Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Partie IV : Quelle subalternité ?Introduction. Quelle subalternité ?

Partie IV : Quelle subalternité ?

Introduction. Quelle subalternité ?

Camille Noûs et Comité de rédaction

Texte intégral

1L’étude des sociétés maghrébines a longtemps été prisonnière des lectures coloniales indigénisantes et de celles nationalistes et uniformisantes qui ont bloqué les approches par le bas et par les acteurs, empêchant ainsi d'accéder à leur connaissance sensible et à leurs terrains si contrastés. La période post-indépendante, héritière des savoirs coloniaux, est confrontée à des défis majeurs en termes de développement et de souverainetés nationales qui ont imposé la politologie et les sciences économiques comme « disciplines-phares » pour appréhender l’analyse des sociétés en situation post-coloniale. En cela, l’Annuaire de l’Afrique du Nord (ANN) et L’Année du Maghreb (L’AdM), jusqu’à la fin des années 1980, ont été des relais de diffusion de ce savoir théorique polarisé sur les questions des rapports à l’État et des politiques économiques. Des sociétés maghrébines, de leurs terrains, de leurs acteurs, de leurs comportements, de leurs aspirations et de leurs désordres, assez peu d’échos finalement. Quand l’analyse les aborde, c’est bien trop souvent par le prisme de la contestation, de la résistance et des luttes identitaires dans leurs rapports à l’État et à ses institutions, comme dans le texte de René Galissot (1989) sur les émeutes au Maghreb.

2Les gigantesques mobilisations populaires de 2011 ont laissé voir la diversité des sociétés maghrébines soudées, certes, par l’action protestataire dans le rejet commun de leur régime politique et de leurs élites dirigeantes ; mais elles ont surtout laissé voir des sociétés en mouvement transformées par des changements silencieux et dans des répertoires d’action peu saisis par l’analyse macro. L’exemple de l’Algérie est particulièrement édifiant en ce sens. Cette notion de « société civile », Abdelkader Zghal la décrypte à la lumière de l’exemple tunisien (seule république civile du monde arabe après l’éclatement du Liban) dans son rapport à la sauvegarde de la civilité de son système politique et dans sa marche vers le multipartisme. Désignée dans d’autres pays par les termes de « rue », de « peuple », d’« opinion publique », la notion de la société civile rend visible d’autres forces motrices, elle laisse exprimer des dynamiques souterraines et identifie une multiplicité des acteurs et actrices sociaux. Cependant, cette notion demeure insuffisante pour appréhender la complexité des luttes et des contestations qui s’affirment dans d’autres registres anthropologiques, sociétaux et linguistiques et pas exclusivement dans leurs rapports à l’État car elles sont aussi le fruit d’évolutions et d’affirmations d’individus et de groupes souvent minorés (femmes, minorités religieuses, minorités ethnolinguistiques, minorités sexuelles, classes dominées) que l’on peut désigner par le qualificatif de subalternes. La notion de subalternité, au sens gramcien, renvoie à l’infériorité du rang et couvre l’ensemble des attributs de la subordination et de la domination en termes d’âge, de genre, de classe, d’ethnies, de sexe, de langue et d’emploi. La notion bouscule les paradigmes dominants dans le champ des études sur le Maghreb en proposant, sur le modèle des subaltern studies puis des colonial studies (dans les années 1980), une approche anthropologique et historique de la domination des mondes sociaux dans une double démarche de décolonisation des savoirs et de distance critique des histoires nationales. Si elle apparaît timidement dans L’AdM qui s’est, par ailleurs, ouverte à une pluralité d’objets de recherche et d’étude (comme ce numéro l’atteste), elle reste encore à s’affirmer dans le champ des études sur le Maghreb en validant son appareil conceptuel et scientifique.

3Accorder aux voix subalternes leur place et leur contribution dans le décryptage des réalités des luttes au Maghreb, c’est rendre compte d’une pluralité d’objets d’études qui se sont invités dans l’analyse épistémologique et dans la production des savoirs. 

Une féminisation des approches... et de la revue

4Une féminisation lente mais réelle a pu progressivement investir l’AAN puis L’AdM en quelques décennies. Cette féminisation est d’abord celle des directions des numéros de la revue. Il faut attendre trente ans, pour qu’un numéro de l’Annuaire de l’Afrique du Nord soit sous la codirection d’une chercheuse, en la personne de Françoise Lorcerie en 1993. Exceptionnelle dans les années 1990, cette codirection d’un numéro de la revue par une chercheuse s’est depuis banalisée sous L’Année du Maghreb, sans pour autant atteindre une parfaite parité. C’est en 2005, pour la première fois, qu’une chercheuse seule, Karima Dirèche, dirige un numéro de la revue ; en tout ce sont douze des vingt-trois numéros de L’Année du Maghreb qui ont été dirigés ou codirigés par des chercheuses. Six des dix dernières directions du numéro atteignent la parité, signe d’une dynamique lente mais réelle de féminisation des directions de numéro.

5Cette féminisation s’est aussi manifestée par la progressive augmentation du nombre d’autrices parmi les contributeurs scientifiques de la revue. Les premières autrices apparaissent au troisième numéro de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, en 1964, avec les contributions de Christiane Souriau-Hoebrechts (1964), Viviane Aumenier (1964), Jeanne Favret (1964), Françoise Fanton (1964)et Marie-André Buisson (1964). La présence d’autrices de la rive nord, le plus souvent en infériorité numérique par rapport à leurs collègues masculins, n’est plus démentie dans les années suivantes. En 1968, six ans après le lancement du premier numéro, une première autrice issue de la rive sud, la sociologue tunisienne Lilia Ben Salem (1968), écrit un article pour analyser à l’époque les origines des cadres de l’administration publique tunisienne. Malgré les apports d’autres pionnières, comme Monia Fikry (1972), les contributions d’autrices de la rive sud restent rarissimes dans les années 1970. Les deux décennies suivantes voient apparaître davantage de contributrices avec Nadia Chellig (1979), Yamina Fekkar (1979), Fatiha Talahite (1980), Fatima Oufriha (1980), Fatma Salhi (1986) ou encore Kmar Bendana (1986). Depuis son lancement en 2004, L’Année du Maghreb compte des autrices issues de la rive sud dans la plupart des numéros, même si la parité avec les collègues masculins et celles de la rive nord est loin d’être acquise.

6Enfin, la féminisation s’est manifestée à travers l’apparition et le développement des sujets liés aux études sur les femmes puis le genre, dont la revue a été témoin depuis plusieurs décennies. Il faut attendre une vingtaine d'années, pour voir les premiers articles consacrés aux relations hommes/femmes, à travers les études de Nadia Chellig et de Famia Fekkar dans le numéro de 1979 (op. cit.). Dans les années 1980 les sujets de sociologie du travail prenant des femmes comme cas d’étude se multiplient, avec les articles de Dorra Mahfoud (1980), Rabia Abdelkrim (1980) ou Fatima Mernissi (1980). Des sujets liés à la religion (Rabia Abdelkrim-Chikh, 1988), la famille (Iman Hayef, 1991) ou l’éducation (Fatima Oufriha, 1980) prennent aussi des femmes comme objet d’étude. Ces centres d’intérêt diminuent dans les années 1990, au moment de la montée en puissance de l’islamisme politique et des pouvoirs autoritaires. Depuis la création de L’Année du Maghreb, plusieurs dossiers ont été consacrés à l’étude des relations hommes/femmes, comme celui de 2005 sur « Les femmes, famille et droit » (Dirèche, 2005), ou de 2010 sur le « Sexe et la sexualité au Maghreb » (Baumont, Cauvin-Verner et Pouillon, 2010). La notion de « genre » est employée pour la première fois dans le titre d’un article par Abir Krefa en 2008 (Kefra, 2008), avant qu’un dossier en 2017, « Genre, santé et dossiers sexuels » (Maffi, Delanoë, Hajri, 2017) ne traite pour la première fois spécifiquement de la notion.

Diversifications des objets et persistance du rapport à l’État

7Lorsqu’on envisage les luttes au pluriel dans une revue comme dans les champs disciplinaires qu’elle couvre, force est de constater que les auteurs et autrices se positionnent d’abord par rapport à l’État. Cette façon de penser est héritée des luttes pour l’indépendance dans lesquelles le contrôle de l’armée puis la construction de l’État ont été des moments politiques centraux puis sacralisés. Comme le montre Mohamed Elbaki Hernassi (1983) les États du Maghreb durent faire face à une double concurrence, celle de l’utopie pan-arabe et celle de l’utopie islamiste. C’est ainsi, nous dit-il, que si les États sont généralement admis comme « cadres de référence » en politique (comme dans l’analyse scientifique), ce sont les régimes qui subissent assez rapidement les mécontentements et contestations. Cela s’inscrit dans une histoire politique et économique avec la fin des « politiques de développement », le choc pétrolier de 1973 et la multiplication des revendications à la fois sectorielles, mémorielles, ethniques. La légitimité politique que conféraient les luttes pour l’indépendance s'effilochait progressivement : « L'euphorie ne pouvait pas cependant durer indéfiniment ; car le désenchantement à propos des politiques de développement devenait trop évident à la fin des années 70, comme devenait de plus en plus clair que la formule politique et le programme lui-même du mouvement de libération nationale semblent avoir épuisé leur potentiel » (p.  419).

8Les années 1980 inaugurent l’avènement de nouvelles thématiques et notamment celle de la société civile. Si Michel Camau (2002) en a montré ailleurs certaines des limites, le concept de société civile a été largement repris dans les colonnes de la revue. Le texte d’Abdelkader Zghal déjà cité (1989) en est une illustration typique car il revient d’abord sur les difficultés théoriques du concept : comment caractériser ce qui est « étranger » à l’État dans un contexte où l’État est omniprésent et omnipotent, lorsqu’il inclut les partis, les syndicats et les organisations de jeunesse. L’auteur en discute également les usages de la notion par les « sociologues arabes » : « nous disposions “d’objets” bien délimités par le discours administratif. Nous étions animés par le désir de dénoncer les obstacles au développement. Notre choix – libre et volontaire en Tunisie – se portait presque exclusivement sur les structures étatiques ou les structures sociales soumises à l’action de la bureaucratie étatique” (p. 223). Aussi caractérise-t-il un « refoulement du concept de société civile » (ibid.) par les sociologues maghrébins. Malgré des débuts difficiles le concept fut utile aux chercheurs et chercheuses pour ouvrir des brèches politiques : Abdelkader Zghal l’associe à la pluralisation politique et au multipartisme ; ailleurs Christian Coulon (1991) le mobilise pour inciter les chercheurs à faire un pas de côté et « prendre mieux en considération la façon dont les “périphéries” vivent le rapport au “centre », les initiatives propres qu’elles manifestent face à la recherche hégémonique dont elles sont l’objet » ; ailleurs encore, Michel Camau (1991) l’associe à la thématique du changement tout en soulignant les apories d’une opposition factice entre État et société.

9Une autre façon pour les sciences sociales de s’intéresser aux luttes post-indépendances a été de mener des recherches à propos d’organisations ou mouvements dotés d’une forte légitimité et qui ont été longtemps à la base de la contestation des régimes. C’est d’abord le cas des syndicats (UGTT en Tunisie, UGTA en Algérie, UMT au Maroc), puis des associations. C’est par cette thématique que l’Annuaire de l’Afrique du Nord puis L’Année du Maghreb ont pu évoquer à la fois luttes en cours et engagement des scientifiques. Salem Chaker livre dans un article (1985) sa participation à la création de la Ligue algérienne des droits de l’homme. Parallèlement à ses réflexions scientifiques sur les instrumentalisations d’une contestation détaillant les rouages de l’État autoritaire, il livre également un témoignage politique rare des auteurs dans la revue. C’est donc aussi par des prises de position individuelles que la revue accompagne les luttes. Dans cette veine, l’article de Malika Rahal (2014) revient sur le rapport des générations à l’histoire contemporaine de l’Algérie en remarquant la prégnance des révoltes d’octobre 1988. En « fille d’octobre », elle montre comment la mémoire des luttes politiques peut aussi s’ancrer dans une pratique de la recherche.

  • 1 Parti du peuple Algérien

10L’attention portée aux mouvements et revendications « ethniques » est centrale dans l’histoire du Maghreb et partant dans la revue. Ici le mouvement berbère est omniprésent et les articles ne cessent de rendre compte des mobilisations successives. Cependant c’est toujours dans leur rapport à l’État que les revendications et mobilisations sont analysées, que ce soit par Omar Carlier sur la « crise berbère » de 1949 au sein du PPA1 (1986), par Moahmed Brahim Salhi (2003) et Nassim Amrouche (2009) sur la Kabylie algérienne ou par Didier Le Saoult (2009) sur l’évolution des revendications amazighes au Maroc. Une rare tentative de comparatisme d’expériences minoritaires a été menée par Stéphanie Pouessel à propos de la Tunisie postrévolutionnaire (2013), ouvrant peut-être la voie à d’autres approches « subalternes ».

Haut de page

Bibliographie

Abdelkrim Rabia, « Les femmes à la campagne : quelle formation et quel(s) emploi(s) ? Exclues du système de formation, sont-elles des ménagères ou une armée active « refoulée » », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1980, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1980/Pages/AAN-1980-19_38.aspx.

Amrouche Nassim, « De la revendication kabyle à la revendication amazighe : d’une contestation locale à une revendication globale », L’Année du Maghreb, V | 2009, 145-161

Aumenier Viviane, « Sources italiennes sur l’Afrique du Nord », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1964, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1964/Pages/AAN-1964-03_24.aspx.

Beaumont Valérie, Cauvin Verner Corinne et Pouillon François, « Sexe et sexualités au Maghreb : essais d’ethnographies contemporaines », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, https://journals.openedition.org/anneemaghreb/236.

Ben Salem Lilia, « Origines sociales et géographiques des cadres de l’administration économique, des offices et des sociétés nationales en Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1968, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1968/Pages/AAN-1968-07_05.aspx.

Bendana Kmar, « Archives, recherche historique et informatique : une expérience tunisienne », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1986, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1986/Pages/AAN-1986-25_13.aspx.

Buisson Marie-André, « Chronique économique, Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1964, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1964/Pages/AAN-1964-03_06.aspx.

Camau Michel, « Sociétés civiles “réelles” et téléologie de la démocratisation », Revue internationale de politique comparée, 2002/2 (Vol. 9), p. 213-232. DOI : 10.3917/ripc.092.0213. URL : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2002-2-page-213.htm  

Camau, Michel, “Introduction : Changements politiques et Problématique du changement”, Annuaire de l'Afrique du Nord, Tome XXVIII, 1989,  1991, pp. 3-12, URL : http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1989/Pages/AAN-1989-28_21.aspx

Carlier Omar, « La production sociale de l'image de soi. Note sur la « crise berbériste » de 1949 », Annuaire de l'Afrique du Nord, 1986, pp. 347-371, URL : http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1984/Pages/AAN-1984-23_46.aspx

Chellig Nadia, « La femme musulmane moderne vue par les lycéens algériens », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1979, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1979/Pages/AAN-1979-18_36.aspx

Coulon, Christian,Pour une traversée du désert”, Annuaire de l'Afrique du Nord, 1991, pp.335-344, URL : http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1989/Pages/AAN-1989-28_35.aspx

Dirèche Karima (dir.), « Femmes, famille et droit au Maghreb », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005, https://journals.openedition.org/anneemaghreb/58.

Fanton Françoise, « Chronique sociale et culturelle, Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1964, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1964/Pages/AAN-1964-03_11.aspx.

Favret Jeanne, « Le syndicat, les travailleurs et le pouvoir en Algérie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1964, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1964/Pages/AAN-1964-03_25.aspx.

Fekkar Yamina, «La femme, son corps et l’Islam. Questions et contradictions suscitées par le vécu quotidien en Algérie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1979, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1979/Pages/AAN-1979-18_38.aspx.

Fikry Monia, « Le phénomène urbain en Libye. Problèmes juridiques et sociaux », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1972, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1972/Pages/AAN-1972-11_37.aspx

Hayef Iman, « Le célibat des femmes en Algérie », L’Annuaire de l’Afrique du Nord, 1991, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1991/Pages/AAN-1991-30_22.aspx.

Krefa Abir, « Modes et limites des résistances à la domination de genre dans les écrits de romancières tunisiennes », L’Année du Maghreb [En ligne], IV | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 27 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/466.

Le Saout Didier, « La radicalisation de la revendication amazighe au Maroc. Le sud-est comme imaginaire militant », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/514

Maffi Irène, Delanoë Daniel et Hajri Selma, « Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb » L’Année du Maghreb [En ligne], 17 | 2017, https://journals.openedition.org/anneemaghreb/3140.

Mahfoud Dorra, « Formation et travail des femmes en Tunisie. Promotion ou aliénation ? », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1980, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1980/Pages/AAN-1980-19_41.aspx.

Mernissi Fatima, « Le prolétariat féminin au Maroc », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1980, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1980/Pages/AAN-1980-19_49.aspx.

Oufriha Fatima, « Déperditions scolaires et insertion des jeunes au marché de l’emploi en Algérie durant la dernière décennie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1980, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1980/Pages/AAN-1980-19_33.aspx.

Rabia Abdelkrim-Chikh, « Femmes exogames : entre la loi de Dieu et les droits de l’homme », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1988, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1988/Pages/AAN-1988-27_20.aspx.

Salhi Fatma, « Pouvoir, acteurs locaux et habitat : Annaba El-Hadjar (Algérie) », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1986, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1986/Pages/AAN-1986-25_45.aspx.

Salhi Mohamed Brahim, « Entre communauté et citoyenneté : le local en contestation. Le cas de la Kabylie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 2003, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/2003/Pages/AAN-2003-41_09.aspx

Souriau-Hoebrechts Christiane, « Vie tunisienne à travers un an du journal al amal », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1964, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1964/Pages/AAN-1964-03_27.aspx

Talahite Fatiha, « Scolarisation et formation des filles en Algérie : préparation au salariat ou production des ménagères modernes ? », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1980, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1980/Pages/AAN-1980-19_51.aspx.

Haut de page

Notes

1 Parti du peuple Algérien

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Noûs et Comité de rédaction, « Introduction. Quelle subalternité ? », L’Année du Maghreb [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/7316 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.7316

Haut de page

Auteurs

Camille Noûs

Articles du même auteur

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search