Skip to navigation – Site map
Quand l'Algérie proteste
Des mouvements sociaux territorialisés : le Maghreb, des marges au centre

Déclin des villes moyennes et conflictualité territoriale au Maroc. Les conséquences d’une pluralisation politique inachevée ?

Decline of medium-sized cities and territorial conflictuality in Morocco. The consequences of unfinished political pluralization?
David Goeury and Olivier Deau
p. 193-204

Abstracts

Morocco is regularly the scene of particularly strong localized mobilizations that remind us of the structural difficulties of generating development throughout the country. Today, the socio-economic indicators of many medium-sized cities reveal the lack of prospects for urban youth who suffer from a growing sense of relative deprivation. The stagnation or even economic decline of some medium-sized cities has favoured the redeployment of clientelist political networks wishing to occupy historical intermediation functions. However, while these networks hoped to renew their legitimacy by taking advantage of the process of advanced regionalisation, the intensity of the mobilisations, which were sometimes violent, were seized by the government in a context of conflict between the majority and the opposition. Governemental majority hopes to discredit local elected representatives and strengthens its influence. In the end, the dynamics of political pluralization appears to be unfinished because it renews dependency relationships between the center and the periphery without allowing the affirmation of local dynamics able to support inclusive territorial policies.

Top of page

Author's notes

This publication has received funding from the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme (grant agreement No 695674) ».

Full text

1Les hirak-s (« mouvement » en arabe) d’Al Hoceima et de Jerada ont marqué l’actualité marocaine depuis novembre 2016 (Desrues, 2018). Ils ont été abondamment relayés et soutenus par de larges secteurs de la société civile, medias, syndicats, associations de droits de l’Homme, créant, par ailleurs, un discours sur l’embrasement possible des périphéries à même de réactiver la dynamique de 2011 qui, rappelons-le, avait amené des mouvements disparates à répondre positivement à l’appel à manifester du Mouvement du 20 février (M20F) qui allait déboucher, dans les semaines suivantes, sur l’annonce d’une réforme constitutionnelle (Hibou, 2011 ; Goeury, 2015 ; Goeury, 2017). En effet, les hirak-s rappellent la situation économique difficile de nombreux autres chefs-lieux de province animés par des mouvements sociaux d’envergure comme Sidi Ifni et Bouarfa (Bennafla et Emperador Badimon, 2010) mais aussi Khouribga, Youssoufia, Sefrou, Tinghir, Taza, Laâyoune, Assa (Catusse et Vairel, 2015 ; Rachik, 2016).

2Par conséquent, ces contestations sont fréquemment analysées dans une dialectique de type centre/périphéries (Bennafla et Emperador Badimon, 2010) pour finalement interroger une relation particulière qui est celle de la monarchie aux territoires périphériques marocains, selon le principe de la nécessaire réponse au stress territorial (Naciri, 1999) à même de renouveler « l’hégémonie royale sur le développement » (Goeury, 2015 ; Hachimi Alaoui, 2017).

  • 1 . Autorité déconcentrée du ministère de l’Intérieur, le wali est un haut-fonctionnaire qui représen (...)

3Or, la nouvelle Constitution de 2011 et surtout la réforme territoriale de 2015 ont redéfini la répartition des compétences entre les conseils élus des collectivités territoriales et le pouvoir central. En contradiction avec les analyses présentant les annonces sur la régionalisation comme un artifice visant à désamorcer la contestation du M20F, tout en permettant à la monarchie d’apparaître à même de garder la maîtrise du calendrier institutionnel (Ferrié et Dupret, 2011), nous formulons l’hypothèse que ce processus s’inscrit dans une logique plus profonde initiée dès 2002 par la création du statut de wali de région1 et que le basculement opéré en 2015 revenait à faire le pari d’une transformation de la conduite technocratique des affaires locales privilégiée jusqu’alors en un pilotage pluralisé offrant aux élus la possibilité de devenir les acteurs principaux du développement local grâce à l’octroi de prérogatives élargies (Catusse et Karam, 2009 ; Benmoumen, 2017).

  • 2 . Lettre royale du 9 janvier 2002.

4Cependant, des crises localisées sont venues révéler les dysfonctionnements de ce dispositif. En effet, les présupposés de la régionalisation avancée s’appuient sur le principe d’une attractivité renouvelée des territoires favorisant les investissements privés susceptibles de répondre aux attentes de la jeunesse et à la formation d’une classe moyenne marocaine2. Cette stratégie fait écho aux principes économiques institutionnalistes libéraux théorisés par Douglass North qui font de la densité des organisations politiques (via la décentralisation), économiques (par la création de multiples entreprises privées) et civiques (par la démultiplication des associations) une des conditions nécessaires du développement, aboutissant à une résilience accrue aux crises (North et al., 2010). Or, ce processus de pluralisation élargie se heurte aux réalités territoriales de villes moyennes en perte de vitesse. Ces dernières sont dominées par des réseaux clientélaires (Combes et Vommaro, 2012) luttant pour l’accès aux quelques rentes économiques parmi lesquels les projets publics occupent une place importante. Pour mieux comprendre ce phénomène nous souhaitons déployer une analyse géopolitique localisée (Subra, 2016) permettant d’appréhender ces conflictualités périphériques en décomposant le jeu des parties prenantes.

5En effet, le rapport de patronage historique qui structurait encadrement politique et développement local dans les villes moyennes autour de l’accès aux services publics élémentaires (El Maoula El Iraki, 2003) est désormais remis en question par une jeunesse porteuse de nouvelles revendications (Deau et Goeury, 2019). La contestation ne serait plus consécutive à une absence de développement (Goeury, 2015) mais le symptôme d’un déclassement des villes moyennes marocaines et d’un sentiment de frustration relative grandissant (Rachik, 2016). Il serait alors possible de parler d’un renouvellement du stress territorial (Naciri, 1999) par l’absence de perspectives d’emploi, plus particulièrement pour les jeunes.

6La régionalisation avancée a été alors vue par ces réseaux clientélaires comme une occasion de renouveler les rapports de patronage. Mais la lenteur de sa mise en œuvre et surtout l’opposition nouvelle entre un gouvernement dominé par un parti de tendance islamiste, le Parti de la justice et du développement (PJD) et des régions placées sous l’autorité du Parti authenticité et modernité (PAM), longtemps réputé proche du palais, seraient venus alors contrarier ces nouvelles perspectives. Dans ce contexte, la volonté de réforme se serait dissoute dans les rivalités partisanes qui tireraient bénéfices des crises localisées.

Lutte pour la rente, réseaux clientélaires et frustration relative : géopolitique locale des villes moyennes périphériques marocaines

7Les villes moyennes traversées par d’importantes mobilisations ne sont pas marquées par la pauvreté absolue ou le manque d’infrastructures de base. Bien au contraire, elles présentent des taux d’équipements élevés (par rapport aux autres noyaux urbains de leur province respective, mais aussi à la moyenne nationale des villes de taille similaire) du fait de leur statut de chef-lieu de province. Elles ont donc bénéficié prioritairement du déploiement des réseaux d’eau potable, d’électricité, de téléphonie mobile et de routes (Goeury, 2019a ; Goeury, 2019b). En revanche, elles sont marquées par une très faible dynamique économique exogène se traduisant par de faibles taux d’activité et de forts taux de chômage, notamment en raison du nombre réduit d’emplois salariés privés. Elles sont tenues à l’écart des grands investissements étrangers qui se concentrent autour des grandes métropoles côtières et, par conséquent, ne profitent pas de leur position géographique de périphérie pour bénéficier des flux en provenance de l’étranger. Ainsi, le port d’Al Hoceima est marginalisé par rapport à ceux de Nador et de Tanger-Med. Il est aussi à l’écart des activités de contrebande à proximité des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Enfin, la ville a perdu de son attractivité touristique en raison de ses difficultés à mobiliser des opérateurs internationaux à la suite de la fermeture du Club Méditerranée en 2003. De même, la ville de Jerada dépendante de l’activité minière n’a jamais pu développer une alternative à la fin de l’activité industrielle de Charbonnages du Maroc en 2001, compagnie publique qui a employé jusqu’à 5 000 mineurs. Par ailleurs, elle souffre de la fermeture de la frontière avec l’Algérie, dont l’étanchéité s’est traduite par la suspension des activités de contrebande en 2014.

8La faiblesse des perspectives économiques renforce d’autant l’importance des activités encadrées par les autorités selon le principe de l’agrément ou de la licence, notamment la pêche à Al Hoceima et l’activité minière artisanale informelle à Jerada. Or, ces dispositifs génèrent de fortes tensions autour des questions relatives à l’accès aux ressources rares. Les principaux bénéficiaires des agréments deviennent de nouvelles figures de notabilités. Mais cela n’empêche pas le développement d’une intense activité informelle, voire illégale, d’exploitation de ces ressources à travers l’extraction et la pêche illégales, seules perspectives de revenus pour les jeunes.

9La faiblesse de l’activité économique favorise alors la prise de contrôle des structures politiques locales par de nouvelles figures de notabilités, capables de déployer des réseaux de patronage et de dominer le circuit économique formel et informel grâce à leur agrément. Jerada est un cas emblématique, car ce bastion de la lutte syndicale avait permis l’ascension politique de leaders syndicaux, avant de déboucher sur l’émergence d’un leadership au sein du mouvement des diplômés chômeurs (Goeury, 2019b). Or, à la suite de la fermeture des Charbonnages du Maroc, l’administration a souhaité favoriser l’entrepreneuriat privé en accordant un nombre limité de licences de prospection et de vente de minerai, charge à ces bénéficiaires de procéder aux investissements nécessaires. Ces derniers, qualifiés de « barons du charbon », ont organisé un nouvel oligopsone exerçant son autorité sur des centaines d’équipes de mineurs informels extrayant le charbon dans des conditions extrêmement précaires. Dès 2003, l’absence de perspectives économiques a finalement favorisé les détenteurs des licences d’exploitation du charbon amenant à l’élection comme président de commune Mohamed Daghou, fondateur de Daghou Charbo en 2000. Puis, en 2011, Mbarka Toutou est élue députée grâce au soutien de son frère, Mustapha Toutou qui possède les entreprises Best Charbon et Société Minière Top. À partir de 2015, ces nouvelles figures de notabilités s’affrontent électoralement pour le contrôle de la municipalité : le « clan » Toutou battant le « clan » Daghou grâce au soutien du propriétaire de Sorexmine, El Bachir Amnoun Oubaha, qui devient alors le premier vice-président du conseil municipal de Jerada. Les réseaux militants historiques sont alors totalement marginalisés. Ces systèmes clientélaires sont accusés de bloquer le champ politique, alors qu’ils s’inscrivent dans un contexte où les mouvements sociaux ne sont pas arrivés à convertir leur crédit populaire en alternatives politiques durables en raison de leur incapacité à proposer une alternative économique pérenne (Goeury, 2019b).

10Les villes moyennes comme Al Hoceima ou Jerada souffrent d’un déficit d’acteurs politiques organisés. Ce phénomène est lié à deux dynamiques. La première est l’absence de diversité des acteurs économiques et d’intérêts divergents à la recherche de représentants politiques assurant l’intermédiation entre les différentes échelles territoriales politiques et administratives. La seconde est la faiblesse de la présence d’organisations civiques structurées consécutive à l’incapacité des mouvements protestataires à s’organiser au-delà des moments revendicatifs, malgré l’existence d’un tissu associatif, certes important, mais fragmenté. La disparition des grandes entreprises formelles ruine le mouvement syndical tandis que la fragilité des petites et moyennes entreprises favorise les rapports de dépendance politique et économique limitant toute alternative aux réseaux clientélaires.

11Dans ce contexte, il est particulièrement facile à quelques figures entrepreneuriales de construire un pacte électoral à caractère clientéliste. D’une part, ils entretiennent sur la durée une clientèle précaire dépendante de leurs largesses en prenant en charge les urgences de la vie quotidienne (paiement de frais de santé, aide à la poursuite d’études, organisation des fêtes religieuses). D’autre part, ils disposent des ressources nécessaires pour organiser des transactions électorales à court terme par le recrutement de jeunes pour mener leur campagne contre rémunération et pour mettre en place un système d’achat de voix en plus des actions de charité et de soutien déployées sur le territoire. Ces figures politiques s’engagent ainsi dans des partis qui misent sur les notabilités locales, sans que celles-ci fassent preuve d’un engagement militant préalable. Le critère principal d’accréditation par les partis de l’administration est la capacité des candidats à mener la campagne à leurs frais amenant à privilégier les figures entrepreneuriales les plus riches. Cette pratique se répand désormais également au sein des partis de la Koutla (Istiqlal, Union socialiste des forces populaires, Parti du progrès et du socialisme) amenant alors à des « transhumances électorales » en cas de rivalité pour l’accréditation comme ce fut le cas à Jerada pour le clan Daghou qui est passé du PAM à l’Istiqlal face à la percée du clan Toutou au sein du PAM.

12Ces nouveaux élus pensent pouvoir s’inscrire dans un pacte de représentation historique de patronage qui ancre leur légitimité locale dans leur capacité à obtenir le déploiement de réseaux d’infrastructures et des services publics de base (El Maoula El Iraki, 2002 ; Tamim et Tozy, 2010). Cependant, les années 2000 sont marquées par un déploiement accéléré de ces infrastructures notamment dans les villes moyennes. Par ailleurs, de nombreux chefs-lieux de province bénéficient d’une mise à niveau complète de leurs infrastructures : Al Hoceima voit la mise en œuvre d’un ambitieux plan de reconstruction à la suite du terrible tremblement de terre de 2004 ; Jerada est choisie symboliquement pour lancer la seconde phase de l’Initiative nationale de développement humain (INDH) en 2011 tout en bénéficiant d’importants investissements dans ses infrastructures. Or la couverture des besoins primaires n’éteint pas la demande sociale locale. Bien au contraire, les élus doivent faire face à une montée en gamme des demandes de biens et de services publics. Aux infrastructures de base se sont substitués les besoins en emplois protégés, en éducation supérieure de qualité, et en un système de santé efficace (Deau et Goeury, 2019). Or ces trois revendications nécessitent des investissements spécifiques beaucoup plus importants et complexes que les infrastructures (Wagner, 1912). Ces attentes grandissantes exercent alors une pression continue sur les gouvernants. L’assise relationnelle des élus locaux est déstabilisée. Non seulement ils sont mal placés pour répondre sur les questions de la santé et de l’éducation qui ne font aucunement partie de leurs prérogatives et ne peuvent qu’agir au coup par coup à titre individuel. Mais de plus, la permanence de la prédominance des activités réglementées nourrit un ressentiment profond vis-à-vis de ces mêmes élus, mais aussi des autorités qui sont accusés de maintenir un statu quo afin d’empêcher le développement des dynamiques économiques nouvelles et de profiter de la situation pour s’enrichir grâce à la spéculation foncière ou la constitution de cartels sur les activités réglementées.

  • 3 . Ce sentiment d’injustice est renforcé à Al Hoceima et Jerada par une forte prévalence du cancer l (...)

13Les élus doivent donc faire face à une contestation sourde notamment de la part des jeunes qui souffrent d’un sentiment de déclassement (Goeury, 2019a ; Goeury, 2019b). Ces villes moyennes, dépourvues de centres universitaires sont marquées par un exode des élèves qui atteignent le niveau du bac. Les autres dont bon nombre sont en échec scolaire ou ont décroché, doivent trouver localement de quoi subvenir à leurs besoins. Il convient d’ajouter un nombre important de jeunes diplômés chômeurs qui reviennent à Al Hoceima et Jerada après leurs études, pour être plus proches de leur famille et restent durablement sans perspective d’emploi stable. Pour une partie des jeunes, la solution de l’installation définitive dans la grande métropole n’est plus un gage d’une amélioration des conditions de vie du fait d’un coût de la vie plus élevé et de rémunérations faibles. À ces difficultés personnelles d’accès à des emplois rémunérateurs, s’ajoute celles de parents qui atteignent un âge avancé et perdent en autonomie, sans qu’aucun système de santé puisse prendre en charge leur dépendance croissante, d’autant que le développement de maladies dégénératives comme le cancer ou des maladies liées à l’exploitation minière comme la silicose, viennent accroître le sentiment d’injustice3. L’éloignement est donc difficile, la décohabitation familiale est souvent temporaire, le temps que durent les études, et le passage à l’âge adulte devient très tardif, surtout en considérant qu’un jeune ne devient véritablement adulte aux yeux des siens qu’au moment de son mariage (Deau et Goeury, 2019 ; Desrues et Garcia de Paredes, 2019). Ainsi Jerada et Al Hoceima, deux villes qui s’inscrivent dans des dynamiques historiques différentes, connaissent une même spécificité : un âge moyen au mariage des hommes parmi les plus élevés des villes marocaines, respectivement 31,2 ans pour Jerada et 32,3 pour Al Hoceima contre 28,7 en moyenne pour les autres villes marocaines. Avec Sidi Ifni autre cité emblématique des mobilisations périphériques (Bennafla et Emperador Badimon, 2010), ce sont les trois chefs-lieux de province où les jeunes hommes se marient le plus tard. Or, l’âge tardif au mariage est l’un des principaux indicateurs de la faiblesse des assises économiques des jeunes hommes et de leur désespoir. Incapables de financer un foyer indépendant, ils renoncent au mariage.

14L’émergence de la demande d’emplois locaux dignes devient ainsi récurrente dans les contestations. Car le recours à la seule option de la « débrouille » se fait trop souvent au prix d’un contournement des règles de l’économie formelle, trop faible pour les inclure. Or, l’événement déclencheur des hirak-s d’Al Hoceima et de Jerada est la mort brutale de jeunes impliqués dans des activités illégales dans des secteurs étroitement encadrés par des licences : la pêche à Al Hoceima, l’exploitation minière à Jerada. Outre l’horreur des faits – Mouhcine Fikri broyé par une benne à ordure, les deux frères Jadwane et Houcine noyés dans une descenderie clandestine de charbon – ce sont la réaction des autorités et les rapports de force avec les agents de l’ordre qui ont rapidement engendré une importante violence collective. Pour de nombreux jeunes, l’injustice qui leur est faite est totalement insupportable. L’ampleur de la violence discrédite alors les élus locaux et les empêchent de jouer tout rôle de médiation, car ils sont accusés d’être les premiers responsables de la situation délétère qui domine la ville.

La régionalisation avancée, nouvelle opportunité pour les réseaux clientélaires ? Une pluralisation inaboutie.

15Les nouveaux conseils élus en 2015 ont vu dans la régionalisation avancée une occasion de renouveler leurs réseaux de clientèle en prenant la direction des politiques de développement local. Ils espéraient rapidement établir des relations fortes avec des réseaux entrepreneuriaux localisés via les investissements, mais aussi le contrôle des marchés publics. Ainsi, si à Al Hoceima, le lancement de l’opération Manarat Al Moutawassit (Phare de la Méditerranée) par le roi Mohamed VI, le 16 octobre 2015, vient renforcer la position d’Ilyas El Omari, le secrétaire national du PAM et fringant président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, les conseils élus à l’échelle communale, provinciale et régionale développent tout au long de l’année 2016 des plans d’investissement multisectoriel sur lesquels ils fondent d’importants espoirs.

16Or, si le ministère de l’Intérieur joue le jeu du contrôle a posteriori, les autres administrations centrales souhaitent conserver un maximum de prérogatives. En premier lieu, le ministère des Finances multiplie les modalités de contrôle a priori de la dépense des régions par crainte de leurs éventuels dérapages budgétaires. Il est effaré par l’ampleur des demandes budgétaires cumulées par les plans de développement régionaux, provinciaux et communaux. Aussi ce contrôle a priori est-il le symptôme d’une totale inadéquation entre les projets envisagés par les élus locaux et les ressources fiscales du Maroc. Les élus privilégient constamment la mobilisation des ministères centraux et aucunement la recherche de nouvelles ressources ou de partenaires privés. Non seulement, la régionalisation ne fournit pas l’occasion de contractualiser de nouvelles dynamiques, mais elle se traduit par une lutte acharnée pour accéder aux ressources publiques à grand renfort de moyens de pression et de réseautage politique. Par conséquent, la mise en fonction des Agence régionales d’exécution des projets (AREP) a été longuement débattue de 2015 à 2017. Enfin, la déconcentration ministérielle n’a été mise en œuvre qu’à partir de 2019 accentuant la difficulté des conseils élus à déployer des politiques publiques sans passer par d’âpres négociations ministérielles.

17Dans ce contexte, les nouveaux conseils élus ont eu énormément de difficulté à mettre en œuvre de nouvelles politiques avant 2017 (Goeury, 2018). L’exemple le plus emblématique est le programme Al Hoceima, Phare de la Méditerranée dont la Cour des comptes a analysé les nombreux retards en 2017 : en deux ans seuls 5 projets sur 644 ont été achevés et seulement 45 ont été lancés, soit moins de 7 % des projets annoncés devant le souverain par le président du conseil régional, Ilyas El Omari et le wali de la région en octobre 2015. Ces retards sont expliqués par l’absence de volonté du gouvernement d’accorder les crédits suffisants aux différents ministères impliqués, mais aussi par le manque de volonté des autorités régionales et locales de favoriser de nouveaux investissements privés ou mettre en place de nouveaux services publics. Finalement, l’urgence de la mise en œuvre des projets en 2017 amène les parties prenantes à mobiliser l’Agence du Nord pourtant promise à une disparition rapide pour laisser la place aux AREP. Cette dernière est devenue en quelques mois le principal opérateur du programme, car c’était la seule structure disposant des compétences et du personnel pour agir et se déployer rapidement sur le terrain.

18Cette situation est venue révéler aussi la rivalité politique entre le gouvernement dirigé par le PJD et des conseils régionaux dominés par le PAM. En premier lieu, l’arrivée au pouvoir du PJD en 2011 a entrainé un important retard législatif, notamment dans le cadre de la déconcentration et de la régionalisation avancée qui ne faisaient aucunement partie des priorités de ce parti. En effet, la réponse aux manifestations de 2011 est passée par une relégitimation électorale du gouvernement et une pluralisation partisane à travers l’organisation d’élections législatives anticipées ouvertes. Le parti de la justice et du développement a participé au scrutin sans stratégie d’autolimitation (Mohsen-Finan, 2005 ; Mohsen-Finan et Zeghal, 2006), ce qui lui a permis d’arriver en tête du scrutin. Le parti islamiste s’installe alors en tant que parti de gouvernement. Cependant, le PJD dispose alors de très peu d’élus locaux et se projette avant tout dans une logique nationale du fait d’un électorat urbain concentré dans les grandes métropoles marocaines (Goeury, 2014). En dehors du geste symbolique d’installer le siège des agences de développement du Nord, du Sud et de l’Oriental dans les capitales régionales de Tanger, Laâyoune et Oujda, aucun mouvement de déconcentration n’est entamé au sein des ministère avant les élections de 2015. Lors des élections locales et régionales, le parti a réussi à progresser tiré par un électorat urbain qui gagne désormais les villes moyennes (Desrues, 2016). Or, le PJD ne fait pas des présidences de région un objectif prioritaire laissant le PAM organiser de nombreuses alliances pour s’assurer le contrôle de cinq régions et soutenant ses alliés pour prendre le contrôle de trois régions : Souss-Massa et Guelmim-Oued Noun pour le Rassemblement national des indépendants (RNI) ; Fès-Meknès pour le Mouvement populaire (MP). Bien qu’arrivé en tête, le PJD ne contrôle que deux régions sur douze (Benmoumen, 2017). Par conséquent, le parti islamiste est peu enclin à favoriser une déconcentration au profit de ses adversaires et notamment du PAM. Afin de préserver son électorat, il préfère insister sur sa marginalisation au sein du système politique marocain, en passant sous silence le fait qu’il dirige le gouvernement.

19Les mouvements sociaux localisés permettent alors au PJD de discréditer l’opposition et de se présenter comme un nouveau recours national pour donner une réponse aux demandes des protestataires. À Al Hoceima en 2017, comme à Jerada en 2018, les ministres se mobilisent aux côtés des autorités déconcentrées, walis et gouverneurs. Cependant, les élus locaux apparaissent dépassés par les revendications qui viennent saper leur légitimité locale et nationale. Ainsi, Ilyas El Omari, dont on a vu qu’il était président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et secrétaire général du PAM, a été omniprésent médiatiquement en 2016 à l’occasion des élections législatives et s’est retrouvé quelques mois plus tard directement pris pour cible par les manifestants du hirak du Rif dans leurs chants de protestation. Il en est de même pour le clan Toutou, au sein duquel, Mustapha Toutou, député élu PAM en 2016 et détenteur d’agréments est pris à partie par les manifestants à Jerada tandis que sa sœur, Mbarka Toutou, présidente de la commune depuis 2015, tâche de faire face en adoptant une attitude en retrait derrière les autorités déconcentrées de la province. Seul le président de la région de l’Oriental à laquelle appartient la ville de Jerada, Abdenbi Bioui (PAM), proche de Mustapha Toutou, se met en avant et propose de prendre personnellement en charge les funérailles des deux jeunes frères morts accidentellement en décembre 2017, puis démultiplie les initiatives en tant que président du conseil régional afin de ne pas laisser la place au seul gouvernement comme à Al Hoceima.

20En effet, le 23 mai 2017, lors des questions de politique générale, le Premier ministre Saad-Eddine El Othmani apporte son soutien aux manifestants d’Al Hoceima et met en accusation le PAM, en posant les questions « Qui contrôle le conseil provincial ? Qui est à la tête de la région ? » avant d’être interrompu par le brouhaha des élus du PAM. Il dédouane alors l’ancien gouvernement, alors que les ministres en poste en 2015, date du lancement du projet Phare de la Méditerranée, ont massivement été reconduits en 2017, et sont considérés par la Cour des comptes, comme tout aussi responsable des retards que les élus locaux. De même, à Jerada, en 2018, Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, figure de premier plan du PJD, annonce d’abord l’annulation des agréments d’exploration et de vente du charbon, puis l’accord de nouvelles licences d’exploitation à trois coopératives d’ouvriers en mars, qui seront élargies ensuite en juin à cinq sociétés et une coopérative, elles aussi composées de mineurs auparavant en exploitation informelle. Le parti apparaît alors comme celui qui met un terme aux injustices et aux réseaux de connivence politique. Dès lors, le chef du gouvernement se décerne un satisfecit pour sa gestion des crises, le 13 mai 2019, devant la chambre des représentants sans remettre en question le retard accumulé dans la conduite de la réforme nécessaire de l’administration centrale pour accompagner la régionalisation avancée. Cette stratégie opportuniste du PJD est doublée d’une volonté du second parti de la majorité, le RNI, de prendre sa revanche sur le PAM qui n’a pas hésité à puiser dans le réservoir des élus sortis de ses rangs pour réussir sa percée électorale de 2016. Ainsi, le ministre de l’Agriculture, président du RNI, Aziz Akhannouch s’est fortement impliqué en multipliant les déplacements sur le terrain et en soutenant des projets de diversification économique fondés sur l’agriculture.

21La crise des villes moyennes marocaines devient alors un enjeu de premier plan dans la compétition politique partisane. Elles constituent alors de nouveaux terrains de campagne pour les partis politiques de la majorité gouvernementale, d’autant plus qu’elles sont des fiefs de l’opposition. Or, ces réactions ministérielles viennent renforcer les dynamiques de contournement des élus locaux amenant les mouvements contestataires à privilégier la relation directe avec le gouvernement plutôt que l’intermédiation via les conseils élus. Cette configuration ne favorise pas le développement de solutions territoriales autour de nouvelles dynamiques locales, au contraire, elle vient renforcer le principe de dépendance de la périphérie vis-à-vis du centre.

Conclusion

22La récurrence des mobilisations dans les villes moyennes illustre un mécontentement chronique et latent qui est désormais défini dans les adresses royales par les termes « d’épuisement du modèle de développement » ou de « déséquilibres du modèle de développement » (discours d’ouverture du parlement en octobre 2017). Les hirak-s révèlent l’incapacité des réseaux clientélaires qui se sont déployés à l’occasion de la récession économique de certaines villes moyennes, à proposer un horizon inclusif pour tous les habitants et tout particulièrement les jeunes actifs.

23Les codes des collectivités locales de 2015 accordent de nouvelles prérogatives aux conseils élus qu’ils soient communaux, provinciaux ou régionaux dans l’esprit de la Constitution de 2011. Libérés du contrôle a priori des gouverneurs et walis (Benmoumen, 2017), les élus peuvent théoriquement développer leurs propres stratégies. Pourtant les projets de développement sont difficilement mis en œuvre cumulant des retards multiples et provoquant les frustrations locales récurrentes et croissantes. Par ailleurs, les nouveaux élus apparaissent totalement à l’abri des injonctions de résultats, comme l’a illustré la crise institutionnelle dans la région de Guelmim-Oued Noun, paralysée de 2015 à 2019 par les conflits internes, au plus grand désarroi du ministère de l’Intérieur. Or, cette incapacité à construire une politique publique cohérente a des conséquences négatives, tout particulièrement sur les villes moyennes où les réseaux entrepreneuriaux et la société civile sont beaucoup trop fragiles pour créer des dynamiques autonomes.

24Les inégalités socio-territoriales historiquement liées à l’accès aux infrastructures de base sont désormais renouvelées par l’inégal accès à l’emploi réglementaire des jeunes nourrissant un sentiment de frustration relative croissant. Or, la configuration particulière de la ville moyenne crée aussi un sentiment partagé d’une communauté de destin sans avenir, favorisant les mobilisations collectives massives et prolongées dans le temps (Rachik, 2016). La mise en place de la régionalisation avancée, assise sur un « pluralisme irresponsable » (Vairel et Catusse, 2010), plutôt que d’assurer la mise en œuvre du principe de gestion localisée du développement territorial a généré une nationalisation du débat sur le modèle de développement économique sur fond de confrontation partisane entre majorité et opposition. Face à la lenteur de la mise en place des agences d’exécution des projets régionaux et le risque d’un mandat blanc, plusieurs conseils régionaux ont alors saisi toutes les opportunités administratives possibles offertes par le cadre légal afin d’entrer en action (Goeury, 2018) et aboutir ainsi à ce qui est aujourd’hui accepté comme une modularité de la régionalisation (Zaireg, 2019).

25La densification des organisations politiques, économiques et civiques initiée depuis 1997 aurait dû connaître une accélération à la suite des réformes de 2011 et de 2015. Or, le stress territorial et l’urgence que font peser les mouvements sociaux sur l’action publique poussent le système politique à conserver des modalités de gestion dirigiste sur les territoires, ne serait-ce qu’en raison du déblocage des financements nécessaires aux investissements sous la pression de la rue.

26En l’absence de cadre pérenne dédié à l’aboutissement des projets de développement local, il est possible de s’interroger sur les interventions de la monarchie qui se positionne désormais comme garante de la responsabilité des gouvernants (Bennani Chraibi, 2018). Car si, effectivement, le roi peut limoger les ministres et autres cadres administratifs, les élus locaux sont protégés par leur mode de désignation, ce qui pose alors la question de la reddition des comptes des élus durant leur mandat. Dès lors, le désamour des Marocains pour les élections apparaît renforcé par la préférence pour la mobilisation et la pratique historique de la négociation directe avec le pouvoir central plutôt que la construction de projets territorialisés impulsés localement par des parties prenantes organisées autour d’un horizon de développement concerté.

Top of page

Bibliography

Benmoumen Younes, 2017, La responsabilité des élus dans le cadre de la régionalisation avancée, Rabat, Tafra.

Bennafla Karine et Emperador Badimon Montserrat, 2010, « Le “Maroc inutile” redécouvert par l’action publique : les cas de Sidi Ifni et Bouarfa », Politique africaine, 4/120, p.67-86.

Bennafla Karine et Haoues Seniguer, 2011, « Le Maroc à l’épreuve du printemps arabe : une contestation désamorcée ? », Outre-Terre, 3/29, p. 143-158.

Bennani-Chraïbi Mounia, 2017, Le roi est bon, la classe politique est mauvaise. Un mythe à bout de souffle ?, Rabat, Tafra, <http://tafra.ma/le-roi-est-bon-bout-de-souffle/>.

Catusse Myriam et Karam Karam, 2009, « Le développement contre la représentation ? La technicisation du gouvernement local au Liban et au Maroc », in Camau Michel et Massardier Gilles (dir.), Démocraties et autoritarismes : fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, p. 85-120.

Catusse Myriam et Vairel Frédéric, 2010, « Question sociale et développement : les territoires de l’action publique et de la contestation au Maroc », Politique africaine, 4/120, p. 5-23.

Combes Hélene et Vommaro Gabriel, 2012, « Relations clientélaires ou politisation : pour dépasser certaines limites de l’étude du clientélisme », Cahiers des Amériques latines, 69, p. 17-35.

Deau Olivier et Goeury David, 2019, « Peut-on parler d’une génération “20 février” ? Interroger la jeunesse urbaine marocaine: identité politique et participation », Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos, 26, p. 23-42, <https://doi.org/10.15366/reim2019.26.002>.

Desrues Thierry, 2018, « Le Maroc en 2017 : Gouverner la “Monarchie exécutive” ou les logiques de l’autoritarisme », L’Année du Maghreb, 19-I, p. 211-232.

Desrues Thierry and Garcia de Paredes Marta, 2019, « Political and civic participation of young people in North Africa: behaviours, discourses and opinions », Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos, 26, p. 1-22, <https://doi.org/10.15366/reim2019.26.001>.

Al Maoula El Iraki Aziz, 2002, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la gouvernance. Elites locales, gestion urbaine et développement au Maroc, Paris, L’Harmattan.

Ferrié Jean-Noël et Dupret Baudouin, 2011, « La nouvelle architecture constitutionnelle et les trois désamorçages de la vie politique marocaine », Confluences Méditerranée, 3/78, p. 25-34.

Goeury David, 2015, « La visite royale comme réponse au stress territorial : les conséquences des manifestations rurales dans le Haut Atlas central et oriental marocain », L’Espace Politique, 24|3, <https://journals.openedition.org/espacepolitique/3242>.

Goeury David, 2017, « Printemps arabes, divergence des destinées nationale », in Andrieu julien (dir.) L’Afrique : du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Paris, Ellipses, p. 1-15.

Goeury David, 2018, « Conseils régionaux : à chacun sa stratégie », Tafra, <http://tafra.ma/conseils-regionaux-a-chacun-sa-strategie/>.

Goeury David, 2019a, « La pauvreté, à l’origine du Hirak », Tafra, <http://tafra.ma/la-pauvrete-a-lorigine-du-hirak/>.

Goeury David, 2019b, « Jerada, l’impossible vie après la mine », Tafra, <http://tafra.ma/jerada-l-impossible-vie-apres-la-mine/>.

Hachimi Alaoui Nadia, « Un “moment” pour faire. Le plan de développement 2015-2020 du Grand Casablanca », International Development Policy/Revue internationale de politique de développement, <http://journals.openedition.org/poldev/2453 ; DOI : 10.4000/poldev.2453>.

Hibou Béatrice, « Le mouvement du 20 février, le Makhzen et l’antipolitique. L’impensé des réformes au Maroc », CERI-Sciences Po Paris, mai 2011, <www.ceri-sciencespo.com/archive/2011/mai/dossier/art_bh2.pdf>.

Mohsen-Finan Khadija, 2005, « Maroc : l’émergence de l’islamisme sur la scène politique », Politique étrangère, printemps (1), p. 73-84.

Mohsen-Finan Khadija et Zeghal Malika, 2006, « Opposition islamiste et pouvoir monarchique au Maroc. Le cas du Parti de la Justice et du Développement », Revue française de science politique, 56, p. 79-119.

Naciri Mohamed, 1999, « Territoire : contrôler ou développer, le dilemme du pouvoir depuis un siècle », Monde arabe, Maghreb Machrek, n° 164, p. 8-35.

North Douglass C., Wallis John Joseph, Weingast Barry R., 2010, Violence et ordres sociaux, Paris, Gallimard, 464 p.

Rachik Abderahmane, 2016, La société contre l’État. Mouvements sociaux et stratégie de la rue au Maroc. Casablanca, La croisée des chemins.

Subra Philippe, 2016, Géopolitique locale. Territoires, acteurs et conflits, Paris, Armand Colin.

Tamim Mohamed, Tozy Mohamed, 2010, « Politique des marges et marges du politique : les logiques du vote collectif à Ouneine, Haut-Atlas, Maroc » in Tozy, Mohamed (dir.), Élections au Maroc: entre partis et notables (2007-2009), Casablanca, CM2S/Fondation Konrad Adenauer, p. 107-160.

Tourabi Abdellah et Zaki Lamia, 2011, « Maroc : une révolution royale ? », Mouvements, 66/2, p. 98-103.

Wagner Adolph, 1912, Les fondements de l’économie politique, Paris, V. Giard et E. Brière.

Zaireg Reda, 2019, « Khalid Safir : “La mise en œuvre de la régionalisation avancée sera progressive” [Interview] », Yabiladi, 08.09.2019. <https://www.yabiladi.com/articles/details/82938/khalid-safir-mise-oeuvre-regionalisation.html>.

Top of page

Notes

1 . Autorité déconcentrée du ministère de l’Intérieur, le wali est un haut-fonctionnaire qui représente à la fois le roi et le gouvernement au sein du territoire. Toutes choses étant égales par ailleurs, son rôle peut être considéré comme l’équivalent de celui du préfet en France avant la décentralisation de 1982. Garant de l’ordre public et du respect des lois, le wali dispose de peu de compétences institutionnelles stricto sensu. Celles-ci se limitent en réalité aux missions de coordination des services territoriaux de l’État et de facilitation de l’investissement privé (Hachimi Alaoui, 2017).

2 . Lettre royale du 9 janvier 2002.

3 . Ce sentiment d’injustice est renforcé à Al Hoceima et Jerada par une forte prévalence du cancer liée à des héritages historiques : l’usage d’armes chimiques lors de la guerre du Rif, l’exploitation du charbon et la silicose à Jerada.

Top of page

References

Bibliographical reference

David Goeury and Olivier Deau, « Déclin des villes moyennes et conflictualité territoriale au Maroc. Les conséquences d’une pluralisation politique inachevée ? », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 193-204.

Electronic reference

David Goeury and Olivier Deau, « Déclin des villes moyennes et conflictualité territoriale au Maroc. Les conséquences d’une pluralisation politique inachevée ? », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 24 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5615 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5615

Top of page

Authors

David Goeury

Enseignant-chercheur au laboratoire ENEC Sorbonne-Université, Paris

Olivier Deau

Doctorant au LADYSS, Paris et Centre Jacques Berque (USR 3136), Rabat.

Top of page