Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ChroniquesAlgérieAlgérie 2019 : Hirak algérien. De...

Chroniques
Algérie

Algérie 2019 : Hirak algérien. Des ruptures confirmées et des réconciliations inattendues

Louisa Dris-Aït Hamadouche
p. 189-202

Entrées d'index

Mots-clés :

Algérie, Chronique, 2019

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1Désormais, il sera impossible d’évoquer l’Algérie de 2019 sans le 22 février. De même, s’il est impossible d’évoquer la démocratisation du monde arabe sans passer par l’exemple tunisien, il sera difficile d’étudier les soulèvements populaires sans s’arrêter sur le cas du Hirak algérien.

2Avec moins de recul que nécessaire pour étudier un phénomène d’une telle ampleur, il est tout de même possible de l’appréhender à travers le concept de crise qui renferme dans sa complexité philosophique les notions de rupture, de danger, de jugement-décision et d’opportunité. En effet, rappelons que dans la philosophie chinoise, « weiji » est un oxymore, dans lequel la crise combine une situation critique et une situation d’ouverture et d’opportunité (Laulusa, 2009). La philosophie latine n’est pas éloignée de cette conception duale : elle définit la Krisis comme le moment critique d’une maladie, qui peut évoluer vers la guérison comme vers la mort. Par extension aux organismes non vivants, la crise désigne, à partir du XIXe siècle, l’état de dysfonctionnement d’un système, devenu incapable d’assurer ses principales fonctions (Ordioni, 2011).

3Or, le 22 février 2019 condense tous les éléments d’une crise telle que nous venons de la définir. Il intervient dans un système politique malade de ses dysfonctionnements grandissants, dirigé officiellement par un chef de l’État moribond et officieusement par des forces extra-constitutionnelles, désirant coûte que coûte perpétuer un pouvoir de fait en imposant l’élection de Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat. Le 22 février est une séquence dont l’ampleur est, d’une part, l’expression des ruptures consommées, imposant aux dirigeants de prendre des décisions importantes et, d’autre part, des incertitudes quant à l’avenir et une fenêtre d’opportunités, aussi inédites que le mouvement populaire qui en a ouvert la voie.

4Dédiée aux dix premiers mois du soulèvement populaire, cette chronique s’articulera autour des ruptures que le Hirak a consommées et des réconciliations qu’il a amorcées ou confirmées. Les premières, d’ordre vertical, relèvent des relations entre dirigeants et dirigés, ainsi que les liens entre classe politique et opinion publique.

5Ces ruptures sont aussi horizontales et concernent la remise en cause du consensus interne au sein du pouvoir politique ainsi que les divisions au sein de la classe partisane. Les réconciliations amorcées touchent, quant à elles, le rapport des Algériens avec l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et de leurs ainés (conflits de génération), et renvoient la façon dont ils se sont réappropriés leur histoire et leur institution militaire.

Ruptures horizontales et verticales

6L’année 2019 a confirmé des ruptures constatées ou soupçonnées depuis fort longtemps. La plus flagrante est celle entre gouvernants et gouvernés, mais le gouffre entre partis politiques et opinion publique est également béant.

Ruptures verticales : ni interlocuteurs, ni médiateurs, le Hirak face à lui-même 

  • 1 . Le slogan phare de cette période est : « makache el khamsa ya Bouteflika » (pas de cinquième mand (...)

7Il est intéressant de noter que 2019 a démontré que les Algériens ne s’opposaient pas seulement à des personnes, connues, visibles et ciblées, mais à une situation globale, à un système fait d’acteurs, de pratiques, de règles et de normes. Durant les premières semaines du soulèvement populaire, l’objet principal de la contestation était la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à sa succession.1 En apparence, cette première période pourrait suggérer que la contestation visait une personne. Mais ce n’était le cas, comme l’ont fait ressortir plusieurs éléments. Suggestif, le premier est le rejet massif de la proposition présidentielle d’annuler le scrutin prévu le 18 avril, pour le remplacer par un nouveau gouvernement et une conférence nationale, tout en maintenant en place Abdelaziz Bouteflika. La réponse du soulèvement populaire a été « pas de 4e mandat et demi ! ». Catégorique, le second élément est le refus des protestataires de se contenter de la démission du président annoncée le 2 avril. D’où l’apparition du célèbre slogan Yetnahaw Gaa ! (qu’ils dégagent tous !).

8Cette dépersonnalisation des gouvernants traduit un élargissement de la contestation qui s’en prend au « système », d’ailleurs retranscrit et prononcé en arabe dans le discours populaire et médiatique. Ce « système » est défini à travers ses hommes (responsables politiques, hauts gradés de l’armée, hommes d’affaires, juges et magistrats, certains partis politiques…), ses symboles (le parlement, la justice…) et ses pratiques (la prédation, le recours à la menace et la répression, l’usage des discours diabolisant l’adversaire et l’assimilant à un traitre…). Si un semblant de confiance avait encore existé, la proposition d’organiser un scrutin présidentiel après la formation d’un gouvernement de compétences nationales et l’organisation d’une conférence nationale aurait pu constituer un début de solution. Or, cela n’a pas été le cas. Unanimement, les manifestants ont considéré qu’il s’agissait d’une énième manœuvre visant à gagner du temps et à perpétuer le « système ». Force est de constater qu’a posteriori, les choix que les gouvernants ont fait dans la gestion de la crise ont plutôt validé la réaction spontanément hostile du soulèvement populaire : nomination du gouvernement Bedoui, ancien ministre de l’Intérieur, et à ce titre, impliqué dans les fraudes électorales successives, usage disproportionné du gaz lacrymogènes dans le tunnel du centre-ville.

9Par la suite, le fossé entre gouvernants et gouvernés a continué à s’élargir. Chaque manifestation constitue une occasion pour le soulèvement populaire de réagir à la décision que viennent de prendre les tenants du pouvoir politique. Dans sa phase offensive, le Hirak rejette la prolongation du quatrième mandat, la nomination d’Abdelkader Bensalah à la tête de l’État, la tenue du scrutin présidentiel le 4 juillet, le dialogue conduit par Karim Younes et, last but not least, la participation à la conférence dirigée par le chef de l’État. Puis est arrivée la phase défensive, durant laquelle le Hirak a commencé à réclamer des droits qu’il considérait acquis, mais qui lui étaient retirés par les actions répressives croissantes menées par le régime. Le fossé a continué inexorablement à s’approfondir au moment où les libertés de circulation et d’expression étaient remises en cause : les barrages de gendarmes bouclant la capitale, les forces de l’ordre arrêtant les porteurs de drapeaux amazighs et des agents des services de renseignement en civil arrêtant illégalement des militants, le tout dans le silence assourdissant de la majorité des principaux médias publics et privés.

10Sur un autre registre, les ruptures verticales concernent aussi les liens entre l’opinion publique et la classe politique. Cette rupture s’est manifestée à travers plusieurs événements. D’abord, peu de chefs de partis politiques ont maintenu leur participation active aux manifestations du vendredi. La plupart d’entre eux ont manifesté les premiers vendredis, puis se sont abstenus, en raison de l’hostilité affichée à leur encontre par les manifestants2. Seuls les leaders des PAD (Partis de l’alternative démocratique)3 ont continué de manifester, individuellement ou collectivement, après avoir réussi l’exploit de rassembler dans la même coalition le RCD et le FFS. Ensuite, les initiatives conduites par les coalitions partisanes ont, in fine, trouvé peu d’échos au sein de l’opinion publique. Tout juste ont-elles pu mobiliser la base sociale des partis membres de ces initiatives. Illustration de cette crise de confiance entre partis politiques et opinion publique : la proposition de sortie de crise présentée par le RCD en avril 2019 est une feuille de route dans laquelle les partis politiques sont totalement exclus. Ils sont remplacés par des experts, des universitaires et des technocrates (RCD, 2019)4.

11Cette méfiance exacerbée à l’égard des partis politiques n’est évidemment pas nouvelle (Addi, 2006). Le Hirak n’a pas constitué l’occasion d’une réconciliation entre la classe partisane et l’opinion publique. La plupart des formations politiques sont restées cantonnées dans leur habitus et leurs vieux réflexes, se contentant des traditionnels communiqués, des réunions fermées, et des discours répétitifs. Les nombreux appels à plus d’interactions avec la population, à l’ouverture des sièges et permanences des partis aux débats citoyens, et à une introspection autocritique sont restées quasiment sans échos.

12À la fin de l’année, le Hirak s’inscrit dans une position de boycott du scrutin présidentiel prévu le 12 décembre par les tenants du régime. Bien que l’élection ait mobilisé cinq partis politiques, adossés à une couverture médiatique intense et monocorde, le taux de participation a été quasiment nul dans certaines wilayas. Auparavant, les élections étaient accompagnées d’une forte et quasi muette abstention. En 2019, le Hirak a transformé cette distanciation en boycott actif, audible et visible, rendant la tâche ardue au nouveau président. Le scrutin présidentiel de 2019 est, de très loin, l’élection la moins légitime et la plus contestée que l’Algérie indépendante ait connue. Elle s’est déroulée dans un contexte de polarisation et d’exacerbation sécuritaire extrême. Les défenseurs de l’élection ont bénéficié d’une couverture médiatique intensive, tandis que les partisans de l’abstention étaient interdits d’antenne. De ce point de vue-là, le scrutin de 2019 constitue un net recul comparativement à celui de 2014 durant lequel la coalition appelant au boycott et au rejet du 4e mandat avait été autorisée à s’exprimer.

Ruptures horizontales : le pouvoir se lézarde, les partis se divisent

  • 5 . La coalition conservatrice regroupait l’Avant-garde des libertés d’Ali Benflis, le MSP, le FJD, U (...)

13Sur l’incapacité des partis politiques d’opérer un rapprochement avec la population, s’est greffée leur impuissance à créer de larges coalitions fédératrices, ce qui a largement aggravé la crise de confiance vis-à-vis de la classe partisane, en général. En effet, la plupart des partis politiques n’ont pas réussi à sortir des réflexes excluants des appartenances idéologiques. Les conservateurs se sont coalisés pour produire la plateforme d’Ain Benian5, tandis que les progressistes ont fait de même avec les PAD (Partis de l’alternative démocratique). Certains membres de la coalition des PAD sont même restés bloqués dans une hostilité viscérale à l’égard du courant islamiste, considérant que la vision de la démocratie qu’ils défendent ne leur permettait pas de s’engager dans des actions coordonnées avec eux. Ces derniers sont considérés soit comme extrémistes, dont le positionnement est incompatible avec les règles du jeu démocratique, soit accusés d’être les alliés objectifs du pouvoir politique. Les tentatives de rapprochement menées par la société civile n’ont pas eu le succès escompté. Elles ont réussi à rassembler la majorité des acteurs progressistes et conservateurs lors d’une première réunion de consultation tenue à la Safex, le 24 août, sans pouvoir mener le processus jusqu’à son terme. Ce dernier a été stoppé net par la décision de convoquer le corps électoral en vue de l’élection présidentielle.

  • 6 . Les entretiens menés par l’autrice ont confirmé que la participation d’une partie de la coalition (...)

14Aux contraintes idéologiques, se sont ajoutées les calculs politiciens étroits et les rancœurs accumulées d’une partie de l’opposition. À titre d’exemple, certains partis de l’opposition ont refusé d’envisager l’idée de relancer une coalition comparable à celle de Mazafran, en raison des divergences qui ont conduit à la dissolution de la CNLTD (Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique), créée en 2014. Deux ans plus tard, la question de la participation ou non aux législatives de 2017 et la constitution ou non de listes communes avaient scellé la fin de la CNLTD. Dans le registre des calculs étroits, citons également les partis politiques qui ont décidé de prendre part au dialogue officiellement mené par Karim Younes, puis au scrutin présidentiel du 12 décembre6, alors que les préalables qu’ils avaient eux-mêmes exigés dans la plateforme d’Ain Benian n’étaient pas réunis. Il s’agit en l’occurrence de l’ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, président du parti Talaie el Hourriyet, du président du parti Front Al-Moustakbel, Abdelaziz Belaid (soutien de Ali Benflis en 2004), et du président du Mouvement el-Bina, Abdelkader Bengrina (transfuge du MSP). Or, Ali Benflis et Abdelkader Bengrina étaient membres actifs de la plateforme de Ain Benian qui prévoyait le retour à l’élection présidentielle à condition d’obtenir :
- La libération des détenus d’opinion et la libération du champ médiatique et politique
- L’instauration d’une instance réellement indépendance d’organisation et de contrôle des élections de l’amont à l’aval

15D’autres partis politiques ont choisi une position médiane vis-à-vis de l’élection présidentielle, refusant d’y prendre part avec un candidat, mais n’appelant pas à son boycott actif. C’est notamment le cas du MSP et du FJD également partie prenante de la plateforme d’Ain Benian. Une position médiane très difficile à expliquer et à défendre dans un contexte d’extrême bipolarisation.

16De fait, les choix faits par une partie de l’opposition structurée durant le soulèvement populaire reflètent assez logiquement l’état d’affaiblissement et de division dans lequel ils se trouvaient déjà avant le 22 février. Une situation dont les partis politiques sont en partie responsables, et partiellement victimes (Dris, Aït Hamadouche, 2017).

  • 7 . À titre d’illustration seulement, le procès qui s’ouvre le 4 décembre 2019. Y sont mis en accusat (...)

17Le second type de ruptures horizontales est le plus spectaculaire, car il révèle les scissions ayant traversé les cercles du pouvoir. Organisées de façon concentrique, les alliances structurelles qui les consolidaient ont volé en éclat pour laisser place à des coalitions à géométrie variable, dont les principales manifestations ont été des nominations et des limogeages répétés à des postes stratégiques ainsi que des campagnes d’arrestation d’une ampleur et d’une importance sans précédents dans l’histoire de l’Algérie. Initiées par le défunt chef d’état-major Ahmed Gaid Salah, elles ont ciblé ce qu’il a appelé la issaba (le gang) comprenant les alliés militaires, économiques et politiques du président déchu (dont il faisait lui-même partie), et prioritairement, ceux qui avaient pris part ou soutenu la réunion de Saïd Bouteflika, Athmane Tartag, Mohamed Mediène, Louisa Hanoune et Liamne Zeroual. Désignée comme « Le complot », cette réunion comme d’autres, avait pour but de mettre en place une sortie de crise avec pour option clé la démission du président, la désignation d’un présidium dirigé par Liamine Zeroual pendant un an et la mise à la retraite du chef d’état-major, avant de revenir à l’élection présidentielle. « Le complot » étant donc une solution dans laquelle était sacrifié Ahmed Gaid Salah. Aussi ce dernier s’est-il lancé dans une intense campagne d’arrestations. Par vague successives, des officiers de la haute hiérarchie militaire, actifs et en retraite, des ministres et ancien Premiers ministres, des hommes d’affaires et des chefs de partis politiques sont incarcérés, sous l’œil des caméras des télévisions soumises à un contrôle de plus en plus strict7.

  • 8 . Nassim B., 2019,« Algérie : Le FLN apporte son soutien à Azzedine Mihoubi », 5 décembre <https:// (...)
  • 9 . Les explications de ce paradoxe viendront assez vite. Il s’est avéré que le directeur de la direc (...)
  • 10 . APS, 20/12/2019

18Les dissensions internes se sont poursuivies y compris lors de l’élection présidentielle supposée être un moment de communion interne au sein du pouvoir politique. Or, cette campagne a été ponctuée de déclarations, de fuites, de scandales et de contradictions qui ont clairement suggéré l’existence de désaccords internes. L’illustration la plus claire de ce fait réside dans les révélations de scandales impliquant des acteurs clés de la campagne électorale d’Abdelmadjid Tabboune, tandis que des facilités étaient accordées au candidat, Azzedine Mihoubi8. Comble du paradoxe, Abdelmadjid Tebboune, membre du comité central du FLN, s’est présenté comme candidat indépendant, tandis que Azzedine Mihoubi, secrétaire général par intérim du RND au moment des faits, a bénéficié du soutien public de son parti, mais aussi de celui FLN, tout en se présentant comme indépendant9. Abdelmadjid Tebboune est élu avec 58,13 % des voix. Le taux de participation officiel s’élève à 39,88 %, avec 1,24 millions de votes nuls, ce qui signifie que plus de 12 % des personnes qui ont voté ont tout même contesté le scrutin. 10

Les réconciliations inattendues

19La résistance du soulèvement populaire dans le temps n’aurait sans aucun doute pas été possible sans l’auto-construction progressive d’un socle référentiel commun sur lequel il a pu s’appuyer pour avancer. La première des réconciliations est celle des Algériens avec eux-mêmes, à travers le recours à l’action collective pacifique : le pacifisme, Silmya en arabe, est la fois un slogan et l’un des modes d’action du Hirak. Le rejet farouche de la violence est un choix politique et stratégique, mais aussi le symbole fort que les Algériens ne sont pas leur propre pire ennemi (Djelloul, 2019). Le pacifisme leur a permis de sortir du cercle vicieux de la violence auto-régénératrice dans laquelle les Algériens baignent depuis des décennies (Chaullet, 2000). Si les années 1990 en sont l’illustration la plus meurtrière, les actions violentes qui ont marqué la guerre de libération, la répression des décennies suivantes et la violence symbolique quotidienne ont, elles aussi, contribué à façonner l’idée auto-dévalorisante d’un « Algérien violent » (Remaoun, 2000). Cette violence, les Algériens ont fini par l’intégrer dans leur existence comme une sorte de fatalité, source d’inertie et d’acceptation du fait accompli par peur du pire (Medhar, 1997).

20A contrario, le pacifisme du Hirak a permis aux Algériens d’agir comme une communauté soudée, au point de faire apparaitre la notion de « peuple du vendredi » (Ait Dahman, 2020). Le « peuple du vendredi » étant ces milliers de gens qui se retrouvaient dans une sorte de communion, unis par un objectif et sa philosophie : changement politique radical et pacifique. Ce pacifisme est érigé aussi bien comme un mode d’action offensive (Manifeste du 22 février) que comme une réaction défensive, face aux provocations des pouvoirs publics et aux tentations des courants radicaux (Belhimer, 2020). Le pacifisme du Hirak est autant la cause que la conséquence du fait que ce soulèvement, à des degrés divers, a toujours été mixte, celui des hommes et des femmes, des jeunes et des personnes âgées, des villes et des campagnes, de la classe moyenne et populaire (Djelloul, Ghalya, Adjel-Debbich, 2019). Ce pacifisme a, non seulement hautement revalorisé l’image que les Algériens ont d’eux-mêmes, mais il a aussi rehaussé la représentation que le monde a des Algériens. La plus belle des illustrations est peut-être l’exportation des slogans du Hirak vers d’autres soulèvements populaires11 : « Remove them all » et « Kellon Yaani kelon » 12, en référence au célèbre yetnahaw gaa, ont été brandis à Hong Kong et au Liban.

21En continuité avec la question du pacifisme, le Hirak a permis aux Algériens de se réconcilier avec le débat, la contradiction et la cohabitation des idées divergentes. Le Hirak est devenu un cadre presque protecteur, dans lequel les débats ont même concerné les sujets sur lesquels débattre : faut-il parler des années 1990, de la place de la religion, de la femme, de la langue, de l’islamisme, de la sécularisation ? L’important était moins la réponse que la possibilité de poser les questions sans craindre les dérapages destructeurs. Dans le Hirak, les Algériens se sont fait suffisamment confiance pour pouvoir aborder des sujets sensibles sur lesquels ils savent ne pas être d’accord.

  • 13 . Le « badissisme-novembriste » est une contraction paradoxale entre deux courants idéologiques dif (...)
  • 14 . La notion de « zouaves » en référence à ceux qui ont collaboré avec les autorités coloniales s’es (...)

22Cette confiance en soi a eu un autre effet, contenir et rejeter les tentatives de divisions qui se sont multipliées. En effet, l’interdiction brutale du port de l’emblème amazigh, décrétée par le chef d’état-major, l’émergence d’un courant «badissiste-novembriste »13, accompagné d’un discours de haine envers les Kabyles14, ainsi que l’acharnement judiciaire contre des figures et des symboles amazighs se sont inscrits dans une logique de confrontation identitaire et idéologique (Tilmatine, 2019). Contrairement aux objectifs escomptés, les tentatives de division identitaire ont plutôt renforcé le sentiment d’appartenance à une communauté nationale plurielle dans laquelle la dimension amazigh est un facteur consolidant (Djabi, 2019).

  • 15 . Dans un discours devenu célèbre, Ahmed Ouyahia avait comparé le Hirak au début du soulèvement syr (...)

23Quant aux dissensions d’ordre idéologique, le Hirak a, au moins dans sa dimension populaire, relativement bien réussi à éviter les risques de division. Les marches sont restées plurielles, les débats ont continué de rassembler les partisans des différents bords et les slogans de refléter les revendications principales du soulèvement, sans mettre en avant les connotations idéologiques. Même les « carrés » menés par des partisans islamistes ne dérogeaient pas à la règle de l’homogénéité des slogans. Cette réconciliation populaire doit beaucoup à la très forte présence des jeunes nés dans les années 1980 et 1990. Cette génération a grandi avec Bouteflika au pouvoir, mais elle ne connait de la décennie de violence extrême que ce qu’on a bien voulu leur en dire. La dépolitisation aidant, peu parmi eux ont creusé cette problématique et cherché à en comprendre la complexité et les conséquences, d’autant que ni l’école, ni l’université, ni les médias n’ont permis au large public d’aller au fond des choses. Cette situation est-elle, finalement, un mal pour un bien ? Même s’il est évidemment difficile de répondre à cette question, il semble que cette distanciation a au moins permis d’immuniser les manifestations des dissensions des clivages idéologiques. « Vous ne nous faites pas peur avec la décennie » (matkhewfounech bel ochria) est l’expression simple de la position de cette jeunesse à l’égard d’une séquence introduite dans le discours officiel pour dissuader les contestataires de continuer leur soulèvement15 : « Je ne suis pas concerné par les batailles idéologiques passées. Je suis tourné vers mon avenir », est l’une des réponses qui revient le plus chez les jeunes manifestants, lorsqu’ils sont interrogés sur les fractures des années 1990.

24Le second aspect de la réconciliation amorcée par les Algériens est avec leur histoire. 2019 a été l’occasion de célébrer comme jamais auparavant les symboles, les dates, les personnages phares de la guerre d’indépendance. La sur-instrumentalisation officielle de cette période avait créé une sorte de désintérêt des jeunes à l’égard de cette période. Un peu comme s’ils en avaient été dépossédés par les tenants de la légitimité historique. Or, le soulèvement populaire s’est révélé être le cadre d’une réhabilitation surprenante et spectaculaire de l’histoire. Jamais des hommages n’avaient été rendus aux héros de l’histoire de façon aussi populaire et intense. Jamais le 5 juillet (date de l’indépendance) et le 1er novembre (déclenchement de la guerre d’indépendance) n’avaient été célébrés avec une telle ferveur populaire. Jamais une telle osmose n’avait relié les générations présentes à celles du passé, comme si la génération de novembre 2019 avait été fécondée par la génération de Novembre 1954. Rien ne laissait penser que, malgré l’instrumentalisation intensive de la guerre de libération par les gouvernants pendant cinquante ans, les Algériens avaient maintenu ce lien avec ce moment fondateur. Le 22 février a sorti l’histoire des manuels scolaires, des discours télévisés et des programmes des partis politiques et l’a faite entrer dans le XXIe pour parachever la mission libératrice de la guerre d’indépendance. D’ailleurs, les slogans du Hirak désignent les tenants du pouvoir comme étant « les enfants de la France » (ouled França), ce qui converge avec la vision de certaines figures « démocrates », comme Mouloud Hamrouche (2019) qui ont soutenu les revendications du soulèvement populaire, considérant que le système politique en place était « antinational ». Beaucoup d’autres slogans expriment expressément l’idée de continuité avec la guerre de libération. Ainsi ses héros, vivants ou disparus, sont-ils les références scandées dans les manifestations. Les Ali Ammar, Ramdane Abane, Mourad Didouche, Larbi Ben M’hidi, El Haoues, Amirouche, et bien d’autres sont convoqués comme témoins et exemples à suivre de façon parfois surprenante. Ainsi, lorsque les autorités militaires ont décidé d’interdire l’accès de la capitale aux manifestants provenant des autres wilayas, un nouveau slogan est apparu, pour ne plus disparaitre : « Aliii !!!, le pays est en danger, il faut continuer la Bataille d’Alger ». La comparaison s’est poursuivie lorsque face aux forces de l’ordre qui empêchaient les manifestants d’avancer, ceux-ci scandèrent : « Hadi dawla wala istiimar ? » (Est-ce un État ou une puissance coloniale ?).

25Le troisième aspect de la réconciliation est plus l’expression d’une maturité et d’un esprit de discernement, que d’une réconciliation à proprement parler. Il s’agit de l’institution militaire et du traitement dont elle a fait l’objet. Pièce maitresse dans l’architecture du système politique algérien depuis l’indépendance (Yefsah, 1990), cette dernière a bénéficié d’un traitement particulier et n’a jamais été prise à partie. Les attaques ont continué d’épargner l’ANP, y compris lorsque le pays a, de toute évidence, été gouverné par une autorité militaire, en la personne du défunt chef d’état-major, entre mars et décembre 2019. En revanche, les attaques – nombreuses et sans concessions – ont constamment visé la hiérarchie militaire, désignée sous le titre « les généraux ». Les slogans du Hirak n’ont pas seulement repris une accusation déjà ancienne impliquant les « généraux » dans des malversations économiques ayant permis la prolifération de la corruption, ils ont surtout remis en question leur implication dans la politique et notamment dans la désignation des présidents de la République. D’où un autre slogan phare du Hirak « dawla madania machi askaria » (État civil, non militaire).

26Cette capacité de faire la part des choses entre une institution et sa hiérarchie peut s’expliquer à travers des facteurs aussi bien immatériels que matériels. Dans la première catégorie, l’Algérie est un État jeune, dont la naissance doit beaucoup au mythe fondateur qu’est la guerre de libération. Or, dans cette guerre, l’ALN (armée de libération nationale) est l’ancêtre de l’ANP. L’influence symbolique de ce continuum reste importante y compris au sein de la jeune génération. Plus concrètement, le soulèvement populaire a réactualisé les débats sur le printemps arabe et, notamment, sur les situations qui ont dégénéré en conflits armés. À ce titre, la préservation de l’unité et la cohésion de l’institution militaire s’est immédiatement imposée comme une nécessité, y compris au sein du Hirak. Une nécessité renforcée par la situation conflictuelle de l’environnement régional qui a toujours constitué une sorte d’épouvantail. En d’autres termes, le soulèvement populaire a réhabilité l’institution militaire en tant qu’institution essentielle de l’État, soumis au pouvoir civil, tout en confirmant la rupture avec sa hiérarchie militaire, partie prenante du système de gouvernement dont il exige la fin. C’est le sens à donner au slogan « djich chaab, khawa khawa » (peuple et armée sont des frères).

27L’examen des ruptures et des réconciliations suggère donc que le Hirak n’est ni absolutiste, ni nihiliste. Il ne désavoue pas l’histoire mais ceux qui l’instrumentalisent à des fins de maintien au pouvoir. Il ne renie pas
l’institution militaire, mais sa hiérarchie qui s’est érigée en système néo-patriarcal prédateur. Il ne rejette pas les élections, mais refuse le principe de scrutins qui participent au renouvellement du statu-quo autoritaire.

Conclusion

28Le soulèvement populaire algérien du 22 février est un processus qui renferme bien des aspects propres à la définition de la crise, laquelle se définit à travers les risques qu’elle comporte et les opportunités qu’elle renferme. Compte tenu de son caractère pacifique, transgénérationnel, populaire et national, le volet opportunités peut l’emporter sur les facteurs de risques, pour peu que les acteurs en présence agissent comme les acteurs rationnels dans un jeu à somme non nulle.

292019 est donc l’année des paradoxes. En premier lieu, l’examen des ruptures enregistrées suggère bel et bien que le « système » – tel que construit, maintenu et pratiqué depuis l’indépendance – est profondément déstabilisé. Pourtant, il ne s’est pas s’effondré. Cette distorsion est la principale différence avec le cas tunisien où la pression de la rue a obligé Zine El Abidine Ben Ali et ses alliés immédiats à abdiquer, permettant au pays d’entrer dans une période de transition. En second lieu, l’analyse des réconciliations réalisées durant ce soulèvement populaire sont des opportunités constructives, susceptibles d’éviter à l’Algérie le scénario égyptien.

30Ironie du sort, 2019 a commencé avec le rejet d’une élection finalement annulée, mais s’est achevée sur le rejet d’une élection validée. Ce fait accompli laisse toutefois beaucoup de questions en suspens. En effet, le candidat Tebboune a pris « 54 engagements pour une Nouvelle République ». Parmi ses promesses figurent la réduction des prérogatives du chef de l’État pour prévenir les dérives autocratiques et la gouvernance extraconstitutionnelle survenues à la fin du 3e et pendant tout le 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika, la séparation et l’équilibre des pouvoirs totalement remises en cause par les révisons constitutionnelles, ainsi que la consécration de la protection des droits de l’Homme, des libertés individuelles et collectives, des libertés d’expression et de manifestation.

31Si les promesses n’engagent que ceux qui y croient, le chef de l’État continuera de faire face à une forte contestation, car le 12 décembre a été un succès technique mais un échec politique. Le scrutin a effectivement eu lieu, mais au prix de l’exacerbation des tensions verticales entre une hiérarchie militaire obsédée par la nécessité de rétablir un pouvoir civil apparent, et un soulèvement populaire rejetant activement une élection visant à reproduire le statu quo ante du 22 février. Ce scrutin n’a pas non plus préservé les cohérences horizontales, confirmant le caractère non consensuel du règne du défunt Ahmed Gaid Salah, tant au sommet, qu’à la base en créant des fractures entre la minorité participative et la majorité contestatrice. En revanche, si les promesses engagent ceux qui les font, le 22 février pourrait devenir le début d’un processus qui permettra à l’Algérie de réussir là où elle a échoué 30 ans plus tôt.

Haut de page

Bibliographie

Addi, Lhouari, 2006, « Les partis politiques en Algérie », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 111-112, p 139-162.

Ait Dahman, Karima, 2020, Vendredire en Algérie. Humour, chants et engagements, Alger, Elibriz.

Ansart-Dourlen, Michèle, 2009, « La notion de crise politique et les modalités de son déni dans les mouvements contestataires et révolutionnaires », Les cahiers psychologie politique, n° 14, Janvier. <http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=353>.

Belhimer, Nadjib, 2020, « Ce que dit ce vendredi des rues vides : la Silmiya s’enracine ! », 20/03/ 2020, RadioM, <https://algeria-watch.org/?p=73413>.

Boumrar, Julie, 2010, « La crise : levier stratégique d’apprentissage organisationnel », Vie & sciences de l’entreprise, 3-4, n° 185-186, p. 13 à 26.

Chaulet, Claudine, 2000, « Une violence à part », Insaniyat, n°10 , p. 7-16.

Djabi, Nacer (dir.), 2019, Les mouvements amazighs en Afrique du nord - Élites, formes d’expression et défis Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Égypte, Alger, Chihab Editions.

Djelloul, Ghalya, 2019, « Protesters in Algeria use nonviolence to seek real political change », The Conversation, 03/03/2019.

Djelloul, Ghalya, Adjel-Debbich, Sarah, 2019, « Par-delà son passé, le futur de l’Algérie sera-t-il révolutionnaire ? Mémoire, vérité et justice comme enjeux de la société civile », juillet, <https://www.euromesco.net/wp-content/uploads/2019/07/Brief98_Algeria-1.pdf>.

Dris, Chérif, 2013, « Élections, dumping politique et populisme : Quand l’Algérie triomphe du  “printemps arabe”  », L’Année du Maghreb, IX, p. 279-297.

Dris, Cherif, Aït-Hamadouche, Louisa, 2017, « Politische Parteien in Algerien: Pluralismus in einem dominanten Präsidialsystem », Politische parteiein in Nord Afrika, Faath Sigrid (dir.), Konrad Adenauer Stiftung.

Hamrouche, Mouloud, 2019, « Communiqué », El Watan, 2 octobre.

Laulusa, Léon, 2009, « Un détour par la Chine pour penser autrement », L’Expansion Management Review, 2, n° 133, p. 62 à 67.

Medhar, Slimane, 1997, La violence sociale en Algérie, Alger, Thala Editions.

« Le Manifeste du 22 février », <https://www.algerie-eco.com/2020/02/23/le-manifeste-du-22-fevrier>.

Ordioni, Natacha, 2011, « Le concept de crise : un paradigme explicatif obsolète ? Une approche sexospécifique », Mondes en développement , 2, n° 154, p 137-150.

Remaoun, Hassan, 2000, « La question de l’histoire dans le débat sur la violence en Algérie », Insaniyat, 10, p. 31-4.

Tilmatine, Mohand, 2019, « Interdiction des emblèmes berbères et occupation des espaces symboliques : amazighité versus algérianité ? », in Desrues Thierry et Gobe Éric (dir.), Le Maghreb au prisme du hirak algérien, L’Année du Maghreb, 21/II, p. 149-164.

Yefsah, Abdelkader, 1990, La question du pouvoir en Algérie, Alger, E.N.A.P.

Haut de page

Notes

1 . Le slogan phare de cette période est : « makache el khamsa ya Bouteflika » (pas de cinquième mandat Bouteflika)

2 . Les leaders des partis en question, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), le Front de la justice et du développement (FJD), l’Avant-garde des libertés, le Parti des travailleurs (PT) et d’autres encore ont affirmé que cette hostilité n’était pas spontanée mais orchestrée dans le but de les discréditer.

3 . Coalition progressiste, regroupant 5 partis politiques : le RCD (Rassemblement pour la Culture et la démocratie), le FFS (Front des forces socialistes), le PT (Parti des travailleurs), le PST (Parti social des travailleurs), le MDS (Mouvement pour la démocratie sociale), le PLD (Parti laïc démocratique), la Ligue des droits de l’Homme de Nouredine Benissaad, ainsi que des organisations de la société civile.

4 . https://www.facebook.com/690052301079625/posts/2161076273977213/ .

5 . La coalition conservatrice regroupait l’Avant-garde des libertés d’Ali Benflis, le MSP, le FJD, UFDS (Union des forces démocratiques et sociales), El-Fadjr El-Djadid et de nombreuses associations de la même obédience.

6 . Les entretiens menés par l’autrice ont confirmé que la participation d’une partie de la coalition d’Ain Benian à l’élection présidentielle a été vécue comme une trahison par les autres.

7 . À titre d’illustration seulement, le procès qui s’ouvre le 4 décembre 2019. Y sont mis en accusation : les deux ex-Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, quatre anciens ministres, dont trois ayant été à la tête du département de l’Industrie, Mehdjoub Bedda, Youcef Yousfi et Abdessalem Bouchouareb (en fuite), l’ancien ministre des Transports, Abdelghani Zaâlane, l’ancienne wali de Tipaza, Mounia Zerhouni, ainsi que quatre célèbres hommes d’affaires : Ali Haddad, ancien président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Hassane Larbaoui, patron de KIA Motors Algérie, Ahmed Mazouz, patron du groupe Mazouz et Mohamed Bairi, PDG du groupe Ival.

8 . Nassim B., 2019,« Algérie : Le FLN apporte son soutien à Azzedine Mihoubi », 5 décembre <https://www.dzairdaily.com/fln-soutient-candidat-azzedine-mihoubi/> ; Zahra Rahmouni, 2019, « Présidentielle en Algérie : l’ex-ministre Azzedine Mihoubi voit grand », Jeune Afrique, 01 décembre,

9 . Les explications de ce paradoxe viendront assez vite. Il s’est avéré que le directeur de la direction générale de la sécurité intérieure avait soutenu la candidature de Azzedine Mihoubi, tandis que le chef d’état-major avait opté pour Abdelamdjid Tebboune.

10 . APS, 20/12/2019

11 . Quelques mois plus tard, des manifestations antiracistes aux États-Unis reprennent « From America, our respect for Algerian people », « Peaceful like the Algerians », https://www.facebook.com/messenger_media/?thread_id=2619822754713904&attachment_id=647647869121162&message_id=mid.%24gAAlOtwSrUTB43_cullyrrHbzQgA- .

12 . https://www.facebook.com/choufchoufdz/photos/we-will-remove-them-all-yetnehaw_ga3photo-prise-en-2019/2537755739661482/ .

13 . Le « badissisme-novembriste » est une contraction paradoxale entre deux courants idéologiques différents. Le badissisme fait référence à Ibn Badis, érudit fondateur de l’Association des ulemas musulmans, qui prônait la réforme du statut de l’Algérie dans le cadre de son maintien sous la souveraineté française ; tandis que le novembrisme se réfère aux partisans de l’option armée contre la puissance coloniale.

14 . La notion de « zouaves » en référence à ceux qui ont collaboré avec les autorités coloniales s’est propagée dans des discours

15 . Dans un discours devenu célèbre, Ahmed Ouyahia avait comparé le Hirak au début du soulèvement syrien qui représente aux yeux des Algériens le pire des scénarios.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Algérie 2019 : Hirak algérien. Des ruptures confirmées et des réconciliations inattendues », L’Année du Maghreb, 23 | 2020, 189-202.

Référence électronique

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Algérie 2019 : Hirak algérien. Des ruptures confirmées et des réconciliations inattendues », L’Année du Maghreb [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6692 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6692

Haut de page

Auteur

Louisa Dris-Aït Hamadouche

Professeure à la faculté des sciences politiques, Alger 3.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search