Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Partie II : Une revue au travailIntroduction. Une revue au travail

Partie II : Une revue au travail

Introduction. Une revue au travail

Camille Noûs et Comité de rédaction

Texte intégral

1En luttes, un enjeu de ce numéro spécial est de rendre visibles, de témoigner et de questionner les conditions d’exercice des métiers de l’édition scientifique en sciences sociales. Notre revue est, depuis 2015, dirigée par une association de droit privé, la Rédaction de L’Année du Maghreb (RAM), « un levier nécessaire à assurer son autonomie par la pluralité et la souplesse de son financement, dans un esprit de mutualisation des moyens » (Abecassis, 2016, p. 4). Elle reste néanmoins hébergée par l’IREMAM, une unité de recherche publique, dont elle a épousé étroitement l’histoire.

2L’IREMAM met à sa disposition une ingénieure d’étude du CNRS, spécialisée en édition et métiers des livres. Elle assure la fonction essentielle de secrétariat éditorial, parallèlement à d’autres activités d’éditions conduites dans l’unité. Son travail s’exerce en coulisses. Comme pour l’essentiel des autres revues en luttes, le reste des activités conduisant chaque année à la publication de deux numéros de L’Année du Maghreb (L’AdM) est conduit par des chercheur.e.s et enseignant.e.s chercheur.e.s. Ils.Elles n’ont quasiment jamais été formé.e.s à l’édition, sinon sur le tas, et précisément dans le cadre de cette revue. Cela comprend bien sûr l’élaboration d’une ligne éditoriale, la réalisation d’enquêtes, la rédaction d’articles, la coordination de dossiers ou de rubriques, les lectures critiques d’ouvrages, la traduction de textes, les collectes d’information et rédactions des fameuses chroniques annuelles par pays qui font, ensemble, la chair de notre revue. Mais cela inclut également des activités de correspondances, d’évaluations des articles, de leur relecture formelle, y compris typographique. Au quotidien, l’équipe de rédaction s’est confrontée aux enjeux des mutations techniques de l’édition, au passage au numérique, aux questions concrètes et aux modèles économiques que cela sous-tend. Elle assure également les activités de valorisation de la revue. Elle s’inquiète du renouvellement non seulement de ses compétences face aux transformations des besoins mais plus prosaïquement d’une défection des vocations : non pas à contribuer aux dossiers ni même à prendre part au comité de rédaction, mais à prendre la responsabilité de la rédaction elle-même. L’entreprise est chronophage, fatigante, peu valorisée. Pour certain.e.s, titulaires de la fonction publique française, cet investissement s’inscrit dans le cadre de leurs activités professionnelles : ils perçoivent un salaire pour leurs activités d’enseignement et de recherche. Ils peuvent en faire état dans leurs rapports d’activité annuel, quand bien même la place dédiée à cela est minime. Pour les autres, doctorant.e.s et post-doctorant.e.s notamment, la rétribution de leur engagement tient davantage de l’économie de la promesse (d’un emploi, d’une reconnaissance, de l’inscription dans un réseau de recherche). Quant à nos collègues étrangers, maghrébins et, jusqu’aux années 1990 anglosaxons, fortement représentés dans son comité de rédaction depuis la création de l’Annuaire de l’Afrique du Nord (AAN) en 1962, la contribution à la revue ne s’inscrit que dans des gratifications symboliques. Dans les mondes académiques maghrébins, plus sinistrés encore et plus ouverts à l’expertise marchande, la problématique de la rétribution matérielle de ces activités devient une question centrale. 

3De premiers ingénieurs avaient été recrutés par le CNRS au début des années 1960, pour assurer, en équipes de blouses blanches de travail et sous les combles de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, un précieux travail de documentation sur les sociétés maghrébines en pleines transformations publié dans l’Annuaire de l’Afrique du Nord. Ils ont connu de belles et prestigieuses carrières à l’université et dans des centres de recherche (Santucci, à paraître). Nos comparses aujourd’hui n’ont plus ni locaux ou matériel dédiés, ni escadre d’ingénieurs complémentaires et pérennes. Évolution technologique oblige, les cadres de nos activités se dématérialisent, mais ce n’est pas uniquement de cela dont il est question. Les carrières de l’édition dans les sciences humaines et sociales s’avèrent désormais moins porteuses dans notre revue. À l’occasion des 40 ans de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, en 2002, soit juste à la naissance de L’Année du Maghreb, de grands témoins faisaient déjà état des réductions drastiques de moyens dont ils et elles avaient été les sujets et observateurs. Il s’agit donc de questionner les conditions et les effets de la disqualification et de la précarisation de métiers des coulisses de la recherche et de l’enseignement public : déspécialisation des savoirs et des compétences, faibles formations spécifiques, rétributions plus symboliques que matérielles, réduction des moyens humains et matériels, recours au volontariat, inégalités profondes des statuts au sein de mêmes équipes.

4Si ces tendances sont pointées ailleurs1, L’Année du Maghreb s’avère en être un poste d’observation particulier : il en permet une mise en abymes des rapports de forces qui se jouent non seulement dans l’édition scientifique et le monde des sciences sociales mais dans nos sociétés contemporaines, dont le Maghreb peut faire figure d’avant-garde à bien des aspects. Les textes rassemblés dans cette partie illustrent cela. Ils proposent un récit dans le récit de nos luttes au travail. En effet, depuis la publication en 1964 du papier de Jeanne Favret intitulé « Le syndicat, les travailleurs et le pouvoir en Algérie », sélectionné dans ce dossier, l’AAN puis L’AdM ont été les supports d’analyses de sciences sociales sur les mutations des mondes du travail et sur les conflits majeurs qui se jouent en leur sein : les rapports de dominations qu’elles entretiennent, les protections ou au contraire des précarités qu’elles engendrent et finalement les dispositifs politiques sécuritaires, solidaires ou marchands qui leur sont dédiés. Relégués trop rapidement à des problématiques du XXe siècle, les luttes au travail et pour le travail sortent de l’entre-soi confiné de l’usine et s’avèrent toutes actuelles d’une part, toutes innervées de leurs contextes d’autre part. On y perçoit des rapports de genres inégaux et violents dont traite le texte de Fatima Mernissi (1980), « Le prolétariat féminin au Maroc » que nous avons également retenu pour cet opus particulier. On y constate l’usage récurrent de la force et de la répression comme dans les deux contributions sur le conflit dans le bassin minier de Gafsa de 2008 (Chouikha et Gobe, 2009 ; Chouikha et Geisser, 2010). On comprend également que les formes de révolte et de résistances sont multiples : sit-in, grèves, insurrections mais encore refus de jouer le jeu de la collectivisation des terres en Algérie, en Tunisie et au Maroc, ou de l’appareil production comme le décrit en Algérie Chantal Bernard (1982). Le constat n’est pas simplement maghrébin. Il est évidemment européen, mais encore africain, comme le souligne avec acuité Jean Copans (2014) dans Politique africaine, une cousine de L’Année du Maghreb. Chassées par la porte de l’illusion de miracles économiques et de l’hypothèse d’une extension inéluctable du salariat, les inégalités et les fragilités au travail et par le travail reviennent par la fenêtre des formes nouvelles et hétérogènes du précariat. Les textes qui suivent, rangés dans l’ordre chronologique, ne font pas le récit de privilèges qui s’effritent, en particulier dans la fonction publique. Ils rendent compte au contraire d’une continuité remarquable de luttes et de revendications pour un travail socialisé, protecteur, rémunérateur, stable et digne. Le drame qui se joue dans ces pages n’est pas celui d’une panne du salariat ou d’une inéluctable réduction de la fonction publique. C’est au contraire l’histoire d’une accumulation de luttes pour la reconnaissance de droits au travail, dont les épisodes les plus récents ne devraient pas masquer les précédents. Autrement dit, les droits au travail et du travail n’apparaissent ni stabilisés, ni pérennisés mais en constante tension. Ceci apparaît de façon plus flagrante encore si l’on ajoute aux papiers rassemblés les Chroniques politiques et les Chroniques Culturelles et sociales de l’AAN qui dessinent en filigrane un champ de bataille dans lequel les travailleuses et travailleurs s’avèrent rarement vainqueurs, souvent mis en concurrence par des droits fragmentés et négociés.

5Trois éléments pourraient être soulignés. D’une part, l’historicité des revendications salariales et des demandes de protections sociales apparaît donc avec force à la lecture des Chroniques années après années. Les questions de la cherté de la vie, de la crise du logement et de l’habitat (traité dans le dossier de l’AAN de 1986), du droit à la retraite et de l’emploi des jeunes (dossier de l’AAN en 1980), ou encore de l’accès à la santé et de la « misère des hôpitaux » (1980) font long feu. Notons par exemple que déjà en 1971, André Adam relève que « il y a maintenant des licenciés chômeurs » (Adam, 1971, p. 416) ; autrement dit, la cause des diplômés chômeurs n’est pas une invention toute récente liée à des revendications exorbitantes de la part d’une génération issue de la massification de l’enseignement supérieur et de l’adoption de politique de rigueur en matière de recrutement dans la fonction publique. Elle s’inscrit dans une histoire de projections et de mobilités sociales stoppées, vécues comme autant de processus de déclassements et de dépossessions.

6D’autre part, la lecture de ces textes rappelle que les réponses sécuritaires à ces revendications ont été prévalentes sur un quelconque pacte social. Les chroniques des années 1968, 1969, 1972 en Tunisie, 1975 au Maroc ou en Algérie, 1978 en Tunisie, 1979, 1981 au Maroc et en Tunisie, 1983-1984 au Maroc, 1987 en Tunisie, 1988 en Algérie, etc. font état de mouvements sociaux variés, dans les secteurs publics de l’éducation, des ports et des transports publics, des secteurs de l’extraction minière mais encore des industries privées. Elles relatent la criminalisation de ces « tensions sociales » et luttes autour du / ou pour le travail, décrites comme des « émeutes ». Leurs acteurs sont jugés, incarcérés ou différemment pénalisés.

7Enfin, ces articles décrivent un mouvement « darwiniste » qui s’accélère dans les années 1980 avec l’adoption des plans d’ajustements structurels et le « désengagement » économique des États (examinés dans le dossier de l’AAN de 1987), organisé autour d’une mise sous le projecteur des capacités des individus à s’insérer dans les marchés du travail (thématique du dossier de l’AAN en 1980), plutôt que d’une mise en question des conditions de l’emploi et de sa socialisation. Comme le relève Héla Yousfi (2017, p. 10), il « se fonde sur l’idée selon laquelle l’origine des problèmes du chômage résiderait dans un lieu autonome qui serait le “marché du travail” et que c’est en précarisant et dégradant la situation des “travailleurs” qu’on créera de l’emploi ».

8Au fond donc, les pages qui suivent placent les sociétés maghrébines en observatoires privilégiés des tensions qui nous mettent nous-mêmes en luttes :

9D’abord, ils décrivent des problématiques sociales le plus souvent invisibilisées. Y compris l’année des « 1001 émeutes » en Algérie (Bennadji, 2011). Il est d’ailleurs remarquable que si les Chroniques politiques et surtout culturelles et sociales de l’AAN ou les gros plans des Chroniques pays de L’AdM regorgent de documentations de grèves ou autres formes de protestations au travail, celles-ci ne sont que rarement traitées dans les dossiers et les articles d’analyse de l’AAN puis de L’AdM, malgré leur « tournant sociétal » c’est-à-dire l’attention accrue accordée progressivement aux mobilisations protestataires [voir infra, partie 5]. Un seul dossier thématique, dirigé par Noureddine Sraeïb en 1982, au moment des ajustements structurels, est consacré au mouvement ouvrier maghrébin. Les nombreux numéros consacrés aux oppositions, aux mouvements sociaux, aux soulèvements et révolutions plus récents n’évoquent la question du travail qu’indirectement, comme si elle était subalterne à d’autres problématiques plus centrales, plus politiques. Rien d’étonnant à cela, et plusieurs explications méritent l’attention dans le cadre d’une revue en luttes. L’apparent prosaïsme de ces mouvements de travailleurs et travailleuses les renvoie à la matérialité ou au particularisme de leurs revendications, souvent jugées plus basses ou moins politiques que d’autres causes. En miroir, ces sujets sont traités avant tout comme celui des « marges » auxquelles furent consacré un dossier de l’ANN en 1993, « Être marginal au Maghreb » (voir aussi Kahlaoui et Bogaert, 2019) ou de « l’infra-politique ». Leur construction oscille entre des postures de requalification sociale (et sociologique) ou leurs spécifications en actions « qui dérangent » (Colonna, 1993). Ainsi, les dossiers consacrés à des questions « sociales » consacrent davantage d’attention à des métiers – celui des prostituées (dossier « Sexe et sexualité » de L’AdM en 2010) ; celui des femmes (Mernissi, 1980) ou à des revendications de droits sociaux (notamment, dans des régions périphérisées en particulier dans les dossiers consacrés par L’AdM en 2015 aux « Villes et urbanités », puis aux « Décentralisations » en 2017-2018) que les dossiers consacrés aux luttes politiques. Enfin, cela est souligné dès 1974 par André Adam dans sa Chronique Culturelle et sociale, ces conflits sont souvent cachés, peu visibles, contenus dans l’usine ou les couloirs de bureaux et d’administrations diverses, traités dans des arènes professionnelles dans le meilleur des cas, moins spectaculaires en sommes que d’autres protestations.

10Ensuite, ils démontrent des tournants et des ruptures qui ne concernent pas seulement les marchés du travail et les modèles économiques de la production de denrées ou de savoirs, mais qui affectent la structure même des sociétés. Deux moments sont ainsi mis en parallèle de façon extrêmement convaincante par la lecture que propose Fanny Colonna de l’œuvre de Pierre Bourdieu, entamée au Maghreb : « Le spectre de la dépossession : du déracinement à la misère du monde » (Colonna, 2002). Tout en prenant distance par rapport à un modèle éclairant (la domination) mais occultant (les formes quotidiennes du faire avec), elle montre comment comprendre en parallèle ce qui s’est joué en termes de déracinement et de dépossession pour les paysans sans terre algériens et ce qui se joue en matière de grandes misères de situations dans la société française contemporaine. Autrement dit, c’est de l’effritement de propriétés sociales et de protections rapprochées dont il est question. Cette dégradation accompagne la transformation profonde et rapide des sociétés. À ce titre, nous pourrions poursuivre le propos esquissé par Houari Touati dans « La rue, le prolétaire et l’atelier dans l’Algérie d’aujourd'hui » retenu dans cet opus (Touati, 1982). Il prend à revers l’hypothèse préalable de René Gallissot considérant des mouvements ouvriers sans classes sociales au Maghreb. Ceci s’avère particulièrement documentés dans les mondes ruraux maghrébins où par exemple André Adam parle de « socialisation de la misère » au sujet des effets des politiques de collectivisation des terres en Tunisie, en 1970 de « fellah en situation de sous-développement » en Algérie et en 1971 de « soif de terre des paysans marocains » (Adam, 1969 ; 1970 ; 1971). En tout état de cause, la peur du déclassement et le sentiment d’injustices sociales et de classes est un serpent de mer, qui s’observe en particulier au moment des révoltes de « la faim » ou du « pain » en 1981 et 1984 au Maroc, en 1983 en Tunisie. Les conditions de vie et de position des universitaires et des « sans terre », « sans métiers », « déprivés », « déshérités » n’ont nulle commune mesure. Et pourtant, les pages consacrées dès 1962 aux systèmes d’enseignement au Maghreb ne peuvent que faire échos à la construction d’un registre partagé de la dépossession (Chroniques sociales et culturelles)

11Enfin, en effet, les articles que nous avons sélectionnés dans cette seconde partie de notre revue en lutte rendent compte de l’enchevêtrement des combats universitaires et d’autres combats politiques et sociaux. Ils débordent les seules revendications professionnelles ou sectorielles, ou plus exactement, ils en font des luttes proprement politiques. Elles articulent des questions matérielles à des revendications démocratiques et collectives. Comme le rappelle Jean Claude Santucci (à paraître), l’Annuaire de l’Afrique du Nord fut non seulement un lieu de production scientifique en sciences sociales sur le Maghreb, mais également une tribune pour les universitaires maghrébins entravés dans l’exercice de leur profession [voir à ce sujet partie V]. Autrement dit, la vocation d’une revue telle que L’Année du Maghreb est de contribuer ici et là-bas à entretenir les conditions d’exercice des métiers des sciences sociales. Les conditions d’expression et de liberté de pensées ; les conditions également de l’autonomie de la recherche qui s’avère fortement menacée, notamment par ce que Karim Ben Kahla (2002) appelle le « capitalisme académique » dans un texte que nous avons également retenu.

Haut de page

Bibliographie

Abécassis Frédéric, 2016, « Une communauté de chercheurs sur le Maghreb : à quel prix ? », L’Année du Maghreb, n°14, p. 3-5.

Adam André, 1969, « Chronique sociale et culturelle. Tunisie », Annuaire de l'Afrique du Nord, VIII, Paris, CNRS éditions, p. 485-496.

Adam André, 1970, « Chronique sociale et culturelle. Algérie », Annuaire de l'Afrique du Nord, IX, Paris, CNRS éditions, p. 349-365.

Adam André, 1971, « Chronique sociale et culturelle. Maroc », Annuaire de l'Afrique du Nord, X, Paris, CNRS éditions, p. 404-416.

Adam André, 1974, « Chronique sociale et culturelle. Algérie », Annuaire de l'Afrique du Nord, XIII, Paris, CNRS éditions, p 443-461.

Bennadji Chérif, 2011, « Algérie 2010 : l’année des mille et une émeutes », L’Année du Maghreb, VII, Paris, CNRS éditions, p. 263-269. 

Ben Kahla Karim, 2002, « L’université tunisienne face au dilemme universalité/mondialisation Réflexions sur la “fracture universitaire” et les modes de structuration de l’enseignement supérieur en Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, XL, Paris, CNRS éditions, p. 161-186.

Chouikha Larbi et Geisser Vincent, 2010, « Retour sur la révolte du bassin minier. Les cinq leçons politiques d’un conflit social inédit », L’Année du Maghreb, VI, Paris, CNRS éditions, p. 415-426.

Chouikha Larbi et Gobe Éric, 2009, « La Tunisie entre la « révolte du bassin minier de Gafsa » et l’échéance électorale de 2009 », L’Année du Maghreb, V, Paris, CNRS éditions, p. 387-420.

Colonna Fanny, 2002, « Le spectre de la dépossession : du déracinement à la misère du monde », Annuaire de l’Afrique du Nord, XL, Paris, CNRS éditions, p. 25-38.

Copans Jean, 2014, « Pourquoi travail et travailleurs africains ne sont plus à la mode en 2014 dans les sciences sociales. Retour sur l'actualité d'une problématique du xxe siècle », Politique africaine, vol. 133, n° 1, p. 25-43.

El Kahlaoui Soraya et Bogart Koenraad, 2019, « Politiser le regard sur les marges. Le cas du mouvement « sur la voie 96 » d’Imider », L’Année du Maghreb, 21, Paris, CNRS éditions, p. 181-191

Favret Jeanne, 1964, « Le syndicat, les travailleurs le pouvoir en Algérie », Annuaire de l’Afrique du Nord, III, Paris, CNRS éditions, p. 45-62.

Mernissi Fatima, 1980, « Le prolétariat féminin au Maroc », Annuaire de l’Afrique du Nord, XVIII, Paris, CNRS éditions, p. 345-356.

Santucci Jean-Claude, à paraître, « L’énigme du rapport entre sociologie et Méditerranée », un entretien de Kamel Chachoua et Constance De Gourcy, REMMM, Aix-en-Provence, éditions de l’AMU.

Sraieb Nourreddine, 1982, « À propos du mouvement ouvrier maghrébin », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXI, Paris, CNRS éditions, p. 3-13.

Yousfi Héla, 2017, « L’UGTT et l’UTICA : Entre conflit ouvert et union sacrée », L’Année du Maghreb, 16, Paris, CNRS éditions, p. 379-394.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Noûs et Comité de rédaction, « Introduction. Une revue au travail », L’Année du Maghreb [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/7311 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.7311

Haut de page

Auteurs

Camille Noûs

Articles du même auteur

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search