Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22ÉditorialÉditorial : Déconfiner les approc...

Éditorial

Éditorial : Déconfiner les approches, les esprits et les espaces

Katia Boissevain, Vincent Geisser et Céline Lesourd
p. 3-8

Entrées d'index

Mots-clés :

Année du Maghreb, 22, 2020, Vol.I
Haut de page

Notes de la rédaction

Nous tenons à remercier les évaluateur.rice.s anonymes des articles publiés dans le dossier et la rubrique « Varias », ainsi que les chargé.e.s de suivi du processus éditorial : Sophie Bava, Myriam Catusse, Thierry Desrues, Karima Dirèche, François Dumasy, Aurélia Dusserre, Didier Guignard, Éric Gobe, Isabelle Grangaud, Loïc Le Pape et Nessim Znaien.

Texte intégral

1Dans un processus éditorial, comme dans les autres activités des sciences sociales, il est parfois tentant de préserver l’image d’une certaine normalité, comme si les événements de la vie ordinaire n’affectaient que marginalement nos relations de travail, nos pratiques de recherche et nos modes de fabrication et de diffusion du savoir. Telle l’étoile Sirius, nous serions conduits à nous tenir à distance raisonnable des catastrophes naturelles, des pandémies virales, des crises économiques et des mouvements sociaux, etc., afin de ne pas perturber nos routines académiques et de préserver ainsi l’apparence d’objectivité scientifique, conforme à un certain positivisme. En deux mots, cette nouvelle livraison de L’Année du Maghreb aurait pu « faire comme si » rien ne sétait véritablement passé ces derniers mois dans nos activités quotidiennes de chercheur.e.s, d’universitaires, d’auteur.e.s, de rédacteur.e.s, de relecteur.e.s ou encore de professionnel.le.s de l’édition, suscitant même une forme d’autosatisfaction : nous avons réussi à surmonter les crises, en sortant le numéro de l’AdM dans les délais impartis !

2Refusant de céder à cette « idéologie de la performance » et de la « culture du résultat » qui modèlent de plus en plus les habitus professionnels, y compris dans le champ des sciences sociales, nous avons choisi de résister : non pas en niant les événements dramatiques de la vie ou en nous enfermant dans une tour d’ivoire académique mais, au contraire, en prenant pleinement « notre part » aux activités sociales ordinaires et extraordinaires.

3D’abord, par une participation à un mouvement social contre les projets de « réformes » liés à Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) qui nous a placé.e.s devant nos responsabilités éditoriales en tant que rédacteur.e.s, auteur.e.s ou simples lecteur.rice.s de l’AdM, prenant conscience des risques de précarisation des personnels d’édition, de fragilisation des structures matérielles et financières de la publication, voire d’une mort lente de notre revue qui a pourtant plus de cinquante années d’existence.

4Ensuite, par une volonté collective de poursuivre nos activités rédactionnelles et ceci malgré les contraintes drastiques imposées par les mesures de confinement et de déconfinement qui ont impacté profondément les conditions de fabrication de ce numéro. La continuité éditoriale que nous sommes parvenu.e.s à assurer est aussi l’expression d’une résistance : écrire, publier et diffuser une revue qui, bien qu’échappant [encore] aux logiques managériales de l’édition scientifique, est reconnue comme une publication de référence dans le champ des sciences humaines et sociales.

5Enfin, cette période de crise sociale et sanitaire a représenté un moment d’introspection critique, nous incitant à réfléchir sur nos méthodes de travail, la construction de nos objets de recherche, le déroulement de nos terrains d’enquête et sur les modes de diffusion de nos résultats auprès des pairs et du grand public. Plus généralement, cette crise multidimensionnelle nous a encouragé.e.s à revisiter notre rapport à l’Autre, et ceci d’autant plus que L’Année du Maghreb a toujours eu pour vocation de tisser des liens solides entre les deux rives de la Méditerranée, représentant l’expression dialogique d’une recherche qui se fait ici et là-bas.

Le dossier : la « modérologie » à lépreuve du Maghreb

6À cet égard, le dossier coordonné par Alia Gana, directrice de recherche CNRS à l’UMR (7533) LADYSS et Myriam Aït-Aoudia, professeur de science politique à l’Université de Picardie, est emblématique de cette dialogique intellectuelle, scientifique, disciplinaire et aussi générationnelle qui est inscrite dans l’ADN éditorial de L’Année du Maghreb – héritier de L’Annuaire de l’Afrique du Nord – depuis sa fondation. À partir d’enquêtes inédites sur les mouvements et les partis islamistes au Maghreb (avec des éclairages comparatifs sur l’Égypte, la Turquie et l’Europe), son objectif est d’interroger de manière critique la notion de « modération » qui connait un certain succès au sein du champ des sciences sociales, notamment dans les pays anglo-saxons. Au-delà des débats normatifs sur la « possible intégration » des organisations islamistes au champ politique des pays du Maghreb, il s’agit d’étudier les modalités concrètes d’inclusion des acteurs de l’islam politique dans les différentes configurations sociopolitiques, en jouant sur des multiples échelles et registres d’analyse : local/central/transnational ; organisations partisanes/mouvements sociaux ; idéo-théologie/praxis ; itinéraires individuels/trajectoires collectives ; temps court/temps long ; sympathisants/militants/leaders, etc. Les contributions de ce dossier révèlent un souci des auteur.e.s d’atteler leur réflexion aux mouvements islamistes à des observations directes in situ, dépassant ainsi les discussions byzantines – souvent stériles – entre ceux qui avancent l’hypothèse d’une inéluctable démocratisation des mouvements islamistes (ils deviendraient des « islamo-démocrates » sur le modèle des chrétiens démocrates en Europe ou en Amérique latine) et ceux qui, au contraire, défendent l’idée que l’acceptation de la démocratie formelle ne serait pour les islamistes qu’un moyen de réaliser leur utopie d’islamisation de l’État et de la société (hypothèse de l’agenda caché) : la fin justifierait les moyens. Les auteur.e.s de ce dossier refusent de verser dans ce débat binaire, préférant apporter des réponses nuancées en fonction des contextes sociopolitiques et des temporalités, échappant à toute tentation à la fois essentialiste et finaliste.

7Dans une perspective similaire, les contributeur.rice.s invitent à dépasser le « partido-centrisme » (focalisation obsessionnelle sur les organisations partisanes) qui caractérisent la majorité des études sur l’islam politique, en réintroduisant une dimension sociétale, donnant à voir des résultats d’enquêtes empiriques sur les associations, les ONG, les syndicats de salariés et les organisations patronales liés à l’islam politique. Aussi les auteur-e-s en viennent-ils à interroger sur un registre critique la théorie ordinaire de la « spécialisation », selon laquelle les organisations islamistes seraient de plus en plus conduites à séparer leurs activités partisanes des activités de prédication, devenant ainsi des « partis comme les autres ». Or, ce que montrent les contributions, c’est que la spécialisation est toute relative et encore « inachevée » (à supposer quelle le soit un jour :loin de se traduire par une « séparation rigide » entre religion et politique, entre action partisane et prédication, elle débouche sur une « nouvelle division du travail islamiste », permettant de consolider davantage leur hégémonie sur la société, à l’instar des organisations ouvrières du siècle dernier, dont la fonction tribunitienne était, certes, prise en charge par les partis mais aussi par les organisations sociales qui leur étaient directement liées. Sur ce point, les auteur.e.s posent une vraie question : à force de se délester de leurs activités religieuses, humanitaires et prédicatrices, afin de se conformer aux injonctions de la démocratisation, les partis islamistes ne vont-ils pas perdre de leur influence sociétale au profit des associations et des ONG islamiques(istes), inversant ainsi le rapport de force ? En somme, les partis deviendraient de plus en plus dépendants des organisations de la « société civile islamiste », alors que jusquà présent, cétait plutôt la situation inverse qui prévalait. Cest une hypothèse stimulante qui mériterait dêtre creusée.

8De même, certains papiers nous incitent à repenser le rapport entre idéologie, religion et praxis qui est trop souvent appréhendé de manière « mécaniste » dans les écrits sur l’islam politique, à travers un débat parfois caricatural : les islamistes seraient-ils finalement les seuls acteurs politiques au Maghreb dont les discours, les attitudes et les comportements seraient surdéterminés par leur « idéo-théologie » ? Ou bien, au contraire, faut-il postuler une autonomie entre la sphère des conceptions religieuses et la sphère du politique, avec au passage une bonne dose d’opportunisme ? Encore une fois, plutôt que de céder à la thèse du « double discours » ou, à celle de l’autonomie totale entre religion et politique, les articles du dossier ont plutôt tendance à souligner les interactions, les interrelations et les imbrications permanentes entre ces différents champs ou pour le formuler autrement : comment les conceptions religieuses des islamistes se reconstruisent à l’épreuve du politique et, inversement, comment leur rapport au politique reste très fortement influencé par leur vision de la « place de la religion » dans la société. En ce sens, les islamistes, en dépit du processus de normalisation partisane observé ces quinze dernières années, restent bien des « acteurs politico-religieux » ou des « acteurs religio-politiques », prétendant réformer politiquement les sociétés du Maghreb au nom de principes moraux et de valeurs religieuses, bien sûr évolutifs en fonction des contextes sociaux et temporels mais qui continuent à s’appuyer sur un « noyau dur identitaire », notamment sur les questions des mœurs et des rapports de genre (code de la famille, statut personnel, héritage, égalité hommes/femmes, homosexualité, etc.). Car ces évolutions « idéo-théologiques » restent également liées à une conception totale du politique, les organisations islamistes étant majoritairement des partis populistes, prétendant parler au nom de « l’âme profonde des peuples ». Sur ce plan, on peut légitimement se demander si les mouvements islamistes dits « réformistes », en dépit de leur adhésion à une « rhétorique démocratisante », ne sont pas les héritiers putatifs des visées populistes des partis uniques de la période autoritaire qui prétendaient parler « au nom du peuple ».

9Un autre mérite des articles du dossier est de ne pas se limiter à l’approche classique des relations entre mouvements islamistes et partis dits « séculiers » mais d’analyser aussi les rapports de coopération, de transaction et de rivalité entre les organisations islamistes elles-mêmes, montrant que le processus d’intégration dans le champ politique et l’adoption du lexique de la « démocratisation » sont très fortement liés aux dynamiques concurrentielles entres les différentes mouvances de l’islam politique (fréristes, salafistes, soufislamistes, etc.). C’est une perspective stimulante qui permet de dépasser la représentation dichotomique du champ politique (islamistes/modernistes), en réintroduisant les enjeux de compétition et de différenciation se jouant au sein même de la nébuleuse islamiste. Se dire « islamo-démocrate », comme l’expriment aujourd’hui les cadres du Parti de la justice et du développement (PJD) au Maroc, du Mouvement de la société pour la Paix (MSP) en Algérie ou du parti Ennahdha en Tunisie, ce n’est pas simplement « faire plaisir » aux partis sécularistes ou « rassurer » les bailleurs de fonds internationaux (Banque mondiale, FMI, Union européenne, etc.), mais c’est aussi tenter de poser les bases d’une nouvelle hégémonie sociale et politique dans des contextes sociaux fragilisés par la violence et la menace terroriste. Sur ce plan, il est intéressant de noter que de nombreux leaders islamistes ont renoncé à s’affirmer comme partisans d’un « islam de rupture » pour se présenter désormais comme les dépositaires légitimes de l’islam sunnite de rite malékite, en filiation avec les traditions religieuses nationales incarnées par les mosquées universités de La Zitouna en Tunisie ou d’Al Qaraouiyyin au Maroc.

10Enfin, il convient de souligner la prouesse des coordinatrices du dossier, Alia Gana et Myriam Aït-Aoudia, de rassembler autour d’elles une équipe de jeunes auteur.e.s et chercheur.e.s issu.e.s des deux rives de la Méditerranée (les noms cités dans la Table des matières en témoignent), maîtrisant souvent l’arabe littéraire et les dialectes locaux, entretenant un rapport fort avec leurs terrains d’enquête et leurs populations d’étude, tout en possédant une solide formation théorique en sciences sociales. Aussi les lecteurs trouveront-ils des articles stimulants tant par la richesse des données empiriques que par les références théoriques. D’ailleurs, les papiers du dossier n’invalident pas totalement la thèse de la « modération » mais ils la traitent davantage comme une « théorie ordinaire », activée par les acteurs islamistes comme registres de justification, et reprise aux mots – et aux maux – par certain-e-s chercheur-e-s qui manquent parfois de distance critique. Sur ce plan, la « modération » constitue une notion de sens commun qui doit d’abord être analysée comme une « production dacteurs » qui trouve ses justifications autant dans les contextes politiques et institutionnels du Temps présent (l’injonction démocratisante à être « modéré ») que dans le patrimoine exégétique islamique (la notion de « juste milieu », wassatiyya, par exemple). Ne jetons donc pas le bébé démocratique avec l’eau du bain islamiste, et prenons au sérieux cette notion de « modération », tout en nous efforçant de restituer ses usages savants et vulgaires, à linstar des auteur.e.s pionnier.ères.s de L’Annuaire de l’Afrique du Nord et de L’Année du Maghreb qui avaient critiqué en leur temps les théories de la transition démocratique (hégémonie de la transitologie), tout en analysant leurs effets sur les acteurs sociaux. À ce sujet, on ne peut que conseiller aux lecteur.rice.s de lire ou relire l’excellent article de Michel Camau, « La transitologie à lépreuve du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord », paru en 1999 dans L’Annuaire de l’Afrique du Nord1. De ce point de vue, ce dossier coordonné par Alia Gana et Myriam Aït-Aoudia poursuit la tradition critique de notre revue et pourrait s’intituler, en faisant un clin d’œil aux analyses de M. Camau : « la modérologie à lépreuve du Maghreb ».

Les varias : encore et toujours une question de « modération » !?

11Cette dialogique intellectuelle, générationnelle et scientifique, qui caractérise la ligne éditoriale de L’Année du Maghreb depuis sa création, nous la retrouvons aussi dans les trois varias du numéro.

12D’abord, avec une contribution à la fois sociologique et juridique de Delphine Perrin qui analyse de manière approfondie les politiques de déchéance de la nationalité en France et dans les pays du Maghreb, montrant qu’elles s’inspirent en partie des politiques européennes mais aussi des héritages juridiques et politiques autochtones : le sécuritarisme et le nationalisme ne sont plus le monopole des États européens mais essaiment aussi de l’autre côté de la Méditerranée, où les conditions d’accès à la nationalité sont devenues restrictives et où la binationalité apparaît de plus en plus suspecte. Sur ce plan, la question du terrorisme a contribué à promouvoir en Europe comme au Maghreb des conceptions de plus en plus frileuses et puristes de la nationalité.

13Repli autoritaire que l’on observe également dans l’évolution du profil du personnel politique et parlementaire, y compris dans la Tunisie post-2011, que l’on présente pourtant comme l’« unique rescapée des printemps arabes ». La contribution de Mohamed Limam, fin observateur de la vie parlementaire tunisienne, tend à montrer la perpétuation d’un « habitus autoritaire » au cœur du processus démocratique. En ce sens, la démocratisation tunisienne reste ambivalente au regard des logiques du recrutement et de la cooptation du personnel politique.

14Enfin, crispations identitaires, contrôles sécuritaires, censures et autocensures que l’on perçoit à travers des pratiques quotidiennes comme les donne à voir l’étude ethnographique de Philippe Chaudat sur les usages de l’alcool dans la ville de Meknès au Maroc. L’auteur montre ainsi que le contexte de « semi-prohibition » ne conduit pas à l’abstinence générale et totale mais plutôt à des pratiques sociales de transgression visant à dissimuler la visibilité de la circulation et de la consommation d’alcool. Là aussi, les usages et les contre-usages de la notion de « modération » trouvent pleinement leur sens, faisant dialoguer les varias avec le thème central du dossier.

15En définitive, nous proposons une nouvelle livraison de L’Année du Maghreb, dont la gestation s’est faite certes dans un contexte particulièrement difficile (protestation contre la loi LPPR, mouvement des « revues en lutte », crise sociale, pandémie, etc.) mais que les lectrices et les lecteurs pourront consommer sans modération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katia Boissevain, Vincent Geisser et Céline Lesourd, « Éditorial : Déconfiner les approches, les esprits et les espaces  », L’Année du Maghreb, 22 | 2020, 3-8.

Référence électronique

Katia Boissevain, Vincent Geisser et Céline Lesourd, « Éditorial : Déconfiner les approches, les esprits et les espaces  », L’Année du Maghreb [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6187 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6187

Haut de page

Auteurs

Katia Boissevain

Directrice de publication, Cnrs, Aix Marseille Univ, Cnrs, Idemec, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Vincent Geisser

Rédacteur en chef adjoint (dossier), Cnrs, Aix Marseille Univ, Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Céline Lesourd

Rédactrice en chef adjointe (varia), Cnrs, CNE, Cnrs/EHESS/Aix Marseille Univ, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search