Navigation – Plan du site
Les partis islamistes ont-ils vraiment changé ? La «modération» au crible des sciences sociales
Les partis islamistes au prisme de la participation : quelle modération ?

Les députés islamistes algériens (2012-2017) : ce que le passage à l’opposition fait à « la modération »

Algerian Islamist deputies (2012-2017):what the move to opposition makes to «moderation»
Belkacem Benzenine
p. 25-40

Résumés

À partir des élections législatives algériennes de 2012, les partis islamistes décident de ne plus faire partie au gouvernement et choisissent le rang de l’opposition. Dans la continuité de la ligne de la modération, les députés islamistes utilisent l’espace parlementaire comme tribune de contestation de l’action gouvernementale. À partir d’un corpus des débats de l’Assemblée nationale algérienne, cet article montre comment les députés islamistes agissent pour défendre leur ligne politique tout en se montrant attachés au principe de la modération.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Entre 1989 janvier 1992, le pouvoir algérien interrompt le processus électoral suite à la victoir (...)
  • 2 . Il obtient 69 sièges sur 339 après avoir été présent dans le premier gouvernement d’Ahmed Ouyahia (...)
  • 3 . En 1989 et 1992, le FIS, bien que légal, ne se considérait pas et n’était pas considéré comme un (...)
  • 4 . Une première analyse a été présentée sur l’évolution des partis islamistes depuis 1989 : Myriam A (...)

1Suite à la reprise du processus électoral en Algérie en 19951, le MSP (Mouvement de la société pour la paix, ex Hamas) intègre la coalition gouvernementale après avoir obtenu la deuxième place à l’APN (Assemblée nationale populaire) lors des élections législatives de 19972. Deux ans plus tard, un autre parti islamiste, Nahda, renforce l’alliance présidentielle menée par Abdelaziz Bouteflika qui est déjà appuyée par les deux principaux partis au pouvoir, le FLN (Front de libération nationale) et RND (Rassemblement national démocratique). Cette intégration de partis islamistes au plus haut niveau institutionnel est inédite dans l’histoire du pays. De 1997 à 2012, l’intégration des partis islamistes dans le gouvernement s’inscrit sous le signe de la « modération » (i’tidal) et du « juste milieu » (wasatiya), selon les termes des leaders des partis eux-mêmes. Cette nouvelle orientation tranche nettement avec le programme des trois partis islamistes reconnus dans la période qui a suivi l’instauration du pluralisme partisan en Algérie en 1989 après 27 ans de parti unique : le FIS, dissous en 1992, le Hamas qui devient le MSP en 1997 et Nahda dont vont naître le MNR en 1999 puis Adala en 20123. Les partis islamistes légalisés à partir du milieu des années 1990 modifient largement leur rapport à la politique : l’affirmation de modération signifie pour eux, nous y reviendrons, notamment le rejet explicite et ferme de toute forme de violence comme moyen d’arriver au pouvoir et la participation aux élections comme unique moyen de défense de leurs programmes. La revendication d’un État islamique (dawla islamiya) qui était au cœur de leur premier engagement est remplacée par « l’accomplissement de la construction de l’État algérien, démocratique et social, souverain dans le cadre des principes islamiques par l’alternance et les outils démocratiques »4. Les partis Nahda et Islah adoptent presque la même formule qui fait référence à la proclamation du 1er novembre 1954.

2Paradoxalement, tout en participant à la coalition gouvernementale, ils ne cessent de dénoncer les pratiques de fraude qui minimisent leur force électorale. Il s’agit alors de montrer à la fois à leur électorat qu’ils sont conscients des manquements du pouvoir quant à l’équité électorale et qu’ils se saisissent de la possibilité d’agir concrètement pour la population en appliquant leur programme.

  • 5 . Ces divisons ont commencé dès 1999. Deux partis sont issus du Nahda (le MRN en janvier 1999, puis (...)
  • 6 . Le Pôle des forces pour le changement a été créé en avril 2014 par des acteurs politiques, person (...)

3À l’occasion de l’élection législative de 2012, trois partis islamistes (MSP, Nahda et Islah) ont présenté des listes communes sous l’appellation Alliance de l’Algérie Verte. Celle-ci obtient la troisième place avec 47 sièges. Mais ces partis islamistes décident de ne pas intégrer la coalition gouvernementale. Ils sont donc désormais dans l’opposition, comme le parti Adala qui obtient sept sièges. Ce retournement, inédit depuis la reprise du processus électoral en 1995, accentue les divisions internes et aboutit à une forte fragmentation des partis islamistes5. Leur adhésion à ce qu’ils appellent le « Pôle des forces de changement » en 20146 renforce cette nouvelle orientation. Au cours de cette période marquée par des tensions politiques majeures au sein du pouvoir (dues en partie à la maladie grave du chef de l’État), ce nouveau positionnement contestataire inédit se manifeste à deux niveaux : d’une part, au sein de leurs instances internes qui s’adressent tant aux militants qu’à l’opinion publique ; d’autre part, au sein du parlement qui constitue « le lieu par excellence du débat politique » (Landowski, 1977). Après une expérience d’intégration gouvernementale, il s’agit de comprendre pourquoi et comment ces partis ont choisi l’opposition tout en maintenant un discours fondé sur la notion de modération. Autrement dit, la façon dont ils envisagent la « modération » et le « juste milieu » connaît-elle des changements par rapport à la période précédente ? Définie dans la littérature anglo-saxonne comme le « passage d’une vision du monde relativement fermée et rigide à une vision plus ouverte et tolérante des perspectives alternatives » (Schwedler, 2006, p. 3), la modération caractériserait la totalité des partis islamistes légaux.

  • 7 . Bien que légal, le FIS prônant l’instauration d’un État islamique et l’application de la charia n (...)

4S’agissant du cas algérien, la littérature est, dans cette perspective, quasi-unanime pour caractériser les partis islamistes comme étant désormais « modérés » et « pragmatiques ». Ainsi, les partis islamistes (MSP et MNR) défendent « un islamisme domestiqué appâté par les fonctions de ministres, de députés ou de maires » (Addi, 2006), autrement dit une intégration fondée sur un clientélisme partisan. Pour A. Tazaghart, le pouvoir a utilisé les partis islamistes pour « se légitimer » après sa guerre contre l’islamisme violent ; la modération des partis islamistes leur a permis surtout de « détrôner le FIS7» et de gagner les voix de ses sympathisants (Tazaghart, 2003).

5Pourtant, comme le montrent les résultats des élections depuis 1997, les partis islamistes ne paraissent pas en mesure de recréer l’euphorie et l’enthousiasme du FIS (Martinez, 2003, p. 10). En l’absence du FIS, le pouvoir œuvre à instaurer « une assise électorale islamiste qui soit suffisamment crédible pour réduire les bases sociales du jihad et conforter les intégristes dans leurs choix de l’intégration » (Hachemaoui, 2003, p. 43). Le MSP est ainsi souvent présenté comme modéré en comparaison par exemple avec le mouvement Nahda et le MNR (avant que le président et fondateur Abdallah Djaballah ne soit évincé de ces deux formations) et du parti Front de la Justice du Développement (Adala) (sous la présidence de Djallabah depuis 2012). L’échelle de la modération consiste donc ici à participer aux élections, mais pas au gouvernement pour ne pas cautionner les orientations du pouvoir qui choisit quel parti sera coopté (Boubekeur, 2008).Un travail plus récent montre par ailleurs que le « processus de cooptation et de modération des partis islamistes[…] a conduit à l’émergence de profondes fractures internes dans le camp islamiste, avec l’encouragement implicite du régime », concluant que cette orientation ne pourrait constituer « une alternative à l’ordre politique existant » (Lounnas, 2016). On le voit, ces travaux se fixent davantage sur le pouvoir que sur les partis islamistes eux-mêmes qui sont, in fine, davantage considérés comme des sujets manipulés que comme des acteurs qui jouissent de réelles marges de manœuvre.

6Or plusieurs éléments nous incitent à repenser les stratégies de ces partis, notamment depuis 2012. Analysant leur entrée dans l’opposition en 2012, A. Djabi considère ainsi que les partis islamistes n’ont pas réussi à « rejoindre la vague des protestations » du printemps arabe (Djabi, 2012, p. 16), ce qui les aurait conduits à revoir leur stratégie après 2011. Le cas des partis islamistes algériens serait donc révélateur des « contradictions des partis islamistes quant à la nature de leurs rapports aux régimes autoritaires qui oscillent constamment entre acceptation de la contrainte et tentatives pour en limiter les coûts du point de vue pratique » (Seniguer, 2012, p. 67). C. Zhang, dans une approche comparative entre deux partis islamistes arabes, le MSP algérien et le mouvement Ennahdha tunisien, adopte une perspective plus large en inscrivant la mobilisation des partis islamistes et leurs rapports au pouvoir dans le cadre des mouvements sociaux qui caractérisent les pays arabes ces dernières années (Zhang, 2019, p. 271). Dans le contexte qui nous intéresse ici, il convient de tenir compte de l’évolution des positions des partis islamistes quant aux questions du pluralisme et de l’égalité des sexes. Si certaines analyses estiment, par exemple, que le respect de la femme témoigne de la modération de partis comme le MSP (Zoubir, 1996), notre analyse des débats parlementaires montre que leur discours à l’égard des femmes est loin d’être ainsi tranchée.

7Si ces travaux mettent donc en exergue la nouvelle orientation des partis islamistes – accentuation sur la « modération » de leur engagement –, ils présentent néanmoins quelques faiblesses. Ils n’accordent pas suffisamment d’intérêt à la diversité des formes d’expression de la modération (aux niveaux des militants de base et des élus) et s’appuient principalement sur le discours des leaders reportés dans la presse. Ainsi, rares sont les travaux traitant du changement dans leur stratégie après 2012. La plupart reposent sur des sources secondaires et font plus référence à l’intégration comme résultante des jeux et enjeux des rapports du pouvoir qu’à l’usage que font ces partis des normes religieuses pour justifier leurs comportements. Ces travaux accordent par ailleurs un intérêt quasi-exclusif au MSP (qui constitue le courant des Frères musulmans en Algérie), or au moins sept partis islamistes ont été agréés entre 2012 et 2017, dont cinq sont représentés à l’APN. Le MSP, ne peut donc être étudié dans le contexte de la compétition partisane sans lien avec les autres partis islamistes, comme le montre l’alliance formée durant cette législature et les dissidences au sein du parti.

  • 8 . Les députés ont adressé 884 questions orales au gouvernement, dont 399 ont fait l’objet de répons (...)

8Pour ces raisons, nous souhaitons situer la question de la modération des partis islamistes et leur intégration sous l’angle de leur action parlementaire, en nous intéressant plus particulièrement aux débats parlementaires suivant les législatives de 2012. Ces derniers permettent d’observer les comportements des députés et leur langage politique dans une arène bien spécifique (Rosenberg, 2014) et de saisir l’argumentation des islamistes quant à leur positionnement « modérée » et du « juste milieu » dans une perspective compréhensive. Ils constituent une entrée encore inexplorée pour appréhender les usages de la notion de modération. Diffusés à la télévision (souvent en direct), ils constituent une tribune originale permettant aux députés de développer et justifier leurs positions auprès de publics variés : les autres partis représentés au parlement, tant islamistes que non islamistes, dans l’opposition ou dans la coalition gouvernementale ; leur électorat ; le pouvoir en place ; et les médias. La « surpolitisation » des débats parlementaires, comprise ici dans le sens d’« une amplification des oppositions partisanes sur des scènes symboliques majeures qui dépassent le sujet en cause » (Lascoumes, 2009, p. 461), donne aussi un aperçu de la portée et les logiques d’action des partis islamistes. Durant cette législature (2012-2017), 58 lois ont été adoptées, dont trois organiques8.Le nombre des questions orales et écrites émanant de députés islamistes lors des débats parlementaires montre que leur activité est bien supérieure que lorsqu’ils étaient intégrés à la coalition présidentielle et qu’elle se fonde le plus souvent sur une dimension morale et/ou religieuse, qu’il s’agisse des thèmes de la justice, de l’éducation, de la politique étrangère, des jeunes ou du développement.

9Notre travail s’appuie principalement sur un corpus des débats de l’Assemblée nationale algérienne (APN), chambre basse du parlement algérien pour la 7e législature (2012-2017) et sur les prises de positions des partis islamistes. Les débats parlementaires représentant 35 volumes (tous en langue arabe), nous avons fait le choix de sélectionner des textes qui ont suscité de vives discussions engageant les députés islamistes et portant sur les questions dites de société et/ou qui traitent d’une façon ou d’une autre de la religion.

10Pour comprendre comment les partis islamistes font usage de l’espace parlementaire pour se positionner dans l’opposition, nous nous intéresserons dans un premier temps aux raisons de cette transformation politique et de l’usage que ces partis font de l’action parlementaire. Dans un second temps, nous étudierons comment la référence à la religion est convoquée lors des débats parlementaires tout en maintenant une ligne politique qui consiste à ne pas être dans une opposition systémique.

L’espace parlementaire comme tribune de contestation

11En tant que processus (Schwedler, 2011, p. 352), la modération des partis islamistes s’est développée dans les pays arabes dans des contextes différents. Liée à la conjoncture nationale et internationale, aux pressions exercées par le régime et aux avantages souhaités ou attendus et aux attitudes des militants, les positions des partis islamistes algériens apparaissent, tout au long de l’expérience du pluralisme, complexes et mouvementées, comme en témoignent les déstabilisations et les divisions qui ont marqué ces partis depuis 1999, notamment au sujet de la ligne à adopter dans leur intégration institutionnelle.

12Un député de l’Alliance Algérie Verte est ainsi allé jusqu’à proposer en fin de mandat d’associer au pouvoir des personnalités comme Ahmed Benbitour (ancien Premier ministre et sans étiquette politique) et Abderrazak Mokri (président du MSP qui a pourtant fait sécession) considérés comme étant « propres et honnêtes » (J.D. 2017, n°255, p. 59). Ces considérations laissent penser qu’il existe entre la ligne du parti représenté par son président et les députés un partage des rôles qui consiste au final à présenter le parti comme étant conciliant et capable de compromis. Cela confirme l’idée selon laquelle « les islamistes, à tort ou à raison, font office d’hommes de la situation qui trouvent les mots pour rassurer » (Seniguer, 2012, p. 84).

Les difficultés de se positionner dans l’opposition

13En 2012, malgré leurs menaces de présenter un rapport prouvant le trucage les élections législatives en leur défaveur et de se retirer de l’Assemblée élue, les partis islamistes font tous le choix de siéger à l’APN. Pour justifier cette position, le bureau exécutif de MSP avance l’argument de la modération, déclarant que « l’opposition que nous adoptons est basée sur la modération (i’tidal) et le juste milieu (wasatiya), pour servir notre patrie et affronter les défis en œuvrant pour la promotion du rôle de l’opposition politique pacifique comme moyen de développement et de stabilité de la société » (communiqué du bureau exécutif, 24 mai 2012).

  • 9 . A. Djaballah : « L’exclusion des islamistes n’est pas la stabilité ». http://www.qudspress.com/in (...)
  • 10 . Sur le site web du parti, le mot I’tidal revient dans 46 pages et est cité 119 fois.

14Cette justification de la modération repose avant tout sur un propos très général. Pour le MSP, le mérite de constituer une « école de la modération et du juste milieu » est attribué au fondateur du parti, Mahfoud Nahnah. Comme nous pouvons le constater dans la littérature du parti, la modération se veut une constance dans sa ligne de conduite, justifiée par la « crainte de la chaise vide », la « recherche d’un espace qui réunit les différents acteurs de la vie politique », « la participation positive et pacifique pour le changement » et le souhait d’être « un rempart contre la violence ». Il s’agit donc d’affirmer la volonté d’accéder au pouvoir légalement et de façon non-violente. Pour Abdallah Djabbalh, tous les pays arabes ont besoin d’un « courant islamiste du juste milieu9 », le seul capable, selon lui, de « rassembler les différentes composantes politiques et idéelles10 ». On peut cependant s’interroger sur la mise en pratique concrète de cette position dans une situation inédite d’opposition parlementaire.

  • 11 . Les affaires de Sonatrach (société pétrolière algérienne) déclenchées en 2010 sont liées à des ac (...)

15En effet, la législature 2012-2017 commence dans un contexte politique, social et économique particulier. La maladie du président Bouteflika, les scandales liés à la corruption (affaires de Sonatrach et de l’autoroute11), la chute des recettes des hydrocarbures à partir de 2015 et la montée des mouvements de protestations sociales, auxquels s’ajoute l’action du gouvernement, très contestée, ont alimenté vivement les débats parlementaires. Les partis islamistes affichent nettement, dès la première séance, leur ligne d’opposition en refusant de siéger dans la commission de validation des mandats des députés et d’adopter son rapport, comme le prévoit le règlement intérieur de l’APN. Ils refusent également de prendre part à l’élection du président de l’Assemblée populaire nationale, laquelle n’est en réalité qu’une formalité, puisque sa nomination émane de présidence de la République. Les députés de l’AAV utilisent de même dans un premier temps, les espaces de l’APN pour protester contre la fraude. Ils pratiquent la politique de la chaise vide tout en siégeant au parlement, ce qui montre les difficultés, en situation inédite d’opposition parlementaire, d’appliquer les principes fixés en amont.

16La composition du nouveau gouvernement n’est annoncée que le 4 septembre 2012, soit quatre mois après les législatives. Bien que les islamistes aient affirmé qu’ils ne participeraient pas au gouvernement issu de ce scrutin, deux ministres faisant partie du MSP y sont présents. Il s’agit de Amar Ghoul, député du même parti depuis 1997 et membre au gouvernement depuis 2002, et de Mustapha Benbada, député depuis 1997 et deux fois ministres. Les deux cadres du MSP sont reconduits dans leurs postes ministériels, respectivement les Transports et le Commerce. À ces deux ministres s’ajoute Bachir Messaitfa, nommé secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Prospective et des Statistiques, qui n’était pas dans les instances de décision du MSP mais est cité par le président du parti comme étant un des leurs.

  • 12 . En 2017, le Front du changement s’auto-dissout pour fusionner avec le parti mère, le MSP.

17La non-participation de l’AAV au gouvernement a des répercussions, au sein du MSP notamment. Amar Ghoul, élu pourtant sous cette étiquette, et plusieurs fois ministre, crée très vite sa propre formation, Tajamu’ Amel Al Djazair (TAJ) dont il veut faire l’incarnation de la modération. En prônant un discours qu’il qualifie de « nationaliste » et de « moderne », le parti TAJ se dissocie de l’islam politique du MSP au point de ne pas se considérer comme parti islamiste mais comme « une formation qui reflète toute la société algérienne » (L’Expression, 1er août 2012). Du MSP nait également le Front du Changement en février 2012. De ce dernier émerge en mars 2014 le Mouvement al Binaa el Watani12. Le choix de se positionner dans l’opposition suscite ainsi une fragmentation inédite des partis islamistes et montre toute la difficulté à concilier opposition à l’exécutif et ligne de « modération » proclamée depuis une quinzaine d’années. Plus généralement, le passage d’une intégration au gouvernement (depuis 1997) à l’opposition en 2012 révèle une concurrence pour définir ce que doit être la « modération » et le « juste milieu ».

Les ambivalences de l’action parlementaire des islamistes

  • 13 . Loi n° 15-12. Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire (JORADP), n° (...)
  • 14 . Loi n° 15 -01. JORADP, n° 01, 7 janvier 2015, pp. 6-7.

18Les députés islamistes ont une action parlementaire (débats et questions orales) que l’on peut qualifier d’ « offensive » et qui tranche avec les précédentes législatures. Ils utilisent pour la première fois l’arène parlementaire pour exercer une fonction tribunicienne (Lavau, 1969) qui consiste à se constituer comme les porte-parole des mécontentements populaires. Dès la première session parlementaire qui commence en juillet 2012, ils se mobilisent pour contester l’action du gouvernement dans l’hémicycle, faisant face à deux partis dominants au cœur de la coalition gouvernementale, le FLN et le RND, soutenus par le nouveau parti TAJ, dissident du MSP. On ne saurait évoquer ici toutes les actions des députés islamistes ni tous les débats auxquels ils ont pris part tant ils sont nombreux. Nous soulignerons quelques actions parmi les plus significatives de leurs attitudes et prises de position durant cette législature. Notre analyse sera axée sur la loi relative à la protection de l’enfance13 et la loi sur la création d’un fonds de pension alimentaire au profit des femmes divorcées ayant la garde de leurs enfants14.

19Les députés islamistes adoptent la distinction traditionnelle entre partis de la majorité et partis de l’opposition, mais avec modération puisqu’ils ne s’opposent pas systématiquement à tous les projets de loi présentés par le gouvernement. Ils s’efforcent lors de chaque débat à montrer que le chemin suivi par le gouvernement ne convient pas aux « aspirations du peuple », notamment pour ce qui a trait au religieux. Les députés islamistes s’associent à l’inverse à la majorité sur un sujet principal : la politique étrangère. Ils saluent par exemple « la position de l’Algérie refusant toute ingérence étrangère dans les affaires du pays, mais aussi dans les affaires des pays voisins comme le Mali et la Libye ». Ils ne manquent pas aussi de saluer « les efforts de l’Armée » dans la protection des frontières (Journal des débats de l’APN, n° 4 et 5, 2012).

20Les députés islamistes n’agissent cependant pas de façon uniforme. Les députés du MSP, dont le parti a déjà été dans l’alliance gouvernementale, apparait plus modéré dans ses critiques. Quant aux députés d’Adala qui n’ont fait partie d’aucun gouvernement, leurs interventions étaient plutôt sévères, alors même que lors de la précampagne électorale pour les législatives, Abdallah Djaballah, chef du parti, s’était dit prêt à intégrer un gouvernement de coalition en cas de la victoire du parti (Interview dans Echchourk, 28 mars 2012).

21Lors de la session parlementaire consacrée au programme du gouvernement Sellal, le 25 septembre 2012, les interventions des députés islamistes sont axées sur trois points.

22Le premier a trait au contexte politique d’une manière générale, dans lequel ils dénoncent la fraude électorale et la politique du gouvernement dans la gestion des affaires publiques en rappelant les scandales de l’autoroute et de la Sonatrach.

23Le deuxième concerne le programme lui-même : en soulignant certaines lacunes et l’absence de rupture avec les politiques antérieures, ils souhaitent se montrer à la hauteur de leur nouveau rôle de contrôle de l’action gouvernementale. Ils appellent à prendre en considération les besoins des citoyens et à améliorer leurs conditions de vie. De même, ils interpellent le gouvernement sur des questions d’ordre général comme la diversification des exportations, sur des questions qui relèvent des problèmes quotidiens des Algériens ou sur des sujets qui peuvent paraitre anecdotiques comme le manque de considération envers l’apiculture, comme le fait le député Rachid Kaloun (AAV), en se référant au Coran.

24Le troisième consiste en la volonté des députés d’agir en tant que représentants de leurs électeurs à l’échelle locale, reprenant la position classique dans les régimes démocratiques d’ « apporter aux électeurs la preuve de leur sensibilité à leurs intérêts ou de leur promptitude à réagir à leurs sollicitations » (Costa, 2002, p. 200). Autrement dit, même dans un régime autoritaire, le travail parlementaire se veut attentif aux attentes de la population et le gouvernement se montre respectueux des règles du jeu parlementaire qui prend forme d’une orientation « vers la légitimité populaire en tant que source de leur droit à gouverner, ce qui implique le recours à l’expression continuelle de l’assentiment du peuple au travers d’une institution qui en est le garant, » (Ferrié et Dupret, 2008, p. 254).

25Les exemples sont nombreux et divers ; ainsi un député du MSP, en plein débat sur la loi des finances de 2015, interpelle le gouvernement pour la prise en charge d’un enfant de sa circonscription électorale souffrant d’une maladie grave (J.D, n°255, 2015, p. 23).

  • 15 . Ces dernières années un discours très négatif s’est propagé sur les réseaux sociaux et dans certa (...)
  • 16 . http://hmsalgeria.net/ar consulté le 08 septembre 2019
  • 17 . Toutes les citations des députés sont de notre traduction (de l’arabe vers le français)

26Les députés islamistes semblent aussi soucieux de redorer l’image dégradée des députés auprès de la population15. Le groupe parlementaire AAV propose ainsi à la fin du mandat (2017) de réduire les indemnités parlementaires des députés à 20 %. Surenchérissant, M. Mokri, chef du parti MSP, demande aux députés de renoncer à leur prime de fin de mandat pour « soutenir le trésor public dans un moment de crise économique », « donner confiance aux Algériens et ne pas faire subir à eux seuls les affres de l’austérité », et « donner l’exemple aux gouvernement16 ». Qu’il s’agisse d’une proposition populiste ou d’une confirmation de probité, les partis islamistes s’efforcent de montrer qu’ils s’inscrivent dans une ligne de modération politique qui s’attache aux vertus de la démocratie et de la transparence et, de surcroit, aux valeurs sociales et religieuses des Algériens. C’est ainsi qu’ils interpellent le gouvernement pour la réalisation de projets de développement, la construction d’un hôpital, d’une route ou d’un établissement scolaire ou universitaire. Le député Lakhdar Benkhellaf, du parti Adala, s’attaque au pouvoir en estimant que « le conflit est la seule valeur politique qui domine au pays, faisant ainsi ses malheurs. Et chaque conflit conduit in fine à un conflit résolu par la force dans lequel ne sont respectées ni la volonté populaire, ni la souveraineté de la loi, ni les valeurs de la république17 » (J.D., 2015, n°5, p. 23). Ces positions illustrent la volonté de se faire porteur d’un discours d’apaisement défendu tout en accusant le gouvernement de violer les lois et de choisir la force dans ses politiques et orientations.

27Dans le même sens, la députée Meriem Derrahi, du parti Adala, considère que débattre du programme du gouvernement « n’a pas un grand intérêt parce qu’il est marqué de généralité et platitudes. Il manque de profondeur et des détails nécessaires et n’évoque que rarement les chiffres précis des montants des projets à réaliser et les délais nécessaires pour le faire […]. » Discuter du programme du gouvernement serait dès lors « en contradiction avec les aspirations du peuple algérien à réaliser le changement voulu et la rupture avec les anciennes pratiques révolues et les politiques défaillantes… » (J. D., 2012, n°23, p. 24).

28Au-delà, les interventions des députés sont consacrées aux réformes jugées « insuffisantes », ou incompatibles avec les réalités politiques et sociales. Ils appellent de même à créer des relations de confiance entre gouvernés et gouvernants (Khalifa Hadjira, J. D., 2012, n°23, p. 6). Ces débats confirment la ligne de démarcation entre l’action du gouvernement et les idées des partis islamistes, mais d’une façon paradoxale : le MSP, malgré ses vives critiques envers les différentes réformes lors des débats parlementaires, joue la « modération » en ne s’opposant pas lors du vote.

  • 18 . « L’acte de fondation d’une institution charitable, d’où l’institution elle-même. Le synonyme, ut (...)

29Dans le registre religieux, les députés affichent leur activité parlementaire par l’appel au gouvernement à prendre les mesures nécessaires dans les domaines des pratiques religieuses, de l’éducation spirituelle et de la gestion des wafqs18. La députée Meriem Derrahi reproche ainsi au gouvernement de ne pas s’investir autant dans le secteur des affaires religieuses que dans les autres services publics et juge qu’il n’investit pas suffisamment dans la construction des mosquées (J.D., 2015, n°5, p. 24-25). D’autres députés interpellent le gouvernement pour que ce dernier prenne position contre les campagnes d’attaque contre le Prophète (suite notamment aux caricatures de Charlie Hebdo). L’épisode des caricatures leur donne plus généralement l’occasion d’utiliser l’arène parlementaire pour se montrer solidaires avec les musulmans « victimes d’un discours haineux et racial (J.D., 2015, n°6, p. 26). ». Les députés islamistes cherchent ainsi à se montrer respectueux des valeurs culturelles et sociales des Algériens quand il est question de la famille, de la femme et de l’enfance.

30Parallèlement, malgré les fortes critiques qu’ils formulent contre le pouvoir exécutif à partir de 2012, les députés islamistes se veulent modérés, affichant leur respect des règles du jeu démocratique – répondant ainsi aux exigences de l’Occident - et se montrant conciliants avec l’exécutif au moment du vote des lois.

La modération comme accommodement partiel

31Si les débats parlementaires montrent que les partis islamistes ne cessent de maintenir le discours de la modération, leur rhétorique devient de plus en plus critique s’agissant des questions qui relèvent de la société, et notamment pour ce qui a trait à l’éducation, aux femmes, à la famille, l’identité à la place de la religion. C’est le cas aussi lorsqu’il s’agit de la lutte contre la corruption, de la transparence et de la rationalisation des dépenses. Ils agissent ainsi avec une surpolitisation idéologique en mettant en exergue l’article 2 la Constitution (« L’islam est la religion de l’État ») pour se présenter comme les défenseurs des valeurs religieuses de la société.

32Aussi, pour puiser dans le vocabulaire bourdieusien, font-ils de la représentation une « action symbolique » en voulant s’ériger en représentants d’un groupe (Bourdieu, 1984, p. 49), à savoir le peuple algérien, présenté comme marginalisé sur le plan social et aliéné sur le plan culturel. Cette représentation symbolique ressort de leurs interventions parlementaires et de leurs prises de positions avec les militants et sur les réseaux sociaux. Se considérant comme l’incarnation d’une modération politique respectueuse des valeurs du peuple (qui ne peuvent être que conformes aux valeurs de l’islam dans la littérature de ces partis), ces députés montrent qu’ils s’inscrivent dans une perspective d’inclusion dans le jeu politique et une participation entière dans leur rôle constitutionnel, bien qu’ils s’affichent comme entièrement opposés à la politique du gouvernement depuis 2012. À l’instar des islamistes des autres pays, ils cherchent une « reconnaissance juridique et politique » […] « en tant qu’acteurs politiques ou candidats électoraux, soumis aux mêmes règles que les autres acteurs politiques » (Brocker et Künkler, 2013, p. 176).

Femmes et famille : les enjeux d’un débat controversé

33Les partis islamistes veulent se montrer soucieux de la justice sociale qui doit être portée comme principe sans qu’il y’ait focalisation sur un groupe ou une catégorie sociale. C’est pourquoi leurs propositions d’amendement portent l’idée de la justice en tant que réponse aux besoins de la société et non pas comme une question concernant exclusivement les femmes divorcées. Ils se montrent soucieux de préserver la cohésion sociale et la solidarité et ce au nom des valeurs sociales et normes islamiques auxquelles ils s’attachent.

34Probablement parce qu’ils sont désormais dans l’opposition, la commission juridique a systématiquement rejeté les modifications et proposition des députés islamistes.

35Lors de la discussion du projet de loi sur la création d’un Fonds de pension alimentaire au profit des femmes divorcées ayant la garde de leurs enfants, présenté par le gouvernement en novembre 2014, les députés islamistes se montrent sensibles à la condition des femmes. Ils évoquent la question de leur sous-représentation et demandent plus d’investissement social de la part de l’État pour améliorer leur situation, notamment dans les villes intérieures et dans le Sud. Néanmoins, ils interpellent le gouvernement au motif que toute réforme doit se faire dans le cadre des valeurs culturelles et sociales et des normes de la charia (tantôt par une simple invocation, tantôt par une identification à certaines normes précises). Leur discours reprend les fondements même de l’islamisme. Ils sont ainsi nombreux à intervenir dans les débats d’une façon très critique et très affirmée, en accusant par exemple le gouvernement de suivre la voie de « l’occidentalisation » et d’obéir aux recommandations des traités et conventions des Nations Unies et des ONG (J.D., 2015, n°62, p. 4-5). Les députés islamistes agissent comme les gardiens des valeurs de la société algérienne et les défenseurs des intérêts de la cohésion familiale. Leurs arguments rappellent les débats sur la réforme du Code de la famille en 2005, auquel ils s’étaient fortement opposés en évoquant à la fois les valeurs nationales et les valeurs religieuses, les premières consistant à agir conformément aux principes de la Révolution algérienne en toute souveraineté, les secondes à être fidèles aux dogmes islamiques qui régissent la sphère familiale.

36Un exemple peut être donné avec le projet de loi sur le divorce. Pour la députée du Adala Meriem Derrahi, ce projet n’est qu’un « bricolage » et d’une injustice sociale qui oublie les veuves et les personnes qui vivent dans le besoin (J.D., 2014, n° 135, p. 14). C’est ce qu’affirme également la députée Zohra Khaldi pour qui le projet de loi « exclut d’autres catégories sociales du soutien de l’État » (p. 35). Pour donner à la loi une interprétation conforme à leurs idéaux, l’intervention des députés se focalisent sur la stabilité de la famille. Pour ces derniers, le gouvernement emprunte « une fausse piste » puisque cela conduirait certaines femmes à abuser de leur droit du Khol’ (le divorce à la demande de la femme par compensation versée à l’époux), ce qui ferait plus de victimes parmi les enfants (Fatima Zohra Bounar, J.D. 2014, n° 135, p. 25), stigmatisant ainsi les femmes divorcées. Un autre député, Faysal Hachemi de l’AAV, estime que cette loi conduirait à l’augmentation du célibat et des relations extraconjugales et que ce fonds risque de devenir « un facteur de désacralisation du lien conjugal » (Ibidem, p. 30). La morale islamique est souvent convoquée au préalable pour justifier ces prises de position. En 2012, si les partis islamistes ont décidé de ne pas être dans le gouvernement, les réactions des députés, prenant souvent forme d’interpellations, illustrent l’expression d’un durcissement issue en partie de l’impossibilité d’influencer les politiques publiques, de peser dans les orientations économiques du gouvernement ou même d’agir au parlement en tant que groupe de pression politique.

  • 19 . Dans les exposés de motifs, la députée convoque des arguments religieux et scientifiques. Elle s’ (...)
  • 20 . Comme la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’é (...)

37Les députés islamistes et les chefs des partis rappellent également que le MSP a proposé dans un amendement lors du débat sur la loi des finances de 2013 de créer un fonds de soutien aux femmes divorcées, aux femmes au foyer et aux nécessiteux d’une manière générale, mais que les deux partis de la majorité, FLN et RND, l’ont refusé. Un projet d’amendement de la loi relative à la sécurité sociale présenté en 2015 par la députée Belkeniche Salima, également du MSP, visant à prolonger le congé de maternité de 14 à 24 semaines, a de même été refusé par le bureau de l’APN19. Ces interventions sont justifiées par l’éthique de responsabilité, les valeurs de la société et la défense de la cohésion sociale et familiale. La députée Nora Kherbouche, de l’AAV, appelle ainsi le gouvernement à retirer le projet de loi. Lors de la même intervention, elle critique le pouvoir pour n’avoir accordé que quatre postes ministériels aux femmes dans le gouvernement d’Abdelmalek Sellal (nommé le 14 mai 2014). Les députés islamistes mettent ainsi en avant les spécificités culturelles de la société algérienne pour s’opposer à certaines conventions internationales20 (J. D., 2015, n° 179). Comme pour le mouvement Ennahadha en Tunisie, ces partis sont plus favorables à l’égalité dans la sphère politique que dans la sphère privée et se montrent prêts à tolérer l’intégration des femmes dans la sphère économique.

« Valeurs » et « limites » de la modération : la défense des spécificités de la société algérienne

  • 21 . Discours prononcé lors de la cérémonie de la journée mondiale de la femme (8 mars 2018) http://is (...)

38De façon paradoxale, malgré leurs critiques au sein du parlement et la campagne médiatique menée lors des activités locales des partis et sur les réseaux sociaux, les partis islamistes ne se sont pas opposés à loi sur le fonds de pension alimentaire pour les femmes divorcées (qui a été adoptée à l’unanimité en novembre 2014). Quant à la loi sur la protection de l’enfance, débattue au parlement en mai 2015, ils boycottent la séance du vote au prétexte que le quorum n’est pas atteint. C’est aussi l’occasion pour les deux groupes parlementaires de dénoncer ce qui est à leurs yeux une double dérive du gouvernement. La première touche l’aspect social et culturel, la loi votée étant dénoncée comme contraire aux valeurs de la société algérienne. La seconde est relative aux principes démocratiques, puisque le gouvernement a fait voter une loi en dehors des règles constitutionnelles. En ne votant pas contre une loi qui accorde aux femmes divorcées les moyens de survivre, alors mêmes qu’ils l’ont fortement critiqués, les députés islamistes ont, en effet, souhaité montrer leur modération et leur sens du compromis et éviter ainsi les critiques des autres partis, du gouvernement et des médias. Pour Filali Ghouini, député et président du MRN, « cette loi doit être élargie pour concerner les femmes aux foyer habitant dans des régions isolées, faisant face à des conditions économiques difficiles ou subissant des traitements sous l’influences des idées radicales ou non conformes à dignité que préserve la religion21 ». Il s’agit donc de porter assistance à l’ensemble des femmes en situation de précarité et ne pas isoler les femmes divorcées comme une catégorie à part. Cet élargissement leur permet ainsi de se conformer à leur programme tout en faisant montre d’un sens du compromis, selon leur conception de la modération et du juste milieu. En somme, les questions qui se posent dans les débats parlementaires font référence à la religion et aux valeurs culturelles telles qu’elles sont conçues dans leurs programmes. Ils font donc usage de modération en ne votant pas contre, tout en essayant à chaque occasion d’exposer des arguments critiques.

39Les comportements de modération des partis islamistes algériens ne semblent donc pas très différenciés d’autres pays comme le Maroc et la Tunisie. Il s’agit bien, comme le remarque G. Tezcür, d’une adaptation aux stratégies électorales et d’une conciliation qui évite la confrontation en choisissant les débats pacifiques (Tezcür, 2011, p. 10). Cela nous renvoie à une pratique générale dans les stratégies des partis islamistes, dont les débats les plus intenses ne portent généralement pas sur la « modération », mais plutôt sur la mesure dans laquelle un mouvement doit s’engager sur une voie politique (Brown, 2012, p. 6).

Conclusion

40L’opposition islamiste entre 2012 et 2017 a été marquée par une surpolitisation parlementaire due en partie au contexte sociopolitique. Tout en se positionnant dans la ligne de la modération par l’acceptation des règles du jeu politique, les partis islamistes au parlement agissent dans le cadre d’une inclusion contrôlée par le pouvoir. Dans cet article nous avons montré comment les députés islamistes se sont mobilisés au parlement pour se confronte rau gouvernement algérien et s’afficher comme des partis engagés à défendre les intérêts des citoyens. Mettant en avant la place de la religion dans la société lors des débats parlementaires, les partis islamistes se placent comme les gardiens des valeurs et normes islamiques. Si l’idée d’instauration d’un État islamique n’est pas expressément évoquée (d’autant que la loi organique relative aux partis politique l’interdit), il n’en demeure pas moins que ces députés, par leurs interventions, contribuent à la confusion entre les sphères politique et religieuse. Conscients que leur inclusion politique est menée sous un régime autoritaire, ils revendiquent la modération et le juste milieu comme dogmes et fondements dans leur programme politique.

41Toutefois, la modération et le juste milieu ne sont pas des concepts qui reviennent dans les débats parlementaires. Autrement dit, les députés islamistes conjuguent la modération politique et la rigueur. Ils se conduisent ainsi d’une manière pragmatique en ne pas s’opposant pas systématiquement aux textes du gouvernement, tout en se montrant très critiques, surtout pour les questions importantes et sensibles pour eux, ayant trait aux femmes et à la famille. Sur ces questions, il n’y pas de modération idéologique, puisque les débats sont axés en grande partie sur la nécessité de prendre en considération le référence islamique dans la législation, mais une acceptation des règles du jeu démocratique qui profite aux partis islamistes dans le sens où ils véhiculent envers leur électorat et l’opinion publique une image positive de leur action parlementaire. La sortie du MSP du gouvernement (après presque deux décennies d’une expérience qui a marqué l’existence du parti), et la position du parti Adala de refuser toute forme de participation au pouvoir tout en acceptant la participation aux élections, relèvent de deux stratégies différentes mais qui ne s’opposent pas complètement.

42Notre argument consiste à montrer que la modération des partis islamistes s’inscrit dans une idéologie partisane, d’un côté et dans un processus politique défini par le régime en place, de l’autre. Cette position illustre assez bien la stratégie des partis islamistes de tendance Frères musulmans, qui font de la participation un choix stratégique d’inclusion politique, notamment pour défendre leur programme social et moral (Brown et Hamzawy, 2010 et Mecham et Chernov Hwang, 2014) en réconciliant l’engagement dans le processus démocratique avec les idéaux du parti et ce qu’ils estiment être les constances de la nation (thawabit al umma).

43Le parti Adala fait ainsi de l’action parlementaire un lieu d’expression politique majeure. Ses députés, bien que moins nombreux en comparaison avec le groupe de l’AAV, optent pour une refondation politique de l’opposition islamiste qui incarne la contestation populaire et ambitionne de symboliser la voie de l’islamisme (plus que les autres partis islamistes).Conscients que l’inclusion des partis islamistes n’a pour objectif que de renforcer le pouvoir et de le légitimer, les députés islamistes ont choisi de mêler « la politique des opinions » à celle des intérêts, pour reprendre une idée de M. Abélès (2001, p. 312). La première consiste à s’exprimer au sein du parlement en mettant en avant leur idéologie tout en jouant sur les orientations des électeurs (pour ce qui a trait à la religion et aux valeurs sociales et culturelles) ; la seconde traduit la dimension pragmatique de tout parti politique soucieux de consolider sa clientèle militante par le jeu politique et électoral.

44In fine, notre étude tendrait à prouver que la présence des partis islamistes dans le champ politique prend plutôt l’apparence d’une ouverture sur toutes les composantes de la société qu’une forme d’intégration politique. L’inclusion des partis islamistes est pour le régime algérien (déjà) accomplie dans le sens où ils ont accepté de se soumettre à ses logiques de pouvoir et de gouvernance. Les critiques qu’ils formulent à son égard, aussi violentes qu’elles puissent paraitre, demeurent sans enjeu pour la pérennité du régime. Il est fort probable qu’à la lumière du mouvement de forte protestation que connait l’Algérie depuis le 22 février 2019, qui pèse lourd sur l’action partisane d’une manière générale, les partis islamistes devront repenser leur conception de la modération en tenant compte du nouveau contexte et la restructuration champ politique.

Haut de page

Bibliographie

ABÉLÈS Marc, 2000, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob.

ADDI Lahouari, 2006, « Les partis politiques en Algérie », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n°111-112, p. 139-162.

AÏT-AOUDIA Myriam, 2006, « La naissance du Front islamique du salut : une politisation conflictuelle (1988-1989) », Critique internationale, no 30, 1, p. 129-144.

AÏT-AOUDIA Myriam, 2015, L’expérience démocratique en Algérie (1988-1992), Paris, Presses de Sciences Po.

BOUBEKEUR Amel, 2008, « Les partis islamistes algériens et la démocratie : vers une professionnalisation politique ? », L’Année du Maghreb, IV, p. 219-238.

BOURDIEU Pierre, 1984, « Délégation et fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 52-53, p. 49-55.

BROCKER Manfred et Mirjam KÜNKLER, 2013, “Religious parties: Revisiting the inclusion-moderation hypothesis – Introduction”, Party Politics, 19, p. 171–186.

BROWN Nathan J., 2012, When Victory Is Not an Option: Islamist Movements in Arab Politics, Ithaca: Cornell University Press.

COSTA Olivier, 2002, « Le travail parlementaire européen et la défense des intérêts locaux. Les députés européens dans la gouvernance multi-niveaux. Le gouvernement du compromis: courtiers et generalists dans l’action politique », Economica, p. 195-226.

DJABI Abdel Nasser, 2012, « The Impasse of Political Transition: Three Generations And Two Scenarios », Doha Institute (Series : research paper).

FERRIÉ Jean-Noël, DUPRET Baudouin, 2008, « Pertinence et procédures démocratiques en contextes parlementaires non démocratiques : la Syrie, l’Afghanistan et le « cercle vertueux » », Revue internationale de politique comparée, (15), 2, p. 251-275. DOI : 10.3917/ripc.152.0251.

HACHEMAOUI Mohammed, 2003, « La représentation politique en Algérie entre médiation clientélaire et prédation (1997-2002) », Revue française de science politique, Vol. 53 (1), p. 35-72. DOI : 10.3917/rfsp.531.0035.

LANDOWSKI Éric, 1977, Le débat parlementaire et l’écriture de la loi, Revue française de science politique, 27 (3), p. 428-441.

LASCOUMES Pierre, 1999, « Les compromis parlementaires, combinaisons de surpolitisation et de sous-politisation. L’adoption des lois de réforme du Code pénal (décembre 1992) et de création du Pacs (novembre 1999) », Revue française de science politique, 3 Vol. 59, p. 455-478. DOI : 10.3917/rfsp.593.0455.

LAVAU Georges, 1969, « Le parti communiste dans le système politique français », in Frédéric Bon et al, Le communisme en France et en Italie, Paris, Armand Colin, Cahiers de la fondation nationale des sciences politiques, p. 7-81.

LOUNNAS Djallil, 2016, “The Moderate Islamist Parties”, in Martinez, L., & Boserup, R. A. (ed.), Algeria modern: From opacity to complexity, Oxford: Oxford University Press.

MECHAM Quinn and CHERNOV HWANG Julie (ed.) 2014, Islamist Parties and Political Normalization in the Muslim World, University of Pennsylvania Press.

NATHAN J. Brown et HAMZAWY ‘Amr, 2010, Between Religion and Politics, Washington, DC: Carnegie Endowment for International Peace.

Peters, R., et al., “Waqf”, in Encyclopaedia of Islam, 2ème éd. Leiden, Berill, Vol. 11, p. 59-99.

ROZENBERG Olivier, 2014, « Laissez parler le Parlement ! Les débats parlementaires comme réponses fragiles à des problèmes politiques majeurs », In Claire de GALEMBERT, Olivier ROZENBERG et Cécile VIGOUR (dir.) Faire parler le Parlement, Paris: Librairie générale de droit et de jurisprudence, p. 295–310.

SCHWEDLER Jillian, 2011, « Can Islamists Become Moderates? Rethinking the Inclusion Moderation Hypothesis », World Politics, Vol. 63, 02, p. 347 376.

SENIGUER Haoues, 2012, « Les islamistes à l’épreuve du printemps arabe et des urnes : une perspective critique », L’Année du Maghreb, VIII, p.67-86.

Haut de page

Notes

1 . Entre 1989 janvier 1992, le pouvoir algérien interrompt le processus électoral suite à la victoire écrasante du FIS (Front islamique du Salut) au premier tour de l’élection législative de décembre 1991. En novembre 1995 ont eu lieu les premières élections présidentielles plurielles avec la participation du parti islamiste, Hamas.

2 . Il obtient 69 sièges sur 339 après avoir été présent dans le premier gouvernement d’Ahmed Ouyahia en janvier 1996 (suite à l’élection du président Zeroual en novembre 1995), en occupant deux portefeuilles modestes : le ministère des PME et le secrétariat d’État à la Pêche.

3 . En 1989 et 1992, le FIS, bien que légal, ne se considérait pas et n’était pas considéré comme un parti modéré: c’est son succès aux élections législatives de 1991 qui a amené une relecture de son identité en terme de dangerosité et qui aboutira à l’arrêt des élections et à la suspension du processus électoral en janvier 1992. Sur ce point, voir Myriam Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime, Paris, Presses de Science po, 2015.

4 . Une première analyse a été présentée sur l’évolution des partis islamistes depuis 1989 : Myriam Aït-Aoudia et Belkacem Benzenine, « The Paradox of the Fragmentation of Islamic Political Parties in Algeria (1989-2018) », communication, Congrès ECPR, Hambourg, 24 août 2018. La fragmentation et la modération des partis islamistes à partir du milieu des années 1990 s’explique notamment par la transformation de la législation qui encadre les partis politiques. En 1997, pour en finir avec l’expérience du FIS, le gouvernement algérien adopte une nouvelle loi organique relative aux partis politiques qui interdit l’ « utilisation des composantes fondamentales de l’identité nationale dans sa triple dimension, islam, arabité et amazighité, à des fins de propagande partisane ». JORADP, n° 012, 06 mars 1997.

5 . Ces divisons ont commencé dès 1999. Deux partis sont issus du Nahda (le MRN en janvier 1999, puis Adala en février 2012). Nous analyserons les autres divisions nées suite au retrait de la coalition gouvernementale des partis islamistes en 2012.

6 . Le Pôle des forces pour le changement a été créé en avril 2014 par des acteurs politiques, personnalités nationales et composantes de la société civile pour protester contre le quatrième mandat de Bouteflika. L’objectif était de favoriser un « changement en vue d’impulser un dialogue national global qui vise à refonder la légitimité » (Liberté, 22 avril 2014). Quatre partis islamistes étaient représentés : MSP, Nahda, Adala et le MRN, ce qui montre que l’islamisme a fait le choix unanime de l’opposition, même si cette composante va se disloquer quelques mois après à cause des divergences internes sur les suites à donner à ce rassemblement « hétéroclite ».

7 . Bien que légal, le FIS prônant l’instauration d’un État islamique et l’application de la charia ne peut être considéré comme modéré. Voir sur ce sujet (Aït Aoudia, 2006).

8 . Les députés ont adressé 884 questions orales au gouvernement, dont 399 ont fait l’objet de réponses par le gouvernement, et 1 480 questions écrites, parmi lesquelles 811 ont fait l’objet de réponses.

9 . A. Djaballah : « L’exclusion des islamistes n’est pas la stabilité ». http://www.qudspress.com/index.php?page=show&id=25806 .

10 . Sur le site web du parti, le mot I’tidal revient dans 46 pages et est cité 119 fois.

11 . Les affaires de Sonatrach (société pétrolière algérienne) déclenchées en 2010 sont liées à des accusations de corruption, de versement de pots de vin, de sommes faramineuses. Plusieurs cadres et dirigeants y sont impliqués. L’affaire de l’autoroute Est-Ouest est liée au doublement du coût de réalisation (de 6 à 13 milliards de dollars). En 2015, la justice algérienne condamne plusieurs personnes pour corruption, blanchiment d’argent et abus de confiance. Le ministre des Travaux publics, membre du MSP, A. Ghoul, n’a pas été inquiété.

12 . En 2017, le Front du changement s’auto-dissout pour fusionner avec le parti mère, le MSP.

13 . Loi n° 15-12. Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire (JORADP), n° 39, 19 juillet 2015, p. 4-18.

14 . Loi n° 15 -01. JORADP, n° 01, 7 janvier 2015, pp. 6-7.

15 . Ces dernières années un discours très négatif s’est propagé sur les réseaux sociaux et dans certains organes de médias privés en Algérie stigmatisant les députés à cause de leur rémunération élevée, leur immunité parlementaire, leur manque de soucis quant aux préoccupations quotidiennes des Algériens et la compromission avec le gouvernement en votant systématiquement toutes lois.

16 . http://hmsalgeria.net/ar consulté le 08 septembre 2019

17 . Toutes les citations des députés sont de notre traduction (de l’arabe vers le français)

18 . « L’acte de fondation d’une institution charitable, d’où l’institution elle-même. Le synonyme, utilisé principalement par les juristes mālikites, est ḥabs, ḥubus ou ḥubs (souvent traduit en français par habous) …». Peters, R., et al., “Wakf”, in: Encyclopédie de l’Islam.  Vol. 11n p. 59-99.

19 . Dans les exposés de motifs, la députée convoque des arguments religieux et scientifiques. Elle s’est appuyée sur un verset coranique indiquant que l’allaitement est préconisé pour une durée de 24 mois et sur les recommandations de la médecine en vue d’améliorer la condition des petites enfants.

20 . Comme la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, ratifiée en 1996 et la Convention sur les droits politiques de la Femme, ratifiée en 2004.

21 . Discours prononcé lors de la cérémonie de la journée mondiale de la femme (8 mars 2018) http://islah-dz.com/?p=1131

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Belkacem Benzenine, « Les députés islamistes algériens (2012-2017) : ce que le passage à l’opposition fait à « la modération » », L’Année du Maghreb, 22 | 2020, 25-40.

Référence électronique

Belkacem Benzenine, « Les députés islamistes algériens (2012-2017) : ce que le passage à l’opposition fait à « la modération » », L’Année du Maghreb [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6203 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6203

Haut de page

Auteur

Belkacem Benzenine

Maître de recherche au CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle), Oran.

Articles du même auteur

Haut de page