Navigation – Plan du site
Varia

Les usages de l’alcool à Meknès (Maroc) : entre interdits, censure et autocensure

The uses of alcohol in Meknes (Morocco): prohibitions,
censorship and self-censorship
Philippe Chaudat
p. 263-274

Résumés

Au Maroc, l’alcool est interdit aux musulmans, et pourtant de nombreux commerces (bars, épiceries…) proposent cette marchandise à des consommateurs qui sont des musulmans. Pour pouvoir vendre de l’alcool, les commerçants organisent, selon des modalités qui leur sont propres, leur espace et leurs pratiques pour les rendre invisibles tandis que les clients, de leur côté, masquent leurs achats et leurs usages. Ainsi, les mécanismes d’autocensure que génère l’alcool consistent, non pas à s’en abstenir, mais à masquer la visibilité de sa circulation et de sa consommation. Dès lors, l’appréhension sociale de la transgression porte moins sur le non-respect de l’interdit que sur le non-respect de cette autocensure.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . J’ai choisi de mener mes recherches à Meknès, car cette ville se trouve au cœur du vignoble et co (...)
  • 2 . Alors que l’interdiction de l’alcool ne figure pas dans le Coran (cette boisson y est en effet un (...)

1Au Maroc1, l’alcool est une marchandise interdite aux musulmans. Les autorités politiques et les Marocains favorables à une prohibition de l’alcool s’appuient sur le Coran2 et sur les hadiths pour justifier leur opposition aux usages de l’alcool, ainsi que sur plusieurs lois qui ont été promulguées depuis le Protectorat français et qui ne relèvent pas de logiques religieuses. Dès 1913, l’appareil législatif a interdit aux musulmans d’acheter, de consommer et de transporter de l’alcool, il a réglementé le périmètre d’implantation des bars autour des mosquées et d’autres établissements publics ainsi que la présence des femmes. La mise en place de cet appareil législatif s’inscrivait dans le cadre de la « politique des égards » chère à H. Lyautey. Selon l’historien N. Znaien (2018, p. 87) les autorités coloniales craignaient en effet que l’Afrique du Nord refuse de s’engager dans la mobilisation contre l’Allemagne et ont cherché à donner des gages aux opinions publiques musulmanes : en légiférant sur l’alcool, il s’agissait de montrer la bonne volonté française à respecter les coutumes des musulmans. D’autres arrêtés relatifs à l’alcool ont ensuite été promulgués avec le même objectif : reprendre la main politiquement dans une période de troubles sociaux. Après l’indépendance, la réglementation du royaume en matière d’alcool s’est inscrite dans la continuité de celle du Protectorat. Cependant, la condamnation des usages de ce produit n’a pas uniquement une dimension juridique, elle a en effet une dimension essentiellement sociale comme on le verra plus loin.

2Malgré ces interdits, la marchandise et ses espaces de vente et de consommation sont présents dans l’espace urbain, de façon parfaitement légale : on compte ainsi une quinzaine de bars indépendants, une douzaine de bars d’hôtels, une dizaine de boîtes de nuit (associées à un hôtel ou à un bar). De l’alcool est également vendu dans une dizaine de restaurants, quatre supermarchés et une dizaine d’épiceries. Dans les rayons alcool des hypermarchés comme dans les épiceries spécialisées, les publics sont divers : toutes les classes sociales sont présentes mais les femmes et les enfants sont rares. Dans les bars, ces derniers sont absents, les seules femmes présentes sont généralement des prostituées, mais l’origine sociale des publics présents diffère selon les établissements. Ainsi, les plus défavorisés nont pas les moyens de fréquenter les bars les plus onéreux et consomment uniquement dans les bars qualifiés de populaires, meilleurs marchés. On observe la même situation dans les restaurants et les boîtes de nuit.

  • 3 . Depuis 2012, je mène des observations dans les épiceries, les supermarchés, les bars, les restaur (...)

3Officiellement, les débits de boissons sont réservés à des clients non-musulmans, mais on observe l’inverse. Pour pouvoir poursuivre leurs activités dans ce contexte, les commerçants et les consommateurs d’alcool doivent faire en sorte de les rendre invisibles. La commercialisation et la consommation de ces marchandises s’opèrent ainsi selon des modalités propres à la société marocaine et qui sont intériorisées par les acteurs socioéconomiques. Cet article cherche ainsi à décrire comment ces derniers font taire leurs usages de l’alcool pour pouvoir les poursuivre et quelles modalités sont mises en œuvre pour contourner les interdits. Après avoir traité de la question de la visibilité des espaces concernés par l’alcool, il posera celle de la visibilité des usages de cette marchandise. Ce travail de terrain3 permettra ainsi de s’interroger plus largement sur les limites entre interdits, censure et autocensure et sur la nature de la transgression au Maroc.

Masquer les espaces de vente et de consommation des alcools

4À Meknès, les débits de boissons alcoolisées sont toujours localisés dans la ville nouvelle et sont interdits en dehors de cet espace. Cette situation résulte de lois qui ont été promulguées pendant le Protectorat. En effet, en interdisant l’implantation des bars à proximité des mosquées, l’arrêté du 27 janvier 1913 excluait de fait ces établissements des quartiers musulmans qui disposaient de nombreux lieux de culte. Il cantonnait donc d’emblée les débits de boissons dans le seul périmètre des villes nouvelles, européennes, et des mellâh, alors dépourvus de mosquées et peuplés respectivement de chrétiens et de juifs, qui se voyaient ainsi confier les activités et les espaces ayant rapport à l’alcool, excluant de facto les musulmans.

5Que l’on se trouve dans une épicerie, dans un supermarché ou dans un bar, la nature alcoolisée des marchandises vendues influe sur la façon dont l’espace est organisé, qui doit garantir aux clients la plus grande invisibilité possible. Les propriétaires de ces établissements dissimulent leur présence, masquent leurs espaces intérieurs, les usages de l’alcool et les rapports sociaux qui leur sont spécifiques, en mettant en œuvre des aménagements adaptés.

  • 4 . Accroître la visibilité des clients était peut-être l’effet recherché par le législateur pour les (...)

6Dans les épiceries vendant de l’alcool, les devantures donnant sur le trottoir sont parfois protégées par des grilles. Jusqu’en 2012, des autocollants pour des marques d’alcool recouvraient la vitrine de certains de ces magasins, ou des cartons d’emballage de boissons alcoolisées étaient empilés derrière les vitres. Ils masquaient ainsi les clients à l’intérieur mais ont aujourd’hui disparu, le gouvernement ayant interdit les publicités pour l’alcool4.

7Les supermarchés, quant à eux, disposent d’un local à part réservé à la vente de cette marchandise. Alors que les autres produits se trouvent tous dans le même espace, dans des linéaires différents, l’alcool est toujours isolé. Il se trouve dans une pièce qui peut être fermée par un rideau métallique descendu à l’occasion du ramadan et des fêtes musulmanes, empêchant alors toute possibilité d’achat. Cet espace peut bénéficier d’une porte de sortie extérieure, sur le côté du magasin, éloignée de l’entrée principale. Les clients qui viennent faire leurs courses n’ont ainsi aucun contact avec les acheteurs d’alcool qui, de leur côté, peuvent faire leurs emplettes très discrètement.

  • 5 . On retrouve ces rideaux aux fenêtres des restaurants vendant de l’alcool.
  • 6 . Les cafés ne vendent pas de boissons alcoolisées.

8L’organisation spatiale des bars répond à la même logique. En effet, ceux-ci ont pignon sur rue mais leurs façades se singularisent par leur aspect fermé. Leurs propriétaires les maintiennent à l’abri des regards à l’aide de différents aménagements. Des films argentés ou fumés collés sur les vitrines permettent de les opacifier : le client peut voir de l’intérieur sans être vu de l’extérieur. Des grilles sont parfois fixées sur les devantures et, à l’intérieur, d’épais rideaux sont tirés le soir venu5. L’entrée des bars est également aménagée. Il s’agit par exemple d’un couloir fermé à ses deux extrémités par une porte, l’une donnant sur la rue et l’autre sur la salle du bar. Parfois une séparation d’environ 1,80 mètre de hauteur est placée en biais à l’intérieur, devant la porte d’entrée, empêchant de voir depuis la rue les tables qui sont derrière et les clients. On utilise également un rideau fixé dans l’entrebâillement de la porte et qui descend jusqu’à sa mi-hauteur. Cela permet de laisser la porte d’entrée entrouverte pour laisser entrer l’air en raison de la chaleur. Entre le trottoir et l’intérieur des bars, la visibilité est nulle, mais la communication est possible tout en restant néanmoins toujours indirecte. Dans les cafés6, c’est l’inverse : pas de grille, ni de rideaux, les portes et les fenêtres restent ouvertes et lorsqu’elles sont fermées, on peut voir l’espace intérieur depuis la rue. On observe également qu’en cas de fermeture définitive d’un bar et de sa reconversion en café, les films opacifiants sont retirés ou les fenêtres restent ouvertes, et laissent alors voir, depuis la rue, les clients qui consomment à l’intérieur.

9L’espace des boîtes de nuit quant à lui n’a rien d’original, puisque, quel que soit le pays, il se caractérise par l’absence de fenêtre et par la présence d’une imposante porte d’entrée permettant d’empêcher de voir à l’intérieur tout en filtrant la clientèle.

10Les mécanismes de dissimulation ne concernent pas uniquement l’organisation des espaces de distribution et de consommation mais aussi les activités qui les animent, qu’il s’agisse de la livraison, de l’achat et de la vente des alcools.

Masquer la circulation de l’alcool

  • 7 . Becker, 1985, p. 171

11En effet, la circulation de cette marchandise répond aussi à des logiques propres à la société marocaine. Les distributeurs de boissons livrent toujours leurs marchandises aux bars et aux restaurants par camion. Quand il s’agit de boissons non alcoolisées, les véhicules sont toujours débâchés : on peut donc voir les caisses empilées entre les ridelles depuis la rue. Quand ils livrent des boissons alcoolisées, c’est l’inverse : des bâches masquent les marchandises transportées tout en ne laissant personne dupe sur le contenu du camion. Ce mode de livraison était, semble-t-il, moins masqué il y a encore quelques années, les caisses pouvaient circuler sans bâche avant les années 1990. Certains légitiment cette transformation par la nécessité de ne pas montrer le mauvais exemple à la jeunesse et de ne pas lencourager à consommer de lalcool par sa libre circulation dans lespace public. Ils ajoutent que si les livraisons nétaient pas masquées, on pourrait alors interpréter cette monstration comme le signe dun accord de la société vis-à-vis des usages de lalcool. Il est toutefois aussi probable que la montée en puissance du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ait eu une incidence sur les usages liés à cette marchandise : consommateurs et distributeurs ont sans doute davantage masqué leurs pratiques après l’arrivée au pouvoir de ce parti qualifié d’« islamiste », qui prônait la lutte contre l’alcool et qui utilisait l’interdiction de l’alcool comme un argument politique, à la manière d’un « entrepreneur de morale »7 contribuant à l’étiquetage de ce groupe constitué par les usagers de l’alcool.

12On masque non seulement la livraison de cette marchandise aux commerçants mais encore sa circulation, du commerce au domicile du client. Transporter ses bouteilles risque en effet de rendre visible son achat et sa consommation future et introduit dans l’espace public des marchandises qui ne devraient pas s’y trouver. Il faut donc les masquer : lépicier enroule chaque bouteille individuellement et les cannettes par deux ou par trois, dans une feuille de papier journal, puis les place à l’intérieur d’un sac plastique pour être transportées. Les journaux servent à rendre plus informe le contenu du sac et à empêcher les bouteilles de faire du bruit en s’entrechoquant. Ces sacs plastiques sont plus épais et plus opaques que les sacs utilisés pour le transport des autres marchandises. Les clients circulent ainsi dans la rue à la vue de tout un chacun, y compris des policiers, chacun sachant ce que ces sacs contiennent. La dissimulation est donc toute relative : il s’agit moins de masquer une pratique que de se plier aux règles de ce jeu social. La dissimulation est ici l’indice d’un respect de l’ordre. Néanmoins, la police arrête parfois ces personnes dans la rue pour leur demander ce qu’elles transportent. Elles sont alors obligées d’en indiquer le contenu, et se trouvent en infraction. Certains policiers les laissent repartir mais conservent les bouteilles, d’autres demandent le versement d’un bakchich. Les consommateurs d’alcool sont donc constamment confrontés à la menace d’être appréhendés. Dans les épiceries qui vendent à la fois des alcools et des produits de consommation courante, ou dans celles qui ne vendent pas de boissons alcoolisées, ces sacs sont refusés par certains clients qui n’achètent pas d’alcool et qui n’en boivent pas car « on va croire qu’on a acheté de l’alcool ». L’usage de ces sacs a donc une double signification selon que l’on consomme ou non de l’alcool. Pour les consommateurs, l’utilisation de ces sacs manifeste leur respect envers ces normes sociales qui tolèrent certaines pratiques à condition qu’elles soient masquées. Pour les non-consommateurs, ces sacs sont stigmatisant et renvoient à la consommation d’une marchandise interdite. Les utiliser revient à exposer des pratiques qu’ils rejettent par ailleurs.

  • 8 . Eau-de-vie de figues.

13L’alcool se vend ainsi en masquant physiquement la marchandise, en lui retirant sa forme. Les consommateurs adhèrent à cette façon de faire et la reproduisent, on le verra, quand il s’agit de se débarrasser de leurs bouteilles vides. Certains l’intègrent à un tel point qu’ils élaborent eux-mêmes d’autres stratégies pour ne montrer ni l’alcool qu’ils achètent, ni les sacs occultants. J’ai pu ainsi observer que certains clients cachent les bouteilles dans un sac à dos ou dans le haut de leur pantalon alors que d’autres achetant une bouteille de mahia8, transvasent cet alcool blanc dans une bouteille de soda à moitié pleine ou dans une bouteille d’eau vide, avant de sortir de l’épicerie. L’alcool est ainsi caché, anonymisé dans son nouveau contenant, « comme ça, les policiers ny verront rien, parce que cest de leau… ».

  • 9 . Comme la plupart des épiceries et des bars.

14On observe les mêmes pratiques d’achat dans les supermarchés de Meknès. Une fois les bouteilles dans le caddie, les clients ne fréquentent plus l’autre espace du supermarché pour faire leurs courses ordinaires. Pour payer leurs bouteilles, ils doivent passer leurs courses (alcools et autres marchandises) à une caisse spéciale, propre au rayon alcool. La caissière enveloppe elle aussi les bouteilles dans du papier journal et les range dans les sacs en plastique opaques. La plupart des supermarchés9, ne donnent pas de tickets de caisse aux clients qui achètent de l’alcool pour qu’il n’existe pas d’élément matériel prouvant qu’ils ont servi de l’alcool à des musulmans. Une fois sorti de l’espace de vente, le client cherche à dissimuler les bouteilles comme il le fait en sortant des épiceries.

15Néanmoins, la circulation de l’alcool peut générer des problèmes quand le lieu d’habitation est inséré dans un espace d’habitat collectif, car il pose la question du regard des voisins et notamment celui du concierge, que les habitants considèrent parfois comme un agent de renseignement pour l’État. Quand on habite un immeuble, on doit se faire encore plus discret, redoubler d’attention pour que la marchandise soit invisible dans les espaces communs et pour que les voisins ne voient rien. Cependant, comme le montre l’exemple suivant, personne n’est à l’abri d’un accident, comme la casse d’une bouteille dans l’ascenseur, ce qui expose le coupable aux regards et aux critiques de son voisinage.

« - Une fois, un monsieur qui habite au huitième étage, a apporté une bouteille de vin. Quand il a voulu appuyer sur le bouton de l’ascenseur, elle est tombée et s’est cassée. Donc ses mains étaient mouillées de vin et il a appuyé sur le numéro huit. En descendant, j’ai trouvé un monsieur, un barbu, qui commençait à crier. Je lui ai dit : « Mais c’est pas grave ». Je suis monté, j’ai balayé ça. Il m’a dit « Le voilà, c’est celui-là, c’est celui du huitième ! » [rires] il a vu l’empreinte du doigt ! Il voulait rassembler beaucoup de gens pour leur montrer que, voilà il y a quelqu’un qui… Mais après, en lui parlant, il a tout de suite cédé, et j’ai balayé ça, j’ai nettoyé et tout s’est passé très bien.

- Et le monsieur du huitième n’avait pas ramassé les morceaux de bouteille ?

- Non, non, non, il s’est enfuit [dit-il en tapant dans ses mains] parce que pour lui, c’est la honte je crois. Donc il s’est enfui mais il a laissé la marque [rires]. Alors moi, je ne l’ai pas remarquée parce que ça ne m’intéresse pas. J’ai balayé ça et… il m’a dit « c’est le huitième qui… », je lui ai dit « et alors ? ». Lui, c’est un commerçant qui a deux gosses, deux filles, quelqu’un qui est très bien. Seulement, il avait peur de la contrainte de… ce qui va se passer par la suite. »

M. H. Enseignant retraité, consommateur d’alcool, Meknès, 2015.

16On voit donc ici quelles conséquences peut avoir la visibilité de l’alcool dans l’espace collectif, aussi bien en termes de peur et de fuite pour la personne qui rend ainsi visibles ses usages de l’alcool, qu’en terme de réaction de la part de personnes n’en consommant pas et de conflits qui peuvent en découler. L’incident est donc clos à partir du moment où l’objet du délit disparaît, soulignant la prépondérance de la visibilité. La question de la visibilité se pose non seulement à travers le transport des boissons alcoolisées mais aussi à travers la circulation des bouteilles vides.

  • 10 . Ferrié, 1995.

17Quand elles veulent se débarrasser de leurs bouteilles vides, de nombreuses personnes prennent le soin de les isoler préalablement les unes des autres en les enroulant dans du papier journal avant de les placer dans un sac plastique et de les jeter dans leur poubelle, reproduisant ainsi les pratiques commerciales décrites ci-dessus. Ainsi, quand la personne sort à l’extérieur de l’habitation pour déposer le sac dans la poubelle collective en bas de l’immeuble, personne ne peut identifier le contenu de son sac poubelle, ni les pratiques de celui qui le porte. D’autres préfèrent jeter leurs bouteilles directement dans des poubelles collectives, dans une rue voisine et non dans les poubelles de leur appartement, redoutant d’être repérés par leur concierge. La bouteille vide, parce qu’elle est associée à la consommation d’alcool, doit également rester dans la sphère qui lui est impartie, elle doit rester cantonnée à ce que J.-N Ferrié nomme les « lieux intérieurs »10. Ces comportements s’expliquent à la fois par le respect des non-buveurs et par la peur qui opèrent simultanément et renvoient à la question de la sanction, qui intervient quand la dissimulation n’est pas respectée, quand la pratique est visible. Cette sanction peut être le fait de la police comme on l’a vu précédemment, mais peut aussi avoir pour origine l’environnement social plus rigoriste du buveur, qu’il s’agisse de sa famille, de ses collègues, de ses voisins, ou de ses amis. S’ils découvrent les pratiques alcooliques de la personne, ces derniers peuvent alors appliquer des sanctions informelles comme le retrait d’affection, l’isolement, le rejet, la mauvaise réputation et l’ostracisme. On dissimule non seulement l’espace et la circulation de cette marchandise, mais encore sa consommation.

Montrer ou masquer la consommation d’alcool selon les espaces

  • 11 . Goffman, 1956.
  • 12 . Dans les cafés, les clients ne vont pas au comptoir qui sert uniquement à poser les boissons avan (...)
  • 13 . Les bars ne délivrant pas de tickets de caisse, laisser ainsi les consommations sur la table perm (...)

18Quelle que soit la clientèle présente dans les bars, la consommation d’alcool se fait toujours à l’abri des regards extérieurs. Mais dans l’espace clos et réservé du bar, les consommateurs ne se cachent pas. C’est même un lieu où l’on peut se montrer : les consommateurs d’alcool sont parfois des acteurs en représentation, qui se mettent en scène11 dans le cadre de ces « lieux intérieurs ». Nous avons ainsi observé des hommes danser sur les tables, taper dans leurs mains au rythme de la musique, rire et chanter sans retenue, faire de larges gestes, parfois mal maîtrisés. Certains hommes s’embrassent, se touchent ou ont des comportements vis-à-vis des prostituées qui seraient inacceptables à l’extérieur (poser la main sur leur poitrine ou sur leur sexe par exemple). On observe ces attitudes surtout au comptoir, où l’on est à la vue de tous, où l’on se montre et s’expose12. La façon de consommer répond également à des logiques d’ostentation et de compétition. Certains consommateurs veulent montrer qu’ils sont capables de boire davantage que les autres. La façon de facturer les consommations participe à l’ostentation, puisque tant que le client n’a pas payé, le serveur laisse sur la table les bouteilles et les canettes qu’il a consommées13, qui peuvent parfois se compter par plusieurs dizaines. En accumulant leurs trophées et en les exposant, ils montrent ainsi leur résistance et leur force, la consommation d’alcool participant à l’affirmation de leur virilité et de leur puissance. D’autres se valorisent également par le prix des bouteilles achetées ou par leur générosité quand ils offrent des tournées à leurs amis.

  • 14 . Comme les boîtes de nuit.
  • 15 . Celle de boire de l’alcool et d’avoir certains comportements.
  • 16 . Régime de visibilité défini par M. Lussault (2007, p. 217) comme « l’ensemble des dispositions sp (...)

19Le bar14 est ainsi une sphère à part, isolée du reste de l’espace social, un espace social en tant que tel, à l’abri des regards du dehors, séparé de l’espace public, sphère dans laquelle l’individu peut avoir des attitudes qu’il n’aurait pas à l’extérieur. Le bar constitue en cela un espace original qui relève du privé, espace dans lequel est reléguée une forme de liberté individuelle15 soustraite au public. Ce mode de fonctionnement renvoie plus largement à celui des sociétés musulmanes qui, pour J-N. Ferrié (1995, p. 188), « limitent la liberté individuelle, non pas en la transférant dans la vie publique, mais, bien au contraire, en la soustrayant au public et en la reléguant dans le privé ». Ces « lieux intérieurs » correspondent ainsi à un cadre de référence particulier, non-officiel, et permettent à une partie de la société de trouver un espace de liberté dans le cadre d’un groupe particulier, celui des buveurs d’alcool, d’une sociabilité réservée à un type d’espace, celui des bars et des nightclubs. On masque ainsi ses usages de l’alcool dans la sphère publique et on les exprime plus librement dans le cadre d’une sphère plus privée, celle du bar. Ces pratiques singulières autour de l’alcool sont donc effectives dans ces sphères particulières et y sont tolérées. Ainsi, ces comportements transgressifs n’apparaissent pas au grand jour et ne risquent pas de compromettre l’équilibre de la société. La consommation de boissons alcoolisées occupe ainsi une place à part dans le domaine de la consommation des marchandises au Maroc. Les espaces qui lui sont associés permettent l’expression de substances sociales que l’on ne peut observer dans d’autres espaces. Les pratiques sociales ont une plus ou moins forte visibilité dans les espaces, selon la nature des marchandises qui y sont consommées. C’est par cette spatialité que les substances sociales deviennent visibles et que leur existence au sein de la société se cristallise (Lussault, 2003, p. 997), renvoyant ainsi à la question des « régimes de visibilité » des substances sociales16, c’est-à-dire à la question de leur présentation au regard. Les bars se caractérisent par un régime de visibilité particulièrement fermé, tant du point de vue de leur aspect extérieur que du point de vue de leur organisation et de leur usage. Le bar n’incite pas ses occupants à se donner au regard et ne s’inscrit pas dans l’ « advenue au visible, [dans la] représentation aux regards » dont parle M. Lussault (2003, p. 997). Les clients des bars (comme ceux des épiceries ou des supermarchés vendant de l’alcool) développent alors des stratégies d’acteurs servant ce « régime de visibilité » particulier. C’est à partir du moment où lalcool passe dun « régime de visibilité » fermé, celui du domicile, de l’épicerie ou du bar, à un « régime de visibilité » ouvert qui est celui de l’espace public et donc quand les substances sociales propres aux espaces de l’alcool changent de « régime de visibilité » que les conflits avec ceux qui réprouvent ces pratiques peuvent émerger.

20Rien d’étonnant alors à ce que l’alcool, mais également la sexualité hors-mariage, se retrouvent et s’expriment dans ces « lieux intérieurs » et y restent confinés. Ces espaces permettent ainsi de circonscrire les facteurs d’instabilité. Tout en faisant taire ces pratiques déviantes, la société les isole dans des espaces réservés et coupe en même temps ces dernières du fonctionnement social plus global. Il n’est donc pas surprenant que ces lieux constituent un espace d’observation et d’écoute privilégié pour la police, qui les fréquente en civil, et qui recueille ainsi de l’information sur les façons de penser et d’agir des uns et des autres. Les bars sont donc à la fois des espaces de liberté relative et des espaces de contrôle où l’effet désinhibant de l’alcool libère la parole et les comportements. Ce sont des espaces de liberté surveillée qui permettent, d’une part, aux consommateurs de se défouler et d’oublier leurs problèmes quotidiens et, d’autre part, qui permettent au pouvoir de contrôler davantage les individus. L’État a tout intérêt à la fois d’interdire dans la sphère « publique » mais de laisser cette liberté au sein des bars, au sein d’une sphère de l’intime.

  • 17 . Il n’existe pas de données chiffrées permettant d’évaluer l’importance de la consommation à domic (...)

21À l’inverse de ce qu’on observe à l’intérieur des bars et des boîtes de nuit, dans l’espace domestique, on cache ses usages de boissons alcoolisées. Au Maroc, boire de l’alcool à domicile est un acte certes minoritaire mais qui existe néanmoins et que j’ai pu observer à maintes reprises17 dans les milieux aisés – les classes populaires consommant davantage à l’extérieur, au bar ou dans leurs voitures ou ne consommant pas du tout. M.-P. Anglade (2006, p. 91) souligne que dans les quartiers populaires « lhabitude de boisson est moralement réprouvée car susceptible de faire honte à lépouse devant les invités, les visites de membres de la famille se produisant souvent à limproviste ». La promiscuité de lhabitat dans les milieux défavorisés accentue encore le poids du regard des autres, et décourage toute tentative de consommation à la maison.

  • 18 . Certains informateurs ressentent un changement dans les façons de consommer en famille et constat (...)
  • 19 . Au sens figuré du terme, c’est-à-dire débarrassés de tout élément compromettant.

22L’espace du domicile n’est pas organisé autour de l’alcool comme c’était le cas précédemment, pour le mettre en valeur et le mettre en scène. Il n’existe pas de caves, pas d’armoire réfrigérée ou de lieu de stockage. Les bouteilles sont achetées au coup par coup, selon les besoins. Seules quelques-unes sont parfois stockées dans un placard. Dans ces conditions, décrire l’organisation de l’espace domestique à propos des alcools peut donc sembler inutile : aucune place matérielle visible ne lui est faite. L’espace est même organisé socialement pour masquer la présence de l’alcool. Rien ne distingue en effet l’espace intérieur d’un buveur d’alcool de celui occupé par une personne n’en consommant pas. L’invisibilité de cette marchandise se prolonge donc jusque dans l’espace le plus intime des Marocains. Par contre, la façon dont on utilise cet espace varie en fonction de la présence ou non de ce produit et des personnes présentes. Lorsque l’on observe les pratiques de consommation à domicile, on s’aperçoit en effet que l’usage de l’espace n’est pas fixe mais qu’il est extrêmement mouvant quand il s’agit de l’alcool. Ça n’est pas l’espace qui est signifiant, mais ce que l’on en fait. On prépare certes le repas dans la cuisine, reçoit les invités dans le salon mais il n’existe pas d’espace attitré où l’on consomme de l’alcool : on en boit dans une pièce différente selon les personnes en présence. Si le consommateur d’alcool vit avec ses ascendants et/ou ses collatéraux, il boit généralement dans sa chambre ou dans son bureau, à l’abri des regards. D’autres boivent dans le salon avec des amis, ou à table, en présence de leurs enfants et de leur épouse (celle-ci ne consommant pas forcément de l’alcool et pouvant l’accompagner en buvant du soda par exemple). Inversement, d’autres personnes ne veulent pas montrer à leurs enfants qu’ils boivent de l’alcool et se cachent donc pour le faire18. La norme et la transgression ont donc une incidence sur les usages de l’espace. Ici l’espace ne détermine pas les pratiques mais ce sont les pratiques qui déterminent les usages de l’espace en fonction des acteurs en présence, usages que l’on peut ainsi qualifier de flottants et qui sont déterminés socialement par le jugement ou l’absence de jugement de l’environnement social immédiat et par les interactions sociales. C’est donc le statut des acteurs en présence et leur positionnement vis-à-vis des usages des boissons alcoolisées qui déterminent la pratique de l’espace. Tout est fait pour qu’aucun objet relatif à l’alcool ne transparaisse dans l’espace d’habitation. Les bouteilles ne sortent dans cet espace que lorsque des personnes partageant l’usage de l’alcool sont réunies. Les visites à l’improviste de voisins, de membres de la famille ou de collègues sont possibles à tout moment, on ne peut donc se faire surprendre en laissant une bouteille apparente et dévoiler ainsi ces pratiques. Certains utilisent même différemment leur réfrigérateur selon les personnes présentes dans l’espace habité : ils laissent leurs bouteilles au frais quand ils vivent seuls mais les rangent préalablement dans un placard quand ils savent que d’autres personnes vont venir, que ce soit la femme de ménage, des membres de leur famille ou la voisine qui arrose les plantes à la maison quand ils sont en vacances. Cette invisibilité ne signifie pas en tout cas que l’alcool n’est pas utilisé dans l’espace domestique. Elle signifie avant tout que la nature de cette marchandise nécessite une utilisation différente de l’espace. De la même façon que les bars sont masqués pour préserver les regards extérieurs, les espaces intérieurs de l’habitation sont en effet aseptisés19, détachés de certaines pratiques quand celles-ci ne sont pas conformes aux pratiques collectives et ne sont pas dicibles. Qu’il s’agisse de la structuration des espaces, de la circulation ou de la consommation de l’alcool, les usages de cette marchandise sont donc fortement modelés par l’existence non seulement d’interdits qui visent les pratiques mais également par celle d’une censure et d’une autocensure qui touchent leur visibilité.

Conclusion : usages de l’alcool, interdits, censure et mécanismes d’autocensure

  • 20 . Valabrega, 1967.
  • 21 . Ibid, p. 116.

23L’observation des usages de l’alcool montre que l’on peut interdire une pratique sans pour autant la supprimer, et qu’elle ne peut survivre qu’à condition de la faire taire. Le mécanisme reposant sur la « parole déclarée »20 (inscrite dans les dahirs) relevant de la législation, se double donc d’un second mécanisme, fondé sur le silence, l’implicite et le tacite (aucun texte ne déclare qu’il faut consommer ou transporter de l’alcool sans le montrer), qui relève de la censure et de l’autocensure. Les modes opératoires de l’un et de l’autre correspondent à la catégorisation opérée par J.-P. Valabrega (1967, p. 115-116) qui dissocie ainsi l’interdit et la censure. Pour lui, l’interdit appartient « au domaine de la parole déclarée » : l’interdit est promulgué. Quand les délits sont réprimés par la loi, les institutions prévoient des instances pour discuter, pour évaluer les responsabilités, les mobiles et les peines. L’interdit fait ainsi intervenir les lois et la sanction pour punir tout acte transgressif, lois qui permettent de placer des frontières entre ce qui est tolérable et intolérable, entre ce qui est permis et transgressif. Cet auteur souligne qu’à l’inverse, le mode opératoire et les effets de la censure sont de l’ordre de l’implicite, de la menace, du tacite et du silence : on fait planer une menace. Effectivement le fait de censure ne laisse pas de place à la discussion, à la contestation et à la plaidoirie. La censure, elle, ignore ces instances supérieures ou médiatrices, elle les exclut dans ses principes. Et l’auteur conclut ainsi que l’« on peut débattre du droit pénal. De la censure on ne peut rien faire dautre que de ladmettre, ou labolir »21. Concernant l’alcool, la censure vise les visibilités de l’acte transgressif et de ses acteurs, qu’ils soient distributeurs ou consommateurs. Elle cherche à faire taire la visibilité de leurs pratiques. L’importance est donnée moins aux pratiques elles-mêmes qu’au message véhiculé par leur visibilité. La censure renvoie ainsi davantage à des représentations et à ce qui symbolise lalcool. Elle s’intéresse avant tout aux connotations, quand celles-ci signifient et expriment quelque chose pour les individus. Les frontières ne sont alors plus matériellement placées, elles ne sont plus écrites, mais elles sont intériorisées par chacun, consommateur d’alcool ou non, elles sont avant tout sociales. Elles sont immatérielles et elles sont incontestablement partagées et agissantes, contrairement à la loi que certains peuvent ne pas respecter. Quand ils consomment et vendent de l’alcool, les marocains désobéissent à la loi et, dans le même temps, obéissent à la censure car ils pratiquent l’autocensure en faisant taire leurs pratiques. Comme le souligne J.-P. Valabrega (1967), admettre la censure c’est inévitablement l’exercer. C’est pourquoi, elle tend inéluctablement vers l’autocensure qui n’est rien d’autre qu’un effet de la menace. Pour cet auteur, toute censure renvoie à l’autocensure, ou y conduit. Les transgresseurs n’ont pas d’autre choix que de faire taire leurs pratiques pour s’assurer de pouvoir les poursuivre sans s’exposer aux sanctions prévues par la loi, respectant ainsi non pas cette dernière mais la censure. Exprimer publiquement ses usages de l’alcool revient à exprimer un message contraire aux valeurs dominantes dans la société marocaine. L’usage de l’alcool ne peut donc exister sans ce jeu subtil entre les interdits, la censure et l’autocensure. Il ne peut exister qu’en transgressant les premiers et en respectant les deux autres. Dans le cas de l’alcool, la menace tacite est plus efficace que l’interdit et la sanction prévue par la loi, puisque la première est respectée contrairement au second. Du côté de l’État, c’est quand la censure n’est pas respectée (quand les Marocains montrent l’usage de l’alcool) que la loi et les sanctions sont appliquées, et non quand la loi elle-même n’est pas respectée (quand les Marocains boivent de l’alcool). Corrélativement, du côté des consommateurs et des distributeurs d’alcool, on transgresse quand on montre son action non quand on la met en œuvre selon des codes acceptés et partagés. Dans ce cas, la transgression est considérée comme telle uniquement quand on ne respecte pas la censure et l’autocensure et non quand on ne respecte pas la loi. Ainsi, la transgression est effective et reconnue comme telle quand elle touche les questions de visibilité et moins quand elle concerne les questions de droit.

24Tout en étant radicalement différents, interdits, censure et autocensure sont donc fortement complémentaires. Censure et autocensure se mêlent à l’interdit pour constituer un mécanisme de régulation de l’ordre et de maintien de l’équilibre social, tout en participant à la dynamique sociale par les possibilités de transgression souterraine qu’ils génèrent.

Haut de page

Bibliographie

Anglade Marie-Pierre, 2006, « Sociabilités et interdépendances au souk de Derb Cuba à Casablanca, Maroc. Portrait de deux groupes de buveurs », Espaces et sociétés, n°126, p.87-102.

Becker Howard, 1985, Outsiders, Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bonte Marie, 2011/3, « Éthiques et pratiques éthyliques en milieu urbain marocain », Confluences Méditerranée, n°78, p.145-156.

Cheikh Mariem, 2018, « Scandales et ductilité des normes au Maroc. Le cas de la prostitution vu par-delà les marges » in Chaudat Philippe et Lachheb Monia (dir), Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, p.51-62.

Ferrie Jean-Noël, 1995, « Lieux intérieurs et culture publique au Maroc », Politix, n°31, p.187-202.

Gillot Gaëlle, 2005, « Faire sans le dire. Les rencontres amoureuses au Caire », Géographie et cultures, n°4, p.31-52.

Goffman Erving, 1956, La mise en scène de la vie quotidienne. 1, La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

Lussault Michel, 2003, « Visibilité (régime de) » in Lévy Jacques et Lussault Michel (dir), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p.997.

Lussault Michel, 2007, L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

Valabrega, Jean-Paul, 1967, « Fondement psycho-politique de la censure », Communications, n° 9, p.114-121.

Znaien Nessim, 2017, Les raisins de la domination. Histoire sociale de l’alcool en Tunisie à l’époque du Protectorat (1881-1956), Thèse de doctorat, Université Panthéon Sorbonne, Paris.

Znaien Nessim, 2018, « Alcoolisation et lutte contre l’alcoolisme au Maghreb sous la colonisation (Algérie, Maroc, Tunisie) » in Chaudat Philippe et Lachheb Monia (dir), Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, p.79-96.

Haut de page

Notes

1 . J’ai choisi de mener mes recherches à Meknès, car cette ville se trouve au cœur du vignoble et comporte de nombreux bars, héritage de son statut de ville de garnison pendant le Protectorat.

2 . Alors que l’interdiction de l’alcool ne figure pas dans le Coran (cette boisson y est en effet uniquement déconseillée).

3 . Depuis 2012, je mène des observations dans les épiceries, les supermarchés, les bars, les restaurants, les boîtes de nuit et au domicile des personnes. J’ai effectué une quarantaine d’entretiens auprès de personnes issues de milieux plutôt favorisés : enseignants, vignerons, étudiants, restaurateurs, patrons de bar, épiciers, et responsables d’hypermarchés.

4 . Accroître la visibilité des clients était peut-être l’effet recherché par le législateur pour les dissuader de s’exposer aux regards extérieurs.

5 . On retrouve ces rideaux aux fenêtres des restaurants vendant de l’alcool.

6 . Les cafés ne vendent pas de boissons alcoolisées.

7 . Becker, 1985, p. 171

8 . Eau-de-vie de figues.

9 . Comme la plupart des épiceries et des bars.

10 . Ferrié, 1995.

11 . Goffman, 1956.

12 . Dans les cafés, les clients ne vont pas au comptoir qui sert uniquement à poser les boissons avant de les servir.

13 . Les bars ne délivrant pas de tickets de caisse, laisser ainsi les consommations sur la table permet de faire l’addition sans contestation possible.

14 . Comme les boîtes de nuit.

15 . Celle de boire de l’alcool et d’avoir certains comportements.

16 . Régime de visibilité défini par M. Lussault (2007, p. 217) comme « l’ensemble des dispositions spatiales qui rendent les substances sociales visibles aux individus et aux groupes ».

17 . Il n’existe pas de données chiffrées permettant d’évaluer l’importance de la consommation à domicile.

18 . Certains informateurs ressentent un changement dans les façons de consommer en famille et constatent une dissimulation accrue des usages de l’alcool à domicile depuis ces dernières années, expliquant ce phénomène par la montée de l’intégrisme religieux.

19 . Au sens figuré du terme, c’est-à-dire débarrassés de tout élément compromettant.

20 . Valabrega, 1967.

21 . Ibid, p. 116.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chaudat, « Les usages de l’alcool à Meknès (Maroc) : entre interdits, censure et autocensure », L’Année du Maghreb, 22 | 2020, 263-274.

Référence électronique

Philippe Chaudat, « Les usages de l’alcool à Meknès (Maroc) : entre interdits, censure et autocensure », L’Année du Maghreb [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 10 juillet 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6596 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6596

Haut de page

Auteur

Philippe Chaudat

Anthropologue, Maître de conférences à l’Université de Paris, Centre Population et Développement-CEPED, UMR196 (UPD-IRD).

Haut de page