Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Partie I : Décoloniser et indisci...Introduction. Décoloniser et indi...

Partie I : Décoloniser et indiscipliner les savoirs

Introduction. Décoloniser et indiscipliner les savoirs

Camille Noûs et Comité de rédaction

Texte intégral

  • 1 Déclaration sur Europe 1, jeudi 22 octobre 2020.
  • 2 “Une centaine d’universitaires alertent : sur l’islamisme, ce qui nous menace, c’est la persistance (...)
  • 3 Ce communiqué des députés Les Républicains Julien Aubert (Vaucluse) et Damien Abad (Ain), daté du 2 (...)

1L’actualité française, en cette année universitaire 2020-2021 vient rappeler combien la liberté de la pensée peut être facilement menacée. Les accusations proférées par le ministre de l’Éducation nationale et de la Recherche (« ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages à l’université »1), ont été relayées par une pétition publiée dans Le Monde où une centaine d’universitaires et chercheurs ont affirmé s’accorder « avec ce constat de Jean-Michel Blanquer »2, avant que deux députés n’annoncent bientôt par communiqué de presse avoir demandé la création d’une mission d’information parlementaire sur les « dérives intellectuelles idéologiques dans les milieux universitaires »3. Pêle-mêle, sont visés « décolonialisme » et « intersectionnalité », tandis que fusent les accusations de « séparatisme », voire d’antisémitisme. L’islam est désigné comme un danger, en réactivant des schémas hérités de la période coloniale, ceux qui l’étudient avec attention étant soupçonnés de sympathie coupable.

2La perspective de dégager les savoirs de la gangue coloniale, le combat pour cette « zone à défendre » épistémologique, n’a cessé d’être à l’horizon des luttes menées par la revue. Il faut entendre par ici la volonté d’interroger les présupposés qui, au-delà de la période coloniale, ont pu continuer à conditionner le regard et les catégories d’analyse. Les auspices sous lesquels s’est placé l’Annuaire de l’Afrique du Nord – né en 1962, année de l’indépendance de l’Algérie, avec la volonté explicite d’accompagner le destin postcolonial des nations maghrébines – ne pouvaient suffire à lui assurer une victoire définitive. Il y a vingt ans, Alain Roussillon (1998) avertissait des dangers de déroute que pouvait, si l’on n’y prenait garde, faire courir « l'évolution de la conjoncture régionale et internationale »4. Scrutant les processus de « routinisation du travail de deuil de la colonisation », à travers un retour réflexif sur l’évolution de la revue, il identifiait deux fronts où il nous appelait à exercer notre vigilance.

3Il fallait lutter contre le risque d’une essentialisation de l’islam, que guettaient un penchant culturaliste (l’islam devenant le principe explicatif et homogénéisant des sociétés s’y référant) et le renoncement à historiciser les processus d’affirmation de l’islam politique, ce qui signifiait ni plus ni moins un retour à l’orientalisme. Décoloniser et indiscipliner les savoirs sur le Maghreb supposait donc de résister à la tentation de subsumer la recherche sous des représentations essentialisantes – souvent occidentales. Cela nécessitait aussi de chercher à croiser les regards et les outils et de diversifier les objets de recherche. Sossie Andezian (1993) l’avait bien démontré quelques années plus tôt. En livrant, en pleine décennie noire, un panorama très complet de la recherche régionale et internationale sur le fait religieux en Algérie, elle rappelait expressément que, sans former un champ solidement constitué, le fait religieux n’était pas un objet hors de l’histoire du social et du politique et ne pouvait non plus être abordé uniquement sous l’angle du danger politique, comme le contexte l’y poussait alors et porte encore aujourd’hui certains à le croire.

4Le second écueil identifié par Alain Roussillon était celui d’une naturalisation de l’espace maghrébin, qui comporte un risque de dilution ou celui d’un pur et simple retour au décalque colonial. Ce diagnostic confirmait les avertissements formulés une décennie plus tôt par Abdou Filali-Ansari (1990), prodigués en s’appuyant sur une étude quantitative de la production en sciences sociales sur le Maghreb. Le travail de ce dernier montrait que celle-ci était déchirée entre deux champs correspondant aux médiums linguistiques, arabe ou français, qui les inscrivaient dans des espaces de diffusion distincts. Dans un cas, le Maghreb était taillé aux mesures du monde arabe au point d’y disparaître, dans l’autre cas, il ne faisait que recouvrir “une catégorie de la pensée française”, "indissociable des enjeux, voire des fantasmes de la société française”, emprisonnant la recherche dans l’actualité journalistique du danger islamiste.

  • 4 Said Edward W., 1978.

5La revue a invité à combattre les processus de naturalisation des cadres d’analyse, mais aussi à procéder à des retours critiques sur le savoir colonial. Contrer les idéologies qui pouvaient en découler supposait d’en historiser les formulations pour en évaluer les héritages et jauger la teneur des représentations actuelles du passé. Que Jean-Claude Vatin (1977) ait accordé un long compte-rendu au Mal de voir qui, deux ans avant l'œuvre maîtresse d’Edward Said, Orientalism4, entendait déciller les approches de cette bibliothèque encombrante mais incontournable, participait de la volonté de dessiner les chemins d’une recherche émancipée7. Ce travail au long cours a été remis sur l’atelier à la faveur du décryptage plus récent des politiques de patrimonialisation porté par Clémentine Gutron et Ahmed Skounti (2018). Ainsi que ces derniers en rendent compte, analyser les multiples façons de patrimonialiser au Maghreb fait retour tant sur les pratiques professionnelles et institutionnelles que sur les appropriations successives individuelles et collectives, concurrentes et contradictoires parfois, des traces du temps.

6Le parcours, ici trop brièvement retracé, des interrogations posées par les contributeurs de la revue montre à quel point c’est dans le temps long de la recherche, dans le recueil patient d’articles et dans l’imprévisibilité des coopérations, de l’actualité et des croisements que se noue la profondeur analytique. À l’origine surtout entrepris comme un outil de travail mettant à disposition des matériaux analytiques et documentaires, l’Annuaire de l’Afrique du Nord puis L’Année du Maghreb n’ont cessé de se redéfinir par l’ouverture à de nouveaux thèmes et de nouvelles disciplines – quitte à payer le prix du tâtonnement, du manque de cohérence et, au moins un temps, des retards de publication. D’outil d’analyse du présent, la revue est devenue aussi un formidable témoin des différents rythmes d’évolution de la recherche. À l’heure où dominent les injonctions aux résultats rapides et circonscrits (et en quelque sorte préposés, si on se réfère aux projets pré-formatés tels que ceux définis par l’ANR ou l'ERC), à l’heure aussi où certains responsables de la recherche prétendent s’appuyer sur une logique « darwinienne » et « inégalitaire », au moment enfin où une partie de l’évaluation de la recherche se fait selon les canons de grands classements mondiaux tels que celui de Shanghai, il n’est pas anodin de relever combien la recherche, dans ses apports les plus fondamentaux, nécessite le temps long, l’imprévisibilité, le hasard des rencontres et la stabilité des chercheur.e.s. Les évolutions en cours, notamment celles contenues dans la nouvelle Loi de programmation de la recherche, qui conjuguent le triple défaut de précariser toujours plus les postes, d’accentuer la logique de commande – par l’État ou les entreprises – et de caporaliser les hiérarchies institutionnelles, représentent aujourd’hui un risque majeur. Issues d’une logique managériale directement inspirée du monde de l’entreprise, élaborée en grande partie contre l’avis de la majorité des chercheurs, ces évolutions travaillent à imposer une redéfinition des cadres professionnels dont plusieurs précédents, dans d’autres pays, ont montré la nocivité. La pression est d’autant plus importante que la multiplication des appels à policer la recherche – souvent faits par ceux qui n’en font pas, ou n’en font plus – imposent la nervosité saccadée de débats et d’effets de manche peu compatibles avec la patiente rigueur nécessaire à l’élaboration d’analyses étayées.

7Conjurer ces dangers et mesurer ce qui arrive suppose aussi de se tourner vers les apports des travaux passés. Rachid Bellil, en 1985, pointait « la domestication du savoir sur la société » en Algérie, dénonçant non seulement les effets du contrôle du politique sur la sociologie mais aussi les effets pervers d’une intériorisation de cette censure par les sociologues eux-mêmes, qui les auraient conduits à se cantonner à une position de « relais de l'idéologie et de la politique du Parti [et qui] deviennent des cadres organiquement liés aux appareils du pouvoir ». Alain Roussillon (1998) et Sossie Andezian (1993) ont également fait voir le danger de vouloir se conformer à certains débats imposés, qu’il s’agisse d’un supposé « choc des civilisations » ou de la dimension intrinsèquement « islamique » de certaines violences. Au moment où le jeu des étiquettes et des formules toutes faites occultent le travail réel des chercheuses et chercheurs, il n’est pas inutile de rappeler combien tout retour critique demande de la nuance et une capacité d’auto-analyse. Décoloniser et indiscipliner restent aujourd’hui des actes aussi nécessaires que fragiles.

Haut de page

Bibliographie

Andézian Sossie, 1993, « Sciences sociales et religion en Algérie : la production contemporaine depuis l'indépendance », Annuaire de l'Afrique du Nord, 1993, p. 381-395, (http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1993/Pages/AAN-1993-32_50.aspx).

Bellil Rachid, 1985, « La domestication du savoir sur la société. Remarques sur la sociologie en Algérie », Annuaire de l'Afrique du Nord, 1985, p. 505-532 (http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1985/Pages/AAN-1985-24_02.aspx)

Filali-Ansari Abdou, 1990, « L'idée du Maghreb à travers les sciences sociales », Annuaire de l’Afrique du Nord, p. 185-190 ( http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1990/Pages/AAN-1990-29_25.aspx)

Gutron Clémentine et Skounti Ahmed, 2018, « Dossier Patrimonialiser au Maghreb : Introduction », L’Année du Maghreb, 19, p. 11-18 (https://journals.openedition.org/anneemaghreb/3877#quotation).

Roussillon Alain, 1998, « L'Annuaire de l'Afrique du Nord à travers les âges. Des indépendances à la globalisation : routinisation du travail de deuil de la colonisation », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1998, p. 529-538 (http://aan.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/AAN-1998-37_01.pdf).

Said Edward W., 1978, Orientalism, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Vatin Jean-Claude, 1977) « Défense (et illustration) de l'anthropologie », Annuaire de l'Afrique du Nord, p. 965-1014 (http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1976/Pages/AAN-1976-15_26.aspx).

Haut de page

Notes

1 Déclaration sur Europe 1, jeudi 22 octobre 2020.

2 “Une centaine d’universitaires alertent : sur l’islamisme, ce qui nous menace, c’est la persistance du déni”, Le Monde, 31 octobre 2020.

3 Ce communiqué des députés Les Républicains Julien Aubert (Vaucluse) et Damien Abad (Ain), daté du 25 novembre 2020, a été diffusé sur Twitter (https://twitter.com/JulienAubert84/status/1331588699264479233/photo/1) et relayé par la presse.

4 Said Edward W., 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Noûs et Comité de rédaction, « Introduction. Décoloniser et indiscipliner les savoirs », L’Année du Maghreb [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 04 février 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/7305 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.7305

Haut de page

Auteurs

Camille Noûs

Articles du même auteur

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search