Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ChroniquesMarocVingt ans de règne : Mohammed VI,...

Chroniques
Maroc

Vingt ans de règne : Mohammed VI, à la recherche de l’occasion perdue

Beatriz Tomé-Alonso et Marta Garcia de Paredes
p. 245-268

Entrées d'index

Mots-clés :

Maroc, Chronique, 2019

Géographie :

Maroc
Haut de page

Notes de l'auteur

L’article présente des résultats des projets « Crisis y procesos de cambio regional en el norte de África y sus implicaciones para España » (Crise et processus de changement régional dans le nord de l’Afrique et ses implications pour l’Espagne) (CSO2017-84949-C3-3-P) et « Crisis y representación política en el Norte de África. Dispositivos institucionales y contestación » (Crise et représentation politique en Afrique du nord. Dispositifs institutionnels et contestation) (CSO2017-84949-C3-2-P), tous deux financés par le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de la Compétitivité (MINECO), le Fonds européen de développement régional (FEDER, EU) et l’Agence nationale de la Recherche (AEI). Ce travail a également été réalisé grâce à l’aide du fonds de recherche de l’université Loyola Andalucía et aux aides destinées à la formation des doctorants 2015 (BES-2015-073256) financées par le Fonds social européen et le MINECO.

Texte intégral

  • 1 . Voir Desrues Thierry, 2019, « Who Does the King Speak for? Executive Power, the Executors and Pro (...)
  • 2 . MAP, « Texte intégral de SM le Roi Mohammed VI adressé à la Nation à l’occasion de la Fête du Trô (...)

1En juillet 2019, Mohammed VI a fêté le vingtième anniversaire de son accession au trône. À cette occasion, le souverain a exprimé sa ferme volonté de relancer l’une des politiques marquantes de son règne : la politique de développement1. Il a annoncé la création d’une commission spéciale pour examiner et analyser « l’état exact de la question » et « proposer des solutions adaptées »2. Ce faisant, il s’agit tout autant d’apporter une réponse aux défis sociaux et aux protestations de divers secteurs de la société marocaine, que de garder l’initiative de la réforme et de poursuivre le projet de technocratisation de la vie politique.

2Ce nouveau pacte social met en avant le rôle de « l’expert », euphémisant ainsi les affrontements politiques entre les porteurs des différents modèles idéologiques attachés au champ politique marocain. À cet égard, ce sont des personnalités sans appartenance politique qui ont été les protagonistes de la recomposition du second gouvernement Othmani au cours du dernier trimestre de l’année, puisque celui-ci compte dans ses rangs presque 20 % de technocrates de plus que dans le précédent.

3C’est en s’appuyant sur une faible majorité au sein du gouvernement que le Parti de la justice et du développement (PJD) a dû gérer deux polémiques majeures au cours de l’année : la promulgation de la loi sur l’enseignement et « l’affaire Maelainine ». Ces deux dossiers mettent à l’épreuve l’identité linguistique et morale du parti. La prééminence de la langue française inscrite dans la nouvelle loi sur l’enseignement, adoptée par le Parlement, a suscité le malaise de l’aile la plus critique vis à vis le gouvernement Othmani. Cette dernière trouve toujours en Benkirane, l’ancien chef du gouvernement, son meilleur porte-parole.

4Par ailleurs, les photographies prises à Paris, montrant la députée Amina Maelainine sans son foulard, ont produit des effets politiques considérables en soulevant trois questions principales. La première, à caractère politique, est liée à la critique interne de la gestion d’El-Othmani et de ses éventuelles répercussions ; la deuxième, d’ordre moral, place au centre du débat la problématique de la « moralité » des cadres du PJD et les pressions exercées par ses adversaires politiques pour discréditer le parti et ses membres sur le plan personnel ; in fine, cette affaire renvoie au débat sur les libertés individuelles et soulève la question de la viabilité de l’alliance entre l’opposition islamiste et la gauche dont l’agenda reste indéterminé.

5Au cours de l’année 2019, le PJD n’a pas été la seule formation politique confrontée à la tourmente politique. Le Parti authenticité et modernité (PAM) a vécu une année de luttes intestines, ponctuées par des scandales liés aux accusations de détournements de fonds, sans compter les dissensions provoquées par l’attribution de postes dans les commissions de la Chambre des représentants à des personnes fidèles à l’actuelle direction, ainsi que les conflits autour de l’organisation du comité préparatoire du quatrième congrès national du parti prévu au début de 2020. Vers la fin de l’année 2019, le rapprochement entre l’actuel secrétaire national, Benchamach et le chef de file d’un courant rival, Ouahbi , semble sceller une paix relative entre deux des principaux blocs du parti. Ce nouveau pragmatisme va se refléter aussi dans les relations du PAM avec le PJD : son ancien adversaire est désormais envisagé comme un allié possible face à la montée en puissance du Rassemblement national des indépendants (RNI).

6Les libertés individuelles ont également été au centre des débats qui ont secoué l’opinion publique en 2019. L’arrestation de Hajar Raissouni, une journaliste du quotidien Akhbar El Yaoum, accusée d’avortement et de relations sexuelles hors mariage, provoque un élan de solidarité et une demande d’abolition de l’article 490 du Code pénal marocain qui condamne les relations sexuelles hors mariage. La liberté d’expression revient également au premier plan avec la montée des critiques politiques sur les réseaux sociaux et les arrestations du journaliste Omar Radi et d’autres marocains « ordinaires » tels que le jeune youtubeur « Moul Kaskita ». Ces deux affaires sont à la fois emblématiques d’une vague de détentions survenue l’automne et du durcissement de la censure. D’aucuns considèrent ces deux phénomènes comme symptomatiques de la crise sociale traversée par le pays et comme une réponse à l’effondrement du mur de la peur chez les plus jeunes.

Vers un nouveau modèle de développement ?

À l’occasion du vingtième anniversaire de son intronisation, Mohammed VI établit le bilan suivant :

  • 3 . Ibid.

« Les dernières années ont révélé l’incapacité de notre modèle de développement à satisfaire les besoins croissants d’une partie de nos citoyens, à réduire les inégalités sociales et les disparités spatiales. »3

  • 4 . Voir aussi : Aziz Chahir, « Crise socio-économique au Maroc : à quoi sert la monarchie ? », Middl (...)
  • 5 . Aziz Chahir, « Crise socio-économique au Maroc : à quoi sert la monarchie ? », Middle East Eye, 1 (...)

7Le monarque reconnaissait ainsi implicitement l’échec relatif d’une politique qui était devenue la marque distinctive de son règne, en particulier à partir de 2005, lorsque fut lancée, comme stratégie centrale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, l’Initiative nationale pour le développement humain (Desrues 2007a)4. Déjà, en octobre 2017, dans son discours d’ouverture de l’année parlementaire, Mohammed VI « remettait en question pour la première fois » le modèle qui, selon ses dires, « était inapte à réaliser la justice sociale, notamment parmi les jeunes »5. Néanmoins cette fois-ci, établir un nouveau modèle de développement inclusif et apte à offrir une réponse aux demandes pressantes de la société, semble désormais effectivement placé au premier rang de l’agenda politique du pays, avec l’annonce de la création d’une commission spéciale chargée de revoir le modèle et de proposer des améliorations.

  • 6 . PNUD, « Au-delà des revenus, des moyennes et du temps présent : les inégalités de développement h (...)
  • 7 . Voir le discours royal pronnoncé à l’occasion du 66e anniversaire de la Révo­lution du Roi et du (...)
  • 8 . OXFAM, « Un Maroc égalitaire, une taxation juste », 2019, <https://www-cdn.oxfam.org/s3fs-public/file_attachments/rapport_oxfam_2019_un_maroc_egalitaire_une_taxation_juste.pdf>,.

8Les données disponibles sur le développement social et économique du pays confirment cette évaluation critique. Selon le dernier Rapport sur le développement humain du PNUD (2019), la progression de l’indice de développement humain (IDH) au Maroc a ralenti au cours de la dernière décennie. Si le taux de croissance a été de 1,53 % entre 2000 et 2010, pour la période 2010-2018, celui-ci est descendu à 1,14 % (PNUD, 2019). Entre 2013 et 2018, le pays n’a gagné que deux places dans le classement de développement humain6. Cette tendance est certes partagée par la plupart des pays de la région MENA qui, depuis 2010, voient leur progression moyenne stagner ou régresser (PNUD, 2019). Cependant, la position du Maroc dans le classement reste toutefois moins bonne que celle de ses voisins, le pays étant classé à la 121e place (sur 189), alors que la Tunisie occupe la 91e place, et l’Algérie arrive en 82e position (PNUD, 2019). En outre, le monarque lui-même soulignait la nécessité de concentrer les efforts sur le monde rural, afin d’atténuer les disparités territoriales7. Selon un récent rapport d’Oxfam, si la pauvreté est presque éradiquée en milieu urbain (1,6 %), elle y est six fois supérieure dans le monde rural (9,5 %)8.

9Les jeunes sont une autre source de préoccupation, car ils sont devenus ces dernières années le symbole de l’exclusion et de la précarité (Desrues et Garcia de Paredes, 2019). Le dernier Baromètre arabe indique que 70 % des jeunes de 18 à 29 ans souhaitent quitter le pays9. Ce chiffre traduit non seulement le mécontentement de la jeunesse concernant l’évolution du pays, ou son manque de confiance dans l’amélioration des conditions économiques et des services sociaux, mais aussi un « risque important de fuite des cerveaux, car plus de 60 % des diplômés de l’enseignement secondaire ou supérieur veulent abandonner leur pays »10.

  • 11 . « Sa Majesté le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion du 66e anniversaire de la Révolu (...)
  • 12 . MIPA Institute, « Trust in Institutions Index: Preliminary Findings », 2019, <https://mipa.institute/7141>.

10En annonçant la nécessité d’un « nouveau contrat social emportant une adhésion unanime »11, Mohammed VI cherche à maintenir sa position de roi « réformateur » et à approfondir l’idée de la construction d’une « monarchie exécutive et citoyenne » qui place la « question sociale » au centre de ses préoccupations (Desrues, 2018). Il répond ainsi à une période agitée, marquée par la persistance des manifestations du Hirak et d’autres espaces périphériques vers lesquels s’est déplacé le « centre de gravité des protestations », où l’on constate la « dégradation des services publics et le manque d’investissements et d’emploi » (Hernando de Larramendi et Thieux, 2018). Le projet a pour objectif de (re)positionner le Palais comme institution de référence, et de restaurer la confiance des citoyens en un avenir commun. Selon une étude récente publiée par le Moroccan Institute for Policy Analysis (MIPA), 69 % des Marocains expriment leur inquiétude à l’égard de la direction générale que prend le pays, et 55,5 % ne sont pas satisfaits de la situation économique12.

  • 13 . « Qui sont les 35 membres de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement ? », Le Matin, (...)
  • 14 . Tomé-Alonso, Beatriz and Marta García de Paredes: «Towards a New Social Pact in Morocco? The “New (...)

11La formule choisie par le Palais pour orienter la refonte du modèle de développement – une commission nommée par le monarque, sans présence des partis – est une constante du règne de Mohammed VI (Desrues 2007b). La commission d’experts mise en place est dirigée par Chakib Benmoussa (ex-ministre de l’Intérieur et actuel ambassadeur à Paris) et rassemble 35 personnalités provenant de divers secteurs socio-professionnels, du monde des affaires au milieu universitaire13. Cette formule apporte un triple avantage au Palais. Tout d’abord, elle lui permet d’exposer son initiative sur le terrain social tout en privilégiant l’unité sous son autorité. Ensuite, elle dépolitise l’action publique en faisant une affaire d’experts et de technocrates ce qui contribue à escamoter tout débat public se rapportant aux problèmes dont souffre la société, débat qui pourrait échapper à son contrôle. Enfin, elle lui permet également de conserver son rôle central dans les grands projets politiques du pays, réduisant le gouvernement au rôle de simple gestionnaire et coordinateur des différentes tendances politiques présentes au sein de l’exécutif, sans qu’aucune d’entre elles ne puisse prétendre proposer des projets alternatifs au programme du monarque ou jouer un rôle de premier plan14.

Vie des partis et questions de gouvernance

  • 15 . La Rédaction, « Le bureau politique du PPS décide de quitter la coalition gouvernementale », Telq (...)
  • 16 . Voir Royaume du Maroc, « Les gouvernements marocains depuis l’Indépendance (Chronologie) », http: (...)

12Cette tendance à la technocratisation se reflète également dans la composition du second gouvernement Othmani. La rupture de l’alliance du PJD avec le Parti du progrès et du socialisme (PPS), provoquée par la multiplication des critiques de celui-ci à l’encontre de la gestion gouvernementale du premier, a abouti le 1er octobre au départ du gouvernement des anciens communistes du PPS15. Au sein du nouveau gouvernement présenté au palais royal le 9 octobre 2019, les technocrates et les non affiliés à un parti politique représentent le groupe le plus nombreux, avec neuf ministres. Cette augmentation de près de 20 % par rapport à la coalition antérieure (voir tableau 1) est d’autant plus visible que les membres de l’exécutif sont passés d’un gouvernement à l’autre de 39 à 24 personnes16. Cela signifie que le PJD a perdu une partie de son poids relatif dans la coalition gouvernementale qu’il dirige.

Tableau 1. Membres du gouvernement (chef de gouvernement compris) et présence des formations politiques

Othmani I*

Othmani II**

Nombre

%

Nombre

%

PJD

12

30,77 %

7

29,17 %

Technocrates

7

17,95 %

9

37,5 %

RNI

7

17,95 %

4

16,67 %

MP

5

12,82 %

2

8,33 %

USFP

3

7,69 %

1

4,17 %

UC

2

5,13 %

1

4,17 %

PPS

3

7,69 %

0

0%

Total

39

100 %

24

100 %

* « Le Roi Mohammed VI nomme le nouveau gouvernement », Médias24, 5 avril 2017, <https://www.medias24.com/​MAROC/​NATION/​POLITIQUE/​172351-Le-Roi-Mohammed-VI-nomme-le-nouveau-gouvernement.html>.

** « Voici la composition du nouveau gouvernement », Médias24, 9 octobre 2019, <https://www.medias24.com/​voici-la-composition-du-nouveau-gouvernement-4833.html>.

  • 17 . Pour un analyse sur le rôle des partis politiques, voir: Maghraoui Driss, 2020: «On the relevance (...)

13Cette technocratisation s’inscrit dans la continuité du règne de Mohammed VI (Desrues, 2007b ; Bennani-Chraïbi, 2019) et plus largement dans le modèle de « politique néolibérale » (Kiely, 2016) qui postule que l’instauration d’un « autoritarisme libéral » ou d’une « élite technocratique » signifie que la gestion publique finit par être « dépolitisée » et « dédémocratisée » (Brown, 2015)17.

Le PJD et son agenda réformiste, crise de l’autorité d’El Othmani ?

  • 18 . Mohamed Chakir, « Vidéo. Benkirane sonne la charge contre le “frère” El Othmani », Le360, 2 décem (...)

14En situation minoritaire au sein de la coalition gouvernementale, le PJD peut-il mettre en œuvre son programme de réformes ? C’est la question que se pose une partie de la formation islamiste, pour qui l’attitude d’El Othmani semble excessivement complaisante. En fin d’année, Benkirane a critiqué le fait que Mustapha El Khalfi ait été écarté de la coalition gouvernementale, ce que, selon l’ancien Secrétaire général du parti, « les gens regrettent »18.

  • 19 . Mohamed Chakir Alaoui, « Vidéo. Driss Azami démissionne de la présidence du groupe parlementaire (...)

15Ce n’est pas la première fois que Benkirane fait part de son désaccord avec les décisions d’El Othmani. D’ailleurs, les plus critiques vis-à-vis de la direction actuelle du parti se sont rassemblés autour de lui et des jeunes du parti. Les dissensions au sein de l’appareil du PJD se sont révélées au grand jour lors de l’adoption de la loi relative à la réforme du système éducatif, qui accorde une place privilégiée à la langue française (voir infra). Après son adoption, qualifiée par Benkirane de « faute la plus grave » commise par « le parti depuis qu’il est au pouvoir, depuis 2011 », le président du Conseil national du parti, Driss El Azami, a démissionné de la présidence du groupe parlementaire du PJD19.

16Dans ce sens, la nomination de Mohamed Amakraz, Secrétaire du Comité central de la Jeunesse du parti au poste de ministre de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle peut être interprétée de trois manières complémentaires. La première hypothèse traduirait la volonté d’El Othmani de tendre la main à la Jeunesse du parti et de placer ainsi les tendances critiques (proches de Benkirane) sous son autorité. La deuxième interprétation indiquerait la volonté du PJD de lancer un message d’unité renforçant l’image d’un parti pluriel, respectueux des divergences d’opinion, mais qui reste uni lorsqu’il s’agit de prendre des décisions et de travailler dans une même direction. Enfin, nous pourrions voir dans la nomination d’Amakraz la volonté du PJD de préparer progressivement la relève générationnelle du PJD.

17Au cours de l’année 2019, la « crise du français » s’est ajoutée à la « crise de l’image » du PJD. En janvier, la publication dans la presse de photographies de la députée pejidiste Amina Maelainine, sans son voile à Paris, ont suscité une vive controverse. Sur sa page Facebook, Maelainine argumente qu’il s’agit d’une « affaire personnelle » qui « ne concerne pas le parti » et n’affecte pas « les conditions exigées pour adhérer à ce dernier »20. En mars, la députée a néanmoins été auditionnée par la commission d’éthique et de transparence du PJD21. Est-ce une affaire privée ou concerne-t-elle le parti ?

  • 22 . Ghita Ismaili, « Maelainine, Hamieddine... Le PJD règle ses comptes », TelQuel, 14 janvier 2019,
  • 23 . Ibid.
  • 24 . Kaouthar Oudrhiri, « Le PJD explique la mise à l’écart d’Amina Maelainine », TelQuel, 15 avril 20 (...)

18Les prises de paroles publiques du PJD sont divergentes à ce propos. Si Benkirane affirme que le port du voile ressortit à la « liberté individuelle », n’est pas « un uniforme de travail », et que celles qui le portent « le font par conviction », et qu’il s’agit de « leur choix »22, le chef du gouvernement, El Othmani, et son ministre des Droits de l’homme, Ramid, se sont montrés publiquement plus critiques envers Maelainine. Durant le Conseil national du PJD, qui s’est tenu à Salé les 12 et 13 janvier, El Othmani a reproché son attitude à la députée en déclarant que « l’attachement du parti à son référentiel islamique est un exercice et non une illusion » et que ses membres doivent « donner l’exemple, en particulier ceux qui sont en première ligne de l’opinion publique »23. La controverse du voile est ainsi entrée dans le domaine politique et ne s’est refermée qu’au mois d’avril, après que le PJD n’a pas reconduit Amina Maelainine au poste de 7e vice-présidente à la Chambre des représentants24.

19Au-delà des (re)positionnements internes du PJD, l’affaire Maelainine place au cœur du débat la nature du discours public du PJD et la question des libertés individuelles.

  • 25 . Jamal Amiar, « Comment le PJD prépare les élections », Médias24, 3 janvier 2015, <https://www.med (...)

20Le PJD a fait de ses représentants l’un des principaux symboles de son discours public. Comme pour d’autres partis dits islamistes, la fin du « paradigme révolutionnaire » déplace l’importance accordée à la sharia et l’objectif de mise en place d’un hypothétique État islamique vers les valeurs musulmanes et les qualités personnelles des membres du parti, telles que l’intégrité morale et l’engagement civique (Tomé-Alonso, 2016). À travers cette évolution, le PJD cherche à établir une relation dialectique entre son incorruptibilité, sa transparence, sa responsabilité et son éthique. Il tient à souligner sa musulmanéité comme traits caractéristiques du lien avec l’identité religieuse marocaine (Tomé-Alonso, 2018). Selon El Arabi, responsable des campagnes pour les élections communales et législatives de 2015 et 2016 respectivement, les candidats du PJD doivent représenter les « valeurs » du parti « et son capital confiance »25, inspirés par l’islam. Ce faisant, les scandales liés à la vie personnelle des péjidistes sont utilisés par leurs adversaires comme contre-argument politique, révélant leur dédoublement moral ou leur hypocrisie présumée.

  • 26 . Maâti Monjib, « Dividing Morocco’s Islamists and Leftists », Carnegie, 23 janvier 2019, <https://carnegie-mec.org/sada/78200>.

21La question du voile s’inscrit, en outre, dans les controverses qui marquent le clivage le plus net entre l’islamisme et la gauche : les libertés individuelles, les droits de la femme et la liberté de conscience (Casani, 2017). Ceci réduit ainsi les possibilités de la formation d’un large front de protestation et d’opposition entre ces deux tendances26.

Le PAM : division interne et repositionnement électoral

  • 27 . Fahd Iraqi, « Maroc : la fusée Aziz Akhannouch », Jeune Afrique, 3 décembre 2019, <https://www.je (...)

22Le PAM a traversé une année difficile en raison des luttes internes provoquées par la dispute du leadership de celui qui représente le deuxième parti à la Chambre des Représentants derrière le PJD. La formation fondée par Fouad Ali El Himma, conseiller royal et bras droit de Mohammed VI, doit disputer sa position d’alternative au PJD avec un RNI qui est sorti renforcé de la formation des deux derniers gouvernements de 2017 et 2019. Le Secrétaire général du RNI, Aziz Akhannouch s’est non seulement imposé comme principal interlocuteur de Mohammed VI au sein du gouvernement, mais a également multiplié les apparitions publiques pendant lesquelles, entouré de partisans, il a laissé deviner son ambition d’améliorer le positionnement du RNI en le transformant en premier parti de l’administration dans la perspective des prochaines élections27.

23Le manque d’autorité et l’éloignement des militants dont a fait preuve Hakim Benchamach à la tête du PAM ont révélé son incapacité à redresser le parti pour qu’il soit en mesure d’affronter le RNI. Hakim Benchamach a été élu en mai 2018 par défaut après le départ précipité du polémique ex-Secrétaire général, Ilyas El Omari pour sa mauvaise gestion du dossier du Rif. Il représentait le candidat du consensus dans un contexte d’agitation interne. Ce faisant, ce consensus a rapidement volé en éclat et de nouvelles dissensions sont apparues, que le nouveau Secrétaire général n’est pas parvenu à contrôler et qui ont fini par le mettre sur la sellette à la fin de l’année 2019.

  • 28 . Kaouthar Oudrhiri, « La semaine mouvementée de Hakim Benchamach », Telquel, 19 avril 2019, <https://telquel.ma/2019/04/19/la-semaine-mouvementee-de-hakim-benchamach_1635842>.
  • 29 . Fahd Iraqi, « Maroc : le PAM avance la date de son “congrès de la dernière chance” », Jeune Afriq (...)
  • 30 . Ghita Ismaili, « Un “appel de l’avenir” pour sauver le PAM », Telquel, 15 mai 2019, <https://telquel.ma/2019/05/15/apres-la-responsabilite-un-appel-du-futur-au-sein-du-pam_1638480/>.

24La désignation de plusieurs responsables parlementaires, début 201928, et l’organisation du comité préparatoire en vue du 4e congrès national, cristallisent les désaccords entre deux ailes du parti29 : l’aile menée par Benchamach et celle conduite par Abdellatif Ouahbi, avocat pragmatique et combatif. La première capitalise sur l’activisme de gauche des années de plomb et se distingue, au niveau politique, par sa rigidité et sa discrétion. La seconde représente les ambitions de la jeunesse et de la méritocratie du parti. Ces querelles reflètent le renouvellement et la reconfiguration des élites politiques sous le règne de Mohammed VI, qui se traduisent, selon Eibl (2012), par une revalorisation de l’élite technocratique et la politisation de la société civile et des hommes d’affaires. Le courant de Ouahbi traduit l’existence de fractures générationnelles au sein du parti. Le groupe qui se fait appeler « appel à l’avenir », créé en mai 2019 pour combattre l’autorité de Banchamach, revendique ainsi le renouvellement des élites et l’ouverture du parti aux nouvelles générations30. Dans ce courant, nous trouvons des personnalités telles que Fatima Zahra-Mansouri, avocate et ex-maire de Marrakech, ou Mehdi Bensaid, homme d’affaires et ex-député élu en 2011 sur la liste des jeunes. Tous les deux incarnent une nouvelle génération de politiciens pragmatiques et ambitieux, dotés d’une excellente formation supérieure et ayant des liens transversaux avec plusieurs secteurs pourvoyeurs en élites, tels que la société civile, la technocratie makhzénienne ou le monde des affaires. Sur le plan idéologique, ils se distinguent par leurs idées progressistes en matière de libertés individuelles, et par le pragmatisme économique avec lequel ils défendent le programme néolibéral de la monarchie, tout en se montrant sensibles à ses effets négatifs sur le plan social.

  • 31 . Kaouthar Oudrhiri, « Détournement de fonds au sein PAM : le clan Benchamach accuse, “l’appel de l (...)
  • 32 . Telquel, « Entre Hakim Benchamach et le clan de “l’Appel de l’avenir”, la guerre est déclarée », (...)
  • 33 . Kaouthar Oudrhiri, « Les dissensions internes au PAM portées en justice », Telquel, 15 juillet 20 (...)
  • 34 . Younes Saoury, « La Cour d’appel déboute Benchamach et donne raison au courant de “l’Appel de l’a (...)
  • 35 . Ghita Ismaili, « Le PAM tourne officiellement la page de la crise », Telquel, 26 décembre 2019, <https://telquel.ma/2019/12/26/le-pam-tourne-officiellement-la-page-de-la-crise_1662427>.

25En juin, les tensions dans le parti se sont intensifiées à la suite des accusations de détournement de fonds31 et la destitution d’Aziz Benazzouz32 (sympathisant d’Ouahbi) de la présidence du groupe parlementaire. Au cours du même mois, Hakim Benchamach a saisi la justice contre Samir Goudar33 pour n’avoir pas tenu compte de son refus d’organiser le comité préparatoire du prochain congrès national. Néanmoins, la cour d’appel a fini par donner raison à Samir Goudar34 en décembre, affaiblissant encore la fragile autorité du Secrétaire général. Dans l’impossibilité de mettre un terme aux conflits qui se succèdent, Hakim Benchamach misait en fin d’année sur un rapprochement avec l’aile d’Ouahbi et sur une apparente réconciliation des deux camps35.

  • 36 . Jules Crétois, « Maroc : les dessous du rapprochement entre le PJD et le PAM », Jeune Afrique, 16 (...)

26Cette position conciliante se reflète aussi dans les relations du PAM avec son adversaire désigné, le PJD. Après l’élection de Fatima El Hassani (proche d’Ouahbi) à la présidence de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma en octobre, les rivalités entre les deux partis semblent diminuer36. On assiste même à un rapprochement sous l’effet de l’influence croissante de l’aile d’Ouahbi au sein du PAM. En effet, le pragmatisme politique de celui-ci suscite des espoirs d’un retournement d’alliances chez certains membres du PJD, qui voient d’un bon œil l’ouverture de conversations entre les deux formations pour contrer la menace que constitue, pour les deux partis, la montée en puissance du RNI à deux ans des prochaines élections. Dans un système politique où il n’est possible de gouverner qu’en formant de larges coalitions, ce rapprochement pourrait permettre au PAM d’entrer dans le prochain gouvernement, en lieu et place du RNI et de récupérer le soutien du régime, tandis que pour le PJD, plus précisément pour Aziz Akhannouch qui domine le gouvernement actuel, il constituerait un grave revers : l’existence de directions plus pragmatiques et consensuelles dans les deux formations – Abdellatif Ouahbi pour le PAM et Saad Dine El Othmani pour le PJD – accroît les possibilités de ce rapprochement stratégique dans la perspective des élections de 2021.

Nouvelles lois, nouveaux conflits : enseignement, tamazight et terres collectives

  • 37 . Ghalia Kadiri, « Au Maroc, la disparition des écoles publiques accélère la marchandisation de l’é (...)

27La gouvernance éducative, la situation de l’éducation publique dans le pays et la fracture entre les filières d’enseignement en arabe et en français ont occupé une large place dans le débat public au cours de l’année 2019. Selon les données de l’Institut marocain d’analyse des politiques (MIPA), 48,1 % seulement des Marocains font confiance à l’enseignement public, contre 83,2 % à l’enseignement privé (MIPA, 2019). Selon des estimations publiées dans la presse, entre 70 % et 80 % des élèves des grandes villes comme Rabat ou Casablanca sont inscrits dans une école privée37.

  • 38 . La Rédaction et Reuters, « La loi-cadre renforçant le français dans le système éducatif adoptée » (...)
  • 39 . La Rédaction et Reuters, « La loi-cadre renforçant le français dans le système éducatif adoptée » (...)
  • 40 . La Rédaction et Reuters, « La loi-cadre renforçant le français dans le système éducatif adoptée » (...)

28En juillet, le Parlement a adopté la loi-cadre relative à la réforme du système éducatif avec une majorité de 241 voix pour, 4 voix contre, et 21 abstentions38. Le texte, entré en vigueur après une seconde lecture par la Chambre haute et sa publication au bulletin officiel, prévoit de réintroduire le français comme langue d’enseignement des sciences, des mathématiques et des matières techniques dans le primaire et le secondaire39. Pour exprimer leur refus de cette mesure, plusieurs députés du PJD et de l’Istiqlal se sont abstenus de voter les articles stipulant le retour du français comme langue d’enseignement40. Ce faisant, l’approbation de la réforme montre la faiblesse politique du PJD et la faible marge de manœuvre du Chef du gouvernement.

  • 41 . Ibid.
  • 42 . Intissar Fakir, « Teachers’ Strikes in Morocco », Carnegie, 8 avril 2019, https://carnegieendowme (...)

29L’objectif du texte est de mettre un terme à la dualité entre le français, langue privilégiée dans le domaine professionnel, et l’arabe, langue de l’enseignement, ce qui crée un avantage considérable pour les élèves de l’enseignement privé (en français) sur la plupart des élèves du pays41. La loi met également fin à des années de politique d’arabisation de l’enseignement. Ce qui, pour une partie de la population, est justifiable en termes de rendement économique et d’accès au marché de l’emploi, et par une autre est perçu comme un renoncement culturel et identitaire. La lutte entre partisans de l’arabe et ceux du français est partie prenante d’un conflit plus profond entre secteur public et privé, comme en témoignent les plaintes et les requêtes exprimées depuis des années par les enseignants, et qu’ils ont à nouveau formulées en mars 2019. Ils critiquent le manque de ressources allouées au secteur public ainsi que la précarité des contrats proposés aux personnels42.

  • 43 . AFP, « Le projet de loi organique sur l’amazigh adopté au parlement », Telquel, 11 juin 2019, <https://telquel.ma/2019/06/11/le-projet-de-loi-organique-sur-lamazigh-adopte-au-parlement_1641338>. V</https> (...)
  • 44 . Younes Saoury, « Le projet de loi sur l’officialisation de l’amazigh crée la discorde au parlemen (...)

30L’adoption en juin de la loi sur l’usage de la langue amazighe s’inscrit également dans le débat sur les langues reconnues et utilisées par l’État43. Cette loi réglemente et établit les différentes modalités régissant l’usage du tamazight dans l’Administration et les services publics, ainsi que dans les écoles et dans la vie culturelle. Si le tamazight dans ses diverses déclinaisons régionales est parlé par près de 8 millions de Marocains, cette langue n’a été officiellement reconnue qu’en 2011, lorsque la nouvelle Constitution en a fait la langue co-officielle avec l’arabe. Malgré cette reconnaissance, l’application de la loi demeure en suspens en raison de l’absence de réglementations et de la polémique que soulève encore sa généralisation. Lors du processus d’adoption de la nouvelle loi, le PJD s’est montré particulièrement réticent envers l’usage du tifinagh (alphabet de la langue amazighe)44. La reconnaissance du tamazight continue en effet de générer des tensions politiques, car elle remet indirectement en question la construction monolithique de l’identité nationale autour de l’arabe, promue par Hassan II et timidement révisée par Mohammed VI tout en restant sur le registre de sa reconnaissance symbolique (Desrues et Tilmatine, 2018). Le PJD est actuellement l’un des principaux défenseurs, avec l’Istiqlal, de l’identité sociolinguistique arabe du Maroc et se montre très réticent chaque fois que le Palais encourage la généralisation et la reconnaissance d’autres langues, comme le français dans le domaine de l’enseignement ou le tamazight dans les institutions.

31Si cette loi représente une étape importante d’un point de vue symbolique, certains aspects relatifs à l’enseignement ou l’usage de ces langues dans les médias restent mal définis. Dans la pratique, l’usage du tamazight se heurte à de nombreux obstacles qui dépassent les limites de sa reconnaissance par l’État, notamment sa transmission intergénérationnelle en milieu urbain ou sa valorisation sociale. Deux études récentes menées dans la région de Rabat-Salé montrent que le tamazight est quasiment invisible sur les affiches et panneaux publicitaires, en comparaison avec le français ou l’anglais (Messaoudi et Khiri, 2019), et que son usage dans les villes est relégué à la sphère domestique – avec une faible transmission entre parents et enfants – ou à des lieux publics peu valorisés, comme les marchés (Idhssaine et El Kirat, 2019).

  • 45 . Théa Ollivier, « Terres collectives au Maroc : le long chemin des femmes pour défendre leurs droi (...)
  • 46 . Telquel, « Le parlement adopte trois projets de loi sur les terres soulaliyates », 24 juillet 201 (...)
  • 47 . Ceux qui selon le droit coutumier ont des droits sur l’exploitation de ces terres sur la base de (...)

32Enfin, dans le domaine législatif, il convient également de noter l’adoption d’un nouveau cadre visant à réglementer la propriété et l’utilisation des terres soulaliyates ou terres collectives. Ces terres représentent 15 millions d’hectares de terrains communaux ou collectifs, soit un tiers du territoire national, dont bénéficient près de 10 millions de Marocains (presque un tiers de la population). Sous tutelle étatique en vertu d’un décret pris sous le protectorat français en 1919, ces terres dépendent du ministère de l’Intérieur et sont exploitées par plus de 4 500 tribus45. Trois lois (lois 62.17, 63.17, 64.17)46 ont été adoptées après le discours royal d’octobre 2018 à la Chambre basse, dans lequel Mohammed VI appelait à promouvoir le « développement » de ces terres par l’ouverture à de nouveaux projets d’investissement agricole. Dans le contexte actuel d’accaparement du foncier et de spéculation immobilière, ces terres, proches des grands centres urbains, sont devenues un objet de litige entre l’État et leurs « requérants légitimes »47, car vendues à très bas prix, leur valeur augmente considérablement après leur aménagement (Berriane, 2017). Néanmoins, le conflit le plus visible est la contestation menée par les femmes, qui sont non seulement expulsées de ces terrains, mais de surcroît, privées de tout droit d’indemnisation, parce que les hommes sont les seuls « requérants légitimes » en vertu du droit coutumier. Comme le précise Ramírez (2017), le recours au discours féministe pour revendiquer ces droits a facilité le dialogue avec le régime et permis aux femmes d’être finalement indemnisées : c’est parce que « le problème est posé plutôt comme un problème interne, les femmes s’opposant aux hommes, sans mettre en cause aucune structure de pouvoir ayant à voir avec l’État ou les élites concernées ».

Politique extérieure : une année sans heurts

33La politique étrangère montre elle aussi la consolidation de la monarchie exécutive et de son leadership dans le « domaine réservé » de l’action internationale (Fernández-Molina, 2016 ; Hernando de Larramendi et Fernández-Molina, 2014). L’année 2019 a été marquée par trois autres constantes de la politique extérieure marocaine : a) le maintien des alliances traditionnelles ; b) l’accent mis sur la diplomatie religieuse ; c) la poursuite des efforts visant le renforcement de nouvelles alliances.

  • 48 . Conseil de l’UE (communiqué de presse), « Déclaration conjointe de l’Union européenne et du Maroc (...)
  • 49 . « Le Maroc suspend officiellement toutes ses relations avec les institutions européennes », Media (...)
  • 50 . Chloe Teevan, « EU-Morocco: a win-win partnership? », MIPA Institute, 30 juin 2019, <https://mipa.institute/6866>.

34Quatre ans après le dernier Conseil d’association Union européenne-Maroc, la 14e rencontre s’est tenue en juin 2019. Dans la déclaration conjointe, les deux acteurs « affirment leur ambition de donner à leur relation stratégique, multidimensionnelle et privilégiée une nouvelle impulsion […] en développant un “véritable partenariat euro-marocain de prospérité partagée” »48. On assiste bel et bien à la fin des remous qui avaient commencé en 2015-16, après la décision de la Cour de justice de l’Union européenne qui avait conduit le Maroc à « suspendre les contacts et la coopération avec les institutions de l’UE »49. L’approbation en janvier 2019 de l’amendement de l’accord agricole entre le Maroc et l’UE par le Parlement européen, permettant l’inclusion du Sahara occidental, et son adoption ultérieure ont ouvert la voie à la normalisation des relations50. La déclaration conjointe établit les « espaces structurants » et les « axes fondamentaux » autour desquels s’articulera le « Partenariat euro-marocain de prospérité partagée ». Il est convenu de « relancer des négociations vers un Accord de Libre-Échange et Approfondi (ALECA) », dont le rythme s’était ralenti en raison des crises entre l’UE et le Maroc (Fernández Molina, 2019).

  • 51 . Conseil de l’UE (communiqué de presse), « Déclaration conjointe de l’Union européenne et du Maroc (...)
  • 52 . « L’UE renforce son appui au Maroc avec de nouveaux programmes dotés de 389 millions d’euros », 2 (...)

35Le contrôle des migrations et des frontières est également au cœur de l’agenda. En effet, « la demande la plus récurrente de l’UE en matière de migration dans le cadre du dialogue politique bilatéral (Conseil d’association UE-Maroc) depuis 2000 était la signature d’un accord de réadmission avec Rabat qui inclut, avant outre des citoyens marocains, les ressortissants de pays-tiers et apatrides ayant accédé au territoire européen via le Maroc » (Fernández-Molina et Hernando de Larramendi, 2020). En dehors des aspects économiques, les incitations concernent « la facilitation de l’obtention des visas, dans la mesure où elle développe des échanges de droits de l’homme mutuellement bénéfiques, notamment pour les étudiants, les jeunes actifs et les volontaires »51. Jusqu’à présent, le Maroc a été réticent à « supporter les coûts économiques et politiques de la réadmission », qui incluent « des effets négatifs potentiels sur ses relations avec certains États africains » (Fernández-Molina et Hernando de Larramendi, 2020). Les incitations offertes par l’UE ne sont donc pas suffisantes ou sont garanties en dehors de la signature de l’EURA en raison de la dépendance de l’UE à l’égard du Maroc pour le contrôle des migrations (Kaiser, 2019). Ce faisant, il convient de rappeler que, avec ou sans accord de réadmission, sur les 389 millions d’euros approuvés par la Commission européenne en décembre 2019 pour financer les nouveaux programmes de coopération dans le but d’œuvrer au développement d’un « Partenariat euro-marocain pour une prospérité partagée », 101,7 sont destinés au contrôle aux des frontières52.

  • 53 . Conseil de l’UE (communiqué de presse), « Déclaration conjointe de l’Union européenne et du Maroc (...)

36La déclaration conjointe reconnaît également le rôle du Maroc en Afrique, avalisant ainsi son aspiration à devenir une puissance régionale (Hernando de Larramendi et Tomé-Alonso). Le document insiste sur le rôle actif attendu du Maroc dans la mise en œuvre de la Stratégie conjointe UE-Afrique (Fernández-Molina et Hernando de Larramendi, 2020) et affirme que « le retour du Royaume du Maroc au sein de l’Union africaine, conjugué à son action en faveur du développement d’un nouveau modèle de coopération Sud-Sud, revêt à cet égard une grande importance en renforçant les opportunités de coopération trilatérale entre l’UE, le Maroc et leurs partenaires sur le continent »53. En fait, le document contient trois références au Maghreb, huit à la Méditerranée et treize à l’Afrique.

  • 54 . Aziz Chahir, « La visite du pape François au Maroc, une visite très politique », Middle East Eye, (...)

37Par ailleurs, la visite du pape François au Maroc en mars 2019 a mis au premier plan la diplomatie religieuse de Mohammed VI et son rôle de promoteur du dialogue interconfessionnel. Si des affaires intérieures comme la situation des chrétiens au Maroc ont été abordées, les deux axes principaux de la visite avaient un caractère international : la lutte contre le radicalisme et, tout particulièrement, la situation de Jérusalem54. Concernant la première question, le monarque a eu l’opportunité de promouvoir son « islam du juste milieu », présenté comme une barrière à la radicalisation. Depuis la réforme du domaine religieux qui a suivi les attentats de Casablanca en mai 2003, « l’accent a été mis sur les caractéristiques d’ouverture d’interprétation et la modération de l’islam marocain, contrairement à d’autres lectures, étrangères à la tradition du pays, comme celles de l’école juridique hanbalite ou le wahhabisme saoudien » (Hernando de Larramendi, 2018).

  • 55 . « Amir Al Mouminine, SM le Roi Mohammed VI, et Sa Sainteté le Pape François signent “l’Appel d’Al (...)
  • 56 . Aziz Chahir, « La visite du pape François au Maroc, une visite très politique », Middle East Eye, (...)

38Point d’orgue de la visite, Mohammed VI et le pape François ont signé « l’Appel d’Al-Qods » visant à « conserver et promouvoir le caractère spécifique multireligieux, la dimension spirituelle et l’identité particulière de la ville sainte »55. L’Arabie saoudite souffrant d’un discrédit sur la scène internationale depuis l’arrivée au pouvoir de Mohammed Ben Salmane, Mohammed VI essaie de se positionner comme chef religieux des sunnites56. Le souverain, président du comité Al-Qods, se pose donc en porte-parole des musulmans et garant de leur accès à Jérusalem. Cet accord de coopération interreligieuse a pour toile de fond le plan de paix des États-Unis pour la Palestine et Israël, et la menace d’annexion et de judéisation de Jérusalem. À cet égard, Mohammed VI ne représente pas seulement les intérêts des Marocains, mais ceux de tous les musulmans souhaitant accéder à cette ville considérée comme sainte.

39Le Maroc maintient donc sa volonté de diversifier et de consolider de nouvelles alliances et de renforcer ses relations avec ses alliés traditionnels (Abouzzohour et Tomé-Alonso, 2019). La reprise des relations avec l’UE et la visite des souverains espagnols en février 2019 s’inscrivent dans cette dernière direction. La visite du ministre russe des Affaires étrangères qui, contrairement à Michael Pompeo, a été reçu par Mohammed VI et le rapprochement avec les Émirats arabes unis, répondraient à cet approfondissement des relations avec d’autres pays et régions perçus comme des « ressources stratégiques indispensables pour l’avenir » (El Houdaïgui, 2014).

  • 57 . La rédaction, « Mezouar démissionne de la CGEM pour ses propos sur l’Algérie », Le Desk, 13 octob (...)
  • 58 . Ibid.

40Enfin, « l’affaire Mezouar » confirme le fait que la politique extérieure n’a qu’une seule voix. Salaheddine Mezouar a annoncé sa démission de la présidence de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) après avoir été désavoué par le ministère des Affaires étrangères à la suite de ses déclarations sur le mouvement protestataire du Hirak en Algérie, lors de la conférence organisée par le World Policy Centre en octobre57. Mezouar avait affirmé que « les transformations politiques et socio-économiques que vit actuellement la région du Maghreb témoignent de sa prise de conscience de son rôle central et de son importance en tant que levier de croissance et acteur de changement » et que « l’armée [algérienne] au pouvoir se devait de composer avec le peuple pour ouvrir la voie à la démocratisation du pays face aux pressions du mouvement pacifique que connaît l’Algérie »58. La position marocaine de non-ingérence et de « wait and see » (Cimini, 2019) dans les affaires intérieures d’autres pays, en particulier l’Algérie, est ainsi réaffirmée.

Sexualité et liberté d’expression : les libertés individuelles à la croisée des chemins

  • 59 . Ghita Ismaili, « Avortement : comment l’affaire Hajar Raissouni a rouvert le débat », Telquel, 1 (...)
  • 60 . Hajar Raissouni est la nièce d’Ahmed Raissouni, président de l’Union Internationale des Oulemas M (...)

41« Mon utérus, mon choix, ma liberté », « Pour l’abrogation des lois discriminatoires à l’égard des femmes », « Dépénalisez l’avortement ! » pouvait-on lire sur les pancartes portées par les manifestantes le 9 septembre, devant le tribunal de première instance de Rabat, où s’ouvrait le procès contre Hajar Raissouni accusée « d’avortement illégal » et de « relations sexuelles hors mariage » 59. La jeune femme avait été arrêtée le 31 août, avec son fiancé, ainsi que le médecin et son équipe, composée d’un infirmier et d’une secrétaire, qui auraient pratiqué l’avortement. Tous ont été condamnés. Rapidement l’écho médiatique de ces arrestations va constituer « l’affaire » Raissouni. Les implications de celles-ci sont diverses. On retiendra les deux principales.60

  • 61 . Pour accéder au Code pénal, voir ADALA MAROC Portail Juridique et Judiciaire du Ministère de la J (...)
  • 62 . Le Monde, « En finir avec l’hypocrisie sexuelle au Maroc », 23 septembre 2019, <https://www.lemon (...)
  • 63 . Le nombre de signataires varie selon les sources. D’après le quotidien français Libération, ils é (...)
  • 64 . Voir : <https://www.collectif490.com/>.

42Tout d’abord, elle rouvre le débat sur les libertés individuelles en matière d’avortement et de relations sexuelles. C’est sur ce plan que se positionnent les organisations de défense des droits de l’homme, qui s’interrogent sur le bien-fondé des lois en vertu desquelles ces personnes ont été détenues. Elles prônent la suppression de l’article 453 (qui n’autorise l’avortement que si la santé de la mère est menacée) et, surtout, de l’article 490 (qui interdit les relations sexuelles hors mariage) du Code pénal61. Dans un communiqué publié par le quotidien Le Monde62 fin septembre, plus de 470 Marocains63 se déclarent « hors la loi » pour avoir commis des infractions pénales, à la suite de relations sexuelles contrevenant aux critères fixés par la loi marocaine (relations extra-maritales, homosexuelles, etc.)64.

  • 65 . Jean-Noël Ferrié, « Maroc : les leçons de l’affaire Raissouni », Telos, 10 décembre 2019, https:/ (...)
  • 66 . Mohammed Masbah, « Is Raissouni’s Pardon Simply Playing Politics in Morocco? », MIPA Institute, 4 (...)
  • 67 . Ibid.

43Après plusieurs semaines de polémiques et de mobilisations au Maroc et à l’étranger, la question est résolue par l’intervention du monarque, qui gracie Raissouni le 16 octobre. Mohammed VI intervient ainsi non seulement comme médiateur entre le système judiciaire et les citoyens, mais aussi pour retoquer la détérioration de l’image du royaume auprès de ses alliés occidentaux, cette affaire ayant « contredit l’image de modernité et de tolérance que le Maroc s’attache à projeter sur la scène internationale »65. Mohammed VI se présente une fois de plus comme l’arbitre et le garant des libertés individuelles. Certaines voix laissent entendre que son intervention a également pour objectif de freiner la coopération et l’entente croissantes entre secteurs laïcs et islamistes66. Malgré leurs positions divergentes sur l’avortement, ces deux secteurs étaient opposés à la détention de Raissouni, perçue comme une « transgression de la liberté d’expression et une instrumentalisation des libertés individuelles »67.

  • 68 . Le Monde, « Maroc : peine alourdie en appel pour le patron de presse Bouachrine », 26 octobre 201 (...)
  • 69 . « Maroc : Hajar Raissouni, nouvelle victime de l’acharnement judiciaire contre les journalistes » (...)
  • 70 . Catherine Potet, « L’affaire Hajar Raissouni : un instrument pour museler la presse au Maroc ? », (...)
  • 71 . Le Monde, « Ni oubli ni pardon avec ces fonctionnaires sans dignité ! : au Maroc, un journaliste (...)

44En dehors de la menace contre les libertés individuelles, une seconde implication concerne la liberté de la presse, l’arrestation de Hajar Raissouni étant liée avant tout à l’exercice de sa profession de journaliste. Reporters sans frontières (RSF), par exemple, souligne le fait que Raissouni est journaliste au quotidien Akhbar Al Yaoum et a couvert la contestation dans le Rif avec un regard assez favorable. Par ailleurs, son oncle, Souleimane Raissouni, rédacteur en chef d’Akhbar al Yaoum a succédé à Taoufik Bouachrine, après la condamnation de ce dernier en 2018 à 12 ans de prison pour délit sexuel ; peine qui a été portée à 15 ans de prison par la Cour d’appel de Casablanca, en octobre 201968. RSF demande que l’acharnement contre les journalistes cesse et relie la situation de Raissouni à celle qu’ont vécue Anouzla et Monjib dans un passé récent69. Il est d’ailleurs rappelé que sa condamnation entrerait dans le cadre d’une stratégie pour « museler » la presse dans le pays70. L’arrestation d’un autre journaliste, survenue en fin d’année, semble aller dans ce sens et élargit le débat sur les libertés en incluant la liberté d’expression. Arrêté le 26 décembre pour un tweet dans lequel il critiquait l’un des magistrats qui avait condamné les activistes des manifestations du Rif, le journaliste Omar Radi a bénéficié d’une remise en liberté provisoire le 31 décembre, après la polémique médiatique suscitée par son cas au Maroc comme à l’étranger71.

  • 72 . Omar Brouksy, « Au Maroc, l’étouffement des dernières voix dissidentes », Orient XXI, 29 janvier (...)
  • 73 . Le Monde, « Au Maroc, le rappeur Gnawi condamné un an de prison pour insulte à la police », 26 no (...)
  • 74 . Issam El Yadari, « Ayoub, 18 ans, trois ans de prison ferme pour un post Facebook », Le Desk, 6 j (...)
  • 75 . Le Desk, « Le youtubeur Moul Kaskita écope de quatre ans de prison ferme », 26 décembre 2019, <https://ledesk.ma/encontinu/le-youtubeur-moul-kaskita-ecope-de-quatre-ans-de-prison-ferme/>.

45Le cas d’Omar Radi s’inscrit à l’intersection de la liberté d’expression, de l’opposition politique et de l’utilisation des réseaux sociaux. Sa détention, comme la vague d’arrestations fin 2019 de personnes ayant exprimé ouvertement des critiques à l’encontre du régime et de la monarchie, est symptomatique tout autant de la politique de censure pratiquée par le régime, que de la libération de la parole dans l’espace public, notamment parmi les jeunes qui ont surmonté la barrière de la peur. Internet est devenu un espace d’expression instantané, dans lequel il est possible de diffuser des vidéos et des opinions qui, dans un bref laps de temps, peuvent être partagées ou vues par des millions de personnes. En démocratisant l’usage de la parole et en entravant le contrôle traditionnel exercé par le régime sur certains médias ou personnes, il est devenu le support et le diffuseur de la critique politique (El Kadoussi, 2020). La fin de l’année 2019 a ainsi été marquée par les arrestations de Marocains « ordinaires », généralement des jeunes au chômage ou appartenant à diverses professions, selon l’ancien correspondant de l’Agence France-Presse, Omar Brouksy72. Ceux-ci ont été condamnés à des peines de prison allant d’une à quatre années pour avoir posté sur YouTube ou Facebook une vidéo au contenu critique. Le 24 novembre, le rappeur Mohamed Mounir, « Gnawi », était ainsi condamné à un an de prison73 pour « outrage à la police » après avoir posté le vidéoclip de sa chanson « Aacha chaab » (« vive le peuple », par opposition au traditionnel « vive le roi »), dans laquelle il critique indirectement la monarchie, aux côtés des rappeurs L’Zaar et Weld Legriya. Ce vidéoclip a recueilli 22 millions de vues. Un mois plus tard, un lycéen, Ayoub Mahfoud était condamné à trois ans de prison74 pour avoir partagé sur sa page Facebook le vidéoclip de la chanson de Gnawi. Deux semaines plus tard, le 26 décembre, Mohamed Sekkaki, alias « Moul Kaskita », jeune youtubeur au chômage, était arrêté pour « outrage à l’autorité », et ultérieurement condamné à quatre ans de prison75 pour avoir posté une vidéo critiquant la monarchie.

46Cette vague d’arrestations envoie un message clair à tous ceux qui seraient tentés de critiquer directement la monarchie, même si aucune des décisions judiciaires ne l’a formulé ainsi. Ce faisant, il semble que les stratégies de surveillance numérique mises en œuvre dans le passé, comme les attaques informatiques subies par la plateforme Mamfakinch en 2012 (Errazouki, 2017), ou plus récemment par certains opposants tels que l’historien Maati Monjib, soient désormais dépassées par la généralisation de l’utilisation d’Internet, surtout parmi les jeunes, et la multiplication des critiques circulant sur la toile.

Conclusion

47À l’occasion du vingtième anniversaire de son règne, Mohammed VI a annoncé l’élaboration d’un nouveau modèle de développement. Celle-ci reproduit la gouvernance monarchique visant à établir un rapport direct avec la population. Or cette gouvernance, qui s’appuie sur les élites technocratiques, doit faire face à une montée des revendications et à la crise de légitimité que traversent les institutions notamment parmi les jeunes. En négligeant les partis politiques, le rôle de ces derniers soulève bien des questions au sein de la société à deux ans des élections. L’enjeu de ces dernières semble se réduire à l’évaluation de la capacité du régime à effectivement neutraliser la montée du PJD, comme l’avait fait Hassan II avec l’USFP, ainsi que celle du parti islamiste à rebondir en tirant profit de leur pragmatisme et leur adaptabilité au contexte. In fine, il s’agit de confronter le modèle technocratique proposé par Mohamed VI et le modèle partisan défendu par le PJD pour gérer le pays.

48Quant aux poursuites contre les journalistes professionnels ou citoyens sur les réseaux sociaux, elles ont alimenté l’espace public de protestation et posé la question des libertés. Elles ont confirmé la consolidation des appareils sécuritaire et judiciaire pour gérer la dissidence, ainsi que la rupture du « mur de la peur », notamment parmi les jeunes. Tout cela s’accompagne d’une « périphérisation » territoriale de la contestation et de l’apparition de nouveaux répertoires contestataires notamment dans le domaine « virtuel ». L’ampleur des inégalités qui alimente la crise sociale et générationelle risque de s’aggraver sous les effets de la pandémie du COVID-19 tandis que le « positionnement technocratique » du régime se renforce.

Haut de page

Bibliographie

Abouzzohour Yasmina et Tome-Alonso Beatriz, 2019, « Moroccan foreign policy after the Arab Spring: a turn for the Islamists or persistence of royal leadership? », The Journal of North African Studies, 24(3), p. 444-467, <DOI:10.1080/13629387.2018.1454652>.

Arab Barometer, 2019, Morocco country Report-2019,<https://www.arabbarometer.org/countries/morocco/>.

Belschner Jara et García de Paredes Marta, 2020, « Hierarchies of Representation. The redistributive effects of Gender and Youth Quotas », Representation, online 18 June, <https://doi.org/10.1080/00344893.2020.1778510>.

Bennani-Chraïbi Mounia, 2019, La scène partisane marocaine. De la lutte pour l’alternative à la lutte pour les mandats, HDR, École normale supérieure – PSL, Université Paris.

Berriane Yasmine, 2017, « Développement et contremouvements. Réflexions à partir des conflits nés de la marchandisation des terres collectives au Maroc », Revue Internationale de Politique de Développement, 8, <https://journals.openedition.org/poldev/2454>.

Brown Wendy, 2015, Undoing the Demos : Neoliberalism’s Stealth Revolution. Cambridge, The MIT Press, Zone Books.

Chahit Aziz, 2018, « Crise socio-économique au Maroc : à quoi sert la monarchie ? », Middle East Eye, 17 décembre, <https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/crise-socio-economique-au-maroc-quoi-sert-la-monarchie>.

Casani Herranz Alfonso, 2017, « Islamistas e izquierda en la oposición política marroquí : Un análisis de sus relaciones a través del estudio de al-Adl w-al-Ihsan », Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos (REIM), 23, p. 1-14, <DOI:10.15366/reim2017.23.001>.

Cimini Giulia, 2019, « Challenging the Status Quo : Algeria on the Move, Morocco on the Fence », Reset Dialogues on Civilizations, September 27, 2019.

Desrues Thierry, 2019, « Who Does the King Speak for? Executive Power, the Executors and Protests in Morocco », IEMed Mediterranean Yearbook 2019, Barcelona: IEMED, p. 192-96, <https://www.iemed.org/observatori/arees-danalisi/arxius-adjunts/anuari/med.2019/Morocco_Politics_Protests_Thierry_Desrues_IEMed_MedYearbook2019.pdf>.

Desrues Thierry, 2018, « Authoritarian resilience and democratic representation in Morocco : Royal interference and political parties’ leaderships since the 2016 elections », Mediterranean Politics, vol. 25, n° 2, 2020 p. 254-262. <https://doi.org/10.1080/13629395.2018.1543038>.

Desrues Thierry et Garcia de Paredes Marta, 2019, “Political and civic participation of young people in North Africa : behaviours, discourses and opinions”. Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos, (26), p. 1-22. <https://doi.org/10.15366/reim2019.26.001>.

Desrues Thierry et Tilmatine Mohand, 2018, « L’amazighité, trajectoires historiques et évolutions récentes d’une cause », in Tilmatine Mohand Et Desrues Thierry, Les revendications amazighes dans la tourmente des “printemps arabes”, p. 9-39). Rabat, Centre Jacques-Berque, <https://doi.org/10.4000/books.cjb.1349>.

Desrues Thierry, 2007a, « Entre État de droit et droit de l’État, la difficile émergence de l’espace public au Maroc », L’Année du Maghreb, 2, 263-292. DOI:<https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.123>.

Desrues Thierry, 2007b, « L’emprise de la monarchie marocaine entre fin du droit d’inventaire et déploiement de la “technocratie palatiale” », L’Année du Maghreb, 3, URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/372.DOI: <https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.372>.

Eibl Ferdinand, 2012, « The party of authenticity and modernity (PAM): trajectory of a political deus ex machina », Journal of North African Studies, 17(1), p. 45-66, <https://doi.org/10.1080/13629387.2011.582698>.

El Houdaïgui Rachid, 2014, « La politique étrangère du Maroc : vers quel positionne-ment ? », IFRI-OCP Policy Center Roundtables.

El Kadoussi Abdelmalek, 2020, « The perception of self-censorship among Moroccan journalists », The Journal of North African Studies, 1-33, <https://doi.org/10.1080/13629387.2020.1771310>.

Errazzouki Samia, 2017, « Under watchful eyes: Internet surveillance and citizen media in Morocco, the case of Mamfakinch », Journal of North African Studies, 22(3), p. 361-385, <https://doi.org/10.1080/13629387.2017.1307907>.

Fernández-Molina Irene, 2016, Moroccan Foreign Policy under Mohammed VI, 1999–2014, Oxon/New York, Routledge.

Fernández-Molina Irene, 2019, « ¿Está Marruecos desvinculándose de la Unión Europea? », in Aimé Gonzalez Elsa et Dominguez de Olazabal Itxaso, Informe África. Dinámicas transfronterizas en un contexto globalizado, Fundación Alternativas.

Fernández-Molina Irene et Hernando de Larramendi Miguel, 2020, « Migration diplomacy in a de facto destination country: Morocco’s new intermestic migration policy and international socialization by/with the EU », Mediterranean Politics, <DOI:10.1080/13629395.2020.1758449>.

Govantes Bosco, 2018, « Is Morocco EU’s model student at ENP ? An analysis of democracy and human rights progress », British Journal of Middle Eastern Studies, <https://doi.org/10.1080/13530194.2018.1549979>.

Hernando de Larramendi Miguel, 2019, « Doomed regionalism in a redrawn Maghreb ? The changing shape of the rivalry between Algeria and Morocco in the post-2011 era », The Journal of North African Studies, 24(3), p. 506-531. DOI: 10.1080/13629387.2018.1454657.

Hernando de Larramendi Miguel, 2018, « Islam y política exterior: El caso de Marruecos », Revista UNISCI, 47, p. 85-103, DOI: <http://dx.doi.org/10.31439/UNISCI-4>.

Hernando de Larramendi Miguel et Irene Fernández-Molina, 2014, « Relaciones internacionales y políticas exteriores de los estados norteafricanos tras e l‘Despertar Árabe », in González del Miño Paloma (ed.),Tres años de Revoluciones Árabes, Madrid, Los Libros de la Catarata, p. 239–263.

Hernando de Larramendi Miguel et Thieux Laurence, 2018, « Contestación y desequilibrios en el Magreb », Notes Internacionals CIDOB, 203, <https://www.cidob.org/ca/publicacions/series_de_publicacio/notes_internacionals>.

Hernando de Larramendi Miguel et Tome-Alonso Beatriz, 2017, « The Return of Morocco to the African Union », in IEMed Mediterranean Yearbook 2017, Barcelona: IEMED, p. 229-232, <http://www.iemed.org/observatori/arees-danalisi/arxiusadjunts/anuari/med.2017>.

Idhssaine Abdellah et El Kirat Yamina, 2019, « Amazigh language use, perceptions and revitalisation in Morocco : The case of Rabat-Sale region », Journal of North African Studies, <https://doi.org/10.1080/13629387.2019.1690996>.

Kaiser Kevin, 2019, « EU-Morocco Negotiations on a Readmission Agreement: Obstacles to a Successful Conclusion », EU Diplomacy Papers, Collège d’Europe, 7/2019.

Kiely Ray, 2017, « From Authoritarian Liberalism to Economic Technocracy : Neoliberalism, Politics and De-democratization », Critical Sociology, 43 (4–5), p. 725–745, <https://doi.org/10.1177/0896920516668386>.

Maghraoui Driss, 2020: “On the relevance or irrelevance of political parties in Morocco”, The Journal of North African Studies, 25, p. 939-959.

Messaoudi Leila et Khiri Mustapha, 2019, « Le jeu des langues dans le paysage linguistique au Maroc », Al-Andalus Magreb, 26 (1), p. 1-24.

Moroccan Institute for Policy Analysis (MIPA), «Trust in Institutions Index: Preliminary Findings», decembre 2019; <https://mipa.institute/7141>

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), 2019, Au-delà des revenus, des moyennes et du temps présent : les inégalités de développement humain au XXIe siècle, <http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_2019_overview_-_french.pdf>.

Ramírez Ángeles, 2017, « Las otras Soulaliyates : Tierra y movilizaciones legítimas e ilegítimas en Marruecos » , Revista de Estudios Internacionales Mediterraneos (REIM), 23, p. 15-28, <https://doi.org/10.15366/reim2017.23.002>.

Szmolka Inmaculada, 2018, « A real electoral duel between the P.J.D. and the P.A.M. ? Analysing constituency-level competitiveness in the 2016 Moroccan elections », British Journal of Middle Eastern Studies, <DOI: 10.1080/13530194.2018.1447439>.

Szmolka Inmaculada et del Moral Lucía, 2019, « Una propuesta de tipología de sistemas de partids para regímenes democráticos y autoritarios pluralistas. Su aplicación a los países del Magreb », Revista Española de Investigaciones Sociológicas (REIS), 168, p. 93-110.

Tomé-Alonso Beatriz et de Paredes Marta García, 2020, « Towards a New Social Pact in Morocco? The “New” Development Model and the COVID-19 Crisis », IEMed Mediterranean Yearbook 2020, Barcelona, IEMED, p. 209-211, <https://www.iemed.org/observatori/arees-danalisi/arxius-adjunts/anuari/med.2020/Social_Pact_Morocco_Coivd-19_Tome_Garcia_de_Paredes_IEMed_YearBook2020.pdf>.

Tomé-Alonso Beatriz, 2018, « Party of Justice and Development : A Strategy of Differentiation », Issue Brief, 05.30.18, Rice University’s Baker Institute for Public Policy, Houston, Texas, <https://www.bakerinstitute.org/media/files/files/15d8882a/bi-brief-053018-cme-carnegie-morocco4.pdf>.

Tomé-Alonso Beatriz, 2016, « El Partido de la Justicia y el Desarrollo (PJD) en la arena local: perfil sociodemográfico. La diferenciación como argumento político », Revisa de Estudios Internacionales Mediterráneos (REIM), 20, p. 145-170. DOI:10.15366/reim2016.20.008.

Zerhouni Saloua, 2019, « Jeunes et politique au Maroc : les motifs de la non-participation institutionnelle », Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos (REIM), 26, p. 43-54, <DOI: 10.15366/reim2019.26.003>.

Haut de page

Notes

1 . Voir Desrues Thierry, 2019, « Who Does the King Speak for? Executive Power, the Executors and Protests in Morocco », IEMed Mediterranean Yearbook 2019, Barcelona: IEMED, p. 192-96. <Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide.

2 . MAP, « Texte intégral de SM le Roi Mohammed VI adressé à la Nation à l’occasion de la Fête du Trône », 29 juillet 2019, <http://www.maroc.ma/fr/discours-royaux/texte-integral-de-sm-le-roi-mohammed-vi-adresse-la-nation-loccasion-de-la-fete-du>.

3 . Ibid.

4 . Voir aussi : Aziz Chahir, « Crise socio-économique au Maroc : à quoi sert la monarchie ? », Middle East Eye, 17 décembre 2018, <https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/crise-socio-economique-au-maroc-quoi-sert-la-monarchie>.

5 . Aziz Chahir, « Crise socio-économique au Maroc : à quoi sert la monarchie ? », Middle East Eye, 17 décembre 2018, <https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/crise-socio-economique-au-maroc-quoi-sert-la-monarchie>.

6 . PNUD, « Au-delà des revenus, des moyennes et du temps présent : les inégalités de développement humain au XXIe siècle », 2019, <http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_2019_overview_-_french.pdf>.

7 . Voir le discours royal pronnoncé à l’occasion du 66e anniversaire de la Révo­lution du Roi et du Peuple (20 Août 2019) : <https://www.maroc.ma/fr/discours-royaux/sa-majeste-le-roi-adresse-un-discours-la-nation-loccasion-du-66-eme-anniversaire-de>.

8 . OXFAM, « Un Maroc égalitaire, une taxation juste », 2019, <https://www-cdn.oxfam.org/s3fs-public/file_attachments/rapport_oxfam_2019_un_maroc_egalitaire_une_taxation_juste.pdf>,.

9 . Arab Barometer V , « Morocco Country Report »,2019, <https://www.arabbarometer.org/wp-content/uploads/ABV_Morocco_Report_Public-Opinion_Arab-Barometer_2019.pdf>.

10 . Ibid.

11 . « Sa Majesté le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion du 66e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple », 20 août 2019, <http://www.maroc.ma/fr/discours-royaux/sa-majeste-le-roi-adresse-un-discours-la-nation-loccasion-du-66-eme-anniversaire-de>.

12 . MIPA Institute, « Trust in Institutions Index: Preliminary Findings », 2019, <https://mipa.institute/7141>.

13 . « Qui sont les 35 membres de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement ? », Le Matin, 12 décembre 2019, <https://lematin.ma/express/2019/35-membres-commission-speciale-mode-developpement/327969.html>.

14 . Tomé-Alonso, Beatriz and Marta García de Paredes: «Towards a New Social Pact in Morocco? The “New” Development Model and the COVID-19 Crisis», IEMed Mediterranean Yearbook 2020, Barcelona: IEMED, p. 209-211, https://www.iemed.org/observatori/arees-danalisi/arxius-adjunts/anuari/med.2020/Social_Pact_Morocco_Coivd-19_Tome_Garcia_de_Paredes_IEMed_YearBook2020.pdf.

15 . La Rédaction, « Le bureau politique du PPS décide de quitter la coalition gouvernementale », Telquel, 1er octobre 2019, <https://telquel.ma/2019/10/01/le-bureau-politique-du-pps-decide-de-quitter-la-coalition-gouvernementale_1652712>.

16 . Voir Royaume du Maroc, « Les gouvernements marocains depuis l’Indépendance (Chronologie) », http://www.maroc.ma/fr/content/historique-des-gouvernements

17 . Pour un analyse sur le rôle des partis politiques, voir: Maghraoui Driss, 2020: «On the relevance or irrelevance of political parties in Morocco», The Journal of North African Studies, 25, p. 939-959.

18 . Mohamed Chakir, « Vidéo. Benkirane sonne la charge contre le “frère” El Othmani », Le360, 2 décembre 2019, <https://m.le360.ma/politique/video-benkirane-sonne-la-charge-contre-le-frere-el-othmani-203688>.

19 . Mohamed Chakir Alaoui, « Vidéo. Driss Azami démissionne de la présidence du groupe parlementaire du PJD », Le360, 21 juillet 2019, <https://fr.le360.ma/politique/video-driss-azami-demissionne-de-la-presidence-du-groupe-parlementaire-du-pjd-194744>.

20 . <https://www.facebook.com/amina.maelainine/posts/2176851562400605>, 3 février 2019.

21 . Ghita Ismailli, « Amina Maelainine, une femme face au tribunal moral », TelQuel, 8 mars 2019, <https://telquel.ma/2019/03/08/maelainine_1630716>.

22 . Ghita Ismaili, « Maelainine, Hamieddine... Le PJD règle ses comptes », TelQuel, 14 janvier 2019,

<https://telquel.ma/2019/01/14/maelainine-hamieddine-le-pjd-regle-ses-comptes_1625371>.

23 . Ibid.

24 . Kaouthar Oudrhiri, « Le PJD explique la mise à l’écart d’Amina Maelainine », TelQuel, 15 avril 2019, https://telquel.ma/2019/04/15/le-pjd-explique-la-mise-a-lecart-damina-maelainine_1635257

25 . Jamal Amiar, « Comment le PJD prépare les élections », Médias24, 3 janvier 2015, <https://www.medias24.com/NATION/POLITIQUE/151642-Maroc. PJD, « Médias 24. Comment le PJD prépare les élections », 11 juin 2015, <https://www.pjd.ma/fr/actualites/m%C3%A9dias-24comment-le-pjd-pr%C3%A9pare-les-%C3%A9lections>.

26 . Maâti Monjib, « Dividing Morocco’s Islamists and Leftists », Carnegie, 23 janvier 2019, <https://carnegie-mec.org/sada/78200>.

27 . Fahd Iraqi, « Maroc : la fusée Aziz Akhannouch », Jeune Afrique, 3 décembre 2019, <https://www.jeuneafrique.com/mag/863436/politique/maroc-la-fusee-aziz-akhannouch/>.

28 . Kaouthar Oudrhiri, « La semaine mouvementée de Hakim Benchamach », Telquel, 19 avril 2019, <https://telquel.ma/2019/04/19/la-semaine-mouvementee-de-hakim-benchamach_1635842>.

29 . Fahd Iraqi, « Maroc : le PAM avance la date de son “congrès de la dernière chance” », Jeune Afrique, 7 mai 2019, <https://www.jeuneafrique.com/771804/politique/maroc-le-pam-avance-la-date-de-son-congres-de-la-derniere-chance/>.

30 . Ghita Ismaili, « Un “appel de l’avenir” pour sauver le PAM », Telquel, 15 mai 2019, <https://telquel.ma/2019/05/15/apres-la-responsabilite-un-appel-du-futur-au-sein-du-pam_1638480/>.

31 . Kaouthar Oudrhiri, « Détournement de fonds au sein PAM : le clan Benchamach accuse, “l’appel de l’avenir” dément », Telquel, 19 juin 2019, <https://telquel.ma/2019/06/28/detournement-de-fonds-au-sein-pam-le-clan-benchamach-accuse-lappel-de-lavenir-dement_1643519>.

32 . Telquel, « Entre Hakim Benchamach et le clan de “l’Appel de l’avenir”, la guerre est déclarée », 3 juin 2019, <https://telquel.ma/2019/06/03/entre-hakim-benchamach-et-le-clan-de-lappel-a-lavenir-la-guerre-est-declaree_1640603>.

33 . Kaouthar Oudrhiri, « Les dissensions internes au PAM portées en justice », Telquel, 15 juillet 2019, <https://telquel.ma/2019/07/15/les-dissensions-internes-au-pam-portees-en-justice_1645322>.

34 . Younes Saoury, « La Cour d’appel déboute Benchamach et donne raison au courant de “l’Appel de l’avenir” », Telquel, 4 décembre 2019, <https://telquel.ma/2019/12/04/la-cour-dappel-deboute-benchamach-et-donne-raison-au-courant-de-lappel-de-lavenir_1659632>.

35 . Ghita Ismaili, « Le PAM tourne officiellement la page de la crise », Telquel, 26 décembre 2019, <https://telquel.ma/2019/12/26/le-pam-tourne-officiellement-la-page-de-la-crise_1662427>.

36 . Jules Crétois, « Maroc : les dessous du rapprochement entre le PJD et le PAM », Jeune Afrique, 16 décembre 2019, <https://www.jeuneafrique.com/868965/politique/maroc-les-dessous-du-rapprochement-entre-le-pjd-et-le-pam/>.

37 . Ghalia Kadiri, « Au Maroc, la disparition des écoles publiques accélère la marchandisation de l’éducation », Le Monde, 21 novembre 2016 <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/11/21/au-maroc-la-disparition-des- ecoles-publiques-accelere-la-marchandisation-de-l- education_5035293_3212.html>.

38 . La Rédaction et Reuters, « La loi-cadre renforçant le français dans le système éducatif adoptée », Le Desk, 23 juillet 2019, <https://ledesk.ma/2019/07/23/la-loi-cadre-renforcant-le-francais-dans-le-systeme-educatif-adoptee/>.

39 . La Rédaction et Reuters, « La loi-cadre renforçant le français dans le système éducatif adoptée », Le Desk, 23 juillet 2019, <https://ledesk.ma/2019/07/23/la-loi-cadre-renforcant-le-francais-dans-le-systeme-educatif-adoptee/>. Voir aussi : Tafra, «L’arabisation, à quel prix ? », 20 septembre 2019, <http://tafra.ma/larabisation-a-quel-prix/>.

40 . La Rédaction et Reuters, « La loi-cadre renforçant le français dans le système éducatif adoptée », Le Desk, 23 juillet 2019, <https://ledesk.ma/2019/07/23/la-loi-cadre-renforcant-le-francais-dans-le-systeme-educatif-adoptee/>.

41 . Ibid.

42 . Intissar Fakir, « Teachers’ Strikes in Morocco », Carnegie, 8 avril 2019, https://carnegieendowment.org/2019/04/08/teachers-strikes-in-morocco-pub-78805.

43 . AFP, « Le projet de loi organique sur l’amazigh adopté au parlement », Telquel, 11 juin 2019, <https://telquel.ma/2019/06/11/le-projet-de-loi-organique-sur-lamazigh-adopte-au-parlement_1641338>. Voir aussi: Tafra, «L’arabisation, à quel prix ?», 30 septembre 2019, <http://tafra.ma/larabisation-a-quel-prix/>.

44 . Younes Saoury, « Le projet de loi sur l’officialisation de l’amazigh crée la discorde au parlement », Telquel, 20 mai 2019, <https://telquel.ma/2019/05/20/le-projet-de-loi-sur-lofficialisation-de-lamazighe-cree-la-discorde-au-parlement_1638953>.

45 . Théa Ollivier, « Terres collectives au Maroc : le long chemin des femmes pour défendre leurs droits », Le Monde, 28 novembre 2019, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/28/terres-collectives-au-maroc-le-long-chemin-des-femmes-pour-defendre-leurs-droits_6020931_3212.html>.

46 . Telquel, « Le parlement adopte trois projets de loi sur les terres soulaliyates », 24 juillet 2019, <https://telquel.ma/2019/07/24/le-parlement-adopte-trois-projets-de-loi-sur-les-terres-soulaliyates_1646312>.

47 . Ceux qui selon le droit coutumier ont des droits sur l’exploitation de ces terres sur la base de leur appartenance à « des tribus, fractions, villages ou autres groupements ethniques » (Extrait de l’article 1 du dahir de 1919 régissant les terres collectives au Maroc) (Berriane, 2017).

48 . Conseil de l’UE (communiqué de presse), « Déclaration conjointe de l’Union européenne et du Maroc suite à la 14e réunion du Conseil d’Association UE-Maroc », 27 juin 2019, <https://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2019/06/27/joint-declaration-by-the-european-union-and-the-kingdom-of-morocco-for-the-fourteenth-meeting-of-the-association-council/>.

49 . « Le Maroc suspend officiellement toutes ses relations avec les institutions européennes », Medias24, 25 février 2016, <https://www.medias24.com/Les-plus-de-Medias-24/162006-Le-Maroc-suspend-officiellement-toutes-ses-relations-avec-la-Delegation-europeenne-de-Rabat.html>.

50 . Chloe Teevan, « EU-Morocco: a win-win partnership? », MIPA Institute, 30 juin 2019, <https://mipa.institute/6866>.

51 . Conseil de l’UE (communiqué de presse), « Déclaration conjointe de l’Union européenne et du Maroc suite à la 14e réunion du Conseil d’Association UE-Maroc », 27 juin 2019, <https://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2019/06/27/joint-declaration-by-the-european-union-and-the-kingdom-of-morocco-for-the-fourteenth-meeting-of-the-association-council/>.

52 . « L’UE renforce son appui au Maroc avec de nouveaux programmes dotés de 389 millions d’euros », 20 décembre 2019, <https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/IP_19_6810>

53 . Conseil de l’UE (communiqué de presse), « Déclaration conjointe de l’Union européenne et du Maroc suite à la 14e réunion du Conseil d’Association UE-Maroc », 27 juin 2019, <https://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2019/06/27/joint-declaration-by-the-european-union-and-the-kingdom-of-morocco-for-the-fourteenth-meeting-of-the-association-council/>.

54 . Aziz Chahir, « La visite du pape François au Maroc, une visite très politique », Middle East Eye, 31 mars 2019, <https://www.middleeasteye.net/fr/decryptages/la-visite-du-pape-francois-au-maroc-une-visite-tres-politique>.

55 . « Amir Al Mouminine, SM le Roi Mohammed VI, et Sa Sainteté le Pape François signent “l’Appel d’Al Qods” », 30 mars 2019, <http://www.maroc.ma/fr/activites-royales/amir-al-mouminine-sm-le-roi-mohammed-vi-et-sa-saintete-le-pape-francois-signent>.

56 . Aziz Chahir, « La visite du pape François au Maroc, une visite très politique », Middle East Eye, 31 mars 2019, <https://www.middleeasteye.net/fr/decryptages/la-visite-du-pape-francois-au-maroc-une-visite-tres-politique>.

57 . La rédaction, « Mezouar démissionne de la CGEM pour ses propos sur l’Algérie », Le Desk, 13 octobre 2019, <https://ledesk.ma/2019/10/13/mezouar-demissionne-de-la-cgem-pour-ses-propos-sur-lalgerie/>.

58 . Ibid.

59 . Ghita Ismaili, « Avortement : comment l’affaire Hajar Raissouni a rouvert le débat », Telquel, 13 septembre 2013, <https://telquel.ma/2019/09/13/avortement-comment-laffaire-hajar-raissouni-a-rouvert-le-debat_1650723/?utm_source=tq&utm_medium=paid_post>.

60 . Hajar Raissouni est la nièce d’Ahmed Raissouni, président de l’Union Internationale des Oulemas Musulmans et ancien président du Mouvement Unicité et Réformes, la boite à idées idéologique du PJD. Cependant, nous ne disposons pas d’éléments qui permettent de considérer que cette personnalité de l’islamisme marocain ou le PJD était visée même indirectement. Ce qui est certain, c’est qu’à cette occasion la Jeunesse du PJD s’est prononcée contre la légalisation de l’avortement.

61 . Pour accéder au Code pénal, voir ADALA MAROC Portail Juridique et Judiciaire du Ministère de la Justice du Maroc, textes juridiques en matière pénal, <http://adala.justice.gov.ma/FR/Legislation/TextesJuridiques.aspx>.

62 . Le Monde, « En finir avec l’hypocrisie sexuelle au Maroc », 23 septembre 2019, <https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/09/23/en-finir-avec-l-hypocrisie-sexuelle-au-maroc_6012683_3232.html>.

63 . Le nombre de signataires varie selon les sources. D’après le quotidien français Libération, ils étaient 490. Voir, « 490 Marocain(e)s se déclarent «Hors-la-loi» en référence à l’article de loi criminalisant les relations sexuelles », Libération, 23 septembre 2013, <https://www.liberation.fr/direct/element/490-marocaines-se-declarent-hors-la-loi-en-reference-a-larticle-de-loi-criminalisant-les-relations-s_102905/?fbclid=IwAR1-iqeXiNxE4wCqVBYdFSqZQvozG4-kyzptTYiidRwSpdX8sfIggKzGUI4>.

64 . Voir : <https://www.collectif490.com/>.

65 . Jean-Noël Ferrié, « Maroc : les leçons de l’affaire Raissouni », Telos, 10 décembre 2019, <https://www.telos-eu.com/fr/pays-regions/afrique-du-nord/maroc-les-lecons-de-laffaire-raissouni.html>.

66 . Mohammed Masbah, « Is Raissouni’s Pardon Simply Playing Politics in Morocco? », MIPA Institute, 4 novembre 2019, <https://mipa.institute/7051>.

67 . Ibid.

68 . Le Monde, « Maroc : peine alourdie en appel pour le patron de presse Bouachrine », 26 octobre 2019, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/10/26/maroc-peine-alourdie-en-appel-pour-le-patron-de-presse-bouachrine_6016970_3212.html>.

69 . « Maroc : Hajar Raissouni, nouvelle victime de l’acharnement judiciaire contre les journalistes », Reporters sans frontières, 9 décembre 2019, <https://rsf.org/fr/actualites/maroc-hajar-raissouni-nouvelle-victime-de-lacharnement-judiciaire-contre-les-journalistes>.

70 . Catherine Potet, « L’affaire Hajar Raissouni : un instrument pour museler la presse au Maroc ? », Courrier International, 19 septembre 2019, <https://www.courrierinternational.com/article/societe-laffaire-hajar-raissouni-un-instrument-pour-museler-la-presse-au-maroc> ; Issam El Yadari, « L’affaire Hajar Raissouni, nouvelle machination politico-médiatique », Le Desk, 4 septembre 2019, <https://ledesk.ma/2019/09/04/laffaire-hajar-raissouni-nouvelle-machination-politico-mediatique/>.

71 . Le Monde, « Ni oubli ni pardon avec ces fonctionnaires sans dignité ! : au Maroc, un journaliste en détention pour un Tweet », 27 décembre 2019, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/27/ni-oubli-ni-pardon-avec-ces-fonctionnaires-sans-dignite-au-maroc-un-journaliste-en-detention-pour-un-tweet_6024233_3212.html>.

72 . Omar Brouksy, « Au Maroc, l’étouffement des dernières voix dissidentes », Orient XXI, 29 janvier 2020, <https://orientxxi.info/magazine/au-maroc-l-etouffement-des-dernieres-voix-dissidentes,3566?fbclid=IwAR2janZvYARFWbBsVB7H8VbNOQUT2bWXpEL23zAZDVkzEU_NEWWwgXbfWoI>.

73 . Le Monde, « Au Maroc, le rappeur Gnawi condamné un an de prison pour insulte à la police », 26 novembre 2019, <https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/26/au-maroc-le-rappeur-gnawi-condamne-un-an-de-prison-pour-insulte-a-la-police_6020544_3212.html>.

74 . Issam El Yadari, « Ayoub, 18 ans, trois ans de prison ferme pour un post Facebook », Le Desk, 6 janvier 2020, <https://ledesk.ma/2020/01/06/ayoub-18-ans-trois-ans-de-prison-ferme-pour-un-post-facebook/>.

75 . Le Desk, « Le youtubeur Moul Kaskita écope de quatre ans de prison ferme », 26 décembre 2019, <https://ledesk.ma/encontinu/le-youtubeur-moul-kaskita-ecope-de-quatre-ans-de-prison-ferme/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beatriz Tomé-Alonso et Marta Garcia de Paredes, « Vingt ans de règne : Mohammed VI, à la recherche de l’occasion perdue »L’Année du Maghreb, 23 | 2020, 245-268.

Référence électronique

Beatriz Tomé-Alonso et Marta Garcia de Paredes, « Vingt ans de règne : Mohammed VI, à la recherche de l’occasion perdue »L’Année du Maghreb [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6741

Haut de page

Auteurs

Beatriz Tomé-Alonso

Professeure à l’université Loyola Andalucía (Séville) et membre du Groupe d’Étude sur les Sociétés Arabes et Musulmanes (GRESAM).

Articles du même auteur

Marta Garcia de Paredes

Doctorante à l’université de Grenade et chercheuse à l’IESA-CSIC (Cordoue).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search