Navigation – Plan du site
Chroniques
Tunisie
Gros plans

Les historiens tunisiens face à la justice transitionnelle : autopsie d’un conflit

Tunisian historians face transitional justice: autopsy of a conflict
Nessim Znaien
p. 385-394

Résumés

L’objet de cet article est d’étudier, au moyen d’une dizaine d’entretiens semi-directifs, les relations entre le processus de justice transitionnelle et les historiens professionnels tunisiens, dans un contexte où très peu d’entre eux ont participé aux activités d’une instance, censée pourtant interroger l’histoire tunisienne depuis plus de soixante ans. Le conflit entre l’Instance Vérité et Dignité (IVD) et la majeure partie de la sphère académique s’est cristallisé en deux temps. Tout d’abord à partir de 2014, l’IVD est rentrée en concurrence avec les Archives nationales pour la récupération et la constitution d’un fond de documents concernant les années de la dictature. Par la suite, certains membres de l’IVD ont appelé à « réécrire l’histoire » ou ont pris directement position sur certaines questions historiographiques, provoquant l’ire de certains historiens. La médiatisation soudaine de certaines questions historiographiques ou des enjeux entourant les archives a ainsi pu faire accéder certains historiens à des réseaux politiques ou à la sphère médiatique accélérant la constitution de rapports de force, entre différents réseaux, et participant à un remodelage des courants académiques, initié dès les années 1990.

Haut de page

Notes de l'auteur

« This publication has received funding from the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme (grant agreement No 695674) ».

Texte intégral

  • 1 . Le terme « Troïka » désigne le gouvernement de coalition ayant dirigé la Tunisie entre la fin 201 (...)
  • 2 . Voir les informations révélées par France Inter, <https://www.franceinter.fr/justice/la-france-a- (...)
  • 3 . Sur la question de l’historiographie de Bourguiba, voir notamment Largueche Abdehamid (2015).

1En mai 2014, la création de l’Instance Vérité et Dignité (IVD) marque, à plus d’un titre, une rupture dans le rapport de la société tunisienne à son histoire récente. En s’accordant le traitement de questions historiographiques et des crimes d’État depuis juillet 1955 jusqu’à l’adoption de la loi relative à la justice transitionnelle de décembre 2013, incluant les périodes couvertes par les présidences de Bourguiba et de Ben Ali, ainsi que celle relative à l’exercice du pouvoir par le gouvernement dit de la Troïka1, la commission Vérité dirigée par Sihem Ben Sedrine a donné une certaine lumière à des questions historiographiques jusqu’ici largement ignorées par une bonne partie de la société tunisienne. La demande de l’Instance d’une réparation de 30 millions d’euros à l’État français à la suite des « crimes » commis par l’armée française en juillet 1956 (plus spécifiquement l’aviation), puis lors de la crise de Bizerte en 19622 a donné une dimension politique, puis économique à une question jusqu’ici largement cantonnée à des ouvrages historiques. Par la suite, les 60 000 dossiers déposés sur près de 60 ans d’histoire de la Tunisie indépendante ont certainement stimulé la réflexion sur l’histoire de cette période et notamment celle du régime de Bourguiba, comme en atteste la production pléthorique de biographies de l’ex-président Bourguiba depuis 20113. Comment les historiens académiques tunisiens ont-ils accueilli la nouvelle médiatisation de questions qui pour certaines étaient traitées par le monde de la recherche depuis plusieurs décennies ? Plus généralement, quelles ont été le rapport des historiens aux différents acteurs de la justice transitionnelle en Tunisie ?

2Pour répondre à ces questions, nous avons choisi de procéder en deux temps. Tout d’abord, nous avons analysé les interventions des historiens sur ces questions historiographiques dans la presse. Nous avons choisi trois journaux, en arabe et en français, de trois tendances politiques différentes : Al Fajr (Ennadha, le mouvement islamiste), La Presse (proche de Nida Tounes, le parti « séculariste » fondé par le président de la République, feu Béji Caïd Essebsi) et Al Maghreb (centre-gauche). Nous avons réalisé des prélèvements, en choisissant des moments clés de la justice transitionnelle entre 2014 et 2018 (création de l’IVD, affaire des archives de la présidence, début des auditions publiques, fin des dépôts des dossiers de victimes auprès de l’IVD, polémique autour de la crise de Bizerte). Ensuite, nous avons pu réaliser une série d’entretiens semi-directifs avec neuf historiens, rattachés à des Instituts publics de recherche comme l’Institut d’Histoire de la Tunisie contemporaine, à des fondations privées actrices de la recherche, comme la fondation Temimi ou encore à des administrations publiques elles aussi animatrices de la recherche, comme les Archives nationales. Nous avons ainsi cherché à comprendre dans quelle mesure ces historiens avaient été impliqués, d’une manière ou d’une autre, dans les dynamiques de la Justice transitionnelle. Il est rapidement apparu que la problématique de la gestion de la mémoire, de la justice transitionnelle et des historiens s’est déclinée en deux grands axes depuis 2014 : celui entourant la production et la conservation des archives, d’une part, et celui concernant la production scientifique de l’histoire autour de certaines questions historiographiques, comme les processus de l’indépendance de la Tunisie ou la crise de Bizerte, d’autre part.

Au cœur de la justice transitionnelle : l’enjeu des archives

  • 4 . Voir le Journal officiel de la République de Tunisie, n° 105, 31 décembre 2013, « Loi organique 2 (...)
  • 5 . Voir par exemple, Jallab, Hédi, « L’IVD doit remettre ses archives aux archives nationales », Kap (...)

3L’utilisation et la conservation des archives sont mentionnées par la loi sur la justice transitionnelle de 2013 qui dispose que les archives de l’IVD doivent être stockées dans une institution créée par l’Instance ou, par défaut, aux Archives nationales4. Très vite, la question de la conservation de ces documents par les Archives nationales ou dans une Instance indépendante s’est transformée en un débat structurant de la justice transitionnelle5, d’autant plus que la construction d’une nouvelle Instance dédiée aux archives a été repoussée sine die à partir de 2013.

  • 6 . Voir notamment « L’Instance de la discorde », La Presse, Brahim Oueslati, 10 mars 2018. Ou encore (...)

4L’IVD et les Archives nationales ont, par la suite, été mises en concurrence, notamment via la presse6 : la première (l’IVD) semblait symboliser la justice transitionnelle et la révolution, alors que la seconde (les Archives) paraissait représenter l’ancien régime, le conservatisme et l’absence de transparence. De fait, les Archives nationales se sont rapidement posées comme une institution recours, voire concurrente de l’IVD ou, en tout au moins, complémentaire. Dans nos différents entretiens, les défenseurs des Archives nationales voient le plus souvent celles-ci comme une institution étatique et républicaine « comme une autre » ayant la capacité de traiter des différentes archives et dont la compétence des personnels n’est plus à démontrer, et qui, par ailleurs, pourrait être obligée par la loi et « la pression politique » de divulguer toutes les différentes archives à ceux qui en feraient la demande.

  • 7 . Dans une déclaration du porte-parole de la présidence de la République, Adnene Mansar, du 14 mars (...)

5Un colloque international sur les différentes expériences de justice transitionnelle est organisé dès 2012 par les Archives nationales dans le but vraisemblable de légitimer l’action de ces dernières dans le domaine de la justice transitionnelle. Les Archives coopèrent par la suite avec la présidence de la République dès 2012 et un projet de musée à Monastir, utilisant des archives de la période Bourguiba est annoncé à la presse7 et pose les bases, finalement sans suite, d’une nouvelle étude du passé de l’institution présidentielle. La création de l’Instance Vérité et Dignité à la fin de l’année 2013, rebat les cartes et crée les conditions d’une méfiance institutionnelle des acteurs de la justice transitionnelle à l’égard des Archives nationales.

6L’opposition entre les Archives nationales et l’Instance Vérité et Dignité semble s’être structurée autour de deux événements. Le premier a eu lieu le 24 décembre 2014, lorsque l’IVD, profitant de la période de relative vacance du pouvoir à la suite de la passation de pouvoir entre les présidents Moncef Marzouki et Beji Caïd Essebsi, tente de récupérer les archives de la présidence de la République, analysant sans doute que l’arrivée de Beji Caïd Essebsi, figure politique des régimes de Bourguiba et de Ben Ali, sonnerait pour l’IVD le glas de l’accès aux archives de la présidence. L’opération échoue, le syndicat de la garde présidentielle prenant finalement l’initiative stopper les membres de l’IVD sur le seuil du palais. Peu avant la tentative de récupération des archives de la présidence par l’IVD, l’Instance avait tenté d’obtenir des Archives nationales une aide pour la réalisation de l’inventaire rapide des archives de la présidence de la République. Selon nos entretiens, la présidence des Archives nationales aurait répondu qu’une indexation rapide de ces archives était impossible et que, par ailleurs, « rien ne pressait » à la réalisation de l’opération, ce que la présidente de l’IVD aurait interprété comme une volonté de freiner le travail de l’Instance et un choix politique des Archives nationales de se situer parmi les ennemis de l’IVD.

  • 8 . Voir le site de l’IVD, <http://www.ivd.tn>, consulté le 31 août 2019.
  • 9 . <http://www.inpdp.nat.tn/ressources/loi_2004.pdf>, consulté le 31 aout 2019.

7La seconde opposition entre les Archives nationales et l’IVD, mise en scène par une partie de la presse (La Presse, Al Maghreb), et sans doute par l’IVD elle-même, a eu lieu sur la question de la conservation des archives de l’Instance à partir du début de l’année 2018. Le débat sur la conservation des archives s’est particulièrement cristallisé autour de l’appel d’offre lancé en mars 2018 par l’IVD pour l’hébergement des archives de l’institution, appel d’offre qui précisait la nécessité pour l’entreprise gérant les archives de l’IVD d’utiliser une plateforme « cloud microsoft AZUR », et des serveurs situés aux États-Unis ou en Europe8. S’appuyant sur la loi n° 63 du 27 juillet 2004 sur la protection des données à caractère personnel9, les Archives nationales rétorquent qu’il est interdit par la loi d’héberger des archives publiques en dehors du territoire national. Pour l’IVD, il s’agit officiellement d’une question technique destinée à pouvoir gérer le stockage d’une grande quantité d’archives. Officieusement, gérer des archives à partir de serveurs situés en Europe est, sans doute aussi, une manière de pouvoir déposer ces documents en dehors du territoire tunisien et loin des Archives nationales, toujours soupçonnées de vouloir enterrer les documents susceptibles de mettre en cause des personnalités liés à la dictature.

8Dans les faits, nos différents interviewés ont indiqué que les Archives nationales et l’IVD ont pu coopérer, notamment après décembre 2014, plus particulièrement à partir du moment où l’IVD s’est trouvée en position de faiblesse vis-à-vis du gouvernement et de l’administration, pour devenir une institution de plus en plus affaiblie, ne représentant plus un danger important pour les Archives nationales et ayant au contraire besoin de l’institution de l’État pour effectuer son travail. Le ministère de l’Intérieur ayant refusé de verser ses archives à l’IVD, la collaboration des Archives nationales devenait une nécessité pour l’Instance, d’autant plus que ces archives pouvaient contenir des documents de la fin de la période coloniale et de la période Bourguiba, dont l’Instance avait besoin pour mener ses enquêtes. De l’autre côté, les débats autour des archives suscités par l’IVD ont permis aux Archives nationales de publiciser leur action et de participer ainsi à la collecte de certaines archives de la présidence. Aussi l’IVD, de manière volontaire ou non, a-t-elle pu servir les intérêts des Archives nationales.

  • 10 . En signant notamment des pétitions avec l’ensemble des historiens.

9Tous ces débats autour de la question du stockage et de la conservation des archives n’ont que faiblement mobilisé les historiens professionnels, pourtant très majoritairement favorables aux Archives nationales. En effet, ils connaissent bien cette institution dont le directeur est l’un des leurs. Ce dernier les a notamment soutenus dans quelques-unes des polémiques qui se sont déroulées entre la présidente de l’IVD et certains membres de la corporation10. Quelques historiens ont cependant avancé que le problème de la rétention d’information de la dictature n’était pas en soi celui des Archives nationales, d’autant plus qu’il suffirait d’une loi pour obliger les Archives nationales à livrer les documents. En réalité, les historiens se sont tenus éloignés d’un débat qu’ils considéraient vraisemblablement comme trop « technique », au regard de combats qui les ont davantage touchés institutionnellement, comme les débats historiographiques ouverts par la présidence de l’IVD à propos du début de l’indépendance, de la gestion des ressources en pétrole du pays (qui aurait été attribuée en exclusivité, selon la présidence de l’IVD, à l’ex-puissance coloniale), et de la crise de Bizerte (qui symboliserait la violence de Bourguiba dans les premières années de l’indépendance ainsi que ses connivences avec la France de l’époque).

« Réécrire l’histoire » ou gérer la mémoire : l’impossible choix de l’IVD

  • 11 . Voir, par exemple, Le Monde du 8 juillet 2017, « Il faut réécrire l’Histoire de la Tunisie ».
  • 12 . Voir, par exemple, l’interview Sihem Bensedrine journal en ligne Middle east eye, 28 mars 2018.

10La présidence de l’IVD a régulièrement appelé, à partir d’avril 2017, et particulièrement en 2018, les uns et les autres à « réécrire l’histoire »11, sous-entendant que la pratique des historiens avait été jusque-là largement biaisé par leur soutien à l’autoritarisme12, et rentrant frontalement en conflit avec la communauté des historiens. De ce point de vue, les historiens auraient été de simples spécialistes au service d’un système. Ces déclarations se sont surtout focalisées sur la vision de l’histoire des premières années de l’indépendance et de la période de Bourguiba. De ce fait, la présidente de l’IVD clive, sans doute volontairement, les débats relatifs à une période relativement sensible, (bien plus que la période de Ben Ali, encore largement perçu comme un usurpateur autoritaire déchu), au regard du fait qu’une partie importante de la classe politique tire sa légitimité de son lien symbolique ou spirituel (ou de son absence) avec le régime de Bourguiba.

11Dans nos différents entretiens, par ailleurs régulièrement relayé dans la presse13, trois arguments ont été avancés pour dénoncer l’initiative de la présidence de l’IVD de rouvrir des questions historiographiques sur la période de Bourguiba. Le premier serait que Sihem Ben Sedrine n’aurait sans doute découvert aucun document nouveau (contrairement à ses affirmations, notamment sur les ondes des radios tunisiennes) en quelques mois susceptibles d’être inconnus par des historiens pour certains travaillant sur ces questions depuis plusieurs décennies. Le deuxième argument est que le biais de la présidente de l’IVD en défaveur de Bourguiba empêcherait tout débat rigoureux. Le fait de commencer la période de compétence de l’IVD au 1er juillet 1955 serait par exemple un non-sens historiographique, dans la mesure où l’on demanderait des comptes à Bourguiba sur une période où il n’aurait de toute façon pas été au pouvoir. Enfin, le troisième argument serait qu’a contrario, la réification de Ben Youssef, constituerait un biais historiographique grave, les liens entre l’oncle de la présidente de l’IVD et le youssefisme ayant été rappelé à plusieurs reprises au cours des entretiens.

12Mais au terme de la première série d’entretiens, effectués avec principalement les historiens, autour de ce conflit avec l’IVD, une intuition nous a paru majeure : derrière le débat entre ceux qui seraient partisans de la justice transitionnelle et ceux qui protègeraient les « forces de l’ancien régime », débat qui existe sans doute réellement, un autre, plus sensible et plus subtil agiterait les discussions des historiens autour de l’Instance Vérité et Dignité. Il s’agirait d’un débat interne à la sphère académique, mettant aux prises différents réseaux historiographiques, politiques et linguistiques.

13Au cours de nos entretiens en effet, la question de l’IVD a été rapidement mise de côté par les uns et les autres. Un certain consensus s’est dégagé à propos de la commission Vérité tunisienne. Aucun interviewé n’a remis en cause (prise de position il est vrai lourde de sens politiquement) l’intérêt intrinsèque du processus de justice transitionnelle. Mais la plupart ont remis en cause l’IVD, qui dès le début aurait été conçue comme une institution orientée (« les membres les plus neutres ont démissionné »), non consensuelle, politique, et donc peu crédible pour traiter des questions d’histoire. L’un des arguments avancés par les interviewés provient de la démarche « historienne » non rigoureuse de l’Instance, d’autant plus que l’IVD a été perçue dès le début comme s’arrogeant, seule, le droit de collecter les sources d’information, archives, traces orales et écrites de l’histoire la plus contemporaine de la Tunisie. Or, pour réaliser un travail de « vérité », l’historien ou le scientifique doit donner la parole aux uns et aux autres, aux « victimes » comme aux « bourreaux », ce qui ne serait pas le cas ici. Concernant les « bourreaux » l’argument est difficilement recevable, dans la mesure où les tortionnaires ont refusé de collaborer avec l’IVD. Face à une institution possiblement concurrente, les historiens mettent donc en avant leur « compétence » et leur « technicité » dans le travail de reconstitution du passé. Mais, selon les historiens rencontrés la décrédibilisation de l’institution de l’IVD en tant que partenaire possible pour une recherche à caractère historique repose principalement, non pas tant sur la subjectivité de ses membres et de sa directrice, mais sur l’objectif profondément politique (et non académique) de l’Instance Vérité Dignité : permettre une rapide rétribution des militants islamistes, la valorisation de l’action islamiste dans la mémoire collective tunisienne, et un moyen pour le parti Ennahdha de peser dans les rapports de force politique. Certains interviewés ont placé leur positionnement critique vis-à-vis l’IVD sur le même plan que la résistance dont auraient fait preuve certains historiens face à l’instrumentalisation politique de l’histoire au cours des années de la dictature, notamment sous Bourguiba. De ce point de vue, la personne même de Sihem Ben Sedrine suscite une relative méfiance, même si certains ont mis en avant leur respect pour son passé de militante des droits de l’homme.

  • 14 . Voir par exemple, Mahjoubi Ali (1982) et Kraïem Mustapha (1976).

14Ce rapide consensus sur l’absence de crédibilité de l’IVD prend notamment sa source dans la polémique du printemps de l’année 2018, à laquelle les historiens ont fait régulièrement référence, lorsque la présidence de l’IVD a déclaré dans certains médias tunisiens détenir de nouvelles informations concernant le début de la présidence de Bourguiba en 1956, outrepassant le rôle que l’Instance s’était jusqu’à présent assigné, à savoir être d’abord une Instance collectrice d’informations, au service de la communauté des historiens. La remise en cause frontale de la corporation des historiens, accusée d’être au service d’une « histoire officielle » et « biaisée » et, par conséquent, de faire partie intégrante des forces de l’« ancien régime » a été un des moments clés de la relation entre les historiens et l’Instance Vérité et Dignité. La plupart des historiens interrogés ont rejeté les propos de la présidente de l’IVD accusant la profession d’avoir activement participé à la construction d’une histoire officielle et au maintien des forces d’« ancien-régime » au pouvoir. En effet, ils considèrent avoir été, pour l’essentiel, une institution de résistance à la volonté du président Bourguiba de promouvoir l’écriture d’une histoire officielle et nationaliste de la Tunisie. Ils ont fait valoir que la communauté historienne était à cette époque un fief de la gauche, qui à l’exception de quelques figures d’historiens plus âgés tels Ali Mahjoubi et Mustapha Kraïem14 a peu participé à la rédaction d’une histoire mise au service du pouvoir bourguibien. Certains interviewés ont voulu faire la différence entre la position administrative et la production scientifique de leurs collègues, reconnaissant que certains historiens avaient pu, en tant que fonctionnaires, être des « grand commis » de l’État autoritaire, et participé ainsi au fonctionnement de la dictature en place. Mais l’exercice de hautes fonctions administratives ne signifie pas pour autant que ces mêmes historiens ont participé par leur production scientifique à l’écriture de l’histoire officielle. Pensant que leur travaux sont restée largement étanche à la pression politique, ils ont mal pris les accusations de la présidente de l’IVD.

15Mais au-delà de l’IVD et de sa présidente, la plupart des interviewés ont rapidement fait basculer l’entretien, sur la question des conflits internes à la sphère académique tunisienne. Les débats autour de l’IVD ont contribué à cristalliser des conflits idéologiques et de personnes parmi les historiens tunisiens. La médiatisation de l’Instance Vérité et Dignité a permis de révéler au grand jour (et pour certains historiens d’accéder au monde des médias, ce qui était assez peu imaginable du temps de Ben Ali), des courants qui s’opposent depuis plusieurs années, sans doute plusieurs décennies. Le conflit entre partisans de l’IVD (et donc susceptibles d’être identifiés comme favorables à l’égard du courant islamiste) et opposants, semble symboliser, selon ces historiens, la division qui s’est opérée à partir des années 1990 dans les universités tunisiennes, lorsque des étudiants en histoire sont apparus, « davantage arabisants » et peu enclins à adhérer aux modèles historiographiques de leurs ainés. Cette génération d’étudiants « acquise à des idées conservatrices et militantes » a accédé, à son tour, au professorat ou à des institutions de recherche à la fin des années 2000, peu de temps avant la révolution. Les actions de l’IVD et les prises de position de sa directrice envers le monde académique tunisien ne serait qu’une simple étape supplémentaire de l’attaque dont se sentent victimes ces mêmes historiens de la part d’un courant islamophile et « puritain » qui leur serait hostile depuis une quinzaine ou une vingtaine d’années. Les historiens de l’académie tunisienne, sur la défensive, traitent alors de révisionnistes leurs nouveaux concurrents, et accusent de ce point de vue, l’Instance Vérité et Dignité d’avoir pour vocation d’accélérer le remodelage du paysage académique en cours depuis une dizaine d’années.

  • 15 . Un historien aurait été approché pour intégrer l’IVD, voire présenter sa candidature à la préside (...)

16La répercussion inédite des débats de la sphère académique tunisienne sur la scène publique a également été permise par la récupération politique de ces controverses par les différents courants politiques, ce qui a achevé de donner une dimension nationale à ces luttes. Certains historiens ont été légitimés et reçus entre 2012 et 2014 par les réseaux du président de la République, voire par le président Moncef Marzouki en personne, dont le porte-parole, puis directeur de cabinet, Adnène Mansar est lui-même historien. D’autres ont eu des contacts rapprochés, voire officiels avec les réseaux nahdhaouis, en rencontrant Hamadi Jebali ou Rached Ghannouchi. Dans ce dernier cas cependant, les historiens proches de réseaux nahdhaouis sont beaucoup moins nombreux à prendre position officiellement en faveur de l’IVD et surtout contre les historiens de la sphère académique. Cette absence de prise de position directe, à l’exception d’un seul historien, Abdeljelil Temimi, déjà établi dans la sphère académique et intellectuelle, et également assez âgé, peut d’abord s’expliquer par le caractère relativement minoritaire politiquement des historiens tunisiens proche de ces réseaux. La plupart des interviewés ont alors émis l’hypothèse que ces historiens nahdhaouis « se cachaient » et utilisaient l’IVD comme une arme, certains des arguments déployés par Sihem Ben Sedrine dans quelques-uns de ces articles contre les historiens nécessitant à leurs yeux une connaissance des questions historiographiques et des enjeux de mémoire relativement improbable pour une personne comme Sihem Ben Sedrine qui n’est pas historienne de formation. Dans tous les cas, cette relation des différents acteurs historiens avec les cercles politiques a paru inévitable, notamment sur la question de la crise de Bizerte, qui remettait en cause l’héritage bourguibien et donc la principale source de légitimation du parti au pouvoir, Nida Tounes. Si certains historiens ont pu envisager de mobiliser ces liens nouveaux pour servir leur propre agenda politique (en tentant d’intégrer des postes à responsabilité importants, au ministère de la Culture ou à la tête même de l’IVD15), il semble que la majeure partie d’entre eux n’aient pas eu pour objectif d’accéder à un poste à responsabilité politique. Il s’agissait le plus souvent pour les historiens davantage de défendre leur légitimité en tant que professionnels de l’histoire et détenteurs d’un certain savoir et d’une certaine technicité. Plusieurs interviewés ont voulu à plusieurs reprises rappeler qu’ils « consultaient les archives depuis 1988 », qu’ils avaient « un background et des lectures », leur permettant d’être les acteurs les plus légitimes pour s’exprimer sur les questions d’histoire et de mémoire.

17Il ne faudrait sans doute pas surestimer le conflit idéologique qui pèse entre les différents historiens (tout au moins pour ceux qui se sont exprimés publiquement) s’opposant sur les questions de l’IVD. Derrière des prises de position pratique et légitimatrice sur des questions de mémoire et de justice transitionnelle, des conflits de personnes, des conflits générationnels et aussi des conflits d’égos peuvent expliquer les choix.

18La dimension internationale du conflit des historiens autour de l’IVD ne doit pas non plus être évacuée, dans la mesure où la justice transitionnelle est portée par des acteurs internationaux occidentaux. Dans les interventions des uns et des autres dans la presse, le choix de la langue d’écriture et du journal est un élément fondamental pour toucher plus ou moins directement une communauté (notamment scientifique) internationale. Plusieurs niveaux de lectures peuvent être entrepris pour analyser tant les divers articles parus dans Réalités, Kapitalis et ceux dans Al Maghreb que les interviews données à la télévision tunisienne. Enfin, certains journaux arabes de Londres ont ouvert leurs colonnes à des articles majoritairement défavorables à des historiens de la sphère académique tunisienne. Ainsi par la presse et les réseaux médiatiques, s’est recréé à une échelle internationale un débat historiographique, sans doute tout autant prétexte à un affrontement de réseaux que résultat d’une véritable opposition idéologique, entre historiens pro-occidentaux et francophones d’un côté, et réseaux arabisants et plus pro-islamistes de l’autre.

Conclusion

19Alors que l’IVD avait pour cœur de cible de traiter des questions d’histoire et de mémoire contemporaines très sensibles, il nous a semblé assez rapidement clair que la majorité des historiens professionnels semblaient opposés à l’Instance. Plus encore, très peu d’historiens ont participé aux activités de l’Instance. S’interroger sur les origines de ce conflit, sur ce qu’il peut révéler du processus de justice transitionnelle en Tunisie, sur les différentes utilisations et constructions du passé et des mémoires permet de dévoiler certains enjeux historiographiques, politiques et idéologiques traversant la société tunisienne.

20Deux grandes questions ont pu être ainsi posées à l’intérieur de la thématique. En traitant des liens entre mémoire, histoire et processus de la justice transitionnelle, deux grandes problématiques ont été développées : d’une part, celle de la production et la gestion des archives de la dictature, conçues comme le support matériel de la mémoire de cette période et, d’autre part, celle de l’écriture de l’histoire, jugée falsifiée par les uns et révisionniste par les autres.

21Ces deux problématiques ont été abordées par les acteurs selon une logique chronologique. La question des archives (de l’IVD, ainsi que des différentes institutions de l’État, dont notamment celles de la présidence) est apparue à partir de 2014 et a émergé en décembre dans l’espace public lors de « l’affaire des archives de la présidence ». La question de l’écriture de l’histoire est principalement apparue à partir du printemps 2017, lorsque la présidence de l’IVD a ouvert divers débats historiographiques dans la presse, notamment autour de la période de Bourguiba.

22Ces deux débats ont symbolisé, du point de vue de l’IVD, le combat que menait sa présidente Sihem Ben Sedrine contre les forces « conservatrices » et « réactionnaires » de l’« ancien régime » : autrement dit, les Archives nationales pour la gestion des archives, et les historiens du monde académique pour ce qui est de l’écriture de l’histoire. Il s’agissait largement de donner du sens à l’IVD, au moins du point de vue de l’opinion publique, notamment dans un contexte où l’institution était loin de recevoir de la part de la classe politique un assentiment très large. Les Archives nationales symbolisaient de ce point de vue la lourdeur d’une administration tunisienne voulant « archiver », c’est-à-dire faire disparaître dans quelques sous-sols inaccessibles toute trace du passé. Les débats autour du Bourguibisme et de leurs bénéficiaires jetaient la suspicion sur les historiens de l’Institut d’histoire du mouvement national, soupçonnés de faire preuve de trop de complaisance à l’égard du premier président tunisien. Les deux attaques s’en prenaient à des institutions (les Archives nationales, l’Institut d’histoire de la Tunisie contemporaine) ou des hommes et femmes (les chercheurs et archivistes) existant depuis la période de Bourguiba, jugés conservateurs et attachés à la défense d’un passé dont ils seraient issus. L’objectif était certainement également de jouer, en un sens, la communauté internationale et l’opinion publique contre la classe politique et les hauts fonctionnaires de l’État.

23Les historiens ou les Archives nationales se sont régulièrement sentis attaqués au cours de ces débats dont ils n’étaient pas, la plupart du temps, à l’initiative. Pour autant, les uns et les autres ont largement pu exploiter ces débats, tant pour accéder à la sphère médiatique que dans une optique de légitimation personnelle dans la sphère publique (bien plus que dans le champ académique). Les débats ouverts par l’IVD ont sans doute été l’occasion pour certains historiens ou haut-fonctionnaires de tenter de participer à un remodelage des hiérarchies de la sphère académique. Ce remodelage des hiérarchies et des clans politiques a pu se structurer également autour des réseaux politiques, qui ont approché tel ou tel historien, pour légitimer leur propre pratique politique, les intégrer à des réseaux ou proposer des postes politiques. Ainsi les rencontres officielles d’Abdeljelil Temimi avec Rached Ghannouchi ou de Khaled Abid avec Beji Caïd Essebsi, les uns faisant référence et rendant hommage aux autres, ont construit des oppositions à la fois internes à la sphère académique et au champ politique.

Haut de page

Bibliographie

Kraïm Mustapha, 1976, Nationalisme et syndicalisme en Tunisie, 1919-1929, Tunis, Editions de l’UGTT.

Largueche Abdehamid (dir.), 2015, Bourguiba, le retour ?, Tunis, Nirvana.

Mahjoubi, Ali, 1982, Les origines du mouvement national (1904-1934), Tunis, Faculté des Sciences de Tunis,.

Haut de page

Notes

1 . Le terme « Troïka » désigne le gouvernement de coalition ayant dirigé la Tunisie entre la fin 2011 et le début de 2014. Il intégrait en son sein trois partis : Le parti islamiste Ennahda, le parti du Congrès pour la République (CPR) et Le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés (Ettakatol)

2 . Voir les informations révélées par France Inter, <https://www.franceinter.fr/justice/la-france-a-commis-des-massacres-en-tunisie-elle-doit-s-excuser-et-reparer>, consulté le 2 septembre 2019.

3 . Sur la question de l’historiographie de Bourguiba, voir notamment Largueche Abdehamid (2015).

4 . Voir le Journal officiel de la République de Tunisie, n° 105, 31 décembre 2013, « Loi organique 2013-53 du 24 décembre 2013, relative à l’instauration de la justice transitionnelle et à son organisation », p. 3665 et s.

5 . Voir par exemple, Jallab, Hédi, « L’IVD doit remettre ses archives aux archives nationales », Kapitalis, 28 décembre 2018.

6 . Voir notamment « L’Instance de la discorde », La Presse, Brahim Oueslati, 10 mars 2018. Ou encore « Justice transitionnelle : le coup de grâce », La Presse, Olfa Belhassine, 5 avril 2018.

7 . Dans une déclaration du porte-parole de la présidence de la République, Adnene Mansar, du 14 mars 2012.

8 . Voir le site de l’IVD, <http://www.ivd.tn>, consulté le 31 août 2019.

9 . <http://www.inpdp.nat.tn/ressources/loi_2004.pdf>, consulté le 31 aout 2019.

10 . En signant notamment des pétitions avec l’ensemble des historiens.

11 . Voir, par exemple, Le Monde du 8 juillet 2017, « Il faut réécrire l’Histoire de la Tunisie ».

12 . Voir, par exemple, l’interview Sihem Bensedrine journal en ligne Middle east eye, 28 mars 2018.

13 . « Falsification de l’histoire : quand Ben Sedrine se la joue James Bond », <https://www.realites.com.tn/2018/03/falsification-de-lhistoire-quand-ben-sedrine-se-la-joue-james-bond/>, 19 mars 2018, consulté le 30 avril 2018.

14 . Voir par exemple, Mahjoubi Ali (1982) et Kraïem Mustapha (1976).

15 . Un historien aurait été approché pour intégrer l’IVD, voire présenter sa candidature à la présidence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nessim Znaien, « Les historiens tunisiens face à la justice transitionnelle : autopsie d’un conflit », L’Année du Maghreb, 21 | 2019, 385-394.

Référence électronique

Nessim Znaien, « Les historiens tunisiens face à la justice transitionnelle : autopsie d’un conflit », L’Année du Maghreb [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6078 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.6078

Haut de page

Auteur

Nessim Znaien

ATER à l’Université d’Aix-Marseille. Laboratoire TELEMMe AMU/CNRS, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page