تصفح – مخطط الموقع

الصفحة الرئيسيةNuméros25ÉditorialÉditorial : se réjouir d’inclure

Éditorial

Éditorial : se réjouir d’inclure

Katia Boissevain و Céline Lesourd
p. 3-5

النص الكامل

1Nous nous réjouissons de la parution de ce numéro de juin 2021 et ce d’autant plus que, contrairement à notre rythme habituel, il s’agit là, déjà, du deuxième volume de l’année en cours ! En effet, le comité de rédaction de L’Année du Maghreb, associé au « Collectif des Revues en luttes », a travaillé à un numéro exceptionnel mis en ligne en février, dans lequel nous revisitons 60 ans de publications pour défendre l’autonomie et les ressources de la recherche et de l’édition scientifique au service de la compréhension de nos sociétés.

2L’Année du Maghreb – héritière de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, publication née en 1962 dans le prolongement des luttes de libération nationale et de la construction des nouveaux États (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) – est une revue qui rend compte au fil de ses articles et chroniques de débats sociétaux et controverses politiques majeurs. L’effort de décoloniser les savoirs a rendu plus vive encore que dans d’autres contextes la perception des menaces à la liberté de penser. Cette zone à défendre constitue l’un des horizons de notre revue. Ce numéro spécial que nous avons proposé à nos lecteurs n’a pas pour objectif de rendre hommage aux auteur.e.s qui, par leurs contributions, ont éclairé durant plus d’un demi-siècle les mobilisations ici et là-bas, il répond surtout au désir d’inscrire notre publication, hier comme aujourd’hui, dans une histoire critique des mouvements sociaux qui traversent le champ scientifique et universitaire.

3Revue publiée par CNRS Éditions, hébergée par l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM), soutenue par Aix Marseille Université (AMU), L’Année du Maghreb est attachée à son indépendance éditoriale et au service public de la recherche fragilisée par les logiques commerciales et managériales qui gagnent certains secteurs de l’édition scientifique. Cette indépendance permet, notamment, de promouvoir les publications des « précaires de l’enseignement supérieur » et de sortir de « l’entre soi », ce qui contribue au renouvellement des thématiques scientifiques, des terrains d’enquête mais aussi des approches méthodologiques et théoriques sur le Maghreb.

4L’AdM n’a jamais été une revue militante mais elle est toutefois, depuis sa fondation, une publication engagée, vitrine éditoriale des mouvements sociaux, des mobilisations populaires et des protestations des sociétés du Sud de la Méditerranée comme de leur prolongement dans les sociétés européennes. Produit de la circulation des savoir-faire, des informations, des connaissances et des sociabilités transnationales, nous avons souhaité rappeler que l’ADN de notre revue est de contribuer à l’analyse des multiples formes de domination d’ici et d’ailleurs, à la défense des libertés académiques et à la lutte contre toutes les formes de censure.

5Ainsi, notre engagement continue et s’affirme dans ce nouveau numéro qui entame, et nous nous en réjouissons, un nouveau cycle pour la revue.

6Nous avons décidé d’inclure dans la section Varia de premières publications de jeunes auteur.e.s qui nous ont rejoints dans le cadre d’un atelier d’écriture mis en place par les membres du comité de rédaction. Cet atelier annuel s’adresse aux doctorant.e.s et post-doctorant.e.s qui travaillent sur la région au sens large (ou en relation avec l’espace maghrébin), sur la base d’enquêtes en sciences humaines et sociales. L’accompagnement y est conduit par des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s d’Aix-Marseille Université, du CNRS et de l’IRD. Il consiste en un suivi régulier sur une année, ponctuée de deux sessions plénières qui se déroulent à la MMSH à Aix-en-Provence. Dans ce numéro, nous avons le plaisir de présenter les textes de deux jeunes auteures, Lucille Florenza et Rim Affaya, qui sont allées au bout de ce travail collectif et qui ont convaincu les évaluateurs.trices externes. Cette nouvelle formule des Varia qui donne toute sa place à de premières recherches n’aurait pas pu voir le jour sans l’investissement toujours bienveillant et constructif des « encadrant.e.s ». Pour cette première session nous tenons donc à remercier Didier Guignard qui en a orchestré la mise en œuvre, appuyé par Marie-Pierre Oulié. Merci également à Lisa Anteby, Malika Assam, Saïd Belguidoum, Myriam Catusse, Mathilde Cazeaux, Mériam Cheikh, Karima Dirèche, Aurélia Dusserre, Vincent Geisser, Isabelle Grangaud, Béatrice Mésini, Géraldine Mossière, Catherine Miller, Delphine Perrin, Aude Signoles, François Siino, Farida Souiah. Nous remercions également les laboratoires qui nous ont soutenus dans cette initiative : l’IREMAM, le LPED, le Centre Norbert Elias, l’IDEMEC, le LAMES, TELEMME et le CHERPA.

7Nous remercions enfin tou.te.s les jeunes docteur.e.s qui ont participé à cet atelier, d’Alger, de Lyon, ou de Marseille. Si tous les textes n’ont pu aboutir ou n’ont pas reçu un accueil favorable des évaluateurs.trices externes, nous espérons sincèrement que cette expérience aura été constructive et stimulante. Sachez aussi que nous réfléchissons, ensemble, à une publication en ligne de l’ensemble des contributions de l’atelier.

8De plus, le comité de rédaction s’est engagé à privilégier l’écriture inclusive (pour les éditoriaux, le site internet de la revue et ses correspondances) et à y encourager vivement ses contributeur.trices. Cette préconisation à l’écriture inclusive a été inscrite sur le site de la revue et, en ce sens, nous avons mis à jour les consignes aux auteur.e.s. Ce dossier « Face au VIH/sida » marque une première étape qu’il nous faudra bien évidemment consolider sur l’ensemble des prochains numéros.

9Nous avons aussi travaillé à donner plus de place à l’arabe. Ainsi, un premier financement a été obtenu auprès du GIS Genre, lequel nous a permis de traduire six articles du dossier n°17 « Genre, santé et droits sexuels et reproductifs au Maghreb » qui seront prochainement mis en ligne. Nous espérons que ces traductions permettront aux textes de toucher un public plus large, au Maghreb et au-delà. De même, nous avons conçu un cadre plus exigeant pour proposer des résumés plus étoffés lesquels traduits systématiquement en arabe offrent désormais un panorama plus nourri de nos publications.

10Nous nous réjouissons, encore, de la parution de ce dossier « Face au VIH/sida ». Initialement prévue pour fin 2019, son élaboration a accusé quelques difficultés et retards. Comme le détaillent les coordinateur.trice.s dans l’introduction, nous avons pris le parti de proposer une livraison un peu spéciale, qui se démarque de nos habitudes en cela qu’elle associe articles académiques et entretiens conduits par les coordonnateur.trice.s auprès de personnes directement impliquées dans les associations de lutte contre le VIH/sida au Maroc et en Algérie. C’est le constat d’un manque de recherches critiques sur le sujet, signe certain d’un tabou persistant, qui nous a donné l’occasion d’accueillir la contribution d’une chercheuse en « information et communication », discipline rarement représentée dans notre revue. De plus, cette contrainte nous a poussés, de manière très heureuse, vers d’autres formats de connaissance, tel le double article d’Anne Montgomery et d’Abdelrahim el Habbachi, qui prend à bras le corps la question de la co-écriture entre une anthropologue et un « interlocuteur de terrain ».

11L’Année du Maghreb reviendra en décembre 2021 avec, au cœur de son numéro 26, le dossier intitulé « La fabrique des politiques de réconciliation en Méditerranée » coordonné par Frédéric Vairel et les traditionnelles Chroniques pilotées par Éric Gobe. L’édito, quant à lui, changera de plume puisque le temps est venu pour nous de passer le relai, dans la confiance, l’enthousiasme, la liberté et la stimulation intellectuelle que nous offre cette très précieuse équipe de L’Année du Maghreb que nous remercions chaleureusement. Et ce sera là notre dernier motif de réjouissance : accueillir et souhaiter la bienvenue aux nouveaux et nouvelles collègues – Mériam Cheikh, Perrine Lachenal, Chiara Loschi, Chiara Pagano, Antoine Perrier et Farida Souiah – qui ont accepté de nous rejoindre.

12Il ne nous reste donc plus, pour la suite, qu’à vous souhaiter de bonnes lectures !

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Katia Boissevain و Céline Lesourd, « Éditorial : se réjouir d’inclure », L’Année du Maghreb, 25 | 2021, 3-5.

بحث إلكتروني

Katia Boissevain و Céline Lesourd, « Éditorial : se réjouir d’inclure », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 25 | 2021, نشر في الإنترنت 10 juin 2021, تاريخ الاطلاع 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/7620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.7620

أعلى الصفحة

الكُتاب

Katia Boissevain

Directrice de publication, Cnrs, Aix Marseille Univ, Cnrs, Idemec, Aix-en-Provence, France.

مقالات للكاتب نفسه

Céline Lesourd

Rédactrice en chef adjointe (varia), Cnrs, Aix Marseille Univ, Cnrs, Centre Norbert élias, Marseille, France.

مقالات للكاتب نفسه

أعلى الصفحة
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search