Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ChroniquesAlgérieChronologie Algérie 2019

Chroniques
Algérie

Chronologie Algérie 2019

Louisa Dris-Aït Hamadouche
p. 200-202

Entrées d'index

Mots-clés :

Algérie, Chroologie, 2019

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

105 Janvier : contestations sociales dans différents secteurs d’activité, notamment dans l’enseignement et chez les bénéficiaires de logements sociaux.
18 janvier : le président Bouteflika convoque le corps électoral pour l’élection présidentielle prévue le 18 avril.
21 janvier : grève dans le secteur de l’éducation.
9 février : meeting à la coupole de l’alliance présidentielle.
11 février : le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, déclare que le peuple est heureux de la candidature de Bouteflika à un 5e mandat.
12 février : wilaya de Chlef, premiers rassemblements contre le 5e mandat
16 février : ville de Kherata : rassemblement de citoyens contre le 5e mandat
19 février : wilaya de Khenchela : des manifestants décrochent le portrait géant du président-candidat de la façade de la mairie
22 février : manifestations dans tout le pays en réponse à des appels sur les réseaux sociaux
26 février : première manifestation des étudiants qui manifesteront tous les Mardi.
3 mars : la candidature de Bouteflika est déposée par son directeur de campagne, Abdelghani Zaâlane, au Conseil constitutionnel.
11 mars : proposition de reporter le scrutin présidentiel, et de tenir une conférence nationale. Nomination du gouvernement Bedoui, ancien ministre de l’Intérieur
26 mars : le chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaid Salah réclame l’application de l’article 102 de la Constitution, qui prévoit notamment la démission du président de la République.
27 mars : réunion de Saïd Bouteflika, Athmane Tartag, Mohamed Mediène et Louisa Hanoune.
31 mars : début de la campagne d’arrestations contre des hommes d’affaire et des hauts responsables politiques et militaires. Sont concernés au premier chef, Ali Haddad, les frères Kouninef, Mahieddine Tahkout, Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, Djamel Ould Abbès, Mohamed Mediène, Atmane Tartag, Abdelghani Zaâlane, Amar Tou, Boudjemaa Talaï, Amar Ghoul, Amara Benyounès, Karim Djoudi, Abdessalem Bouchouareb, Abdelkader Zoukh, Mohamed Khenfar, Abdelghani Hamel, Tayeb Louh, Baha Eddine Tliba, Hamid Melzi…
1er avril : la justice ouvre des enquêtes sur la corruption et ordonne des interdictions de sortie du territoire national (ISTN) à l’encontre de plusieurs capitalistes.
2 avril : le président Abdelaziz Bouteflika remet sa lettre de démission au président du Conseil constitutionnel ; le slogan phare du Hirak « Yetnahaw gaâ » (qu’ils dégagent tous !) nait en direct sur une chaine de télévision.
9 avril : l’ex-président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, devient chef d’État par intérim et annonce la tenue d’une élection présidentielle pour le 4 juillet 2019.
19 avril : décès de Ramzy Yettou à la suite de ses blessures.
22 avril : échec de la Conférence nationale organisée par Abdelkader Bensalah, chef de l’État par intérim
28 mai : décès de Kamel Eddine Fekhar en détention
1er juin : le Conseil constitutionnel annule, faute de candidats, l’élection prévue pour le 4 juillet. Il la reporte sans donner de date et prolonge le mandat de Bensalah.
15 juin : des organisations de la société civile appartenant à tous les courants idéologiques mettent sur pied une conférence sanctionnée par une feuille de route détaillant les étapes d’une période de transition démocratique négociée
19 juin : Gaid Salah déclare que « seul le drapeau algérien sera toléré dans les manifestations ». Des dizaines de manifestants portant l’emblème amazigh sont dès lors arrêtés.
26 juin : des partis et acteurs politiques progressistes rassemblés dans le PAD (Pacte de l’alternative démocratique), demandent une transition démocratique.
29 juin : arrestation de l’ancien moudjahid et opposant, Lakhdar Bouregaa.
5 juillet : immenses manifestations dans tout le pays à l’occasion de la fête d’indépendance
6 juillet : les partis politiques et acteurs d’obédience conservatrice organisent une grande rencontre au cours de laquelle ils demandent le déroulement d’une élection présidentielle dont ils détaillent les conditions et les procédures.
11 juillet : Kamel Chikhi (El Bouchi) qualifié de « Pablo Escobar algérien », est condamné à 10 ans de prison ferme pour une affaire de corruption dans le secteur foncier.
19 juillet : la sélection nationale de football décroche en Égypte la deuxième Coupe d’Afrique de son histoire. Durant le tournoi, des supporters algériens portant des banderoles symbole du Hirak ont été arrêtés et expulsés vers l’Algérie
25 juillet : désignation d’une instance nationale pour la médiation et le dialogue coordonnée par Karim Younes, ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN).
24 août : la société civile organise une rencontre politique regroupant des partis politiques conservateurs et progressistes, des figures de l’opposition et du Hirak. L’engagement y est pris d’aller à une seconde rencontre pour produire une feuille de route politique commune.
2 septembre : le chef d’état-major exige la convocation du corps électoral pour mi-septembre.
15 septembre : le chef d’État par intérim convoque le corps électoral pour une élection présidentielle dont il fixe la date au 12 décembre 2019. Il annonce la création de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).
11 septembre : début d’une vague d’arrestations de figures du Hirak : Karim Tabbou, Samir Belarbi, Fodil Boumala, Samira Messouci et beaucoup d’autres.
25 septembre : Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène (alias Toufik), Athmane Tartag et Louisa Hanoune sont condamnés à 15 ans de prison par un tribunal militaire, et un mandat d’arrêt international est lancé contre l’ex-ministre de la Défense Khaled Nezzar.
30 septembre-1er novembre : les Algériens se rassemblent sur les places publiques et célèbrent le déclenchement de la guerre d’indépendance à travers une mobilisation inédite depuis l’indépendance.
2 novembre : l’Anie dévoile les noms des cinq candidats en lice pour l’élection présidentielle du 12 décembre.
14 novembre : l’Apn adopte le projet de loi de finances 2020 comprenant notamment l’abrogation de la règle 51/49 % pour les secteurs non stratégiques, ainsi que la nouvelle loi sur les hydrocarbures.
17 novembre : début de la campagne électorale sur fond de contestations populaires contre les candidats.
4 décembre : le groupe pétro-gazier Sonatrach s’oppose au rachat des actifs de l’américain Anadarko en Algérie par le français Total.
10 décembre : début d’une longue série de condamnations contre les anciens premier ministre Ouyahia et Sellal.
10 au 13 décembre : les Algériens manifestent quotidiennement pour rejeter les élections présidentielles.
12 décembre : déroulement de l’élection présidentielle. Le taux officiel de participation s’élève à 39,88 %.
13 décembre : Abdelmadjid Tebboune est élu 8e président de la République algérienne avec 58,13 % des suffrages exprimés.
23 décembre : Gaid Salah décède d’une crise cardiaque. Le président Tebboune nomme le général-major Saïd Chengriha en qualité de chef d’état-major de l’ANP par intérim.
28 Décembre : le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, nomme Abdelaziz Djerad, Premier ministre et le charge de former le gouvernement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Chronologie Algérie 2019 », L’Année du Maghreb, 23 | 2020, 200-202.

Référence électronique

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « Chronologie Algérie 2019 », L’Année du Maghreb [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6702

Haut de page

Auteur

Louisa Dris-Aït Hamadouche

Professeure à la faculté des sciences politiques, Alger 3.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search