Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Partie V : Écrire sur le politiqu...Introduction. Écrire sur le polit...

Partie V : Écrire sur le politique : autocensure, protection des sources et régime de vérité

Introduction. Écrire sur le politique : autocensure, protection des sources et régime de vérité

Camille Noûs et Comité de rédaction

Texte intégral

1Interrogé sur la notion de « régime de vérité » Frédéric Gros, spécialiste de la pensée de Michel Foucault, écrit : « Le problème n’est pas pour lui de comprendre ce qui fait qu’une vérité est vraie, mais l’effet que peut avoir sur l’existence des individus (leur existence personnelle, sociale, politique) la présence de formes plurielles de vérité incarnées dans des savoirs multiples, des obligations éthiques, des rituels politiques et sociaux » (Hunyadi, 2015). Si nous avons jugé utile de rappeler cette approche foucaldienne de la vérité, c’est parce qu’elle nous paraît éclairer en partie le rapport complexe qu’ont pu entretenir les contributeurs et contributrices de l’Annuaire de l’Afrique du Nord (ANN,1962-2003) et de L’Année du Maghreb (L’Adm, 2004-2020) aux questions politiques en général, et aux dissidences, en particulier, animés à la fois par un sentiment d’empathie, voire de sympathie, pour les acteurs et actrices en lutte, mais aussi des attitudes de prudence, de complicité et de cécité à l’égard des régimes issus de l’indépendance.

Une communauté de pensée, d’écriture et d’action ?

2Il est vrai que dans les premières années de la publication, les auteurs de la revue étaient aussi des acteurs influencés par les utopies de leur temps : leurs travaux et leurs écrits ne répondaient pas exclusivement à des fins heuristiques mais aussi à des postures idéologiques d’accompagnement bienveillant des expériences politiques qui se voulaient « émancipatrices » et « progressistes », traduisant l’existence d’une véritable communauté de pensée et d’action avec les élites émergentes d’Afrique du Nord. Ils avaient généralement fréquenté les mêmes universités (Alger, La Sorbonne, Aix-Marseille, Lyon, Bordeaux…), lu les mêmes auteurs (Fanon, Dumont, Jouve, Sartre, etc.) et se croisaient régulièrement dans les mêmes cercles de sociabilité (milieux intellectuels, urbains et francophones). En deux mots : ils parlaient la même langue. L’on recense aussi parmi les pionniers de l’Annuaire de l’Afrique du Nord des auteurs plus conservateurs sur le plan idéologique (Charles Debbash Maurice Flory, Roger Le Tourneau, André Martel, etc.), issus des facultés de droit ou de lettres de l’Hexagone, mais qui avaient également apporté leur contribution académique à l’indépendance des nouveaux États.

3Toutefois, cette injonction étatique à adhérer à la mystique développementaliste a probablement été plus forte pour les auteurs rattachés institutionnellement à des universités ou des centres de recherche maghrébins (Algérie, Maroc et Tunisie) que pour ceux évoluant à l’étranger. Comme le rappelle le politiste algérien Lahouari Addi (2019, 15-36) : « Ce qui était demandé aux universitaires, c’était de contribuer à la modernisation du pays sous le contrôle de l’administration de régimes autoritaires qui sollicitent les sciences sociales pour accompagner les transformations entreprises au lendemain des Indépendances. Et c’est ainsi qu’est apparue une sociologie militante qui a apporté la caution académique qui justifie de contrôler les universitaires. Il y avait désormais la science nationaliste tiers-mondiste au service des masses et la science réactionnaire néocoloniale accusée de servir les intérêts de l’impérialisme et les intellectuels petits bourgeois ». De ce point de vue, même si les contributeurs et les contributrices de l’AAN étaient conduits à afficher leur croyance en la toute-puissance de l’État réformateur, leur proximité avec les élites modernistes et leur adhésion au mythe du développement, il.ellle.s étaient aussi moins soumis.e.s aux pressions des pouvoirs politiques en place, jouissant d’une certaine liberté d’expression, du fait que la publication était conçue et éditée par des institutions de recherche françaises, d’abord au CRESM, puis à l’IREMAM et diffusée par les Éditions du CNRS.

Le temps des désillusions et des remises en question éditoriales

4Les années passant et les premières déceptions et désillusions naissant face aux échecs et aux ratés des expériences développementalistes, cette osmose intellectuelle entre auteurs et acteurs étatiques de l’Afrique du Nord postcoloniale se fissure progressivement, aboutissant moins à un divorce brutal qu’à une prise de distance, plutôt salutaire pour les sciences sociales. La « peuplogie » et la « statolâtrie » des premières années des indépendances maghrébines cèdent leur place à une forme de réalisme sociologique, s’exprimant par une attention plus grande des contributeurs et contributrices de la revue aux citadinités et aux ruralités ordinaires, aux phénomènes politiques « par le bas », réhabilitant partiellement les approches ethnographiques longtemps associées à l’anthropologie coloniale. Si l’État reste central dans leurs écrits, des nouveaux centres d’intérêt apparaissent au milieu des années 1970 comme les questions linguistiques et culturelles, les problèmes urbains, les rapports villes/campagnes et les questions religieuses qui ne sont pas encore traitées sous l’angle de l’islamisme. À ce propos, les auteur.e.s de l’AAN sont plutôt réticents à aborder directement la question de l’islam politique, refusant de le considérer comme un véritable mouvement social et préférant focaliser leurs recherches sur d’autres formes de religiosité populaires. Tabou, désintérêt ou autocensure de la part des contributeurs.trices ? Il semblerait qu’il faille davantage chercher l’explication dans la représentation dominante à l’époque de l’islamisme comme un courant réactionnaire « importé d’Orient » (fait social exogène aux sociétés d’Afrique du Nord), que la majorité des auteur.e.s ont tendance à appréhender avec suspicion, alors qu’à rebours, quelques années plus tard, d’autres chercheur.e.s de l’IREMAM choisiront d’historiciser et de sociologiser le phénomène, en d’en faire un objet d’étude majeur de leurs travaux. Dans tous les cas, l’évolution des écrits de la revue traduit une montée en puissance des questions sociales, notamment dans les chroniques de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, au-delà du seul prisme étatique, élitaire et développementaliste, comme le souligne le sociologue algérien Ali El Kenz (2012, p.19) : « l’activisme social et politique a investi ce champ, délaissant parfois les anciennes organisations comme les syndicats ou les associations professionnelles. Une grande partie des mouvements sociaux ont leurs origines et tirent leurs significations de cette source. Les sciences humaines et sociales ont, à leur tour, investi ce champ qui est devenu aujourd’hui un des principaux centres d’intérêt des recherches ». Sur ce plan, les écrits de la revue ont très largement reflété ce « tournant sociétal » de la recherche en sciences sociales sur le Maghreb, accordant une attention de plus en plus soutenue aux contre-conduites, aux mouvements sociaux et aux mobilisations protestataires. Toutefois, contrairement à la génération précédente, les auteur.e.s adoptent généralement une position d’observateur extérieur qui traduit à la fois une volonté de scientificité (en finir avec l’image du sociologue militant) mais aussi une certaine prudence afin d’échapper aux éventuelles pressions et sanctions des régimes en place, dont les dirigeants lisent régulièrement les travaux publiés dans l’Annuaire de l’Afrique du Nord et dans L’Année du Maghreb. Il est vrai qu’à l’époque, les livraisons de la revue sont attendues et scrutées par la haute fonction publique des pays du Maghreb, et largement diffusées auprès des élèves administrateurs, notamment à l’ENA d’Alger et de Tunis. À partir du milieu des années 1970, la ligne éditoriale de la revue se caractérise par un processus contradictoire : d’un côté, la tonalité des écrits se veut davantage autonome par rapport aux catégories de la pensée d’État et à la mystique développementaliste (progrès, socialisme agraire, industries industrialisantes, bataille de l’éducation, diplomatie tiers-mondiste, etc.), mais de l’autre, ce désir d’objectivité scientifique cache parfois une forme de dépolitisation et de neutralisation des analyses délivrées au fil des pages de la revue.

Une écriture sous contrainte

5Sans céder à une quelconque forme de « martyrologie éditoriale » qui érigerait les auteurs de l’AAN et de L’AdM en « héros » de la recherche en sciences sociales sur le Maghreb, l’on ne peut occulter totalement les phénomènes de surveillance et de contrôle qui ont traversé la vie de la revue depuis sa création en 1962 jusqu’aux années 2000. D’ailleurs, il conviendrait de parler davantage d’autocensure que de censure directe, en ce sens que les auteur.e.s auraient plutôt tendance à anticiper la répression en évitant du publier des données et des propos qui pourraient les mettre en danger. En effet, depuis les indépendances (et déjà à l’époque coloniale), la production et la diffusion du savoir universitaire en Afrique du Nord fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs locaux et nationaux qui suinte à toutes les étapes du processus scientifique : élaboration du projet de recherche, autorisation administrative, enquête de terrain ou statistique, transmission des connaissances aux étudiants et publication des résultats dans les rapports, les revues ou les ouvrages : toutes ces phases font l’objet d’un contrôle étroit des tutelles académiques et des autorités sécuritaires. Certains auteurs critiques tels Rachid Bellil (1985, 521) vont jusqu’à parler de « domestication » du savoir en sciences sociales dans les sociétés du Maghreb qui affecte tous les aspects de la recherche universitaire, et en particulier les travaux touchant des sujets sensibles : « Dans ce cadre le contrôle, voire la domestication des sciences sociales s'impose très souvent aux gouvernements qui ne tolèrent pas la production d'idées et la critique à partir de ce lieu autonome vis-à-vis du pouvoir central que peut représenter l'Université ». Malgré le recul du temps, il est difficile d’évaluer les conséquences précises de ces politiques étatiques de surveillance sur les articles publiés dans l’Annuaire de l’Afrique du Nord et de L’Année du Maghreb. À ce niveau, nous ne pouvons que nous référer à nos propres expériences d’auteur.e.s et de rédacteur.trices de la revue qui a été constamment marquée par un souci de protéger nos sources et nos enquêtés, de recourir fréquemment à l’anonymat ou au pseudonymat, de sécuriser nos modes de transmission des données afin qu’elles échappent à la vigilance des services de sécurité, et même parfois de renoncer purement et simplement à publier certaines informations afin de ne pas compromettre notre présence sur le terrain ou d’éviter que nos interlocuteurs.trices soient inquiétés par la police politique. Sur ce plan, l’auteur.e de l’AAN et de L’ADM apprend à s’autocontrôler, à s’autocensurer, à s’autodiscipliner et à formater ses articles tant sur la forme que sur le fond afin d’esquiver le contrôle des autorités sécuritaires, les injonctions des tutelles (ministère des Affaires étrangères, Fonctionnaire sécurité-défense, etc.), de préserver ses collègues locaux et ses contacts et d’espérer ainsi la diffusion de la publication dans les bibliothèques universitaires des pays du Maghreb. 

Une revue de sciences sociales sur le Maghreb, source d’inspiration pour les acteurs.trices en lutte ?

6Il est vrai que, depuis le début des années 2000, les sociétés maghrébines ont connu un processus de décompression politique qui a été variable selon les pays et les contextes sociaux, contribuant à desserrer la chape de plomb pesant sur la production universitaire et les publications de sciences sociales. Toutefois, ce processus d’ouverture politique (infitah) n’a pas été linéaire et a connu de nombreuses séquences de « retour » en force de la censure universitaire et du contrôle sécuritaire sur les publications savantes. À ce titre, les mouvements protestataires au Maghreb ne se sont pas forcément traduits par un « printemps des sciences sociales », même s’il convient de saluer l’augmentation substantielle depuis 2011 du nombre de publications (articles, dossiers de revues et ouvrages individuels et collectifs) consacrés aux mouvements sociaux, aux mobilisations protestataires, aux phénomènes émeutiers, et aux minorités culturelles et sexuelles (femmes, LGBT, victimes du racisme, etc.). Il est incontestable que cette ouverture du champ éditorial encourage la naissance de vocations savantes chez les jeunes chercheur.e.s SHS européens et maghrébins qui écrivent désormais sur la « chose politique », osant braver les tabous, la censure et les interdits. À cet égard, L’Année du Maghreb, à l’instar de son ancêtre l’Annuaire de l’Afrique du Nord, continue à jouer son rôle dans la circulation d’une parole libre entre les deux rives de la Méditerranée, y compris dans les périodes dominées par la répression d’État et les violences politiques.

7Au regard de ses soixante années d’existence, la revue n’aura donc pas seulement été utile aux élites gouvernantes, aux hauts fonctionnaires et aux diplomates qui puisent des données et des informations dans les études thématiques et les chroniques annuelles mais aussi un outil précieux pour les acteurs en lutte (opposants, dissidents, syndicalistes et activistes des droits de l’Homme, etc.) qui y trouvent des sources d’inspiration et surtout des analyses de sciences sociales inédites, venant appuyer leurs mobilisations protestataires contre les régimes autoritaires.

Haut de page

Bibliographie

Addi Lahouari, 2019,« Sciences sociales et débat intellectuel dans le monde arabe », Revue des sciences sociales, vol. 5, n°5, p. 15-36. URL : https://www.asjp.cerist.dz/en/article/75046

BELLIL Rachid, 1985, « La domestication du savoir sur la société. Remarques sur la sociologie en Algérie », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, p. 505-532. URL : http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1985/Pages/AAN-1985-24_02.aspx

Bendana Kmar , 2014, « Entrer dans l’histoire de la Révolution tunisienne ? », 10, L’Année du Maghreb, p. 49-58. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.2019

Desrues Thierry et Gobe Éric, 2019, « Introduction : Quand l’Algérie proteste. Le Maghreb au prisme du hirak algérien », L’Année du Maghreb, 21, p. 9-24. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5021

El Kenz Ali, 2005, « Les sciences humaines et sociales dans les pays arabes de la Méditerranée », Insaniyat, 27, p. 19-28. DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.7621

Geisser Vincent , 2012, « Les protestations populaires à l’assaut des régimes autoritaires : une "révolution" pour les sciences sociales ? », L’Année du Maghreb, VIII, 7-26. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.1373

Hunyadi Mark, 2020, « Michel Foucault ou les aventures de la vérité », Le Temps, 8 décembre. https://www.letemps.ch/culture/michel-foucault-aventures-verite

Waterbury John, 1977, « La légitimation du pouvoir au Maghreb : tradition, protestation et répression », Annuaire de l’Afrique du Nord, Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, p. 411-422. http://aan.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/AAN-1977-16_40.pdf 

Siino François, 2002, « L'Université tunisienne banalisée : mise à niveau libérale et dépolitisation », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, p. 187-200. http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/2002/Pages/AAN-2002-40_22.aspx

Vairel Frédéric, 2012, « « Qu’avez-vous fait de vos vingt ans ? » Militantismes marocains du 23-mars (1965) au 20 février (2011) », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII, p. 219-238. DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.1477

Zghal Abdelkader, 1989, « Le concept de société civile et la transition vers le multipartisme », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, p. 207-228. URL : http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/1989/Pages/AAN-1989-28_32.aspx

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Noûs et Comité de rédaction, « Introduction. Écrire sur le politique : autocensure, protection des sources et régime de vérité », L’Année du Maghreb [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 04 février 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/7321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.7321

Haut de page

Auteurs

Camille Noûs

Articles du même auteur

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search