Navigation – Plan du site
Chroniques
Algérie

Algérie 2018 : Une mobilisation générale pour une élection particulière

Louisa Dris-Aït Hamadouche
p. 217-230

Entrées d'index

Mots-clés :

Chronique Algérie, 2018

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1En 2018, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a entamé la dernière année de son quatrième mandat. Depuis 2012, date de son dernier discours, et exception faite de sa prestation de serment, en avril 2014, il ne s’est plus jamais adressé aux Algériens. Des lettres lues par un responsable politique ou le présentateur du journal télévisé ont constitué les seuls canaux de communication entre le chef de l’État et la société algérienne.

2En raison de l’émergence spectaculaire des médias sociaux dans le paysage médiatique et de la diversité des médias écrits et audio-visuels, la vie politique est, depuis plusieurs années, régulièrement ponctuée par des informations, des démentis, des rumeurs et des spéculations en tout genre. Ainsi les rumeurs faisant état du décès d’Abdelaziz Bouteflika ou de sa candidature à un cinquième mandat, de l’existence d’un plan B consensuel ou d’une guerre des tranchées au sein du système entre défenseurs et opposants au cinquième mandat, se sont multipliées tout au long cette année charnière. Si diverses spéculations ont alimenté les débats des intellectuels et rempli les colonnes des journaux, la majorité de la population est demeurée, comme les années précédentes, largement indifférentes vis-à-vis de ce flux de rumeurs.

3Cette indifférence apparente est essentiellement liée à deux raisons : d’abord, en raison de la conviction selon laquelle, quels que soient les protagonistes de ce scrutin, l’éventuel successeur du président émergerait au sein du système politique en place ; ensuite, parce que le fossé au sein de la classe politique entre les gouvernants et les oppositions est devenu béant.

4Toutefois, ne serait-ce qu’en raison de l’état de santé du président, les élections présidentielles prévues en 2019, sont apparues en 2018, pour les élites gouvernantes, comme des élections pas comme les autres, comme un scrutin délicat à gérer.

5Aussi, les gouvernants vont-ils mobiliser des ressources symboliques et sécuritaires pour assurer la pérennité du système politique autoritaire, alors que l’accroissement des ressources économiques issues d’une rente hydrocarbure en augmentation peine à masquer les déficiences structurelles de l’économie algérienne.

Mobiliser des ressources symboliques

6Pour alimenter en ressources symboliques la légitimité présidentielle, les gouvernants vont agir sur divers registres. Tout d’abord, il s’agit de faire valoir le pluralisme culturel de l’Algérie de Bouteflika : 2018 débute avec la célébration officielle du nouvel an amazigh, Yennayer, qui coïncide avec le 12 janvier du calendrier universel. Pour la première fois, cette date est chômée et payée, ce qui contribue à valoriser l’une des fêtes populaires les plus anciennes des Algériens. Ce geste est l’aboutissement logique d’une série d’étapes qui ont progressivement contribué à officialiser la pluralité identitaire de l’Algérie. Ce processus de réhabilitation de la langue et la culture amazighes a commencé en 1995 avec l’introduction progressive et sélective de l’enseignement du tamazight dans les établissements scolaires de certaines régions amazighophones. Un an plus tard, la Constitution reconnaissait l’amazighité comme composante de l’identité nationale aux côtés de l’arabité et de l’islamité. En 2002, le second printemps berbère a débouché sur la reconnaissance du tamazight comme deuxième « langue nationale ». En 2009, ce statut permet la création d’une chaîne de télévision diffusant des programmes en langue tamazight dans ses différentes déclinaisons. Le dernier amendement constitutionnel de l’ère Bouteflika promeut le tamazight comme langue officielle aux côtés de la langue arabe en 2016. Dans le même ordre d’idées, l’Académie tamazight a été créée pour mettre en place les conditions de promotion de la langue et concrétiser son statut de langue officielle, aux côtés de la langue arabe.

7Les festivités que le gouvernement a fortement encouragées à travers cette célébration n’ont pas pu occulter les difficultés d’un processus, fruit de conjonctures particulières. Les concessions gouvernementales à l’égard des mouvements revendicatifs amazighs sont largement le fait de calculs politiciens. Sans remonter jusqu’à 1996, année extrêmement tendue pour les responsables algériens en déficit de légitimité, 2002 a également constitué un moment crucial. Cette année suit une élection durant laquelle le président est mal élu (retrait de ses challengers) et constitue le moment où le débat sur la réconciliation nationale commence. Deux contraintes qui s’ajouteront aux 126 morts, victimes tombées lors d’affrontements avec les forces de l’ordre. De ce point de vue, la reconnaissance du tamazight comme langue nationale est aussi bien une victoire pour la cause amazighe que pour les gouvernants qui parviendront à neutraliser une bonne partie des militants à travers les ‘arouchs. L’officialisation du tamazight a lieu alors qu’un deal politique a été négocié par les élites gouvernementales : le parlement vote un amendement constitutionnel qui attribue à un président absent depuis déjà quatre ans des pouvoirs exorbitants.

8Pour autant, cet usage politique de la reconnaissance de la pluralité culturelle de l’Algérie ne doit pas occulter ses limites. Certes, en 2018, l’enseignement de la langue amazigh est assuré dans 44 wilayas (départements) sur 48 contre 11 seulement en 2014 (L. B., 2018), toutefois cette quasi-généralisation de l’apprentissage scolaire de l’amazigh, n’est pas sans susciter de tensions, notamment dans les régions ou la langue maternelle n’est pas une variante du tamazight, ainsi que des difficultés liées à la formation des enseignants, elles-mêmes conséquences aussi bien de l’insuffisance des budgets, que du manque d’instruments pédagogiques (absence d’homogénéisation de la transcription) (Sabri, Boukerrouf, 2018).

9La célébration officielle du nouvel an amazigh a ravivé le débat identitaire chez le voisin marocain : des associations et des mouvements amazighs ont multiplié les initiatives et les actions pour tenter d’obtenir une mesure similaire. Le 13 janvier, pour mieux se faire entendre, des collectifs ont appelé à une grève et invité les citoyens à inonder le bureau du chef du gouvernement marocain de lettres l’invitant à reconnaître Yennayer comme fête nationale (Saadoun, 2018). Une pétition, qui a rassemblé, jusqu’à une période récente, plus de 4 000 signatures, a aussi été lancée pour appeler le gouvernement marocain à reconnaître le nouvel an amazigh : « La pétition d’un million de signatures pour la reconnaissance du nouvel an amazigh comme fête nationale et journée chômée et payée appelle à « la reconnaissance définitive et complète des droits linguistiques et culturels amazighs au Maroc ».

10Cette valorisation symbolique et historique s’accompagne d’une découverte archéologique, elle-aussi, devenue hautement politique. Elle concerne la découverte d’outils très anciens à Aïn Boucherit, dans la wilaya de Sétif. Cette découverte corrobore l’hypothèse d’une présence humaine remontant jusqu’à 2,4 millions d’années en Afrique du Nord. Si pour les scientifiques, cette découverte archéologique informe sur les migrations anciennes de l’Afrique orientale vers l’Afrique du nord, et jusqu’à l’Europe, pour les politiques, l’Algérie passe presque du statut de berceau de la paix à celui de l’humanité… De fait, à quelques mois d’une élection devant valider un cinquième mandat, le registre symbolique est convoqué de toutes les manières possibles afin de compenser les critiques affirmant l’illégitimité du scrutin présidentiel à venir.

Raviver la charte pour la paix et la réconciliation

  • 1 . À l’origine, ce projet a été formulé, en 2014 lors d’un congrès à Oran, par l’Association interna (...)

11Quant à l’instauration en 2018 d’une « Journée internationale du vivre-ensemble dans la paix », célébrée le 16 mai1, elle se situe sur un registre symbolique international. Cette manifestation est imputée aux efforts du chef de l’État lui-même et intervient un an avant la fin de son mandat. Mobilisant les médias, les partis politiques, les associations et mêmes les confréries religieuses, le gouvernement s’est approprié cet événement pour en faire le symbole des actions menées par le président Bouteflika dans le cadre de la valorisation de l’image de l’Algérie à l’étranger. Ce message n’est pas sans rappeler la mission pour laquelle les tenants du pouvoir politique de l’époque l’ont rappelé, en 1999, à savoir réhabiliter la place de l’Algérie dans le concert des nations. C’est d’ailleurs le portrait d’Abdelaziz Bouteflika datant de cette même année qui inonde littéralement les médias et les espaces publics.

  • 2 . APS, « Flici : la célébration de la journée du vivre-ensemble en paix conforte la Charte de la ré (...)

12Le second registre dans lequel s’inscrit ladite journée est la politique de réconciliation nationale, le vivre-ensemble étant présenté comme l’une de ses déclinaisons. Ainsi le message consiste, en substance, à affirmer que la réussite de la charte pour la paix et la réconciliation en Algérie depuis 2005 est telle que sa philosophie est transposable au niveau mondial2.

13Au niveau strictement interne, cette célébration a toutefois soulevé un débat. Cheikh Khaled Bentounes qui est à l’origine de cette initiative, a par exemple mis en avant le lien entre le vivre-ensemble dans la paix et le « système de gouvernance » : « Jusqu’à aujourd’hui, la gouvernance s’est faite à travers un système pyramidal, qui a une base et un sommet. Le sommet est occupé par ceux qui détiennent le pouvoir, les avoirs et contrôle la distribution des biens ; la base est là, elle doit subir ce qui vient d’en haut […]. C’est une situation de conflit qui agite la société en permanence, car basée sur un concept de concurrence qu’on appelle la hiérarchie sociale. On situe les hommes par rapport au degré où ils se trouvent » (El Kebir, 2018). Si cette analyse s’inscrit dans une perspective « douce », des critiques plus acerbes ont mis en avant des atteintes aux droits individuels inconciliables avec le « vivre-ensemble dans la paix ». À titre d’exemple, les restrictions imposées aux minorités confessionnelles (ahmadite, chiite,…), voire leur interdiction interviennent dans le cadre d’une campagne politico-religieuse consistant à promouvoir la cohésion nationale, à travers le cadre prédéfini d’une certaine orthodoxie religieuse : il s’agit de ne pas sortir d’un islam sunnite, d’obédience malékite et respectueux du statut des confréries. Toute action hors de ce cadre est non seulement rejetée comme étrangère aux pratiques de la société ancestrale (dakhila ‘an el moujtamaa), mais assimilée à une tentative, ourdie par les ennemis de l’Algérie, de porter atteinte à la cohésion interne du pays (Rachid, 2018).

Des images douloureuses, des drames humains

  • 3 . Le sondage Arab Barometer publié en 2017 confirme que la confiance des Algériens à l’égard des in (...)

14Dans le chapitre des drames ayant marqué 2018, le crash, en avril, d’un avion de transport militaire, un Illiouchine Il-76, dans la wilaya de Blida, a marqué les esprits. Tous les passagers, des militaires, ont péri (257 personnes dont 10 membres de l’équipage). Le bilan aurait pu être encore plus effroyable si le pilote n’avait pas réussi à détourner l’itinéraire de l’avion et éviter les habitations. Cet accident est vécu comme un drame national et suscite tout à la fois consternation et interrogations. Cette véritable tragédie humaine, accentuée par le fait que l’ANP est une armée de conscription et que les soldats sont considérés comme les « enfants du peuple », a d’abord suscité une grande douleur. Malgré tous les griefs que nourrissent les Algériens à l’endroit du commandement militaire, l’institution et ses soldats jouissent du respect et de la confiance populaire3 (Arab Barometer, 2016, p. 8). Ensuite, les interrogations sont, quant à elles, dues au fait que plusieurs mois après le drame, les raisons du crash restent inconnues. Le ministère de la Défense a désigné une commission d’enquête qui n’a pas livré ses conclusions. Parallèlement, des experts ont tenté de fournir des explications. L’une d’elle met en avant l’utilisation intensive de la flotte de transport, elle-même due à deux facteurs principaux : le premier se rapporte à l’intensification des liaisons aériennes pour désenclaver les villes du sud, le second est lié au transport des conscrits et des militaires actifs afin de leur permettre de rejoindre leurs familles rapidement (Hamdi, 2018).

15Les festivités marquant la célébration du 1er novembre 2018, soixante-quatrième anniversaire du déclenchement de la guerre de libération ont mis à nu la figure d’un président moribond. Contrairement à l’année précédente, point de défilés militaires avec en tête du peloton un immense portrait du président, chef des armées et ministre de la Défense. Cette mise en scène avait suscité de très vives critiques, considérant que le tableau défilant sur les boulevards de la capitale était non seulement une atteinte à la date célébrée mais à l’intelligence des citoyens. Un an plus tard, l’image qui marque cette célébration est encore plus douloureuse. Le portrait a été remplacé par un président tellement affaibli physiquement qu’il ne pouvait tenir sur sa chaise roulante sans être sanglé. Rendant hommage à la mémoire des martyrs sur la tombe du soldat inconnu, le président particulièrement affaibli a suscité, au sein de l’opinion publique prise à témoin, à la fois de l’émoi face à une personne âgée très diminuée et un sentiment de révolte face à la perspective d’un cinquième mandat du président Bouteflika (Benfodile, 2018).

Les harragas, symboles permanents d’une violence physique et morale

16Toute l’année durant, le drame des migrants irréguliers n’a cessé de défrayer la chronique. Les embarcations de fortune partent aussi bien des côtes occidentales (Ghazaouet, Mostaganem, Oran, et, à un degré moindre Aïn Timouchent) vers l’Espagne, qu’orientales (Annaba, Skikda) vers l’Italie. Des centaines de familles sont endeuillées à la suite des disparitions ou du décès de leurs proches dont les corps sont repêchés par les gardes de côtes. À cela s’ajoute l’inquiétude vis-à-vis de ceux qui parviennent à rejoindre l’autre rive, mais dont on reste sans nouvelles. Au cours des dix premiers mois de l’année, 1 200 Algériens partis vers l’Europe clandestinement ont été arrêtés aux frontières du vieux continent (LADDH, 2018).

17Fait nouveau, ce ne sont plus seulement les jeunes gens qui tentent l’aventure. Des femmes, des enfants, des adultes et plus rarement des personnes âgées tentent la traversée de la Méditerranée. Désormais, ils filment leur départ, envoient des photos et témoignent des raisons qui les poussent à prendre la mer.

18Jusque-là, les moyens utilisés par les pouvoir publics se sont révélés totalement inefficaces. En effet, ni la criminalisation de la migration clandestine, ni sa prohibition religieuse – en tant que forme de suicide –, n’ont été dissuasives.

  • 4 . « Oran/huit réseaux spécialisés dans l’émigration clandestine démantelés », Algérie-Focus, 29/01/ (...)

19L’année 2018 conforte le paradoxe qui entoure ce phénomène : une perception gouvernementale dominée par l’aspect sécuritaire, d’une part, et la perception sociale que domine l’aspect moral et humanitaire, d’autre part. À titre d’illustration, dès le mois de janvier, les autorités policières annoncent qu’en 2017 huit réseaux criminels spécialisés dans l’émigration irrégulière à Oran ont été démantelés4. Les services de police des wilayas côtières, pourtant connues pour être pourvoyeuses de migrants irréguliers (Oran, Ain Timouchent et Annaba notamment) sont mobilisés en permanence afin de localiser les ateliers de fabrication d’embarcations et arrêter des passeurs. Appelés les « commerçants de la mort », ces réseaux sont considérés comme la cause de l’augmentation des tentatives de harga.

20Aux yeux des autorités, cette focalisation sur les passeurs a un avantage certain : il permet d’occulter les causes de ces migrations clandestines et de simplifier la manière de le traiter. Il suffirait d’« arrêter les passeurs » pour « arrêter la migration ». Dans le cadre d’un congrès sur le sujet, le gouvernement n’a pas hésité à prolonger cet argument en accusant les réseaux sociaux de faire l’apologie des migrations irrégulières. En d’autres termes, pour lutter contre ce phénomène, il suffirait d’éliminer les réseaux sociaux et les réseaux de passeurs. Ce discours a suscité de nombreuses critiques, sans pour autant amorcer le moindre fléchissement de cette approche gouvernementale criminalisante et sécuritaire du phénomène.

21La courbe d’évolution du phénomène ces trente dernières années montre qu’il était marginal au plus fort du conflit violent des années 1990, qu’il a augmenté significativement au milieu des années 2000 et qu’il s’est stabilisé au début des années 2010, pour repartir à nouveau, en forte hausse, depuis 2016 (Elkebir, 2018). En d’autres termes, le phénomène recule ou se stabilise à chaque fois que le pays est sous tensions sécuritaires (terrorisme, tensions liées au printemps arabe), tandis qu’il s’accélère durant les périodes de détente. Ce paradoxe est en soit une explication qui exclut le lien de cause à effet entre la détérioration de la situation interne et la migration irrégulière.

22L’évolution de cette courbe conforte le nom donné à ce phénomène à savoir harga, brûler en arabe. En partant, ces algériens brulent leur passé, leurs papiers et leurs attaches avec une terre qui les consume de l’intérieur. Ces Algériens n’ont pas décidé de « bruler » leurs papiers, alors que le pays était à feu et à sang, pas plus qu’ils ne l’ont fait pendant les tensions nées du printemps arabe. Bien au contraire, ils font ce choix lorsque le pays connait une stabilité sécuritaire importante et même économique, pour le cas des années 2000. Ce paradoxe suggère donc de ne pas chercher les raisons de ces départs dans des motivations purement économiques ou sécuritaires. La réponse se niche peut-être dans ce sentiment de résignation et d’abattement qui s’est emparé de pans entiers de la société algérienne. Une démobilisation quasi générale provenant d’un sentiment d’impuissance face à des événements moralement inacceptables, que la récurrence a rendu banals. Bien sûr le chômage des jeunes est particulièrement élevé (presque le double de la moyenne nationale). Mais il s’agit d’un chômage artificiel car certains secteurs, comme le bâtiment, emploient de la main d’œuvre étrangère, faute de main d’œuvre algérienne. De surcroît, ces jeunes qui refusent de travailler en Algérie accepteront des emplois encore plus pénibles en Europe. Il s’agit donc d’une conception de l’avenir dictée par un contexte spatio-temporel qui, pour eux, rend impossible la possibilité de construire un avenir en Algérie.

Mobiliser des ressources sécuritaires

  • 5 . 132 individus armés se sont rendus aux autorités militaires ; 170 arrestations ; 499 caches d’arm (...)

23Face à un président invisible et inaudible, une équipe gouvernementale instable et changeante, la continuité communicationnelle est garantie par l’instance supposée silencieuse : l’ANP. Les moindres déplacements, déclarations et décisions du chef d’état-major et vice-ministre de la Défense, sont largement diffusées et commentées. Les actions menées dans la lutte contre le terrorisme, la contrebande, le trafic d’armes, le narcotrafic et la criminalité organisée bénéficient d’une exposition médiatique intense. Dans son bilan annuel de 2018, le ministère de la Défense (MDN) affirme avoir battu deux records : celui de la plus forte saisie de cocaïne et celui des plus nombreuses redditions d’éléments armés dans la wilaya de Tamanrasset (Kharief, 2019)5.

Un contexte régional conflictuel et producteur de crises

  • 6 . S’adressant au gouvernement d’union nationale, Abdelkader Messahel a affirmé qu’aucune déclaratio (...)
  • 7 . Selon des experts cités par la presse algérienne, le champ d’Alrar communiquant avec celui de Waf (...)

24Si au niveau interne, la situation sécuritaire semble globalement sous contrôle, le contexte régional est, quant à lui, une source importante de risques qui sont autant de facteurs alimentant l’alibi sécuritaire des gouvernants algériens. En juillet, au plus fort de la saison estivale, le poste frontalier de Ghardimaou, dans le gouvernorat de Jendouba (nord-ouest de la Tunisie), est attaqué, causant la mort de six soldats de la garde nationale tunisienne. Si la frontière avec la Tunisie constitue une source de préoccupation pour la sécurité de l’Algérie, le front le plus tendu est de loin celui de la Libye. Les tensions n’ont pas cessé entre les autorités algériennes et certaines factions libyennes, notamment avec le commandant en chef de l’Armée nationale libyenne (ANL). En septembre, Khalifa Haftar a accusé l’Algérie de mener des incursions sur le territoire libyen et a menacé de « transférer la guerre de l’Est à l’Ouest en peu de temps » (Cherfaoui, 2018). Une accusation que l’Algérie rejette, arguant que la présence algérienne consiste à envoyer de l’aide humanitaire avec l’accord du gouvernement libyen d’union nationale. Quoi qu’il en soit, cette tension est perçue et expliquée comme étant un risque majeur pour la sécurité de l’Algérie, non seulement en raison de la porosité des frontières, mais parce que des puissances régionales et extrarégionales soutiennent l’armée de Khalifa Haftar, ce qui décuplerait l’ampleur de la menace. Par ailleurs, la réaction mesurée6 de la diplomatie algérienne a également pour but de montrer que l’Algérie est la mieux à même de jouer le rôle de médiateur dans le conflit libyen. Un rôle qui passe aussi par la coopération économique, avec notamment la signature d’un accord entre la Sonatrach et la National Oil company visant à renforcer leur coopération dans la gestion des gisements frontaliers d’hydrocarbures. L’accord doit permettre d’établir un plan d’exploitation optimum pour les gisements gaziers d’Alrar (algérien) et de Wafa (libyen) et écarter tout casus belli7.

25La frontière avec le Mali n’est pas moins préoccupante pour les autorités algériennes. Car la question de la migration irrégulière est venue se greffer à des tensions persistantes, malgré le processus de paix. Deux événements illustrent parfaitement cet enchevêtrement sécuritaire. Le premier est l’attaque menée par des citoyens maliens contre l’ambassade d’Algérie à Bamako, pour protester contre la reconduite aux frontières de migrants maliens irréguliers. Un incident que le degré de coopération et l’importance des relations bilatérales ont réussi à amenuiser. La seconde source de préoccupation majeure est la présence des forces militaires françaises au Sahel. À titre d’exemple, les raids de la force Barkhane contre Ansar Dine et Al Mourabitoun en février 2018 se sont déroulés à moins d’un kilomètre de la frontière algérienne. Même si les autorités algériennes avaient été préalablement informées, ce type d’intervention est perçu comme faisant courir un risque potentiel à la sécurité nationale, incompatible avec les fondamentaux de la doctrine algérienne. Par ailleurs, elles obligent les forces armées à renforcer leur présence et à intensifier leur contrôle et leurs patrouilles dans une région dont la topographie rend sa surveillance extrêmement difficile.

  • 8 . Mustapha Benboulaid est un militant nationaliste et l’un des fondateurs du Front de libération na (...)

26Le point positif de politique régionale qui mérite d’être signalé concerne l’ouverture d’un poste frontalier terrestre avec la Mauritanie (point kilométrique PK-75 au Sud de Tindouf). Plus de cinquante ans après leur indépendance, ces deux pays appartenant à l’UMA, l’UA, l’OCI, le dialogue 5+5 et le CEMOC décident d’ouvrir le poste frontalier terrestre « Chahid Mustapha Benboulaid »8. S’en suivra une initiative fortement médiatisée consistant en la première opération d’exportation par voie terrestre de 400 tonnes de produits algériens vers Nouakchott. Composée de divers produits, cette toute première cargaison est arrivée à Nouakchott dix jours plus tard. La mobilisation médiatique et politique autour de cet évènement conforte, a contrario, une réalité non assumée, à savoir le choix des gouvernants de privilégier leurs relations avec l’Europe plutôt qu’avec l’Afrique.

L’économie de rente et ses limites

27L’impact du contre-choc pétrolier commencé en 2014 n’a pas disparu en 2018, même si le prix du baril de pétrole a connu quelques petites hausses. À quelques mois d’une élection présidentielle prévue le 18 avril 2019, un bilan s’est de facto imposé dans le débat public.

  • 9 . APS, « La croissance économique de l’Algérie a atteint 1,5 % en 2018 », 22 avril 2019.
  • 10 . Selon le rapport de l’Office national des statistiques, la production céréalière enregistrée dura (...)

28Dans la colonne des bonnes nouvelles économiques, le taux de croissance du PIB hors hydrocarbures, a atteint 3,4 % en 2018, contre 2,2 % l’année précédente grâce au dynamisme des secteurs de l’agriculture, du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique (BTPH)9. Ainsi, le secteur de l’agriculture, sylviculture et pêche a enregistré un taux de croissance annuel de 6 %, contre 1 % en 201710. La promotion des potentialités sur les hauts plateaux et le sud ont largement contribué à ces résultats (Hadeid, Bellal, Ghodbani, Dari, 2018).

  • 11 . APS, « Conjoncture macro financière : la Banque d’Algérie fait le bilan 2018 », 04/06/2019.

29L’autre bonne nouvelle concerne le secteur des transports. À la fin de l’année, des améliorations sont enregistrées au niveau du réseau routier, des ports et des aéroports, du métro et du tramway. Ainsi entre 2000 et 2018, le réseau ferroviaire est passé de 1 000 km à 4 200 km, pour atteindre 6 300 km en 2022. Fin 2018, l’Algérie compte 36 aéroports, 48 ports et une autoroute est-ouest d’une longueur de 1 200 km, avec 13 échangeurs d’une longueur de 1 009km. Quant au chapitre de la redistribution de la rente, le gouvernement a annoncé que plus d’un million de logements sociaux avaient été distribués et réceptionnés au titre du programme quinquennal 2015-2019, soit 52 % du total. In fine, le déficit de la balance des paiements a diminué passant de 21,76 milliards 2017 à 15,82 milliards de dollars en 201811.

  • 12 . Ibid.
  • 13 . Rapport du gouverneur de la Banque d’Algérie Mohamed Loukal devant l’APN.

30Dans la colonne des mauvaises nouvelles économiques, les réserves de change enregistrent une contraction de 17,45 milliards dollars US, les faisant passer à 79,88 mds, contre 97,33 mds à la fin de 201712. Le volume d’exportation des hydrocarbures s’est établi à 99,9 millions de tonnes en 2018, soit une baisse de 7,7 % par rapport à 2017. Officiellement, la chute des exportations est due à la baisse de la production et à l’augmentation de la consommation nationale. (Banque d’Algérie, 2019). Les effets du contrechoc pétrolier se sont poursuivis tout au long de l’année, malgré des hausses passagères des prix du baril du pétrole. Les conséquences budgétaires étaient telles que le gouvernement mené par Ouyahia décide de recourir au financement non conventionnel, plus communément appelé la planche à billets en septembre 2017. En un peu plus d’une année, l’équivalent d’environ 45 milliards de dollars soit plus de 28 % du PIB ont été mis à la disposition du gouvernement par la Banque d’Algérie dans le but de couvrir le déficit du Trésor public à hauteur de 2 264 milliards DA et le financement de la dette publique, notamment la Caisse nationale des retraites et la Caisse nationale des assurances sociales. Parallèlement, les réserves de change ont continué à baisser pour atteindre 82,12 mds de dollars à fin novembre 2018 (APS, 23/12/2018)13.

31Ce choix a suscité de nombreuses critiques, notamment du fait que l’argent versé n’a pas servi à relancer l’investissement public, mais à effacer les dettes publiques. Pis, l’absence de réformes structurelles a même contribué à « alimenter le circuit informel, car quand l’État règle les dettes des entreprises nationales, comme Sonelgaz, l’argent est encaissé par ses sous-traitants, qui exercent pour la majorité dans l’informel » (Amzal, Sidali : 2018).

32Les difficultés socioéconomiques ont attisé les mouvements sociaux dont le plus spectaculaire est celui qui a quasiment paralysé, huit mois durant, le secteur public de la santé. Médecins, pharmaciens et dentistes résidents ont multiplié arrêts de travail, sit-in, rassemblements et marches pour protester contre les conditions déplorables de travail et le manque de moyens d’une part, et, d’autre part, revendiquer la révision du service civil, de leur statut, ainsi que l’annulation du service militaire. Ballotés entre deux tutelles, le ministère de la Santé et celui de l’Enseignement supérieur, les grévistes ont suspendu leur grève sans obtenir entièrement gain de cause. Pis, l’un des rassemblements tenus dans l’un des plus grands centres hospitalo-universitaires, au centre d’Alger, a été réprimé par les forces de police.

33Coïncidence malheureuse pour le gouvernement, le secteur de la santé est à nouveau secoué par un énorme scandale. En août 2018, une épidémie de choléra touche cinq wilayas (Blida, Bouira, Alger, Médéa et Tipaza). La gestion de ce scandale est révélatrice de l’ampleur de la crise que connait la santé publique en Algérie. Après plusieurs semaines de silence et de rumeurs persistantes, le gouvernement reconnait les faits sans pouvoir atténuer la panique qui s’empare de l’opinion publique.

Le consensus se lézarde : des tensions politiques inédites

34D’un point de vue politique, l’été en Algérie a également coutume d’être chaud. 2018 n’a pas fait exception. Il commence par une affaire de trafic de stupéfiants d’une extrême gravité. En mai 2018, au large du Port d’Oran, les garde-côtes découvrent dans un navire commercial battant pavillon du Libéria, 701 kg de cocaïne. Cette cargaison était dissimulée dans un conteneur chargé de viandes rouges congelées, en provenance du Brésil. Un homme est très vite arrêté, Kamel Chikhi, dit le Boucher. Sa chute entraine celle de nombreuses personnalités dans les domaines très « politique », de l’immobilier, de la justice et de la sécurité. Paradoxalement, ce ne sont pas les services de police qui se chargent de l’enquête, mais la gendarmerie qui dépend de l’armée. La figure la plus emblématique de ce scandale aux multiples ramifications est le général Abdelghani Hamel, directeur général de la sécurité nationale (DGSN). Connu pour sa proximité avec le groupe présidentiel au point d’avoir été cité comme possible successeur d’Abdelaziz Bouteflika, il est limogé en juin et ne sera pas le seul.

35Le mois de septembre amorce un nouveau scandale politique qui implique l’Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse du parlement). Le président de l’APN, Said Bouhadja, député FLN, est contesté par sa propre famille politique, le FLN ainsi que l’alliance présidentielle (le RND, le MPA et la TAJ). Officiellement, on lui reproche d’avoir mis fin aux fonctions du secrétaire général de l’APN, Bachir Slimani, considéré comme proche du cercle présidentiel.

36Même si la faiblesse de l’autorité de l’institution législative est de notoriété publique, jamais son discrédit n’avait atteint un tel degré, des députés de la majorité de l’opposition étant mis en cause. En premier lieu, les députés de la majorité ont exigé la démission de Said Bouhadja, – une exigence qui n’est pas dans leurs prérogatives –, gelé les activités de l’APN et du sénat, interdit l’accès au bureau du président de l’APN, avant de cadenasser, au sens propre du terme, les portes du bâtiment. Une image qui restera dans les tristes annales de l’institution législative. En deuxième lieu, le président déchu a mobilisé pour sa défense des arguments contre-productifs. Au lieu d’évoquer des aspects légaux et réglementaires qui lui étaient favorables, ainsi que sa double légitimité étant deux fois élu (en tant que député et président de l’APN), le président de l’organe législatif déclare qu’il ne démissionnera que si le chef de l’État le lui demande. En troisième lieu, les députés de l’opposition décident de prendre acte de la destitution du Said Bouhadja et de considérer son remplaçant comme le nouveau président de l’APN.

37L’incapacité de la classe politique dite de l’opposition apparaît également lorsque certains partis, notamment le FFS et le MSP, proposent une Initiative nationale du consensus qui répertorie certaines solutions politiques visant à écarter la perspective d’un cinquième mandat. Toutefois, ils divergent sur les acteurs, les modalités, le contenu et la finalité de ce consensus (Hamadi, 2018). Le MSP propose un consensus autour du report de l’élection présidentielle afin de préparer les termes de réformes politiques et institutionnelles importantes. Et pour cela, il s’est adressé directement aux centres décisionnels, à savoir le cercle présidentiel et l’état major. Le FFS, quant à lui, a proposé un consensus que la base « élaborerait à partir d’une feuille blanche » et qui serait une continuité à l’initiative déjà proposée en 2014. Résultat, aucune des deux démarches ne verra le jour et les préparatifs pour l’organisation de l’élection présidentielle commenceront dans la confusion la plus totale.

38En octobre, l’opinion publique est à nouveau témoin de l’inimaginable : cinq généraux majors, le plus haut grade de l’armée algérienne, dont deux commandants des deux principales régions militaires du pays à savoir Alger et Oran, sont arrêtés. Présentés devant la justice militaire, ils sont accusés d’enrichissement illégal et d’abus de pouvoir. Fait totalement inédit, cet épisode suscite moult interrogations et les tentatives d’explication se succèdent. Le point commun de toutes ces explications est de relier cette affaire à l’élection présidentielle prochaine et, plus précisément, au cinquième mandat. L’élection doit se tenir en avril 2019, et la candidature du chef de l’État, qui demeure une hypothèse forte n’est toujours pas confirmée. Là s’arrête le point de convergence et commencent les analyses divergentes. Pour certains, la présidence et ses alliés se sont inscrits dans une politique dite de « mains propres » comme une sorte de précampagne électorale. Entâché par les scandales de corruption qui n’en finissent pas, les alliés du président voudraient ainsi suggérer que le cinquième mandat commencera dans un contexte nouveau, notamment en termes de lutte contre la corruption. Le fait que des généraux en poste soient les premiers à être ciblés, viserait alors à montrer que nul n’est au-dessus de la loi. La deuxième explication est moins romantique. Elle place ces arrestations dans le cadre de l’aggravation de l’exacerbation des tensions au sein des cercles décisionnels, confrontés à un dilemme cornélien : le cinquième mandat devient de plus en plus difficile à mettre en œuvre alors qu’aucun successeur consensuel ne se dégage. Dans ces conditions, les arrestations serviraient à éliminer une tentative de mise en réseau d’un courant défavorable à l’option d’une reconduction du président Bouteflika. Troisième explication qui complèterait la deuxième, les rivalités traditionnelles intra-système, notamment celles qui opposent l’état-major et les services de renseignement, se sont exacerbées de façon inédite. L’absence d’un arbitre pour maintenir les équilibres internes aurait alors conduit à un point de rupture avec des ondes de choc successives et brutales.

39Ce processus s’est, semble-t-il, accéléré avec le quatrième mandat à l’occasion duquel les réserves du chef des services de renseignement à l’égard du prolongement de la présidence de Bouteflika sont devenues patentes. Une campagne que les proches du chef d’état-major et du président ont orchestré et qui a débouché sur l’arrestation spectaculaire du général Hassan, le 27 août 2015. Il a été accusé de « constitution de bandes armées, détention et rétention d’armes de guerre, fausses déclarations sur le stock d’armes utilisées ou mises à sa disposition dans le cadre de ses prérogatives (lutte anti-terroriste) ». Moins de deux mois plus tard, le 13 septembre, le général Mediene est poussé à la retraite, confortant le basculement des rapports de forces en faveur de l’état-major. 2018 se termine sur de très fortes interrogations quant aux conséquences de ses luttes intra-élites sur l’élection présidentielle prévue le 18 avril 2019.

Conclusion

40On ne le saura qu’un peu plus tard, mais 2018 aura été une année charnière. Elle marque la fin de ce qui ressemblait à une longue route droite sur laquelle l’Algérie s’était résolument engagée depuis 1999. Déterminés à rester envers et contre tout à la tête de l’État, ses gouvernants ont multiplié les mesures matérielles et symboliques pour contrer, détourner ou neutraliser toutes tentatives de remise en cause de l’ordre politique établi.

41Toutes les ressources ont été mobilisées pour combler les brèches d’une institution présidentielle extrêmement affaiblie. Tout au long de l’année, les rares apparitions, voire l’absence du président Bouteflika, ont accru les conjectures quant à son état de santé et à sa capacité à gouverner. Le climat politique général est devenu de plus en plus tendu au fur et à mesure que se rapprochait la date fatidique de l’élection présidentielle. Les mesures symboliques et matérielles prises par les gouvernants ne sont pas parvenues à apaiser les débats, ni à contenir les dissensions qui apparaissent désormais au grand jour.

42Deux tendances se sont affrontées tout au long de l’année : une incarnée par ceux qui veulent permettre à Abdelaziz Bouteflika de finir ses jours président, et l’autre représentée par les partisans d’une succession préparée. La multiplication des candidats à la candidature, d’une part, et l’absence d’accord sur l’identité d’un candidat consensuel, d’autre part, ont mis le système politique algérien sous une forte pression.

Haut de page

Bibliographie

Amzal Sidali, 2018, « Financement non conventionnel : quels sont les résultats, une année après », algerie-eco.com,29 septembre, <https://www.algerie-eco.com/2018/09/29/financement-non-conventionnel-quels-sont-les-resultats-une-annee-apres/>.

Ameziane Rachid, 2018, « Les Ahmadiyya d’Algérie : réalités et discriminations », Strategia, 12 avril.

Arab Barometer, 2017, « Algeria Five Years after the Arab. Uprisings Findings from the Arab Barometer », 15 avril, <https://www.arabbarometer.org/wp-content/uploads/Algeria_Public_Opinion_Survey_2016.pdf>.

Cherfaoui Zine, 2018, « Crise libyenne : Pourquoi Haftar cherche à se brouiller avec l’Algérie », El Watan, 10 Septembre.

Elkebir Akrem, 2018, « Le phénomène de la harga de plus en plus alarmant : Le grand naufrage », El Watan, 5 décembre, <https://www.elwatan.com/a-la-une/le-phenomene-de-la-harga-de-plus-en-plus-alarmant-le-grand-naufrage-05-12-2018>.

El Kebir Akram, 2018, « Le vivre-ensemble en paix selon Khaled Bentounes », El Watan, 14 décembre.

Hadeid Mohamed, Bellal, Sid Ahmed, Ghodbani, Tarik, Dari, Ouassini, 2018, « L’agriculture au Sahara du sud-ouest algérien : entre développement agricole moderne et permanences de l’agriculture oasienne traditionnelle », Les Cahiers de l’Agriculture, 27

Hamdi Rania, 2018, « Akram Kharief : “Le crash de l’avion militaire n’est pas dû à un problème de surcharge” », Jeune Afrique, 16 avril.

Hamadi Nissa, 2018, « FFS-MSP : à chacun son “consensus” », Liberté, 27 juillet.

Kebir Karim, 2018, « FFS : la plateforme du “consensus” fin prête », Liberté, 31 mai.

Kharief Akram, 2019, « Le MDN dévoile un bilan d’activités musclé en 2018 », Maghreb Emergent, 2 Janvier, <https://maghrebemergent.info/le-mdn-devoile-un-bilan-dactivite-muscle-en-2018/>.

Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), 2018, Bilan annuel, 18 décembre.

L. B., 2018, « Éducation nationale : La langue Tamazight est enseignée dans 44 wilayas, selon Benghabrit », Les Echos d’Alger, 15 septembre.

Saadoun Hassane, 2018, « La reconnaissance de Yennayer par l’Algérie inspire les militants amazighs marocains », TSA, 6 janvier, <https://www.tsa-algerie.com/la-reconnaissance-de-yennayer-par-lalgerie-inspire-les-militants-amazighs-marocains/>.

Sabri Malika, Boukherrouf Ramdane, 2018, « L’enseignement de la langue tamazight en Algérie. Quelle formation pour quelle variété? », Timsal n tamazight, n° 9, décembre, .p 197-214.

Haut de page

Notes

1 . À l’origine, ce projet a été formulé, en 2014 lors d’un congrès à Oran, par l’Association internationale soufie alawia (AISA), une ONG affiliée à l’Association Cheikh el Alawi pour la culture et l’éducation soufie, basée à Mostaganem. Il a été ensuite adopté par consensus par les pays membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) en décembre dernier (Résolution 72/130 de l’Assemblée générale).

2 . APS, « Flici : la célébration de la journée du vivre-ensemble en paix conforte la Charte de la réconciliation nationale », 13 mai 2018.

3 . Le sondage Arab Barometer publié en 2017 confirme que la confiance des Algériens à l’égard des institutions de sécurité est une tendance lourde. Ainsi, 75 % des Algériens ont confiance en leur institution militaire, 60 % en leur police, contre bien moins de 20 % en leur parlement et dans les partis politiques.

4 . « Oran/huit réseaux spécialisés dans l’émigration clandestine démantelés », Algérie-Focus, 29/01/2018, <https://www.algerie-focus.com/2018/01/oran-huit-reseaux-specialises-lemigration-clandestine-demanteles/>.

5 . 132 individus armés se sont rendus aux autorités militaires ; 170 arrestations ; 499 caches d’armes et 8 ateliers de fabrication de bombes détruites ; 707 armes et 512 bombes artisanales ont été récupérées. S’agissant de la lutte contre le trafic de drogue : 611 narcotrafiquants, 950 orpailleurs illégaux et 1 800 contrebandiers arrêtés ; 701 kg de cocaïne saisis à Oran, 25 tonnes de résine de cannabis, 2,2 kilos d’héroïne et 510 000 cachets de psychotropes ont été récupérés en 2018.

6 . S’adressant au gouvernement d’union nationale, Abdelkader Messahel a affirmé qu’aucune déclaration ne pouvait porter atteinte aux « relations fraternelles » entre les deux pays et que l’Algérie poursuivrait ses efforts en faveur d’une « solution politique » à la crise libyenne.

7 . Selon des experts cités par la presse algérienne, le champ d’Alrar communiquant avec celui de Wafa, une grande partie du pétrole et de gaz est aspiré à travers le plateau de production de l’ENI. Grâce aux « zones de dépression », la compagnie italienne a pu exploiter et continue d’exploiter, une grande quantité du pétrole du champ de Wafa tout en provoquant une sorte de migration du gaz et du pétrole du champ d’Alrar. En 2004, des ingénieurs algériens de la Sonatrach avaient dénoncé un « détournement » du pétrole algérien par les Libyens avec l’appui du groupe italien ENI.

8 . Mustapha Benboulaid est un militant nationaliste et l’un des fondateurs du Front de libération nationale en 1954.

9 . APS, « La croissance économique de l’Algérie a atteint 1,5 % en 2018 », 22 avril 2019.

10 . Selon le rapport de l’Office national des statistiques, la production céréalière enregistrée durant la campagne 2017-2018 a été estimée à 60,5 millions de quintaux, contre 34,7 millions de quintaux durant la compagne précédente, soit une hausse significative de 74,4 %. La production arboricole atteint 16 892 480 quintaux, soit une hausse de l’ordre de 273 % par rapport à l’année 2000.

11 . APS, « Conjoncture macro financière : la Banque d’Algérie fait le bilan 2018 », 04/06/2019.

12 . Ibid.

13 . Rapport du gouverneur de la Banque d’Algérie Mohamed Loukal devant l’APN.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Algérie 2018 : Une mobilisation générale pour une élection particulière », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 217-230.

Référence électronique

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Algérie 2018 : Une mobilisation générale pour une élection particulière », L’Année du Maghreb [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5699 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.5699

Haut de page

Auteur

Louisa Dris-Aït Hamadouche

Professeure à la faculté des sciences politiques et des relations internationales, Alger 3.

Articles du même auteur

Haut de page