Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Dossier : Citoyennetés : pratique...Habitants des bidonvilles et reve...

Dossier : Citoyennetés : pratiques et ressources

Habitants des bidonvilles et revendications de droits de citoyenneté au Maroc

Shantytown Dwellers and the Claim to Citizenship in Morocco
Jaouad Agudal
p. 79-96

Résumés

De nombreux travaux ont montré que, dans les bidonvilles marocains, les droits de citoyenneté occupent une place de choix dans les pratiques et discours des habitants. À partir d’une enquête menée dans des bidonvilles de deux régions différentes – Nzala Raddaya (la région de Fès-Meknès) et Douar Laamour (la région de Casablanca-Settat) –, j’ai plus particulièrement focalisé mon attention sur l’importance que revêtent les documents administratifs accréditant les habitants de leur statut de bidonvillois ou permettant de bénéficier des opérations de recasement dans le cadre de la politique de lutte contre les bidonvilles. Ces documents, depuis l’accès aux services publics jusqu’à l’opportunité d’être relogé, sont au cœur des stratégies mobilisées aussi bien par les habitants des bidonvilles que par les acteurs publics qui les délivrent ou les réclament

Haut de page

Texte intégral

1Dans les bidonvilles marocains, les droits de citoyenneté occupent une place de choix dans les pratiques et discours des habitants (Navez-Bouchanine, 2003 ; Zaki, 2007 ; Le Tellier, 2008 ; Zaki, 2010 ; Vairel et Zaki, 2011 ; Essahel, 2015). Ils sont mis en avant tant pour justifier l’occupation de l’espace bidonvillois que pour négocier l’accès à un logement décent. Les conclusions des principales études portées sur ces quartiers au Maroc (Benkirane, 1991 ; Arrif, 1992 ; Zaki, 2005) montrent que les pratiques sociales des habitants oscillent entre des pratiques qui renforcent leur appartenance locale (au bidonville) et celles qui revendiquent leur appartenance à la société globale.

2Les bidonvillois développent ainsi des compétences (Arrif, 1997 ; Chikhaoui et Deboulet, 2002 ; Zaki, 2010 ; Essahel, 2015) qui leur permettent de s’imposer comme interlocuteurs non négligeables des acteurs publics et privés. L’analyse de l’entre-deux des dynamiques sociales et des politiques institutionnelles a permis de rendre compte des stratégies de contestation et de revendication qu’ils développent dans le cadre des projets de relogement et recasement. F. Navez-Bouchanine a montré que dans ce contexte, l’action oscille entre des tactiques et stratégies individuelles et tactiques et stratégies collectives (Françoise-Navez, 2012). Les bidonvillois s’efforcent de profiter au maximum des politiques publiques. En prolongement, A. Arrif (1997) a souligné que les dispositions sociales (règles, coutumes et pratiques quotidiennes) dont sont dotés ces habitants de quartiers socialement stigmatisés, infra-structurellement sous-équipés et légalement exposés à plusieurs types d’infraction, leur permettent de contourner et gérer les contraintes que leur imposent les différents dispositifs institutionnels. Ces dispositions sociales se transforment en des compétences citadines lorsque les bidonvillois se trouvent dans des situations où ils sont invités à composer avec les pouvoirs publics. Également, H. Essahel (2015, p. 6-10) a mis en exergue les différents registres d’action mobilisés dans la revendication de leurs droits en en proposant une typologie : le répertoire d’action et de protestation classique, le registre de la ruse et de la stratégie, la mobilisation de l’espace public comme espace de mise en scène et le recours au registre des droits.

3Les études précitées s’inscrivent presque toutes dans les mêmes perspectives d’analyse. Bien que leurs horizons disciplinaires soient différents (sciences politiques, sociologie, anthropologie et géographie), leur point commun consiste à analyser les dynamiques sociales et institutionnelles qu’engendrent les moments de rencontres entre les bidonvillois et les acteurs publics et privés.

  • 1 . Le certificat de résidence est un écrit fourni par l’une des administrations publiques locales, a (...)
  • 2 . Cette attestation a pour objectif de prouver que l’on vit en commun. Elle est délivrée à l’intére (...)

4Bien que le présent article s’inscrive dans la même perspective, il s’en distingue par la nature des pratiques sociales analysées. Dans les recherches précitées, aucun intérêt n’a été manifesté à l’égard des documents administratifs reconnaissant aux habitants leur statut de bidonvillois ou ceux leur permettant de bénéficier d’un logement/d’un lot dans le cadre de la politique de lutte contre les bidonvilles. Or, ils sont un objet matériel central dans le processus de revendication des droits de citoyenneté dans les bidonvilles. De l’affirmation de l’appartenance au bidonville jusqu’à la négociation des opérations de recasement, les documents administratifs sont au cœur des stratégies mobilisées aussi bien par les habitants que par les acteurs publics. Dans le contexte des deux bidonvilles étudiés, il s’agit de trois pièces requises lors de la constitution des dossiers de l’attribution : le certificat de résidence1, l’engagement sur l’honneur et l’attestation de vie collective2.

  • 3 . Selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2014, l’habitat sommaire et les (...)
  • 4 . Cf : Programme des Nations Unies pour les Établissements Humains, 2011, Evaluations du programme (...)

5Les bidonvilles étudiés se situent dans deux régions différentes : Nzala Raddaya (la région de Fès-Meknès) et Douar Laamour (la région de Casablanca-Settat)3. Le premier qui abrite actuellement quelques 600 ménages, a été tributaire de la commune rurale de Dkhissa, située aux environs de la ville de Meknès, après l’annexion au périmètre urbain de la même ville en 2009. Si son existence remonte aux années 1930,selon les déclarations des anciens habitants, son expansion n’est intervenue qu’au lendemain de l’adoption de l’ambitieux programme national Villes sans Bidonvilles (VSB) en 20044. Ce dernier est perçu, et par les anciens établis et par les nouveaux arrivés, comme une opportunité politique à saisir pour accéder à la propriété d’un logement dans le futur. Le type de l’intervention envisagée est entouré encore d’opacité et de désinformation par les responsables locaux. Toutefois, une rumeur suscite des tensions et désaccords parmi les habitants. Ils seront recasés, disent-ils, dans un site d’accueil situé dans la commune rurale d’Oued Jdida qui relève du territoire de la préfecture de Meknès-El Menzeh. Si cette possibilité ne suscite aucun mécontentement chez les habitants qualifiés de nouveaux, les anciens établis la déclinent de façon tenace et revendiquent une restructuration in-situ. Leurs activités économiques (maraîchage, élevage et la céréaliculture) demeurent les principales raisons de leur refus de ce possible site d’accueil.

6En ce qui concerne le Douar Laamour, ses premières baraques remontent aux années 1940. Son expansion est intervenue à la suite de l’adoption du programme de VSB. Entre le premier recensement des ménages effectué en 1998 et le dernier réalisé en 2014, le nombre de ménages passe de 173 à 500 ménages environ. Il fait objet d’une opération de recasement depuis 2006. Les habitants seront recasés sur deux sites situés non loin du bidonville : Fdalate Centre et Jnane Laamour. Le recasement se fait en deux tranches : seront recasés dans la première les ménages les plus anciens et dans la deuxième les ménages récemment établis au bidonville ou fraîchement constitués par des fils des anciens établis. La première tranche concerne 188 ménages alors que le reste des ménages sera recasé dans le cadre la deuxième tranche. À signaler qu’une quarantaine de ménages ont fait l’objet d’attribution entre 2006 et 2018 parce qu’ils étaient éparpillés sur les deux sites d’accueil. Tous étaient recasés sur le site de Fdalate Centre pour permettre l’avancement des travaux d’aménagement des deux sites. De 188 ménages concernés par la première tranche, seulement 130 ont fait l’objet de tirage au sort en 2020. Le reste fut reporté vu les différents objections émises par les membres du comité dont la principale était le refus de l’attribution à des ménages depuis peu constitués.

7Les analyses développées dans le cadre de cet article s’appuient sur un corpus collecté dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie (Agudal, 2020), qui ne s’arrête pas à l’étude des enjeux liés à la citoyenneté dans les deux bidonvilles. Toutefois, le verbatim analysé s’avère parsemé de propos en relation directe avec ces enjeux. Il est constitué de 50 entretiens semi-structurés, focus groupes et entretiens ouverts effectués avec les habitants de Nzala Raddaya, dans la période située entre 2014 et 2020. Dans le cadre d’un master (Agudal, 2015), j’ai pu également auparavant rassembler des données sur la question de l’exclusion sociale, riches quant aux enjeux de citoyenneté telle que celle-ci est représentée et pratiquée par les bidonvillois.

8Pour le Douar Laamour, l’analyse s’appuie sur des entretiens informels réalisés avec les habitants lors de la constitution des dossiers d’attribution ainsi que sur des échanges réguliers avec les membres du comité local chargés de suivi de l’opération de leur recasement. Ces échanges et contacts au quotidien se sont situés entre le 01/04/2019 et 30/03/2020, période au cours de laquelle j’étais chargé de l’accompagnement social des bidonvillois. De la sorte, la posture et la présence du chercheur ne consistait pas seulement à collecter des données dans le seul objectif de la recherche, mais aussi à en profiter pour faciliter l’accompagnement des bidonvillois dans les différentes étapes de leur attribution (de la constitution des dossiers jusque l’obtention des plans et autorisations de construction). Ceci m’a mis en mesure d’accéder à une diversité de données : fiches techniques des ménages attributaires, fiches de recensements, listes des recensements (1998 et 2014), pièces requises par le comité local lors de la constitution des dossiers d’attribution, pétitions et plaintes des habitants non recensés, procès-verbaux des réunions du comité local, etc. Une telle richesse des données a rendu possible l’appréhension empirique des épreuves que mobilisent les bidonvillois pour négocier et revendiquer leurs droits liés exclusivement à l’attribution d’un lot de terre. L’implication effective dans l’opération de recasement a autorisé à rendre compte des processus de la construction et de la mobilisation des arguments par les bidonvillois pour défendre, légitimer et justifier leurs revendications. Également, la participation aux réunions du comité local ainsi que les échanges réguliers avec l’autorité locale ont permis d’observer in vivo la construction des contre-arguments et épreuves pour justifier l’exclusion de l’attribution – ou son ajournement – pour les ménages à la fois recensés et non recensés. Les analyses développées sont donc issues d’une ethnographie des pratiques sociales qui fabriquent au quotidien la citoyenneté (Neveu, 2013).

La citoyenneté : un objet de négociation conflictuelle

9Dans les deux bidonvilles, l’aspiration aux droits de citoyenneté oscille entre la revendication de l’appartenance locale (au bidonville) et la revendication de l’appartenance à la société globale. Ces appartenances ne sont pas dissociables. L’accès au logement, signe de l’appartenance à la société globale, n’est possible que par l’affirmation de l’appartenance locale au bidonville. Celle-ci est reconnue dès que l’habitant obtient le certificat de résidence. Une fois son statut de bidonvillois consacré, on conteste et revendique l’appartenance à la société globale (avoir un logement). Si le premier droit renvoie aux privilèges qu’offre la citoyenneté statutaire (Neveu, 2009), le deuxième, sanctionné par l’accès au logement, relève des droits de la citoyenneté sociale (Castel, 2008). Dans le quotidien des bidonvillois, ces droits sont implicitement négociés simultanément puisque l’un justifie la quête et la conquête de l’autre.

10La prise en compte de la dimension conflictuelle de la citoyenneté permet de l’appréhender comme processus relationnel et configurationel dont les paramètres changent en fonction des situations et des contextes. Il faut alors annoncer que les droits de citoyenneté font allusion, dans cet article, à un continuum de situations et non pas à des états figés. Autrement dit, ils résultent d’un travail de fabrication quotidienne qu’opèrent les habitants des bidonvilles et les bureaucraties de la rue (Auyero, 2012) aux moments où ils sont pris dans des situations d’interaction.

Le certificat de résidence et le raccordement en électricité comme garants de l’appartenance au bidonville

11Dans les bidonvilles, les populations sont gouvernées par le manque (Zaki, 2007) dans le sens où elles sont privées des services publics. Cela oblige ces outsiders (Becker, 1985) de la ville (Vairel et Zaki, 2011) à développer des alternatives pour se procurer de meilleures conditions de vie. À titre d’exemple, les bidonvillois mettent en place des arrangements pour raccorder illégalement leurs baraques en électricité, pratiques de piratage explicitées par L. Zaki dans le contexte des bidonvilles casablancais. Elle montre comment « l’introduction d’un nouvel acteur, l’entreprise privée chargée de la gestion déléguée de la distribution de l’eau et de l’électricité dans l’agglomération (Casablanca), a entrainé une radicalisation du piratage électrique dans les bidonvilles et poussé les pouvoirs publics -qui s’y étaient jusque-là refusé- à accepter au cas par cas le raccordement institutionnalisé de ces quartiers » (Zaki, 2010, p. 2).

  • 5 . Dans le contexte marocain, le douar et le bidonville renvoient parfois à la même chose. Toutefois (...)

12Les pratiques de piratage sont aussi répandues dans les deux bidonvilles étudiés. Il y a cinq ans, raconte un bidonvillois, les habitants de Laamour se sont organisés pour brancher illégalement leur douar5. Après avoir collecté des cotisations, ils ont loué un camion pour transporter les poteaux électriques depuis la ville de Casablanca. Arrivés au douar, les forces auxiliaires et la gendarmerie, ont essayé de leur faire barrage, mais, devant leur fermeté, elles se sont montrées tolérantes et ont insisté sur la nécessité de raccordement sans chaos (fawda). Le raccordement a été assuré par cinq jeunes bidonvillois qui avaient déjà suivi une formation de technicien en électricité.

13Il faut souligner ici que, suite à la vague de piratage, les autorités locales ont arrêté deux habitants du douar qui ont respectivement écopé d’un an et de six mois de prison ferme. Au cours de leur emprisonnement, les habitants du douar se sont chargés de leurs familles qui ont ainsi pu bénéficier chaque semaine d’une somme d’argent de 200 DH (20 €).

14Les pratiques de raccordement en électricité des baraques dans le douar Laamour peuvent être qualifiées de frontales. Certaines pratiques de piratage, répandues dans le bidonville Nzala Raddaya, sont moins visibles et consistent à passer un « fil d’électricité » à ses voisins. Le propriétaire légal de l’installation électrique conclut des arrangements avec ses voisins pour leur permettre de brancher leurs baraques en électricité. Les ménages concernés se partagent le payement des factures selon le taux de consommation de chaque ménage, estimé en fonction de l’usage qui est fait de l’électricité. Pour la lampe, le réfrigérateur et la télévision, le ménage doit payer mensuellement 30 DH (3 €) et 40 DH (4 €) respectivement. Ces factures peuvent changer pendant le mois de ramadan où les ménages font d’autres usages de l’électricité (les habitants citent souvent le « Moulinex »).

15Si ces arrangements permettent aux habitants ayant des baraques non branchées en électricité de bénéficier de ce qui est appelé communément nour (lumière), ils fragilisent leur capacité de négociation avec le propriétaire de l’installation électrique légale. Certains d’entre eux déclarent ainsi qu’ils n’examinent pas les factures et expriment leurs doutes à propos des déclarations du propriétaire. Toutefois, ils restent satisfaits puisque le « fil d’électricité » permet à leurs enfants de mener des études dans des conditions relativement bonnes, d’être connectés au monde extérieur, de bien gérer la nourriture par la préservation des aliments périssables, etc. Le raccordement illégal des baraques en électricité s’explique soit en raison du caractère provisoire du passage par le bidonville, soit étant donné les frais occasionnés par le raccordement légal, soit vu le refus des administrations locales d’octroyer les pièces requises par les bidonvillois lorsqu’ils veulent brancher leurs baraques.

  • 6 . Namra veut dire littéralement le numéro et renvoie au numéro du lot ou de l’appartement attribués (...)

16Le certificat de résidence est un autre objet sensible de revendication. En effet, si, d’ordinaire, chaque citoyen a le droit de l’obtenir, à condition qu’il soit établi sur place pour une durée de six mois et plus, les habitants des bidonvilles sont exemptés de cette règle. Dans les deux bidonvilles, il se peut qu’un chef de ménage y passe une période allant de trois ans à douze ans sans pouvoir l’obtenir. Cet indispensable document obtenu, le chef de ménage obtient de plein droit de ce qui est communément appelé une namra6. Quelques extraits d’entretiens peuvent illustrer la difficulté d’obtenir ce document dans les bidonvilles.

« Pour avoir le certificat de résidence, il te faut des mois et des mois de galère auprès des responsables » (femme au foyer, 64 ans, mariée, non scolarisée).

« Vous rencontrez des difficultés en ce qui concerne le certificat de résidence, pour nous toutes, les portes nous étaient fermées » (femme au foyer, 46 ans, mariée, non scolarisée).

  • 7 . Le caïd est un agent d’autorité représentant le ministère de l’intérieur, selon le Dahir n° 1-56- (...)
  • 8 . Le moqadem est un auxiliaire de l’autorité locale et il a le rôle du chef d’un ou plusieurs quart (...)

« Maintenant, les enfants ont grandi, s’ils veulent obtenir la carte d’identité nationale, les autorités ne les aident pas. Moi, j’habite ici à Nzala, tu vas [aux autorités locales], elles te disent non, elles t’offrent la possibilité de faire la carte d’identité nationale qui porte comme lieu de résidence une autre région. Le caïd7 appelle le moqadem8 et lui dit :  ‘fais la loi que tu fais avec les autres’. Elles [les autorités] nous donnent des certificats de résidence qui portent comme lieu de résidence des quartiers comme Ouajh Arous [quartier régulier]. Moi, ma fille est mariée, je suis allé au caïd, il a refusé de me livrer le certificat de résidence. Je suis allé à une autre personne qui m’a aidé à l’obtenir pour que ma fille fasse sa carte d’identité […] maintenant ma carte d’identité indique que j’habite à Ouislane [quartier régulier], celle de mon fils indique qu’il habite à Ouajh Arous [quartier régulier] ». (Homme, 40 ans, marié, non scolarisé, porteur).

  • 9 . Dans le langage vernaculaire, le mot makhzen renvoie à l’ensemble de l’administration marocaine.

« Un jour, je suis allé au commissariat dans le but de livrer mon témoignage à propos de la dispute entre deux hommes. Alors que je suis au commissariat, le policier a tenu ma carte d’identité nationale et m’a dit : ‘d’abord, toi, tu dois payer une amende à cause de cette carte identité invalide. Je lui ai dit, si je dois payer une amende, fais-moi d’abord comparaitre devant le procureur du roi […]’. Maintenant, imagine avec moi, le Makhzen9 ne te permet pas de renouveler ta carte nationale et le même Makhzen t’arrête parce que tu as une carte d’identité invalide » (homme, 45 ans, non scolarisé, récupérateur d’objets usés à la décharge communale).

17Le certificat de résidence est vital également dans d’autres contextes. À titre d’exemple, les habitants qui en sont privés se trouvent dans l’obligation de se servir du certificat d’accouchement de l’enfant dans l’hôpital de la ville, dans le cas de Nzala Raddaya, pour l’inscrire à l’école locale. Ce certificat devrait être rempli et signé par le médecin qui a procédé à l’accouchement de l’enfant.

18Pour les autorités locales, la stratégie mobilisée consiste à octroyer à l’habitant un certificat de résidence qui indique d’autres lieux de résidence. Dans le cas de Nzala Raddaya, il est question des quartiers réguliers de la ville de Meknès comme Sidi Bouzekri, Zerhounia, Sidi Baba, El Inara et Ouislane. Cette procédure offre l’avantage aux habitants de bénéficier des services administratifs, mais sans toutefois leur reconnaitre la résidence dans le bidonville. C’est ainsi que leur attribution potentielle se trouve risquée.

  • 10 . Il existe des éleveurs qui peuvent avoir 10 vaches et mêmes plus ainsi que d’autres qui peuvent a (...)

19Cette mesure fragilise encore davantage le statut social des habitants concernés par rapport à ceux plus anciennement établis dans le bidonville. Ces derniers refusent toute possibilité de transfert ailleurs ; ils pratiquent l’élevage et l’agriculture10 et habitent des maisons « en dur » et revendiquent une restructuration in situ. Ces ressources consolident leurs référentiels de pouvoir (Elias et L. Scotson, 1997) et leur permettent d’être l’interlocuteur principal des autorités locales. Autrement, l’ancienneté leur permet de profiter beaucoup plus des ressources locales que les nouveaux arrivés. En plus de l’élevage et les constructions en dur, ils ont accès aux terres agricoles locales, aux ressources en eau, à la gestion des institutions locales comme la mosquée et l’école ainsi qu’au branchement légal de leurs demeures en électricité. Comme signe de leur ancrage dans le lieu, ils revendiquent même le branchement de leurs maisons en eau potable puisqu’ils s’approvisionnent en cette ressource vitale des bornes fontaines implantées au bidonville. Les nouveaux arrivés ne soutiennent plus cette revendication et demandent un transfert ailleurs.

  • 11 . Les hommes sont absents soit pour des motifs de travail, soit par peur d’être violentés par les f (...)
  • 12 . Une division administrative qui correspond au département et à la région dans d’autres pays.

20Les habitants privés du certificat de résidence sont qualifiés localement de « nouveaux ». Puisque ce qualificatif temporel les stigmatise, ils le rejettent catégoriquement et considèrent que les humains ne sont pas des marchandises que l’on distingue entre nouveaux et anciens. Pour s’en débarrasser, ils adoptent des stratégies d’action collectives et individuelles (Navez-Bouchanine (dir.), 2012) dans l’objectif d’obtenir le certificat de résidence. En ayant ce document, ils revendiquent le statut d’anciens et négocient par la suite le droit de l’accès au logement. Les stratégies individuelles consistent à négocier au cas par cas des arrangements directs avec les agents de base de l’autorité (le chikh et le moqadem). Un « bakchich » suffit pour que ces agents reconnaissent l’ancienneté de l’habitant ou concluent des arrangements lui permettant d’avoir ce statut. Les stratégies collectives consistent, quant à elles, à se rendre visible sur l’espace public, qui devient le « terrain de jeu » principal et où la visibilité (Voirol, 2005) de l’action s’impose comme l’enjeu crucial. Cette stratégie est principalement l’affaire des femmes. En l’absence de leurs maris11, elles organisent des sit-in devant la wilaya12, se rendent dans la circonscription 15, signent des pétitions et sollicitent l’aide des élus locaux. De même, elles orchestrent des manifestations pour revendiquer le droit à un environnement propre comme c’était le cas dans la contestation contre l’implantation d’un abattoir tout près de Laamour et une zabbala (décharge) non loin de Nzala Raddaya. En effet, la place stratégique qu’occupent les femmes dans les mobilisations et contestations dans les bidonvilles a été signalé également par H. Essahel dans son travail sur deux bidonvilles de l’agglomération de Rabat. Elle a montré que les femmes et les enfants occupent le devant des massira (marches) et des sit-in pour éviter les possibles répressions policières (Essahel, p. 7-9). Leurs actions protestataires s’inscrivent dans les quatre répertoires d’action précités.

21Il se peut encore que la revendication du certificat de résidence soit l’affaire des associations locales. À cet égard, l’association Nzala Raddaya pour la Solidarité a organisé plusieurs sit-in et marches pour aider les habitants concernés à se rendre audibles auprès des décideurs de la ville.

22Les événements politiques et les échéances électorales constituent pour les habitants autant de précieuses opportunités (Fillieule et Mathieu, 2009). Aussi, le taux de participation politique qui préoccupe les pouvoirs et les élus locaux permet aux habitants d’avoir des marges de négociation. Bénéficier de son droit politique (voter) est mobilisé pour revendiquer le certificat de résidence ; qui permet de voter dans la circonscription électorale locale. Dans le contexte de telles échéances, les autorités locales deviennent plus tolérantes et répondent aux demandes des bidonvillois. Lors des élections communales de 2015, et pour avoir le certificat de résidence, les chefs de ménage étaient invités à fournir un acte de mariage, une copie de la carte d’identité nationale, deux photos personnelles et un engagement sur l’honneur de deux témoins.

23Dans le même sens, pendant les élections législatives de 2016, environ trente femmes privées du certificat de résidence ont sollicité l’intervention du candidat local du Parti Justice et Développement (PJD) auprès des autorités locales. En revanche, elles se sont engagées à voter en sa faveur et le candidat n’a pas hésité à leur rendre le service demandé. Grâce à son intervention, les trente femmes ont pu obtenir le certificat de résidence. Durant la campagne électorale du PJD à Nzala Raddaya, il a veillé soigneusement à rappeler les femmes en question du service rendu. De leur côté, les femmes présentes n’ont pas hésité à lui exprimer leurs gratitudes. Elles ont également distribué le journal et les pancartes du parti et invité d’autres femmes à voter en faveur du PJD. Fières d’avoir gagné la « bataille », elles ont célébré la présence du candidat au bidonville par des you-yous. Celui-ci a été qualifié de rajl maaqoul (homme honnête) qui leur a permis de régulariser leur statut de bidonvilloises.

  • 13 . Le nombre des voix électorales remportées par le PJD ne renvoie pas seulement aux votes des femme (...)

24Lors de cet épisode, le candidat du PJD a pu remporter les élections en bidonville13 et les femmes qui ont obtenu le certificat de résidence, suite à son intermédiation, se sont rendues dans son bureau pour le féliciter. Ainsi, l’échange entre les deux parties se fait selon la logique du donnant-donnant (Zaki, 2007). Bien que les services rendus ne soient pas de la même nature, le don et le contre-don régissant les échanges décrits par M. Mauss (Mauss, 2013) orientent l’échange entre les habitants et les élus. Un bien public (certificat de résidence) et la participation politique (voix électorales) deviennent des biens échangeables dans des rapports clientélistes et particularistes (Combes et Vommaro, 2012). Ces relations clientélistes entre les élus du PJD et les électeurs ont été décrites par M. Catusse et L. Zaki (2009). Elles ont montré que ces élus remplissent une forme de médiation sociale et institutionnelle personnalisée avec les électeurs. Laquelle consiste à les accompagner pour la résolution des problèmes qu’ils rencontrent dans leur quotidien (Catusse et Zaki, 2009, p. 82).

25Si le certificat de résidence dote le bidonvillois d’un sentiment de sécurité par rapport à l’avenir (avoir une namra), il lui permet aussi de se repositionner localement. Il lui donne une qasma (considération sociale) selon les termes d’un habitant.

Le droit au logement comme garant de l’appartenance à la société globale

  • 14 . En effet, la grandeur du statut de propriétaire d’un logement ne constitue pas l’apanage des habi (...)

26Pour les bidonvillois, l’accès au logement constitue le garant de la citoyenneté et l’appartenance à la société globale. Dans les deux bidonvilles, la citoyenneté, la marocanité et l’accès au logement sont indissociables dans le discours des habitants14. En d’autres termes, on ne devient de vrais marocains que lorsque l’on bénéficie des conditions meilleures de vie dont l’accès au logement décent. C’est dans ce sens que la marocanité, comme identité et traduction de la citoyenneté statutaire, se transforme en synonyme de citoyenneté dans les bidonvilles. La marocanité comme identité et statut ne peut avoir son plein sens que lorsque l’on bénéficie d’un logement. La nationalité marocaine, consacrée et garantie par la carte de l’identité nationale, ne vaut rien si l’on est privé de ce droit, disent les bidonvillois. Un tel droit ne serait possible, dans les bidonvilles, que lorsque les attributaires potentiels possèdent un certificat de résidence qui leur permet de le revendiquer. C’est dans ce sens que les deux appartenances, locale et globale, se justifient mutuellement et sont indissociables dans les revendications des bidonvillois.

La négociation de l’opération du recasement

  • 15 . Les 19 ménages constituent la liste d’attente. Celle-ci permet au comité chargé de suivi d’exerce (...)

27Dans le bidonville Laamour, le comité local chargé du suivi de l’opération du recasement a établi trois listes des ménages attributaires. Elles concernent respectivement 188, 233 et 19 ménages15. À ce nombre s’ajoutent d’autres ménages, estimés entre 60 et 80, constitués par des jeunes mariés suite au recensement de 2014 qui constitue le seul critère de sélection des ménages attributaires.

  • 16 . C’est la tâche que nous assurons dans le cadre de l’opération du recasement des habitants de Laam (...)
  • 17 . Les autres pièces requises sont : l’attestation de non-imposition pour l’époux et pour l’épouse, (...)

28Pour commencer l’opération du recasement, le comité de suivi demande aux ménages de fournir certaines pièces administratives à la cellule de l’accompagnement social16. L’engagement sur l’honneur et l’attestation de vie collective ou individuelle sont les principaux documents demandés aux attributaires17et c’est autour d’eux que les enjeux entre les habitants et les autorités locales se focalisent.

  • 18 . On parle des annexes parce qu’il est souvent question des zriba dans la superficie peuvent aller (...)
  • 19 . Une zriba renvoie à toute la superficie qui appartient au chef de ménage et sur laquelle il a con (...)

29Le premier article de l’engagement sur l’honneur affirme que le chef de ménage s’engage à démolir la baraque qu’il habite avec les membres de sa famille, y compris toutes ses annexes18. En revanche, il bénéficie d’un lot dans le site de recasement (en l’occurrence le site de Fdalate Centre). Cet article est mal accepté par les chefs des ménages ayant des fils mariés après le recensement de 2014. Ces derniers ont construit leurs propres baraques sur les zriba19 appartenant à leurs parents. Ils ont formé ainsi leurs propres familles et, de ce fait, ils demandent à être intégrés dans les listes des ménages attributaires. Puisqu’ils sont des fils des anciens établis, des habitants « purs » et originaires du bled, comme ils disent, ils ont le plein droit à l’attribution. Leur ancienneté dans le lieu et parfois leur naissance au douar deviennent les principales épreuves qu’ils mobilisent pour justifier leur revendication. Or, le comité de suivi refuse catégoriquement cette possibilité et se limite au traitement des dossiers des ménages recensés en 2014. Ce choix incite les ménages non recensés à mobiliser d’autres alternatives pour contester leur droit au logement.

  • 20 . Le caïd est ciblé parce qu’il est le président, dans les faits, du comité de suivi de l’opération (...)

30La première alternative consiste à se rendre dans les différents centres de décision concernés par l’opération de recasement (préfecture, caïdat, commune et groupe Al Omrane qui est le maître d’ouvrage). Les chefs des ménages concernés font alors pression sur le comité local à revoir la liste des attributaires. Parfois, ils menacent de mener des marches de contestation si le comité continue à refuser la prise en considération de leurs doléances. On porte même plainte contre le caïd 20pour exprimer son désaccord avec les procédures adoptées dans le traitement et la sélection des ménages attributaires. Cette stratégie intervient particulièrement pour revendiquer le droit à l’attribution dans le cadre de la première tranche et non pas dans la deuxième. Dans ce cadre, le premier et le deuxième devraient être compris dans le sens du mérite. Être un ancien établi c’est avoir le mérite de figurer parmi les premiers ménages recasés dans la première tranche. Par contre, ce mérite n’est pas revendiqué lorsque le chef de ménage est considéré comme nouveau. Ces deux principaux critères relayés par les bidonvillois et institutionnalisés par le comité local chargé de suivi de l’opération de recasement sont cruciaux dans la négociation de l’attribution. L’ancienneté et la nouveauté sont stratégiques parce qu’elles sont associées à des ressources convoitées et clairement identifiables (l’attribution). Toutefois, pour consacrer son ancienneté, il faut la prouver et l’argumenter. Parmi les épreuves mobilisables, on souligne l’existence dans la première liste du recensement des ménages établis au bidonville effectué en 1998, la maîtrise des anciennes familles, la naissance au douar, la connaissance de l’ancienne et actuelle toponymie du douar, la possession d’une concession qui sanctionne l’achat d’une zriba et qui date depuis longtemps, la possibilité d’obtenir un extrait de naissance dont la couleur est verte auprès de l’administration locale. Cette dernière épreuve est mobilisée par les bidonvillois pour trancher quant à l’ancienneté et la nouveauté des uns et des autres. Elle sert à distinguer les originaires du bled des nouveaux arrivés, puisque ces derniers ne peuvent obtenir, de l’administration locale, qu’un extrait de naissance dont la couleur est blanche. Ils n’obtiennent l’extrait de naissance vert qu’auprès de l’administration qui siège dans leur lieu de naissance.

31La deuxième alternative consiste à ce que les parents des fils en question ne signent pas l’engagement sur l’honneur, comptant ainsi de continuer à investir l’espace du bidonville après le recasement des habitants. Sur un total de 188 ménages concernés par la première tranche de l’opération, 25 chefs de ménages refusent de signer l’engagement sur l’honneur. Ils accepteraient de le signer seulement dans le cas où leurs fils mariés et non recensés seraient pris en considération par le comité. Ils revendiquent ce qu’ils qualifient de « garanties » et, d’après leurs propos, ne veulent pas compromettre l’avenir de leurs fils.

32À souligner que l’engagement sur l’honneur a fait objet d’un amendement suite à la contestation de la formulation de l’un de ses articles. L’article contesté conditionne l’attribution d’un lot à la démolition de toute la zriba. Cela signifie que toutes les baraques érigées sur la même zriba devraient être détruites pour que le propriétaire bénéficie d’un lot dans le site de recasement. Faisant suite à ce refus, le comité de suivi a procédé au remplacement du mot zriba par celui de baraque. Celle-ci devient associée étroitement à la notion du ménage. Si les chefs des ménages ne réussissent pas à obtenir des garanties pour que leurs fils bénéficient d’un lot dans la deuxième tranche (ce qui équivaut à 233 ménages), ils ne comptent exercer aucune pression sur eux pour abandonner le douar.

33La troisième alternative consiste à signer l’engagement sur l’honneur mais sans intégrer les fils mariés et non recensés dans l’attestation de vie collective. Ainsi, les chefs des ménages reconnaissent à leurs fils le statut de ménage indépendant, puisque ce certificat est basé sur la notion de charge familiale (tahamol laaili). Tous les individus qui y sont intégrés constituent un seul ménage et auront le droit à un seul lot. En adoptant cette alternative, les chefs de ménages concernés défendent le droit de leurs fils mariés au logement et déclinent ainsi, implicitement, toute responsabilité quant à leur refus possible d’abandonner le douar.

34La signature de l’engagement sur l’honneur permet aux parents d’être en concordance avec les procédures requises par le comité. En revanche, la stratégie de ne pas intégrer les fils mariés et non recensés dans l’attestation de vie collective leur permet de sauver la face (Goffman, 1955 ; Spiers, 1998 ; Médard, 2006) vis-à-vis de leurs fils. Ainsi, le comité chargé du suivi se trouve dans l’obligation de valider leurs dossiers tout en émettant des remarques telles que : « il a un fils marié qui n’est pas inclus dans l’attestation de vie collective et qui revendique l’attribution ». Parmi les 188 ménages concernés par la première tranche, 30 ont opté pour cette stratégie de contestation. Lorsqu’ils refusent d’intégrer leurs fils mariés dans l’attestation de vie collective, les parents fournissent deux attestations de vie individuelle : une de l’époux et une autre de l’épouse ou y intègrent uniquement les enfants qui ne sont pas mariés.

35Il semble que la notion de « ménage » se trouve à l’origine des divergences opposant les chefs de ménage aux membres du comité de suivi. Les deux parties en ont une conception ambivalente. Parfois elle est prise pour son sens statistique (unité de consommation et de décision) et parfois elle est comprise dans le sens de la famille. La nature du contexte conditionne le sens mobilisé par les deux parties.

36Théoriquement, chaque ménage établi au douar devrait bénéficier d’un lot. Cette logique semble être celle des parents revendiquant le droit de leurs fils mariés à bénéficier de l’opération de recasement. Par contre, les autorités mobilisent le nombre des membres d’une même famille ayant bénéficié de l’attribution pour justifier leur refus de prendre en considération les fils en question. On entend régulièrement des expressions telles que : « il a trois fils recensés et veut que le quatrième soit recensé aussi » ; « il a bénéficié lui, sa mère, ses deux fils, son beau-père et veut que son fils cadet marié après 2014 bénéficie aussi » ; « elle a fait venir récemment sa nièce mariée dans le douar et veut qu’elle bénéficie aussi » ; « ces gens sont très gourmands », etc. Généralement, le comité local adopte quatre stratégies pour justifier le refus de l’attribution des chefs de ménage non recensés :
– ’irtibâât odwiya (liaisons organiques) : cette notion veut dire que tous les membres de la famille qui ne sont pas recensés entrent dans la composition du ménage recensé. Elle incombe au propriétaire initial la responsabilité de l’existence des baraques non recensées sur la zriba d’un ménage recensé. La notion permet de laisser la résolution du problème des ménages non recensés aux membres des familles eux-mêmes. Cette stratégie a poussé quelques chefs de ménages à accompagner leurs fils non recensés ou à donner une somme d’argent à leur gendre pour déménager ailleurs.
Baraques originaires et baraques annexes (barraka aṣliya-at et barraka far’iya) : pour justifier son refus de la revendication des ménages constitués après le recensement de 2014, le comité local annonce que l’occupant de la baraque initiale est le seul qui a le droit à l’attribution et non pas ceux occupant des baraques far’iyin. Ainsi, il incombe la responsabilité de la parution de ces baraques au premier occupant et parfois remet en cause son attribution.
Intégration des ménages non recensés avec d’autres ménages recensés dans la même attribution : le recours à cette stratégie intervient souvent dans le cas où l’attributaire initial est une femme veuve, âgée et vivant seule. Elle est appelée à intégrer avec elle ses petits-fils ou ses petites-filles marié-e-s et établi-e-s au douar et qui ne sont pas recensé-e-s. Dans le cas où elle refuse cette proposition, le comité local reporte son attribution jusqu’à ce qu’elle l’accepte. On lui annonce parfois qu’il vaut mieux donner l’attribution à un jeune marié et non recensé qu’à une femme mourante.
– Ajournement de l’attribution : lorsque les chefs de ménage refusent d’accompagner leurs fils ou filles marié-e-s et non recensé-e-s, le comité local reporte leur attribution dans le cadre de la première tranche et leur fait prendre le risque d’être renvoyés à la deuxième tranche. Les ménages en question contestent farouchement cela puisqu’ils considèrent l’attribution dans la première tranche comme l’expression d’un mérite ou d’un privilège et non plus comme une simple procédure administrative. Étant des anciens établis, ils veulent être recasés, comme les autres anciens, dans le cadre de cette première tranche. Jusqu’aujourd’hui, 55 ménages n’ont pas fait objet de recasement vu leurs liens de parenté avec des proches non recensés et établis sur leur zriba.

  • 21 . « Les origines du mot ménage sont très anciennes. Le terme apparaît sous l’orthographe «maisnage» (...)

37Il faut signaler que le refus de l’attribution des fils mariés et non recensés par le comité local de suivi amène les parents à opter pour la logique de la famille. Ils abandonnent le statut de chefs de ménage et épousent le statut de chefs de famille ou de parents. Les liens d’affiliation et de sang sont mobilisés pour que le ménage comme unité de décision et de consommation soit respecté. On peut préciser qu’à l’origine de ces ambivalences se trouve la tension entre la notion d’individu et celle de groupe. Cette tension serait à l’origine des contradictions qui caractérisent l’attitude des autorités locales ainsi que l’attitude des habitants des bidonvilles. En réalité, la tension et l’ambivalence caractérisent même les définitions théoriques de ces deux notions : ménage et famille (Vincens, 1958 ; Bonvalet et Lelièvre, 1995 ; De Saint Pol et al., 2004)21.

38La perspective adoptée dans cet article a permis de montrer en quoi consiste l’importance de l’analyse microsociologique des pratiques sociales des acteurs. Au lieu de s’intéresser à des pratiques et actions de grande visibilité, l’analyse s’est focalisée sur des dimensions moins visibles de l’interaction entre les citoyens ordinaires et les bureaucraties de la rue. Ce zoom sur l’échelle microsociologique du quotidien des acteurs a autorisé à rendre compte du processus de la fabrication de la citoyenneté dans les deux bidonvilles étudiés. Il montre que la citoyenneté ne constitue pas un état figé et non plus un privilège acquis une fois pour toute, mais qu’elle est relationnelle, configurationelle et conflictuelle. Elle n’est pas exclusivement la conséquence des politiques d’en haut, mais aussi le fruit des actions et pratiques d’en bas ou ce que l’on peut appeler la politique des gouvernés (Chatterjee, 2006). Ce qui caractérise les pratiques politiques des bidonvillois c’est qu’elles ne sont pas nécessairement organisées dans des collectifs d’action organisés. Les pratiques et actions fragmentées et atomisées permettent aux bidonvillois de se réapproprier les biens publics dont ils sont privés. Ce qui fait la force de ces pratiques c’est qu’elles sont prolongées dans le temps et pratiquées collectivement. Dans ce sens, elles traduisent ce que A. Bayat (1997, 2010) appelle the quiet encroachment of the ordinary et the collectif action of non collectif actors. Ainsi, les pratiques ordinaires et quotidiennes se transforment en un réel contre-pouvoir dans les bidonvilles.

39La focalisation sur les pratiques des subalternes, au contact des bureaucraties de la rue, a permis de mettre en exergue les tricks de contestation et de négociation des droits de citoyenneté. Ces tricks peuvent avoir une visibilité sur l’espace publique, comme elles peuvent se traduire par des pratiques silencieuses comme le fait de ne pas signer un engagement sur l’honneur ou de ne pas intégrer son fils dans l’attestation de vie collective. Les bidonvillois ont pu développer des compétences qui leur permettent de trouver des lacunes et faiblesses dans les procédures mêmes administratives. Ils ont épousé une interprétation pragmatique des pièces requises par l’administration et construit des arguments et épreuves qui leur ont permis de négocier au mieux leur attribution. Par leurs pratiques, ils participent activement à la production et la fabrication de leur citoyenneté. Ils cessent d’être négatifs et passifs et entreprennent des actions qui les constituent en un réel contre-pouvoir.

40La constitution gouvernementale de la population des bidonvilles comme des groupes spécifiques, qui demandent des politiques particulières, joue en faveur de leurs habitants. Ces derniers réapproprient cette constitution administrative et se mobilisent pour en faire la justification de leurs revendications. C’est dans ce sens que l’on peut dire que la gouvernementalité (Foucault, 2007), rationalité propre au gouvernement de la population, est à l’origine des politiques des gouvernés. Celles-ci donnent au groupe de population des bidonvilles, comme forme empirique de l’action publique, des attributs moraux (Chatterjee, 2004, p. 56).

41La perspective adoptée dans cet article converge vers la théorie de political society développée par P. Chatterjee (2004, 2011, 2020) suite à ces recherches sur les colonies de New Delhi et les paysans de la région de Bengale. Ce qui se trouve au centre de cette théorie c’est l’importance de l’illégalisme dans la revendication des droits de citoyenneté. Conscients de leur transgression des normes, les habitants des bidonvilles au Maroc, comme ceux des colonies en Inde, investissent le dehors de la norme pour négocier et revendiquer l’intégration des normes. L’enjeu de leur transgression demeure la réappropriation des catégories de l’action publique pour contester leurs droits. La transgression des normes et la réappropriation des catégories d’action publique (comme celle des droits de citoyenneté) permettent ainsi aux acteurs ordinaires de challenger la distribution des ressources de pouvoir au sein de la configuration d’acteurs concernés par la résorption des bidonvilles.

Haut de page

Bibliographie

Agudal Jaouad, 2015, L’exclusion sociale dans l’espace urbain : cas des habitants de Nzala Raddaya à Meknès. Mémoire du master, Université Moulay Ismail, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Meknès.

Agudal Jaouad, 2020, Habiter le bidonville entre l’épreuve de la temporalité et l’espoir de l’attribution : cas des habitants de Nzala Raddaya (Meknès) et de Douar Laamour (Benslimane). Thèse de doctorat en sociologie, Université Hassan II, Casablanca, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Mohammedia.

Arrif Abdelmajid, 1992, Le passage précaire. Du bidonville au lotissement : anthropologie appliquée d’une mutation résidentielle. Le cas de Hay de Moulay Rachid à Casablanca. Thèse de doctorat, université de province- Faculté des Lettres et Sciences Humaines, UFR Sociologie-ethnologie, mention anthropologie, Aix-en-Provence.

Arrif Abdelmajid, 1997, « Les compétences citadines à l’épreuve de l’exclusion. L’exemple du bidonville de Ben M’sik à Casablanca (Maroc) », Année de l’Afrique du Nord, tome XXXVI, Paris, éditions du CNRS.

Auyero Javier, 2012, Patients of the State. The politics of waiting in Argentina, London, Duke University Press.

Bayat Asef, 1997, Street politics. Poor people’s movements in Iran, New York, Colombia University Press.

Bayat Asef, 2013, Life as politics. How ordinary people change the Middle East, California, Stanford University Press.

Becker Howard, 1985, Outsiders : études de sociologique de la déviance, Paris, Métailié.

Benkirane Réda, 1991, Bidonville et recasement : mode de vie à Karyan Ben M’sik (Casablanca), Thèse de doctorat, Institut Universitaire d’Etudes de Développement (IUED), Université de Genève.

Berry-Chikhaoui Isabelle et Deboulet Agnès, 2002, « Les compétences des citadins : enjeux et illustrations à propos du monde Arabe », L’homme et la Société, n° 143-144, p. 65-85.

Bonvalet Catherine et Lilièvre Eva, 1995, « du concept du ménage à celui de l’entourage : une redéfinition de l’espace familial », Sociologie et Sociétés, n°27, p. 177-190.

Castel Robert, 2008, « La citoyenneté sociale menacée », Cities, n°35, p. 133-141.

Catusse Myriam et Zaki Lamia, 2009, « Gestion communale et clientélisme moral au Maroc : les politiques du Parti de la justice et de développement », Critique Internationale, n°42, p. 73-91.

Chatterjee Partha, 2004, Politics of the Governed. Reflexions on Popular Politics in Most of the World, New York, Columbia University Press.

Chatterjee Partha, 2011, Lineages of Political Society. Studies in Postcolonial Democracy, New York, Columbia University Press.

Chatterjee Partha, 2020, I am the People. Reflexions on Popular Sovereignty Today, New York, Columbia University Press.

De Saint Pol Thibaut, Deney Aurélie, Monso Olivier, 2004, « Ménage et chef de ménage : deux notions bien ancrées », Travail, Genre et Sociétés, n°11, p. 63-78.

Elias Norbert et Scotson John, 1997, Logiques de l’exclusion, France, éditions de Fayard.

Essahel Habiba, 2015, « Evolution des registres d’action, de la ruse à la mobilisation de la notion « droit » par les habitants des bidonvilles au Maroc », l’Année du Maghreb, Paris, CNRS édition, n°12, p. 115-135.

Foucault Michel, 2007, Security, Territory, Population. Lectures at the Collège de France 1977-1978, London, Palgrave Macmillan.

Goffman Erving, 1955, « On Face-Work », Psychiatry, vol. 18, n°3, p. 213-231.

Le Tellier Julien, 2008, « À la marge des marges urbaines : les derniers bidonvilles de Tanger (Maroc). Logique gestionnaire et fonctionnement des bidonvilles à travers les actions de résorption », Autrepart, n° 47, p. 157-171.

Mauss Marcel, 2013, Sociologie et anthropologie, Paris, Quadrige/Puf.

Navez-Bouchanine Françoise (dir.), 2012, Effets sociaux des politiques urbaines. L’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales, Paris, CJB-KARTHALA-IMAM.

Navez-Bouchanine Françoise, 2003, « Les chemins tortueux de l’expérience démocratique marocaine à travers les bidonvilles », Espaces et Sociétés, n° 112, p. 59-82.

Neveu Catherine, 2013, « E PUR SI MUOVE ! », ou comment saisir empiriquement les processus de citoyenneté », Politix, n°103, p. 205-222.

Programme des Nations Unies pour les Établissements Humains, 2011, Évaluations du programme « Villes sans bidonvilles ». Propositions pour en accroitre les performances, Rabat.

Spiers Judith Ann, 1998, « The use of Face Work and Politeness theory », Qualitative Health Research, 8 (1), p. 25-47.

Vairel Frédéric et Zaki Lamia, 2011, « Politisation sous contrainte et politisation de la contrainte : outsiders politiques et outsiders de la ville », Critique internationale, n° 50, p. 91-108. 

Vincens Jean, 1958, « la notion de ménage et son utilisation économique », Revue économique, vol. 8, n°4, p. 412-438. 

Voirol Olivier, 2005, « Les luttes pour la visibilité : esquisse pour une problématique », Réseaux, n°129-130, p. 89-121.

Zaki Lamia, 2005, Pratiques politiques au bidonville, Casablanca (2000-2005), Thèse de doctorat en sciences politiques de l’IEP, Paris.

Zaki Lamia, 2007, « L’action publique au bidonville : l’État entre gestion par le manque, « éradication » des kariens et accompagnement social des habitants », l’Année du Maghreb, n°2, Paris, CNRS édition, p. 303-320.

Zaki Lamia, 2010, « L’électrification temporaire des bidonvilles casablancais. Aspects et limites d’une transformation par le « bas de l’action publique ». Le cas des Carrières centrales », Politique Africaine, n° 120, p. 45-66.

Zaki Lamia, 2007, « Séduction électorale au bidonville : jouer de l’opulence, de la jeunesse ou du handicap à Casablanca », Politique Africaine, n°107, p. 42-61.

Haut de page

Notes

1 . Le certificat de résidence est un écrit fourni par l’une des administrations publiques locales, attestant que son possesseur habite dans le lieu indiqué par ce certificat. Celui-ci est nécessaire à certaines démarches administratives, telles que l’obtention de la carte d’identité nationale, son renouvellement, la contraction d’un mariage, etc. Les documents qui peuvent être exigés sont le certificat de propriété, un récépissé d’eau, d’électricité ou de téléphone ou un contrat de bail ou un engagement du propriétaire de la résidence, l’attestation d’un agent immobilier agrée ou un écrit fourni par le chikh (agent de base de l’autorité). Il est fourni contre 20 DH (2 €). Le lieu de dépôt est l’arrondissement de la police territorialement compétent. La durée de validité de ce certificat est de trois mois.

2 . Cette attestation a pour objectif de prouver que l’on vit en commun. Elle est délivrée à l’intéressé suite à une demande auprès des administrations publiques locales. Les documents exigés sont le livret de famille ou livret de l’état civil. Dans le cas de l’absence de livret de famille, on se contente de l’enquête de l’agent de l’autorité. La durée de validité de cette attestation est de trois mois.

3 . Selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2014, l’habitat sommaire et les bidonvilles représentent 2,7 % du parc logements dans la région de Fès-Meknès, alors que dans la région de Casablanca-Settat, il représente 9,7 %. (Haut-commissariat au plan, 2014).

4 . Cf : Programme des Nations Unies pour les Établissements Humains, 2011, Evaluations du programme « Villes sans bidonvilles » propositions pour en accroitre les performances, Rabat. https://mirror.unhabitat.org/downloads/docs/11592_4_594598.pdf

5 . Dans le contexte marocain, le douar et le bidonville renvoient parfois à la même chose. Toutefois, il faut souligner que le douar est une catégorie administrative qui désigne une agglomération des habitations dans le monde rural, alors que le bidonville est une catégorie qui renvoie à l’habitat précaire et insalubre dans la ville. Une agglomération des baraques qualifiées de douar bien qu’elle se situe à la ville s’explique souvent par le type des activités exercées par les premiers habitants : élevage et agriculture dans la plupart des cas. La notion de zriba traduit parfaitement la nature des activités auxquelles s’adonnent les habitants dans le douar. Il se peut même que ce dernier désigne, dans le langage vernaculaire, un quartier régulier dans la ville.

6 . Namra veut dire littéralement le numéro et renvoie au numéro du lot ou de l’appartement attribués au bidonvillois suite à un tirage au sort auquel tous les attributaires assistent.

7 . Le caïd est un agent d’autorité représentant le ministère de l’intérieur, selon le Dahir n° 1-56-047 du 20 mars 1956. Quand il est chef du cercle, on parle du caïd principal et lorsqu’il est chef de circonscription, on parle du caïd. Sa fonction consiste à assurer l’exécution des règlements, le maintien de l’ordre, la sécurité et la tranquillité publique et y dirige les services de l’État, placés sous son égide.

8 . Le moqadem est un auxiliaire de l’autorité locale et il a le rôle du chef d’un ou plusieurs quartiers ou douars. Il est toujours au contact direct avec les populations.

9 . Dans le langage vernaculaire, le mot makhzen renvoie à l’ensemble de l’administration marocaine.

10 . Il existe des éleveurs qui peuvent avoir 10 vaches et mêmes plus ainsi que d’autres qui peuvent avoir de 10 à 40 moutons.

11 . Les hommes sont absents soit pour des motifs de travail, soit par peur d’être violentés par les forces de l’ordre. Les autorités sont jugées plus tolérantes à l’égard des femmes.

12 . Une division administrative qui correspond au département et à la région dans d’autres pays.

13 . Le nombre des voix électorales remportées par le PJD ne renvoie pas seulement aux votes des femmes que le candidat du parti a aidé à obtenir le certificat de résidence. L’association la plus active en bidonville, Nzala Raddaya pour le Développement et la Solidarité, s’est impliquée dans la campagne du PDJ pour inciter les habitants à voter en faveur de ce parti. Une telle implication est intervenue suite à des arrangements conclus entre les candidats du parti et les membres du bureau de l’association. La contrepartie consiste souvent à mettre à la disposition de l’association des moyens logistiques de la commune, présidée par le PJD, par exemple, pour ramasser les ordures dans le bidonville ou bien afin de lui octroyer sa part des fonds destinés aux associations.

14 . En effet, la grandeur du statut de propriétaire d’un logement ne constitue pas l’apanage des habitants des bidonvilles. La préférence sociale pour ce type de statut favorise son caractère crucial. Dans l’étude réalisée par le ministère de l’Habitat et de la Politique de la ville (2016) sur la demande en habitat, les statistiques montrent que la demande des Marocains selon le statut d’occupation du bien immobilier est orientée vers la propriété. Ainsi, 86,5% des enquêté-e-s ont exprimé leur préférence au bien immobilier de type propriété. Dans le milieu rural, ce taux atteint 91,6%, alors que dans le milieu urbain, il atteint 85,7%. A souligner que cette étude porte sur un échantillon de 55 451 ménages, répartis entre 42 251 en milieu urbain et 13 200 ménages en milieu rural. Elle a couvert les douze régions du royaume. Pour les ménages qui n’expriment pas leur demande en logement, il existe ce qui est appelé les freins de la demande. Parmi ces ménages, 48, 1% expriment que le manque des moyens est le frein de la demande. Ce taux atteint 55, 7% dans le monde rural, alors qu’il atteint 43, 5% dans le milieu urbain. D’autres freins de demande sont en relation avec la satisfaction du logement actuel (39, 6% au niveau national, 35, 9% dans le milieu urbain et 41, 9% dans le milieu urbain), le coût élevé de l’immobilier (5, 5% au niveau national, 4 , 4% dans le milieu rural et 6, 2% dans le milieu urbain), les raisons personnelles (4, 4% au niveau national, 3, 3% dans le milieu rural et 5, 1% dans le milieu urbain), l’accès à la propriété (1, 7% au niveau national, 0, 5% dans le milieu rural et 2, 4% dans le milieu urbain), l’attente de subvention et d’aide étatique (0, 4% au niveau national, 0, 1% dans le milieu rural et 0, 6% dans le milieu rural), l’accès à la propriété (0, 2% au niveau national, 0, 1% dans le milieu rural et 0, 2% dans le milieu urbain) et l’attente de livraison de logement (0, 1% au niveau national, 0, 0% dans le milieu rural et 0, 1% dans le milieu urbain). Pour plus de détails, voir : ministère de l’Habitat et de la politique de la ville, 2016, Etude relative à l’enquête nationale sur la demande en habitat, rapport de synthèse, phase III : exploitations et analyses des résultats sur l’enquête nationale sur la demande en habitat, Royaume du Maroc.

15 . Les 19 ménages constituent la liste d’attente. Celle-ci permet au comité chargé de suivi d’exercer une pression sur les ménages qui refusent d’abandonner le bidonville sans que leurs fils mariés bénéficient d’un lot. Il menace de les remplacer par ces ménages s’ils continuent à refuser de démolir leurs baraques.

16 . C’est la tâche que nous assurons dans le cadre de l’opération du recasement des habitants de Laamour.

17 . Les autres pièces requises sont : l’attestation de non-imposition pour l’époux et pour l’épouse, une photo personnelle pour l’époux et une autre pour l’épouse, l’acte du mariage ou de divorce, l’attestation de célibat (lorsqu’il s’agit d’un ou d’une attributaire non marié-e.)

18 . On parle des annexes parce qu’il est souvent question des zriba dans la superficie peuvent aller jusque 500 mètres carrés. Il se peut que sur une seule zriba se trouvent plusieurs baraques appartenant aux mêmes membres de la famille ou à leurs proches.

19 . Une zriba renvoie à toute la superficie qui appartient au chef de ménage et sur laquelle il a construit sa baraque. Dans le Douar Laamour, les frontières de la zriba sont délimitées par la figue de barbarie. Littéralement, elle est synonyme d’écurie ou d’enclos.

20 . Le caïd est ciblé parce qu’il est le président, dans les faits, du comité de suivi de l’opération de recasement des habitants du bidonville Laamour.

21 . « Les origines du mot ménage sont très anciennes. Le terme apparaît sous l’orthographe «maisnage» dès le XIIe siècle. Les formes initiales sont dues à l’influence de l’ancien français maisnée («famille») lui-même provenant du latin mansio («maison»). Le ménage est dès ses origines marqué par ses liens au domicile d’une part et au groupe familial de l’autre. Le sens donné au ménage alterne au cours des siècles entre ces deux directions : l’aspect matériel et l’aspect humain » (Saint Pol et al., p. 3).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jaouad Agudal, « Habitants des bidonvilles et revendications de droits de citoyenneté au Maroc  », L’Année du Maghreb, 23 | 2020, 79-96.

Référence électronique

Jaouad Agudal, « Habitants des bidonvilles et revendications de droits de citoyenneté au Maroc  », L’Année du Maghreb [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6912 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6912

Haut de page

Auteur

Jaouad Agudal

Doctorant en sociologie, Université Hassan II, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Mohammedia-Casablanca.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search