Navigation – Plan du site
Chroniques
Mauritanie

Du baptême du nouvel aéroport de Nouakchott à la réforme constitutionnelle (fin 2015-2018). Politiques de l’histoire en Mauritanie

Camille Evrard et Erin Pettigrew
p. 295-319

Entrées d'index

Mots-clés :

Chronique Mauritanie, 2018
Haut de page

Notes de l'auteur

Nous remercions Benjamin Acloque, Mohammed Fall Ould Bah, Oumar Ould Beibacar, Sophie Caratini, Abdel Wedoud Ould Cheikh, Mamadou Hadya Kane, Mohamedou Ould Meyine, Shaykh Ould Mazeid, Elemine Ould Mohammed Baba Moustapha, Saadbouh Ould Mohammed Moustapha, Céline Lesourd et Jean Schmitz d’avoir partagé avec nous leurs points de vue des sujets abordés ici.

Texte intégral

  • 1 . « Um Tunsi » désigne un puits qui porte le nom de la branche Tounsi de la confédération d’Awlad A (...)
  • 2 . Colonel Oumar Ould Beibacar, « Face à l’occupation coloniale : Peut-on parler de la résistance? » (...)

1Le contexte post-électoral récent dans la République islamique de la Mauritanie nous offre un point de vue pour mieux comprendre une polémique soulevée durant les quatre dernières années de la mandature de Mohamed Ould Abdel Aziz, lorsque le nom du nouvel aéroport international de Nouakchott suscite une succession de controverses autour du caractère de la résistance anticoloniale en Mauritanie et de la définition de l’histoire et de l’identité du pays. En 2015, le gouvernement annonce que cet aéroport sera baptisé Um Tūnsī (celle de Tūnsī)1, d’après le nom d’un affrontement armé de 1932 qui, pour le Président, s’inscrit dans l’histoire de la résistance mauritanienne à la colonisation française (Ould Mohamed Baba et Freire, 2019). La polémique autour de l’importance de la bataille et des positions prises par les personnes impliquées – étaient-ils des martyrs de la résistance ou seulement des pillards ? – dessine, à notre avis, les enjeux de l’écriture de l’histoire « nationale » et introduit un nouveau discours sur le patriotisme, un discours fabriqué par l’État à un moment où de nombreux Mauritaniens contestent tant le roman national dominant que l’identité affichée du pays2.

2Bien qu’il soit tentant d’analyser les événements suivis ici dans le cadre d’un grand projet de réécriture de l’histoire au profit du Président et ses proches, la chronologie de la polémique autour d’Um Tūnsī souligne les acteurs et des forces multiples qui ont participé à mettre davantage l’accent sur l’histoire de la résistance anticoloniale en Mauritanie. Le Président a bien sûr insisté sur cette représentation mémorielle pour des raisons qui lui sont propres, en partie politiques, au détriment d’autres récits nationaux qui auraient pu souligner les contributions des populations de la région du fleuve Sénégal à l’histoire de l’islam, du commerce, ou de la résistance anticoloniale ou même une reconsidération de l’histoire des événements des années 1980 et 1990, ou encore un réexamen de l’histoire de l’esclavage, une histoire qui traverserait tous les groupes linguistiques du pays. Au passé comme aujourd’hui, un paysage unifié et monochrome de la politique n’existe pas et cette chronique souhaite montrer, en s’appuyant sur la centralité de ce que Rosa de Jorio (2006 : v) appelle la « mémoire politisée » – des souvenirs sélectifs du passé qui reflètent un programme politiquement informé pour le présent – que les débats autour d’Um Tūnsī et les expressions symboliques de la nation sont aussi le reflet de lignes de tensions qui perdurent dans la société mauritanienne.

  • 3 . Le secteur touristique est loin d’atteindre son niveau d’activité d’avant 2007, date à laquelle d (...)
  • 4 . Censés être d’origine servile.
  • 5 . En général, entre ceux qui parlent le Hassaniya, le Soninké, le Wolof, et le Pulaar.

3La vie politique en Mauritanie a évolué dans ce contexte, au cours des quatre dernières années, et a été ponctuée par deux moments particulièrement saillants : la réforme constitutionnelle de 2017 et, bien sûr, les élections présidentielles de 2019. Ces dernières seront traitées en détail dans la prochaine chronique, mais la résonance des enjeux du référendum de 2017 avec ceux soulevés dès la fin 2015 nous a confortées dans le choix d’une thématique transverse permettant de couvrir presque tout le second mandat de Mohamed Ould Abdel Aziz, étant donnée l’absence de chronique Mauritanie depuis 2016. Ce dernier est parvenu au pouvoir en se revendiquant raʾīs al-fuqarāʾ (le président des pauvres), promettant une amélioration des conditions de vie des citoyens les plus déshérités grâce à des investissements dans des projets d’infrastructure et un contrôle des prix des produits alimentaires. Pourtant, à l’issue de ses deux mandats, la vie quotidienne ne s’est guère améliorée pour la majorité de la population du pays3. Les habitants des régions marginalisées de l’est du pays et, en particulier ḥrāṭīn4 ainsi que les communautés noires de la région de la vallée du fleuve Sénégal, expriment leur mécontentement face à ce qu’ils considèrent comme une négligence délibérée et une discrimination de la part du régime. Des personnalités telles que le militant anti-esclavagiste Biram Dah Abeid, président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), le poète et homme politique de l’opposition Ibrahima Mokhtar Saar, et Samba Thiam, autrefois exilé et désormais président du parti des Forces progressistes du changement, mobilisent leurs bases, de plus en plus unies malgré des différences linguistiques5. Avec le parti politique islamiste dominant, Tawassoul, ces opposants constituent une menace politique pour le régime et soulignent le caractère fracturé de l’identité politique, culturelle et religieuse mauritanienne.

Dénomination des espaces publics et réforme constitutionnelle : les symboles en question

Fil conducteur : La bataille d’Um Tūnsī

  • 6 . AVOMM, « Une avenue de Nouakchott va porter le nom de Mokhtar Ould Daddah », 7/11/2008, <https://(...)
  • 7 . Justine Spiegel, « Mauritanie : Mariem Ould Daddah ou le temps retrouvé », Jeune Afrique, 9/12/20 (...)
  • 8 . Al-wakāla al-morītānīā alakhbār, « raʾīs al-jumḥūrīya yudeshen ṭarīq al-maqāwma », 27/11/2010, <h (...)

4En novembre 2008, à peine trois mois après son coup d’État, le Président inaugure une nouvelle avenue dans la capitale portant le nom du premier président du pays Mokhtar Ould Daddah6 ; on avait alors pu penser qu’Aziz souhaitait se présenter comme successeur du « père de la nation ». En 2009, il offre une première subvention à la Fondation Mokhtar Ould Daddah, dirigée par Mariem Daddah, épouse de l’ancien président. L’année suivante, Aziz accorde officiellement le statut d’utilité publique à la fondation, lui permettant ainsi de solliciter un financement auprès de sources diverses, y compris du gouvernement7. L’inauguration de l’Avenue de la Résistance (qui prend la direction d’Akjoujt en passant par le site de la bataille d’Um Tūnsī) la veille du cinquantième anniversaire de l’indépendance le 27 novembre 2010, semble être le premier signe d’une réécriture du récit national focalisée sur la résistance anticoloniale8.

  • 9 . Courriel de Saadbouh Ould Mohammed Moustapha qui a partagé des documents avec nous, le 11-12 juil (...)
  • 10 . À travers les noms de rues, la construction de monuments, ou encore l’organisation de conférences (...)
  • 11 . Saadbou Ould Mohammed Moustapha, dans une publication en ligne, et un reportage à la télévision o (...)

5Quelques moments et personnages clés animent les tentatives. La première est la fondation, au lendemain des fêtes du jour de l’indépendance, en 2007, de l’Association nationale pour la commémoration des œuvres héroïques de la résistance nationale (ANCORN), par Saadbouh Ould Mohammed Moustapha9. Créée explicitement pour valoriser la résistance anticoloniale dans le roman national, l’ANCORN vise également à encourager la recherche et la collecte de documents autour de cette thématique, afin d’en faire un élément du programme officiel d’histoire dans les écoles primaires et secondaires, d’organiser des visites de sites de batailles contre les Français et de commémorer leurs acteurs principaux dans l’espace public10. L’association organise un séminaire et une cérémonie de remise de la médaille du mérite national au dernier « combattant de la résistance » d’Um Tūnsī en 2008, puis commence à programmer des conférences et des commémorations publiques, souvent avec le soutien d’Aziz11. En août 2011, à l’occasion du 69e anniversaire de la bataille, elle organise sa première commémoration d’Um Tūnsī, ce qui se reproduira au moins quatre fois au cours des six années suivantes.

  • 12 . Al-wakāla al-morītānīā al-ānbā’, « Naḥwa muqāriba jadīda fī kitāba ṭārīkh al-maqāwma al-muslaḥa f (...)
  • 13 . Une question qui fait écho aux débats historiographiques de la région du fleuve Sénégal autour du (...)
  • 14 . Qabīla (pl. qabā’il ), mot utilisé en arabe et en hassaniya pour parler des « confédérations » ou (...)

6Mohammed al-Mokhtar Ould Sidi Mohammed, professeur d’histoire et directeur des archives nationales, donnant une conférence à la fin du mois de janvier 2012, expose les trois étapes de la résistance anticoloniale en Mauritanie (1903-1905, 1905- 1912 et 1913-1934) et la diversité des positions prises par les élites de la région vis-à-vis de la colonisation12. En sa qualité d’historien universitaire, il conseille aux chercheurs de définir avec soin ce qui constitue la « résistance » et d’être attentif à la différence entre actes de résistance et actes de rétorsion ou de pillage13. En février de la même année, un notable de Nouadhibou et de la qabīla des Oulad Dlaym, Brahim Ould Boidaha, publie un éditorial faisant appel à l’ambassade de France, à l’UNESCO et aux ministères mauritaniens de l’Éducation et de la Culture pour la réhabilitation du monument en mémoire du lieutenant français Mac Mahon et de ses hommes tombés à Um Tūnsī, afin d’y ajouter ceux de l’autre camp, morts « en martyrs »14. Entre 2007 et 2012, les appels lancés à la suite de Ould Sidi Mohamed se multiplient, poussant à reconnaître comme « martyrs » ceux qui ont participé à ce qu’ils considèrent comme des luttes de résistance contre la colonisation française.

  • 15 . Saadbouh Ould Mohammed Moustapha, « Maṭār ān-nūākshoṭ al-jadīd yeḥmel ism maṭār ūm al-tūnsī’ », A (...)
  • 16 . Oumar Ould Beibacar, « Le fait de donner le nom d’Oum Tounsi au nouvel aéroport de Nouakchott est (...)
  • 17 . Dans l’Ouest saharien les populations nomades qui parlaient le hassaniya, qui partageait une stru (...)
  • 18 . Il a souvent été mentionné qu’Haidallah (au pouvoir entre 1980 et 1984) était membre des Laroussi (...)
  • 19 . Pour plus de détails sur le premier député mauritanien et le premier président de l’assemblée nat (...)

7En 2011, le gouvernement annonce un projet de nouvel aéroport international à plusieurs kilomètres au nord de Nouakchott. Censé ouvrir en juin 2016, à temps pour accueillir le sommet de la Ligue arabe, il serait nommé Um Tūnsī, ce que le Premier ministre Yahya Ould Hademine décrit en février 2015 comme un moment important de résistance à la colonisation. Le lendemain, le président de l’ANCORN Mohammed Moustapha se réjouit de cette décision, laissant entendre que son association avait fait pression pour l’obtenir dans un éditorial publié en ligne15. En août 2015 dans le journal Le Calame, le colonel à la retraite Oumar Ould Beibacar qualifie le nom de l’aéroport d’« insulte et de provocation »16. Selon Beibacar, cette bataille n’est rien de plus que le résultat d’une vendetta ancienne entre deux qabā’il ḥassān17 – les Oulad Dlaym et leurs alliés Oulad el-Labb et Oulad Bu Sbaa du Sahel contre des Lealeb et Ouled Ahmed Ben Dahman du Trarza – dans laquelle les groupes nomades français se sont fait prendre alors qu’ils avaient pour mission de protéger la région et que de nombreux Lealeb s’y trouvaient goumiers. Ici, Beibacar qualifie brutalement de « non-mauritaniens » les gens du Nord, faisant resurgir le langage utilisé par l’ancien président Maaouiya Ould Sid’Ahmed Ould Taya (au pouvoir de 1984 à 2005) pour désigner son prédécesseur, Mohammed Khouna Ould Haidallah : un « étranger » ayant trahi son pays en reconnaissant la République Arabe Sahraouie Démocratique et le gouvernement du POLISARIO en exil18. Le colonel retraité propose ainsi de nommer l’aéroport d’après Mokhtar Ould Daddah ou Sidi el Mokhtar N’Diaye, plutôt qu’en référence à une bataille qui, déclare-t-il, n’a rien à voir avec la résistance à la colonisation et tout à voir avec des querelles tribales désuètes19.

  • 20 . Ghali Soufi, « C’est là une indignation sélective, mon colonel ! », Le Calame, 6/08/2015, <http:/ (...)
  • 21 . Takioullah Eidda, « Rappel historique : les malheurs de la Mauritanie lui sont venus du Trarza », (...)
  • 22 . En dépit du fait que la politique du Président Daddah visait à dissoudre un système de « tribalis (...)
  • 23 . Et aussi pour avoir collaboré avec les Français (Frèrejean, 2011).
  • 24 . Saadbou Ould Mohammed Moustapha, « Communiqué de l’ANCORN : Oum Tounsy est un symbole national », (...)
  • 25 . Ceux qui se définissent comme « blancs » et hassanophones, qui parlent le dialecte arabe le Hassa (...)

8Alors que certains approuvaient Beibacar quand il prétendait qu’Aziz accordait trop d’importance à une bataille dont peu de gens avait entendu parler auparavant, l’éditorial a suscité une série de réponses affirmant le contraire, du côté des descendants des anciens combattants des qabā’il du Nord20. Certaines personnes accusaient les émirs du Trarza et les érudits soufis du Sud-Ouest d’être à l’origine des malheurs de la Mauritanie, les premiers ayant signé des accords avec les Français et les seconds ayant écrit des fatāwa déconseillant une confrontation militaire avec eux21. Dans les deux cas, on a accusé les qabā’il du Sud d’avoir accepté la colonisation de la région. D’autre part, on a accusé « les grands nomades du Nord » (Regueibat, Oulad Dlaym, Oulad Bu Sbaʿ) d’être des étrangers (Perrigault, 1933 : 149-150) et des complices du Sahara espagnol et, plus tard même, des Nazis. Les tensions anciennes entre les qabā’il du Nord et du Sud étaient toujours vivaces22. L’allusion de Beibacar au fait que les gens du Nord ne soient pas de « vrais » Mauritaniens était une injure peu subtile envers le Président Aziz qui appartient aux Oulad Bu Sbaʿ, une confédération puissante connue pour son activité commerciale, avec des membres répartis le long de grandes routes de Marrakech jusqu’au Sénégal23. Certains pensaient que l’accent mis sur Um Tūnsī visait à revaloriser les Oulad Bu Sbaʿ et les ḥassān du Nord comme protecteurs originels d’une proto-nation et héritiers logiques du pouvoir en Mauritanie après l’indépendance, tout en excluant les Rgeybāt (qui forment le gros du POLISARIO) qui n’y prirent pas part. Suite à toutes ses sorties, l’ANCORN a réclamé des mesures disciplinaires contre Beibacar au motif qu’il avait insulté la mémoire de ceux qui avaient participé à la bataille du côté des assaillants24. Il est à noter que la polémique se construit dans l’opposition entre dissidents et supplétifs de l’armée coloniale, tous bīḍān25, mais ne mentionne pas les tirailleurs sénégalais originaires des ethnies du Sud ou d’autres colonies.

  • 26 . Mariem Daddah, « Lettre Ouverte à son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdelaziz, Président de la (...)
  • 27 . Mariem Daddah est d’origine française et on a souvent accusé son mari d’avoir été trop conciliant (...)
  • 28 . Voir le site web officiel du parti AJD/MR, <http://www.ajd-mr.org/>.
  • 29 . RFI, « Massacre d’Inal en Mauritanie : Beibacar libéré sous contrôle judiciaire », 4/12/2015, <ht (...)

9Mi-novembre 2015, Mariem Daddah écrit sa propre lettre ouverte au Président dans laquelle elle lui demande publiquement de revenir sur son choix, afin que l’aéroport soit baptisé du nom de son mari26. Interpellé dans la sphère publique par une femme que beaucoup identifient avec l’ancienne puissance coloniale, le Président réagit rapidement et violemment en retirant le statut officiel de la fondation et en accusant l’ancienne première dame d’avoir « insulté l’esprit de l’histoire de la résistance »27. A peine dix jours plus tard, la police arrête le colonel Beibacar alors qu’il achève une conférence à l’invitation du parti Alliance pour la justice et la démocratie/Mouvement pour la rénovation (AJD/MR) dirigé par Ibrahima Mokhtar Saar28. La conférence de Beibacar coïncide avec la fête de l’indépendance mais aussi avec le 25ème anniversaire du jour où on a pendu 28 officiers Halpulaaren de l’armée à Inal, camp militaire à la frontière nord-ouest du pays, une commémoration lugubre du 30ème anniversaire de l’indépendance et une manifestation de la racialisation du pouvoir étatique à l’époque (Sy, 2010 ; Diagana, 2012). Pour marquer l’occasion devant un public réceptif à la confirmation du rôle du gouvernement dans les assassinats, Beibacar intitule son propos « Inal a-t-il définitivement entaché le 28 novembre ? »29.

  • 30 . Le 360, « Mauritanie: Un colonel à la retraite poursuivi en justice pour ses opinions dérangeante (...)
  • 31 . Oumar Ould Beibacar, article sous le même titre, Thaqafa, 23/01/2016, <http://aidara.unblog.fr/20 (...)
  • 32 . Cette accusation d’avoir dépassé son champ de compétence est encore apparu quand l’historien univ (...)
  • 33 . Liste d’activités fournie par Mohammed Moustapha de l’ANCORN.

10L’ex-colonel devient dès lors une cible pour le régime : non seulement a-t-il insulté le Président en mettant en cause le baptême du nouvel aéroport et en insinuant que les origines d’Aziz étaient étrangères à la Mauritanie, mais il a aussi attiré publiquement l’attention sur le racisme de l’État mauritanien30. Il réclame ainsi une révision de l’histoire nationale pour intégrer la violence perpétrée contre les citoyens noirs, mais cet appel se solde par une semaine de prison – ce qui ne l’empêche pas de se remettre à son clavier et d’écrire « Oum Tounsi était une bataille tribale et non une résistance armée contre l’occupation française »31. Ce printemps-là, des intellectuels ont poursuivi la polémique en ligne, certains accusent Beibacar d’avoir créé un « faux débat » et d’avoir joué à l’apprenti historien pendant que l’ANCORN organise des conférences autour de la bataille désormais célèbre. En juin 2016, le Président inaugure le nouvel aéroport juste avant l’arrivée des dignitaires arabes au Sommet de la Ligue arabe à Nouakchott du 26 au 27 juillet32 ; en août de la même année, l’ANCORN commémore de nouveau la bataille d’Um Tūnsī à Nouakchott33.

La réforme constitutionnelle de 2017

  • 34 . VOA Afrique, « Un parti d’opposition boycotte la clôture du dialogue national », 20/10/2016, http (...)

11Si ces vives controverses ont intéressé au-delà d’un petit cercle intellectuel et politique, c’est qu’elles ont semblé avoir une résonance politique immédiate, étant entrelacées de déclarations du Président Aziz. En novembre 2015 il évoque publiquement la question d’un troisième mandat présidentiel, « au cas où les Mauritaniens le réclameraient » (Antil : 2016). L’année suivante, un projet de réforme constitutionnelle est élaboré, officiellement lors d’un dialogue entre le pouvoir et l’opposition dite « modérée », lancé le 29 septembre 2016. Alors qu’une partie des opposants avaient quitté la table de discussion en soupçonnant un agenda caché du chef de l’État, celui-ci déclare n’avoir aucune intention de transformer les textes pour briguer une seconde réélection34.

  • 35 . Déclaration FNDU. « Un parti d’opposition boycotte... », art. cit.
  • 36 . Entretemps, la réforme de la Haute Cour de Justice est abandonnée.

12Ayant duré trois semaines au lieu d’une, parsemé de discussions plus ou moins avortées, le dialogue se révèle finalement loin d’être « inclusif ». Ses limites renvoient à la fois à l’incapacité de certains des acteurs politiques de l’opposition à faire front commun (Ould Bouboutt, 2018 : 76-79), et à l’ineptie que représente pour d’autres l’organisation d’un référendum « en l’absence de neutralité de l’État »35 (Villasante-Cervello, 2016). L’« accord final » des mouvements signataires pose des recommandations portant sur différents aspects de la vie politique et appelle à la tenue d’un référendum sur plusieurs éléments : la modification du drapeau, la suppression du Sénat, la régionalisation et la réforme de plusieurs institutions (Haute Cour de Justice, Médiateur de la République, Haut Conseil Islamique36) (Ould Bouboutt, 2018 : 86-91).

13L’adoption des réformes est d’abord envisagée par la voie parlementaire puis, face au refus du Sénat, c’est finalement la voie référendaire qui est adoptée (Ould Bouboutt, 2018 : 84) ; ces volte-face alimentent bien sûr les accusations de manipulations politiques. Le 18 mars 2018, le Sénat rejette le projet de réforme alors que ses représentants sont en théorie acquis à la majorité. Le Président attaque immédiatement le groupe de sénateurs frondeurs, en particulier Mohamed Ould Ghadda, jeune politicien menant le mouvement et présidant une commission d’enquête parlementaire sur les marchés publics de gré à gré37. Alors que le référendum, reporté puis fixé au 5 août 2017, approche, un certain nombre de mouvements, même tenants du dialogue, annoncent leur intention de voter contre : une coordination de huit mouvements, appelée Opposition démocratique ou G8, porte le refus des projets de loi.

  • 38 . Oumar Ould Beibacar, « Hymne national, drapeau et régionalisation: Pour quels desseins inavoués ? (...)

14Les éléments symboliques de la réforme s’inscrivent quant à eux nettement dans les enjeux décrits plus haut. L’option du changement de drapeau (ajout de bandes rouges signifiant le sang des martyrs) et d’hymne national (nouvelles paroles) est finalement désolidarisée du reste des réformes, plus institutionnelles, et les deux questions sont posées séparément lors du référendum. Mais il est trop tard : depuis le « dialogue inclusif » et ses conclusions, la confusion entre les enjeux symboliques liés à l’histoire du pays et la politique politicienne, confusion qui avait éclaté fin 2015 avec la polémique sur le nom de l’aéroport et le volontarisme patrimonial du régime (voir plus bas), éclate au grand jour. Le projet de changement de drapeau, et plus encore d’hymne, renvoie pour bon nombre d’observateurs et de citoyens mauritaniens à une énième tentative des élites pour évincer les composantes de la population situées en dehors du groupe bīḍān : le sang des martyrs sur le drapeau ne renvoie qu’aux guerriers ḥassān ayant mené des actions armées contre l’occupation française38, et les nouvelles paroles de l’hymne national, que le régime souhaite plus patriotiques, célébreront, une fois écrites, l’arabité de la Mauritanie.

  • 39 . Kassataya, « Discours du président de l’AJD/MR Ibrahima Moktar Sarr », 28/11/2017, <https://kassataya.com/2017/11/28/le-discours-du-president-ibrahima-moctar-sarr/>.

« Le drapeau modifié et taché du sang de nos martyrs va flotter au bord du fleuve, au son d’un nouvel hymne totalement arabe, ou les références à l’existence d’une Mauritanie plurielle sont totalement bannies. »39

  • 40 . Mozaikrim, « Référendum constitutionnel : ô drapeau, mon beau drapeau », 29/07/2017, <http://moza (...)
  • 41 . Le Monde, « En Mauritanie, brandir l’ancien drapeau... », 22/12/2017, <https://www.lemonde.fr/afr (...)

15Dans les semaines précédant le référendum, certains Nouakchottois affichent leur distance avec les manœuvres politiciennes en brandissant des drapeaux sans les bandes rouges40. Le 15 août 2017, les résultats sont annoncés par la Cour constitutionnelle : les deux questions ont suscité à peu près le même résultat, soit 85% d’approbation avec un taux participation estimé à 53%. Quelques mois plus tard brandir l’ancien drapeau reste une forme de contestation politique, et plusieurs arrestations et inculpations pour « incitation à la rébellion » ont lieu en décembre 2017, après l’adoption officielle du nouveau drapeau lors de la fête nationale le 28 novembre41.

  • 42 . En dépit de l’importance qu’elles revêtent, en particulier la régionalisation et la fusion du Hau (...)

16Ainsi, les détails éventuellement constructifs des réformes institutionnelles envisagées par les projets soumis à référendum passent plutôt inaperçus42, et l’on retient surtout de cette séquence une nouvelle centralisation des pouvoirs, ainsi que la manipulation symbolique et la répression. Il en ressort une forme de suspicion généralisée du Président et de ses proches. Le mélange des genres dans l’énoncé des projets de réformes permet aussi au régime de disqualifier les voix dissidentes et les opposants politiques en les réduisant à des vecteurs de haine intercommunautaire qui mettraient en péril « l’union nationale ». Là encore, l’expression de revendications d’égalité, de représentativité, de plus grande démocratie et de justice sociale et ethnique, sont ramenées au thème dangereux de l’union nationale – mauvais cache-sexe de celle de l’identité nationale.

17Il y a là un paradoxe : la polémique sur l’écriture de l’histoire de la résistance et plus largement les initiatives pour écrire « l’histoire nationale » vue d’en haut, par la façon caricaturale dont elles en posent les termes, a pour conséquence de diviser (entre zwāya et ḥassān, entre Nord et Sud, entre nobles et anciens esclaves, et bien sûr entre bīḍān et noirs ). Les critiques qui s’élèvent visent bien la nature manichéenne de ce roman national, mais par un mécanisme autoritaire répandu, ces voix discordantes sont discréditées par un régime qui les relègue à l’expression de discours haineux prononcés par des personnalités en manque de reconnaissance.

  • 43 . « Mauritanie ; deux blogueurs emprisonnés après avoir dénoncé la corruption », Monde Afrique, 25/ (...)
  • 44 . Nous en présentons certains dans la chronologie, et renvoyons pour plus de détails vers les trava (...)

18Ce qu’il nous semble falloir retenir, ici comme dans de multiples autres pays, c’est que cette discussion sur les symboles de la nation et sur l’« histoire nationale » est l’occasion pour chacun d’exprimer ses propres attentes déçues – ce qui montre, en filigrane, l’incapacité des gouvernements à faire de l’État un bien commun. Face à cela, le régime mauritanien se montre de plus en plus intolérant à la critique : des journalistes sont régulièrement enfermés, tout comme des militants et des chefs de mouvements43. La parole circule, notamment grâce aux réseaux sociaux, et les différentes franges dissidentes semblent avoir des échos importants dans une société plus jeune et connectée. Cette chronique ne peut aborder tous ces mouvements d’oppositions, qui prennent des formes bien plus variées que celle des seuls partis d’opposition ; non plus qu’elle ne peut revenir sur un ensemble d’éléments qui ont été déclencheurs de contestations au cours du dernier mandat du Président (scandale foncier d’ampleur inédite et corruption du Cheikh Al-Rida très proche du pouvoir ; feuilleton politique avec le cousin honni d’Aziz et son ancien financier, Mohamed Ould Bouamatou ; soupçons sur la gestion de l’industrie extractive)44.

19Un dernier élément d’importance est le fait que, depuis l’affaire M’kheitir (Villasante-Cervello, 2017c ; Diagana, Antil et Lesourd, 2016), l’islam n’apparaît plus comme un vecteur d’unité, du moins dans l’argumentaire politique. Le destin de ce jeune ingénieur blogueur, d’origine « forgeronne », et qui avait été accusé de blasphème suite à un texte publié en ligne, montre bien les fractures profondes entre les différentes manières de penser la religion dans cet État musulman. L’attitude extrêmement ambiguë du Président à cet égard montre toute la difficulté qu’il a à assumer une ligne « progressiste » face à la frange la plus conservatrice des ulémas et de la population qui réclament, depuis des années, la mort de « l’apostat ». À l’heure où nous clôturons cet article, Mohamed Ould M’kheitir vient tout juste de sortir de prison et vit à présent en exil, après 6 ans d’enfermement et deux procès, le premier le condamnant à mort, le second, en appel, commuant la peine en deux ans de prison (pour une chronologie complète et les textes écrits par le blogueur in extenso, voir Villasante-Cervello, 2017c).

Les moteurs de l’écriture de l’histoire

  • 45 . Respectivement « terre des bīḍān », « pays de Shinqīṭ » un terme qui signale une région et, aujou (...)

20Comme la plupart des pays du continent africain, la Mauritanie n’a été créée en tant qu’entité politique que par la colonisation et la décolonisation. Les érudits religieux arabophones locaux ont historiquement identifié la région comme étant le bilād al-bīḍān ou al-shinqīṭ, qui renvoyait à une zone habitée par des gens partageant le dialecte arabe, le hassaniya, revendiquant une généalogie liée à l’arabité, et ayant une formation intellectuelle liée à une ville caravanière ; ou bilād al-sība ou al-takrūr45, deux expressions qui font référence, l’une à l’absence d’état et l’autre à une entité géographico-politique ancienne le long du fleuve Sénégal (Al-Shinqit, 1911 ; Ould Cheikh, 2016 ; El Hamel, 2002). Des deux côtés du fleuve Sénégal, les communautés qui parlaient le wolof, le pulaar et le soninké créaient des dynasties dont l’influence politique et culturelle s’étendaient largement (Boulègue, 1998 ; Kamara, 1998).

  • 46 . La Mauritanie actuelle de nos cartes politiques se cristallise (Schmitz, 2014) lorsque Louis Faid (...)

21Ce n’est qu’à l’époque coloniale qu’on a défini cette région multilingue et multiculturelle comme entité politique appelée la Mauritanie46. Après l’indépendance, le pays comptait au moins quatre groupes linguistiques réunis pour la première fois dans un État centralisé aux frontières clairement délimitées  ; aujourd’hui son nom renvoie pour beaucoup à un espace dominé par des populations hassanophones, historiquement nomades et qui se considèrent d’ascendance arabe souvent via des ancêtres berbères. Cela dit, les contours linguistiques et culturels ont toujours été contestés, difficiles à construire et à définir (Ould Ahmed Salem, 2004 ; De Chassey, 2006) ; l’atmosphère politique du moment a souvent orienté le choix des des gouvernements quant aux événements et aux personnes identifiés comme importants dans l’histoire de la nouvelle « nation ».

22Dans cette section, nous examinons un ensemble de producteurs d’histoire et d’initiatives patrimoniales en Mauritanie pour montrer comment ils ont donné forme à la production de savoir historique sur la région. Plus qu’un simple débat autour du nom du nouvel aéroport international, la polémique Um Tūnsī est un moment qui montre comment l’histoire et la politique nationale s’interpénètrent.

L’histoire académique

  • 47 . À part les structures de division de travail, ces populations partageaient la pratique d’un islam (...)

23Les réflexions historiographiques concernant l’histoire « nationale » de la Mauritanie, produites par des historiens professionnels formés à l’université restent, peu nombreuses. Abdel Wedoud Ould Cheikh, Pierre Bonte et Mohamedou Ould Meyine rappellent que, si le concept de la Mauritanie n’existait pas avant la période coloniale, il y avait bien un sens préexistant d’unité culturelle47 (Ould Cheikh, 1999 ; Bonte et Ould Mohameden Meyine, 2010) parmi les populations bīḍān. Toutefois, ces caractéristiques n’étaient pas nécessairement partagées par les populations non-hassanophones de la région du fleuve Sénégal : tout en étant des musulmans sunnites malékites, elles pratiquaient des modes d’expression culturelles différentes et vivaient souvent dans des communautés sédentaires.

24La politique du premier Président mauritanien, Mokhtar Ould Daddah, a mis en exergue la nécessité d’une histoire capable de parler du sens du collectif, d’un ensemble de valeurs communes enracinées dans une histoire commune, ce que Bonte et Ould Meyine appellent la « patrimonialisation de la culture » (2010). Cette nouvelle politique patrimoniale mettait en avant l’intermédiarité mauritanienne, que Ould Daddah avait qualifiée de trait d’union, entre un Maghreb arabo-berbère et une Afrique noire, affirmant que ce qui unifiait les différentes communautés linguistiques du pays était leur adhésion à l’islam (Ould Daddah, 2003). Alors que Ould Daddah luttait pour maintenir l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de la Mauritanie au cours des deux premières décennies de son indépendance, l’État accorda de plus en plus d’importance à un discours qui promouvait le mouvement Almoravide (al-murābiṭūn) du XIe siècle comme moment protonational mauritanien (Ould Cheikh, 1999 et Ould Ahmed Salem, 2004).

  • 48 . Le professeur Mohamedou Ould Meyine est à l’origine de la création du Master intitulé « Islam, Ét (...)

25Une enquête menée en 1997 au département d’histoire de l’Université de Nouakchott par Ould Cheikh (1999) a souligné la place prépondérante accordée au mouvement almoravide dans l’histoire de la « nation ». La difficulté d’accès aux sources en général, ainsi que l’aspect sensible de sujets comme l’histoire de l’esclavage, des inégalités sociales, ou de la gouvernance postcoloniale expliquent ce phénomène. En 2019, dans un département qui s’est doté depuis 2011 d’un master et qui aura bientôt un programme de doctorat48, la recherche des étudiants porte principalement sur les mêmes thèmes ; les sujets plus novateurs reçoivent rarement le soutien financier nécessaire pour un travail de terrain prolongé et/ou un accès à des bibliothèques disposant de meilleures ressources que celles de Nouakchott. La recherche sur l’histoire précoloniale de la région exige par ailleurs que les étudiants et les chercheurs professionnels puissent voyager entre plusieurs pays car, avant la période coloniale, les réseaux commerciaux et intellectuels couvraient des espaces dépassant les frontières nationales actuelles.

26Les historiens professionnels, attachés aux universités, ont bien sûr examiné comment le mouvement des Almoravides et la guerre de Shur Bubba ont contribué à la création d’un cadre religieux, juridique et social commun dans le sud-ouest du Sahara et ils se sont tout particulièrement concentrés sur l’histoire intellectuelle et juridique de la région. Se focalisant sur l’histoire des villes anciennes de la région, ces spécialistes ont suivi le commerce transsaharien et la production d’écrits savants qui témoignent de la présence précoce de l’islam et d’un intérêt partagé pour la transmission du savoir religieux. Ils se sont concentrés sur l’histoire du contact entre l’Europe et les émirats dans le sud-ouest du pays et de la colonisation progressive de ce qui allait devenir la Mauritanie. Notons que leurs récits historiques sont en grande partie des histoires de l’élite bīḍān, qu’ils soient érudits ou guerriers, de la région sud-ouest de la Mauritanie.

27Les bibliographies annotées de Pazzanita et Ould Hamody sur la Mauritanie sont deux références pour les sources focalisées sur ce qui est aujourd’hui la Mauritanie (Pazzanita, 2008 ; Ould Hamody, 1995). Hayāt morītāniā de Mokhtar Ould Hamidoun a été l’une des premières tentatives d’écriture d’une ethnohistoire complète de la Mauritanie, mais elle se focalise surtout sur la production culturelle bīḍān définie par la politique de la généalogie et les réseaux intellectuels islamiques (Ould Hamidoun, 1990 et 1994).

28De grands projets de recherche tels que ceux de l’anthropologue Yahya Ould El Bara et d’Ulrich Rebstock, qui rassemblent un corpus considérable de sources juridiques provenant des zones sahariennes et ouest-africaines, ainsi que celui d’une équipe d’historiens et de traducteurs dirigés par Jean Schmitz sur l’histoire sociale du Fouta Tooro d’après l’érudit Shaykh Muusa Camara (décédé en 1945), exigeant de multiples sources de financement sur de nombreuses années (Ould al-Bara, 2010 ; Rebstock, 2001 ; Kamara, 1998). Les projets d’El Bara et de Schmitz fournissent tous deux des exemples plus inclusifs de projets historiques qui intègrent des sources importantes du bilād al-sūdān.

  • 49 . Voir les travaux de Robert Vernet ; Jean Devisse ; Denise et Serge Robert ; A.O. Babacar ; Théodo (...)

29Les recherches archéologiques à grande échelle, menées pendant la période coloniale et jusqu’au début des années 2000, ont essentiellement stagné en raison de l’insécurité dans les régions du nord et du sud-est du pays où se trouvent d’importants sites, mais aussi en raison du coût élevé du financement des fouilles49.

  • 50 . Agence Mauritanienne d’Information, « Naḥwa muqāriba jedīd fī kitāb tārīkh al-maqāwma al-muslaḥa (...)
  • 51 . Par exemple, Le Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Ouest Saharien (CEROS), <http://ceros-cent (...)

30Les historiens universitaires basés en Mauritanie publient et donnent des conférences publiques où ils réfléchissent de manière critique à la manière d’écrire sur l’histoire du pays (Ould Abdellah, 1997 ; Ould el-Bara, 1997)50. Ils organisent des événements scientifiques, invitent les chercheurs à donner des conférences publiques et à dialoguer avec les étudiants, et continuent à visiter les archives nationales et les bibliothèques privées pour contribuer à la production des connaissances historiques51. Cependant, il est de plus en plus difficile pour ces chercheurs de promouvoir et de poursuivre leurs recherches, en l’absence d’un système de financement structurel adéquat.

Politiques patrimoniales et histoire

31Les producteurs professionnels de l’histoire sont, ici comme ailleurs, de plus en plus souvent obligés de se plier à la recherche sur projets, lisibles par les bailleurs de fonds mauritaniens et étrangers. L’une des solutions consiste à concevoir des recherches qui sont capables de répondre aux offres d’organisations non-gouvernementales et gouvernementales cherchant à financer des projets orientés vers les priorités politiques de la région. Parfois, des initiatives venues d’en haut débouchent sur des projets patrimoniaux, en particulier lorsque les intérêts des bailleurs extérieurs (programmes promouvant l’emploi des jeunes, la lutte contre la radicalisation) et du gouvernement (retombées économiques du tourisme) rejoignent les enjeux de protection et de mise en valeur des richesses anciennes du pays. Lorsqu’on s’intéresse aux initiatives « patrimoniales » publiques ou institutionnelles apparues en Mauritanie au cours de la mandature du Président Aziz, on est tenté de croire à un mouvement, un essor, une dynamique qui s’ancre. Plusieurs éléments, dont il faudrait encore pouvoir observer véritablement les effets sur le moyen terme, sont à noter, mais des contradictions apparaissent : des structures dédiées à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine mauritanien se créent, tandis que des secteurs comme les archives nationales ou la Direction des musées restent franchement en souffrance.

  • 52 . Nami Salihy (aussi appelé Nami Ould Mohamed Kabir) était déjà directeur national du patrimoine av (...)

32Une nette inflexion, de ce point de vue, s’opère vers 2015 au cours de la deuxième année du second mandat du Président. À la fin de cette année est créée une Direction du patrimoine, rattachée directement à la Primature et confiée à un archéologue de formation – qui semble ne pas faire l’unanimité et dont la proximité avec le pouvoir est régulièrement soulignée. Annonçant nettement la direction voulue par le gouvernement, il déclare en décembre lancer un « programme national de revitalisation du patrimoine mauritanien des valeurs »52. Outre cette orientation morale sous-jacente qui ne manque pas d’inquiéter, l’importance nouvelle prise par cette direction dépossède en partie la Direction des musées, qui gérait les structures patrimoniales un peu partout dans le pays, faisant par exemple le lien avec les petits musées privés. Le projet d’ouvrir des musées nationaux dans tous les chefs-lieux de région semble abandonné et les moyens, déjà étiques, n’évoluent pas. Du côté des archives nationales, si certains semblent porter à bout de bras la volonté de créer un nouveau centre en dehors de l’enceinte de la Présidence et d’améliorer la conservation et valoriser les fonds, en l’aspect, rien ne change : documents abîmés, entretien déficient, accès difficile, numérisation inexistante.

33Au cours de la même période, alors que le ministère de la Culture est aux mains de Hindou Mint Aïnin el Mokhtar Ould Djay, l’Institut mauritanien de recherche scientifique (IMRS) est réformé sous la houlette de sa directrice Ibnata Mint el Khaless : il devient l’Institut mauritanien de recherche et de formation dans le domaine du patrimoine et de la culture (IMRFPC) en octobre 2015. Ses activités sont réorientées vers la conservation du patrimoine matériel : soins des collections archéologiques qu’il abritait, mise à jour des inventaires des manuscrits, et mise en valeur des archives orales accumulées lors de divers programmes de recueil des décennies passées. Un volet formation, dont il est difficile de connaître le degré d’aboutissement exact, est également rattaché à l’Institut qui semble perdre définitivement son volet recherche dans l’opération, déjà moribond faute de moyens.

  • 53 . La « Bibliothèque numérique de la Mauritanie » donne accès à un large catalogue d’articles de rev (...)
  • 54 . La Banque Mondiale, la France, ou encore l’Unesco ont financé plusieurs projets : TOTEM, PSVPCM, (...)

34Un certain nombre d’autres initiatives ont porté, au cours des dernières années, sur la mise en valeur de sources variées pour l’écriture de l’histoire de la Mauritanie, et le fait de les rendre disponibles aux Mauritaniens. Notons l’existence, depuis 2007, d’une base de données de documents numérisés disponibles en ligne53 ou encore du site web créé à l’occasion du Cinquantenaire de la naissance de la Mauritanie en 2010 et qui rend accessible photos d’archives, quotidiens d’époque, ainsi qu’interviews d’acteurs de la période de l’indépendance. La préservation des sources orales mauritaniennes a fait en outre l’objet d’un dispositif coordonné par l’IMRFPC, appelé Traditions orales nationales (TON) et qui a permis la numérisation de toutes les cassettes audio composant le corpus sonore de l’Institut, leur catalogage et leur mise en ligne. Malgré un site parfois difficile d’accès et d’utilisation, l’objectif, qui est la sauvegarde et la valorisation des archives sonores de l’Institut est atteint en partie. Financée par des partenaires allemands, cette réalisation s’inscrit dans la lignée de plusieurs campagnes de recueil de sources orales impulsées depuis les années 199054.

35À partir de 2010 s’est développée une initiative de grande ampleur mais qui peine, jusqu’aujourd’hui, à trouver des moyens à la hauteur de ses ambitions : Biblimos. Porté par Sophie Caratini, anthropologue au CNRS, ce projet visait d’abord à la création d’une bibliothèque virtuelle qui permettrait de rendre disponibles à tous des sources archivistiques européennes portant sur l’Ouest saharien. S’étoffant et tâchant de faire collaborer des chercheurs de différents pays d’Europe, de Mauritanie et du Sahara, spécialistes des sciences humaines et informaticiens, l’idée inclut progressivement le catalogage de sources locales écrites, traitées via des logiciels les plus pointus d’indexation, et est baptisé Bibliothèque digitale multilingue des sources inédites de la Mauritanie. Faute de financement, la plateforme ne voit pas le jour, mais le projet se réoriente, en 2014-2015 (décidément, année d’inflexion générale), vers un travail visant à mettre en valeur des sources mauritaniennes issues de la production écrite et orale des différentes communautés du pays et informant sur des processus, issus des sciences de l’islam, permettant le règlement des conflits. La valorisation du projet comme permettant de construire une histoire locale mais « supra-communautaire », avec des sources diversifiées, ne pouvait que susciter un intérêt renouvelé. Pour le dire autrement, il s’est agi de « politiser » un sujet qui paraissait auparavant trop théorique et pléthorique, afin de rencontrer l’intérêt des bailleurs tels que l’Union européenne ou la France, et pour défendre la mise en place d’une réelle structure gouvernementale à même d’accueillir les équipes. La création d’une cellule Biblimos est officiellement annoncée en mars 2018 par la ministre Secrétaire générale du gouvernement, qui précise qu’elle :

  • 55 . Youtube, « Dépêche au journal de 20h en Mauritanie à propos de Biblimos », 7/04/2018, <https://ww (...)

« S’inscrit dans le cadre de l’importante attention qu’accorde le président de la République, son Excellence monsieur Mohamed Abdel Aziz à l’histoire et au patrimoine culturel national et à l’ancrage du présent du pays dans son passé radieux. »55

  • 56 . C’est ce dernier argument qui semble avoir porté ses fruits lors d’une ultime mouture du programm (...)

36Bien qu’elle n’ait pas encore de moyens propres, elle est ainsi présentée comme un outil de promotion d’une culture de paix via l’identification et l’étude des sources écrites et orales, en plus d’un outil d’intégration de la jeunesse et de formation dans le secteur culturel56.

37L’essentiel de l’activité gouvernementale en matière de patrimoine culturel et historique est néanmoins focalisé sur les villes sahariennes anciennes. En 2011 est créé le Festival annuel des villes anciennes, ayant pour but de redynamiser le tourisme culturel et la préservation des sites et des manuscrits de Chinguetti, Ouadane, Tichitt et Oualata, situées dans les régions menacées de désertification et subissant de plein fouet les conséquences du classement sécuritaire en zone rouge suite aux attaques terroristes des années 2000. La semaine de festivité, d’abord programmée en janvier ou février, puis en décembre de chaque année à partir de la 6e édition (Ouadane 2016), est l’occasion d’un déplacement en masse des membres du gouvernement et de la classe politique, qui ne manquent pas l’occasion de mobiliser dans leurs discours les notions de préservation et valorisation du patrimoine national – conçu de manière restreinte autour des manuscrits essentiellement – mais aussi d’unité nationale lorsque les festivités invitent des artistes du pays entier à intervenir dans des soirées musicales, des joutes poétiques, etc. Il s’agit là, pour le Président et ses proches, de provoquer un sentiment d’unité nationale à travers ces festivals qui font appel au rôle joué par les quatre villes anciennes dans une production intellectuelle d’importance mondiale.

  • 57 . À cet égard par exemple, des observateurs notent que le grand festival soninké tenu en 2016 à Nou (...)

38Si les investissements financiers importants et la relance progressive du tourisme que suscitent les éditions successives du festival sont louables et loués, et que le pari du régime consistant à la fois à valoriser le patrimoine et relancer l’économie dans des régions désertées – avec cette idée que les jeunes n’y ont aucune perspective et qu’il faut les prémunir d’aller rejoindre les groupes armés au Mali – est en partie réussi, plusieurs critiques se lèvent. Les historiens universitaires estiment que, malgré les réalisations certaines (restauration du bâti, vérification des fonds des bibliothèques privées, etc.), le contenu scientifique des festivals est largement insuffisant. Par ailleurs, les associations qui promeuvent le soutien égal à toutes les cultures de la Mauritanie critiquent l’attention surdimensionnée envers les aspects sahariens du patrimoine du pays57.

  • 58 . Par exemple, Agence Mauritanienne d’Information, « Les participants à la réflexion sur les villes (...)

39Le directeur national du patrimoine est d’ailleurs une des chevilles ouvrières du festival des villes anciennes, puisqu’il y est chargé de l’organisation et de l’animation de « journées de réflexion », sortes de conférences sur des sujets d’histoire ou de culture locale58. Il est à cet égard significatif que fin 2016, alors que la polémique sur le baptême de l’aéroport se prolongeait depuis presque une année, le président mauritanien lance, peu avant l’ouverture des festivités de Ouadane, un appel officiel et largement repris dans les médias.

« En effet, c’est depuis les ruines de l’ancienne ville de Rachid, détruite le 16 août 1908 par des canons français, et aujourd’hui capitale de la commune de Wahaatt, Moughatta de Tidjikja, que le président de la République avait lancé, le 16 novembre 2016, un appel aux scientifiques et intellectuels mauritaniens à s’atteler librement à la réécriture de l’Histoire de la résistance nationale et de l’histoire en général. »59

40Dans un contexte très lourd, où toutes sortes d’intellectuels passent en boucle sur les chaînes de télévision et que la polémique continue sur le web sur le fait que « l’histoire nationale » aurait jusqu’à présent occulté les éléments à même de rendre leur fierté et leur patriotisme aux Mauritaniens, le directeur de la culture contacte des universitaires afin qu’ils viennent présenter, moyennant 200 000 ouguiyas, une conférence sur un sujet lié à l’histoire de la résistance à la colonisation. Certains s’offusquent face à ce qu’ils considèrent comme un « diktat politique » sur l’histoire.

  • 60 . « Vers la réécriture de l’histoire de la Mauritanie », APA News, 13/06/2019, <https://apanews.net/news/vers-la-reecriture-de-lhistoire-de-la-mauritanie-ministre>. Voir aussi des pro</https> (...)

41Enfin, au printemps 2019, une centaine de personnes, érudits traditionnels (griots, poètes, fuqahā’) et historiens universitaires, mais aussi membres de l’association pour l’histoire de la résistance (ANCORN) est sollicitée pour participer à une première réunion, sous la direction des ministres de la Culture ainsi que de l’Enseignement supérieur et de la recherche, afin de constituer une Commission ayant pour mission l’écriture d’une Encyclopédie historique de la Mauritanie. Le directeur du patrimoine en serait aussi le coordinateur. À la lumière des événements précédents, quelques voix laissent déjà entendre leur scepticisme60.

L’histoire artisanale

  • 61 . Voir les travaux de Adama Gnokane, Cheikhna Wagué, Zekeria Ould Ahmed Salem, Abderrahame Ngaïdé, (...)

42Comme nous l’avons vu précédemment, les prérogatives de la politique nationale ont souvent façonné les sujets de recherche et les thèmes qui évoquent désormais une unité culturelle définie comme musulmane, nomade, saharienne et arabe dans ses manifestations culturelles. On a souvent considéré l’histoire des subalternes, des militantes, des femmes et des non-bīḍān comme sensibles, car elles remettaient en cause le statu quo concernant les relations de pouvoir et l’autorité politique existantes. Alors que certains historiens universitaires mauritaniens61 se tournent de plus en plus vers ces sujets, d’autres Mauritaniens non-affiliés à des institutions universitaires ont pris en main la représentation du passé pour rendre visible ceux qu’ils considèrent comme absents dans l’histoire nationale.Derek Peterson et Giacomo Macola utilisent le terme homespun (« fait maison » ou « artisanal ») pour faire référence au genre d’histoire que ces intellectuels fabriquent en dehors du cadre universitaire. Pour Peterson et Macola, ces historiens artisanaux, tel des tisserands, rassemblent pour des raisons explicitement partisanes divers fils d’éléments qui renvoient à un passé lointain (2009). Que ce soit pour rappeler aux jeunes des traditions ou normes culturelles, pour légitimer des structures d’autorité politique ou pour expliquer les inégalités raciales et sociales, ces historiens homegrown (« fait maison ») effectuent souvent ce travail ou ce « bricolage historique » à côté de leur travail ordinaire pour combler un vide qu’ils identifient dans l’histoire officielle de la « nation ».

43Dans le cas de la Mauritanie, ces historiens artisanaux utilisent plusieurs forums et médias pour leur production d’histoire « faite maison ». Le jeune cinéaste, Ousmane Diagana, a réalisé plusieurs films documentaires sur des questions d’histoire sociale vue comme sensibles dans son pays (Diagana, 2012, 2018 et 2011 ; Diaw, 2009 ; Vanderweerd, 2006). Son film, Mémoire Noire, traite directement de l’art de raconter l’histoire en se focalisant sur l’argument qu’il y a en Mauritanie une mémoire divisée entre ceux qui ont la peau noire et ceux qui ont la peau blanche. Les Noirs maintiennent un souvenir d’une violence perpétrée par l’État, une mémoire réprimée et ignorée par le gouvernement pendant des décennies. Diagana aborde également des polémiques au sein de sa propre communauté soninké dans La blessure de l’esclavage, où les vestiges de l’esclavage limitent la progression sociale des personnes considérées comme de basse extraction. Dans Ganda : le dernier griot, il regrette de la disparition et la négligence de l’art traditionnel de réciter et de fabriquer l’histoire autrefois maintenue par les griots de l’Afrique de l’Ouest.

  • 62 . Soninkara, « Festival international soninké », n.d., <http://www.soninkara.com/culture/festival-i (...)
  • 63 . Voir Agence mauritanienne de l’information, « Début des activités du festival du Walo à Rosso », (...)
  • 64 . Voir l’ONG Teranim pour les arts populaires traditionnels qui organise un festival annuel connu s (...)

44La communauté de langue soninké, dont les productions ne donnent pas lieu aux mêmes polémiques que leurs concitoyens Halpulaaren, est également particulièrement active dans le renforcement des liens au-delà des frontières nationales par le biais de festivals et conférences culturelles au cours desquels les membres de la communauté ethnolinguistique transnationale discutent de la façon de promouvoir l’apprentissage des langues chez les jeunes, préserver leur mémoire de la participation précoce à la transmission du savoir islamique dans la région et maintenir leurs traditions culturelles62. L’association pour la promotion de la culture wolof en Mauritanie (Approlawo RIM) a également organisé des festivals similaires en 2018 et 2019 pour « renforcer l’esprit de la citoyenneté et l’intégration culturelle entre tous les peuples du peuple mauritanien » et Tabital Pulaagu, une association internationale qui vise à promouvoir la langue et la culture peule, organise également des festivals en Mauritanie63. Comme indiqué ci-dessus, ces festivals répondent indirectement aux festivals des villes anciennes largement financés par le gouvernement qui accorde une importance prioritaire à l’histoire saharienne, nomade et arabophone du pays. Par ailleurs, il y a eu un regain d’intérêt pour la forme musicale connue sous le nom de medḥ en Mauritanie ou des louanges chantées au nom du prophète Mohammed. Genre musical réservé aux ḥrāṭīn, le medḥ apparaît de plus en plus à la télévision et dans les festivals. Ces concerts de medḥ dans l’espace public permettent une promotion et une reconnaissance d’une forme de musique exclusivement ḥarṭānī comme partie intégrante du patrimoine du pays64.

45Un certain nombre d’initiatives privées ont également été lancées pour créer des musées et des bibliothèques afin de préserver le patrimoine mauritanien en dehors du cadre du musée national ou des archives nationales. Alors que les bibliothèques de famille sont depuis longtemps des sites de conservation de manuscrits en Mauritanie, des collectionneurs privés ont créé des espaces ouverts aux chercheurs, aux touristes et aux savants mauritaniens. Par exemple, le musée de Touezekt, présidé par El Khalil N’tahah à Atar, la Fondation Vergnol, gérée par une famille franco-mauritanienne du même nom, ou encore la bibliothèque privée d’Ahmed Mahmoud Ould Mohammed (dit Jemal) abritent des collections impressionnantes d’objets archéologiques, de photographies, de manuscrits, de copies de documents d’archives, de publications récentes, ou de culture matérielle bien conservés65.

  • 66 . Voir les pages Facebook pour « qabīla idawālī », « ‘ulema bilād shinqīṭ », or « qabīla awlād al-l (...)
  • 67 . Facebook, « Bibliothèque Sanhadja », <https://www.facebook.com/Bibsanhadja/>.
  • 68 . Courriel électronique personnel avec Shaykh Ould Mazeid, 6/07/2019.

46Internet offre aux historiens artisanaux le moyen le plus révolutionnaire de recueillir, partager et produire des écrits et des sources historiques. Certaines pages cherchent à mettre en valeur l’histoire d’une confédération tribale spécifique à travers des photographies et de courts messages, tandis que d’autres se concentrent sur l’histoire des grandes villes66. Une des pages Facebook, « Bibliothèque Sanhadja », vise à rendre accessibles au plus grand nombre des recherches, publiées ou non, sur le pays et ses habitants, grâce à des fichiers PDF contenant des mémoires, des articles et des livres67. Le jeune mauritanien qui se décrit comme « progressiste » et qui gère cette page vit actuellement en Tunisie et tient à intégrer un nombre important de sources en français, en arabe, mais aussi en espagnol et anglais sur les communautés non-bīḍān du pays68. Ces sites virtuels peuvent servir de références pour des sources primaires, principalement sous la forme de photographies de paysages, de paysages urbains et de personnes, ainsi que de manuscrits, mais aussi de fichiers numériques de documents publiés et, surtout, ils sont des lieux de discussions en ligne sur les moments et les changements invoqués par les matériaux partagés.

  • 69 . En 1986, le régime a arrêté 23 Mauritaniens noirs les accusant d’avoir organisé des réunions non- (...)
  • 70 . Flam de Mauritanie, Facebook, « Devoir de mémoire », 24/04/2019. Voir aussi Kassataya, « Mauritan (...)
  • 71 . Villasante Cervello précise qu’Aziz a assisté à une prière prononcée « à la mémoire des victimes (...)

47Marie-Aude Fouéré, en écrivant sur les différences entre mémoire et histoire, aborde la façon dont les États tentent de contrôler la représentation et l’utilisation du passé en imposant une culture du silence autour de certains sujets considérés comme menaçants (2010). Dans le cas de la Mauritanie, les mémoires de la violence et de la discrimination d’État contre les populations de la région du fleuve Sénégal sous le régime de Taya sont celles qui ont été le plus réprimées (Ndiaye, 2010)69. Le régime a négligé et fait taire les témoignages de personnes qui ont vécu la violence perpétrée par l’État, les considérant comme des menaces pour le mythe de l’unité nationale (Villasante Cervello, 2017a ; Sy, 2000 ; Boye, 2000)70. Les initiatives des familles des victimes de la violence de la fin des années 1980 et 1990 semblent avoir finalement abouti durant la mandature courte de Sidi Ould Cheikh Abdallahi (2007-2008) à une reconnaissance officielle du rôle joué par l’État dans les meurtres et les déplacements de membres de la communauté halpulaar du pays. Cheikh Abdallahi s’est félicité du retour des réfugiés mauritaniens après la mise en place d’une commission vérité et réconciliation, a criminalisé l’esclavage, seulement interdit précédemment, a autorisé l’utilisation des langues nationales autres que le hassaniya à la radio et à la télévision nationales et a nommé davantage de Mauritaniens noirs aux postes administratifs (Lesourd et Antil, 2009 : 10-12 ; Villasante Cervello, 2007). Cependant, cet aveu de discrimination et de violence passées était, selon certains, l’un des nombreux facteurs qui ont motivé l’arrivée au pouvoir d’Aziz en 2008 lorsqu’il s’est présenté comme l’homme qui allait remettre le pays sur la bonne voie après années de gouvernance faible accusée de céder le pouvoir aux islamistes et à ceux qui voulaient semer la division (Villasante Cervello et al., 2017a)71.

Épilogue

  • 72 . RFI Afrique, « Mauritanie: l’internet mobile coupé au lendemain de la présidentielle », 25/06/201 (...)
  • 73 . Par exemple, voir BBC News, « Mauritania set for first democratic transition of power », 22/06/20 (...)
  • 74 . Mohamedou Ould Slahi, « Risāla muftūḥ ilā al-saʿīd al-raʾīs al-muntakheb », Echourouq Media, 18/0 (...)
  • 75 . Paulina Zidi, « Mauritanie : Le président Aziz n’exclut pas une future candidature présidentielle (...)

48Le 22 juin 2019, Mohammed Ould Cheikh Mohamed Ould Ghazouani proclame sa victoire à l’élection présidentielle avec 52% des voix. Si les quatre principaux candidats de l’opposition expriment leur mécontentement face à cette déclaration qui précède l’annonce officielle des résultats par la commission électorale (CENI), si les manifestations qui éclatent dans plusieurs quartiers des villes de Nouakchott, Nouadhibou et Rosso reflètent le mécontentement des jeunes et des électeurs de l’opposition, la plupart des Mauritaniens ne sont toutefois guère surpris que Ghazouani remplace le président sortant, Mohamed Ould Abdel Aziz72. Les médias étrangers perçoivent globalement ces élections comme un signe de maturité démocratique : un général de l’armée ayant pris le pouvoir après un coup d’État clairement anti-démocratique en 2008 a accepté de respecter la Constitution du pays et de se retirer après deux mandats73. Rappelons néanmoins que plusieurs « lettres ouvertes » avaient été écrites au candidat par des Mauritaniens dans les jours précédant les élections, lui offrant des conseils sur la façon d’éviter les pièges de l’autoritarisme une fois élu74. En effet, le Président sortant comme le nouveau ont été les artisans des coups d’État ayant renversé le colonel Taya, en 2005, après trente ans de pouvoir, et Cheikh Abdallahi, en 2008, après seulement 18 mois (Antil et Lesourd, 2009). Ghazouani (également général), est largement considéré comme le dauphin du Président, un personnage créé à l’image de Dmitri Medvedev pour Aziz, le « Vladimir Poutine mauritanien »75. De plus, la coupure d’Internet par les autorités et l’arrestation de membres de l’opposition dans les jours qui suivent les élections réaffirment le caractère autoritaire de ce moment supposé être le plus démocratique de l’histoire du pays.

49Dans le dossier Mauritanie de ce numéro de L’Année du Maghreb, cette chronique à quatre mains partage, avec les articles de Mark Drury et de Marta Alonso Cabré, une réflexion sur les frontières nationales et sur la façon dont l’expérience quotidienne, historique ou symbolique qu’en font les habitants rencontre des revendications en terme de droits politiques et d’identités culturelles. Au regard des événements de ces dernières années liés à la pêche, au contrôle de la nationalité et des frontières, à l’écriture de l’« histoire nationale » ou à la réforme constitutionnelle, les discours du désormais ex-Président semblent autant d’efforts pour mettre en scène un État en déficit d’existence (Pierre Englebert et Catriona Craven-Matthews, 2017) : à chaque échéance, devant chaque nouveau défi, le pouvoir tente de créer du mouvement et de la discussion autour d’une identité idéale, avec l’espoir d’un effet politique concret.

Haut de page

Bibliographie

Al-Shinquit Sidi Ahmed al-Amin, 1911, Al-wasī fī tirājim anbā’ al-shinqī (Le meilleur des biographies des érudits de Shinqīṭ), Le Caire, Al-Jumalia

Antil Alain et Lesourd Céline, 2009, « Non, mon président ! Oui, mon général ! Retour sur l’expérience et la chute du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi », L’Année du Maghreb, n°5.

Antil Alain, 2016, « L’étoile pâlie du président Mohamed Ould Abdel Aziz », L’Afrique en questions, n° 23.

Babou Cheikh Anta, 2007, Fighting the Greater Jihad : Amadu Bamba and the Founding of the Muridiyya of Senegal, 1853-1913. Athens, OH, Ohio University Press.

Bonte Pierre et Ould Mohameden Meyine Mohamedou, 2010, « La Mauritanie au passé (re)composé », The Maghreb Review, 35, n° 1-2, p. 27-63.

Boulegue Jean, 1998, Les royaumes wolof dans l’espace sénégambien (XIII-XVIIIe siècle), Paris, Karthala.

Boye Alassane Harouna, 2000, J’étais à Oualata : Le racisme d’état en Mauritanie, Paris, L’Harmattan.

Choplin Armelle, 2012, Nouakchott: Au carrefour de la Mauritanie et du monde. Paris, Karthala.

Craven-Matthews Catriona et Englebert Pierre, 2017, « A Potemkin state in the Sahel? The empirical and the fictional in Malian state reconstruction », African Security, no 11, 1, p. 1-31.

Cruise O’Brien Donal B., 1971, The Mourides of Senegal: The Political and Economic Organization of an Islamic Brotherhood, Oxford, Clarendon Press.

De Chassey Francis, 2006, « Colonisation, décolonisation et sociétés traditionnelles en Mauritanie », Maghreb Machrek, no 189, p. 53-68.

De Jorio Rosa, 2006, « Introduction to Special Issue: Memory and the Formation of Political Identities in West Africa », Africa Today 52, no 4 (Summer), p. v-ix, v.

Diagana Abdoulaye, Antil Alain et Lesourd Céline, 2016, « Marches et grèves. Les tourments d’une gouvernance face aux tensions sociales et politiques (2014-2015) », L’Année du Maghreb, n°15, 257-277.

Diagana Ousmane, 2012, Mémoire noire, Maison des cinéastes et Zaradoc Films.

Diagana Ousmane, 2018, Ganda, le dernier griot, Vraivrai Films.

Diagana Ousmane, 2011, La blessure de l’esclavage, La SMAC.

Diaw Djibril, 2009, 1989, ICTV, Impluvium Productions, TV Rennes 35.

Diop Momar Coumba et Diouf Mamadou, 1990, Le Sénégal sous Abdou Diouf, Paris, Karthala.

Dozon um, 2010, « Ceci n’est pas une confrérie. Les métamorphoses de la muridiyya au Sénégal », Cahiers d’études africaines, vol. 198-199-200, no 2, p. 857-879.

El Hamel Chouki, 2002, La vie intellectuelle islamique dans le Sahel Ouest-Africain (XVIe-XIXe siècles) : Une étude sociale de l’enseignement islamique en Mauritanie et au Nord du Mali (XVIe-XIXe siècles) et traduction annotée de Fath ash-shakur d’al-Bartili al Walāta (mort en 1805), Paris, L’Harmattan.

Fouéré Marie-Aude, 2010, « La mémoire au prisme du politique », Cahiers d’études africaines, n°197, <http://journals.openedition.org/etudesafricaines/15768>.

Freire Francisco, 2018, « Weapons of the weak, and of the strong: Mauritanian foreign policy and the international dimensions of social activism », The Journal of North African Studies (2018), 1-16.

Frèrerejean Commandant, 2011, Mauritanie 1903-1911. Mémoires de randonnées et de guerre au pays des Beidanes, Paris, Karthala.

Jeannerat Claire, 2013, « Les rues de Nouakchott par leur petit nom », Citymag n. 64, p. 13-14.

Kamara Shaykh Muusa, 1998, Florilège au jardin de l’histoire des noirs: zuhur al-basatin, vol.1, Schmitz Jean (dir.), Paris, CNRS Editions.

Marchesin Philippe, 2010, Tribus, ethnies et pouvoir en Mauritanie, Paris, Karthala.

Melly Paul, 2019, « Mauritania’s Unfolding Landscape: Elections, Hydrocarbons and Socio-Economic Changes », Research Papers Africa Programme, Chatham House, p. 28-29.

N’Diaye Sidi, 2010, « Mémoire et réconciliation en Mauritanie », Cahiers d’études africaines, n°197, <http://journals.openedition.org/etudesafricaines/15782>.

Ould Abdellah Deddoud, 1997, « Guerre sainte ou sédition blâmable ? Nasiha de sheikh Sa’d Bu contre le jihad de son frère sheikh Ma al-Ainin », in Robinson David et Triaud Jean-Louis (dir.), Le temps des marabouts : Itinéraires et stratégies islamiques en Afrique occidentale française v. 1880-1960, Paris, Karthala, p. 119-153.

Ould Ahmed Salem Zekeria (dir.), 2004, Les trajectoires d’un État-frontière : Espaces, évolution politique et transformations sociales en Mauritanie, Dakar, CODESRIA.

Ould El-Bara Yahya, 1997, « Les théologiens mauritaniens face au colonialisme français. Étude de fatwa-s de jurisprudence musulmane», in Robinson et Triaud (dir.), Le temps des marabouts, p. 85-117.

Ould El-Bara Yahya, 2010, Al-majmūa al-kubrā: aḥkām wa nuwāzil wa al-fatāwā al-shāmila aḥl gharb wa janūb gharb al-ṣaḥara’, Vol. 12, Nouakchott: al-Hasan bin al-Mukhtār bin al-Hasan Mūlay al-Sharīf.

Ould Bouboutt Ahmed Salem, 2018, « La Constitution mauritanienne, toujours recommencée ! », Revue française de droit constitutionnel, n° 113, p. 75-92.

Ould Cheikh Abdel Wedoud, 1999, « Introduction : Vous avez dit ‘histoire’ ? », Histoire de la Mauritanie. Essais et synthèses, Nouakchott, Imprimerie Nouvelle, p. 1-35.

Ould Cheikh Abdel Wedoud, 2016, « De quoi le Sahara est-il le nom ? Images du Sahara et des Sahariens dans Kitâb al-bâdiyya d’al-Shaykh Muhamd al-Mâmi », Le Sahara : Lieux d’histoire... Espaces d’échanges, colloque, Guelmim, Maroc, 26-28 mai 2016.

Ould Daddah Mokhtar, 2003, La Mauritanie contre vents et marées, Paris, Karthala.

Ould Hamidoun Mokhtar, 1990 et 1994, ayāt morītānīā, 2 vols des 10 attendus.

Ould Hamody Mohamed Saïd, 1995, Bibliographie générale de la Mauritanie, Nouakchott, Centre Culturel Français de Nouakchott.

Ould Mohamed Baba Moustapha Elemine et Freire Francisco, 2019, « Looters vs. Traitors: The Maqawama (‘Resistance’) Narrative and ongoing Decolonization of Mauritania, African Studies Review, p. 1-23.

Pazzanita Anthony G., 2008, Historical Dictionary of Mauritania, 3rd ed., Lanham, MD, The Scarecrow Press.

Peterson Derek R. et Macola Giacomo, 2009, « Introduction: Homespun Historiography and the Academic Profession », in Peterson et Macola (dir.), Recasting the Past: History Writing and Political Work in Modern Africa, Athens, Ohio University Press, p. 1-30.

Rebstock Ulrich, 2001, Maurische Literaturgeschichte, 3 vols., Würzburg, Ergon.

Robinson David, 2000, Paths of Accommodation: Muslim Socieites and French Colonial Authorities in Senegal and Mauritania, 1880-1920, Athens, OH, Ohio University Press.

Schmitz Jean, 2014, « Au sud de la Mauritanie, du damier des relations entre Brâkna et Haalpulaaren aux espaces tiers des subalternes », in Abdel Wedoud ould Cheikh (éd.), État et société en Mauritanie. Cinquante ans après l’Indépendance, Paris, Karthala, p. 227-257.

Sy Mahamadou, 2000, L’enfer d’Inal, Mauritanie : l’horreur des camps, Paris, L’Harmattan.

Taine-Cheikh Catherine, 1989, « La Mauritanie en noir et blanc. Petite promenade linguistique en hassaniya », Revue du monde musulman et de la Méditerrané, 54, p. 90-105.

Taine-Cheikh Catherine, 1998, « Toponymie et urbanisation », Espaces et sociétés en Mauritanie, Actes du colloque de Tours, 19-20 octobre 1995, Tours, Fascimile de Recherches, 33, p. 77-86.

Vanderweerd Pierre-Yves, 2006, Le cercle des noyés, Cobra films et.al.

Villasante Cervello Mariella, 2007, « Négritude, tribalitude et nationalisme en Mauritanie : des héritages coloniaux en matière d’idéologie et de commandement », in Villasante (dir.), Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel : Problèmes conceptuels, état des lieux et nouvelles perspectives de recherche (XVIIIe-XXe siècles), v. 2, Paris, L’Harmattan, p. 445-498.

Villasante Cervello Mariella, 2013, 2014, 2015a, 2017b, « Chroniques politiques de Mauritanie », <http://pucp.academia.edu/MariellaVillasante/>.

Villasante Cervello Mariella, 2015b et 2017c, « Essais sur la Mauritanie », n° 1 et n° 2, <http://pucp.academia.edu/MariellaVillasante/>.

Villasante Cervello Mariella, Taylor Raymond, De Beauvais Christophe (dir.), 2017a, « Introduction », Histoire et Politique dans la vallée du fleuve sénégal. Mauritanie : Hiérarchies, échanges, colonisation et violences politiques, VIIIe-XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, p. 31-92.

Haut de page

Notes

1 . « Um Tunsi » désigne un puits qui porte le nom de la branche Tounsi de la confédération d’Awlad Ahmed ben Dahman du Trarza.

2 . Colonel Oumar Ould Beibacar, « Face à l’occupation coloniale : Peut-on parler de la résistance? », Le Calame, 25/11/2015, <http://www.lecalame.info/?q=node/3116>.

3 . Le secteur touristique est loin d’atteindre son niveau d’activité d’avant 2007, date à laquelle des islamistes avaient assassiné une famille française et attaqué des postes de sécurité. Entre-temps, les événements au Mali ont conduit Aziz à renforcer les frontières et les capacités militaires du pays. Selon la rumeur, l’absence de violence djihadiste depuis février 2011 sur le sol mauritanien est lié à un accord secret conclu entre Nouakchott et Al-Qaïda, laissant cette dernière utiliser la Mauritanie comme base logistique en tout en l’épargnant.

4 . Censés être d’origine servile.

5 . En général, entre ceux qui parlent le Hassaniya, le Soninké, le Wolof, et le Pulaar.

6 . AVOMM, « Une avenue de Nouakchott va porter le nom de Mokhtar Ould Daddah », 7/11/2008, <https://www.avomm.com/Une-avenue-de-Nouakchott-va-porter-le-nom-de-Mokhtar-Ould-Daddah_a6774.html>.

7 . Justine Spiegel, « Mauritanie : Mariem Ould Daddah ou le temps retrouvé », Jeune Afrique, 9/12/2013, International Center for Not-for-Profit Law, https://www.jeuneafrique.com/135295/politique/mauritanie-mariem-Ould-daddah-ou-le-temps-retrouv/>. Voir l’article 46, « Mauritania: 2008 Loi sur les associations », 24/10/2010, <http://www.icnl.org/research/library/files/Mauritania/proposed-fr.pdf>.

8 . Al-wakāla al-morītānīā alakhbār, « raʾīs al-jumḥūrīya yudeshen ṭarīq al-maqāwma », 27/11/2010, <http://ami.mr/Depeche-17065.html>. Voir aussi Taine-Cheikh, 1998 ; Choplin, 2012 ; Jeannerat, 2013.

9 . Courriel de Saadbouh Ould Mohammed Moustapha qui a partagé des documents avec nous, le 11-12 juillet 2019 et Facebook, « al-rābita al-waṭanīa li takhlīd biṭūlāt al-maqāwma »,
<https://www.facebook.com/rabitaong/>.

10 . À travers les noms de rues, la construction de monuments, ou encore l’organisation de conférences, d’émissions de radio et de projections de films documentaires sur le sujet. Ibid. Une source a identifié Mohammed Moustapha comme le cousin d’Aziz à travers leur tribu des Oulad Bu Sba.

11 . Saadbou Ould Mohammed Moustapha, dans une publication en ligne, et un reportage à la télévision ont identifié Ahmed Ould Bouhedé (m. 2018, Oulad el-Labb) comme al-mujāḥid peu après la mort de ce dernier. Pour plus de renseignements sur Ahmed Ould Bouhedé, voir Mostapha Ould Mohamed, « al-rābita li takhlīd biṭūlāt al-maqāwma to’bin al-mujāḥid Aḥmed Ould Bouhede », Mersal, 14/04/2018, <www.mersal.info/article/> ; <رابطة-تخليد-بطولات-المقاومة-تؤبن-المجاهد-احمد-ولد-بهده1524042398916> et « rahīl al-mujāḥid Ahmed Ould Bouhede ākhīr al-muqāwimin al-mushārikīn fī mu’ārika ūm al-tūnsī », Qināt al-morītānīā, 3/03/2018, <https://youtu.be/LVxkZKe1u8s>.

12 . Al-wakāla al-morītānīā al-ānbā’, « Naḥwa muqāriba jadīda fī kitāba ṭārīkh al-maqāwma al-muslaḥa fi morītānīā, 1800-1934 », 26/01/2012, <www.ami.mr/Depeche-22632.html>.

13 . Une question qui fait écho aux débats historiographiques de la région du fleuve Sénégal autour du souverain de l’Etat wolof du Kajoor, Lat Dior, et le fondateur de l’ordre soufi la Muridiyya, Shaykh Amadu Bamba, et du fait de les considérer catégoriquement comme figures de la résistance anti-coloniale (Cruise O’Brien 1971 ; Diop et Diouf 1990 ; Dozon 2010 ; Babou 2007). Voir aussi Robinson 2000.

14 . Qabīla (pl. qabā’il ), mot utilisé en arabe et en hassaniya pour parler des « confédérations » ou « tribus » ou ceux qui se considèrent comme liés par parenté. Ibrahim Ould Boidaha, « SOS pour le monument aux morts d’Oum Tounsy, 18 Août 1932 », Alakhbar, 23/02/2012, <http://fr.alakhbar.info/2848-0-SOS-pour-le-monument-aux-morts-dOumtounsy-18-Aot-1932.html>. Voir aussi mention de Boidaha dans Oumar Ould Beibacar, « Oum Tounsi était une bataille tribae et non une résistance armée contre l’occupation française », Thaqafa, 23/01/2016, <http://aidara.unblog.fr/2016/01/23/oum-tounsi-etait-une-bataille-tribale-et-non-une-resistance-armee-contre-loccupation-francaise-par-le-colonel-er-Ould-beibacar/> et Zaḥara shinqīṭ, « rawābiṭ i’alā’mīa tashīd bimawqif Ould haydallah min āzma almīnā’ alākhīra », nd., <http://www.zahraa.mr/node/14983>.

15 . Saadbouh Ould Mohammed Moustapha, « Maṭār ān-nūākshoṭ al-jadīd yeḥmel ism maṭār ūm al-tūnsī’ », Al-doulvine, 3/02/2015, <http://tiny.cc/h9pcaz>.

16 . Oumar Ould Beibacar, « Le fait de donner le nom d’Oum Tounsi au nouvel aéroport de Nouakchott est une insulte et une provocation », Le Calame, 5/08/2015, <http://lecalame.info/?q=node/2532>.

17 . Dans l’Ouest saharien les populations nomades qui parlaient le hassaniya, qui partageait une structure de division du travail entre les ḥassān (guerriers), les zwāya (savants), et les laḥma (tributaires) et ‘abīd (esclaves).

18 . Il a souvent été mentionné qu’Haidallah (au pouvoir entre 1980 et 1984) était membre des Laroussine, une tribu du Sahara occidental, pour expliquer sa politique accommodante envers le Polisario et sa sortie de la guerre du Sahara. Pendant les années Taya, on a catégorisé les tribus du Nord (Ahl Saḥel) comme « étrangères ».

19 . Pour plus de détails sur le premier député mauritanien et le premier président de l’assemblée nationale, Sidi el Mokhtar N’Diaye (m. 1997) dans le contexte de cette polémique, voir Mohameden Fall, « Sidi Moctar N’Diaye, l’oublié de la nation », Bouloumbal, 5/08/2015, <https://www.boolumbal.org/Sidi-Moctar-NDIAYE-l-oublie-de-la-Nation_a14771.html> ; Cridem et Alakhbar, « Oumtounsy symbolise la division selon la Fondation Moktar Ould Daddah », 11/11/2015, <http://cridem.org/C_Info.php?article=677636> ; Messaoud Ahmedou Vall, « L’aéroport Oumtounsy : un nouveau chameau blanc de Aziz », Alakhbar, 27/06/2016, <http://fr.alakhbar.info/11558-0-Laeroport-Oumtounsy-un-nouveau-chameau-blanc-de-Aziz.html>.

20 . Ghali Soufi, « C’est là une indignation sélective, mon colonel ! », Le Calame, 6/08/2015, <http://lecalame.info/?q=node/2564> ; Abu Nasser, « Le colonel et l’avocat : attention à l’unité nationale », Le Calame, 28/08/2015, <http://lecalame.info/?q=node/2681> ; Bobdark, « Lettre des Oulad Delim après Moutounsi au Colonel Tranchant », 14/09/2015, <http://cridem.org/C_Info.php?article=675285>.

21 . Takioullah Eidda, « Rappel historique : les malheurs de la Mauritanie lui sont venus du Trarza », Libres Opinion(e)s, 6/08/2015, <http://saharaopinions.blogspot.com/2015/08/les-maux-de-la-mauritanie-lui-viennent.html>.

22 . En dépit du fait que la politique du Président Daddah visait à dissoudre un système de « tribalisme » dans le pays (Ould Daddah, 2003 : 301). Curieusement, on n’a pas commémoré des figures de résistance bien connues telles que Shaykh al-’Aynayn (d. 1910), Moulay Zayn (d. 1905), ou l’un ou l’autre des Mohammed al-Mamoun (d. 1927 et 1966) et sans doute considérés comme trop proche du Maroc. Ceux qui ont résisté dans la vallée du fleuve Sénégal n’étaient pas non plus reconnus. En 2017, ANCORN a organisé une conférence à Kaédi. Lassad Ben Ahmed, « Mauritanie : la fête de l’indépendance au Coeur des passions », Andalou Agency, 28/11/2017, <https://rsf.org/en/news/mauritanian-blogger-freed-after-being-held-nearly-six-years?fbclid=IwAR3WlkRXF8caElZasBBC10dkN0sTi5v6s0bERy9t0CMom-Uv5SAJlvutuX4> et Senalioune, « Mauritanie : Festival du Walo, à Rosso ce weekend », 24/01/2019, <https://senalioune.com/mauritanie-festival-du-walo-a-rosso-ce-week-end/>.

23 . Et aussi pour avoir collaboré avec les Français (Frèrejean, 2011).

24 . Saadbou Ould Mohammed Moustapha, « Communiqué de l’ANCORN : Oum Tounsy est un symbole national », CRIDEM, 6/08/2015, <http://cridem.org/C_Info.php?article=673980>.

25 . Ceux qui se définissent comme « blancs » et hassanophones, qui parlent le dialecte arabe le Hassaniya (Taine-Cheikh, 1989 : 93-94).

26 . Mariem Daddah, « Lettre Ouverte à son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdelaziz, Président de la République Islamique de Mauritanie », Le Calame, 17/11/2015, <http://www.lecalame.info/?q=node/3069>.

27 . Mariem Daddah est d’origine française et on a souvent accusé son mari d’avoir été trop conciliant avec l’ancien pouvoir colonial (Marchesin, 2010 : 158-159). « O. Abdel Aziz : la fondation Mokhtar O. Daddah a porté préjudice à l’histoire du pays », Saharamédias, 30/11/2015, <https://www.wmaker.net/saharafr/O-Abdel-Aziz-la-fondation-Mokhtar-O-Daddah-a-porte-prejudice-a-l-histoire-du-pays_a6237.html>. La polémique a fait surface dans les infos internationales dans le monde arabe : « ūm al-tūnsī mu’arika tukhaliq al-jadel bayn al-morītānīn », Al-arabiya, 18/11/2015, <www.alarabiya.net/ar/north-africa/mauritania/2015/11/18/-أم-التونسي-معركة-تخلق-الجدل-بين-الموريتانيين>.

28 . Voir le site web officiel du parti AJD/MR, <http://www.ajd-mr.org/>.

29 . RFI, « Massacre d’Inal en Mauritanie : Beibacar libéré sous contrôle judiciaire », 4/12/2015, <http://www.rfi.fr/afrique/20151204-mauritanie-massacre-inal-boubacar-Ould-boubeicar-controle-judiciaire>.

30 . Le 360, « Mauritanie: Un colonel à la retraite poursuivi en justice pour ses opinions dérangeantes », 4/12/2015, <http://fr.le360.ma/monde/mauritanie-un-colonel-a-la-retraite-poursuivi-en-justice-pour-ses-opinions-derangeantes-59287>.

31 . Oumar Ould Beibacar, article sous le même titre, Thaqafa, 23/01/2016, <http://aidara.unblog.fr/2016/01/23/oum-tounsi-etait-une-bataille-tribale-et-non-une-resistance-armee-contre-loccupation-francaise-par-le-colonel-er-Ould-beibacar/>.

32 . Cette accusation d’avoir dépassé son champ de compétence est encore apparu quand l’historien universitaire formé en France, Cheikhna Wagué, lui disait de ne pas « improviser » l’histoire longue de la vallée du fleuve Sénégal. Voir Cheikhna Wagué, « Réponse à Oumar Ould Beibacar : on ne s’improvise pas historien ! », Le Calame, 28/03/2019, <http://www.lecalame.info/?q=node/8504> ; Mohamed Salem Ould Brahim Ould Boidaha, « Une curieuse tentative de réécriture de l’histoire », Le Calame, 4/02/2016, <http://www.lecalame.info/?q=node/3449> ; Mohamed el Mohtar Sidi Haiba, « Oumtounsi : un révisionnisme historique sans valeur », CRIDEM, 23/01/2016, <http://cridem.org/imprimable.php?article=679951>.

33 . Liste d’activités fournie par Mohammed Moustapha de l’ANCORN.

34 . VOA Afrique, « Un parti d’opposition boycotte la clôture du dialogue national », 20/10/2016, <https://www.voaafrique.com/a/un-parti-d-opposition-boycotte-la-cloture-du-dialogue-national-en-mauritanie/3559704.html>.

35 . Déclaration FNDU. « Un parti d’opposition boycotte... », art. cit.

36 . Entretemps, la réforme de la Haute Cour de Justice est abandonnée.

37 . Voir entre autres, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/09/08/en-mauritanie-les-dernieres-convulsions-d-un-regime-agonisant_5182982_3212.html> ; <https://mondafrique.com/mauritanie-mohamed-Ould-ghadda-jugez-moi-acquittez-moi/>.

38 . Oumar Ould Beibacar, « Hymne national, drapeau et régionalisation: Pour quels desseins inavoués ? », Elhourriya, 19/05/2017, <http://elhourriya.net/fr/node/1238>. Il fulmine aussi sur le fait que les morts de la guerre du Sahara ne soient pas inclus dans cette vision martyriologique.

39 . Kassataya, « Discours du président de l’AJD/MR Ibrahima Moktar Sarr », 28/11/2017, <https://kassataya.com/2017/11/28/le-discours-du-president-ibrahima-moctar-sarr/>.

40 . Mozaikrim, « Référendum constitutionnel : ô drapeau, mon beau drapeau », 29/07/2017, <http://mozaikrim.over-blog.com/2017/07/referendum-constitutionnel-pourquoi-ce-vote-a-venir-est-le-second-coup-d-etat-de-mohamed-Ould-abdel-aziz.html>.

41 . Le Monde, « En Mauritanie, brandir l’ancien drapeau... », 22/12/2017, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/22/en-mauritanie-brandir-l-ancien-drapeau-est-une-incitation-a-la-rebellion_5233258_3212.html>.

42 . En dépit de l’importance qu’elles revêtent, en particulier la régionalisation et la fusion du Haut Conseil Islamique et du Médiateur de la République (Ould Bouboutt, 2018 : 89).

43 . « Mauritanie ; deux blogueurs emprisonnés après avoir dénoncé la corruption », Monde Afrique, 25/03/2019, <https://mondafrique.com/mauritanie-deux-bloggeurs-emprisonnes-apres-avoir-denonce-la-corruption/> et « Mauritanie : colère des journalistes après l’arrestation de l’un d’eux », RFI Afrique, 5/07/2019, <http://www.rfi.fr/afrique/20190705-mauritanie-colere-journalistes-apres-arrestation-eux>.

44 . Nous en présentons certains dans la chronologie, et renvoyons pour plus de détails vers les travaux récents cités en bibliographie.

45 . Respectivement « terre des bīḍān », « pays de Shinqīṭ » un terme qui signale une région et, aujourd’hui, une ville saharienne, ou « terre d’anarchie » ou « pays des gens du Takrur ».

46 . La Mauritanie actuelle de nos cartes politiques se cristallise (Schmitz, 2014) lorsque Louis Faidherbe énonce le projet de faire du fleuve Sénégal une frontière entre les rives nord « blanche » et « arabe-berbère » et sud « noire » et « africaine », entre 1854 et 1856 ; et que l’officier français Xavier Coppolani propose un plan pour les tribus maures et désigne un espace comme la Mauritanie en 1899 ; que la France et l’Espagne tracent des traits à travers les étendues nord de l’ouest saharien en 1904 ; puis lorsque le Mali, le Sénégal et la Mauritanie se fixent des frontières nationales entre 1960 et 1963 ; et enfin lorsque le régime de Nouakchott se retire de la guerre du Sahara occidental en 1978.

47 . À part les structures de division de travail, ces populations partageaient la pratique d’un islam sunnite d’après l’école juridique du malikisme et l’école théologique d’asharisme, leurs érudits dépendaient souvent du travail asservi et du commerce transsaharien pour alimenter leur production intellectuelle, les hommes et femmes portaient un voile et jouissaient d’une tradition musicale et poétique développée.

48 . Le professeur Mohamedou Ould Meyine est à l’origine de la création du Master intitulé « Islam, État et Sociétés dans l’espace saharo-sahélien » au sein d’un département désormais entièrement arabisé. Un doctorat, tourné vers une approche d’histoire sociale locale, devrait ouvrir à l’automne prochain. Malheureusement, cela ne s’accompagne pas de nouveaux moyens en matière d’encadrement et il semble difficile d’y imposer des normes d’exigence à même de le faire devenir un cursus reconnu à l’extérieur du pays.

49 . Voir les travaux de Robert Vernet ; Jean Devisse ; Denise et Serge Robert ; A.O. Babacar ; Théodore Monod ; Raymond Mauny ; Nami Ould Mohamed Kabir ; Mohammed Ould Khattar ; Mamadou Hadya Kane ; Ahmed Moloud Ould Eidda ; Chloé Capel ; Jean Polet ; Sylvie Amblard qui font tous des recherches sur les bases archéologiques. Plus récemment, des campagnes ont été menées dans la région de Tasiast suite au lancement de l’industrie extractive d’or et dans celle d’el-Mreyer avec les recherches gazières. Voir Leonora O’Brien et l’AECOM, « Intangible cultural heritage in Mauritania: sedentarisation, adaptation and ongoing reinvention », YouTube, 23/10/2015, <https://www.youtube.com/watch?v=b6NuAcGSzhg,>.

50 . Agence Mauritanienne d’Information, « Naḥwa muqāriba jedīd fī kitāb tārīkh al-maqāwma al-muslaḥa fī morītānīā, 1800-1934 », 26/01.2012, <www.ami.mr/Depeche-22632.html>.

51 . Par exemple, Le Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Ouest Saharien (CEROS), <http://ceros-centre.org/> et des colloques tels que L’eau en Mauritanie et dans l’Ouest saharien : Représentations, usages et gouvernance d’une ressource en partage, Université de Nouakchott al-Asariya, Ecole Normale Supérieure, Nouakchott, 2-4 mai 2018, <http://imaf.cnrs.fr/IMG/pdf/programme-colloque-eau-mauritanie-2-3-4-mai-2018-min.pdf>.

52 . Nami Salihy (aussi appelé Nami Ould Mohamed Kabir) était déjà directeur national du patrimoine avant 2015, mais il semble que fin 2015 la nouvelle direction soit directement rattachée à la Primature. Le Calame, « Nami Salihy, directeur du patrimoine au ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme », 17/12/2015, <http://www.lecalame.info/?q=node/3230>.

53 . La « Bibliothèque numérique de la Mauritanie » donne accès à un large catalogue d’articles de revues de l’Institut français d’Afrique noire et ses ancêtres, écrits entre 1919 et 1960 ; ils provenaient d’un fond dispersé entre les universités de Nouakchott, de Dakar, et l’Institut français de Mauritanie, et leur numérisation fut rendue possible par un financement de l’Agence de la Francophonie et un partenariat avec les structures précitées. <http://www.mr.refer.org/numweb/>.

54 . La Banque Mondiale, la France, ou encore l’Unesco ont financé plusieurs projets : TOTEM, PSVPCM, CIF. Ambassade d’Allemagne, « Numérisation des traditions orales », n.d., <https://nouakchott.diplo.de/mr-fr/themen/kultur/traditions-orales-maures/1308032>.

55 . Youtube, « Dépêche au journal de 20h en Mauritanie à propos de Biblimos », 7/04/2018, <https://www.youtube.com/watch?v=do4hDY2WyuY>.

56 . C’est ce dernier argument qui semble avoir porté ses fruits lors d’une ultime mouture du programme : un sous-projet nommé Mahdia (Mauritanie d’hier et de demain, d’ici et d’ailleurs) est en attente de portage par le gouvernement afin d’obtenir un important financement de l’UE. Le budget prévoit ¾ des dépenses liées à la formation et à l’emploi de jeunes pour le recueil de sources orales (informant sur les conflits connus dans les sources écrites et au sujet desquels on a repéré l’usage de mécanismes de règlement pacifiques) et sur la mise en valeur des résultats.

57 . À cet égard par exemple, des observateurs notent que le grand festival soninké tenu en 2016 à Nouakchott n’avait pas déplacé, loin s’en faut, autant de personnalités du gouvernement. Blog d’Aidara, « Ouadane sous le sceau du communautarisme », 12/12/2016, <http://aidara.mondoblog.org/2016/12/19/festival-villes-anciennes-ouadane-sceau-communautarisme/>.

58 . Par exemple, Agence Mauritanienne d’Information, « Les participants à la réflexion sur les villes anciennes recommandent des mesures urgentes pour protéger le patrimoine national », 20/02/2011, <http://fr.ami.mr/Depeche-12494.html>.

59 . Chez Vlane, « À Tichit, les lampions se sont éteints », 11/12/2017, <https://www.chezvlane.com/Mauritanie-7e-edition-du-Festival-des-villes-anciennes-a-Tichit-Les-lampions-se-sont-eteints_a5093.html>.

60 . « Vers la réécriture de l’histoire de la Mauritanie », APA News, 13/06/2019, <https://apanews.net/news/vers-la-reecriture-de-lhistoire-de-la-mauritanie-ministre>. Voir aussi des projets semblables au Sénégal et au Maroc dans « Une “histoire générale du Sénégal” en 25 volumes pour décoloniser le passé », Le Monde, 18/07/2019, https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/07/18/une-histoire-generale-du-senegal-en-25-volumes-pour-decoloniser-le-passe_5490722_3212.html et le projet dirigé par Mohamed Kably, Histoire du Maroc : l’espace et le temps.

61 . Voir les travaux de Adama Gnokane, Cheikhna Wagué, Zekeria Ould Ahmed Salem, Abderrahame Ngaïdé, Mariem mint Baba Ahmed, Ibrahima Abou Sall qui abordent l’histoire des communautés de la région du fleuve Sénégal et l’histoire sociale et politique des ḥrāṭīn.

62 . Soninkara, « Festival international soninké », n.d., <http://www.soninkara.com/culture/festival-international-soninke.html>.

63 . Voir Agence mauritanienne de l’information, « Début des activités du festival du Walo à Rosso », 25/01/2019, <http://fr.ami.mr/Depeche-47834.html>. Voir aussi plus de renseignements sur Tabital Pulaagu, Kassataya, « Mauritanie : le troisième grand rendez-vous international de la culture peule à Nouakchott », 14/12/2017, <https://kassataya.com/2017/12/14/mauritanie-troisieme-grand-rendez-international-de-culture-peule-a-nouakchott/>.

64 . Voir l’ONG Teranim pour les arts populaires traditionnels qui organise un festival annuel connu sous le nom de layālī al-medḥ, TERANIM, <http://www.teranim.org/> et la page Facebook de l’ONG « Teranim pour les arts populaires », Facebook, 23/07/2019, <https://www.facebook.com/pg/teranimpopulaires/about/?ref=page_internal>.

65 . Voir Facebook, « Musée de Touezekt », <https://www.facebook.com/musee.touezekt.5>; Fondation Vergnol, <http://www.mauritanie.org/> et Facebook, « Fondation VGL », https://www.facebook.com/fondationvergnol/>.

66 . Voir les pages Facebook pour « qabīla idawālī », « ‘ulema bilād shinqīṭ », or « qabīla awlād al-leb » aussi bien que celles pour « Mémoire d’une ville : Nouakchott de la dune aux gratte-ciel », « nūādhibū al-qadīm », ou « tārīkh morītānīā » et la page personnelle de Mokhtar Brahim Siyid qui partage des photographies historiques du pays <https://www.facebook.com/elmoctar.brahimsiyid>.

67 . Facebook, « Bibliothèque Sanhadja », <https://www.facebook.com/Bibsanhadja/>.

68 . Courriel électronique personnel avec Shaykh Ould Mazeid, 6/07/2019.

69 . En 1986, le régime a arrêté 23 Mauritaniens noirs les accusant d’avoir organisé des réunions non-autorisées et d’avoir distribué la propagande contre l’intérêt national. En 1987, le gouvernement a accusé 50 Halpulaaren d’avoir planifié un coup d’état (raté) et, par la suite, le régime a assassiné trois des hommes et a laissé mourir en prison 33 autres. De 1989 à 1990, des milliers de Mauritaniens « noirs » se sont enfuis pour s’échapper à la violence perpétrée par l’État. En 1990, on a pendu 28 militaires halpulaaren le jour du 30e anniversaire de l’indépendance. Voir aussi RFI, « Mauritanie: les victimes des affrontements de 1989 se battent contre l’oubli », 25/04/2019, <http://www.rfi.fr/afrique/20190425-mauritanie-victimes-evenements-1989-battent-contre-oubli>.

70 . Flam de Mauritanie, Facebook, « Devoir de mémoire », 24/04/2019. Voir aussi Kassataya, « Mauritanie  : le discours du président Ibrahima Moktar Sarr », 28/11/2017, <https://kassataya.com/2017/11/28/le-discours-du-president-ibrahima-moctar-sarr/>.

71 . Villasante Cervello précise qu’Aziz a assisté à une prière prononcée « à la mémoire des victimes de Taya » dans la ville de Kaédi peu de temps après son coup d’état en 2008.

72 . RFI Afrique, « Mauritanie: l’internet mobile coupé au lendemain de la présidentielle », 25/06/2019, <http://www.rfi.fr/afrique/20190625-mauritanie-internet-mobile-coupe-lendemain-presidentielle>.

73 . Par exemple, voir BBC News, « Mauritania set for first democratic transition of power », 22/06/2019, <https://www.bbc.com/news/world-africa-48727282>.

74 . Mohamedou Ould Slahi, « Risāla muftūḥ ilā al-saʿīd al-raʾīs al-muntakheb », Echourouq Media, 18/06/2019, <http://echourouqmedia.net/?q=node/11146> et Mohamed Ould Sid Ahmed, « Lettre ouverte à Ould Ghazouani », Chez Vlane, 21/06/2019, <https://www.chezvlane.com/Lettre-Ouverte-a-Ould-Ghazouani_a14107.html>.

75 . Paulina Zidi, « Mauritanie : Le président Aziz n’exclut pas une future candidature présidentielle », RFI Afrique, 21/06/2019, <http://www.rfi.fr/afrique/20190621-mauritanie-president-aziz-exclut-pas-une-prochaine-candidature-presidentielle>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Evrard et Erin Pettigrew, « Du baptême du nouvel aéroport de Nouakchott à la réforme constitutionnelle (fin 2015-2018). Politiques de l’histoire en Mauritanie », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 295-319.

Référence électronique

Camille Evrard et Erin Pettigrew, « Du baptême du nouvel aéroport de Nouakchott à la réforme constitutionnelle (fin 2015-2018). Politiques de l’histoire en Mauritanie », L’Année du Maghreb [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5880 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.5880

Haut de page

Auteurs

Camille Evrard

Chercheuse à l’Institut d’études avancées de Madrid (2019-2020) et associée au laboratoire FRAMESPA de l’Université Toulouse Jean-Jaurès.

Articles du même auteur

Erin Pettigrew

Chercheuse post-doctorale à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et l’Institut des mondes africaines à Paris (2018-2019) et elle est professeure à New York University Abu Dhabi.

Articles du même auteur

Haut de page