheries.” Mediterranean Politics, 20 (2), p. 127-141.

El Kahlaoui Soraya, 2017, « Au Nom de La Modernité: Dépossession de La Petite Paysannerie et Urbanisation. Le Cas de La Privatisation Des Terres Guich Loudaya à Rabat », Revue Marocaine des Sciences Politiques et Sociales, 14, p. 17-49.

Lagroye Jacques, 2003, « Avant-propos », in Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, Coll. Socio-histoires, , p. 3-5.

Leca Jean, 1973, « le repérage du politique », Projet, n° 71, p. 11-24.

Luxemburg Rosa. 2005. The Mass Strike. London, Bookmarks Publications.

Mahdi Mohamed, 2014, « Devenir Du Foncier Agricole Au Maroc. Un Cas d’accaparement Des Terres », New Medit, 13 (2), p. 2-10.

Molina Irene Fernández, 2011, “The Monarchy vs. the 20 February Movement: Who Holds the Reins of Political Change in Morocco?”, Mediterranean Politics, 16 (3), p. 435-441.

Moujane Omar, 2018, Le mouvement sur la voie 96 d’Imider, Mémoire de Licence, Université Mohammed V, Rabat.

Perlman Janice E, 2005, “The Myth of Marginality Revisited: The Case of Favelas in Rio De Janeiro, 1969-2003”, Hanley Lisa M., Ruble Blair A., Tulcin Joseph S. (dir.), Becoming Global and the New Poverty of Cities, Washington, DC: Woodrow Wilson International Center for Scholars.

Rachik Abderrahmane, 2014, Les Mouvements de protestation au Maroc, de l’émeute à la manifestation, Rabat, Forum des Alternatives Maroc.

Rignall Karen, 2016, “Solar Power, State Power, and the Politics of Energy Transition in Pre-Saharan Morocco”, Environment and Planning A: Economy and Space, 48 (3), p. 540-557.

Roitman Janet, 2004, “The Productivity in the Margins: The Reconstitution of State Power in the Chad Basin”, Das Veena et Poole Deborah (dir.), Anthropology in the Margins of the State, New Dheli: Oxford University Press, p. 191-224.

Rossi-Doria Daniele, 2016, “‘Le Printemps Démocratique’: Amazigh Activism in the February 20 Movement in Southern Morocco”, Contemporary Levant, 1(1), p. 64-75.

Scott James C., 2018, « L’économie morale des paysans », in Frédéric Graber et Fabien Locher (dir.), Posséder la nature. Environnement et propriété dans l’histoire, Paris, Éditions Amsterdam, p. 237-259.

Tarrow Sidney, Power in movement. Social Movements, Collective Actions and Politics, Cambridge University Press, 1994.

Thompson Edward P., 1971, “The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century”, Past & Present, (50), p. 76-135.

Trouillot Michel-Rolph, 1995, Silencing the Past. Power and the Production of History, Boston, Beacon Press.

Walton John et David Seddon, 1994, Free Markets and Food Riots: The Politics of Global Adjustment, Oxford, Blackwell Publishers.

Wilson Alice, 2013, “On the Margins of the Arab Spring”, Social Analysis, 57 (2), p. 81-98.

Haut de page

Notes

1 . Le mot arabe hirak signifie mouvement.

2 . Mouvement de contestation né dans le Rif en octobre 2016 et déclenché par le décès de Mohcine Fikri, un vendeur de poisson broyé par une benne à ordures alors qu’il essayait de récupérer sa marchandise confisquée par les autorités.

3 . La politisation décrit ici un processus par lequel une pratique sociale se transforme en une activité politique. Notre approche s’inscrit dans une perspective où les phénomènes sociaux ne sont pas tous politiques mais peuvent potentiellement le devenir dans la mesure où ils véhiculent des représentations et des pratiques conflictuelles construites comme politiques par les groupes sociaux (Lagroye, 2003 ; Leca, 1973).

4 . Voir le site web du groupe Managem : http://www.managemgroup.com/Activites/Operations/Mine-d-Imiter

5 . Sur les raisons du démantèlement du campement, les militants préfèrent pour le moment ne pas fournir d’informations.

6 . Entendue comme la conception qu’ont des groupes sociaux « de la justice en matière de pratiques économiques et leur définition pratique de l’exploitation » (Scott, 2018, p. 240).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soraya El Kahlaoui et Koenraad Bogaert, « Politiser le regard sur les marges. Le cas du mouvement « sur la voie 96 » d’Imider », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 181-191.

Référence électronique

Soraya El Kahlaoui et Koenraad Bogaert, « Politiser le regard sur les marges. Le cas du mouvement « sur la voie 96 » d’Imider », L’Année du Maghreb [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5555 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5555

Haut de page

Auteurs

Soraya El Kahlaoui

Post-doctorante, Middle East and North Africa Research Group (MENARG), Département des Études de Conflit et de Développement, Université de Gand.

Koenraad Bogaert

Professeur, Middle East and North Africa Research Group (MENARG), Département des Études de Conflit et de Développement, Université de Gand.

Haut de page