Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23HommageHommage à Claude Lefébure

Hommage

Hommage à Claude Lefébure

Textes rassemblés par Alain Messaoudi
Alain Messaoudi
p. 3-18

Entrées d'index

Mots-clés :

Hommage, Claude Lefébure
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Une liste de ses publications a été publiée par Dominique Casajus avec une présentation lui renda (...)

1Claude Lefébure nous a quittés au printemps dernier. C’était un chercheur qui publiait peu, et dont on ne retrouvera pas la signature en consultant les tables de L’Année du Maghreb1. On peut cependant considérer qu’il y aura contribué, parmi ces figures discrètes, sinon tout à fait invisibles, qui participent à l’élaboration d’un dossier, partagent leurs idées, donnent les bons conseils, sans finalement rendre le texte promis. Il nous a semblé bienvenu de rassembler quelques témoignages de la portée de son enseignement, qui rappellent que les savoirs se transmettent parfois en traversant les frontières des institutions universitaires et savantes, souterrainement, avec des résurgences magnifiques, comme dans ces pays de karst qui était les siens, en France et au Maroc. Quelques histoires comme il aimait qu’on lui en raconte. Nadia Belalimat rappelle ainsi la façon dont il a suivi son travail sur les poésies chantées par les Tinariwen, en quête d’une traduction qui résonne au plus juste. Corinne Cauvin-Verner et Valérie Beaumont, celle dont il a contribué au dossier sur le sexe et les sexualités au Maghreb que publia en 2010 L’Année du Maghreb. Annabelle Charbonnier et Kahina Mazari disent l’importance de son enseignement à l’EHESS. Enfin, Aurélia Dusserre évoque leur travail en commun autour de l’œuvre d’un illustrateur du Maroc. Elles témoignent de la façon dont elles ont rencontré ce professeur qui était leur aîné, et leur parlait sans détours, d’égal à égal. Et rappellent à travers lui la valeur du travail de l’artisan (« de la dentelle », disait-il), et la force des paroles ciselées de la littérature orale qu’il étudia et incarna.

Fig. 1 : Claude Lefébure, Autoportrait

Un guide sensible et exigeant au pays de la poésie

Nadia BELALIMAT, Anthropologue, ingénieure d’études au CNRS (CESSP)

  • 2 . Ce cours était destiné aux étudiants préparant le Diplôme unilingue de langue et civilisation ori (...)

2Je voudrais ici rendre hommage au professeur passionnant et au guide généreux que Claude Lefébure fut pour moi en anthropologie sociale et ethno-linguistique. J’ai d’abord suivi son cours de littérature orale berbère à l’Inalco à Paris entre 1993 et 19962. Son enseignement s’appuyait sur les travaux de Lionel Galand et Paulette Galand-Pernet, qu’il transmettait avec ferveur, et plus largement sur l’école française des études berbères de linguistique, de philologie et de sciences sociales maghrébines, tout autant que sur ses propres travaux sur la poésie chantée berbère marocaine, ancienne ou contemporaine. Un professeur éloquent qui transformait n’importe quelle exégèse de vers en digression érudite. La matière des mots à réflexion. Une plongée dans l’univers métaphorique des poètes de l’Atlas marocain ou du renouveau de la chanson berbère à travers une approche linguistique rigoureuse et une profondeur lexicale vertigineuse.

3Je lui ai demandé d’être le tuteur de mon mémoire de recherche de maîtrise en anthropologie sociale et ethnologie à l’Université Paris X-Nanterre alors que je venais de découvrir un groupe de musiciens poètes originaires de l’Adagh au nord du Mali, les Tinariwen, au hasard d’un voyage au Sahara. Inconnus alors en Europe, mais déjà artistes culte là-bas, ils chantaient la rébellion touarègue de 1990. L’enthousiasme de Claude pour mon sujet fut immédiat et alla crescendo, tout autant que ses encouragements et notre émulation mutuelle en terrain poétique saharien, inconnu tant pour moi que pour lui. J’ai finalement enquêté sur leurs chansons en anthropologue et étudié leurs poésies en ethno-linguiste, un peu à sa façon.

4Il a été le professeur idéal dans cette aventure. S’il l’est devenu, l’objet de recherche n’était pas classique à l’époque en ethnologie à Nanterre. Rien de moins orthodoxe mais cela n’était pas sans déplaire à Claude : des Touaregs chantant sur des guitares électriques et dont les cassettes enflammaient la jeunesse des villes et des brousses sahariennes, du Fezzan libyen à Tombouctou, de Tamanrasset à Agadez. Pas de parenté, pas de tribu, peu de rituels, a priori… mais de la musique et du verbe, des montagnes reculées, de la solitude (essuf) au sens tamasheq, des combats et des chansons, vibrant sur les cassettes. « Les Nass El Ghiwane sahariens ! » : une découverte pour cet aficionado des troubadours de langue berbère. Un trésor dont il perçut immédiatement la valeur lors de mon retour de terrain en 1995. Des cassettes qui voyagent avec les hommes, qui les relient et les rassemblent, dans cet immense désert depuis la fin des années 1970… Les « premiers » Tinariwen sont de la génération de Claude. Ramené à ses propres réminiscences, il bifurquait parfois vers Bob Dylan lors de nos échanges, épaté par le son du groupe, leur histoire et leurs chansons – Bob Dylan que croiseront les Tinariwen en tournée en Allemagne, bien des années plus tard…

5Ce fut une passionnante stimulation intellectuelle dans le paysage de la musique et de la rime saharienne, une longue collaboration entre nous autour de ces chansons et de leur exégèse. À la suite d’une enquête de terrain de cinq mois entre le Niger et le Nord du Mali en 1995, où j’ai rencontré le groupe et enquêté sur leur répertoire, je suis revenue en France avec de multiples cassettes audio locales, des cahiers remplis de transcriptions et de notes, et beaucoup de questions. Claude mit une littérature conséquente à ma disposition en m’ouvrant sa bibliothèque.

6Il m’accompagna pas à pas dans ce long processus, enthousiaste et charmé lui aussi par leur musique et leurs poésies, se révélant un grand mélomane. Enchanté par l’écoute des cassettes locales que j’avais rapportées et attentif à mes premières tentatives de traduction, c’est avec détermination qu’il me poussait à poursuivre. Compagnon des méandres et des affres de leur traduction… Des poèmes très éloignés des formes canoniques de la poésie touarègue, sans parler des formes poétiques plus sophistiquées et plus proches de son terrain de recherche au Maroc, ni des multiples dialectes que recouvre le terme générique de ‘berbère’ ou ‘langue touarègue’. Sous son aile philologique, je m’engageais sur la voie de l’exégèse du texte oral et du régime d’oralité en pays touareg, dans un contexte d’énonciation marqué par la révolte et la constitution d’un mouvement armé. La langue sociale au cœur de ce que l’anthropologue-ethno-linguiste entreprend d’étudier et que Claude ne se lassait jamais d’explorer sous nos latitudes maghrébines et sahariennes de recherche.

7La notion de isalan (les nouvelles, les informations) en tamasheq, dont les chansons-gazettes témoignent, l’intéressait beaucoup et Claude a grandement contribué à prendre le parti de l’analyse phénoménologique produite par et à travers les Tinariwen dans la société touarègue. J’en garde un souvenir ému : nos écoutes des cassettes sur son magnétophone, nos échanges multiples sur les chansons, les allers-retours des enregistrements au texte des transcriptions, de longues sessions de travail sur les traductions de ces mêmes transcriptions, que je lui remettais en main propre, à l’ère pré-numérique. Il me posait beaucoup de questions sur le contexte de l’énonciation, cherchant à se représenter les choses, à matérialiser le désert ou, du moins, la musique live au Sahara des années 1980 et 1990. Me poussant sans cesse, non seulement à préciser mes descriptions, mais aussi à toujours retravailler mes successives traductions du corpus que nous avions finalement arrêté à quarante-et-une chansons sur les plus de quatre-vingts que j’avais recueillies ; un corpus final intitulé après d’intenses discussions Le Chant des fauves, repris du titre éponyme, As-Sawt el-wahuch, datant des années 1980. Il aura fallu six versions, environ un an de travail, pour arriver à une version qu’il jugea aboutie.

8Toujours inédit et non-publié, intéressant surtout un cercle académique de spécialistes de l’aire géographique saharienne, ce corpus qui a constitué les annexes du mémoire que j’ai soutenu en octobre 1996 sous sa co-direction, a été partiellement rendu public à travers quelques-uns de mes articles. Il a aussi connu une certaine diffusion avec le succès mondial du groupe à partir des années 2000 lorsque quelques traductions ont été utilisées pour les livrets de certains de leurs disques produits en Europe.

9Claude, travailleur acharné de la rime, du sens et du rythme, aguerri à la musique des langues, à la musique tout court, à toutes les interactions sociales produites par la poésie des hommes, était sensible à la performance des troubadours de son siècle, au hors-piste de l’ethnographie, à l’aventure sociale et politique de la langue, à l’art d’être poète, à l’art d’être l’ethnologue du processus poétique et musical, à toute prosodie. Le Chant des Fauves porte son empreinte.

10In memoriam, ces vers de Mohamed ag Itlal, que Claude appréciait tout particulièrement ; ils illustrent la consolation qu’il semblait chercher – et trouver – dans la poésie des hommes et la bonne compagnie de son prochain :

Ag adam hak d-ag ɘsuf
adunia arodj n ɘsuf
nɘmɘkkes d-agnak ɘsuf
ṭamaṭant taẓal d-afus

  • 3 . Littéralement : ôtez/retirez-la (la solitude) / Consolez-vous-en.

Oh vous les Hommes et aussi vous les djinns !
La vie n’est qu’une vallée de solitude
Consolez-vous3 avec votre prochain
Car la mort n’est jamais loin qui tend la main

Fig. 2 : Claude Lefébure, Portrait de femme Aït Atta

Ce portrait figure dans son mémoire de maîtrise en ethnologie, Le cinquième, la tribu, l’os, le foyer. Introduction à l’étude de la segmentation sociale chez les Ayt Atta, Université Paris V, 1971.

Va, viens, vaincs

Corinne Cauvin Verner
Anthropologue, chercheuse associée à l’IMAF. Directrice du département cinéma de l’École supérieure des arts visuels (ÉSAV) de Marrakech

  • 4 . Abderrahmane Moussaoui, Ibtissem Ben Dridi, Christophe Pereira, Céline Lesourd, Matthew Carey, Mu (...)

11Il y a vingt ans, L’Année du Maghreb consacrait un dossier aux sexualités en Afrique du Nord. Une approche commune unissait les onze chercheurs impliqués dans cette publication4 : proposer des questionnements issus de leurs terrains de recherche, susceptibles de dérouter quelques grands paradigmes de la recherche socio-anthropologique sur « la sexualité en Islam ». Dès les prémisses de ce travail véritablement collectif, pour lequel nous nous rencontrâmes plusieurs fois à Paris ou à Aix-en-Provence, Claude Lefébure fut notre collègue et complice, à même de documenter l’une ou l’autre des situations vécues, parole, récit, comptine, devinette ou ragot entendus lors de ses longues fréquentations du Sud marocain. Il participa à toutes nos discussions, qui nous aventuraient vers cette publication marginale ne s’appuyant que sur des données de terrain inédites – nous n’en étions que plus stimulés et déterminés à conduire ce projet à son terme. Si Claude, comme chacun de nous, avait choisi le sujet de sa contribution, il se trouve que, chemin faisant, il ne nous remit jamais son article. L’aurait-il écrit, sans vouloir le publier ? C’est peu probable. Aurait-il manqué de courage devant les risques courus à remémorer un fait brûlant de la société marocaine où se cristallisait du scandale ? Si le titre de sa contribution ne le laissait pas entendre explicitement – « De la littérature marocaine d’expression française (viol de la cousine) aux chansons gazettes relatives aux grandes affaires de mœurs contemporaines » – le projet de Claude était de rendre compte de la création d’une oralité autour de l’affaire Mustapha Tabet, ce commissaire de police coupable de l’agression sexuelle de 518 femmes, condamné à mort le 15 mars 1993, et exécuté le 5 septembre de la même année.

  • 5 . Pourquoi, questionnait-il dans le rapport de soutenance de ma thèse, « une recherche vivante devr (...)

12Claude ne justifia jamais ce renoncement, et personne ne le questionna non plus : il était déjà arrivé en d’autres occasions qu’il se retire discrètement d’une publication. Pourquoi ? C’est un mystère. Sa plume était fine, précise, mordante, époustouflante parfois, à l’image de l’homme, passionné et passionnel. Était-ce, comme il s’en excusait parfois, qu’il ne se considérait pas comme un pur académique5 ? Sa réputation était pourtant solidement établie, et sa légitimité incontestée. Alors même que je commençais mon terrain dans la région de Zagora, en 1994, j’entendais parler de lui comme le principal chercheur de référence sur les Aït Atta. À la Sorbonne où je suivais une maitrise d’ethnologie, on ne manquait pas de le désigner comme le meilleur des spécialistes berbérophones du Maroc. N’ayant eu finalement à travailler ni sur les Aït Atta, ni sur aucun groupe berbérophone du Maroc, ce n’est que bien plus tard que je fis sa connaissance, en 2000, alors que je quittais Paris pour m’installer à Marrakech au plus près de mon terrain d’enquête.

  • 6 . « Ayt Khebbach Impasse Sud-est. L’involution d’une tribu marocaine exclue du Sahara », REMMM, 41- (...)

13J’aurais dû être intimidée par cette rencontre, tant je devais à ses « Ayt Khebbach Impasse Sud-est », très proches des Nouaji auxquels je consacrais ma thèse6. Mais je ne le fus pas. D’emblée, la relation se construisit de façon inattendue, soudaine, spontanée, sur le terrain de l’amitié et des connivences. Une amitié discontinue certes, puisque je n’habitais plus Paris, mais alerte, et qui conduisait à parler de tout : de littérature et de ces « poètes maudits » du XIXe siècle qu’il affectionnait, de musique, de photographie, de cinéma… d’amour aussi. Il aimait engager des conversations sur ce qui pouvait se nouer (ou se dénouer) de relations intimes autour de lui et s’enquérait des maux de chacun avec une profonde affection, et non moins d’humour.

14Entre Claude et les autres, pas de relations d’autorité donc, ni avec ses collègues ni avec les doctorant(e)s. C’était un enseignant disponible pour transmettre son savoir, ses observations, ses questionnements, dans les lieux consacrés que ce sont les Langues orientales et l’EHESS aussi bien que dans les brasseries, particulièrement celles de la place Denfert-Rochereau situées à deux pas de chez lui. C’était devenu presque une habitude, lors de mes passages à Paris, que ces rendez-vous dans un café dont il me rappelait qu’il avait été fréquenté par Lénine. Du fait de mon éloignement, il appréciait que je lui envoie des cartes postales en retour de quoi il m’écrivit en jour une longue lettre, en tête de laquelle m’était dédicacé son autoportrait (fig. 1) et un « Va, viens, vaincs » m’assurant de son soutien. De passage au Maroc, il courait de droite et de gauche pour visiter l’une ou l’autre de ses connaissances et, en bon compagnon, se laissait facilement entraîner là où il n’avait pas prévu.

15Homme d’écritures doué d’une verve oratoire lui permettant de parler franc et fort et d’improviser des alexandrins pleins d’esprit, il était aussi un homme d’images.

  • 7 . Sels d’argent, sel des mots, photographies de Claude Lefébure chez les Imazighen du Maroc Sud-est (...)

« Privilégier le contact, pas le déclic. Peu d’appareillage. Le boitier reflex moins fait pour l’exploit que pour tenir. Pas d’angulaire miracle ; pas d’émulsion record. Je prends le 50 mm, je me mets en face. L’objectif voit ce qu’un œil voit ; la couche sensible, c’est profonde qu’il faut l’avoir7. »

16Son œil était très alerte au design graphique et il dessinait beaucoup – des morphologies de terroir, des habitats, des coiffures de femmes (fig. 2). Il était comme ça, Claude, un homme de la citation, de la dédicace, de la prose enlevée, de la facétie et du coup de crayon, dans une position inconfortable d’entre-deux (ou trois ou quatre) et n’ayant pas tant l’angoisse de la page blanche que l’angoisse tout court... J’aime à penser que ses renoncements à la publication était une des expressions de cet inconfort.

Un complice passionné et éloquent

Valérie Beaumont, Anthropologue

17En 1999, à l’âge de 23 ans, mon petit ami de l’époque et moi avons quitté Montréal afin d’entamer un périple au Maroc. Trois mois à sillonner le territoire national, en taxi, en bus, en autocar, en auto-stop, à pied, avec un minimum de bagages. Nous fréquentions les petits hôtels ruraux, nous plantions parfois notre tente quelque part pour une nuit. Et, pour notre plus grand bonheur, nous étions parfois invités à dormir chez des gens croisés sur notre chemin. Les grandes villes marocaines étaient quasiment exclues de notre itinéraire. Nous ne les fréquentions que pour nous ravitailler en vivres, en médicaments, en chaussures, en accessoires divers, ou encore pour profiter d’une terrasse sur un toit et d’un verre de vin.

18Sur notre route, des femmes et des hommes du pays, beaucoup d’enfants, des animaux domestiques et de pâturage venaient animer notre périple et alimenter les souvenirs que nous allions garder pour longtemps. Ce voyage fut l’occasion d’un éveil insoupçonné à l’incroyable géographie marocaine, à l’histoire culturelle et sociale maghrébine ainsi qu’à l’amazighité des lieux dans lesquels nous nous posions. Un jour, dans la vallée d’Aït Mizane, alors que nous faisions l’ascension du Djebel Toubkal, une jeune femme aux habits colorés se mit à fixer mon petit ami d’un regard troublant. Tout en s’approchant de nous, elle fredonnait en tachelhit un air harmonieux parfois entrecoupé d’intenses variations. Pas une seule fois elle n’a posé ses yeux sur moi. Bien que la confusion m’ait gagnée durant cette joute que je ne savais ni nommer, ni interpréter, j’avais tout de même l’impression d’être défiée par cette femme qui semblait vouloir séduire mon homme. Perplexité remise à jour lorsque, des années plus tard, j’évoquai cette scène à Claude qui, tout en souriant subtilement, avait attentivement écouté mon récit, sans broncher. Il avait ensuite émis des hypothèses sur ce jeu inédit survenu au beau milieu d’un sentier désert : intentions de séduction, de confrontation, mais aussi tentatives ludiques et humoristiques pouvaient expliquer, peut-être, cette scène qui garde encore sa part de mystère.

19J’ai quitté le Maroc à bord d’un bateau pour Tarifa, le 22 juillet 1999, la veille du décès de Hassan II.

  • 8 . Je reprends la formule de François Pouillon (https://journals.openedition.org/annuaire-ehess/2064 (...)

20Dix ans plus tard, la confection d’un dossier sur les sexualités pour l’édition 2010 de L’Année du Maghreb a profité des nombreux regards de Claude. Je songe en particulier à l’article de Matthew Carey (« Entre rencontres et rendez-vous : stratégies marocaines et sexualité hors mariage »), à celui de Mustapha Qadéry (« Bordel de bled, bordel au Bled : figures rurales de la prostitution au Maroc »), ainsi qu’au mien (« Amitiés particulières au Maghreb : sociabilités et discours homosexuels »), des thèmes familiers pour l’ethnologue qui s’était intéressé entre autres aux « représentations de la sexualité dans le roman maghrébin de langue française »8

21Avec son sens du récit, sa verve unique, sa vive intelligence, sa mémoire affûtée, sa connaissance profonde du territoire, de la poésie traditionnelle et des cultures propres au Maghreb, mais aussi sa disponibilité et sa générosité, Claude a été une ressource pour ceux et celles qui ont donné de leur temps pour ce numéro. Son écoute et son ouverture ont favorisé nos échanges, éclairci les zones d’ombres, non pas en proposant des dogmes ou des schémas ethnographiques, mais en suggérant d’aller creuser plus loin, au-delà des propos entendus et des observations effectuées. En évitant les pièges de la fixation dans un espace-temps des cultures qu’il a largement côtoyées, il a su nous rappeler que, malgré le temps qui passe et les changements qui s’opèrent, les fondations résistent et colorent aujourd’hui encore la langue, les relations sociales, le rapport à l’histoire et au territoire.

22Claude était d’avantage qu’une ressource académique, c’était un ami. Un être d’une extrême sensibilité qui savait se mettre à la place de jeunes chercheurs qui doivent affronter ce monde de la recherche qui peut être impitoyable et cruel. Il a su comprendre nos difficultés et nos craintes devant la réception d’un dossier qui traitait de sujets aussi délicats que tabous. Il a su se montrer humble et compréhensif quand, jeune femme blanche nord-américaine, je manifestais des doutes quant à ma légitimité de chercheure sur le monde maghrébin.

23Claude reste et restera une figure phare dans ma perception du monde, au-delà de la sphère marocaine et maghrébine.

Du cuisiné maison et tissé main

Annabelle Charbonnier, docteure en anthropologie
et Kahina Mazari, doctorante en anthropologie

  • 9 . Le CHSIM a été depuis intégré à l’Institut des mondes africains (IMAF).
  • 10 . De ce colloque est issu un ouvrage publié sous la direction de François Pouillon et Jean-Claude V (...)

24Pour rendre hommage à Claude Lefébure, un texte à deux voix nous a semblé la forme la plus adéquate. Quand nous sommes arrivées à la fin des années 2000 à l’EHESS pour y préparer un doctorat, il y dirigeait le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM)9 et animait avec Gianni Albergoni et François Pouillon un atelier d’anthropologie du monde arabe. L’ambiance y était au travail collectif. Non pas celle d’une boîte de jeunes cadres dynamiques prêts à défourailler au moindre appel à projet fléché. Mais celle de chercheurs chevronnés (sinon chenus) qui achevaient de travailler au Dictionnaire des orientalistes de langue française et préparaient un colloque, “Après l’orientalisme, l’Orient créé par l’Orient”10. Rappelons le premier contact avec Claude Lefébure…

25Annabelle Charbonnier : Nous sommes en 2009, et aujourd’hui, je dois rencontrer un enseignant-chercheur chez lui à Paris. Je ne veux surtout pas être en retard à l’entretien. J’arrive donc très en avance dans le quartier Montparnasse. Je passe dans la rue, repère le numéro de la porte et décide de m’installer dans un parc, un peu plus loin. Je surveille l’heure. Le cœur battant, je me dirige enfin vers l’appartement. Le professeur avait dit qu’il y avait un interphone mais que la porte serait ouverte ; elle est fermée. Je tape le code qu’il m’a donné. La porte ne s’ouvre pas. Je retape le code, la porte reste fermée. Je retente une troisième fois, en vain. Je décide d’appeler le professeur. Je ne suis pas très à l’aise. Il me redonne le même code. Je finis par lui avouer qu’il ne fonctionne pas. « Ne bougez pas, je descends les quatre étages, je viens vous ouvrir ». J’attends. Des secondes qui me semblent interminables. Et soudain, un flash : je me suis trompée de rue ! Je cours jusqu’au croisement, puis me précipite dans la voie adjacente. La porte est entrouverte mais le professeur est remonté chez lui. Je monte les escaliers quatre à quatre. J’arrive essoufflée devant une porte où est épinglée une petite photo noir et blanc des années 1970 représentant un mariage berbère. Juste avant de frapper, je souffle un coup très fort, en espérant faire taire mon cœur qui bat à cent à l’heure. Un homme, grand, au visage impressionnant, m’ouvre. « Ah vous voilà ! Mais vous êtes toute en sueur ! Entrez, je vais vous servir un Perrier. » La suite de la rencontre s’est déroulée de façon assez classique, sous la forme d’un entretien. Au terme de celui-ci, le professeur Lefébure me dit, tout aussi formellement, qu’il lirait mon master et me tiendrait au courant de sa décision de travailler ou non avec moi sur mon projet de thèse.

26Le soir, j’ai rendez-vous avec une de mes amies pour aller manger une glace. Il est 21 h 30, mon téléphone à clapet sonne. J’ai les mains toutes collantes et peine à l’ouvrir. C’est le professeur qui m’appelle ! Je vais pour décrocher mais le clapet m’échappe : je viens de lui raccrocher au nez. Il va être bientôt 22 h, une boule d’angoisse au ventre, je compose le numéro. À peine me suis-je présentée, le professeur parle de mon travail de master, dit qu’il a été tout à fait convaincu et qu’il est enthousiaste à l’idée de travailler avec moi.

27Je n’avais pas l’objectif de m’inscrire en thèse à Paris, et encore moins à l’EHESS. Mais à l’université de Clermont-Ferrand où j’avais soutenu un master sur la culture des céréales à Mari en 2000 avant notre ère, mon directeur m’avait dissuadée de m’inscrire en thèse sous sa direction :

« Je ne remets pas la qualité de votre travail en question, ni même votre capacité à faire une thèse de doctorat, comprenez-moi bien. Mais ce secteur n’est pas porteur, il est même totalement fermé. Et, malheureusement pour vous, je ne suis pas un professeur d’assyriologie parisien, et... comment vous dire... je ne fais pas partie des gens influents de ce milieu... je dirais même que je ne suis pas très apprécié... Ce que j’essaie de vous dire, c’est qu’il vaut mieux que vous trouviez un vrai métier et que vous fassiez votre thèse après. Ou que vous changiez de sujet. »

28Le Maroc que j’avais eu l’occasion de découvrir à travers un trek m’avait impressionnée. Je me retrouvai ainsi à demander les coordonnées d’un professeur qui en serait spécialiste. Sans aller à Paris… C’est tellement surfait, Paris, LA ville où il faut faire ses études, LA seule ville où les professeurs sont compétents et les bibliothèques dignes de ce nom. Non, je n’étais pas de ceux qui ne jurent que par Paris, de ces provinciaux frustrés de ne pas avoir accès aux ressources de la Capitale. Oui, mais voilà, le seul professeur dont on me donnait le nom enseignait dans une prestigieuse école parisienne… Mais Claude Lefébure ne jugeait pas selon les titres ou les perspectives d’une potentielle carrière académique. Que mon profil soit atypique ne l’effraya pas.

29Kahina Mazari : On peut même aller jusqu’à dire qu’un profil atypique était recommandé ! Sur la porte du CHSIM on aurait pu voir écrit « Toi qui entres ici, abandonne toute espérance… d’une formation doctorale normée imposant de choisir des terrains déterminés par des perspectives de financement ». Et avec un nom de centre pareil, prononcé « schisme », j’avais le sentiment que la mythique EHESS allait peut-être honorer sa promesse d’un rapport aux savoirs bien plus ludique qu’instrumental. En intégrant l’atelier d’anthropologie du monde arabe, j’étais loin d’imaginer qu’une appellation aussi quelconque dévoilerait des aspects insoupçonnés jusque-là du métier de chercheur. Parce qu’enfin il ne s’agissait plus de déployer nerveusement des stratégies de placement à l’égard de la concurrence sur le marché de la recherche. Avec Claude Lefébure, il s’agissait d’apprendre un métier non pas pour le confort d’« en être », mais pour le plaisir de le faire avec d’autres ; pour le vivre plus que pour en vivre si je puis dire.

30Venant de l’université et d’une formation en lettres classiques, à Lille puis à Nanterre où j’avais fini par m’ennuyer un peu, l’EHESS sonnait comme une promesse de mouvement et de débat intellectuel. De controverses et d’audaces fécondes. Car dans mon imaginaire d’antiquisante mais aussi de militante de gauche radicale, l’EHESS c’était “la recherche par la recherche” et sa galerie de portraits de chercheurs de légende. Dans mon hall of fame imaginaire de l’École, la place d’honneur revenait à Vernant, Détienne et au centre Louis Gernet. Mais Lefébure, Pouillon et le CHSIM étaient inconnus au bataillon. Ce centre de recherche dont on aurait pu penser qu’il aurait été utile pour éclairer l’actualité menait une existence discrète. Il semble aussi qu’au sein des études sur l’islam méditerranéen, les études berbères étaient particulièrement mal dotées, marginales parmi les marginaux – c’est du moins le sentiment qu’exprimait parfois Claude Lefébure. Et lorsqu’il n’y a ni argent, ni considération, il reste l’imagination pour maintenir vivant et attractif un champ d’étude que tout semble condamner à l’oubli. L’inventivité rhétorique de Claude Lefébure était sans pareil pour transmettre sa passion des petites choses tel un Cyrano des Aït Atta. À ce titre, la transition avec l’académisme austère et le formalisme désuet des études latines fut aussi brutale qu’enthousiasmante. Il avait toujours l’air d’exhorter : « Engagez-vous, vous verrez du pays ! ». Contrairement à ce qu’évoque la formule de prime abord, la promesse fut largement tenue. L’heure n’était plus à l’ergotage sur les grands sujets à la mode ni à flatter nos égos en nous cachant derrière les grands auteurs de la discipline. Il fallait mettre la main à la pâte et donner de soi dans nos enquêtes pour espérer produire autre chose qu’une analyse à l’usinage sans relief ni saveur. Mais comme tout environnement underground, un temps d’initiation était nécessaire pour en apprécier toute l’intensité, la subtilité des savoirs produits et les cadres de sociabilité dans lesquels ils étaient élaborés.

  • 11 . La thèse que j’ai soutenue à l’EHESS en 2015, sous la direction de Claude Lefébure et François Po (...)

31Annabelle Charbonnier : étudiant, on a idéalement tendance à vouloir de notre directeur de thèse qu’il nous donne des réponses claires, afin d’être rassuré et de pouvoir poursuivre la recherche sans craindre de faire fausse route. Je ressortais de mes entrevues avec Claude Lefébure avec plus de questions que de réponses et beaucoup plus d’incertitudes qu’auparavant. Jusqu’au jour où j’ai compris que cette méthode allait me procurer à la fois liberté, soutien et critique si j’arrivais à prendre ces questions pour ce qu’elles étaient, de véritables clés permettant d’ouvrir une multitude de portes. Après des études d’histoire, qui plus est spécialisées dans l’Antiquité avec pour principaux matériaux de recherche des tablettes d’argile et leur transcription, le terrain d’enquête anthropologique restait pour moi une notion assez nébuleuse. Lorsque j’ai demandé à Claude Lefébure de me préciser ce que je devais faire ou éviter de faire au cours de mon premier séjour au Maroc, il eut cette formule : « Soyez une éponge, et ne dormez pas, vous vous reposerez à Paris ». Une fois ce conseil assimilé, je n’avais plus à me sentir coupable de jouer aux cartes avec les villageois, d’aller aux champs et à la source avec les femmes, de peigner la laine sur la terrasse, de tenir la boutique du village, de garder un stand au souk en l’absence de son propriétaire, de servir les touristes dans un gîte, de jeûner pendant le mois de Ramadan, de passer l’Aïd dans une famille, de jouer avec les fillettes du village, de prendre les transports en commun et les taxis collectifs, d’habiter un quartier populaire, d’aller au hammam avec les femmes, de faire du tourisme avec les jeunes Marocains et les familles... J’ai pu ainsi accéder à beaucoup d’éléments du quotidien qui me seraient restés imperceptibles dans le seul cadre formel des entretiens et qui me furent très utiles dans mon travail. Et j’ai également, sans le savoir, marché sur les traces de Claude Lefébure, au sens propre et figuré. Tout comme il l’avait fait quarante ans avant moi, j’ai fréquenté assidûment les montagnes du Haut Atlas central, parcouru à pied les sentiers muletiers, vécu avec les Aït Atta dans les bergeries d’altitude, discuté longuement avec les gens de M’semrir qui se souvenaient très bien de lui et de son parlé chleuh parfait11... Il m’enviait alors d’être une femme, et d’avoir accès à cette sphère qui lui était restée inaccessible - bien que les femmes Aït Atta se rappellent encore de lui comme l’homme qui tissait sur les métiers verticaux...

  • 12 . Courriel adressé le 9 décembre 2016 par François Pouillon aux « fidèles séminaristes ».

32Kahina Mazari : Il faut reconnaître que là où j’ai le plus appris de Claude Lefébure, c’est bien dans les coulisses, hors des cadres officiels d’enseignement. Orchestré par François Pouillon, le séminaire avait ses rituels, dont le principal était le repas pris en commun après les séances de décembre, de janvier et de juin : pour reprendre une formule d’invitation que j’ai conservée, « les animateurs apportent des boissons et les participants (réguliers ou pas) apportent un plat de leur composition – les collègues « administratifs », s’ils veulent bien rester au bureau jusque vers 19h, sont invités d’office (sans obligation de service). Nous vous y attendons donc pour un point-route sur les activités du séminaire et un moment de commensalité »12. Contrairement à nos questions relevant de la « théorie de l’enquête » pour lesquelles nous avions peu de réponses ou seulement sibyllines, les consignes et rôle de chacun était très explicites et la mécanique bien rôdée. Dit autrement, si nous présentions nos ouvrages dans le cadre des séances, c’étaient ces cadres de sociabilité érudite informelle qui en étaient généralement la matrice.

33À la manière de nos travaux savants, les plats devaient être les produits de notre propre artisanat. Ces prolongations autour d’une table étaient au fond le négatif au sens photographique des séminaires ordinaires, où il s’agissait, après avoir collecté, transformé et associé les matières premières (les données recueillies sur le terrain, ou dans les archives), de produire puis d’offrir son plat en partage à l’occasion d’un “séminaire-banquet” (ou, à défaut, d’apporter un produit de qualité à la provenance garantie). Un moment propice aux échanges plus personnels. J’ai le souvenir de Claude Lefébure prenant soin de me faire part de ses correctifs à propos de certaines maladresses de langage qui pouvaient trahir mon extraction populaire. Si le propos était dit avec une franche brutalité, la connivence de classe qu’il y ajoutait le rendait étranger à toute forme de violence : « je ne suis pas fils d’architecte ou de chef d’orchestre, je suis fils de concierge ! ». Je recevais son sage avertissement à être plus stratégique en ne prêtant pas inutilement le flanc à la disqualification, d’autant qu’il était le fruit de sa longue et parfois douloureuse expérience du monde académique ; a working class hero is something to be…

34Annabelle Charbonnier : Soucieux de ne pas engager la conversation sur son travail et de me faire parler du mien, il ne me dévoila qu’au fur et à mesure de nos entrevues à son domicile quelques-uns des matériaux issus de ses recherches des années 1970 : de magnifiques photographies argentiques des massifs du Haut Atlas, représentant des scènes quotidiennes, des portraits et des textiles, ainsi un tapis dit berbère. Ce tapis n’était pas un cadeau mais bien son ouvrage, témoignage de sa pratique et de l’ampleur de ses connaissances sur un Maroc rural et populaire. D’ailleurs, cette ouverture lui valait d’être connu au-delà des frontières intellectuelles et universitaires. Dans un cadre professionnel très différent, lié au sport, je fis la connaissance de deux jeunes lissières des Gobelins. Lorsque je prononçai le nom de mon directeur de thèse, elles restèrent bouche bée. La perspective de le rencontrer en personne et de discuter avec lui leur semblait inimaginable. Claude Lefébure avait aussi manifesté son enthousiasme à l’idée de faire leur connaissance. Cela ne put malheureusement pas se faire.

35Kahina Mazari : Nous n’étions pas face à une équipe de vedettes des sciences sociales qui remplissent les amphis comme on remplit des stades ! Pas des vedettes certes mais une équipe, à n’en pas douter, qui se donnait au sens propre en spectacle et ainsi s’offrait en exemple aux jeunes aspirant chercheurs que nous étions alors : apprendre le métier comme un apprenti en observant les gestes puis en les répétant jusqu’à se les approprier assez pour façonner son propre ouvrage. En dévoilant les ressorts de ce qui fait l’illusion du prestige académique à l’inverse la façon toute artisanale dont s’élabore les savoirs, loin de dévaloriser le métier de chercheur, ils nous le rendaient concret et accessible en l’incarnant tout simplement au fil des séances avec leurs couacs et leurs réussites.

36Dans ce trio de choc, Claude Lefébure incarnait pour moi un rapport passionnément militant à la recherche sur le Maghreb tout en se tenant à distance des dogmatismes théoriques ou idéologiques. Comment ? En cultivant son terrain comme on cultive son jardin. Pour le plaisir d’y passer du temps et celui d’en partager les fruits.

Sortir du cadre

Aurélia Dusserre,
Maître de conférences en histoire contemporaine, AMU/IREMAM

37Sortir du cadre. C’est ce qui avait frappé Claude, lorsqu’il a découvert le travail de Théophile-Jean Delaye. Officier topographe, Delaye a travaillé au Maroc à l’établissement de la cartographie régulière, principalement dans les années 1920. Rigoureux et précis dans son travail sur le terrain, qu’il parcourait en technicien, l’officier l’était également dans la vie. Cela contrastait avec la liberté qu’il pouvait prendre lorsqu’il peignait ou dessinait, hommes et surtout paysages, dans une veine orientaliste : souvent, d’un trait de plume, le dessin de Delaye sortait du cadre qui lui était imposé. Claude était sensible au talent du dessinateur, dont les compositions, principalement en noir et blanc ou au lavis sépia, sont souvent rehaussées d’aquarelle, de gouache ou de mine de couleur, pour rompre la monochromie. Amateur de montagne, Delaye a parcouru le pays berbère, que Claude connaissait si bien : les Imazirhenes du Moyen Atlas et de l’Atlas central, les Ichelhaynes de l’Atlas de Marrakech et de l’Anti Atlas. C’est notamment avec lui que j’allais dans la famille du topographe, prendre connaissance de ce qui n’était pas encore constitué comme un fonds d’archives en tant que tel. Ensemble, nous nous sommes rendus chez les divers héritiers, découvrir et inventorier les œuvres et discuter de l’homme et de son travail. Ces visites étaient le prétexte, pour moi, de prendre la mesure de la connaissance intime que Claude avait du Maroc, ainsi que de la production artistique sur le pays, mais aussi de sa sensibilité face aux œuvres. La découverte de l’œuvre de Delaye a été l’occasion de travailler ensemble en 2011 pour une exposition à la toute nouvelle Bibliothèque nationale de Rabat, puis de participer, tant bien que mal, à l’édition d’un ouvrage collectif. J’eus le bonheur de l’accompagner pour son dernier séjour au Maroc.

38Travailler avec Claude sur ce projet était une évidence : nous avions besoin de son regard et de son expertise, comme on dirait aujourd’hui, sur l’œuvre de cet artiste complet qui connaissait si bien le terrain. Ce n’était cependant pas la première fois que je le rencontrais. Jeune doctorante, j’avais fréquenté, certes occasionnellement, le fameux « séminaire de l’EHESS » auquel il assistait, présence discrète mais toujours pertinente. Mais c’est en Tunisie que j’ai eu l’occasion de mieux le connaître, dans le cadre d’une école doctorale que nous avions vite désertée pour prendre, avec quelques autres, le chemin buissonnier qui nous a conduits hors des salles de travail du sous-sol d’un hôtel délaissé par les touristes à la morte saison. Sur les plages du Cap Blanc et dans les ruelles de Bizerte, j’ai pu, en l’écoutant, en apprendre davantage sur le Maghreb et prendre la mesure de l’étendue de son érudition, de son humour, de son sens du mot juste et de sa sensibilité. Au retour, notre avion ayant été retardé à cause de la météo, j’avais raté le train qui devait me ramener chez moi pour les fêtes de Noël : je me souviens qu’il avait sorti sa carte du CNRS, pour en montrer la partie rayée par une bande tricolore, pour tenter d’impressionner la préposée au comptoir de la compagnie d’aviation…Cela avait bien entendu échoué, mais ce fut le début d’une réelle amitié.

39J’enviais, enfin, la liberté dont Claude faisait preuve en tant que chercheur, et sa capacité à sortir des cadres et des contraintes universitaires. Pour moi, dont le parcours a été très académique, Claude représentait l’ancienne génération de chercheurs qui avaient une connaissance intime de leur terrain, qui s’étaient construits en dehors des amphithéâtres des universités ou des couloirs des laboratoires. Admirative, quelque peu envieuse, je l’écoutais me parler de son terrain chez les Aït ‘Atta, des routes parcourues en 2CV, de ses contacts avec les hommes et les femmes des montagnes berbères. Loin des appels à projet chronophages et codifiés, présentés comme l’avenir de la recherche française, Claude avait pu, et savait, prendre son temps, et, à l’heure où l’ « interdisciplinarité » n’était pas un mot obligatoire pour obtenir un financement, nourrir son travail de sa grande érudition, en homme amoureux de la littérature et des arts, mais aussi curieux des techniques et de l’artisanat. Il était soucieux des étudiantes et des étudiants, souvent admiratif devant notre implication pédagogique, et toujours préoccupé par nos recherches de postes, déplorant le carcan et les difficultés imposés par les logiques universitaires contemporaines – lui qui avait fait le choix, courageux même en son temps, de ne pas s’y laisser attraper. À partir de 1932 et de son travail d’illustrateur pour l’ouvrage Au Maroc en suivant Foucauld, Théophile-Jean Delaye faisait figurer dans ses vues, toujours de dos, des petits personnages revêtus de l’akhnik, ce burnous noir « à l’œil rouge » tissé dans le Siroua mais dont l’usage dépassait la région. Attentif aux détails, Claude cherchait toujours, dans les illustrations de Delaye, ces figures discrètes mais omniprésentes, seules formes humaines au pied des kasbahs des montagnes berbères, rendues dans leur imposante minéralité. Il était ce chercheur passionné, cet homme passionnant, toujours attentif, toujours curieux, toujours sensible et délicat : sortir du cadre, décidément.

Fig. 3 : Claude Lefébure chez les Aït ‘Atta, exposition « Théophile-Jean Delaye illustrateur du Maroc », Rabat, mars 2011 © A. Dusserre

Poésie féminine berbère et émigration des hommes dans le Souss

Abdallah El Mountassir, Université Ibn Zohr - Agadir

40L’émigration tient une place importante dans les travaux de Claude Lefébure qu’il a traitée plus précisément et brillamment par le biais de la poésie orale berbère. En hommage à ce chercheur et homme de terrain, j’évoquerai ici quelques aspects de cette thématique dans la production poétique féminine du Souss (sud-ouest marocain).

  • 13 À titre d'exemple, on peut citer la célèbre Hrru n Si Ḥmmou, grande poétesse des Idaw Tanan (Haut-A (...)

41Dans l'Anti-Atlas, comme dans l’ensemble du sud-ouest du Maroc, la poésie féminine occupait, jadis, une place notable dans les sociétés locales. Elle était l’expression du génie créatif de nombreuses femmes poétesses très célèbres dont la mémoire n’a retenu que quelques noms13. Une partie de cette poésie (dont certaines strophes sont plutôt connues sous forme de proverbes) a bien trop souvent été attribuée à des poètes hommes comme le célèbre Sidi Ḥmmou. Pourtant, la plupart de ces poèmes, considérés aujourd'hui comme anonymes, sont des créations féminines à l’origine.

  • 14 Sur la tazrrart, les tizrarin et la poésie féminine dans le Souss, voir El Mountassir 2002, 2011 et (...)

42Un type de cette poésie féminine est appelé tizrarin (pl. de tazrrart). Chaque tazrrart constitue un couplet court et isolé. Les Tizrarin constituent donc un ensemble de courtes strophes isolées qui puisent leurs images et leurs symboles dans le répertoire poétique villageois amarg n tmazirt, que la mémoire collective de la communauté a retenu. Souvent composées dans la solitude de la maison ou lors des travaux des champs14, les tizrarin sont chantées en public, dans certaines localités de l’Anti-Atlas occidental, lors des manifestations festives et collectives comme les fêtes du mariage tamġra. Ces fêtes sont souvent célébrées en été, saison qui correspond au retour des émigrés au pays tamazirt pour quelques jours de vacances.

43Dans de nombreuses localités de l’Anti-Atlas occidental, l’exode rural et l’émigration alimentent fréquemment les chants tizrarin qui évoquent la réalité économique et sociale de ces communautés frappées de plein fouet par une émigration essentiellement masculine. Dans cette partie de l'Anti-Atlas occidental marocain, ce sont les hommes – les jeunes iɛyyaln en particulier – qui partent travailler dans les centres urbains du Maroc ou à l’étranger laissant derrière eux tristesse et amertume exprimées magistralement par les femmes dans les chants tizrarin. Les couplets poétiques, laissent alors exprimer les sentiments de souffrance et de colère de ces femmes restées au pays qui chantent l’absence des hommes, leur solitude et leur chagrin amarg.

44En voici quelques exemples :

iwa tiswak n Rbaḍ a tin Mrrakc
raramt-yyi-d irgazn lli tiwimt

Ô rues de Rabat, rues de Marrakech,
Rendez-moi les hommes que vous m'avez enlevés

willi s ar d ntemmiggir ad ur anniġ
willi s ar d nssirid nmun ġ usurs

Ceux que je fréquentais ne sont plus là,
Ceux avec qui je partageais le même repas

tiwi lmut, awin iġarasn
aylli d yagurn a ddunit tiwit-tn

La mort a pris les uns, les chemins ont pris les autres
Et le travail a accaparé ceux qui sont restés.

45Les tizrarin mettent en opposition deux espaces antagonistes : la tamazirt (le pays natal et ancestral) et la ddunit (le monde, les autres contrées). Dans ce contexte, la tamazirt s'oppose à la ddunit considérée comme le monde de l'exil et de l'errance où s'égarent les hommes. C'est cette ddunit (terme féminin) qui emporte les jeunes générations tiwi-tn ddunit et les arrache de leur tamazirt. La Ddunit est ainsi vécue comme l’adversaire de la femme qui (comme l'évoque le couplet suivant) dans son ingratitude, sépare les gens de leurs proches et de leurs amis:

allah ukbar a ddunit tkufrmt
ar ukan taṭṭat middn waxxa suln

Ô toi, monde, tu es ingrat
Tu ne cesses de séparer les gens même lorsqu'ils sont vivants.

46Cette émigration des hommes est associée, dans ces chants, à une disparition causée par la mort, lmut. Ce n'est pas uniquement la mort qui sépare les amants et prive les affections familiales, mais aussi la distance dans l’exil :

allah ukbar urd lmut ka ġ llan imṭṭawn
ula tabḍit-ad n ddunit ḥrrant

Ah, il n’y a pas que la mort qui fait souffrir,
La séparation dans ce monde est aussi douloureuse. 

47Cette poésie traduit ainsi en grande partie l’amertume de ces femmes "délaissées". Parfois, le chagrin de la poétesse est tel qu’elle ne supporte plus de dire au revoir à son amant qui va partir :

llah ihnni-k ad t ur tinit
ula’yak t nniġ, iga ġir taġufi

Non, ne me dis pas « au revoir »,
Je ne te le dirai non plus, c’est trop accablant pour moi.

48Ces quelques exemples de couplets poétiques tizrarin, chantés par des poétesses du Souss, expriment, à leur façon, l’âpre réalité économique et sociale de ces localités rurales de l’Anti-Atlas occidental marquées par l'émigration des hommes et par la solitude des femmes. Restées au pays, elles subliment, par la poésie et le chant, leurs souffrances et de leur amertume pour témoigner magnifiquement d’une tradition poétique encore vivante (El Mountassir 2002).

Haut de page

Bibliographie

El Mountassir, Abdallah, 2002, « Tizrarin : poésie de la solitude et de l'amertume », Perversas y Divinas, C. Riera, M. Torras e I. Clua, eds., p. 215-223, El Cultura, Valencia.

El Mountassir, Abdallah, 2011, « Femmes, poésie et émigration des hommes. (L’Anti-Atlas marocain) », Parcours berbères, Mélanges offerts à Paulette Galand-Pernet et Lionel Galand pour leur 90e anniversaire, Amina Mettouchi (dir.), Berber Studies vol. 33, Rüdiger Köppe Verlag, Köln, p. 269-283.

El Mountassir, Abdallah, 2013, « Quelle classification générique pour le corpus littéraire berbère ? Exemple du chant tazrrart (domaine tachelhit) », Revue des études berbères, vol 8 (Les genres littéraires berbères traditionnels : quoi de neuf depuis 2005 ?), Centre de recherche berbère – LACNAD, Inalco, Paris, p. 69-81.

Galand-Pernet, Paulette, 1984, « Le thème de l’errance dans les littératures berbères », Itinéraires et contacts de cultures, vol. IV-V, p. 269-310, Paris, L’Harmattan

Galand-Pernet, Paulette, 1998, Littératures berbères. Des voix, des lettres, Paris, Presses universitaires de France

Hoffman, Katherine, 1999, « Singing the Distance. Gendered Experiences of Migration in Anti-Atlas Community Song », ISIM New Sletter 2, p. 2, March, Leiden.

Lefébure, Claude, 1977, « Tensons des Ist Atta : la poésie féminine béraber comme mode de participation sociale », Littérature orale arabo-berbère, 8, p. 109-142.

Lefébure, Claude, 1985, « Sensibilité rurale et émigration ouvrière : un poème chanté du Sud-est marocain », Méthodes d’approches du monde rural, Alger, OPU, p. 257, 289-299.

Lefébure, Claude, 1985, « Ayt Khebbach, impasse Sud-est : l’involution d’une tribu marocaine exclue du Sahara », Désert et Montagne au Maghreb. Hommage à Jean Dresch, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 41-42, p. 136-157.

Lefébure, Claude, 1987, « Contrat mensonger. Un chant d’amdyaz sur l’émigration », Études et Documents berbères, 3, p. 28-46.

Lefébure, Claude, 1995, « L’émigration au miroir de la poésie berbère du Maroc », Hommes et Migrations, 1191, p. 6-10.

Lefébure, Claude, 2000, « Ali Sedki Azaykou : quatre poèmes traduits de la Tachelhayt (avec une notice biographique) », Mediterraneans / Méditerranéennes, 11, p. 42-44 (Voix du Maroc).

Lefébure, Claude, 2005, « Les migrations de travail au miroir de la poésie berbère », Migrance, 24, p. 30-36.

Haut de page

Notes

1 . Une liste de ses publications a été publiée par Dominique Casajus avec une présentation lui rendant hommage dans la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, [En ligne], 147, octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14052

2 . Ce cours était destiné aux étudiants préparant le Diplôme unilingue de langue et civilisation orientales (Dulco) en langue et civilisation berbères. Le Dulco, qui avait remplacé en 1972 l’ancien diplôme de l’École nationale des langues orientales vivantes, a disparu en 2007, avec l’adoption du cadre européen licence-master-doctorat.

3 . Littéralement : ôtez/retirez-la (la solitude) / Consolez-vous-en.

4 . Abderrahmane Moussaoui, Ibtissem Ben Dridi, Christophe Pereira, Céline Lesourd, Matthew Carey, Mustapha Qadery, Laurent Gaissad, Barkahoum Ferhati, François Pouillon, Valérie Beaumont et Corinne Cauvin Verner, « Sexe et sexualités au Maghreb : essais d’ethnographie contemporaine », L’Année du Maghreb, VI, 2010.

5 . Pourquoi, questionnait-il dans le rapport de soutenance de ma thèse, « une recherche vivante devrait-elle vouloir atteindre au marbre, d’entrée donner un modèle en pâture, à user ? » (« Au désert. Jeux de miroirs et acculturation : anthropologie d’une situation touristique dans le sud marocain », EHESS, juin 2005).

6 . « Ayt Khebbach Impasse Sud-est. L’involution d’une tribu marocaine exclue du Sahara », REMMM, 41-42, 1986, p. 136-157.

7 . Sels d’argent, sel des mots, photographies de Claude Lefébure chez les Imazighen du Maroc Sud-est.

8 . Je reprends la formule de François Pouillon (https://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20648).

9 . Le CHSIM a été depuis intégré à l’Institut des mondes africains (IMAF).

10 . De ce colloque est issu un ouvrage publié sous la direction de François Pouillon et Jean-Claude Vatin, en collaboration avec Guy Barthèlemy, Mercedes Volait et François Zabbal,
Après l’orientalisme : l’Orient créé par l’Orient, Paris, Karthala, 2011.

11 . La thèse que j’ai soutenue à l’EHESS en 2015, sous la direction de Claude Lefébure et François Pouillon, « Tourismes de montagne et sociétés locales dans l’Atlas marocain : étude ethnographique de la pratique touristique », s’est fondée sur les observations rassemblées au cours de ces marches ou des ces séjours dans l’Atlas.

12 . Courriel adressé le 9 décembre 2016 par François Pouillon aux « fidèles séminaristes ».

13 À titre d'exemple, on peut citer la célèbre Hrru n Si Ḥmmou, grande poétesse des Idaw Tanan (Haut-Atlas occidental), qui aurait vécu vers la fin du XIXe siècle.

14 Sur la tazrrart, les tizrarin et la poésie féminine dans le Souss, voir El Mountassir 2002, 2011 et 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Messaoudi, « Hommage à Claude Lefébure », L’Année du Maghreb, 23 | 2020, 3-18.

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Hommage à Claude Lefébure », L’Année du Maghreb [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6671 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6671

Haut de page

Auteur

Alain Messaoudi

Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA), Université de Nantes.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search