Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Partie III : Maghreb traversé : q...Introduction. Maghreb traversé

Partie III : Maghreb traversé : questionner les frontières

Introduction. Maghreb traversé

Camille Noûs et Comité de rédaction

Texte intégral

1L’Année du Maghreb (L’AdM) est une revue multidisciplinaire comme en témoignent d’une part la composition de son comité de rédaction ainsi que la variété des textes publiés issus des sciences politiques, de la géographie, de l’anthropologie, des sciences de la communication et de l’information, du droit, de l’archéologie ou encore de l’histoire – de l’époque médiévale au contemporain. Ouverte aux richesses que sous-tend le dialogue entre traditions disciplinaires différentes, L’AdM accueille d’autre part les propositions d’articles de chercheur.e.s ancré.e.s sur les deux rives de la Méditerranée, d’Algérie, de France, de Tunisie, du Maroc ou de Mauritanie. Ces rencontres nous enjoignent à nourrir une réflexion permanente sur les frontières, en publiant des travaux sur la région, comme aire culturelle, mais aussi sur les circulations, de personnes, de produits culturels, de marchandises, d’idées qui y circulent, qui traversent le Machrek vers le Maghreb ou qui s’exportent vers la France, et inversement. De traverses en traverses, d’échanges en échanges, la revue s’est attachée à proposer des articles qui offrent de dépasser les confins méridionaux et les limites orientales – comme en témoigne par exemple le dossier « Sahara en mouvement » (2011), ou encore le dossier « Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses » (2014). Ainsi, il est bien question pour nous tous et toutes de participer à une réflexion sur la place du Maghreb dans le monde mais aussi à la place du monde sur ce territoire. En somme, l’ambition de notre revue est d’offrir à partir d’études situées, une lecture bien plus vaste encore et tout aussi stimulante sur les enjeux politiques contemporains à l’échelle mondiale.

2Passer les frontières disciplinaires et géographiques marque l’identité de notre revue pensée, animée, fabriquée et diffusée avec cette volonté, ferme, de « déconfiner les approches, les esprits et les espaces » (Boissevain, Geisser, Lesourd, 2020). Ainsi, nos auteurs et autrices sont tous et toutes des « migrant.e.s », inscrit.e.s dans des mobilités spatiales et intellectuelles : Italiens exilés à Paris, Algérois établis à Marseille, Français vivant en Espagne, Lyonnais partis au Caire, Mauritanien installé en Lorraine, Aixois à Beyrouth… Formé.e.s en cabotant, de l’ENS à l’Institut français d’histoire et d’archéologie du Caire, de l’Université d’Alger à  l’African Studies Center de Leiden, de l’IRMC à Aix-Marseille Université, de l’Université de Nouakchott à l’Université de Metz,  de l’Université de Stanford à la NYU Abu Dhabi, nos parcours de chercheur.e.s se construisent et se nourrissent en circulant d’un pays à l’autre, d’un établissement universitaire à un autre. Plus encore, nos parcours de vie et nos itinéraires scientifiques sont marquées par des années d’aller-retour sur « le terrain » qu’il soit proche – dans notre propre ville, dans une région périphérique – ou dans un pays étranger car notre travail a pour matrice principale cette expérience empirique de l’enquête faite de rencontres, de recueil de données, de collecte d’archives ou récits de vie, de réalisation d’entretiens, de discussions informelles, d’observations, et de décentrements.

  • 1 https://www.cairn.info/revue-cahiers-d-etudes-africaines-2020-2-page-227.htm
  • 2 https://www.cairn.info/revue-cahiers-d-etudes-africaines-2020-2-page-227.htm

3Circuler est au cœur de notre métier. Or, faut-il le rappeler, nous ne sommes pas tous égaux au passage aux frontières. Pour preuve récente, la mise en œuvre par le gouvernement à la rentrée 2019 du programme « Bienvenue en France » dont l’objectif affiché est de renforcer l’attractivité de nos universités et d’accueillir plus d’étudiants étrangers, soit un demi-million d’étudiants en 2027… Comme le soulignent nos collègues en lutte des Cahiers d’Études Africaines1, dont nous nous faisons ici l’écho, cet « accueil » se paye lourdement pour les ressortissants non-européens : 2770 euros pour une inscription en licence et 3770 euros pour un doctorant contre 170 euros et 380 euros pour les étudiants et les doctorants issus de l’Union Européenne2! Or, qui sont les étudiants étrangers en France à l’heure actuelle ? 46% d’entre eux sont africains, essentiellement Algériens et Marocains en tête. « Bienvenue en France » constitue un frein à la formation et donc plus largement à la production de connaissances puisqu’il est une entrave posée à la circulation et aux échanges intellectuels, comme son nom ne l’indique pas. Dans cette même perspective de restrictions ciblées des déplacements, pour l’atelier d’écriture « Recherches en cours sur le Maghreb » que nous organisons à Aix-en-Provence à destination des doctorants et jeunes docteurs français et étrangers (Paris, Marseille, Lyon, Tunis, Alger, Casablanca, Oran : sans frais ! parce que c’est encore possible !), nous sommes confrontés aux politiques restrictives de délivrance des visas qui viennent aussi affecter nos colloques internationaux ou journées d’études puisqu’il est de plus en plus difficile d’accueillir nos collègues venu.es d’horizons universitaires différents.  Affirmer que la science a besoin d’altérité pour nourrir les débats n’a pourtant rien d’inédit ni de scandaleusement polémique.  

4« Dépasser les frontières », comme le prône le CNRS, c’est aller à l’encontre des entre-soi. Pour L’Année du Maghreb, cela signifie aussi d’ouvrir notre publication aux jeunes auteur.e.s « qui n’ont pas pignon sur rue ». Dans notre milieu, la notoriété des un.e.s – plus installé.e.s institutionnellement et épistémologiquement – obombre parfois les recherches plus récentes des autres, ceux et celles qui rédigent leur thèse, ceux et celles qui viennent de soutenir leur doctorat, ceux et celles qui, entre deux contrats précaires, travaillent d’arrache-pied pour obtenir  un des trop rares postes ouverts au concours[6]. Or, pour ces jeunes auteur.e.s, être publié.e.s constitue un enjeu dans cette course au recrutement : un dossier de maître assistant dans certaines universités maghrébines doit, pour se démarquer, comporter une publication dans une revue française, et les recrutements en France sont aussi fonction de la qualité du dossier de publication. Dans ce contexte, où la formule anglophone « publish or perish » a fait florès, il nous semble important de rappeler que les revues doivent faire une place aux premiers textes de jeunes « inconnu.e.s », d’autant plus s’ ils/elles sont inscrit.e.s en thèse dans une université de province et encadré.e.s par un directeur de thèse qui ne gravite pas dans la sphère « people » de la recherche. À L’Année du Maghreb, nous avons fait le choix d’accueillir et d’accompagner. On transmet. C’est pourquoi nous avons créé l’atelier d’écriture mentionné plus haut. Ce travail mobilise les membres du comité de rédaction pour former des étudiants à l’écriture d’articles grâce à un accompagnement personnalisé sur une année, ponctuée de deux rendez-vous collectifs annuels regroupant les encadrants (deux par étudiant) et tous les jeunes auteur.e.s. Ces textes sont ensuite évalués, en double aveugle, et publiés dans la section Varia de la revue, élargie sous la nouvelle appellation « Varias et travaux en cours ».

5Travailler au sein d’un comité de rédaction de revue nécessite aussi de repenser les relations entre différentes normes qui définissent la légitimité scientifique.  Alors que les chercheur.es se nourrissent d’ouverture et d’échanges souvent informels, les politiques scientifiques et les concurrences exacerbées qu’elles entraînent façonnent des recroquevillements, des œillères, des fermetures, qui sont en opposition totale avec les modalités de la production scientifique. Dans une époque où les chercheur.e.s doivent souvent se muer en chasseurs de financements, proposant des projets ficelés qui laissent déjà entrevoir les résultats espérés, travailler sur commande en fonction de préoccupations sociales du moment, voire rechercher des contrats d’expertises, notre revue veut fonctionner à rebours de ces injonctions. Nous veillons à garantir notre autonomie de diverses manières :  d’abord en publiant des appels à participation ouverts et diffusés largement, ce qui nous permet de construire nos dossiers de manière collégiale, au fil des discussions du comité de rédaction et des contributions critiques des évaluations. Les contours d’un dossier abouti sont ainsi assez différents de ceux auxquels les coordonnateurs ou coordonnatrices pouvaient s’attendre, et régulièrement, nous nous réjouissons du chemin alors parcouru ensemble. 

6Ensuite, nous évitons de réagir à l’actualité à chaud et, si nous le faisons (n° 8 : Un Printemps arabe ? ou n°21 : Quand l’Algérie proteste), nous maintenons notre exigence à publier des enquêtes de terrain fouillées et au long court. En effet, cultiver, ensemble, notre esprit d’ouverture et d’indépendance nous tient éloigné de toutes velléités d’(auto-) censure et lorsque certains des thèmes abordés sont considérés « sensibles » – comme l’« islamisation » ou la « radicalisation », voire la violence –, nous choisissons de les étudier au plus près, en nous fondant sur des données concrètes qui en permettent des analyses précises. En témoigne, par exemple, le dossier sur les partis politiques islamistes au Maghreb, qui s’éloigne du show médiatique alarmiste et met au jour les enjeux tangibles d’une gestion politique quotidienne par les partis islamistes dans les pays concernés. 

7C’est là tout l’intérêt du travail scientifique : prendre le temps de la mise en relation, du recul, qui passe aussi par le dialogue et la mise en commun des réflexions et des efforts, par l’échange, la comparaison des données et la confrontation d’idées. En bref, encore, faire science par le dépassement des frontières.

8Les textes que nous avons choisi de mettre en exergue ici témoignent, chacun à leur manière, de notre souci d’emprunter des chemins de traverses pour une analyse plus fine des phénomènes sociaux. Parce que nous oeuvrons à élargir nos thématiques au-delà du seul Maghreb, à dépasser le cercle de nos collègues proches, à ouvrir nos rubriques aux doctorant.es et jeunes chercheur.es, à décloisonner et déconfiner les savoirs en favorisant les dossiers interdisciplinaires et en créant ainsi les conditions propices aux croisements et à la multiplication d’angles d’analyses.

  • 3 Nos lecteurs se répartissent majoritairement entre l’Allemagne, les USA, la France, l’Algérie, le M (...)

9 Comme vous le constaterez, tous ces textes sont accessibles gratuitement en ligne avec OpenEdition car nous avons fait le choix, comme de nombreuses revues, de jouer le jeu des sciences ouvertes pour participer pleinement à ce souci d’ouverture et de mise à disposition de nos recherches. L’accès en ligne offre la possibilité de traverser aisément les frontières pour soumettre notre travail à un lectorat d’étudiants et de chercheur.es des pays du Maghreb, d’Europe, d’Afrique et des USA3[3]. Enfin, nous essayons de franchir aussi des frontières académiques pour partager notre revue avec d’autres regards que ceux de nos pairs, comme l’atteste par exemple les présentations de nos dossiers à l’Institut du Monde Arabe, à la radio[A10]  ou dans des librairies ; en gestation aussi, à venir, nous l’espérons, des rencontres au MuCem à Marseille qui prépare une exposition sur le Sida tandis que nous travaillons à la publication d’un dossier intitulé « Face au VIH-Sid » (n°25 Juin 2021).

10C’est notre façon à nous de lutter. De faire revue.

Haut de page

Bibliographie

Comité de rédaction des Cahiers d’Études Africaines, 2020,

Collectif des revues en lutte – Sciences en danger, revues en lutte. – Perspective depuis les Cahiers d’Études africaines, n°238.

L’Année du Maghreb « Sahara en mouvement », Dominique Casajus (dir.), n°7, 2011

L’Année du Maghreb « Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses », Sophie Bava et Katia Boissevain (dir.), n°11, 2014

L’Année du Maghreb « Un printemps arabe ? », Eric Gobe (dir.), n°8, 2012

L’Année du Maghreb « Quand l’Algérie proteste », Eric Gobe et Thierry Desrues (dir.), n°21, 2019

L’Année du Maghreb « Face au VIH-Sida », Katia Boissevain et Céline Lesourd (dir.), n°25, juin 2021

Haut de page

Notes

1 https://www.cairn.info/revue-cahiers-d-etudes-africaines-2020-2-page-227.htm

2 https://www.cairn.info/revue-cahiers-d-etudes-africaines-2020-2-page-227.htm

3 Nos lecteurs se répartissent majoritairement entre l’Allemagne, les USA, la France, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie et nous constatons également des consultations internet en Chine, au Canada ou au Sénégal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Noûs et Comité de rédaction, « Introduction. Maghreb traversé », L’Année du Maghreb [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/7315 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.7315

Haut de page

Auteurs

Camille Noûs

Articles du même auteur

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search