Navigation – Plan du site
Chroniques
Mauritanie
Gros plans

Entraves et conséquences de la nationalisation de la main d’œuvre dans le secteur de la pêche artisanale en Mauritanie

Hindrances and consequences of the nationalization of the labor force in the artisanal fishing sector in Mauritania
Marta Alonso Cabré
p. 341-355

Résumés

Dans cet article réalisé à partir de données recueillies sur le terrain entre les mois de juin et octobre 2018, nous proposons d’analyser les conséquences sociales de la prohibition de la main d’œuvre étrangère – essentiellement dite « sénégalaise » – dans le domaine de la pêche artisanale dans les eaux mauritaniennes. S’il est question, d’une part, de montrer l’impact de cette décision du gouvernement mauritanien sur la main d’œuvre, il s’agit également de donner à comprendre plus largement la façon dont ce choix politique entraîne certains Mauritaniens à devoir sans cesse prouver leur identité. Présenter une pièce officielle d’identité s’avère particulièrement difficile pour nombre d’entre eux, en particulier ceux qui peuvent être confondus avec des nationaux voisins, mais aussi pour ceux dont la vie est ancrée aux marges de la société.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

« Quand on doit embarquer nous devons être munis de notre pièce d’identité. Sans elle, les marins vont nous amender car ils penseront que nous sommes des étrangers »1

1En janvier 2018, Falou Sall, un pêcheur sénégalais trouve la mort à la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sénégal : alors qu’il remonte ses filets, il est la cible de tirs des garde-côtes mauritaniens qui affirment que le pêcheur ne respecte pas l’espace maritime national. Cet événement est à la base de l’interdiction faite aux ressortissants sénégalais de pêcher en eaux mauritaniennes par le gouvernement. Même si cette proscription est ensuite annulée lors du Sommet de l’Union Africaine en juillet 2018, elle soulève de nombreuses difficultés.

  • 2 . La recherche a été menée dans le cadre d’une étude socio-anthropologique des bénéficiaires du pro (...)

2Dans ce « gros plan » réalisé à partir de données recueillies sur le terrain entre les mois de juin et octobre 20182, nous proposons d’analyser les conséquences sociales de cette prohibition de la main d’œuvre étrangère – essentiellement dite « sénégalaise » – dans le domaine de la pêche artisanale. S’il est question, d’une part, de montrer l’impact de cette décision du gouvernement mauritanien sur la main d’œuvre, il s’agit également de donner à comprendre plus largement la façon dont ce choix politique entraîne certains Mauritaniens à devoir sans cesse prouver leur identité. Présenter une pièce officielle d’identité s’avère particulièrement difficile pour nombre d’entre eux, en particulier ceux qui peuvent être confondus avec des nationaux voisins mais aussi ceux dont la vie est ancrée aux marges de la société.

La pêche en Mauritanie

  • 3 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

« Ils viennent toujours pour contrôler les pirogues pour voir qui est étranger »3

3La Mauritanie est un jeune État, créé le 28 novembre 1960 suite à la décolonisation française. Avec 754 kilomètres de côtes, la pêche industrielle est une activité relativement récente dans l’économie de la Mauritanie. Ce secteur a connu, à partir des années 1980, un développement spectaculaire qui a favorisé la transformation de la société mauritanienne et du peuplement de l’espace national (Le Cœur, 2011 :151-172) : la pêche a attiré une partie de la population vers la côte et a généré un éventail d’emplois pour la population.

  • 4 . Communauté de pêcheurs des côtes atlantiques du Sahara mauritanien faisant partie de l’ensemble c (...)

4L’une des caractéristiques majeures de la pêche piroguière en Afrique de l’Ouest est l’ampleur et l’ancienneté des migrations qui lui sont liées, des les simples mouvements saisonniers jusqu’à la mobilité de longue durée, sur parfois plusieurs générations. L’ancienneté des migrations est attestée par les travaux de Gruvel dès le début du XXe siècle (Gruvel, 1911). Avant l’indépendance du pays, seuls les Wolof et les Imraguen4 vivaient de la pêche maritime. Les autres habitants se sont longtemps désintéressés du littoral et de ses ressources. En 1980, quelques habitants de Nouadhibou, formés au contact des Canariens, s’impliquent dans le secteur de la pêche au poulpe qui demande peu de savoir-faire et qui connait un grand développement dans les années 1980-1990 ; ainsi, des éleveurs ruinés par la sécheresse, rapatriés du Sénégal, ou même des fonctionnaires dont le salaire était insuffisant pour nourrir leur famille s’y emploient. Bien évidemment, le passage des hommes du désert à la mer n’est pas simple, quoique la ressource halieutique soit moins aléatoire que celle dite « pastorale ». Rappelons que la pêche au poulpe se déroule en deux saisons : de juin à septembre et de décembre à février. En octobre, lors de l’arrêt biologique, c’est la fin de l’hivernage dans le Sud de la Mauritanie et certains pêcheurs reprennent les activités liées à l’élevage. Selon des études, 50% des hommes d’équipage dédié au poulpe sont originaires de l’intérieur et ils rentrent chez eux. Les Wolof, quant à eux, reprennent la pêche à la ligne et les Imraguen se préparent pour la pêche du mulet (Le Coeur, 1994).

  • 5 . Les produits exportés sont préparés et transformés dans des usines agréées pour l’exportation. L’ (...)

5La pêche artisanale est diversifiée et multiforme et se caractérise par des embarcations de petite taille. Avec plus de 4 000 embarcations artisanales, cette pêche assure moins de 10 % des débarquements. La plus grande partie (plus de 90 %) de cette production est exportée à l’état entier sans valorisation autre que la congélation ou la réfrigération5. Une faible partie (moins de 3 %) est consommée par les populations côtières locales, bien qu’une tendance de plus en plus importante de consommation de produits halieutiques est observée en milieu urbain (COLEACP, 2015).

  • 6 . Entretien avec Lamine, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

« S’ils [les garde-côtes] trouvent juste un seul qui a oublié sa pièce d’identité, ils confisquent la pirogue, quand [alors qu’] ils savent bien que nous sommes des Mauritaniens »6

6Notre travail s’est orienté vers deux aires côtières nettement distinguables : au sud et au nord du pays – en laissant de côté Nouadhibou, qui ne faisait pas partie de la recherche puisque celle-ci était centrée sur la pêche artisanale et Nouadhibou est le pôle de la pêche industrielle.

7Les villages imraguen, au nombre d’une dizaine, se situent sur le littoral de part et d’autre du cap Timiris, au voisinage du Banc d’Arguin, zone riche en ressources halieutiques bien que difficile d’accès. Très isolés dans une zone aride, les habitants pratiquent exclusivement la pêche et le traitement du poisson. Ils utilisent une flottille composée de lanches à voile (embarcations traditionnelles) et de pirogues et vedettes en plastique (don du gouvernement japonais à la Mauritanie). Dans certains villages imraguen au sud de cette aire (Blawakh, Lemcid), on rencontre régulièrement des pêcheurs migrants. Malgré une grande diversité de poissons, les types de pêche pratiqués visent essentiellement deux espèces-cibles (courbine et mulet). La courbine est pêchée au moyen d’un filet dormant de type classique. Le mulet est capturé à l’aide d’un filet à l’épaule et ne nécessite pas l’emploi d’une embarcation. Traditionnellement, ces espèces sont destinées, en dehors de l’autoconsommation (pour le mulet), à la transformation artisanale : le mulet séché au soleil donne le tichtar ; les œufs recueillis dès que le poisson a été pêché et assommé, sont salés, pressés puis séchés pour donner la poutargue. Ce produit dont la préparation semblerait être d’origine canarienne, est destiné à l’exportation par l’intermédiaire des commerçants basés surtout à Nouadhibou. La courbine est transformée en salé-séché et vendue à Nouadhibou pour être exportée. D’autres espèces permettent de produire un mélange de poissons séchés appelé « bacalao ». Depuis quelques années, les pêcheurs imraguen ont tendance à vendre de plus en plus leur production à l’état frais.

  • 7 . Poisson fermenté et séché.

8Dans la zone d’étude au sud du pays, les campements situés entre N’diago et Nouakchott ont tous une activité rythmée par la disponibilité saisonnière des ressources halieutiques. Leur taille varie donc fortement selon les périodes de l’année. Dans cette région, la pirogue en bois de type « sénégalais » est l’embarcation dominante. Dans tous ces sites, la transformation artisanale (poisson fermenté-séché ou guedj7) est présente (Josse, 1989).

Les accords de pêche entre la Mauritanie et le Sénégal et les enjeux sous-jacents

  • 8 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

« S’il n’y a pas d’étrangers, ils vous laissent continuer. C’est pourquoi nous ne laissons plus nos cartes d’identité chez nous, on les a toujours sur nous »8

La mort de Falou Sall et la mémoire des violences passées

9Jusqu’en 2015, l’accord de pêche artisanale qui lie les deux pays voisins concède au Sénégal 300 licences de pêche et un quota annuel de pêche de 40 000 tonnes dans les eaux mauritaniennes. En 2016, la Mauritanie refuse de renouveler ledit accord car le Sénégal conteste l’obligation de débarquer ses captures en Mauritanie, un impératif figurant pourtant dans le Code des Pêches mauritanien de 2015, appliqué début 2017, qui restreint aussi l’affrètement de pêcheurs étrangers à bord des pirogues mauritaniennes. Malgré de nombreuses discussions, entre février et mars 2016, la situation entre les deux pays demeure bloquée et les essais de conciliation n’aboutissent pas. Depuis 2016, si les 300 licences que régulait l’accord sont annulées, la pénurie des ressources halieutiques au Sénégal et la proximité du marché de Saint-Louis avec la Mauritanie poussent des pêcheurs sénégalais à s’aventurer malgré les interdictions. C’est dans ce contexte qu’en janvier 2018, Falou Sall trouve la mort : les garde-côtes mauritaniens auraient tiré sur la pirogue sénégalaise qui se trouvait supposément dans des eaux mauritaniennes, puis arraisonné la pirogue sénégalaise et arrêté l’équipage.

  • 9 . James Dillinger, «Meurtre du pêcheur Fallou Sall : un de ses collègues raconte le film du drame » (...)

« C’était très dur là-bas. Les garde-côtes nous ont arrêtés à hauteur de Goxu Bathie. Je retiens l’image de la balle qui a touché Serigne Fallou et notre arrestation qui a été musclée. Ils nous ont dit que nous avons eu de la chance et que leur intention, c’était de nous tuer. Ils voulaient aussi faire disparaître le corps en faisant chavirer la pirogue, en nous heurtant de plein fouet », Walouna Seck.9

  • 10 . Matteo Maillard, « Les tensions entre le Sénégal et la Mauritanie ravivées par la mort d’un pêche (...)

« J’ai conseillé à mes fils de ne pas aller en Mauritanie mais la frontière est difficile à voir, explique-t-il. Ils ont respecté mes consignes je le sais, et ils n’ont pas pu dériver en Mauritanie puisque le courant est sud », Seydina Seck.10

  • 11 . Yahya Jammeh est arrivé au pouvoir politique en Gambie en juillet 1994 après un coup d’État. Aprè (...)

10Ce tragique épisode a ravivé les mauvaises relations entre le Sénégal et la Mauritanie, déjà touchées par des conflits portant sur l’élevage ainsi que par l’apparent soutient que le président mauritanien avait donné à son homologue gambien Yahya Jammeh début 201711. La mort du pêcheur sénégalais a allumé la colère à Saint-Louis du Sénégal où des pêcheurs ont saccagé des commerces tenus par des Mauritaniens. Pour certains, la situation n’était pas loin des événements tragiques de 1989 entre les deux pays, un incident frontalier entre éleveurs mauritaniens et agriculteurs sénégalais qui avait déchaîné les violences intercommunautaires à Dakar et à Nouakchott et conduit les deux pays à rapatrier leurs ressortissants afin d’éviter un conflit interétatique (N’Diaye, ?). Les Mauritaniens expulsés vers le Sénégal étaient des citoyens vivant dans la zone méridionale du pays et dont les communautés étaient présentes aussi au Sénégal : Haalpulaar, Soninkó et Wolof. 120.000 mauritaniens ont ainsi été obligés de quitter leur pays (Fresia, 2009 : 17). Ces « événements », comme on les appelle, ont laissé des traces dans les relations politiques des deux pays et ils ont notamment nourri, d’une part, un processus d’exclusion et, d’autre part, un processus d’identification. (Stewart, 1989).

  • 12 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

« Depuis qu’il y a eu les problèmes avec le Sénégal, je ne travaille plus avec des Sénégalais »12

  • 13 . Société nord-américaine d’exploration et d’extraction de pétrole et de gaz qui intervient en Afri (...)

11Douze jours après la mort de Falou Sall, le 8 février 2018, le président sénégalais Macky Sall se déplace à Nouakchott pour rencontrer son homologue mauritanien avec l’objectif de désamorcer la crise et trouver des accords sur l’exploitation de gaz. En effet, des gisements de gaz ont été découverts par Kosmos13 à la frontière maritime entre le Sénégal et la Mauritanie et un champ offshore est prévu à 125 kilomètres de la côte. Le projet, portant le nom de Grand Tortue Ahmeyim, prévoit une exploitation à partir de 2021. La réunion des deux dirigeants débouche le lendemain sur la signature d’un accord de coopération d’exploitation du champ gazier qui stipule qu’à partir de 2021 les deux pays riverains procèderont à une répartition équitable du pourcentage de gains que la compagnie chargée de l’exploitation prévoit de céder.

Blocs explorés par Kosmos. Le projet Grand Tortue Ahmeyim est situé au bloc C8

Blocs explorés par Kosmos. Le projet Grand Tortue Ahmeyim est situé au bloc C8

Source : http://www.kosmosenergy.com/​mauritania/​

Malgré les accords, des pêcheurs empêchés de travailler

  • 14 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

« Il y a tout de même des pêcheurs sénégalais ici mais moi je ne travaille pas avec eux, car je ne veux pas de problèmes »14

12Au mois de juillet 2018, en marge du 31e Sommet de l’Union Africaine à Nouakchott, les ministres de la Pêche sénégalais et mauritanien signent un accord bilatéral d’une durée d’un an. Selon cet accord, la Mauritanie s’engage à concéder 400 licences de pêche artisanale à des pirogues sénégalaises et fixe le volume de captures pélagiques à 50 000 tonnes. Pour faciliter le contrôle des captures par la Mauritanie, l’accord établit que les débarquements doivent se faire sur le sol mauritanien. Pour chaque tonne de poisson prélevée, les pêcheurs sénégalais sont censés payer une taxe de 10 euros, à laquelle s’ajoutent 5 euros du gouvernement sénégalais. Ce protocole est ensuite signé, le 19 décembre 2018, par les ministres Oumar Guèye (pour le Sénégal) et Yahya Ould Abdedayem (pour la Mauritanie). Les deux hommes, en plus des points cités, ont également convenu, dans le but de dynamiser l’accord de pêche de juillet, de la possibilité pour les opérateurs mauritaniens de louer des pirogues et des équipages sénégalais pour travailler dans la pêche artisanale. Les bénéficiaires de ces conventions sont les pêcheurs de Saint-Louis, mais aussi le marché mauritanien qui est en demande progressive de poisson et en manque de main d’œuvre qualifiée. Il faut en effet souligner qu’une des conséquences de l’absence de pêcheurs étrangers en Mauritanie avait déjà conduit à l’arrêt de nombreuses usines de traitement de poisson par manque de matière première suite à la carence de main d’œuvre qualifiée.

  • 15 . Cheikh Aidara, « Pêcheurs mauritaniens et sénégalais autour de la gestion de la ressource et le b (...)

13Ces actions et démarches du gouvernement mauritanien en matière de pêche sont très stratégiques. En effet, avec 9 000 pirogues recensées, le secteur de la pêche artisanale représente 2 % du PIB et le gouvernement dédie d’importants efforts à la gouvernance de ce secteur. De même, au Sénégal, le poids de la pêche artisanale a été mis en évidence lors de la campagne électorale pour les élections présidentielles en 2019, quand Macky Sall a promis des subventions aux pirogues de Saint-Louis et s’est engagé à trouver un accord avec la Mauritanie. Lors d’une rencontre sous-régionale promue par le projet PROMOPECHE du Bureau International du Travail en Mauritanie en janvier 201915, les acteurs de la pêche artisanale en Mauritanie et au Sénégal se sont fait l’écho des problématiques auxquelles ils sont confrontés : les conflits entre les pêcheurs ; la saisie des pirogues en situation irrégulière ; la signalisation de la frontière maritime ; les conflits avec les garde-côtes mauritaniens et les cartes de séjour. Malgré la volonté politique affichée de mettre à plat les problèmes rencontrés et malgré les accords, sur le terrain, des difficultés perdurent. Par exemple, le 10 février 2019, quand les autorités abordent une pirogue en haute mer au large de Nouakchott, elle procède à un contrôle de carte d’identité et de licence de pêche : l’équipage est de N’diago et fournit tous les papiers en règle. Selon les travailleurs, les autorités n’auraient pas demandé les justificatifs et auraient poursuivi l’embarcation, prise pour étrangère ; dans la fuite, les garde-côtes auraient sauté dans la pirogue et blessé Assane Dièye, le capitaine. Le reste de l’équipage a été arrêté 48 heures, puis, après avoir prouvé la nationalité mauritanienne de chaque membre, libéré.

  • 16 . L’ouguiya (MRU) est la monnaie de la Mauritanie. En septembre 2019, 40 MRU équivalaient à 1 euro. (...)
  • 17 . De 25 à 137,5 euros.

14Cet exemple permet de comprendre la colère des pêcheurs : alors que, conformément aux accords ratifiés par les deux gouvernements, des entrepreneurs mauritaniens louent des pirogues sénégalaises et les installent dans des campements, la présence d’un étranger dans une pirogue mauritanienne est, elle, punie par une amende de 5 000 MRU16 et l’arraisonnement de l’embarcation. Des actions de ce type, menées par les autorités maritimes, ne seraient pas isolées et le 18 février 2019 le Forum des Organisations Nationales de Droits Humains en Mauritanie (FONADH) a émis un communiqué condamnant le comportement des garde-côtes et dénoncer les brimades subies par les les pêcheurs. De leur côté, les pêcheurs faisant partie du Regroupement des Producteurs et Exportateurs de la Pêche Artisanale et Côtière en Mauritanie (RPEPAC) ont mené une grève du 18 au 22 mars pour protester contre ces préjudices. Avec 12 000 pirogues immobilisées, les grévistes ont également profité de l’occasion pour déclarer que le prix du permis de pêche, passé de 1 000 à 5 500 ouguiya17, était trop élevé. Ils ont demandé la possibilité d’embarquer avec des copies conformes des documents d’état civil, et non plus avec des originaux. Et, surtout, les pêcheurs ont dénoncé l’interdiction d’employer des étrangers : compte tenu de la rareté de la main d’œuvre spécialisée dans ce secteur, cette interdiction constitue en effet un important préjudice pour leurs affaires. Le même jour, ce 18 février 2018, l’État mauritanien a expulsé 350 pêcheurs sénégalais travaillant pour des pirogues mauritaniennes.

La difficulté d’accéder à l’état civil : une entrave pour de nombreux pêcheurs

L’état civil en Mauritanie

  • 18 . Entretien avec Lamine, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

« Certains jeunes mauritaniens ne peuvent plus aller en mer car ils n’ont pas les papiers, ils n’ont pas pu être enrôlés »18

  • 19 . Le français, qui est répandu sur l’ensemble du territoire mais bien plus pratiqué et maîtrisé en (...)

15La République islamique de Mauritanie accède à l’indépendance le 28 novembre 1960 et le pays est reconnu officiellement par l’Organisation des Nations unies (ONU) le 27 octobre 1961, puis devient membre fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) en 1963. Sous la présidence de Moktar Ould Daddah, alors que se pose déjà la question de la diversité culturelle et linguistique du pays, entre Sahara et vallée du fleuve Sénégal, l’Islam est consacré par la Constitution comme religion d’État et la langue officielle choisie est l’arabe19. Plusieurs langues sont toutefois utilisées, notamment : le hassaniya (dialecte arabe parlé par les Beidhane), le poulaar, le soninké et le wolof, langues respectives des Peul, Soninkó et Wolof, groupes ethniques formant le groupe des Négro-mauritaniens par opposition aux Beidhane.

16La Mauritanie fonde son état civil sur les dispositions de son code du Statut Personnel, qui rentre en contradiction avec le principe d’égalité proclamé non seulement par les dispositifs du droit international mais aussi par la Constitution du pays. En effet, l’une de ces inégalités – la plus flagrante, sans doute – est celle fondée sur la différence de genre, car le poids de la lignée masculine prime dans la transmission de la nationalité mauritanienne. À ceci s’ajoute l’invalidation des actes d’état civil antérieurs à 1998 suite à l’entrée en vigueur de la loi 2010-023/PM portant abrogation et remplacement du code de la nationalité mauritanienne précédent. Cela a rendu l’accès à l’état civil difficile, voire impossible, pour certains Mauritaniens. Les pêcheurs et les capitaines mauritaniens ont été particulièrement confrontés à ces difficultés, qui privent certains de leur pièce d’identité, pourtant indispensable entre juin et octobre 2018 pour embarquer sur une pirogue.

17Suite à l’adoption de la loi 2011-003, abrogeant et remplaçant la loi n°96.019 du 19 juin 1996 portant Code de l’État Civil, la Mauritanie a lancé le 5 juin 2011 une campagne dite d’enrôlement biométrique pour mettre en place un système national d’état civil et produire des titres sécurisés. Pour « s’enrôler », un individu devait fournir : son acte de naissance du recensement de 1998, avec une copie ou un extrait de naissance de moins d’un an ; sa carte nationale d’identité avec une photocopie ; ses nouveaux recensements pour les Numéros Nationaux d’Identité (NNI) des parents ou, pour les personnes de moins de 45 ans, l’acte de décès ou un jugement constatant le décès des parents ; toute autre pièce justifiant l’identité de l’individu. Les autorités avaient annoncé une simple numérisation d’identités mais les usagers ont vécu cette campagne comme une vérification et un contrôle (Ould Ahmed Salem, 2018 : 78). Dès sa mise en place, et jusqu’en 2013, les plus de 45 ans qui étaient en possession d’une carte d’identité résultant du recensement de 1998 étaient automatiquement enrôlés – à condition que le numéro de leur carte soit enregistré dans la base de données de l’administration. Les moins de 45 ans, eux, devaient attendre l’enrôlement de leurs parents. Plus tard, à cette liste vint s’ajouter l’acte de mariage des parents ou, à défaut, un jurement de parenté. Il convient de préciser que les actes de naissance et de mariage délivrés avant 1998, dernier recensement national, n’étaient alors plus considérés comme valides : de ce fait, les personnes n’ayant pas été recensées en 1998 se sont trouvées dans l’impossibilité de prouver leur existence avec des documents (Baba Ahmed, 2018 : 121).

  • 20 . Plusieurs blessés ont été comptés dans la première ville et un mort dans la seconde, le jeune Lam (...)

18L’un des objectifs du gouvernement était de démontrer aux instances internationales, à travers ce processus, sa capacité de contrôle et sa stabilité (Ould Ahmed Salem, 2018 : 79 et 89) mais la manière dont la campagne d’enrôlement a été reçue par la population a entravé cette image de paix sociale voulue par les autorités. Le mouvement « Touche Pas à Ma Nationalité » (TPMN), présidé par Abdoul Birane Wane, a notamment mis en évidence la question ethnique comme facteur clé d’inégalité d’accès à la campagne. Nonobstant, le problème de la marginalisation sociale, plus large que la question ethnique, semble être davantage la raison de ces entraves. En juillet 2011, TPMN a organisé une manifestation à Nouakchott pour dénoncer les abus que la commission de recensement perpétrait à l’encontre des citoyens. En septembre 2011, les manifestations contre le recensement ont été élargies au-delà de Nouakchott, notamment dans la vallée du fleuve Sénégal, pour dénoncer des pratiques estimées discriminatoires à l’encontre des Négro-mauritaniens. Plus concrètement, les manifestants se sont plaints de la composition de certaines commissions de recensement qu’ils estimaient non représentatives de la diversité de la population, de la demande de pièces justificatives de nationalité difficiles à obtenir, et du fait que les personnes de moins de 45 ans dont les parents n’avaient pas de NNI ne puissent pas se faire recenser. Les manifestations à Kaédi et Maghama ont donné lieu à de fortes répressions20. TPMN a ensuite organisé des sit-in et des manifestations pour dénoncer des pratiques discriminatoires exclusivement adressées aux négro-mauritaniens – réciter des versets du Coran pour prouver leur identité musulmane, parler en hassaniya, ou préciser le lieu de naissance des parents. Ces pratiques, basées sur des clés identitaires Beidhane, partent du principe que les autres doivent prouver leur attachement à la Mauritanie. Puis, TPMN a progressivement pris de l’ampleur pour dénoncer plus largement des pratiques discriminatoires et esclavagistes en Mauritanie (Antil et Lesourd, 2012).

  • 21 . La perte du certificat de naissance, l’absence ou la perte du certificat de mariage des parents ( (...)

19Le 3 juillet 2017 la direction de l’Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés (ANRPTS) a mis en place des mesures pour simplifier l’obtention de l’état civil, en particulier pour pallier les difficultés liées à la correction des noms de famille sur les passeports. Quelques semaines plus tard, le 27 août 2017, le ministre de l’Intérieur a exprimé la nécessité d’atténuer les difficultés qui empêcheraient l’accès des citoyens à l’état civil. Le 10 septembre 2017, le chef de l’État Mohamed Ould Abdel Aziz, après s’être rendu dans certains centres d’enrôlement, a donné l’instruction ferme aux responsables des centres d’alléger la pression exercée sur les citoyens pour accéder à leurs pièces d’état civil, notamment en supprimant l’obligation de présenter un avis de perte afin d’avoir des duplicatas des documents. Le 28 novembre 2017, le président mauritanien choisit de se rendre à Kaédi, la capitale du Gorgol, sur la rive droite du fleuve Sénégal, à l’occasion de la fête de l’indépendance du pays. Après qu’il a écouté les doléances des habitants de cette région du sud, les conditions d’accès à l’état civil se seraient améliorées, bien que la population continue de critiquer les pratiques d’enrôlement, et dénonce des conditions d’obtention variables en fonction des régions. Human Rights Watch (HRW) rapporte, en mars 2018, que de nombreux Mauritaniens n’ont pu réaliser la procédure d’enrôlement biométrique, ce qui leur bloque l’accès à la plupart des services étatiques (santé, éducation, services sociaux, etc.) ainsi qu’au droit de vote, car le NNI est désormais un préalable obligatoire. L’ONG constate également que la population critique une application des règles inégale selon le centre d’enrôlement en question et estime la procédure confuse, lente et chère (Human Right Watch, 2018)21. Huit ans après la mise en place de ce système, les doléances sont toujours présentes et une partie de la population n’a pas encore de NNI : les tensions entre l’administration et la population apparues lors de sa mise en œuvre sont encore bien présentes.

Répercussions dans le domaine de la pêche

  • 22 . Entretien avec Adama, pêcheur. Juin 2018, N’diago

« Une carte d’identité en mer… on peut la perdre rapidement
et puis ce n’est pas facile de l’avoir à nouveau »22

20Lors du travail de recherche que j’ai coordonné et qui portait en partie sur les difficultés rencontrées par les personnes travaillant dans le secteur de la pêche, les problématiques qui ont émergé se sont révélées surprenantes. Plutôt que de témoigner des conditions de travail, des relations humaines au sein de leur groupe d’égaux ou avec les autres acteurs du secteur, de la couverture médicale, des revenus, etc., les interlocuteurs ont fait émerger un problème qui touche au quotidien des pêcheurs autant qu’à une partie importante de la population mauritanienne : l’état civil. Mariem Baba Ahmed (Baba Ahmed, 2018) déploie une classification des obstacles de l’enrôlement et l’état civil selon quatre causes principales : l’environnement socioculturel ; la loi ; les dysfonctionnements de l’appareil étatique ; la politique.

  • 23 . Entretien avec Lamine, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago

« Notre problème principal, c’est le problème des papiers »23

21À la lueur des éléments apportés précédemment sur les difficultés d’enrôlement, l’univers de la pêche artisanale prend un autre reflet car une partie non négligeable des pêcheurs mauritaniens n’est pas en possession de papiers d’état civil en règle. Or, les autorités obligent les pêcheurs à embarquer systématiquement avec leur pièce d’identité. Certains d’entre eux ne peuvent donc plus travailler : si le capitaine accepte d’embarquer des membres de l’équipage non identifiés et que la pirogue fait l’objet d’un contrôle, elle est confisquée et le capitaine écope d’une amende.

22Les témoignages qui suivent montrent l’enjeu que représentent, dans l’exercice quotidien de leur métier, les contrôles d’identité auquel sont soumis les pêcheurs. Nos interlocuteurs évoquent le fait que certains Mauritaniens n’ont pas pu avoir leur carte d’identité biométrique. Pour ceux qui l’ont obtenue, ils appréhendent une possible perte ou dégradation en mer car, selon leurs dires, demander un duplicata constitue une véritable épreuve. À N’diago, les personnes interrogées soulignent pour certains pêcheurs la difficulté même de travailler, à cause de l’absence de NNI et de l’interdiction d’employer des étrangers dans les pirogues mauritaniennes. Ils soulignent également la présence de Sénégalais installés dans des campements gérés par des mareyeurs mauritaniens. Ils dénoncent une application de la règlementation différente selon le profil du responsable de la pirogue : fils de N’diago dont les pirogues sortent de cette localité, ou mareyeur dont les pirogues sont installés dans les campements proches de N’diago.

  • 24 . Entretien avec Adama, pêcheur. Juin 2018, N’diago

« Il y a des pêcheurs sénégalais ici. Dans un campement non loin d’ici, le mareyeur fait travailler beaucoup de pêcheurs sénégalais malgré le problème qu’il y a entre les deux pays et les interdictions aux étrangers de pêcher. C’est un business. Alors que nous, on est obligés d’embarquer avec nos cartes d’identité»24

  • 25 . 125 euros.
  • 26 . 125 ou 162,5 euros.
  • 27 . Entretien avec Lamine, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago

« Notre problème principal c’est le problème de papiers. Des fois, parmi tes pêcheurs il y en a un qui n’a pas de carte d’identité. Même s’il est Mauritanien, il ne pourra pas embarquer car pour pouvoir embarquer il faut avoir sa carte d’identité sur soi. Certains jeunes mauritaniens ne peuvent plus aller en mer car ils n’ont pas les papiers, ils n’ont pas pu être enrôlés. Une pièce d’identité ne devrait pas être exigée pour embarquer, car une fois en mer tu peux la perdre et ce n’est pas facile d’en ravoir. Ça prend du temps. Tu peux te noyer en mer et tu y perds tout simplement ta carte d’identité. Ça peut arriver. C’est notre principal problème. S’ils trouvent juste un seul qui a oublié sa pièce d’identité, ils confisquent la pirogue, quand ils savent bien que nous sommes des Mauritaniens. Ils nous amendent ainsi 5.000 MRU25 à payer obligatoirement. Ils nous connaissent, ils savent que nous sommes des Mauritaniens. Mais si ça se produit, ils saisissent le matricule de la pirogue et envoient le message au trésor à Nouakchott. On paie ainsi 5.000 ou 6.500 MRU26 pour reprendre la pirogue et commencer à pêcher à nouveau. »27

  • 28 . Entretien avec Adama, pêcheur. Juin 2018, N’diago

« Une carte d’identité en mer… on peut la perdre rapidement et puis ce n’est pas facile de l’avoir à nouveau. Si tu la perds, tu ne peux même plus sortir de N’diago si jamais tu le souhaites et tu ne peux plus pêcher car ils exigent sa possession en mer. La puce magnétique qui se trouve sur la carte d’identité est sensible à l’eau de mer. L’eau de mer la détruit rapidement. Elle s’effrite ! »28

  • 29 . 125 euros.

« Quand on doit embarquer nous devons être munis de notre pièce d’identité. Sans elle, les marins vont nous amender car ils penseront que nous sommes des étrangers. Ils viennent toujours pour contrôler les pirogues pour voir qui est étranger. S’ils trouvent un étranger à bord, ils te demandent de débarquer. Puis tu paies une amende de 5.000 MRU29. S’il n’y a pas d’étrangers, ils vous laissent continuer. C’est pourquoi nous ne laissons plus nos cartes d’identité chez nous, on les a toujours sur nous.

  • 30 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

Depuis qu’il y a eu les problèmes avec le Sénégal, je ne travaille plus avec des Sénégalais. Ce n’est pas encore réglé. Il y a tout de même des pêcheurs sénégalais ici mais moi je ne travaille pas avec eux, car je ne veux pas de problèmes. »30

23Par ailleurs, les acteurs qui travaillent dans les campements soulèvent aussi le problème de l’état civil. Une différence doit être faite entre pêcheurs mauritaniens et étrangers ; les uns souffrent des dysfonctionnements du système d’enrôlement, de la pauvreté, ou de la quasi inexistante perception de soi-même en tant que citoyen, tandis que les autres souffrent des accords de pêche privilégiant la nationalisation des postes de travail. Suite aux contrôles d’identité qui ont eu lieu dans les campements, nos interlocuteurs disent parfois perdre leurs pêches. Malgré cela, ces étrangers continuent à travailler et ils sont obligés, dans ce cas, de prendre des précautions pour échapper au contrôle des autorités.

24Dans un contexte bien différent, au nord, à Mheijeratt, où la langue maternelle de la population native est le hassaniya, les pêcheurs et les capitaines mauritaniens payent aussi les conséquences de ces procédures pour régulariser leur situation d’état civil. En effet, les Imraguen n’échappent pas à ce problème, étant donné qu’il y a parmi eux de nombreux hommes sans pièce d’identité, qui ne peuvent plus sortir en mer. Il ressort de ces vécus une corrélation entre présence marginale dans la société et exclusion de l’état civil (Ould Ahmed Salem, 2018 : 96).

  • 31 . Entretien avec Abdallahi, pêcheur. Juillet 2018, Mheijeratt.

« Les marins font beaucoup de contrôles. Moi, tout celui qui me voit sait que je suis Mauritanien, mais je dois avoir ma carte d’identité pour pêcher. Sans carte d’identité tu ne peux pas ».31

  • 32 . Entretien avec Zein, capitaine de pirogue. Juillet 2018, Mheijeratt.

« Toute personne, étrangère ou citoyenne sans la pièce d’identité ne doit embarquer en mer. Si les autorités te trouvent, elles t’obligent à débarquer et saisissent la pirogue. Puis tu dois payer 5.000 MRU au ministère de la pêche pour reprendre ta pirogue. Beaucoup de nos enfants ne peuvent plus pêcher car ils n’ont pas la carte d’identité. Quelqu’un qui n’a pas de carte d’identité ne peut pas embarquer avec moi ».32

25Comme action complémentaire à la nationalisation du secteur, l’État mauritanien a mis en place des formations dans le secteur de la pêche afin d’augmenter le nombre potentiel de Mauritaniens à même de travailler dans la pêche artisanale. Certains de nos interlocuteurs ont suivi la formation organisée par l’Académie Navale, et ils se heurtent à deux grands freins vis-à-vis de celle-ci : le manque de suivi pour faciliter l’insertion professionnelle, ainsi que des difficultés pour obtenir le diplôme, liées aux problèmes d’état civil. Sans NNI, les élèves n’ont pas le droit de recevoir leur diplôme.

Conclusion

26Le poids de la pêche, y compris artisanale, dans l’économie mauritanienne est notable, et ce secteur fait l’objet de négociations et d’accords avec les pays voisins, notamment le Sénégal. Les constantes discussions entre la Mauritanie et le Sénégal sont un indicateur des relations politiques entre ces deux pays. Dans les dernières négociations pour la pêche artisanale entre leurs mandataires respectifs est apparu un autre facteur de poids : la découverte d’un gisement de gaz à la frontière maritime entre ces deux pays. En 2018, en parallèle aux accords portant sur le gaz, les deux voisins ont signé un protocole sur la présence des Sénégalais dans la pêche artisanale en Mauritanie.

27Avec une des côtes maritimes les plus poissonneuses de la planète, les captures faites en Mauritanie sont destinées à l’exportation ainsi qu’à une consommation locale croissante. Historiquement, les deux profils sociaux de Mauritaniens consacrés à la pêche étaient bien identifiés : les Imraguen au nord du pays et les Wolof de N’diago travaillant surtout au sud et dans les deux plus grandes villes du pays : Nouadhibou et Nouakchott. En outre, dans l’économie post-coloniale, la présence de pêcheurs étrangers a toujours représenté un appui non négligeable pour l’économie liée à ce secteur.

28Le manque d’une organisation solide de l’administration, les inégalités d’accès aux services publics, l’autoritarisme et l’exclusion de certains habitants sont des sujets présents dans le quotidien des habitants en Mauritanie. Les pratiques du nouveau système de recensement ont mis en évidence à nouveau ces caractéristiques des relations entre l’État et la population (Ould Ahmed Salem, 2018 : 78). Les difficultés auxquelles certains Mauritaniens sont confrontés pour avoir accès au NNI affectent aussi le domaine de la pêche. Après la nationalisation des postes de travail dans la pêche artisanale suite au conflit entre la Mauritanie et le Sénégal et la mort le 27 janvier 2018 de Falou Sall, pêcheur de Saint-Louis du Sénégal, les contrôles des garde-côtes se sont accentués. Ils vérifient que la pirogue possède la licence et que tout l’équipage est « national » ; mais les pêcheurs les accusent aussi parfois d’abus de pouvoir. Nous avons constaté que les mouvements de protestation se focalisent dans la vallée du fleuve Sénégal, où les Négro-mauritaniens sont majoritaires, mais également que la difficulté d’accéder au NNI touche autant nos informateurs wolof de N’diago que les Imraguen de Mheijeratt. Les raisons majeures de cette exclusion ne concernent pas exclusivement la question ethnique, mais mettent aussi en évidence d’autres facteurs d’inégalité dans le pays.

Haut de page

Bibliographie

Artaud H., 2018), Poïétique des flots : une anthropologie sensible de la mer dans le banc d’Arguin (Mauritanie), Paris, Éditions Pétra.

Boulay, S., 2013, Pêcheurs imraguen du Sahara atlantique. Mutations techniques et changements sociaux des années 1970 à nos jours. Paris: Karthala.

COLEACP, 2015. Livret pratique d’autocontrôle pour la pêche artisanale. Retrieved from http://www.peches.gov.mr/IMG/pdf/livret_pratique_d_autocontrole_pour_la_peche_artisanale-2.pdf

Fresia, M., 2009, Les mauritaniens réfugiés au Sénégal. Une anthropologie critique de l’asile et de l’aide humanitaire. Paris: L’Harmattan.

Gruvel, A., 1911. Les pêcheries de l’Afrique occidentale française. Revue Générale Des Sciences Pures et Appliquées, (XXII), 150–159.

Josse, E., 1989, Les ressources halieutiques de la zee mauritanienne description, evaluation et amenagement. Nouadhibou.

Le Coeur, C., 1994, La pêche en Mauritanie: du désert à la mer ou l’appropiation d’un espace halieutique. Université de Montpellier.

Le Coeur, C., 2011, La côte mauritanienne au début des années 1990. Appropiation du littoral par de nouvelles communautés de pêcheurs. In S. Boulay & B. Lecoquierre (Eds.), Le littoral mauritanien à l’aube du XXIe siècle (Karthala, pp. 151–172). Paris.

Ould Ahmed Salem, Zekeria, 2018, « « Touche pas à ma nationalité » : enrôlement biométrique et controverses sur l’identification en Mauritanie », Politique africaine, n° 152, no 4, p. 77‑99.

Ould Ahmed Salem, Zekeria, 2009, « Les écueils du « partenariat » : l’Union européenne et les accords de pêche avec l’Afrique », Politique africaine, n° 116, no 4, p. 23‑42.

Stewart, C. C., 1989, Une interprétation du conflit sénégalo-mauritanien. Revue Des Mondes Musulmans et de La Méditerranée, (54), 161–170. Retrieved from https://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1989_num_54_1_2323

Haut de page

Notes

1 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

2 . La recherche a été menée dans le cadre d’une étude socio-anthropologique des bénéficiaires du projet PROMOPECHE pour favoriser les changements de comportement et la communication. Sous ma coordination l’équipe a réalisé des entretiens semi-directifs des opérateurs du domaine de la pêche artisanale. Ces acteurs étaient localisés sur trois sites géographiques : Nouakchott, Mheijeratt (représentant la région imraguen, qui s´étend entre Lehféré et Agadir) et N’diago (représentant la région wolof, qui s’étend du PK 28 sud à N’diago). Les interlocuteurs ont été ciblés sur place à l’aide de personnes ressources ou grâce à l’effet boule de neige. En outre, des enquêtes quantitatives ont été menées par un groupe d’enquêteurs au PK 93 Sud (Legweichich) auprès de tous les ménages présents sur le terrain, y compris les campements.

3 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

4 . Communauté de pêcheurs des côtes atlantiques du Sahara mauritanien faisant partie de l’ensemble culturel Beidhane (maure), c’est-à-dire, parlant hassaniya (Boulay, 2013 : 9).

5 . Les produits exportés sont préparés et transformés dans des usines agréées pour l’exportation. L’industrie d’huile et de farine, en pleine expansion, valorise les surplus de production et les rejets de la filière. La population active mauritanienne vivant directement ou indirectement de la pêche reste encore faible. Une plus grande valorisation des produits à terre est possible. Selon les experts cela passerait par une amélioration de la qualité des produits à chaque étape tout le long de la filière (COLEACP, 2015)(COLEACP, 2015)(COLEACP, 2015)(COLEACP, 2015).

6 . Entretien avec Lamine, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

7 . Poisson fermenté et séché.

8 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

9 . James Dillinger, «Meurtre du pêcheur Fallou Sall : un de ses collègues raconte le film du drame », Sunuker, https://www.sunuker.com/meurtre-du-pecheur-fallou-sall-un-de-ses-collegues-raconte-le-film-du-drame/. Consulté le 17 juin 2019.

10 . Matteo Maillard, « Les tensions entre le Sénégal et la Mauritanie ravivées par la mort d’un pêcheur », Le Monde. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/01/31/les-tensions-entre-le-senegal-et-la-mauritanie-ravivees-par-la-mort-d-un-pecheur_5249891_3212.html. Consulté le 17 juin 2019.

11 . Yahya Jammeh est arrivé au pouvoir politique en Gambie en juillet 1994 après un coup d’État. Après avoir perdu les élections présidentielles en novembre 2016 il a refusé de céder le pouvoir. En janvier 2017 il a proclamé l’état d’urgence et l’Assemblée nationale a prolongé de trois mois son mandat. Le 21 janvier 2017, suite à la pression internationale, il quitte le pouvoir.

12 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

13 . Société nord-américaine d’exploration et d’extraction de pétrole et de gaz qui intervient en Afrique, en Amérique du Sud et dans le Golfe du Mexique.

14 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

15 . Cheikh Aidara, « Pêcheurs mauritaniens et sénégalais autour de la gestion de la ressource et le bon voisinage », L’Authentique. http://futureafrique.net/node/5087. Consulté le 09/06/2019.

16 . L’ouguiya (MRU) est la monnaie de la Mauritanie. En septembre 2019, 40 MRU équivalaient à 1 euro. 5000 MRU, donc, revenaient à 125 euros.

17 . De 25 à 137,5 euros.

18 . Entretien avec Lamine, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

19 . Le français, qui est répandu sur l’ensemble du territoire mais bien plus pratiqué et maîtrisé en milieu urbain qu’en milieu rural, conserve une place importante comme langue administrative et de travail.

20 . Plusieurs blessés ont été comptés dans la première ville et un mort dans la seconde, le jeune Lamine Mangan.

21 . La perte du certificat de naissance, l’absence ou la perte du certificat de mariage des parents (les naissances, mariages et décès n’ont jamais été officiellement enregistrés jusqu’à présent dans certaines zones du pays), être fils ou fille d’un père étranger, être né(e) hors mariage, une erreur au numéro d’identité national attribué… toutes ces situations représentent parfois une véritable entrave pour l’enrôlement.

22 . Entretien avec Adama, pêcheur. Juin 2018, N’diago

23 . Entretien avec Lamine, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago

24 . Entretien avec Adama, pêcheur. Juin 2018, N’diago

25 . 125 euros.

26 . 125 ou 162,5 euros.

27 . Entretien avec Lamine, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago

28 . Entretien avec Adama, pêcheur. Juin 2018, N’diago

29 . 125 euros.

30 . Entretien avec Mamadou, capitaine de pirogue. Juin 2018, N’diago.

31 . Entretien avec Abdallahi, pêcheur. Juillet 2018, Mheijeratt.

32 . Entretien avec Zein, capitaine de pirogue. Juillet 2018, Mheijeratt.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le littoral mauritanien.
Légende Source : https://journals.openedition.org/​vertigo/​18095?lang=pt
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/5951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Blocs explorés par Kosmos. Le projet Grand Tortue Ahmeyim est situé au bloc C8
Légende Source : http://www.kosmosenergy.com/​mauritania/​
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/5951/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Alonso Cabré, « Entraves et conséquences de la nationalisation de la main d’œuvre dans le secteur de la pêche artisanale en Mauritanie », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 341-355.

Référence électronique

Marta Alonso Cabré, « Entraves et conséquences de la nationalisation de la main d’œuvre dans le secteur de la pêche artisanale en Mauritanie », L’Année du Maghreb [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5951 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.5951

Haut de page

Auteur

Marta Alonso Cabré

Docteur en Anthropologie. Grup de Recerca Sobre el Control i l’Exclusió Socials (GRECS), Universitat de Barcelona.

Haut de page