Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Les partis islamistes ont-ils vra...Les partis islamistes au prisme d...Trajectoire d’un parti islamiste ...

Les partis islamistes ont-ils vraiment changé ? La «modération» au crible des sciences sociales
Les partis islamistes au prisme de la participation : quelle modération ?

Trajectoire d’un parti islamiste dans l’Algérie post-guerre civile. Le cas du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP)

An Islamist party’s trajectory in post-civil war Algeria. The case of the Movement of Society for Peace (MSP)
مسارات حزب إسلامي في الجزائر ما بعد الحرب الأهلية : "حركة مجتمع السلم" نموذجًا
Claire Dupuy-Lorvin

Résumés

Les positionnements et choix politiques du Mouvement de la société pour la paix (MSP) depuis la suspension du processus électoral en 1992 sont conditionnés à la fois par la place que l’État algérien alloue aux partis islamistes en général, mais aussi par ses relations avec les autres formations islamistes entre stratégies de distinction et alliances. Si le principe de musharaka (participation) justifie dès l’origine la participation du MSP aux institutions en place, c’est son inclusion dans le jeu politique qui le pousse à adopter une approche davantage modérée allant jusqu’à prôner dès le milieu des années 1990, le concept de wasatiya (centrisme). Après quinze années au sein d’une coalition gouvernementale auprès de partis soutenant la présidence, le MSP rejoint l’opposition parlementaire en 2011. Ce repositionnement, loin d’être un signe de radicalisation du mouvement, peut au contraire être perçu comme un renforcement d’une approche modérée du parti qui continue à suivre les règles du jeu institutionnel tout en demandant une démocratisation du système en place.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Constitution du 23 février 1989 – Art.162.
  • 2 . Journal officiel de la RADP du 15 janvier 1992.
  • 3 . Décret présidentiel n°92-39 du 4 février 1992 relatif aux attributions et aux modalités d’organis (...)
  • 4 . Suite à la loi organique sur les partis politiques de 1997 imposant aux partis de ne pas utiliser (...)
  • 5 . Liste des membres du CNT disponible sur le site de l’APN : http://www.apn.dz/fr/les-membres/ancie (...)

1La large victoire du Front islamique du salut (FIS) au premier tour des élections législatives en décembre 1991 a profondément marqué le rapport de l’État aux partis islamistes et à l’islam politique en général. Dans l’entre-deux-tours, les positions divergent quant au maintien d’un second tour. La possibilité de voir le FIS majoritaire à l’Assemblée nationale inspire une profonde méfiance parmi de nombreux groupes : partis politiques ou associations qui craignent la mise en place de politiques qui vont à l’encontre de la démocratie. L’une des variables qui fait pencher les uns et les autres réside dans la croyance en la capacité ou non des institutions à empêcher les éventuelles dérives du FIS (Aït Aoudia, 2015, p.280). La démission du président Chadli Bendjedid le 11 janvier 1992 et l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale une semaine auparavant plonge le pays dans une vacance du pouvoir non prévue par la Constitution. C’est finalement le Haut conseil de sécurité, organe consultatif chargé de donner au président de la République des avis sur les questions de sécurité nationale1, qui prend la décision de suspendre le processus électoral. Le même jour, il décide de la création du Haut comité d’État (HCE) composé de cinq membres et qui exerce l’ensemble des pouvoirs confiés par la Constitution au président de la République2. Le HCE est assisté d’un Conseil consultatif national chargé notamment d’émettre des avis et des recommandations sur des questions de portée nationale et d’examiner les questions de caractère législatif3. Ces deux institutions sont provisoires et seront remplacées par les institutions de transition en 1994. Déjà politiquement instable, le pays va plonger dans une situation de crise politique et sécuritaire majeure. La dissolution officielle du FIS en 1992 ne permet d’endiguer ni la contestation, ni les actions de violence politique. L’Algérie entre progressivement dans la guerre civile. Dans la perspective d’enclencher un retour au processus démocratique, des institutions de transition non soumises au suffrage sont mises en place en 1994 suite à la Conférence de consensus national : la présidence, le gouvernement et le Conseil national de transition (CNT). C’est à cette occasion que cinq membres du Mouvement de la société pour la paix (MSP), appelé auparavant le Mouvement de la société islamique (MSI)4, sont intégrés dans une logique de cooptation au CNT5. Le MSP devient le seul parti islamiste représenté dans les institutions nationales alors même qu’il n’avait bénéficié que d’un faible soutien électoral au premier tour des législatives de 1991 en recueillant 5,35 % des suffrages exprimés.

  • 6 . Traduction : L’orientation et la réforme.

2Issu du courant réformiste de l’islamisme algérien mené notamment par Mahfoud Nahnah, les racines du MSP reposent sur un réseau d’acteurs engagés dans les milieux caritatifs religieux. Ce groupe, investi localement dans la société, proche de l’organisation des Frères musulmans, suit la dynamique de libéralisation et de légalisation des groupements associatifs et politiques enclenchée à la fin des années 1980 suite aux mobilisations socioéconomiques et politiques qui ont égrainé cette période. C’est donc en 1988 que la branche caritative du mouvement se dote d’une personne morale légale et devient l’association al Irshad wa al Islah6. La réforme constitutionnelle de 1989 mettant fin au système de parti unique ravive la question de l’activité politique du mouvement islamiste et en particulier celle de sa transformation en parti politique. Créer un parti politique n’est pas la position de départ des leaders du mouvement qui préfèrent rejoindre la Ligue de la da’wa en 1989 ; Nahnah insistant à plusieurs reprises quant à la nature apolitique et exclusivement religieuse du groupe (Willis, 1996, p.123). De même, lorsqu’Ali Belhadj propose à différents prédicateurs de le rejoindre pour former le premier parti islamiste unifié, Nahnah aurait sèchement refusé (Al Ahnaf et al., 1991, p.30). Néanmoins, la volonté de certains leaders du mouvement de proposer une alternative au programme du FIS conduit à la création du MSP en décembre 1990, soit quelques mois après la victoire du FIS aux premières élections pluralistes de l’histoire du pays, (scrutin municipal et départemental) qui se sont tenues en juin de la même année.

3Les travaux sur le MSP se sont pour beaucoup focalisés sur les raisons pour lesquelles l’organisation a opté pour une stratégie participationniste dès 1994 au sein des institutions de transition, puis davantage à partir de 1996 avec l’entrée de deux ministres dans le gouvernement de A. Ouyahia. Ce qui ressort en particulier de ces contributions, c’est la relation entre le pouvoir et le MSP au cœur de dynamiques à la fois de cooptation et d’entrisme. Ainsi, Louisa Dris-Ait Hamadouche évoque cette interdépendance entre le pouvoir et différentes entités islamiques, des zaouias aux partis politiques, conçue dans le cadre d’un échange politique (Dris-Ait Hamadouche, 2009). Pour le MSP, l’objectif est ici de s’assurer une présence institutionnelle afin de disposer d’une influence depuis l’intérieur du pouvoir politique. En montrant comment une élite partisane émerge de par l’intégration de ministres et de parlementaires au sein des institutions, Noura Hamladji s’attèle à mesurer une partie des effets de la participation du MSP. Celle-ci évoque sur ce point le rôle socialisant pour certains leaders politiques de l’expérience institutionnelle (Hamladji, 2003, p. 162). Dans le même sens, Amel Boubekeur s’interroge même sur l’amorce d’une professionnalisation parmi ces responsables politiques (Boubekeur, 2008). Ces travaux ont pour principal apport de montrer les effets de l’intégration politique du MSP sur la production et l’évolution des cadres du partis.

4Notre approche sera de nous interroger sur ce que produit à plus long terme, de 1994 à 2017, l’intégration dans le jeu politique du MSP sur l’organisation partisane et particulièrement sur ses cadres. Nous nous intéresserons particulièrement aux liens entre cette intégration et une éventuelle modération dans les pratiques et les discours émanant du parti. La thèse de l’inclusion-modération renvoie à l’idée que l’inclusion institutionnelle conduit à une modération des acteurs politiques. (Schwedler, 2013) J. Schwedler a cherché à expliquer un phénomène décrit comme processuel (Schwedler, 2011, p.352) en caractérisant différentes formes de modération. Cette dernière distingue une modération comportementale qui se traduit par une acceptation des règles du jeu institutionnel, d’une modération idéologique davantage axée sur les transformations substantielles induites par l’inclusion institutionnelle (Schwedler, 2013). Cette question de la modération comme processus se pose de manière particulière dans le cas du MSP dont les dirigeants se qualifient eux-mêmes de modérés et défenseurs d’un islam du juste-milieu dès la création du parti. Nous verrons dans ce papier comment cette approche a permis au MSP de se maintenir dans les institutions y compris dans les instances non élues ; l’inclusion dans le champ institutionnel des mouvements islamistes devenant la frontière entre un islamisme légitime et un islamisme illégitime. Le choix de la période correspond à l’entrée du MSP au sein des institutions nationales avec la participation de cinq de ses membres au CNT. Nous arrêterons notre analyse à l’année 2017 qui marque la fin de l’expérimentation de l’Alliance Algérie Verte, coalition entre trois formations islamistes : MSP, Nahdah et al Islah, à laquelle le parti a pris part au moment de son entrée inédite dans l’opposition au niveau parlementaire en 2012.

5L’analyse diachronique nous permet alors de voir de quelles différentes manières le MSP a, dès sa formation, cherché à intégrer le jeu institutionnel en se présentant aux élections législatives de 1991 et en prenant part au CNT dès 1994. Parfois difficile à tenir auprès des militants, la logique participationniste, qui implique une intégration aux institutions en place, doit s’adapter à la fois à l’environnement externe et aux opinions des militants qui remontent depuis les sections locales. Pour ces raisons, la participation au jeu institutionnel du MSP a pu prendre des formes différentes entre 1994 et 2017 : participations à toutes les élections législatives et locales depuis le retour du processus électoral en 1997, coalition gouvernementale auprès du FLN et du RND de 1996 à 2012 et opposition parlementaire depuis 2012.

6À partir d’un corpus composé d’entretiens menés auprès de cadres et de militants, de notes ethnographiques et de matériaux de propagande partisane, nous pouvons porter un regard historique et sociologique sur les transformations de l’organisation partisane en fonction d’un environnement de contraintes mais aussi d’opportunités auquel ont su (ont dû) s’adapter les militants du MSP.

7En recentrant encore davantage la focale à l’intérieur même du parti, nous interrogeons ici les effets d’un positionnement participationniste au sein d’une majorité gouvernementale sur l’organisation, c’est-à-dire une situation dans laquelle être inclus dans le jeu politique signifie collaborer avec des partis de pouvoir et prétendre à obtenir des élus aux élections locales et législatives. Dans la perspective d’une réflexion autour de la thèse de l’inclusion-modération, nous montrerons dans une première partie qu’une telle position n’est pas facile à tenir en particulier dans le contexte de la guerre civile, mais aussi auprès d’autres mouvements islamistes en dehors du champ institutionnel. Nous nous attarderons plus longuement sur le projet de mise en récit du parti qui met en exergue cette posture d’acteur modéré. Dans une seconde partie, nous aborderons les raisons pour lesquelles le parti passe d’une logique participationniste au sein d’une coalition gouvernementale à une posture d’opposant institutionnel au début de l’année 2012. Nous mettrons également en avant les défis qui se posent aux cadres partisans en intégrant l’opposition et nous verrons comment ce repositionnement, mu en partie par des revendications démocratiques, s’inscrit dans une tendance accrue de modération.

Maintien dans le paysage partisan et stratégies de distinction vis-à-vis du FIS et des groupes islamistes armés : l’expérience participationniste du MSP (1992-2011)

  • 7 . Décret présidentiel n°92-44 du 9 février 1992 portant instauration de l’état d’urgence – Art.7.
  • 8 . Créé en janvier 1994, le CNT prend la suite du Conseil consultatif national, il exerce « la fonct (...)
  • 9 . Traduction : participation
  • 10 . Le terme wasatiya est utilisé dans la version arabe de l’ouvrage.
  • 11 . Extrait d’un ouvrage de Mahfoud Nahnah, sd, L’Algérie de tous les espoirs, Alger, Dar al-Djoumouâ (...)

8Le contexte politique et sécuritaire à partir de 1992 n’est pas favorable au développement et à l’ancrage de partis. Les lois sur l’état d’urgence promulguées en février 1992 renforcent davantage le contrôle par le wali (préfet) et le ministère de l’Intérieur des réunions publiques et des manifestations7. Participer activement à l’instauration de nouvelles bases institutionnelles dans lesquelles les partis islamistes peuvent être intégrés et maintenir une visibilité à l’échelle nationale apparaissent alors comme des problématiques essentielles pour les leaders du MSP. C’est dans ce contexte qu’en janvier 1994, le MSP intègre le Conseil national de transition8. Si cette décision parait être un choix de raison pour se maintenir dans le système institutionnel, celle-ci est en accord avec ce qui est prôné par le parti : la musharaka9 et la wasatiya. Mahfoud Nahnah, en particulier, préconise une doctrine de participation aux institutions dans une logique de changement par une intégration au système politique en place : la musharaka. La wasatiya quant à elle est défendue par Mahfoud Nahnah et définie ainsi : « Le centrisme10 signifie modération, équilibre et complémentarité suivis d’emblée par la nécessité de se démarquer vis-à-vis de l’extrémisme, de la haine et de la négligence, comme le stipule dans ce sens, le saint coran : Et c’est ainsi que nous avons fait de vous une communauté de juste milieu, pour que vous soyez témoins contre les gens, et le Messager, témoin contre vous. (Sourate la vache – V.143) »11. Si la doctrine de la musharaka est prônée dès la création du parti pour justifier de sa participation au processus électoral, la wasatiya est, après un recensement des prises de parole de Nahnah et à notre connaissance, plus récente dans les discours du MSP. Son apparition dans la ligne politique du MSP correspond au milieu des années 1990, période pré-électorale et dans laquelle il apparaît comme indispensable de se distinguer de la violence de certains groupes islamistes et où il est important de donner des gages au pouvoir et aux électeurs d’une position modérée. Ces deux caractéristiques montrent comment en intégrant le jeu politique, les dirigeants du MSP ont adopté une posture de modération à la fois procédurale et substantielle via l’application des principes de musharaka et de wasatiya. Cependant, comment telle position peut être maintenue et défendue alors même que le courant islamiste est traversé par des mouvements armés qui refusent l’accession au pouvoir par la voie légale ? Cette question se pose avec d’autant plus d’acuité que certains membres du MSP sont directement menacés par des défenseurs du FIS et surtout par des membres de groupes islamistes armés.

Un positionnement critiqué dans le champ islamiste

  • 12 . Entretien avec Abdelkrim Dahmen, Alger, le 15 décembre 2017.

9La participation de l’organisation au sein des instances de transition, notamment le CNT, et donc son choix d’être intégrée à un système qui aurait selon certains dévoyé le processus démocratique lui vaut de nombreuses critiques de la part d’acteurs très différents : militants du MSP, tenants du FIS, dirigeants de partis islamistes étrangers mais aussi membres de groupes islamistes armés. Ainsi, Abdelkrim Dahmen, ancien député et chargé des relations extérieures, évoque les critiques à l’égard de ses choix participationnistes : « Les années 1990, c’était une refondation. Si le parti a pu enregistrer quelques formes de succès, c’est parce qu’il a fait cette refondation. Une refondation qui a laissé pas mal de mouvances islamiques à travers le monde dire : “Vous n’êtes plus islamistes, vous n’appartenez plus à notre mouvance !” »12. Le choix de l’inclusion dans les institutions reste une position difficile à tenir face à une mouvance islamiste nationale et internationale qui n’est pas unanime sur la question de la participation à des institutions.

  • 13 . Entretien avec Abdelmadjid Menasra, Alger le 15 février 2018.
  • 14 . « Algérie. Assassinat d’un membre du Conseil national de transition », Le Monde, le 27 août 1994.

10L’enlèvement en novembre 1993 puis l’assassinat de Mohamed Bouslimani, président d’Al Irchad wa al Islah et cofondateur du MSP, revendiqués par le Groupe islamiste armé (GIA) révèlent la véritable menace de la part de ces groupes qui pèse sur les représentants d’un islam politique qui a pris la décision de prendre part aux instances de transition. La menace était telle qu’Abdelmadjid Menasra, ancien membre du CNT, nous explique au cours d’un entretien qu’il lui avait été proposé ainsi qu’aux autres membres du CNT par les autorités de l’État de porter une arme13. Preuve de la réalité de la menace, en août 1994, l’un des membres du CNT, Kaci Abdallah, est assassiné à son domicile14.

  • 15 . Entretien collectif avec des élus de l’APC de Kouba, Alger le 4 avril 2018.

11La pression sur les militants du MSP se faisait également sentir au quotidien au niveau local. A l’occasion d’un entretien avec des élus MSP à l’Assemblée populaire communale (APC) de Kouba15, Ali Mostefaoui, actuel vice-président de l’APC de la localité, rappelle qu’à l’époque à Kouba, militer au sein du MSP était une exception. Djamel Belhouari, lui aussi actuellement élu à l’APC de Kouba, estime qu’à ce moment-là les militants du MSP avançaient dans le « sens contraire ». Au cours d’une grève à la mosquée de Kouba, celui-ci évoque comment avec fierté il arborait un badge MSP alors qu’Ali Belhadj, cofondateur du FIS, lui avait intimé expressément de le retirer. Néanmoins, si ces derniers évoquent un prosélytisme de la part du FIS, ils estiment aussi que leurs relations étaient pacifiques. Néanmoins, l’expérience de ce dernier ne reflète pas la « guerre des mosquées » qui depuis le début des années 1990 a conduit à un remplacement dans la violence d’imams réputés proches du MSP par d’autres prédicateurs favorables au FIS (Aït Aoudia, 2015, p.254).

  • 16 . Entretien collectif avec des élus de l’APC de Kouba, Alger, le 4 avril 2018.

12À la fierté de résister de manière passive aux membres du FIS se mêle la peur ressentie de manière diffuse de la menace des groupes armés. Ainsi, il est arrivé qu’un jour les noms des militants du MSP fréquentant la mosquée aient été affichés à l’entrée de l’édifice, d’après eux par les membres du GIA. Sur cette période, Mahfoud Nahnah exhorte les membres du MSP à ne céder ni à la peur ni à la violence16. De même, celui-ci encourage les militants à se démarquer physiquement et vestimentairement des membres des groupes islamistes armés.

Les tenants de la participation du MSP aux institutions nationales

13Cette stratégie de distanciation vis-à-vis du FIS et des groupes armés s’affirme dans les discours du MSP prônant modération et changement pacifique, ainsi que dans sa participation au retour du processus démocratique. En effet, Mahfoud Nahnah se présente aux élections présidentielles de 1995 et arrive en seconde position avec 25,6 % des suffrages derrière Liamine Zeroual. C’est suite à ce bon score que deux ministres du MSP intègrent le gouvernement d’Ahmed Ouyahia en 1996. Cette entrée dans le gouvernement sera suivie d’une présence continue de ministres issus du MSP jusqu’en 2012. Les portefeuilles ministériels détenus par des membres du MSP (ressources halieutiques, transports, travaux publics ou encore tourisme) s’inscrivent dans des champs plus techniques qu’idéologiques, laissant à penser que la portée politique de leur présence au sein du gouvernement reste limitée, tandis que leur voix se fait davantage entendre parmi les parlementaires par des prises de positions conservatrices. Par le biais de l’intégration du parti à une coalition de gouvernement de 1996 à 2012, le pouvoir domestique la part la plus importante de l’islamisme légaliste.

  • 17 . Ordonnance 97-09 du mars 1997 portant loi organique relative aux partis politiques.
  • 18 . Ordonnance 97-09 du mars 1997 portant loi organique relative aux partis politiques – Art.3.
  • 19 . Loi n°89-11 du 5 juillet 1989 relative aux associations à caractère politique – Art. 5.

14Le régime prend également d’autres mesures afin d’empêcher la reproduction de la victoire d’un parti islamiste radical. Celui-ci utilise l’outil législatif pour limiter l’impact des islamistes et des partis politiques en général. Il fait voter une loi modifiant la règlementation sur les partis en mars 199717. La loi stipule que dans toutes ses activités politiques, le parti ne doit pas utiliser les « composantes fondamentales de l’identité nationale dans sa triple dimension : Islam, Arabité et Amazighité à des fins de propagande partisane »18. La précédente loi de 1989 relative aux associations à caractère politique précisait seulement que ce type d’organisation ne pouvait « fonder sa création ou son action sur la base exclusivement confessionnelle […] »19. Le Mouvement de la société islamique (MSI) doit alors changer de nom pour devenir le Mouvement de la société pour la paix (MSP). Cette mesure s’accompagne également de changements programmatiques limités. À travers cette loi, l’objectif pour le pouvoir ne semble pas être d’empêcher des partis islamistes d’exister, au contraire cela fait partie d’une stratégie d’endiguement de la tendance. En revanche, cette loi se présente comme un outil à la disposition du gouvernement pour contrecarrer toutes formes de velléités islamistes qui ne rentreraient pas dans le cadre qu’il aurait déterminé et ce, avec l’argument supplémentaire de la légitimité législative. En effet, cette loi, en prévoyant que les partis s’accordent sur « le rejet de la violence », « l’adhésion au pluralisme politique » ou encore sur « le respect du cadre démocratique et républicain de l’État », permet de s’assurer qu’aucune formation ne serait en mesure de dévoyer le processus démocratique. (Aït-Aoudia, 2015, p.296)

La création d’un récit partisan

15Les amalgames de la part d’une partie de la population entre l’action du MSP et celle des groupes islamistes armés pendant la décennie noire aussi bien que les critiques quant à la participation du MSP au gouvernement sont toujours présents au début des années 2000.

16C’est ainsi que dans une optique de distinction vis-à-vis du FIS et des groupes islamistes armés que le parti va progressivement, à partir du milieu des années 2000, mettre en récit sa propre histoire. Il s’agit notamment de montrer comment le parti s’inscrit dans une histoire longue d’engagement bien antérieure à sa création légale impliquant déjà un projet pacifique de changement progressif de la société, ainsi que de maintenir une unité partisane autour d’une histoire commune. Cette mise en récit qui se construit sur plusieurs années met l’accent sur trois éléments en particulier : l’existence d’un discours originel en faveur de la participation institutionnelle et du changement par des voies pacifiques ; la position du MSP lors de la suspension du processus électoral au sein des instances de transition ; et la répression subie par les militants lors de la décennie noire de la part de groupes islamistes armés. Ces trois dimensions montrent comment il est essentiel pour le parti de légitimer sa présence institutionnelle par une posture de modération de longue date.

17Ce travail narratif passe notamment par l’écriture d’ouvrages par Mahfoud Nahnah qui viennent fixer une idéologie politique et une vision de l’action du parti sur la période concernée. Ainsi, dans les années 1990, Nahnah publie un ouvrage dans lequel il défend la politique de participation et une idéologie modérée :

  • 20 . Extrait d’un ouvrage de Mahfoud Nahnah, sd, L’Algérie de tous les espoirs, Alger, Dar al-Djoumouâ (...)

« Le choix de cette voie [celle de l’implication], n’est pas un choix tactique, basé sur une vision unilatérale ou sur des calculs conjecturels. Il est issu de convictions profondes et principales inébranlables, à travers lesquelles, nous apparait le changement véritable. Un changement profond et efficace qui ne peut être affranchi avec succès et continuité que si l’on fait appel aux préceptes de la sagesse et aux arguments de l’enseignement fondés sur un débat constructif et sur la force des arguments. Ensuite, la nature même de la pensée du juste-milieu, juste et modéré est en contradiction avec tout principe de violence, d’extrémisme et de l’effronterie »20.

18La transmission au fil du temps de ces positions, notamment pendant la guerre civile, se fait principalement par le biais d’organisation de séminaires sur la pensée ou l’œuvre de Nahnah à destination tantôt du grand public, tantôt des militants dans le cadre des nombreuses formations partisanes. Cette centralité de la figure de Nahnah se perpétue au travers de commémorations ou encore dans l’organisation d’événements variés dédiés à sa personne. Ce récit a également pour objectif de montrer comment, dès les années 1980, le mouvement sous l’impulsion de Nahnah a pris le contrepied du FIS.

  • 21 . Par exemple, en 2012, une veillée a été organisée en son hommage au « martyr » Bouslimani. Articl (...)
  • 22 . Le terme shahid qui signifie martyr renferme à la fois une connotation religieuse mais aussi hist (...)

19On retrouve aussi cette finalité lorsque le récit partisan met en avant la violence de la part de groupes islamistes armés envers les militants du MSP au cours de la décennie noire. L’un des événements les plus marquants et parmi les plus repris de l’histoire du parti est l’assassinat en 1994 du cheikh Mohamed Bouslimani par des membres du GIA. De nouveau, c’est par des séminaires et des événements commémoratifs21 que se construit et se transmet ce récit. La violence à l’égard des membres du MSP, en tant que militants d’un parti islamiste qui a opté pour la participation, ne s’arrête pas à l’assassinat de Bouslimani. Ce sont près de 50 cadres qui sont tués parce qu’engagés au sein du MSP (Boubekeur, 2008, p. 222). Ces derniers sont désignés par le parti comme shahid 22. Une véritable martyrologie occupe les murs du siège du parti où dans les couloirs sont affichés les dessins au fusain des visages des militants assassinés pendant la décennie noire avec leurs noms précédés de la motion : « shahid ». Le parti rappelle régulièrement à leur souvenir afin de souligner que de telles prises de position entrainent un réel risque pour les militants. De plus, pour les tenants de l’éradication, cela démontre qu’il existe une distinction entre militants du MSP et membres de groupes armés.

Le MSP dans le camp de l’opposition institutionnelle (2011-2017)

20En 2011, dans un contexte de révoltes dans plusieurs pays de la région durant lesquelles certains partis islamistes semblent tirer leur épingle du jeu en Tunisie ou en Egypte, certains cadres du MSP voient s’ouvrir une fenêtre d’opportunité alors même que l’Algérie est traversée par des mouvements de revendications économiques, sociales et démocratiques. Dans le même temps, une tendance appelant à la sortie de l’Alliance présidentielle se fait de plus en plus entendre au sein du parti avec à sa tête Abderrazak Makri, vice-président du parti. Cette mouvance est soutenue par une partie de la base militante qui ne souhaite plus soutenir de facto le système en place. C’est pourquoi dès 2012, le MSP s’installe dans le camp de l’opposition à l’Assemblée nationale alors même que trois ministres MSP se maintiennent au gouvernement. A l’aune des législatives de mai 2012, le MSP s’allie avec deux autres partis islamistes ayant déjà une expérience dans l’opposition : al Islah et Nahda. Ce rejet de la participation à un gouvernement dominé par le rôle du président et par les deux partis le soutenant ne signifie pas pour autant un rejet des institutions. Au contraire, les dirigeants du MSP décident de jouer le jeu électoral et parlementaire. Il s’agit de comprendre ici dans quelle mesure cette entrée dans l’opposition parlementaire portée par un refus de jouer un rôle de second plan au sein de la coalition gouvernementale et par des revendications démocratiques symbolise une inclusion renforcée dans le système politique.

La reformulation de la question participationniste

  • 23 . « En Algérie, premières victimes après les émeutes », Le Monde.fr, [en ligne] mis en ligne le 7 j (...)

21En janvier 2011, simultanément au début des révoltes en Tunisie, des émeutes éclatent en Algérie23. Les premières revendications sont de nature économique. Une pénurie d’huile et de sucre entraîne une envolée des prix. La société algérienne Cevital qui dispose d’un quasi-monopole sur le marché agro-alimentaire national est prise pour cible par des émeutiers. Pour dénoncer la violence à l’encontre des émeutiers, imputée au pouvoir, différents groupes d’opposition regroupant acteurs institutionnels et acteurs associatifs s’organisent au sein de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD). Cette coalition réclame des réformes politiques telles que la levée de l’état d’urgence ou encore l’ouverture des champs politiques et médiatiques (Baamara, 2012). Ces contestations d’abord essentiellement de natures sociale et économique sont reprises par l’opposition qui réclame des réformes politiques. Elles ont pour point commun d’être tournées vers le pouvoir en place y compris les partis membres du gouvernement. Dans ce contexte, les cadres du MSP parlent d’opérer des réformes profondes, définies dans leurs différents discours comme une mutation du système pour aller vers plus de démocratie. Sid Ahmed Boulil, chargé des relations extérieures du MSP, exprime le sentiment du parti quant à sa posture dans ce climat de tension :

  • 24 . Entretien avec Sid Ahmed Boulil, Sidi Fredj, le 19 février 2015.

« Cette fois-ci nous sommes restés trop longtemps dans le gouvernement et avons commencé à sentir que les choses allaient mal dans le pays et qu’il fallait aller vers des réformes plus approfondies, plus sérieuses, sinon les gens allaient se soulever contre nous »24.

22Le parti islamiste se tourne alors vers le président de la République pour conduire certaines réformes politiques afin de sortir le pays de la crise. Le MSP a notamment demandé une révision de la Constitution, un recadrage de la loi sur les partis et une révision de la loi sur les associations. Par sa participation durable au pouvoir, le MSP craint d’être affilié au régime et, dans le même temps, d’être exposé directement à la contestation. Plus tard au cours de l’entretien ce même responsable fait un constat amer de ce qui a été fait par l’exécutif :

  • 25 . Idem.

« Nous avons été leurrés. Le président de la République a déclaré qu’il allait faire des changements. C’était en 2011. Et nous étions contents, mais lorsque nous avons vu ces soi-disant réformes, il s’agissait en réalité de réformes vides »25.

  • 26 . Communiqué officiel du MSP, « Le bloc parlementaire du mouvement s’abstient de voter les projets (...)
  • 27 . Abou Djerra Soltani prend la tête du MSP après la mort de Mahfoud Nahnah en 2003. Abderrazak Makr (...)

23C’est au cours de cette période que l’on voit émerger les premières critiques à l’encontre d’Abdelaziz Bouteflika de la part de responsables du MSP qui soutenaient pourtant ses candidatures et son projet par le biais de l’Alliance présidentielle depuis 2004. Cette situation de tension politique va s’étendre au Parlement lors des sessions concernant les réformes proposées par le président Bouteflika en avril 2011. Les débats à l’Assemblée populaire nationale en décembre 2011 concernant le plan de réforme du gouvernement et notamment le projet de loi organique sur les partis viennent accélérer l’éloignement du MSP des autres membres de l’Alliance présidentielle. Les réformes proposées sont jugées superficielles par les partis d’opposition et le MSP26. Le 6 décembre 2011, pour la première fois depuis son entrée dans l’Alliance, le groupe parlementaire du parti vote contre un projet de loi proposé par le gouvernement, après s’être abstenu la veille lors du vote par article. Le parti, par la voix de son président Abou Djerra Soltani27, critique le manque de profondeur de la loi et des débats qui se sont focalisés sur des points techniques détournant de fait l’impact dans le champ politique de telles réformes. Sa position s’aligne d’ailleurs sur celle des autres partis puisque seuls les députés du FLN et du RND ont voté en faveur de ce projet de loi. Bien qu’il ne s’agisse du vote que d’un seul projet de loi, cet événement marque un premier pas vers un statut d’opposant dans l’arène parlementaire.

  • 28 . Communiqué du conseil consultatif du MSP « Le conseil consultatif approuve le désengagement des d (...)

24Et c’est moins d’un mois plus tard, le 1er janvier 2012, que le MSP annonce officiellement, via un communiqué du conseil consultatif du parti28, sa sortie de l’Alliance présidentielle. La principale raison invoquée par Soltani pour justifier la sortie de son parti de l’Alliance est le faible rôle que joue le MSP dans celle-ci. Malgré le retrait officiel du MSP, le parti ne quitte pas pour autant immédiatement le gouvernement et les trois ministres continuent d’occuper leurs postes. Ainsi, le MSP participe au gouvernement tout en ayant rompu son alliance avec les autres partis en présence. Cette situation fait émerger les divergences entre deux tendances au sein du parti sous-jacentes notamment depuis l’ascension dans le parti d’Abderrazak Makri, fervent défenseur d’une sortie du gouvernement. Les oppositions, autrefois maintenues en interne, entre une génération plus ancienne favorable à un maintien dans une coalition gouvernementale soutenant le président Bouteflika au nom de la stabilité du pays et une génération plus jeune souhaitant assumer une voix d’opposition quant à la politique présidentielle, se dévoilent au grand jour. Si la contestation du MSP envers la présidence est à cette période naissante, la critique envers le système et les autres partis de l’Alliance est quant à elle exacerbée. Le double positionnement du MSP entre participation gouvernementale et opposition parlementaire devient complexe à assumer pour les cadres partisans aussi bien envers la population que vis-à-vis des militants qui, via les conseils des sections locales, font de plus en plus remonter leur volonté de clarifier la situation. L’incertitude de la conjoncture et la gestion de son passé politique maintiennent le parti dans une situation ambigüe.

Apprendre à devenir des opposants au travers d’une coalition nouvelle de partis islamistes

  • 29 . Le parti al Islah (Trad. : la réforme) est lui-même issu d’une scission à l’intérieur du parti Na (...)
  • 30 . Aux élections législatives, le MSP remporte 14.8% des suffrages exprimés en 1997, 7% en 2002, 9,6 (...)

25Deux mois après être sorti de l’Alliance présidentielle et alors que le parti a toujours des ministres au gouvernement, le MSP annonce la constitution d’une nouvelle alliance avec deux autres groupes issus de la tendance islamiste : Nahda et al-Islah29. Avec ces deux formations déjà présentes depuis plusieurs années dans le camp de l’opposition, le MSP forme l’Alliance Algérie verte (AAV). Du point de vue des dirigeants du MSP, et dans la perspective des élections législatives de mai 2012, cette alliance avec des partis depuis longtemps dans l’opposition permet de légitimer son nouveau statut d’opposant dans l’arène parlementaire. En effet, après près de 15 années aux côtés de la majorité, le MSP craint de payer électoralement sa collaboration avec le régime30. Sid Ahmed Boulil, ancien ministre des transports et chargé des relations extérieures du MSP, exprime clairement cette appréhension :

  • 31 . Entretien avec Sid Ahmed Boulil, Sidi Fredj, le 19 février 2015.

« À partir de ce moment, nous nous sommes retrouvés dans l’opposition, seuls. Les élections de 2012 étaient proches. Mais nous ne voulions pas entrer seuls dans les élections. Car pour tout vous dire, bien que les élections chez nous ne soient jamais totalement honnêtes, nous avions peur d’être sanctionnés du fait que nous étions auparavant dans le gouvernement. Nous avons alors pensé à aller vers une coalition pour prendre plus de voix et avons été cherchés des partis proches de nous »31.

26L’Alliance Algérie verte a pour objectif de contenir la division du camp islamiste qui se traduit par une multiplication des partis se réclamant de l’islam politique, la plupart nés de scissions à l’intérieur des deux partis originels de la tendance islamiste, le MSP et Nahda. En effet, quatre partis politiques formés par des dissidents des trois formations de l’AAV obtiennent leur agrément entre 2011 et 2012 : le Front du changement, TAJ et le Mouvement de construction nationale, créés par des dissidents du MSP et le Front pour la Justice et le développement créé par Abdallah Djaballah, déjà fondateur du parti Nahda et d’al Islah.

  • 32 . « Algérie. Installation dans une ambiance houleuse du nouveau parlement à Alger », RFI.fr, mis en (...)
  • 33 . Le groupe parlementaire de l’AAV propose des initiatives régulières du point de vue législatif ma (...)
  • 34 . En 2014, le MSP appelle pour la première fois au boycott d’une élection présidentielle. Si en 199 (...)
  • 35 . Dans le cadre de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD (...)

27En constituant une alliance avec deux autres partis islamistes, le MSP espère mettre en exergue sa nouvelle qualité d’opposant et bénéficier de la légitimité de la position antérieure dans le camp de ses deux coalisés. A cette occasion, l’AAV développe un discours critique, indirect à l’encontre du pouvoir, en mettant l’accent sur la nécessité d’un changement politique mû par les valeurs démocratiques. Au-delà de cette question de légitimation, on s’aperçoit que dans le cadre de l’AAV, le MSP transforme - du moins à un niveau macroscopique - ses manières de contester et de proposer une alternative au schéma politique en place. En somme, au contact des autres partis, les membres du MSP apprennent à devenir des opposants. La mise en scène du désaccord des députés de l’AAV brandissant des pancartes et quittant l’hémicycle lors de la première séance de la nouvelle assemblée en mai 201232 est le premier exemple marquant de manière médiatique ce tournant dans le positionnement du parti. Ces parlementaires ont progressivement développé un militantisme à l’intérieur même de l’institution s’inscrivant tout à la fois dans la contestation et dans l’adaptation à la rigidité du cadre33. De même, la manière dont le MSP et ses alliés s’opposent vient puiser dans un répertoire d’action contestataire certes classique au regard des formes traditionnelles de militantisme partisan (boycott34, marches, sit-in35…) mais inédit dans la manière de procéder de l’organisation. La création de l’Alliance Algérie verte s’est inscrite dans des perspectives électoralistes mais aussi médiatiques. Il s’agissait d’attirer l’attention sur l’entrée du MSP dans l’opposition et par là même de légitimer cette nouvelle position. Cette coalition devait devenir un marqueur fort de l’évolution de la place du MSP dans le système partisan algérien. Or, l’événement de la formation de l’alliance passé, les résultats électoraux n’ont pas été à la hauteur des attentes des partis de l’AAV. L’alliance remporte 47 sièges sur 462 en 2012, alors qu’aux législatives précédentes en 2007 le MSP et Nahda avaient remporté respectivement 52 et 5 sièges.

28Suite aux élections législatives de 2012, le MSP clarifie sa position et décide de ne plus prendre part au gouvernement. Cette décision émane directement du Conseil consultatif et génère, d’après le règlement intérieur du parti une obligation pour les ministres MSP encore au gouvernement d’en démissionner. Certains membres du bureau politique, Amar Ghoul en tête, décident alors de quitter le parti afin de créer leur propre formation qui soutiendra la politique mise en œuvre par le gouvernement. Une partie des députés et des cadres du MSP suit l’ancien ministre des travaux publics qui créée son propre courant politique, Tajamou Amal al-Jaza’ir (TAJ), en juillet 2012. Cette initiative est essentiellement le fait d’une personnalité politique mais la dissidence de plusieurs députés de l’AAV remet en cause l’idée d’une décision consensuelle sur la question de l’entrée du MSP dans l’opposition. La question participationniste est vecteur de clivages, encore plus au MSP que dans les autres partis. Ce phénomène est notamment exacerbé par la radicalité du changement d’axe politique du parti islamiste qui pendant 15 années a soutenu de manière plus ou moins forte le pouvoir.

  • 36 . L’article 52 de la loi organique 12-04 du 12 janvier 2012 accorde une aide financière de l’État a (...)

29En intégrant l’opposition, le parti s’expose davantage aux conséquences de la compétition qui, bien que fortement biaisée, reste un enjeu pour les opposants. En effet, la participation du MSP à l’Alliance présidentielle assurait une représentation et une visibilité via sa présence dans le gouvernement. En intégrant l’opposition, la députation reste la seule possibilité pour le parti de participer aux institutions nationales. De même, cette présence institutionnelle assure au MSP des financements publics36.

Conclusion

30L’inclusion dans le jeu politique qui, dans le cas du MSP prend la forme d’une collaboration avec les partis de pouvoir de 1996 à 2011, s’inscrit dans une configuration marquée à la fois par la place allouée par l’État aux partis islamistes mais aussi aux relations de conflictualité et d’alliances à l’intérieur du champ partisan islamiste. Le cas du MSP montre le coût politique d’une participation au jeu institutionnel pour les partis islamistes en Algérie. Le pacte qui permet de maintenir les partis dans le champ institutionnel dans la période post-FIS reste celui de garantir une certaine modération aussi bien dans les idées que dans l’action. La cooptation ou encore les propositions d’alliances de la part des partis au pouvoir sont autant de moyens de limiter la portée de l’action des partis islamistes. Ainsi, donner davantage d’agréments aux partis islamistes et encourager leur intégration au jeu institutionnel participe d’une limitation par l’État de l’éventuel parti pris contestataire de ces organisations.

31Le choix d’apparaître comme un parti modéré, condamnant la violence et défendant les valeurs de démocratie, renforcée par une mise en récit partisane choisie, reste difficile à maintenir dans un contexte où il existe un important débat entre mouvements islamistes sur les moyens d’accéder au pouvoir. Cette position d’une modération tant procédurale qu’idéologique semble paradoxalement s’accroitre lorsque le MSP décide d’entrer pour la première fois dans l’opposition parlementaire. En effet, c’est en partie au nom d’un déficit de démocratie au sein de l’exécutif que le parti s’inscrit dans l’opposition. Bien que critique quant au système politique général, notamment concernant la fraude électorale, le MSP prend la décision de se maintenir dans un cadre institutionnalisé. Si les questions financières et de visibilité rentrent aussi en considération, de par sa vitalité dans l’opposition parlementaire et ses discours en faveur d’un renforcement de la démocratie, l’organisation partisane tend à continuer à jouer le jeu de l’inclusion institutionnelle selon les règles établies.

32La trajectoire du MSP met également en évidence comment la question de la participation, qu’elle prenne la forme d’un soutien au pouvoir en place ou de l’opposition institutionnelle, demeure un point de clivage partisan dans la mesure où ses repositionnements ont conduit à des grands mouvements de scissions à l’intérieur du parti. Ces différents positionnements impliquent sur le long-terme un ajustement de la ligne partisane sur la base militante. Lorsque l’écart entre les deux atteint un point de distorsion trop important, cela se traduit par des périodes de désengagement et de scissions. La crainte des dirigeants de perdre leurs militants et leurs électeurs les conduisent à réorienter leurs positionnements politiques.

Haut de page

Bibliographie

Ait Aoudia Myriam, 2015, L’expérience démocratique en Algérie (1988-1992), Paris, Presses de Sciences Po « Académique ».

Al ahnaf Mustafa et al., 1991, L’Algérie par ses islamistes, Paris, Karthala.

Baamara Layla, 2012, « (Més) aventures d’une coalition contestataire : le cas de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) », L’Année du Maghreb, VIII, p. 161-179.

Boubekeur Amel, 2008, « Les partis islamistes algériens et la démocratie : vers une professionnalisation politique ? », L’Année du Maghreb, IV, p. 219-238.

Dris-ait hamadouche Louisa, 2009, « Régime et islamistes en Algérie : un échange politique asymétrique ? », Maghreb – Machrek, n°200, p. 29-44.

Hamladji Noura, 2003, « L’émergence d’une nouvelle élite dans un régime autoritaire : le cas du parti islamiste MSP-Hamas en Algérie », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Editions du CNRS, p. 147-177.

Schwedler Jillian, 2011, « Can Islamists Become Moderates ? Rethinking the Inclusion-Moderation Hypothesis », World Politics, 63/2, p. 347-376.

Schwedler Jillian, 2013, « Islamists In Power ? Inclusion, Moderation, and the Arab Uprisings », Middle East Development Journal, vol.5 n° 1.

Willis Michael, 1996, The Islamist challenge in Algeria : a political history, London, Ithaca Press.

Haut de page

Notes

1 . Constitution du 23 février 1989 – Art.162.

2 . Journal officiel de la RADP du 15 janvier 1992.

3 . Décret présidentiel n°92-39 du 4 février 1992 relatif aux attributions et aux modalités d’organisation et de fonctionnement du Conseil Consultatif national.

4 . Suite à la loi organique sur les partis politiques de 1997 imposant aux partis de ne pas utiliser les composantes fondamentales de l’identité nationales à des fins de propagande partisane, le Mouvement de la Société Islamique (MSI) devient le Mouvement de la société pour la paix (MSP).

5 . Liste des membres du CNT disponible sur le site de l’APN : http://www.apn.dz/fr/les-membres/ancienne-legislature/liste-des-membres-du-conseil-national-de-transition-1994-1997

6 . Traduction : L’orientation et la réforme.

7 . Décret présidentiel n°92-44 du 9 février 1992 portant instauration de l’état d’urgence – Art.7.

8 . Créé en janvier 1994, le CNT prend la suite du Conseil consultatif national, il exerce « la fonction législative par voie d’ordonnance dans les matières se rapportant au domaine de la loi sur l’initiative du Gouvernement, ou pour ce qui a trait aux objectifs de la période de transition sur l’initiative du tiers des membres du Conseil national de transition après accord du Gouvernement. ». 200 membres y siègent composés pour 15 % de représentants des corps de l’État. Les 170 sièges restants sont répartis « à parités égales entre les représentants des forces économiques et sociales d’une part et les représentants des partis politiques d’autre part » - Décret présidentiel n°92-39 du 4 février 1992 relatif aux attributions et aux modalités d’organisation et de fonctionnement du Conseil Consultatif national.

9 . Traduction : participation

10 . Le terme wasatiya est utilisé dans la version arabe de l’ouvrage.

11 . Extrait d’un ouvrage de Mahfoud Nahnah, sd, L’Algérie de tous les espoirs, Alger, Dar al-Djoumouâa, p.103.

12 . Entretien avec Abdelkrim Dahmen, Alger, le 15 décembre 2017.

13 . Entretien avec Abdelmadjid Menasra, Alger le 15 février 2018.

14 . « Algérie. Assassinat d’un membre du Conseil national de transition », Le Monde, le 27 août 1994.

15 . Entretien collectif avec des élus de l’APC de Kouba, Alger le 4 avril 2018.

16 . Entretien collectif avec des élus de l’APC de Kouba, Alger, le 4 avril 2018.

17 . Ordonnance 97-09 du mars 1997 portant loi organique relative aux partis politiques.

18 . Ordonnance 97-09 du mars 1997 portant loi organique relative aux partis politiques – Art.3.

19 . Loi n°89-11 du 5 juillet 1989 relative aux associations à caractère politique – Art. 5.

20 . Extrait d’un ouvrage de Mahfoud Nahnah, sd, L’Algérie de tous les espoirs, Alger, Dar al-Djoumouâa, p.74.

21 . Par exemple, en 2012, une veillée a été organisée en son hommage au « martyr » Bouslimani. Article paru sur le site officiel du MSP : « Le mouvement organise une veillée à la mémoire du martyr cheikh Mohamed Bouslimani. » (Traduction), mis en ligne le 4 février 2012. http://hmsalgeria.net/portal/hms_dot_net/2496.html. Chaque année des événements commémoratifs, souvent à la date de la mort de Bouslimani, sont organisés au niveau des sections locales et de la part de l’organisation centrale.

22 . Le terme shahid qui signifie martyr renferme à la fois une connotation religieuse mais aussi historique dans la référence aux martyrs de la guerre de libération nationale.

23 . « En Algérie, premières victimes après les émeutes », Le Monde.fr, [en ligne] mis en ligne le 7 janvier 2011, https://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/01/07/les-manifestations-ont-repris-en-algerie-apres-une-matinee-calme_1462547_3212.html

24 . Entretien avec Sid Ahmed Boulil, Sidi Fredj, le 19 février 2015.

25 . Idem.

26 . Communiqué officiel du MSP, « Le bloc parlementaire du mouvement s’abstient de voter les projets de loi » (Traduction), mis en ligne le 3 novembre 2011, http://hmsalgeria.net/portal/communiques/2615.html

27 . Abou Djerra Soltani prend la tête du MSP après la mort de Mahfoud Nahnah en 2003. Abderrazak Makri lui succèdera en 2013 à l’issue du 6e congrès du parti.

28 . Communiqué du conseil consultatif du MSP « Le conseil consultatif approuve le désengagement des deux partis de la coalition » (Traduction), mis en ligne le 1er janvier 2012, http://hmsalgeria.net/portal/communiques/2542.html

29 . Le parti al Islah (Trad. : la réforme) est lui-même issu d’une scission à l’intérieur du parti Nahda. En 1997, Abdallah Djaballah, fondateur du parti Nahda, s’oppose au conseil consultatif du parti dont les membres souhaiteraient que le parti occupe des postes ministériels au sein d’un gouvernement de coalition après le bon score de Nahda aux législatives de la même année. Celui-ci démissionne alors du parti et crée sa propre formation, al-Islah, en 1999.

30 . Aux élections législatives, le MSP remporte 14.8% des suffrages exprimés en 1997, 7% en 2002, 9,6 % en 2007.

31 . Entretien avec Sid Ahmed Boulil, Sidi Fredj, le 19 février 2015.

32 . « Algérie. Installation dans une ambiance houleuse du nouveau parlement à Alger », RFI.fr, mis en ligne le 26 mai 2012 http://www.rfi.fr/fr/afrique/20120526-algerie

33 . Le groupe parlementaire de l’AAV propose des initiatives régulières du point de vue législatif mais n’ayant une portée uniquement revendicative : dépôt d’une mention demandant la création d’une commission d’enquête sur les résultats des législatives de 2012, proposition de loi sur la baisse de l’indemnisation des députés. Dans une situation où leurs demandes n’aboutissent jamais par un examen en séance, le but est de faire passer des messages politiques, souvent à l’encontre de l’institution même, via ces propositions.

34 . En 2014, le MSP appelle pour la première fois au boycott d’une élection présidentielle. Si en 1995, Mahfoud Nahnah s’est présenté, lors des autres échéances présidentielles, le parti appelait à voter pour Abdelaziz Bouteflika.

35 . Dans le cadre de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), le MSP participe à des sit-in. Par exemple, des membres du MSP aux côtés d’autres organisations membres de la CNLTD ont procédé à un sit-in devant le siège de la wilaya de Bouira contre l’exploitation du gaz de schiste dans le sud du pays. « La CNLTD Bouira opte pour un sit-in devant le siège de la wilaya le 24 février », El Watan [en ligne], mis en ligne le 20 février 2015, https://www.elwatan.com/edition/actualite/la-cnltd-bouira-opte-pour-un-sit-in-devant-le-siege-de-la-wilaya-le-24-fevrier-20-02-2015

36 . L’article 52 de la loi organique 12-04 du 12 janvier 2012 accorde une aide financière de l’État aux partis en fonction du nombre de sièges obtenus au Parlement et du nombre d’élus dans les assemblées wilayales et communales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Dupuy-Lorvin, « Trajectoire d’un parti islamiste dans l’Algérie post-guerre civile. Le cas du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP) », L’Année du Maghreb [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6232 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6232

Haut de page

Auteur

Claire Dupuy-Lorvin

Doctorante en science politique, CHERPA, Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence.41-55

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search