Navigation – Plan du site
Chroniques
Libye

De Paris à Palerme, la Libye entre illusions électorales et économie de guerre

Saïd Haddad
p. 233-251

Entrées d'index

Mots-clés :

Chronique Libye, 2018

Géographie :

Libye
Haut de page

Texte intégral

1La proclamation de la « libération » par les forces du maréchal Haftar de la ville de Derna le 28 juin 2018 témoigne de l’avancée de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) dans l’est du pays et par conséquent de la consolidation de l’emprise de son commandant en chef. En renforçant son contrôle sur la partie orientale et le sud du pays, le maréchal Haftar raffermit sa légitimité internationale. L’actualité libyenne en cette année 2018 est dominée par une série d’initiatives internationales visant à relancer, une nouvelle fois, le dialogue politique alors que le retour de l’organisation de l’État islamique, la recrudescence des affrontements entre divers acteurs libyens et l’enracinement d’une véritable économie de guerre obèrent une sortie de crise.

La réunion internationale de Paris (mai 2018)

  • 1 . Voir notre chronique 2017.

2Près d’un an après la réunion de la Celle-Saint-Cloud du 25 juillet 2017 tenue sous l’égide du président français Emmanuel Macron, soutenue par les Nations Unies et son envoyé spécial pour la Libye, Ghassan Salamé, une nouvelle réunion internationale se tient à Paris, le 29 mai 2018. Elle se déroule alors que l’échéance prévue dans la déclaration de principes en 10 points de 2017 pour la tenue d’élections générales au printemps 2018 est passée. En effet, cette déclaration de 2017 dont l’objectif principal est de relancer l’Accord politique libyen (l’Accord), signé à Skhirat, en décembre 2015 prévoyait non seulement l’organisation de ces élections générales, mais également un cessez-le feu, l’inclusion des différentes parties au conflit et la réinsertion des anciens combattants dans une nouvelle armée réunifiée1. La présence à Paris du maréchal Haftar et de Fayez al Sarraj, chef du Gouvernement d’union nationale (GUN) n’a pas cependant pu occulter l’absence de certains protagonistes de la crise libyenne ainsi que les silences relatifs aux modalités concrètes de mise en œuvre de la déclaration 2017. L’intransigeance du maréchal Haftar, conforté par ses victoires militaires (voir infra) explique certainement que cette initiative française, soutenue par l’ONU, soit restée lettre morte.

  • 2 . Y participent la Chine, les États-Unis la France, le Royaume Uni, la Russie, l’Italie, l’Allemagn (...)
  • 3 . Texte de la Déclaration politique sur la Libye disponible sur <https://www.elysee.fr/emmanuel-mac (...)
  • 4 . Représentant spécial du Secrétaire général (des Nations Unies)

3Cette réunion internationale sur la Libye du 29 mai réunissait, outre Fayez al Sarraj et Khalifa Haftar, Aguila Salah, président de la Chambre des Représentants (CdR) sise à Tobrouk et Khaled al Mishri, président du Haut Conseil d’État (HCE). En présence de vingt pays et de quatre organisations internationales2, les quatre protagonistes libyens se sont accordés sur une déclaration – non signée – en 8 points. La déclaration finale de Paris prévoit ainsi la mise en place d’une « base constitutionnelle » (point 1), la tenue d’élections législatives et présidentielle, le 10 décembre 2018 (point 2), l’adoption de lois électorales (point 3)3. À l’instar de la déclaration de 2017, les parties s’engagent à « soutenir les efforts déployés par les Nations Unies pour mettre en place des institutions militaires et de sécurité professionnelles, responsables et unifiées […] et d’œuvrer de manière constructive en vue d’unifier les institutions militaires et de sécurité de Libye » (point 8). Saluée par le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, comme étant « une avancée significative et bienvenue dans la transition politique de la Libye », la réalisation des objectifs affichés dans la Déclaration se heurte toutefois à un certain nombre d’obstacles. En effet, en dépit de la participation des quatre principaux protagonistes, l’absence d’un certain nombre d’acteurs libyens, tels que les représentants des milices et de la ville de Misrata est à signaler. Le court délai prévu pour l’organisation du scrutin provoque également le scepticisme d’un certain nombre d’acteurs – libyens et étrangers – en dépit de l’adoption par la CdR de Tobrouk de la loi sur le référendum constitutionnel, le 13 septembre 2018, prévoyant notamment la division du pays en trois circonscriptions, cette dernière disposition étant approuvée le 26 novembre par cette même CdR. Cette condition, évoquée dans le point 3 de la déclaration de Paris fait partie des « conditions applicables aux élections telles qu’énoncées dans l’exposé présenté le 21 mai au Conseil de sécurité des Nations Unies par le RSSG4 (nouvelle campagne d’inscription sur les listes électorales et appel au respect des résultats du scrutin par toutes les parties) ». En faisant référence à l’exposé de Ghassan Salamé, la Déclaration s’inscrit également dans le cadre du plan d’action présenté le 20 septembre 2017 par l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Libye et visant à amender l’Accord de 2015. Ledit plan d’action prévoit ainsi la tenue d’une conférence nationale afin de permettre aux Libyens de toute obédience de s’exprimer sur la crise traversée par le pays et d’avancer des solutions.

  • 5 . The Centre for Humanitarian Dialogue (HD), Conclusions of Libyan National Conference Process Rele (...)

4Organisée du 5 avril au 11 juillet 2018 dans tout le pays, la phase consultative de la conférence nationale a permis à plus de 7 000 libyens de participer aux consultations par le biais de 77 réunions politiques et d’une plate-forme en ligne mise en place avec le concours du Centre pour le dialogue humanitaire, ONG basée à Genève et spécialisée dans la médiation des conflits5. Mandatée par Ghassan Salamé, l’ONG a ainsi pu faire dégager « 10 principes clés et points de consensus » pouvant dessiner une feuille de route. La préservation de l’unité et de la souveraineté libyenne avec une autonomie régionale plus grande et la préservation des identités culturelles locales ; une gouvernance démocratique efficace ; la sécurité ; la mise en place d’une armée unifiée ; la préservation des ressources nationales ; une distribution équitable des ressources nationales ; une gouvernance locale forte ; la fin de la phase transitionnelle ; des élections sûres et transparentes et une réconciliation nationale « sans aucune interférence étrangère » sont les 10 points de consensus sur lesquels s’appuie le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye pour surmonter les obstacles à la mise en œuvre de son plan d’action et sortir le processus politique de l’impasse. Il s’agit pour Ghassan Salamé de prendre appui sur la population et sur les propositions recueillies lors de la conférence nationale afin de peser sur la conduite des acteurs de la crise libyenne.

5Toutefois, la Déclaration de Paris se heurte, à la fois, au scepticisme évoqué plus haut et au désaccord franco-italien sur la date du scrutin et sur le rôle qui doit être dévolu au maréchal Haftar dans la résolution de la crise.

  • 6 . Celian Macé, « Élections libyennes : Paris s’accroche à son mirage », liberation.fr, 16/9/2018, h (...)

6En déclarant le 11 septembre 2018 qu’ « on ne peut pas voter avec une telle instabilité dans les rues »6, le chef du GUN met un terme à la fiction entretenue depuis la conférence de Paris sur l’organisation d’élections générales en si peu de temps.

Tensions franco-italiennes

  • 7 . Ibid.
  • 8 . Maryline Dumas, Mathieu Galtier, « La Libye prise en otage par la France et l’Italie », orientxxi (...)

7En déclarant, le 12 septembre 2018, que « nous sommes en désaccord avec la position du gouvernement français, qui soutient que les élections en Libye doivent se tenir le 10 décembre »7, le ministre italien des Affaires étrangères affirme publiquement les divergences franco-italiennes. Si ce différend s’inscrit dans celui plus large des relations entre les deux pays depuis l’élection d’un gouvernement populiste et d’extrême droite à Rome, il se nourrit également du sentiment italien d’avoir été négligé lors du lancement des deux dernières initiatives françaises. La situation libyenne est appréciée différemment depuis Rome et Paris. Les liens historiques et économiques liant l’Italie et la Libye et la question migratoire où Rome est aux avant-postes font de l’Italie un acteur non négligeable dans les tentatives de résolution de la crise libyenne. Ils expliquent certainement les différences d’appréciation avec Paris : migrations contre djihadisme. Le gouvernement italien est également réservé quant à la position française à l’égard de Khalifa Haftar qui en fait un rouage essentiel dans la lutte contre le terrorisme djihadiste et qui le place sur un pied d’égalité avec les autorités de Tripoli, reconnues par la communauté internationale. Le désaccord sur la date des élections s’inscrit ainsi dans le contexte des relations franco-italiennes et semble s’être – momentanément – atténué après que Paris a reconnu, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2018, que la tenue d’élections le 10 était prématurée8.

La dégradation de la situation sécuritaire

  • 9 . « Libye : Paris réclame des sanctions contre les opposants aux élections », lepoint.fr, 25/09/201 (...)

8L’opposition italienne à la tenue d’élections à la date convenue par la conférence de Paris et celle des États-Unis pour qui « imposer de mauvaises dates butoirs va se retourner » contre les Libyens9 se nourrissent également de la dégradation de la situation sécuritaire à Tripoli, à la fin de l’été 2018.

La (nouvelle) bataille de Tripoli (août-septembre 2018)

9Les affrontements qui ont secoué la capitale libyenne entre le 27 août et le 25 septembre témoignent une fois de plus de la fragilité du GUN, issu de l’accord de Skhirat et de sa dépendance à l’égard des milices et autres groupes armés. L’ordre milicien qui règne à Tripoli a été qualifiée d’oligopolistique (Lacher, al Idriss, 2018) en raison de la domination du paysage politico-sécuritaire tripolitain par quatre milices que sont les forces spéciales Rada (Special Deterrent Force – SDF), la brigade Nawassi (ou Central Security Force), la brigade des révolutionnaires de Tripoli (Tripoli Revolutionaries Battalion – TRB) et la brigade Abou Salim. Ces forces, qui dominent territorialement et politiquement la capitale, constituent de fait un « cartel » (ibid.). Elles ne sont pas à l’abri d’une réaction menée par une « alliance des exclus » regroupant les forces politiques et militaires n’ayant pas accès aux institutions de l’État et, par conséquent, à ses ressources financières (ibid.).

  • 10 . Des combats autour de l’aéroport avaient déjà éclaté en janvier 2018, rfi.fr, 17/01/2018.
  • 11 . Frédéric Bobin, « En Libye, Tripoli bascule à nouveau dans les combats de milices », lemonde.fr, (...)
  • 12 . « Le conflits à Tripoli vient du pillage de l’État par un cartel de milices mafieuses ». Propos r (...)
  • 13 . U.S Departement of the Treasury, « Treasury Sanctions Militia Leader Responsible for Multiple Att (...)
  • 14 . Célian Macé, « Le cartel des milices de Tripoli aux prises avec ses rivaux », liberation.fr, 5/09 (...)

10Cet ordre politique incertain va être ainsi remis en cause par la 7e brigade de Tarhouna – 50 km au sud de Tripoli – qui, s’estimant exclue de l’ordre milicien et de ses avantages, fait mouvement, le 27 août, vers l’aéroport de la capitale, qui fermé depuis la bataille de Tripoli de l’été 2014, est alors en passe de rouvrir10. La 7e brigade contrôle, seule, la ville de Tarhouna et est connue également sous le nom de « Kaniyat », du nom des trois frères de la famille al Kani qui la dirigent (ibid.). Ses prétentions sur l’aéroport de Tripoli s’appuient également sur des considérations tribales « car une partie importante de la population riveraine est originaire de Tarhouna »11. Le déroulement des affrontements entre la 7e brigade et les brigades Nawassi, des révolutionnaires de Tripoli et Abou Salim est révélateur des alliances incertaines et mouvantes qui caractérisent le paysage politico-militaire libyen et notamment tripolitain. En effet, ne disposant pas de forces propres, le GUN fait appel à des milices de Zintan et de Misrata délogées de la capitale lors des affrontements de 2014 et de 2016 pour s’interposer entre les milices précitées. Toutefois, comme le souligne Wolfram Lacher, le « véritable atout » de la 7e brigade de Tarhouna est d’agréger autour d’elle divers groupes mécontents de la situation qui règne à Tripoli, plusieurs mouvements issus de Misrata et de Zintan (Delalande, 2018) et hostiles à al Sarraj, ainsi que des unités loyales au maréchal Haftar12. Cette alliance « opportuniste » illustre l’instabilité de la situation libyenne, en perpétuelle reconfiguration. Le 4 septembre, la signature d’un cessez-le-feu, sous l’égide de la MANUAL (Mission d’appui des Nations Unies en Libye) n’empêche pas la poursuite des combats jusqu’au 26 septembre. Un nouvel accord signé la veille entre des représentants de la ville de Tarhouna et de Tripoli prévoit le respect de l’accord du 4 septembre, ainsi que la mise sur pied d’une force de police mixte, composée en partie de policiers issus des deux villes précitées, afin de sécuriser la banlieue sud de la capitale (AFP, 26/9/2018). Les combats, qui ont débouché sur plus de 117 morts et 400 blessés (ibid.), ont fait l’objet de condamnations de la part de la communauté internationale, Paris demandant ainsi, lors de l’AG des Nations Unies, que des sanctions soient prises à l’encontre des milices menaçant Tripoli, à l’instar de celles prises par les États-Unis à l’encontre d’Ibrahim Jadhran, le 12 septembre 2018, après son attaque contre les terminaux du Croissant pétrolier en juin 201813. Ces combats de Tripoli ont été l’occasion d’un regain de tension entre Rome et Paris, le ministre italien de l’Intérieur accusant, sans la nommer, la France d’être derrière ces violences14 en raison du soutien supposé de Paris au maréchal Haftar et de l’alliance qui s’est faite entre la 7e brigade de Tarhouna et des groupes armés proches du commandant en chef de l’ANL.

  • 15 . « Libye : le maréchal Haftar se dit prêt à marcher sur Tripoli », rfi.fr, 7/09/2018, <http://www. (...)

11Le 6 septembre, à la faveur des combats à Tripoli, ce dernier sort de son silence et menace de marcher sur Tripoli15. Rejetant dans le même temps le projet de nouvelle Constitution, votée le 29 juillet 2017 par l’Assemblée constituante, le maréchal dispose d’alliés dans l’ouest du pays, comme a pu le montrer à nouveau la crise dans la capitale libyenne. Si ce n’est pas la première fois que Khalifa Haftar s’en prend à Tripoli et à son gouvernement, il semblerait qu’il veuille dorénavant tirer profit de son statut international et de l’affermissement de son emprise dans la région du Croissant pétrolier et dans l’est du pays.

L’enjeu pétrolier

  • 16 . Voir notre chronique de l’année 2016.
  • 17 . Célian Macé, « Libye : Haftar attaqué dans le croissant pétrolier », liberation.fr, 15/06/2018, h (...)

12Alors que les forces du maréchal Haftar contrôlent le Croissant pétrolier depuis le 11 septembre 2016, les installations pétrolières sont attaquées par celles d’Ibrahim Jadhran, le 14 juin 2018. Ancien responsable de la Garde des installations pétrolières et ancien allié de Khalifa Haftar lors du lancement de l’opération Karama en 2014, lâché par la tribu al-Maghariba – à laquelle il appartient –, Jadhran avait été chassé par l’ANL du Croissant pétrolier, ce qui avait permis la reprise des exportations pétrolières et participé à la réhabilitation du militaire auprès des chancelleries, notamment occidentales16. La reprise, une semaine plus tard, des installations de Ras Lanouf et al Sedra ont mis fin aux velléités de cette coalition hétéroclite rassemblant des membres des Brigades de défense de Benghazi (qui en avaient pris le contrôle durant 11 jours, du 3 au 14 mars 2017, avant d’être chassés par l’ANL), des membres de la tribu de Jadhran et des mercenaires tchadiens, comme l’affirme le Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye (2018). Jadhran aurait vraisemblablement reçu le soutien financier et matériel de factions hostiles à Haftar, dont des alliés à Misrata. Est à noter également que l’offensive de Jadhran n’a pas été condamnée par le Haut Conseil d’État, créé en 2015 par l’Accord (ICG, 2018). Cette victoire de l’ANL n’a été possible qu’en dégarnissant le front de Derna de certaines unités afin de les déployer contre les forces de Jadhran. Elle aurait été également facilitée tant par la mise à disposition par Paris d’un avion de surveillance permettant l’interception des communications et la localisation des téléphones portables17 que par la participation de groupes soudanais (Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye (2018).

13Enjeu de la deuxième guerre civile libyenne débutée en août 2014, le pétrole a fourni, à celui qui n’était encore que général, l’opportunité de renforcer son statut d’homme fort dans l’est du pays. Cependant, contrairement au modus vivendi à l’œuvre depuis 2016 selon lequel la National Oil Company (NOC), qui a reconnu l’autorité de Tripoli, exporte le pétrole depuis les installations du Croissant pétrolier tout en recevant les ordres de la CdR en vertu de la déclaration de l’ANL selon laquelle la totalité du Croissant pétrolier est sous l’autorité de la NOC, le maréchal Haftar annonce que la NOC ne pourra plus dorénavant gérer les exportations pétrolières depuis les installations de l’est du pays. Ce coup de force, visant à transférer la gestion des installations pétrolières à une autre entité de l’est (une branche orientale de la NOC, créée en 2016) a été condamné, le 27 juin, dans un communiqué commun par la France, les États-Unis, l’Italie et le Royaume-Uni et ce en vertu de différentes résolutions du Conseil de Sécurité des Nations condamnant les tentatives d’exportations pétrolières illégales par des institutions parallèles qui n’agissent pas sous l’autorité du GUN. Il faudra attendre le 11 juillet, après que les exportations pétrolières ont chuté de près de 50 % pour que le maréchal Haftar revienne sur sa décision.

La prise de Derna

  • 18 . Voir Human Rights Watch, « Libye. Évènements de 2018 », Rapport mondial 2019, <https://www.hrw.or (...)
  • 19 . Amnesty International, Libye : des civils assiégés à Derna, 13/06/2018, <https://www.amnesty.fr/c (...)
  • 20 . <https://twitter.com/UNSMILibya/status/1007276466139205632>.

14Les affrontements du Croissant pétrolier ont lieu au moment où la ville de Derna est soumise à l’offensive de l’ALN depuis le 7 mai. En effet, alors que depuis quelques mois, la ville fait l’objet d’attaques aériennes de l’ANL et de l’armée égyptienne, qui riposte ainsi aux actions djihadistes sur son territoire, le maréchal Haftar annonce le début de l’offensive contre Derna, dernier bastion hostile à son hégémonie dans cette partie du pays. Sous le contrôle de la Choura des révolutionnaires de Derna qui se dissout pour fonder la Force de protection de Derna, la résistance des combattants islamistes va durer jusqu’au début de l’année 2019. Alors que l’avancée des troupes de l’ANL est rapide, un dernier bastion dans le centre-ville résiste pendant quelques mois. Ce qui n’empêchera pas le maréchal Haftar d’annoncer la victoire de son armée et la libération de Derna le 28 juin 2018. Tout comme à Benghazi lors de sa « libération », les forces du maréchal sont soupçonnées d’avoir commis de nombreuses exactions à l’encontre de civils et de prisonniers : 1 000 familles auraient été déplacées en raison des combats et des cas « d’exécutions extrajudiciaires, de saisie illégale de propriété privée, de pillage et de détention arbitraire » auraient été rapportés par des responsables locaux 18. Aussi, après avoir instauré un blocus contre la ville provoquant une pénurie grave de nourriture d’eau et de fournitures médicales, l’hôpital principal de Derna en est réduit à ne fournir qu’une assistance vitale de stabilisation19. La MANUAL (UNSMIL) est « alarmée par les allégations de graves violations des droits de l’homme à Derna, y compris le pillage et la destruction de biens, la détention arbitraire et une vidéo d’exécutions sommaires ; ce qui, prouvé peut constituer des crimes de guerre »20. Ce n’est pas la première fois que l’ANL est accusé de commettre des crimes de guerre. Lors de la bataille de Benghazi, des vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux montrant Mahmoud al Werfalli, commandant les forces spéciales d’al Saïqa exécutant des membres du Conseil de la Choura des révolutionnaires de la ville. En dépit d’un mandat d’arrêt délivré pour crimes de guerre, le 15 août 2017, par la Cour pénale internationale (CPI) à son encontre et de son arrestation, le 8 février 2018, il est relâché le lendemain, l’ANL annonçant qu’elle ne donnerait pas suite au mandat d’arrêt de la CPI. Sous le coup d’un autre mandat d’arrêt délivré par la CPI, le 4 juillet 2018, Khalifa Haftar a tout de même ordonné l’arrestation du criminel présumé, bien que personne ne sache où il se trouve (CSNU, 2018)

L’instabilité du Sud libyen

15Entre février et juin, des affrontements dans la ville de Sebha, dans le sud, entre groupes armés affiliés aux groupes Ouled Slimane et Toubou reprennent, en dépit d’un accord de paix, signé l’année précédente à Rome. Le 22 février, des milices toubous ont attaqué des bases de l’ANL abritant la 6e brigade de l’ANL composé en grande partie de membres des Ouled Slimane. Anciennement Brigade Ouled Slimane et commandée par Ahmad al Utaybi, cette unité a combattu lors de la bataille de Syrte en 2016. C’est à la suite de la décision du maréchal Haftar d’intégrer la 6e Brigade à l’ANL que les troubles auraient éclaté, al Utaybi déclarant que sa brigade était loyale au ministre de la Défense du GUN, ce qui a provoqué son éviction et son remplacement par le général Khalifa Abdulfatih Khalifa de l’ANL (Delalande, 2018). C’est dans un paysage politico-militaire confus où les divisions internes à la 6e brigade (entre partisans et opposants à Haftar) se greffent sur des considérations locales où Ouled Slimane et Toubous se disputent l’accès aux ressources dans un environnement reconfiguré depuis 2011. Les violents affrontements, qui ont lieu autour de la citadelle de la ville, partiellement détruite et où s’est retranchée la 6e brigade, conduisent à s’interroger sur l’identité des forces impliquées dans ces combats. La citadelle tombera aux mains des forces toubous le 13 mai. Des combattants étrangers, soudanais et tchadiens se seraient engagés aux côtés des Toubous (rfi.fr, 3/04/2018). Le communiqué de l’ANL du 9 mars 2018 sommant les ressortissants des pays voisins de la Libye de quitter le sud du pays avant le 17 mars s’explique à l’aune de ces fortes suspicions d’implications de supplétifs étrangers (xinhuanet.com, 9/03/2018).

  • 21 . Andrew McGregor, The Battle for Sabha Castle: Implications for Libya’s Future, Aberfoyle Internat (...)
  • 22 . Telle est la lecture que l’on peut faire du bombardement des positions du Conseil de commandement (...)

16L’opération Law Enforcement (maintien de l’ordre) lancée le 19 mars par l’ANL a pour but, selon ses promoteurs, de restaurer la sécurité dans le sud du pays et de s’attaquer aux forces tchadiennes et soudanaises hostiles à Haftar21. Aussi le bombardement de positions de rebelles tchadiens peut être lu à l’aune de cette justification22.

  • 23 . Un groupe islamiste soudanais du Darfour, réfugié en Libye et accusé de se livrer à de nombreux t (...)

17Le Sud libyen est ainsi à l’intersection du conflit intérieur libyen et de problématiques régionales. En déclenchant, le 20 janvier, une offensive près de l’oasis de Rabyana à 150 km à l’ouest de Koufra (Operation Desert Rage), après l’assassinat de 6 soldats de l’ANL par des membres présumés du mouvement Justice et égalité (MJE)23, l’ANL s’attaque à des acteurs suspectés également d’être favorable aux milices de Misrata. Toutefois, le maréchal Haftar peut également compter sur des forces auxiliaires essentiellement soudanaises et tchadiennes. Il s’agit de l’Armée de Libération du Soudan/Mini Minawi, qui a eu un rôle crucial dans la prise de contrôle des installations pétrolières en 2016, de l’Armée de libération du Soudan/Al-Nur, ainsi que du Rassemblement des forces pour le changement en provenance du Tchad. Quelques jours après la chute de la citadelle de Sebha, la base aérienne de Tamahent, tenue depuis le printemps 2017 par les forces du maréchal Haftar et plus particulièrement par la Brigade Tarik Ibn Ziyad, une milice salafiste affiliée à l’ANL, est attaquée le 31 mai par les brigades de défense de Benghazi alliées en la circonstance à des mercenaires tchadiens (rfi.fr, 2/06/2018).

18Les frontières sud sont également au centre des préoccupations du gouvernement de Tripoli qui lors d’une réunion ministérielle à N’djamena entre les ministres des Affaires étrangères du Tchad, de Libye, du Niger et du Soudan (29-31 mai) ont exprimé leurs préoccupations tant face à la porosité de leurs frontières qu’en raison de l’activisme des groupes « extrémistes ». Les participants se sont engagés à coopérer dans le domaine du renseignement et également à autoriser les troupes de chaque État à poursuivre les assaillants (droit de poursuite) sur une certaine distance à l’intérieur du territoire de l’autre (rfi.fr, libyaobserver.ly, 2/06/2018). Toutefois, se pose la question des moyens disponibles et mis en œuvre pour atteindre ces objectifs de surveillance et de contrôle des frontières communes.

La présence de l’organisation de l’État islamique

19Revendiqué par l’organisation de l’État islamique (EI), l’attentat du 10 septembre contre le siège de la NOC à Tripoli, pendant les affrontements d’août-septembre, rappelle à nouveau que cette organisation n’a pas disparu, en dépit de sa défaite et de son retrait de la ville de Syrte en décembre 2016. Durant l’année 2017, l’EI avait mené des actions au sud de la ville de Joufra contre un point de contrôle de l’ANL (rfi.fr, 23/8/2017). Tirant profit de la fragmentation politique à l’œuvre dans le pays et dans la capitale, l’EI a revendiqué l’attaque du 2 mai contre la Haute Commission électorale nationale. Le 29 mars, il a mené plusieurs opérations armées contre des positions de l’ANL à Ajdabiya et ses environs, avant d’attaquer, le 23 mai et le 2 juin, des postes de police, et d’assassiner, le 24 juillet, deux militaires dans la ville d’Aqeïla.

  • 24 . Frédéric Bobin, « En Libye, l’État islamique affaibli mais toujours actif », lemonde.fr, 10/04/20 (...)
  • 25 . U.S AFRICA COMMAND PUBLIC AFFAIRS, U.S. Conducts precision airstrikes in Libya, United States Afr (...)
  • 26 . Bill Rogio & Alexandra Gutowski, « American forces kill senior al Qaeda leader in Libya », longwa (...)

20Face à ce réveil de l’organisation terroriste, les autorités de Tripoli ont lancé, le 2 avril, une opération, « Tempête de la patrie » afin de lutter contre l’EI. Cette opération témoigne de la prise de conscience de la résurgence de l’organisation EI24. La persistance de la menace djihadiste peut également se mesurer avec l’intensification des bombardements aériens américains contre des positions de l’EI, d’Al Qaida au Maghreb islamique et des groupes qui leur sont affiliés comme en témoignent les communiqués de l’AFRICOM des 6 et 28 juin ou du 30 novembre 201825. Le 24 mars26 un des bombardements a d’ailleurs abouti à l’élimination de l’un des dirigeants d’AQMI, Moussa Abou Daoud, tandis que l’opération aérienne du 6 juin menée près de Bani Walid aurait débouché sur l’élimination physique d’Abou Muslim al-Liby, l’un des chefs de l’EI en Libye,.

  • 27 . Ariane Poletti, « Libye : l’État islamique a changé de zone et de stratégie, mais il est toujours (...)

21La recrudescence des frappes américaines a été une des demandes exprimées par les autorités libyennes lors de la visite rendue par le chef d’AFRICOM à al Sarraj, le 31 mai à Tripoli (rfi.fr, 6/06/2018). L’activisme de l’EI en Libye montre que cette organisation a « réussi à survivre en se transformant […]. À partir de ses bases dans la Libye méridionale, au sud de Syrte et autour de Bani Walid, l’EI est capable d’infiltrer des commandos inghimasi et des véhicules piégés dans Tripoli, pour des attaques spectaculaires. Il lance des raids sur les petits postes de police aux marges des zones qu’il contrôle ; il établit des checkpoints sur les routes, en particulier sur la voie côtière à l’est de Syrte et au sud d’Ajdabiyah. Depuis son retour visible sur la scène libyenne, en août 2017, l’EI a accru ses capacités de nuisance. Tant que le conflit en Libye perdure, les djihadistes peuvent espérer compter sur cette base arrière qui a montré, en outre, par le passé, qu’elle pouvait « téléguider des attentats à l’étranger » (Puxton, 2019). Illustration de ce retour de l’EI, les vidéos de l’EI mettant en scène les actions des terroristes de l’organisation en Cyrénaïque dont les effectifs en Libye oscilleraient entre 600 et 800 (ibid.) ou entre 400 et 70027 individus, selon d’autres sources.

Initiatives et soutiens diplomatiques

22Les préoccupations sécuritaires des capitales européennes, africaines et arabes – combat contre le terrorisme djihadiste, lutte contre la prolifération d’armes dans l’espace sahélo-maghrébin, crainte que la déstabilisation de cette région ne provoque une nouvelle « crise migratoire » – expliquent en grande partie sinon leur soutien – parfois embarrassé – à Haftar, tout au moins un « pragmatisme » revendiqué à l’égard de l’homme fort de la Cyrénaïque. Les succès de l’ANL dans l’est du pays, son avancée dans le sud ont levé partiellement les préventions à son égard.

La conférence de Palerme

  • 28 . Jérome Gautheret et Frédéric Bobin, « Conférence sur la Libye à Palerme : les tergiversations du (...)

23Si la Conférence de Paris a, en quelque sorte, dominé l’agenda diplomatique de l’année 2018, d’autres initiatives régionales et internationales ont également eu lieu. Il en est ainsi de la Conférence de Palerme, des 12 et 13 novembre, pendant italien, à plusieurs titres, de celle de Paris. La présence des 3 présidents libyens (Conseil présidentiel, CdR et HCE) et celle de Khalifa Haftar, d’une vingtaine de pays parmi lesquels les États voisins (Algérie, Égypte, Tchad, Tunisie), le Maroc, les Émirats Unis, la France, la Russie etc. a débouché sur un maigre bilan. Les participants ont réitéré leur soutien au plan d’action des Nations Unies, présenté l’année précédente par Ghassan Salamé et dont l’un des objectifs est la tenue d’une Conférence nationale inclusive (voir supra) qui devrait avoir lieu en janvier 2019. Ils ont également confirmé le report déjà acté des élections générales de décembre 2018 au printemps 2019 (APS, 14/11/2018), le maréchal Haftar ne s’opposant pas, en outre, au maintien d’al-Sarraj à la tête du Conseil présidentiel jusqu’au scrutin. La conférence de Palerme aura été finalement l’occasion pour le gouvernement Conte de s’affirmer dans le dossier libyen et d’adresser un message à son opinion publique. La préparation de cette conférence a permis des rencontres bilatérales entre les autorités italiennes et les acteurs libyens précités (al-Sarraj, al Mishri et Haftar et Salah en octobre) et un certain réchauffement des relations entre Rome et Haftar, ce dernier recevant le premier ministre italien près de Benghazi, le 24 décembre 2018, après que ce dernier a rendu visite, la veille, à al Sarraj à Tripoli. La conférence aura permis également à ce dernier de se mettre en scène et de faire valoir son rôle central dans le dossier libyen : en faisant planer le doute sur sa participation à la conférence, en n’assistant pas à la plénière et en n’apparaissant pas sur la photographie devant immortaliser cette rencontre, le maréchal n’a pas seulement voulu marquer un point contre le gouvernement italien qu’il considère trop proche du GUN mais également projeter l’image d’un homme fort à la population libyenne28.

La Libye, terrain de la contre-révolution arabe

24Cette stature d’homme fort et d’acteur incontournable est renforcée par l’appui porté par l’axe Moscou- Abu-Dhabi-Le Caire. Tout en soutenant officiellement les efforts des Nations Unies et les autorités issues de l’Accord, l’action de ces trois États en faveur de l’ANL reflète des agendas intérieurs propres et s’inscrit dans un grand jeu international qui fait de la Libye le théâtre des rivalités interarabes et le lieu d’une affirmation internationale de puissance (Mezran, Varvelli, 2017, Haddad 2018). Il en est ainsi de l’Égypte du maréchal al Sissi qui, outre ses 1 100 km de frontière commune avec la Libye, partage avec le maréchal Haftar la même vision sécuritaire de la menace djihadiste. La Libye est ainsi perçue par le pouvoir du Caire comme une extension de la scène intérieure. La stabilité de la Libye est censée entraîner celle de l’Égypte et revigorer son économie anémiée (Megerisi, 2019). L’arrestation à Derna, le 8 octobre, par les forces de l’ANL de Hicham al Achmay, ancien officier des forces spéciales égyptiennes, ayant des responsabilités au sein d’al Mourabitoun, groupe armé djihadiste lié à Al Qaïda (Belga, 8/10/2018) témoigne d’une certaine communauté de destin. La lutte contre la confrérie des Frères musulmans et tous ceux qui sont supposés y appartenir fait de la Libye un acteur essentiel dans la stratégie de modelage de l’ordre régional arabe des Émirats arabes Unis. Leur opposition aux mouvements émancipateurs, tels qu’ils ont été perçus en 2011 dans le monde arabe et leur crainte de voir les Frères musulmans accéder par les urnes au pouvoir, comme cela a pu être le cas en Égypte en 2012, explique leur soutien à Haftar et au coup d’État ayant renversé le président égyptien al Morsi, en juillet 2013. Si l’activisme pro-Haftar des autorités émiraties repose sur des considérations politiques et se traduit par un soutien militaire actif (Delalande, 2018 ; Megerisi, 2019), il s’appuie aussi sur des facteurs économiques : la Libye, au regard de ses ressources et de ses besoins en termes de reconstruction, tient une place particulière dans la politique économique des Émirats, plus particulièrement, dans le domaine maritime (Megerisi, 2019).

  • 29 . Jihâd Gillon, « Russie : un pied dans chaque camp libyen », jeuneafrique.com, 5/02/2019, https:// (...)
  • 30 . Alec Luhn, Dominic Nicholls, « Russian mercenaries back Libyan leaders as Moscow seeks influence (...)
  • 31 . Samuel Ramani, Russia’s Mediation Goals in Libya, 18/04/2019, Carnegie Endowment for Internationa (...)
  • 32 . « Moscou considère que le fils de Kadhafi a le droit de participer aux élections en Libye », sput (...)

25Le soutien de la Russie au maréchal Haftar s’est illustré, en cette année 2018, par la visite de ce dernier à Moscou lors d’une réunion sur la lutte contre le terrorisme et la résolution de la crise en Libye29, quelques jours avant la Conférence de Palerme. Outre le ministre russe de la Défense qui l’a accueilli, était présent Evggueni Priogogine, proche de Vladimir Poutine et surtout dirigeant de la société militaire privée Wagner, active sur le territoire syrien et intéressée par le marché libyen. Si Moscou semble réticent à violer l’embargo sur les armes, en dépit des demandes réitérées du camp de Tobrouk, la présence supposée de 300 mercenaires de la compagnie Wagner à Benghazi et la livraison de munitions, de tanks, de drones et de pièces d’artillerie30 témoignent de la dualité de la position russe dans le dossier libyen. En effet, en dépit de son inclination pour une solution autoritaire, Moscou ménage le GUN en raison de la question pétrolière et de sa volonté de réactiver ses anciens contrats signés du temps de la Jamahiriya. La visite effectuée par le ministre des Affaires étrangères du GUN à Moscou, le 1er février 2018, avait ainsi pour but d’apaiser l’agacement de la Russie face au gel des contrats depuis 2011 (rfi.fr, 5/02/2018). Seule habilitée à signer des contrats avec des partenaires étrangers et à exporter le pétrole libyen, comme l’a rappelé le bras de fer de juin-juillet 2018 (voir supra), la NOC est l’unique interlocuteur possible en ce domaine. La politique libyenne de la Russie s’inscrit plus globalement dans la redécouverte de la valeur stratégique de la Méditerranée par les dirigeants russes après l’annexion de la Crimée (Kuznetsov, 2018) et dans la volonté exprimée par Moscou de contribuer à la stabilité de la Méditerranée31. En déclarant que « le docteur Saïf al-Islam et ses partisans, à savoir certaines tribus dans certaines régions du pays, doivent faire partie intégrante du même processus politique avec la participation des autres forces politiques qui se trouvent à Tobrouk, à Tripoli ou à Misrata », le vice-ministre russe des Affaires étrangères souligne la volonté de son pays de peser sur le cours de la crise libyenne32. Cette déclaration intervient plusieurs mois après l’annonce de Saïf al-Islam Kadhafi, toujours sous le coup d’un mandat d’arrêt de la CPI, via l’un de ses représentants, le 19 mars 2018, de sa candidature à l’élection présidentielle libyenne.

  • 33 . Voir le communiqué de la Maison Blanche, « Readout of President Donal J. Trump’s Meeting with Pri (...)
  • 34 . U.S Embassy in Libya, Secretary Pompeo’s Meeting With Libyan Prime Minister al-Sarraj, 6/12/2018, (...)
  • 35 . Mieczysław P. Boduszyńsk, Christopher K. Lamon, « Trump changed U.S Policy toward Libya. This is (...)

26Face à l’activisme de ces trois pays et à l’implication de la France et de l’Italie, la position américaine semble être en retrait et ce en dépit de la reprise des bombardements aériens contre les positions djihadistes, de son opposition lors de l’affaire de la NOC déjà citée et du soutien proclamé du président américain au GUN et aux efforts de l’ONU en Libye lors de la visite de Fayez Sarraj à Washington, le 1er décembre 201733. Lors d’une rencontre à Bruxelles avec le Premier ministre libyen, le 4 décembre 2018, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a insisté sur le fort partenariat avec le GUN, notamment dans le domaine du contreterrorisme34. En dépit de l’aversion de Trump pour l’administration qui l’a précédé, la politique libyenne en cette fin d’année ne connaît pas de changements majeurs. Si d’autres priorités diplomatiques ou l’inertie bureaucratique peuvent expliquer cette continuité35, il est fort possible que l’activisme des alliés de Washington (Le Caire et Abu-Dhabi ainsi que Ryad) que l’on pourrait qualifier de « proxy-diplomacy » soit un palliatif satisfaisant – et momentané – pour la Maison Blanche.

Économie de guerre et économie de prédation

27En juin et juillet 2018, la chute de 50 % des exportations pétrolières consécutive au coup de force du maréchal Haftar contre le monopole de la NOC rappellent la dépendance libyenne à l’égard des richesses de son sous-sol. La situation sécuritaire a de fortes répercussions sur la santé économique du pays. Selon la Banque mondiale, si la situation de la fin 2017 avait permis le doublement de la production pétrolière36, soit 11,6 milliards d’euros de recettes pétrolières (contre près de 50 avant 2011), la détérioration de la situation politique a conduit à la stagnation de la production pétrolière à 1 millions de barils/jour durant les premiers mois avant de chuter à 0,7 lors des affrontements évoqués du Croissant pétrolier avant d’atteindre le seuil d’1,28 en septembre (CSNU, 2019).

Une prédation institutionnalisée

28Outre l’instabilité politique et sécuritaire qui grève, en cette année 2018, les résultats macroéconomiques, les évènements du Croissant pétrolier ont mis en exergue, selon Ghassan Salamé, les « frustrations envers la distribution de la richesse ainsi que les pillages endémiques des ressources du pays » (rfi.fr, 17/07/2018). Cette « économie de la prédation » (ibid.) est ainsi dénoncée par le Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye (2018), les autorités libyennes estimant le manque à gagner en raison de la contrebande pétrolière à près de 750 millions de dollars. La « persistance des réseaux exploitant les importations subventionnées et la distribution de carburant dans le pays […] entretient les exportations illicites de produits pétroliers raffinés », ainsi que les créations factices de stations d’essence (plus de 480 depuis 2011) dont le seul but est « de permettre aux contrebandiers de réceptionner le carburant » (ibid.). La contrebande pétrolière concerne toutes les régions du pays et emprunte aussi bien les voies maritimes (à partir de Zouara, ville portuaire située à 60 km de la frontière avec la Tunisie et Bou Kammach) que les voies terrestres (vers la Tunisie ou vers le Niger et le Tchad).

Une économie de guerre

  • 37 . Michael Pauron, « Libye : les hommes du maréchal Haftar », jeuneafrique.com, 5/02/2018, <https://(...)

29Cette économie de guerre, c’est-à-dire « toutes les activités économiques qui dépendent – directement ou indirectement – de la distribution (dispensiation) et de la perpétuation de la violence » (Eaton, 2018) est une économie dynamique qui se nourrit de la défaillance des institutions étatiques et de l’absence ou de la limitation des capacités de coercition. Ainsi, l’économie de guerre n’est pas seulement un symptôme d’une crise de gouvernance, mais une cause de sa perpétuation (ibid.). Le rapport publié par le Centre de recherche NORIA intitulé Predatory economies in eastern Libya (Noria Research, 2019) souligne, quant à lui, qu’une véritable économie de prédation a été également instaurée par l’ANL dans les zones qu’elle contrôle : racket, extorsions et détournements de fonds publics vont de pair avec la contrebande de produits pétroliers et de ferraille. Cette captation des ressources a été institutionnalisée à travers la création d’un Comité militaire chargé de l’investissement et des travaux publics. Créé en 2016, ce dernier a pris de l’ampleur après l’annonce de la prise de Benghazi, et après avoir fait voter par la CdR un certain nombre d’exemptions d’impôt et d’avantages fiscaux. Entouré de ses fils Khaled et Saddam qui, sans réelle expérience ni formation militaire, ont été placés à la tête de brigades de Okba et de Sadiq, le maréchal Haftar a tissé un réseau de solidarité familial et tribal (la tribu des Ferjani), dont les représentants dirigent la Sécurité militaire, la Sureté de l’État, la Sécurité intérieure et le Comité militaire cité plus haut37.

L’industrialisation du trafic d’êtres humains

30Le trafic d’être humains s’est industrialisé aussi bien en termes d’intégration que d’organisation (Eaton, 2018 ; Varvelli, Villa, 2018) à la faveur de la guerre civile et de la faillite du processus transitionnel. Ce trafic lucratif représenterait – pour toute la Libye – près de 3,4 % du PIB libyen de 2015. Ainsi que le souligne le Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye (2018) :

« La traite d’êtres humains et le trafic de migrants demeurent des activités rentables qui ne sont pas près de disparaître. Les réseaux sont organisés de manière à générer des profits tout au long de la chaîne de trafic de migrants. Des trafiquants subsahariens livrent les migrants à des acteurs libyens qui disposent de locaux à des fins de séquestration et d’extorsion. Le long des itinéraires de migration, des groupes armés extorquent des « droits » de passage et fournissent, contre paiement, des services de protection aux convois des passeurs. Les groupes armés, et probablement les acteurs tribaux et étatiques, tirent des revenus considérables de ces manœuvres ».

  • 38 . « Italy’s Dodgy Deal on Migrants », The New York Times, 25 septembre 2017, <www.nytimes.com/2017/ (...)
  • 39 . Cette « Chambre » regroupe des milices de Sabratah qui s’étaient coalisées afin de lutter contre (...)

31Ce trafic est également un des moteurs dans la compétition que se livrent les groupes armés et dans la recherche par ses derniers d’une reconnaissance et d’une légitimité auprès des acteurs européens comme en témoigne l’accord passé entre l’Italie et les milices durant l’année 2017. Ainsi que le rappelle le rapport d’Amnesty international (2017) consacré aux réfugiés et migrants en Libye, la conclusion d’accords avec « les autorités locales libyennes et les responsables d’entités non étatiques, comme les tribus ou les groupes armés, afin de leur permettre de cesser le trafic d’êtres humains et de renforcer le contrôle aux frontières » vient parachever cette politique d’endiguement et de refoulement des migrants en provenance de Libye. Concernant ce dernier point, l’atténuation des flux migratoires en provenance de la Libye durant l’été est imputée à des accords passés entre le ministre de l’Intérieur italien et des milices locales chargées de stopper ces flux, notamment à partir de Sabratha, telles que la milice Brigade 48, dirigée par Ahmed Dabbashi et opérant pour le compte du ministre de la Défense – en dépit des démentis des autorités italiennes (Eaton, 2018). Cette sous-traitance de la question migratoire à des acteurs peu respectueux des droits humains alimente également la compétition et les combats entre les différentes factions armées en Libye38. Les affrontements qui ont opposé cette milice à la « Chambre des opérations anti-Daech »39 du 17 septembre au 6 octobre 2017 (au détriment de la première) illustrent l’instrumentalisation de la question migratoire dans un contexte libyen mouvant, ainsi que la fragilité d’accords passés par les États européens (ici l’Italie) et la Libye.

32La circulation migratoire vers l’Europe emprunte deux routes principales : le premier corridor ouest via la frontière sud-ouest et à partir des villes de Ubari, Quatrum et Sebha, tandis que le second longe les frontières entre le Tchad, le Soudan et la Libye et part de l’oasis de Rebiana et de la ville de Koufra.

33L’ANL est également impliquée dans le trafic d’être humains, les deux routes migratoires principales passant par les zones qu’elle contrôle, directement ou indirectement par l’intermédiaire des groupes armés qui lui sont affiliées (Noria Research, 2019). L’imbrication des réseaux de trafiquants d’être humains avec les groupes armés font de ces derniers des acteurs clés desdits réseaux : il en est ainsi, par exemple, de la Brigade Souboul el Salam, affiliée à l’ANL qui escorte les convois de migrants de la frontière soudanaise à Koufra contre 10 000 dinars libyens par pick-up et qui détient également des migrants dans un camp (Himaya) où ont été signalés des cas d’extorsion et de travail forcé (Rapport final du Groupe d’experts, 2018).

La vulnérabilité des migrants et réfugiés

  • 40 . IOM, Libya’s Migrant Report. Round 23, Displacement Tracking Matrix, November-December 2018.
  • 41 . IOM Statement, Protecting Migrants in Libya Must be our primary Focus, 2/O4/2019, <https://www.la (...)

34D’après l’Organisation internationale des migrations (OIM), près de 663 455 migrants seraient présents en Libye, essentiellement en provenance d’Afrique subsaharienne et de d’Afrique du Nord, 10 % des migrants provenant d’Asie et du Moyen-Orient40. En 2018, plus de 16 000 migrants ont été rapatriés de Libye selon l’OIM41, des rapatriements faisant notamment suite au scandale déclenché par la diffusion, le 15 novembre, par la chaîne américaine CNN d’un reportage montrant une vente aux enchères, près de Tripoli, de migrants d’Afrique subsaharienne. Les migrants et réfugiées en Libye sont toujours considérés comme des groupes en situation de vulnérabilité (CSNU, 2019) : détention arbitraire, torture, violences sexuelles, recrutements forcés de garçons de 13 à 15 ans par des groupes armés locaux, tentatives d’enlèvement à cette fin (lors de la bataille de Derna) (ibid.)

  • 42 . Jean-Baptiste François, « Migrants en Méditerranée : l’opération Sophia en question », la-croix.c (...)

35Selon les données publiées par l’OMI, la décrue des flux de migrants débarquant en Europe par les routes méditerranéennes s’est confirmée en 2018 (OIM, 2018). Entre janvier et novembre 2018, 133 489 personnes seraient arrivées en Europe dont 81 % en traversant la Méditerranée. L’Espagne, en accueillant plus de la moitié de ces migrants (59 747), confirme le renouveau de la route ouest-méditerranéenne et la baisse des entrées par l’Italie (23 011 migrants en 2018 contre 117 042 en 2017). Cette décrue est en grande partie la conséquence des accords conclus les années précédentes entre l’Italie et la Libye et entre l’UE et la Libye (Haddad, 2018). Dans le même temps, les opérations de sauvetage opérées par les gardes côtes libyens ont atteint le chiffre de 134 et ont permis le sauvetage de 15 069 personnes (contre 18 017 en 2017), tandis que 573 personnes ont été déclarées disparues ou décédées en mer (ibid.) L’endiguement migratoire mis en place à destination de la Libye a pris un nouveau tour le 1er juin 2018 avec la désignation d’un cabinet italien d’extrême droite et populiste. Le durcissement de la politique migratoire italienne, illustrée par le refus de Rome d’accueillir sur ses côtes l’Aquarius, navire affrété par l’association SOS Méditerranée, s’inscrit dans les pas de l’administration précédente qui avait édicté un code de « bonne conduite » à destination des ONG venant en aide aux migrants. Les entraves et la criminalisation des aides aux migrants, la remise en cause de l’Opération Sophia42 (qui sera suspendue le 31 mars 2019) participent de la stratégie de la tension opérée par le nouveau gouvernement italien et notamment par son n° 2, le ministre de l’Intérieur.

  • 43 . Secrétariat du Conseil, Conclusions du Conseil sur la Libye, Conseil des Affaires étrangères, Con (...)

36C’est dans ce contexte de crise interne à l’UE que le Conseil européen a adopté ses conclusions sur la Libye, le 10 décembre 2018, en appelant tous les acteurs libyens à coopérer avec le GUN notamment pour ce qui concerne la tenue de la conférence nationale libyenne, « la question du cadre constitutionnelle » et pour « mener à bien les processus constitutionnel et électoral d’ici le printemps 2019 »43.

Haut de page

Bibliographie

Amnesty International 2017, Libye. Un obscur réseau de complicités : violence contre les réfugiés et les migrants qui se rendent en Europe, <https://www.amnesty.org/fr/documents/mde19/7561/2017/fr/>.

Conseil de Securité des Nations Unies, 2019, Rapport du Secrétaire général sur la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, 7/01/2019, S/2019/19

Conseil de Securité des Nations Unies, 2018, Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye créé par la résolution 1973 (2011), 5 /09/2018, S/2018/812

Conseil de Securité des Nations Unies, 2018, Rapport du Secrétaire général sur la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, 24/08/2018, S/2018/780

delalande Arnaud, 2018, Forces on the Libyan Ground: Who is who, IPSI (Instituto per gli studi de politica internazionale), 28/5/2018, <https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/forces-libyan-ground-who-who-20640>.

Eaton Tim, 2018, Libya’s War Economy. Predation, Profiteering and State Weakness, Research Paper, Chatham House, The Royal Institute of International Affairs, April 2018, <https://www.chathamhouse.org/sites/default/files/publications/research/2018-04-12-libyas-war-economy-eaton-final.pdf>.

Haddad Saïd, 2018, « Dialogues, ambiguïtés et impasses libyennes », L’Année du Maghreb, 19, II, 2018, p. 187-207.

International Crisis Group (ICG), 2018, After the Showdown in Libya’s Oil Crescent, Report n° 189, 9/08/2018, <https://www.crisisgroup.org/middle-east-north-africa/north-africa/libya/189-after-showdown-libyas-oil-crescent>.

Kuznetsof Vassilly, 2018, « La politique étrangère russe au Maghreb : entre commerce et sécurité », entretien réalisé par Burgos Erik et Therme Clément, Confluences Méditerranée, n°104, printemps 2018, p. 85-95.

Lacher Wolfram, al Idrissi Alaa, 2018, Capital of Militias. Tripoli’s Armed Groups Capture the Libyan State, SANA Briefing Paper, June 2018, Small Arms Survey.

Megerisi Tarek, 2019, « Libya’s global civil war », Policy Brief, European Council on Foreign Relations, June 2019, <https://www.ecfr.eu/publications/summary/libyas_global_civil_war1>.

Mezran Karim, Varvelli Arturo (dir.), 2017, Foreign Actors in Libya’s Crisis, IPSI/Atlantic Council, Ledizioni LediPublishing, <https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/foreign-actors-libyas-crisis-17224>.

Noria Research, 2019, Predatory economies in eastern Libya, The dominant role of the Libyan National Army, Global Initiative Against Transnational Organized Crime, June 2019.

International Organization for Migration (IOM/OIM), 2018, Mixed Migration Flows in the Mediterranean. Compilation of Avalaible Data and Information, November 2018,

Puxton Matteo, 2019, « Comment l’État islamique est revenu en force en Libye », francesoir.fr, 10/01/2019, <http://www.francesoir.fr/en-coop-matteo-puxton/comment-letat-islamique-est-revenu-en-force-en-libye>.

Varvelli Arturo, Villa Matteo, 2018, Libya between conflicts and migrants: rethinking the roles of militias, Policy Brief, IPSI, 1/08/2018, <https://www.ispionline.it/en/publication/libya-between-conflict-and-migrants-rethinking-role-militias-21094>.

Haut de page

Notes

1 . Voir notre chronique 2017.

2 . Y participent la Chine, les États-Unis la France, le Royaume Uni, la Russie, l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Égypte, le Tchad, le Niger, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, les Émirats arabes unis, le Qatar, l’Arabie saoudite, Koweït, Turquie, Malte ainsi que l’Union européenne, l’ONU, l’Union africaine et la Ligue des États arabes

3 . Texte de la Déclaration politique sur la Libye disponible sur <https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/05/29/conference-internationale-sur-la-libye>.

4 . Représentant spécial du Secrétaire général (des Nations Unies)

5 . The Centre for Humanitarian Dialogue (HD), Conclusions of Libyan National Conference Process Released, 9/11/2018, <https://www.hdcentre.org/fr/updates/conclusions-of-libyan-national-conference-process-released/>. Le rapport final intégral est disponible à l’adresse suivante : <https://www.hdcentre.org/wp-content/uploads/2019/01/NCP-Report_Jan-2019_EN_Online.pdf>.

6 . Celian Macé, « Élections libyennes : Paris s’accroche à son mirage », liberation.fr, 16/9/2018, <https://www.liberation.fr/planete/2018/09/16/elections-libyennes-paris-s-accroche-a-son-mirage_1679071>.

7 . Ibid.

8 . Maryline Dumas, Mathieu Galtier, « La Libye prise en otage par la France et l’Italie », orientxxi.info, 17/10/2018, <https://orientxxi.info/magazine/libye,2687>.

9 . « Libye : Paris réclame des sanctions contre les opposants aux élections », lepoint.fr, 25/09/2018, <https://www.lepoint.fr/monde/lybie-paris-reclame-des-sanctions-contre-opposants-aux-elections-25-09-2018-2253967_24.php#>.

10 . Des combats autour de l’aéroport avaient déjà éclaté en janvier 2018, rfi.fr, 17/01/2018.

11 . Frédéric Bobin, « En Libye, Tripoli bascule à nouveau dans les combats de milices », lemonde.fr, 2/09/2018, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/02/en-libye-tripoli-bascule-a-nouveau-dans-les-combats-de-milices_5349268_3212.html>.

12 . « Le conflits à Tripoli vient du pillage de l’État par un cartel de milices mafieuses ». Propos recueillis par Frédéric Bobin, lemonde.fr, 6/09/2018, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/06/le-conflit-a-tripoli-vient-du-pillage-de-l-etat-libyen-par-un-cartel-de-milices-mafieuses_5351109_3212.html>.

13 . U.S Departement of the Treasury, « Treasury Sanctions Militia Leader Responsible for Multiple Attacks on Libyan Oil Facilities »,12/09/2018, <https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm477>.

14 . Célian Macé, « Le cartel des milices de Tripoli aux prises avec ses rivaux », liberation.fr, 5/09/2018, <https://www.liberation.fr/planete/2018/09/05/le-cartel-des-milices-de-tripoli-aux-prises-avec-ses-rivaux_1676584>.

15 . « Libye : le maréchal Haftar se dit prêt à marcher sur Tripoli », rfi.fr, 7/09/2018, <http://www.rfi.fr/afrique/20180907-libye-marechal-haftar-pret-marcher-tripoli?ref=tw_i>.

16 . Voir notre chronique de l’année 2016.

17 . Célian Macé, « Libye : Haftar attaqué dans le croissant pétrolier », liberation.fr, 15/06/2018, <https://www.liberation.fr/planete/2018/06/15/libye-haftar-attaque-dans-le-croissant-petrolier_1659517> ; Frédéric Bobin, « En Libye, le maréchal Haftar à la reconquête du Croissant pétrolier », le monde.fr, 22/06/2018, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/06/22/en-libye-le-marechal-haftar-a-la-reconquete-du-croissant-petrolier_5319652_3212.html>.

18 . Voir Human Rights Watch, « Libye. Évènements de 2018 », Rapport mondial 2019, <https://www.hrw.org/fr/world-report/2019/country-chapters/325756>.

19 . Amnesty International, Libye : des civils assiégés à Derna, 13/06/2018, <https://www.amnesty.fr/conflits-armes-et-populations/actualites/libye-des-civils-assieges-a-derna>.

20 . <https://twitter.com/UNSMILibya/status/1007276466139205632>.

21 . Andrew McGregor, The Battle for Sabha Castle: Implications for Libya’s Future, Aberfoyle International Security, 9/07/2018, <https://www.aberfoylesecurity.com/?p=4188>.

22 . Telle est la lecture que l’on peut faire du bombardement des positions du Conseil de commandement militaire pour le salut de la république, opposé au gouvernement de N’djamena, à 400 km au sud de Sebha (jeuneafrique.com, 28/03/2018) ainsi qu’à Oum al-Araneb les 28 mai et 2 ou 3 juin.

23 . Un groupe islamiste soudanais du Darfour, réfugié en Libye et accusé de se livrer à de nombreux trafics entre la Libye et le Soudan (rfi.fr, 20/01/2018),

24 . Frédéric Bobin, « En Libye, l’État islamique affaibli mais toujours actif », lemonde.fr, 10/04/2018, <https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/04/10/en-libye-le-regain-d-activite-militaire-de-l-ei_5283310_3214.html>.

25 . U.S AFRICA COMMAND PUBLIC AFFAIRS, U.S. Conducts precision airstrikes in Libya, United States Africa Command, 30/11/2018, <https://www.africom.mil/media-room/pressrelease/31409/u-s-conducts-precision-airstrike-in-libya>.

26 . Bill Rogio & Alexandra Gutowski, « American forces kill senior al Qaeda leader in Libya », longwarjournal.org, 28/3/2018, <https://www.longwarjournal.org/archives/2018/03/american-forces-kill-senior-al-qaeda-leader-in-libya.php>.

27 . Ariane Poletti, « Libye : l’État islamique a changé de zone et de stratégie, mais il est toujours présent », jeuneafrique.com, 19/10/2018, <https://www.jeuneafrique.com/648121/politique/libye-letat-islamique-a-change-de-zone-et-de-strategie-mais-il-est-toujours-present/>.

28 . Jérome Gautheret et Frédéric Bobin, « Conférence sur la Libye à Palerme : les tergiversations du maréchal Haftar », lemonde.fr, 13/11/3018 ? <https://www.lemonde.fr/international/article/2018/11/13/conference-sur-la-libye-a-palerme-les-tergiversations-du-marechal-haftar_5383119_3210.html> ; Jihâd Gillon, « Conférence de Palerme : un climat apaisé mais peu d’avancées concrètes », jeuneafrique.com, 14/11/2018, <https://www.jeuneafrique.com/663980/politique/conference-de-palerme-sur-la-libye-un-climat-apaise-mais-peu-davancees-concretes/>.

29 . Jihâd Gillon, « Russie : un pied dans chaque camp libyen », jeuneafrique.com, 5/02/2019, <https://www.jeuneafrique.com/mag/728370/politique/russie-un-pied-dans-chaque-camp-libyen/>.

30 . Alec Luhn, Dominic Nicholls, « Russian mercenaries back Libyan leaders as Moscow seeks influence in Africa », telegraph.co.uk, 3/03/2019, <https://www.telegraph.co.uk/news/2019/03/03/russian-mercenaries-back-libyan-rebel-leader-moscow-seeks-influence/>.

31 . Samuel Ramani, Russia’s Mediation Goals in Libya, 18/04/2019, Carnegie Endowment for International Peace, <https://carnegieendowment.org/sada/78940>.

32 . « Moscou considère que le fils de Kadhafi a le droit de participer aux élections en Libye », sputniknews.com, 24/12/2018, <https://fr.sputniknews.com/russie/201812241039422814-moscou-fils-kadhafi-elections-libye/>.

33 . Voir le communiqué de la Maison Blanche, « Readout of President Donal J. Trump’s Meeting with Prime Minister Fayez Al-Sarraj of Libya », 1/12/2017, <https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/readout-president-donald-j-trumps-meeting-prime-minister-fayez-al-sarraj-libya/>.

34 . U.S Embassy in Libya, Secretary Pompeo’s Meeting With Libyan Prime Minister al-Sarraj, 6/12/2018, <https://ly.usembassy.gov/secretary-pompeos-meeting-with-libyan-prime-minister-al-sarraj/>.

35 . Mieczysław P. Boduszyńsk, Christopher K. Lamon, « Trump changed U.S Policy toward Libya. This is why it matters », washingtonpost.com, 3/05/2019, <https://www.washingtonpost.com/politics/2019/05/03/trump-changed-us-policy-towards-libya-this-is-why-it-matters/?noredirect=on&utm_term=.42a12bd8656d>.

36 . World Bank, Libya. Overview, 1/04/2019, <https://www.worldbank.org/en/country/libya/overview>.

37 . Michael Pauron, « Libye : les hommes du maréchal Haftar », jeuneafrique.com, 5/02/2018, <https://www.jeuneafrique.com/mag/507792/politique/libye-les-hommes-du-marechal-haftar/>.

38 . « Italy’s Dodgy Deal on Migrants », The New York Times, 25 septembre 2017, <www.nytimes.com/2017/09/25/opinion/migrants-italy-europe.html?mwrsm=Faceb>.

39 . Cette « Chambre » regroupe des milices de Sabratah qui s’étaient coalisées afin de lutter contre l’organisation de l’État islamique qui avait fait de cette ville un lieu de transit et d’entraînement pour ses combattants étrangers. Le bombardement, le 19 février 2016, de cette localité par l’aviation américaine avait été suivi d’affrontements entre les milices locales et l’EI. La Chambre des opérations anti-Daech est réputée être proche du maréchal Haftar

40 . IOM, Libya’s Migrant Report. Round 23, Displacement Tracking Matrix, November-December 2018.

41 . IOM Statement, Protecting Migrants in Libya Must be our primary Focus, 2/O4/2019, <https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Migrants-Mediterranee-loperation-Sophia-question-2018-11-20-1200984224>.

42 . Jean-Baptiste François, « Migrants en Méditerranée : l’opération Sophia en question », la-croix.com, 20/11/2018, <https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Migrants-Mediterranee-loperation-Sophia-question-2018-11-20-1200984224>.

43 . Secrétariat du Conseil, Conclusions du Conseil sur la Libye, Conseil des Affaires étrangères, Conseil de l’Union européenne, 10/12/2018, 15028/18, <http://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-15028-2018-INIT/fr/pdf>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïd Haddad, « De Paris à Palerme, la Libye entre illusions électorales et économie de guerre », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 233-251.

Référence électronique

Saïd Haddad, « De Paris à Palerme, la Libye entre illusions électorales et économie de guerre », L’Année du Maghreb [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5724 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.5724

Haut de page

Auteur

Saïd Haddad

Maître de Conférences aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

Articles du même auteur

Haut de page