Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Dossier : Citoyennetés : pratique...« Famille en danger » : matériali...

Dossier : Citoyennetés : pratiques et ressources

« Famille en danger » : matérialités et fabrique des ayants-droit aux logements sociaux en Algérie

"Family in danger": the Materiality of Social Housing’s Demand in Algeria
Laurence Dufresne Aubertin
p. 121-134

Résumés

En Algérie, la distribution des logements sociaux renvoie à des attentes de la population envers l’État qui se voit tenu d’assurer des formes de subsistance à la population. Cet article s’intéresse aux pratiques et aux représentations de requérants de logements sociaux habitant dans des immeubles menaçant ruines, dans des caves et sur des terrasses au sein de quartiers paupérisés du centre-ville d’Oran. À partir des revendications matérielles portant sur l’obtention de logements sociaux, cet article interroge les rapports politiques qui se nouent à travers la médiation matérielle. En prenant appui sur les supports matérialisant la doléance sociale, il s’agit d’explorer les manières par lesquelles les requérants de logements sociaux tentent de se construire comme ayant-droit et font valoir leur droit d’accès à cette ressource dans une situation de contraintes. cet article se focalise sur trois types de supports matériels mobilisés – à savoir les logements précaires, les dispositifs documentaires et les banderoles – pour analyser des modalités de subjectivation politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Inscription en français.

1Dans le quartier du Derb el-Houd, à Oran, on compte environ 300 des 2000 immeubles qui menacent ruine. À la lisière du quartier, sur la façade d’un immeuble figure la mention « On n’a pas le droit au logement social… ? Nous sommes en danger »1. Cette inscription témoigne de l’expérience du quotidien dans des habitations précaires ; ponctué tantôt par la peur des effondrements, l’inconfort et les problèmes de santé engendrés par l’insalubrité, tantôt par la proximité et le manque d’intimité dans des appartements surpeuplés. Mais elle est aussi à comprendre comme l’expression de revendications de droit au logement à l’adresse des autorités publiques. Cette revendication d’accès aux logements sociaux renseigne le processus d’affirmation de droits de citoyenneté qui se rapporte, plus largement, à des arrangements de pouvoir et des attentes tacites.

  • 2 . Pour un compte rendu des relations entre les politiques de logements, la question sociale et le r (...)
  • 3 . Par « bien public » j’entends : « tout bien ou service public ou collectif faisant dans un contex (...)
  • 4 . Selon le ministère de l’Habitat 3,6 millions de logements auraient été construits entre 1999 et 2 (...)

2Depuis l’indépendance de l’Algérie, le logement constitue un truchement à travers lequel se noue un contrat social entre les citoyens et l’État2. Le logement est affiché comme une priorité des pouvoirs publics qui se traduit, avec l’élection du Président de la République Abdelaziz Bouteflika en 1999, par d’ambitieux programmes de construction de logements ciblant différents groupes sociaux. Financée par les dividendes tirés de la rente pétrolière, la distribution de logements est emblématique des relais par lesquels convoient les aides économiques de l’État et s’inscrit dans un répertoire de légitimation où sont mises en scène les largesses du pouvoir. Faisant figure de « bien public »3, leur distribution renvoie à des attentes de la population envers l’État qui se voit tenu d’assurer des formes de subsistance à la population. En dépit de l’affichage quantitativiste de l’État4, la fabrication massive de logements peine néanmoins à combler le déficit en la matière et demeure sous les auspices du rattrapage et de l’urgence. Dans un contexte de pénurie de logements et d’inflation du foncier (Souami, 2017), l’insertion dans un programme public de logements constitue, pour de nombreuses catégories sociales, une des seules voies d’accès à un toit décent.

  • 5 . Le matériau principal de cet article est issu d’observations et d’entretiens réalisés auprès de f (...)
  • 6 . Soit d’un montant inférieur ou avoisinant le salaire minimum fixé à 18 000 dinars.

3Ce sont les démarches et les représentations de requérants de logements sociaux habitant dans des immeubles menaçant ruine, dans des caves et sur des terrasses au sein de quartiers paupérisés du centre-ville d’Oran qui sont ici analysées5. Si leurs situations résidentielles diffèrent, les demandeurs rencontrés attendent depuis plus d’une décennie un logement social. Ils partagent des conditions économiques similaires ; qu’ils détiennent un emploi formel, vivent de débrouille, ou soient au chômage, leurs revenus sont modestes6 et parfois instables. À partir des revendications matérielles portant sur l’obtention de logements sociaux, cet article interroge les rapports politiques qui se nouent à travers la médiation matérielle. En prenant appui sur les supports matérialisant la doléance sociale, il s’agit d’explorer les manières par lesquelles les requérants de logements sociaux tentent de se construire comme ayant-droit et font valoir leur droit d’accès à cette ressource dans une situation de contraintes (Pommerolle et Vairel, 2009). Au-delà des biens publics qui constituent l’horizon d’attente partagé des requérants, cet article se focalise sur trois types de supports matériels mobilisés – à savoir les logements précaires, les dispositifs documentaires et les banderoles – pour analyser des modalités de subjectivation politique.

Les habitations précaires : support « privilégié » de l’accès aux logements sociaux

4La crise du logement en Algérie renvoie à la disparité entre l’accès à des logements abordables et les besoins d’une population marquée par une pression démographique. En ce qui concerne les demandes de logements sociaux, deux situations résidentielles se côtoient et s’enchevêtrent : d’un côté, l’insuffisance et l’exiguïté des logements qui contraint la cohabitation de plusieurs ménages dans le même logement ; et de l’autre, l’état de vétusté et de dégradation avancé de nombreux immeubles qui présentent pour les requérants des risques pour leur santé ou leur sécurité physique. Les situations résidentielles des requérants de logements renvoient à plusieurs cas de figure. Devant l’absence des logements décents et accessibles à ces populations aux revenus modiques, certains requérants demeurent chez des parents ou des tiers, tandis que de nombreux individus en quête de logement quittent ces appartements surpeuplés et remédient à leur besoin immédiat par la construction de baraques sur des terrains vagues et sur des terrasses, ainsi que par l’installation dans des caves ou des immeubles menaçant ruine. Ces « mal-logés » côtoient des populations antérieurement installées dans des bidonvilles ou dans des immeubles dont l’état s’est progressivement dégradé.

  • 7 . Article 36 du Décret exécutif n° 08-142 du 5 Joumada El Oula 1429/11 mai 2008 fixant les règles d (...)

5Les pouvoirs publics ont érigé la question de la « résorption de l’habitat précaire » en problème public et tentent d’y répondre par la distribution de logements sociaux. Ainsi, la majorité des logements sociaux distribués concernent des logements correspondant à la catégorie « précaire », à savoir des habitations dans un local qualifié d’inadéquat (cave, baraque sur les toits et les terrasses), ou dans « une habitation menaçant ruine et classée par les services techniques habilités comme bien constituant un danger pour la sécurité publique »7. La priorisation des demandes s’appuie sur un système de points à travers lesquelles les demandes sont classées. Le barème de cotation attribue des points selon le niveau de revenus du requérant, les conditions de l’habitat, la situation personnelle et l’ancienneté de la demande. Dans ce système de classement, un dossier émanant d’un demandeur hébergé chez des parents ou chez des tiers obtient deux fois moins de points qu’un dossier d’un résidant dans un logement précaire. En pratique, cette hiérarchisation des demandes participe à la redéfinition des contours du public : à l’appartenance d’une catégorie de personnes initialement qualifiée selon des critères socio-économiques prévaut l’ancrage dans une catégorie de bien qualifié en fonction de son degré de précarité. Elle étiole aussi le principe de l’ancienneté des demandes à la faveur de celui de la précarité et de la dangerosité du logement. En faisant de l’ancrage dans ces catégories de bien un critère essentiel de la sélection des bénéficiaires, ce système de classement délimite la catégorie des requérants éligibles à la distribution de ces biens publics et, partant, influence les stratégies que les demandeurs mettent en œuvre pour se construire comme ayant-droit.

Les incidences pratiques des normes de distribution des logements sociaux

6Observer les usages et les circulations de ces biens précaires permet d’affiner la compréhension des processus de réappropriation des catégories des politiques publiques par les requérants dans la construction de leur statut d’ayant-droits. L’imposition de ce système de normes dans la régulation de l’accès aux logements sociaux érige les logements précaires en biens échangeables (Kopytoff, 1986). Leur valeur est appréciée au regard des modalités d’échange des programmes de logements sociaux et, dès lors, corrélée à des degrés de précarité et de dangerosité. Dans ce contexte de transaction, les requérants de logements sociaux donnent du sens au caractère précaire de leur habitation : plus l’état de dégradation du bien est avancé, plus les occupants estiment disposer de chances de bénéficier d’un logement social. Ainsi, la mise en adéquation avec les critères de précarité engendre tantôt des pratiques de dégradation volontaire, tantôt une absence de réparation – les habitants estimant que toute amélioration du bien entraverait considérablement la prise en compte de leur demande.

  • 8 . Les « empiètements silencieux » sont entendus comme des « actions directes non collectives, mais (...)

7Afin de construire leur statut d’ayant-droit auprès des autorités publiques, les requérants de logements sociaux entreprennent, par nécessité ou par ruse, des pratiques résidentielles qui relèvent de l’« empiétement silencieux »8. L’occupation et les stratégies d’accès à des habitations précaires informent de tactiques auxquelles se livrent ces requérants pour répondre aux conditions de sélection des bénéficiaires et tenter de faire des « coups ». Les démarches employées par Samira, une femme de ménage dans la trentaine et mère de trois enfants, permettent d’illustrer quelques-unes de ces stratégies. Après son mariage, Samira emménage dans l’appartement exigu de sa belle-famille en banlieue d’Oran et dépose une demande de logement. Après trois ans de difficile cohabitation, elle entreprend de trouver un logement pour sa famille. Elle déniche une pièce dans un immeuble à l’état de dégradation avancé dans le quartier de Mdina Jdida et s’y installe avec son époux et leur premier enfant. Le quotidien y est difficile et, craignant les effondrements, elle décide de construire une baraque dans un faubourg non-planifié près d’Arzew où habitent ses parents. Elle y réside avec ses enfants, tandis que son époux demeure dans l’immeuble du centre-ville. Si la multiplication des habitations de fortune au sein de cette famille correspond à des contraintes d’ordre matériel et personnel, elle renvoie aussi à une stratégie familiale visant à maximiser les chances de bénéficier d’un logement social. Support privilégié des droits d’accès aux logements sociaux, les habitations précaires s’inscrivent dans des imaginaires et des voies d’ascension sociale qui, à ce titre, s’apparentent à une manne. Ces biens, institués en marchandises, sont parfois mis en vente ou cédés sur le marché « parallèle » du foncier et participent à une économie de la débrouille. Parallèlement, une même adresse pouvant parfois donner lieu à l’obtention de plusieurs logements sociaux, les requérants cherchent à en faire bénéficier leur famille ; il en va ainsi des tentatives d’inclusion d’un membre de la famille lors des opérations de relogement sous prétexte d’habiter à la même enseigne, ou encore, de la cession d’un appartement vétuste ayant déjà fait l’objet d’un relogement.

Occuper des habitations précaires : une stratégie d’insertion à la catégorie d’ayant-droit

8L’occupation de logements précaires constitue donc tout à la fois l’affirmation et la preuve de l’insertion dans la catégorie d’ayant-droit. Mais, au-delà d’une stratégie de mise en conformité avec les catégories de l’action publique, cette « politique de la valeur » (Appadurai, 1986) participe à des mécanismes d’assujettissement qui maintiennent les requérants dans une situation d’attente sur la longue durée. L’accès aux logements sociaux constituant un horizon d’attente partagé, ils ne peuvent ni restaurer, ni quitter une habitation qui les expose au danger sans aller à l’encontre de leurs intérêts. Ainsi, demeurer dans des logements précaires structure le champ d’action de ces familles requérantes dont le quotidien est indissociable de sentiments de honte, de difficultés matérielles et d’insécurités. L’attente apparaît ainsi comme un mode de gouvernement qui s’immisce dans les rouages du quotidien des requérants. Elle renvoie à leurs attentes en matière de subsistance matérielle via l’accès à un logement décent, mais également de la prise en charge de leur dossier par l’État. Dans cet intervalle, les requérants attendent, voire espèrent, la venue des agents de l’État à leur domicile, afin que ces derniers établissent une appréciation de l’état de leur logement et attestent de leur ancrage dans ces biens précaires. Farouk, un veuf âgé de 62 ans et retraité du service public, attend ainsi la venue des agents de l’État dans le cadre du recours qu’il a effectué à la suite de l’exclusion indue de sa famille d’une opération de relogement. Son récit synthétise l’imbrication de ces contraintes temporelles et d’occupation permanente du logement au quotidien :

  • 9 . Entretien avec Farouk, Alger, août 2019.

« Ça y est, ça y est, on est démoralisé. On a patienté pendant 4 ans, c’est trop. Maintenant, j’ai ma fille, elle est à l’hôpital à Blida. Je n’ai pas voulu aller la voir. Je ne peux pas y aller, si je m’en vais, peut-être qu’ils vont venir et ils vont dire que je ne vis pas là. [silence] Je ne peux rien faire ! J’avais des projets en tête [il claque ses mains] ils ont tous disparu. Il faut toujours prouver que j’habite ici »9.

9L’espoir de bénéficier d’un logement social est traversé par la contingence. Pour les requérants maintenus en marge de la distribution de prébendes, l’accès aux subsides de l’État est marqué par une incertitude latente et les délais d’obtention de ces biens publics se comptent souvent en décennies. L’opacité dans la distribution des ressources favorise les soupçons et le détournement des règles, de telle sorte que les demandeurs vivent dans la crainte perpétuelle de voir leur droit non reconnu. L’incertitude procède ainsi de la capacité équivoque des requérants à faire reconnaître leurs droits par les autorités publiques. Pour ces demandeurs de logements sociaux, assurer l’occupation de ces biens précaires en permanence consiste à apprivoiser les contraintes d’un ordre politique qui fournit peu de recours aux individus face à la dénégation de leurs droits.

Domestiquer les demandes sociales par le papier : les instances de production et les usages des supports matériels 

  • 10 . Les commissions d’attribution de logements siègent dans chaque daïra et sont composée : du chef d (...)

10L’évaluation des demandes et la sélection des bénéficiaires s’effectuent par une commission d’attribution de logement qui rassemble une pluralité d’acteurs politiques, à l’instar des présidents d’Assemblée populaire communale, des chefs de daïra-s et du Wali ; mais aussi administratifs, avec des représentants d’organismes publics et des services techniques de la commune10. Seul arbitre de la distribution des ressources, l’État est un acteur incontournable pour les demandeurs de logements sociaux. La centralité du référent étatique s’affirme par des règles et des procédures routinisées qui astreignent les requérants à s’approprier les dispositifs administratifs dans leur demande d’accès à des droits politiques et sociaux. La construction du statut d’ayant-droit opère ainsi par des modalités variées d’insertion au sein de l’appareil étatique. Elles consistent, d’une part, en des actions ritualisées menées principalement par des femmes, à l’instar des visites parfois quotidiennes des demandeurs dans les différentes collectivités territoriales ; et d’autre part, en une profusion matérielle qui sert de support à l’énonciation des demandes d’accès au logement. La prééminence des papiers s’inscrit dans un processus ambivalent de reconnaissance et d’affirmation de droits au sein de l’administration. S’ils matérialisent la doléance sociale, ces papiers représentent moins l’assurance d’une reconnaissance de droit pour les requérants qu’une tentative de domestiquer l’incertitude qui irrigue l’appareil politique et administratif.

Les stratégies de mise en conformité des requérants aux exigences bureaucratiques

11Pour les requérants de logements sociaux qui ne peuvent « monnayer les pouvoirs » (Blundo, 2000) ou se prévaloir d’une proximité avec des responsables politiques, la bureaucratisation de leur demande d’accès au logement social est une démarche essentielle. Les demandeurs de logements formalisent leur statut d’ayant-droit à travers une production documentaire qui vise à les inscrire dans des formes d’écritures bureaucratiques. Ces dispositifs matériels renseignent des stratégies de mise en conformité des requérants avec les critères des autorités publiques dans le classement des dossiers. Les preuves de l’ancrage dans les logements précaires s’effectuent par le biais de papiers, tels que des quittances de loyer, des certificats de scolarisation des enfants ou des factures d’électricité. Afin de répondre aux modalités de sélection des bénéficiaires de logements sociaux, certains « mal-logés » en déficit de papiers légaux tentent de s’accommoder des contraintes de l’ordre bureaucratique par la falsification de documents. Les occupants d’habitations en ruine obtiennent la preuve de leur résidence permanente en monnayant des intermédiaires, tels que des agents de l’État civil ou des techniciens de la compagnie de gaz et d’électricité de manière à obtenir un compteur « en règle ». Les requérants mobilisent aussi des instances sociales et des formes de certification « par le bas » à partir des pétitions et d’attestation récoltées auprès des voisins. Malgré une production documentaire parfois régie par l’informalité, les requérants de logements sociaux participent à la construction d’un ordre bureaucratique.

  • 11 . Nommément, le Front de Libération Nationale (FLN) et le Rassemblement National Démocratique (RND)

12Les dispositifs documentaires et leur agencement forment aussi un ensemble, qui fabriquent un cadre de revendications de droits au logement et témoignent de représentation du « requérant-méritant ». Au-delà de la mise en conformité avec les critères règlementaires, les requérants construisent leur statut d’ayant-droit en faisant valoir des formes d’allégeance à l’État qui révèlent l’intériorisation d’attentes normatives. À titre d’exemple, les suppliques adressées aux autorités publiques mettent en exergue des registres de légitimité historique du régime politique par la mobilisation de catégories telles qu’enfants de martyr ou de moudjahid. Les requérants adjoignent également leur carte d’électeur de manière à prouver leur participation aux élections et, parfois, des signes de leur adhésion à l’un des partis dominant le champ politique11. Cela se matérialise par exemple par des lettres de soutien fournies par le Rassemblement National Démocratique aux demandeurs de logements, en échange de leur mobilisation à l’occasion de campagnes électorales. Par la mise en scène de leur participation et de leur assentiment à l’ordre politique, ils cherchent à se rendre conformes au profil du « bon requérant ».

13Les conditions du logement des requérants jouant un rôle central dans la hiérarchisation des demandes et la sélection des bénéficiaires, ils cherchent à obtenir la reconnaissance par les autorités publiques du danger auxquels ils sont exposés. L’une des stratégies régulièrement employées consiste à se présenter quotidiennement aux journées d’accueil du public, dans le souci d’attirer l’attention des responsables politiques sur leur situation. Par-là, les requérants espèrent être inclus dans la liste des foyers qui seront évalués par les « brigades d’enquête » chargées de rédiger une « fiche technique d’instruction », essentielle à l’évaluation de leur requête en commission. Ce document s’inscrit dans un processus de catégorisation et de traduction de la précarité et du danger en termes « objectivables ». À travers ce dispositif d’évaluation, les autorités publiques apprécient, mesurent et hiérarchisent le danger et distribuent les requérants de logements sociaux autour d’une norme de vulnérabilité. La certification des conditions de l’habitat dans les seuils élevés de dangerosité s’effectue également par des rapports d’incident que les requérants obtiennent auprès des services techniques de la commune à la suite des effondrements progressifs de leur logement. Outre l’adoption des indices d’objectivation de l’insécurité quotidienne et la certification de la dégradation de leur logement, les requérants documentent le danger auquel ils sont exposés par des photographies de leur demeure et des certificats médicaux attestant de blessures ou de problèmes de santé dus à l’’insalubrité de leur logement. Ils font ainsi appel à différentes instances de production et de certification. Par cette mise en forme de leur requête en langage bureaucratique, ils instituent les papiers comme une modalité centrale de revendication de leurs droits et de reconnaissance de leur statut (Awenengo Dalberto et Banégas, 2018).

Les rapports de sens et de pouvoir des papiers

14La prééminence des supports matériels dans la revendication de droits au logement suppose d’interroger leur reconnaissance en les replaçant dans les rapports de sens et de pouvoir qui se tissent autour de leur délivrance. Malgré le recours à une pluralité d’instances de production documentaire, la délivrance des papiers par l’administration fait office, pour les requérants, de reconnaissance légale de leur condition d’ayant-droit et, partant, des responsabilités qui incombent aux dirigeants en matière de subsistance. Si les documents, et en particulier les documents officiels, transmettent l’image de la preuve, de la stabilité et de la permanence (Navaro-Yashin, 2007), ils ne permettent pas, en pratique, une sécurisation effective des droits. Les « justificatifs » employés par les requérants de logements sociaux en tant que supports de légitimation de leur droit ne sont pas opposables aux autorités publiques et n’entrainent, au demeurant, ni la réévaluation des dossiers, ni l’inscription sur les listes de relogement prioritaire. Les dispositifs matériels émis par l’administration provoquent des affects qui entrent parfois en contradiction avec l’objectif recherché par les pouvoirs publics. À ce titre, les arrêtés de périls établis par la municipalité illustrent les décalages entre la production et la réception d’un document. En dépit de la construction pléthorique de logements, l’État ne dispose plus des moyens d’assumer sa fonction de pourvoyeur et tente, par le biais d’arrêtés de péril de se dégager de sa responsabilité en incitant les habitants à quitter les lieux. Cependant, en certifiant la gravité du danger, ces documents représentent pour les requérants une reconnaissance officielle de leur statut d’ayant-droit par l’administration. Aussi, loin d’engendrer la recherche d’une nouvelle habitation, l’émission de ces arrêtés suscite souvent l’espoir d’une prise en charge imminente par l’État.

  • 12 . Entretien avec H., service technique de la ville d’Oran, avril 2018.

15Ces représentations croisées mettent en regard la complexité des rapports gouvernants-gouvernés qui se nouent autour de ces différents dispositifs matériels. Pour les requérants, l’accumulation de papiers participe à la construction du bien-fondé de leur demande et à leur maintien dans les rouages d’un système de distribution de ressources matérielles rares. Aussi, ces matérialités traduisent une tentative de protection à l’encontre d’un arbitraire latent qui infuse l’ensemble de leurs démarches. L’attachement aux papiers renvoie donc à une tentative d’apprivoiser l’incertitude de la distribution clientélaire au sein de l’État, qui demeure, dans ce contexte de dépendance, la seule manière de garantir l’accès à un logement décent. Pour les représentants politiques et administratifs, davantage qu’une reconnaissance de statut permettant d’affirmer des droits, la production de papiers se présente comme un mécanisme de régulation de la demande sociale de droit au logement. Comme le souligne un haut-responsable du service technique de la ville d’Oran : « Il n’y a aucune suite. Nous, on calme les gens avec un rapport et c’est tout »12. La paperasse, en mobilisant l’écrit comme dispositif technologique, permet de mettre à distance le ressentiment et agit comme médiateur entre les institutions et les citoyens. La distribution de pré-affectations de logements sociaux, signés par le sous-préfet et présentés comme une garantie d’allocation de logements, illustrent simultanément la temporisation des demandes et l’ambivalence dans laquelle se situent les requérants. Ces récépissés provoquent de l’inquiétude et de l’envie auprès de ceux qui en sont dépourvus, autant que du scepticisme quant à la capacité à opposer leur « droit au logement » avec ce support en cas de litige avec l’administration (Bazin, 2013). Ce mécanisme de régulation, dans lequel s’insèrent les rapports d’incidents, les rapports d’expertise, les recensements, les procès-verbaux, les systèmes de couleurs et de points, façonnent l’illusion d’une rationalité bureaucratique dans la distribution des ressources de l’État. En suggérant l’établissement d’un ordre et la mise en objet d’une reconnaissance par l’État, ces dispositifs produisent pour un certain temps un effet d’apaisement. Ainsi, servent-ils surtout à désamorcer le conflit par deux biais : d’abord, par la production de papiers dont la valeur n’est pas garantie et, ensuite, par le rééchelonnement des revendications d’accès au logement (Meddeb, 2015).

Faire exister un ordre moral par le papier

  • 13 . Entretien avec Mohammed, Oran, mars 2017.
  • 14 . Entretien avec Shahrazade, Oran, août 2018.

16Pour espérer obtenir un logement décent, les demandeurs de logements sociaux sont ainsi amenés à investir ces relations de pouvoir malgré la forte incertitude sur l’issue de leur démarche. Or, si ces papiers n’ont pas force de droit, ils s’insèrent néanmoins dans des rouages de contestation où ils sont employés comme supports à des prises de paroles critiques. Loin d’être dupes quant à ces dispositifs de domination, des requérants de logements sociaux soulignent que les papiers : « c’est comme des médicaments. On nous donne des tranquillisants. C’est pour calmer les gens, c’est tout »13. Ils s’indignent également de leur « inutilité » au profit des arrangements personnalisés : « ici un papier ne vaut strictement rien, tout ce qui compte c’est le téléphone »14. L’absence de reconnaissance de ces papiers par les agents de l’État produit des tensions quotidiennes dans les rapports d’interface entre gouvernants et gouvernés, comme l’illustre cette scène observée dans une mairie à Oran :

  • 15 . Observation à un guichet d’état civil, Oran, mars 2017.

Une femme dans la cinquantaine, visiblement excédée, hausse la voix et lance à l’agente : « Mais c’est votre papier ça, c’est vous qui me l’avez donné ! Vous ne reconnaissez même pas vos papiers. Ça ne vaut rien pour vous ? Vos propres papiers n’ont pas de valeur à vos yeux ? ». À la réponse inaudible de l’agente, la requérante rétorque : « C’est facile de dire que l’on ne comprend rien. C’est toujours la même chose... ». Elle fait quelques pas, se retourne et lance : « Et pour tuer un chien, vous n’avez qu’à dire qu’il a la rage ! ». Elle s’en va en colère15.

17Bien que la capacité de ces papiers à faire infléchir les autorités publiques soit incertaine, les familles requérantes les archivent minutieusement. L’accumulation de papiers aux instances d’attribution variée concourt à affirmer un statut d’ayant-droit face à une administration qualifiée de défaillante. Les requérants effectuent des procès en responsabilité des pouvoirs publics au cours desquels ils emploient ces dispositifs matériels comme des « preuves ». À l’occasion des interactions entre gouvernants-gouvernés, les récépissés des demandes de logements sociaux sont fréquemment brandis pour témoigner des fausses promesses de l’administration. En retraçant l’antériorité de la demande, les récépissés permettent de « faire mémoire » et s’inscrivent dans le champ d’une économie morale (Thompson, 1971) où ils attestent l’injustice dont les requérants s’estiment être l’objet. Les supports documentaires contribuent ainsi à produire des ordres moraux et à soutenir des formes de jugements et d’expressions critiques au cours d’interactions avec des responsables administratif et politique (Boltanski et Thévenot, 1991). En mettant en l’avant l’écart entre les critères de qualification des ayant-droits et leur situation actuelle, les requérants produisent un discours de justice qui appelle les autorités à s’acquitter de leurs obligations de redistribution en convoquant des registres moraux.

Les écriteaux et adresses publiques : supports de subjectivités morales et politiques

  • 16 . Observations à Oran entre mars 2018 et avril 2019. Traduction de l’arabe littéraire (‘â’ila fi kh (...)

18La compréhension des logiques équivoques de contestation nécessite d’interroger un autre type de support qui donne corps à la demande de logement : les écriteaux et graffitis. Dans les quartiers paupérisés du centre-ville d’Oran, les inscriptions sur des banderoles et des murs sont un mode routinier d’expression de l’indignation et du dissentiment à l’égard du mal-logement. Pour atomisées qu’elles soient, la plupart des inscriptions se cristallisent autour d’un mot d’ordre commun : « famille en danger »16. Les inscriptions sur les façades des immeubles renvoient aux logiques équivoques de participation ; en se manifestant par le biais de ces supports, les requérants traduisent des demandes d’inclusion dans les canaux de distribution des ressources publiques qui articulent des prises de paroles critiques plus ou moins larvées.

  • 17 . À l’instar des émeutes, des sit-in devant les immeubles menaçant ruine et des manifestations deva (...)

19Ces adresses directes énoncent ainsi au moins deux sens. D’abord, elles doivent être entendues en tant qu’« arts de faire ». Par le biais de ces inscriptions, les demandeurs de logements sociaux interpellent directement les responsables politiques locaux, au premier titre desquels le Wali. En interpellant directement les responsables politiques, les requérants cherchent à contourner les contraintes d’un ordre bureaucratique qui les exclut. Par ailleurs, ils construisent un discours public par les inscriptions sur les façades qui transpose des émotions et des revendications en des termes recevables. Le recours au slogan « famille en danger » fournit un exemple saillant de l’usage de ce dispositif. La référence à l’entité familiale témoigne d’un côté, de la prééminence des liens de parenté dans les stratégies d’accès aux logements sociaux et, de l’autre, de sa situation en tant qu’instance légitimement dévolutaire de droits. De surcroît, portée à la faveur de l’entité familiale, ce lexique atteste d’une individualisation des demandes qui renvoie aussi à des contraintes inhérentes à la revendication de droits collectifs en situation autoritaire. La matérialisation de la demande sociale de logement permet ainsi de faire exister les requérants dans l’espace urbain sans subir la répression et, en cela, contraste avec les actions collectives sporadiques relatives à l’accès au logement17. Le répertoire du danger permet aux requérants de s’inscrire dans une grammaire de justification qui reflète l’adoption des mots d’ordre des programmes de résorption de l’habitat précaire. Dans cette optique, la revendication de droit au logement par ces dispositifs de sensibilisation renvoie à un rapport à l’État qui relève souvent moins de l’expression de « résistances » envers l’autorité que de demandes à destination des pouvoirs publics pour qu’ils exercent leurs responsabilités. Elles traduisent ainsi une demande sociale matérialisée qui s’inscrit pleinement dans les mécanismes du « clientélisme d’État ».

  • 18 . Observation mars 2018. Traduction personnelle depuis l’arabe littéraire (ayna al-wu‘ûd ? nahnu fi (...)
  • 19 . Observation Alger, juillet 2019. Traduction personnelle depuis l’arabe littéraire.
  • 20 . Il est difficile de produire une typologie permettant de faire ressortir ce qui distingue les bén (...)

20Ensuite, ces adresses directes témoignent aussi de dénonciations de pratiques de pouvoir jugés indignes. À cet égard, le répertoire du danger ne saurait être réduit au processus de construction du statut d’ayant-droit : la récurrence de ce lexique est aussi à comprendre comme la transcription d’expériences subjectives en préoccupations morales et politiques. Écrite en rouge sur un mur blanc à l’entrée du quartier Sidi el-Houari, l’inscription « Où sont les promesses ? Nous sommes en danger. Où est notre droit au logement ? Où sont les responsables ? Les menteurs ! »18 illustre ces pratiques de dénonciation. Elle met en évidence l’indignation suscitée par la mise en cause d’un contrat social tacite et un devoir de responsabilité des autorités vis-à-vis des administrés. En s’inscrivant dans des imaginaires et des pratiques du pouvoir autour desquels se nouent des sentiments d’injustice, ces adresses formulent des attentes envers les autorités publiques – telles qu’être écouté et reçu – de même que des devoirs – tels qu’être redevables devant les administrés (Thireau, 2014). Les expériences quotidiennes du danger et de l’incertitude sont exprimées en termes politiques à travers la dénonciation du « mépris » (hogra) de l’État à leur égard. Une banderole installée à proximité d’un immeuble dont l’effondrement a provoqué la mort de cinq personnes illustre la mise en accusation des responsables politiques par un collectif de voisinage : « Les responsables volent, pillent et la population de la Casbah meurt. 11 familles risquent la mort et les autorités locales s’en moquent. Les autorités attendent notre mort pour célébrer nos funérailles. Message au Wali.19 » Les supports matériels de l’indignation, en mobilisant des registres qui renvoient à la mort, contestent plus largement des modes de gouvernement. Aux distinctions formelles, qui hiérarchisent, mesurent et apprécient le danger répond, au final, une procédure incertaine où la distinction entre bénéficiaires et non-bénéficiaires est parfois laissée au hasard.20 La partition entre les « élus » des politiques de logements sociaux et les requérants maintenus en marge de la distribution de ces ressources clientélaires s’apparente plutôt à « un pouvoir de faire vivre ou de rejeter dans la mort » (Foucault, 1976, p. 271). Ainsi, l’État, en contrôlant l’accès aux sources de subsistance et aux opportunités d’accumulation, formalise des exclusions et des ordres sociaux inégaux par un accès différentiel aux logements sociaux.

21Par le recours à des pratiques incrémentales et des supports documentaires, les demandeurs de logements sociaux s’inscrivent dans un processus de fabrication du statut d’ayant-droit. En exprimant des demandes de reconnaissance de droits, ces pratiques participent également à la constitution de l’État en invoquant l’exercice de son autorité (Lund, 2017) et concourent, en retour, à la construction d’un public qui s’efforce de s’insérer dans le cadre de sa juridiction, contribuant ainsi à sa légitimation. Les requérants de logements sociaux, par la réappropriation des contraintes et du discours imposés (Vairel et Zaki, 2011), participent in fine à l’exercice ambivalent de la domination en situation autoritaire. Les supports matériels mobilisés par les requérants mettent néanmoins en exergue des formes de protestation larvée qui charrient des attentes normatives et des remises en cause de la légitimité des autorités publiques. L’affirmation et la revendication de droits de citoyenneté par le biais de supports matériels participent ainsi de processus de subjectivation qui articulent une gamme de rapports au politique.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai Arjun, 1986, The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Awenengo Dalberto Séverine et Banégas Richard, 2018, « Citoyens de papier : des écritures bureaucratiques de soi en Afrique », Genèses, vol. 112, n° 3, p. 3-11.

Bayat Asef, 2010, Life As Politics, How Ordinary People Change the Middle East, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Bazin Laurent, 2013, « L’État endetté en Algérie : demande d’État, conflits sociaux et ressorts imaginaires du pouvoir », in Hours Bernard et Ould-Ahmed Pepita, Dette de qui, dette de quoi ? Une économie anthropologique de la dette, Paris, L’Hamattan, p. 171-200.

Blundo Giorgio (dir.), 2000, Monnayer les pouvoirs. Espaces, mécanismes et représentations de la corruption, Paris, PUF.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

De Certeau Michel, 1980, L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 1976, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard. 

Kopytoff Igor, 1986, « The cultural biography of things: commoditization as process », in Appadurai, Arjun. The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2014, « La manne, les normes et les soupçons. Les contradictions de l’aide vue d’en bas », Revue Tiers Monde, vol. 219, n° 3, p. 197-215.

Lund Christian et Eilenberg Michael (dir.), 2017, Rule and Rupture: State Formation through the Production of Property and Citizenship, Oxford, Wiley Blackwell.

Navaro-Yashin Yael, 2007, « Make-believe papers, legal forms and the counterfeit: Affective interactions between documents and people in Britain and Cyprus », Anthropological Theory, vol. 7, n°1, p. 79–98.

Meddeb Hamza, 2011, « L’ambivalence de la « course à “el khobza” ». Obéir et se révolter en Tunisie », Politique africaine, vol. 121, n° 1, p. 35-51.

Meddeb Hamza, 2015, « L’attente comme mode de gouvernement en Tunisie », in Bono Irène, Hibou Béatrice, Meddeb Hamza et Tozy Mohamed, L’État d’injustice au Maghreb, Paris, Karthala, p. 345-377.

Pommerolle Marie-Emmanuelle et Vairel Frédéric, 2009, « S’engager en situation de contrainte », Genèses, vol. 77, n° 4, p. 2-6.

Safar-Zitoun Madani, 2012, « État Providence et politique du logement en Algérie. Le poids encombrant de la gestion politique des rentes urbaines », Revue Tiers Monde, vol. 210, n°. 2, p. 89-106.

Souami Taoufik, 2017, « Aménager et gouverner Alger », in Lorrain Dominique (éd.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Paris, Presses de Sciences Po, p. 151-206.

Thireau Isabelle, 2014, « Contesting illegitimate situations, reassessing shared norms in contemporary China », Revue européenne des sciences sociales, vol. 52, n° 2, p. 133-159.

Thompson Edward P., 1971. « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past & Present, n° 50. p. 76-136

Vairel Frédéric et Zaki Lamia, 2011, « Politisation sous contrainte et politisation de la contrainte : outsiders politiques et outsiders de la ville au Maroc », Critique internationale, vol. 50, n°. 1, p. 91-108.

Warnier Jean-Pierre, 2004, « Pour une praxéologie de la subjectivation politique », in Bayart Jean-François et Warnier Jean-Pierre (éd.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, Éditions Karthala, p. 7-31.

Haut de page

Notes

1 . Inscription en français.

2 . Pour un compte rendu des relations entre les politiques de logements, la question sociale et le rôle de l’État en Algérie, voir Safar-Zitoun, 2012.

3 . Par « bien public » j’entends : « tout bien ou service public ou collectif faisant dans un contexte donné l’objet d’un large consensus sur son caractère d’intérêt général » (Olivier de Sardan, 2014).

4 . Selon le ministère de l’Habitat 3,6 millions de logements auraient été construits entre 1999 et 2018, dont 30 % destinés aux groupes sociaux les « plus paupérisés ».

5 . Le matériau principal de cet article est issu d’observations et d’entretiens réalisés auprès de familles résidant dans des habitations précaires, de responsables politiques et d’agents administratifs insérés dans les rouages de la distribution de logements sociaux.

6 . Soit d’un montant inférieur ou avoisinant le salaire minimum fixé à 18 000 dinars.

7 . Article 36 du Décret exécutif n° 08-142 du 5 Joumada El Oula 1429/11 mai 2008 fixant les règles d’attribution du logement public locatif.

8 . Les « empiètements silencieux » sont entendus comme des « actions directes non collectives, mais prolongées, d’individus et de familles dispersés afin d’acquérir les nécessités de base de leur vie […] de manière illégale et discrète » (Bayat, 2010).

9 . Entretien avec Farouk, Alger, août 2019.

10 . Les commissions d’attribution de logements siègent dans chaque daïra et sont composée : du chef de daïra, des présidents des assemblées populaires communales, du représentant du directeur de wilaya chargé du logement, du représentant du directeur de wilaya chargé des affaires sociales, du représentant de l’office de promotion et de gestion immobilière (O.P.G.I.), du représentant de la caisse nationale du logement (C.N.L), du représentant de l’organisation nationale des moudjahidine. Cette commission est fréquemment assistée par des responsables du service technique de la commune. De plus, si le chef de daïra est tenu de présider ces commissions, en pratique, c’est souvent au Wali que revient ce rôle. Bien que l’appréciation des demandes des requérantes fasse l’objet d’une consultation, la décision finale semble, au regard des entretiens effectués, revenir in fine au Wali.

11 . Nommément, le Front de Libération Nationale (FLN) et le Rassemblement National Démocratique (RND).

12 . Entretien avec H., service technique de la ville d’Oran, avril 2018.

13 . Entretien avec Mohammed, Oran, mars 2017.

14 . Entretien avec Shahrazade, Oran, août 2018.

15 . Observation à un guichet d’état civil, Oran, mars 2017.

16 . Observations à Oran entre mars 2018 et avril 2019. Traduction de l’arabe littéraire (‘â’ila fi khatar).

17 . À l’instar des émeutes, des sit-in devant les immeubles menaçant ruine et des manifestations devant les administrations pour contester les listes des bénéficiaires de logement ou pour réclamer leur prise en charge par les autorités publiques.

18 . Observation mars 2018. Traduction personnelle depuis l’arabe littéraire (ayna al-wu‘ûd ? nahnu fi khatar. ayna haqqunâ fi al-sakan ? ayna al-mas’ûlîn ? al-kâdhiba !).

19 . Observation Alger, juillet 2019. Traduction personnelle depuis l’arabe littéraire.

20 . Il est difficile de produire une typologie permettant de faire ressortir ce qui distingue les bénéficiaires des non-bénéficiaires. Dans certaines Wilayas, leur sélection s’est parfois effectuée par des tirages au sort.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Dufresne Aubertin, « « Famille en danger » : matérialités et fabrique des ayants-droit aux logements sociaux en Algérie  », L’Année du Maghreb, 23 | 2020, 121-134.

Référence électronique

Laurence Dufresne Aubertin, « « Famille en danger » : matérialités et fabrique des ayants-droit aux logements sociaux en Algérie  », L’Année du Maghreb [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/6968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.6968

Haut de page

Auteur

Laurence Dufresne Aubertin

Aix-Marseille Université, Cherpa / Iremam.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search