Skip to navigation – Site map

HomeNuméros25Dossier : Face au VIH/sidaHistoire d’une mobilisation assoc...

Dossier : Face au VIH/sida

Histoire d’une mobilisation associative contre le VIH/sida au Maroc

History of an HIV/AIDS organization in Morocco
Hakima Himmich
p. 17-26

Abstracts

Professor Hakima Himmich traces the history of the Association de lutte contre le sida (ALCS), which she founded in Morocco in 1988. The organization first initiated programs targeting the populations most exposed to HIV, fought against the stigmatization and discrimination of people living with HIV, and then launched the fight for access to antiretroviral treatment. Its links with AIDES in France led her to co-found Coalition Plus, an international union of community-based AIDS organizations. Finally, the author shares her concern about the possible termination of funding from the Global Fund, which would put an end to the organization’s programs for groups most at risk of HIV.

Top of page

Full text

  • 1 Communication lors de la journée d’étude « Les espaces du VIH/sida », Mucem, Marseille, 5 avril 201 (...)

1Cette journée nous replonge dans une histoire très émouvante pour beaucoup d’entre nous1. Merci de m’avoir demandé de partager l’expérience marocaine. Je vais vous présenter une expérience où ce sont une association et une solidarité Nord-Sud entre associations qui vont faire avancer les choses.

Personne en consultation à l’ALCS, Casablanca, Maroc, 2018

Personne en consultation à l’ALCS, Casablanca, Maroc, 2018

© Régis Samba-Kounzi

  • 2 Voir Cheynis, 2013.

2Je commencerai par une très brève description du contexte politique dans lequel a émergé l’épidémie de sida au Maroc, dans les années 1980. Le pays sortait tout juste de ce qu’on a appelé les « années de plomb », avec un État très répressif et un ministère de l’Intérieur tout puissant. Cette période est marquée par l’émergence d’une société civile avec des associations de défense des droits humains, des droits des femmes, créées et animées par d’anciens prisonniers politiques2. Mais aussi par l’émergence de mouvements intégristes qui commençaient à influencer les mentalités.

3Pour ma part, après de nombreuses années passées à Paris où j’ai fait mes études de médecine, je suis retournée au Maroc au début des années 1980. Très vite, après mon retour, apparaissent les premières publications sur ce qu’on appelait à l’époque le « cancer gay ». Je lisais les publications sur ce sujet et guettais son apparition au Maroc. En 1986, je diagnostique dans une clinique semi-privée le premier cas de sida chez une personne qui avait été transfusée en France. Je me souviens que Willy Rozenbaum, qui était un collègue d’internat, me disait alors : « Mais Hakima, ce n’est pas possible qu’il n’y ait qu’un seul cas de sida diagnostiqué chez vous, de nombreux homosexuels que je vois dans ma consultation sont allés en vacances à Marrakech les années précédentes ». C’était bien le seul cas diagnostiqué, mais il y en avait sans doute d’autres qui n’étaient pas diagnostiqués.

  • 3 Voir Himmich et Imane, 1993.

4Dans les années qui ont suivi, en tant que chef de service des maladies infectieuses du CHU de Casablanca, avec mes collègues, il nous a fallu faire face à l’arrivée des premières personnes atteintes d’infection à VIH, qui arrivaient toutes au stade sida. Nous étions confrontés à un manque de médicaments pour traiter les infections opportunistes, nous manquions même de cotrimoxazole, un médicament pourtant peu onéreux, et nous n’avions pas de matériel jetable. En même temps, il y avait la stigmatisation, le refus de soins par les médecins, le non-respect de la confidentialité. Donc très vite, influencée aussi par ce qui se passait dans les autres pays, je me suis dit qu’il fallait créer une association qui soit respectueuse de l’éthique, des droits des personnes vivant avec le VIH et de ceux des populations les plus vulnérables à l’infection à VIH (celles que l’ONUSIDA allait appeler beaucoup plus tard les « populations clés »), où les personnes seraient en confiance3. Une telle structure pourrait chercher des fonds pour combler les insuffisances du milieu hospitalier.

5Comment les marocains ont-ils commencé à entendre parler du sida ? En 1985, alors qu’il n’y avait aucun cas de sida diagnostiqué au Maroc, un grand quotidien francophone a titré en une : « On brûle cent prostituées atteintes de sida à la foire de Casablanca ». Je vous assure que pendant au moins les dix années qui ont suivi, j’ai reçu des patients qui m’ont dit : « Je savais depuis longtemps que j’étais séropositif/ve mais je ne voulais pas venir à l’hôpital de crainte d’être brûlé/e comme les prostituées qui l’ont été à la foire » – surtout ceux qui venaient de France, je ne sais pas pourquoi.

6En 1987, alors qu’il y avait moins de vingt cas de sida déclarés au ministère de la Santé, nous déposons une demande de création d’association de lutte contre le sida auprès du ministère de l’Intérieur. Mais là, veto absolu : en parlant du sida nous allions faire fuir les touristes et donner une mauvaise image du Maroc. Il a fallu à peu près un an de démarches pour contourner cette opposition du tout puissant ministère de l’Intérieur. C’est en 1988 que nous recevons l’autorisation de créer l’Association de lutte contre le sida (ALCS). Nous n’y serions pas arrivés sans l’émergence d’associations de défense des droits humains.

7Nous avons commencé sans aucune subvention, ni de l’État, ni d’organismes internationaux. Être enseignante à la faculté de médecine nous a bien aidés. Nous y étions hébergés et nous y organisions un gala annuel pour collecter quelques fonds. Mon statut d’enseignante me donnait la légitimité pour animer des conférences dans les universités, où mes collègues et moi parlions de prévention et de préservatifs. À chaque conférence, il y avait quelques intégristes qui trouvaient scandaleux de parler de préservatifs alors qu’il suffisait selon eux de respecter les préceptes de l’islam, à savoir l’abstinence et la fidélité après le mariage, pour se prémunir du sida.

8Les personnes qui venaient dans le service appartenaient en grande majorité à des populations extrêmement vulnérables, stigmatisées. Il devait y avoir des personnes vivant avec le VIH issues de milieux aisés mais elles se faisaient traiter à l’étranger, notamment en France, nous ne les voyions pas à l’hôpital. Le Maroc ayant une « épidémie concentrée » se développant essentiellement parmi les populations les plus vulnérables, nous avons compris très vite qu’il fallait agir auprès et avec ces populations. Mais comment faire dans un pays conservateur où les islamistes prenaient de plus en plus de poids ?

9Cela a été possible grâce à une amie, Latefa Imane, qui a rejoint l’ALCS dès 1990, c’est à dire deux ans après sa création, après avoir perdu son travail de journaliste dans un hebdomadaire qui a été interdit après la publication d’une enquête sur l’homosexualité à Marrakech dont elle était co-auteure. Comme nous ne savions pas par quel bout commencer, nous avons décidé de commander à une agence de communication une étude sur les « connaissances, attitudes et pratiques » des professionnelles du sexe. Cette étude, financée par une coopération bilatérale, nous a confirmé que cette population ne savait rien sur le sida et qu’elle était très exposée. Avec l’aide d’une jeune femme proche du milieu de la prostitution, Latefa a commencé des permanences dans les rues d’un quartier chaud de Casablanca, au risque d’être arrêtée par la police, et elle a distribué des préservatifs et des messages de prévention. Puis, nous avons eu l’idée de former des femmes issues de ce milieu qui ont pris le relais de la prévention auprès de leurs pairs et auprès des clients. Notre premier programme de prévention de proximité est ainsi né en 1990, et se poursuit à ce jour.

  • 4 Chercheur à l’INSERM, président d’AIDES de 2007 à 2015.
  • 5 Voir Tawil et al., 1999.
  • 6 Voir Himmich et al., 2015.
  • 7 Voir Himmich et Madani, 2016.

10En 1994, arrivent à l’ALCS deux jeunes gens homosexuels qui nous disent : « Mais enfin, vous ne savez pas ce qui se passe dans notre communauté ? On doit faire quelque chose ». Nous leur proposons de mettre en place un programme de prévention de proximité inspiré de celui en cours auprès des professionnelles du sexe. Ces deux jeunes gens vont alors faire une petite enquête dans le milieu et revenir avec des conclusions. C’était notre première « recherche communautaire » – ce n’est que des années après que Bruno Spire4 nous a appris ce qu’est une vraie recherche communautaire. Ce projet s’est structuré grâce à un financement international, parce qu’il était hors de question d’obtenir du gouvernement marocain le financement de projets s’adressant à des populations criminalisées et qui n’avaient aucune existence légale5. Plus tard, nous allons construire d’autres projets sur le même modèle, avec les routiers6, avec les personnes usagères de drogues dans le nord du pays7. Tous ces projets vont jouer un rôle important dans le caractère communautaire de l’ALCS.

11Par manque de moyens financiers, pendant très longtemps nous n’avions qu’un ou deux salariés. C’était des volontaires qui faisaient tout le travail. Nous avons attiré des volontaires d’horizons extrêmement divers. Latefa Imane disait : « Si vous entrez à lALCS, vous allez rencontrer deux sœurs franciscaines, de jeunes homosexuels, des enseignants, des médecins ». Parmi ces premiers volontaires, il y avait une jeune femme, Aïcha, dont lhistoire mérite dêtre racontée parce quelle résume la vulnérabilité des femmes marocaines.

12Jeune femme de 19 ans vivant dans une ville du nord du pays particulièrement conservatrice, Aïcha est mariée par ses parents. Le mari était séropositif, il le savait probablement. Il demande un certificat de virginité, parce qu’à l’époque, avoir des relations sexuelles avec une vierge était supposé purifier et guérir du sida – j’en entends moins parler maintenant, je ne sais pas si ça a disparu. Un jour, Aïcha débarque de sa ville natale dans le service des maladies infectieuses, accompagnant son mari très malade, et enceinte. Elle apprend pratiquement en même temps la séropositivité de son mari, la sienne et accouche d’un bébé, lui aussi séropositif. Elle se dévoue, elle s’occupe de son mari, de son bébé. Au décès de son mari, alors qu’elle avait été complètement abandonnée par sa propre famille et par la famille du mari bien sûr – c’est lui qui l’a contaminée mais c’est toujours la femme la méchante, c’est nous les sorcières –, elle est adoptée par les volontaires et les militants de l’ALCS qui vont pour la première fois aller au tribunal pour défendre les droits d’une personne vivant avec le VIH. La belle-famille voulait lui prendre la maison héritée de son mari, et nous nous sommes battus pour qu’elle garde la maison. Aïcha va devenir une volontaire extrêmement active, elle va être élue secrétaire générale de l’ALCS, elle va réaliser le premier témoignage sur une chaîne privée pour dire : « Arrêtez de nous stigmatiser ! ». Elle avait le visage couvert mais c’était un grand moment, à une heure de grande écoute, et son témoignage a eu vraiment un impact sur le regard du public sur les personnes vivant avec le VIH. Puis Aïcha nous a quittés, comme tant d’autres. Tous les soignants, les militants de ma génération, ont connu cette période terrible où nous perdions, chaque mois, chaque semaine, des personnes auxquelles nous avions eu le temps de nous attacher.

Militant bénévole, ALCS, Marrakech, Maroc, 2018

Militant bénévole, ALCS, Marrakech, Maroc, 2018

© Régis Samba-Kounzi

  • 8 Voir Hajouji et al., 2017.

13L’ALCS s’est très vite intéressée au dépistage. Nous avons commencé dès 1992 par ouvrir un centre de dépistage anonyme et gratuit à Casablanca. Mais avant, il a fallu se battre, parce que le premier Comité de lutte contre le sida créé par le ministère de la Santé était dominé par des officiers supérieurs de l’armée, ils étaient trois, j’étais la seule civile et la seule femme en face d’eux, à l’époque je n’étais pas du tout connue, et il a fallu se battre pour les empêcher de mettre en place la déclaration obligatoire non anonyme, la déclaration des partenaires, etc., comme cela s’est fait malheureusement dans beaucoup d’autres pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient. Après le premier centre à Casablanca, nous en avons ouvert d’autres. Puis en 2004, il a fallu à nouveau se battre pour obtenir que le dépistage rapide nous soit accessible. Les biologistes ne voulaient pas parce qu’ils voulaient garder la main sur tous les diagnostics. Avec l’arrivée des dépistages rapides, nous avons acheté notre premier bus mobile de dépistage avec le soutien d’une ambassade, et nous avons sillonné le Maroc. Aujourd’hui, nous avons cinq ou six bus équipés pour le dépistage mobile. Dernière étape, en 2015, nous avons suivi l’exemple du combat mené par AIDES en France et nous avons mis en place le dépistage communautaire, c’était une première dans les pays africains francophones8.

14L’ALCS ne s’est pas limitée au dépistage. Il y a eu la prise en charge, à travers une commission « Accompagnement ». Au début, c’était surtout de l’aide financière, l’achat de médicaments, le paiement des examens médicaux. Nous avions mis en place des liens très forts avec l’association AIDES, et c’est, excusez-moi du peu, Arnaud Marty-Lavauzelle, qui était à l’époque président du comité AIDES Île-de-France, qui est venu au Maroc, dans le service des maladies infectieuses, former les volontaires à la relation d’aide, leur expliquer ce qu’est une vraie relation d’aide avec des personnes vivant avec le VIH.

15J’ouvre ici une parenthèse pour souligner la relation privilégiée de l’ALCS avec AIDES. On nous appelait parfois AIDES Maroc. Les relations ont commencé avec Arnaud Marty-Lavauzelle. Nous avons eu l’honneur de recevoir Daniel Defert aux deuxièmes assises de l’ALCS. Je crois que c’est lors de son intervention à ces assises que pour la première fois il a développé la théorie du « déficit statutaire » qui accompagne le déficit immunitaire. Nous avons eu des liens très forts avec l’un des premiers présidents d’AIDES Provence, maître Alain Molla, qui est toujours un grand ami, puis avec Michel Bourrelly qui est venu travailler avec nous sur la restructuration de l’ALCS. Avec des volontaires, nous avons mis en place Cap prévention, qui était un programme entre la France, le Maroc et la Tunisie, nous faisions de la prévention sur le bateau entre les trois pays. Sous la présidence de Bruno Spire, les liens se sont renforcés et étendus à de nombreux domaines. Aujourd’hui encore, en tant que présidente de Coalition Plus, j’ai l’honneur de siéger au conseil d’administration d’AIDES, qui se tient six week-end par an à Pantin. C’est du militantisme ! Je ferme la parenthèse, je reviens à l’accompagnement psychosocial.

  • 9 Voir Marchand et al., 2005.

16À partir de 2000, a eu lieu lintroduction des antirétroviraux. Nous avons mis en place un programme déducation thérapeutique avec un financement de la fondation GSK9. Cela a été l’une des rares fois où nous avons collaboré avec les multinationales. De toute façon, après, nous sommes devenus persona non grata. Ce programme d’éducation thérapeutique est devenu un programme national en 2008.

17Étant la seule association de lutte contre le sida pendant des années, étant encore aujourdhui la seule association communautaire, nous avons dû lutter sur de très nombreux fronts, y compris celui du plaidoyer. Mais lune des actions emblématiques menées par lALCS est celle pour laccès aux traitements. Nous avons commencé avec les moyens du bord : dabord des dons en AZT, après en médicaments qui constituaient la bithérapie, mais aussi en médicaments pour les infections opportunistes. Tous les patients arrivaient au stade sida, et lhôpital ne nous donnait même pas de quoi traiter les infections opportunistes. AIDES et des réseaux de médecins français collectaient les médicaments des patients décédés et nous envoyaient des boîtes entamées. Nous avons fonctionné ainsi jusqu’à ce que l’Union européenne interdise le don de boites de médicaments entamées.

18C’est en 1996 que commence la bataille pour l’accès universel aux antirétroviraux, dans laquelle nous nous sommes inscrits aux niveaux national et international, dès notre retour de la conférence de Vancouver. Nous nous sommes battus sur plusieurs fronts. Localement, l’ALCS a lancé une campagne de plaidoyer pour exiger du ministre de la Santé le financement des antirétroviraux avec notamment son interpellation par Amina sur une chaîne de télévision privée. Amina, présente aujourd’hui parmi nous, est une jeune femme qui a été expulsée de France dans le cadre de la double peine, amenée dans mon bureau par deux agents de police qui avaient été informés de sa séropositivité par leurs homologues français. Elle restera au Maroc cinq ans avant d’obtenir le droit de retourner en France où vivait sa fille et d’autres membres de sa famille.

19Parallèlement, nous nous sommes battus pour que le Maroc, pays à faible prévalence, bénéficie du Fonds de solidarité thérapeutique internationale (FSTI) lancé par le Président Jacques Chirac et Bernard Kouchner. En 1999, le FSTI a accordé à L’ALCS un don d’antirétroviraux pour un montant de 350 000 euros sur deux ans. Le ministère de la Santé marocain a débloqué un budget équivalent, ce qui était tout juste suffisant pour traiter 100 patients en attente de traitement depuis de nombreux mois. Le seul relais possible au financement du FSTI était le financement des antirétroviraux par l’État marocain, en totalité. Et pour qu’il puisse le faire, il fallait avoir accès aux génériques.

  • 10 Ancienne militante à Act Up-Paris, chercheuse en sciences sociales spécialisée dans les politiques (...)

20Pour cela nous avons organisé, en 2000, une conférence avec des experts de Médecins sans frontières, puis en 2001 un séminaire avec des militants d’Act Up-Paris. Je crois bien que c’était le début de notre longue collaboration avec Gaëlle Krikorian10, avec qui nous nous mobiliserons contre les accords de libre-échange entre le Maroc et les États-Unis en 2004, accords qui ont imposé des règles de propriété intellectuelle (dites ADPIC-plus) encore plus restrictives que celles imposées par l’Organisation mondiale du commerce. En 2002, les génériques étaient enfin disponibles sur le marché marocain. Le coût d’une trithérapie passait de 1 200 à 100 USD. Le Maroc était l’un des premiers pays africains et le premier du monde arabe à généraliser l’accès aux antirétroviraux. À partir de là, c’est le ministère de la Santé qui prend la main sur ce dossier. Il met à disposition et à titre gratuit les antirétroviraux pour tous les patients qui en ont besoin. La baisse des prix va se poursuivre pour arriver aujourd’hui à un traitement qui coûte 27 USD, du moins pour une trithérapie constituée de trois antirétroviraux de première ou deuxième ligne. Depuis 2008, ce combat, c’est dans Coalition Plus, créée à l’initiative de AIDES, que nous le menons. C’est aussi grâce à notre appartenance à Coalition Plus que nous avons professionnalisé le plaidoyer et que nous l’avons élargi à l’accès au traitement de l’hépatite C.

21L’arrivée du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, en 2004, a été un tournant. L’ALCS est le principal sous bénéficiaire pour la société civile au Maroc. Le Fonds mondial finance nos programmes ciblant les « populations clés » et une partie du programme d’accompagnement psychosocial des personnes vivant avec le VIH. Même si nous trouvons souvent que les choses ne vont pas assez vite, je dois ici rendre hommage au ministère de la Santé qui a eu l’intelligence de mettre en place une unité de gestion de la subvention du Fonds mondial, très professionnelle, avec une gestion rigoureuse et transparente. Ce qui a permis le renouvellement de la subvention sans interruption depuis 2004 et jusqu’en 2022. Il a mis en place des plans stratégiques nationaux. Le Maroc est considéré par l’ONUSIDA comme un modèle pour la région. Il a eu aussi l’intelligence de comprendre qu’il avait besoin des associations et de collaborer avec elles.

22Le résultat du financement par le Fonds mondial, de sa bonne gestion par le ministère de la Santé et d’une société civile forte est que le Maroc est le meilleur élève de la région MENA avec une baisse de la mortalité, une diminution du nombre de nouvelles infections, l’amélioration de la proportion estimée de personnes vivant avec le VIH connaissant leur statut sérologique, et l’amélioration de la couverture par le traitement antirétroviral qui est de 65%. C’est dire combien nous sommes inquiets de l’arrêt annoncé de la subvention du Fonds mondial aux pays à revenus intermédiaires comme le Maroc. Certes l’État marocain assure déjà la totalité du financement des antirétroviraux, mais comme de nombreux autres pays de la région, il ne prendra pas le relais du financement des programmes ciblant les « populations clés » parmi lesquelles les prévalences du VIH sont les plus élevées. Malgré les efforts de diversification de nos sources de financement, avec notamment l’organisation d’un Sidaction Maroc, le soutien de Coalition Plus, la collecte de rue, le Fonds mondial constitue 40% de nos sources de financement. Nous sommes convaincus que le Fonds mondial est un outil remarquable de financement multilatéral des trois pandémies et que sans l’augmentation de son budget non seulement nous n’arriverons pas à bout de ces pandémies mais nous risquons de perdre les acquis.

Affiche présentée par une pair-éducatrice, ALCS, Marrakech, Maroc, 2018

Affiche présentée par une pair-éducatrice, ALCS, Marrakech, Maroc, 2018

© Régis Samba-Kounzi

23L’ALCS a eu 30 ans en 2018. Sous la présidence d’un militant de la lutte contre le sida, Mehdi Karkouri, elle poursuit ses nombreuses activités aux niveaux national, international et régional où elle anime une plateforme MENA pour Coalition Plus. Aujourd’hui, L’ALCS, association communautaire, membre de Coalition Plus, a étendu tous les programmes dont j’ai parlé et d’autres sur une grande partie du territoire national. Elle a une gestion financière transparente avec des comptes audités sans réserve par un commissaire aux comptes. Elle réalise 80 % des indicateurs du programme du Fonds mondial pour les « populations clés ». Elle est à l’origine de 45 % des dépistages de nouvelles infections au Maroc. Elle est à l’origine de nombreuses innovations : dépistage communautaire, prophylaxie pré-exposition (PrEP) et bientôt autotests.

24Trente ans après, le combat est loin d’être terminé.

Top of page

Bibliography

Cheynis Éric, 2013, « Les reconversions dans l’associatif de militants politiques marocains. Ruptures, continuités et fidélité à soi », Politix, n° 102, p. 147-173.

Hajouji Fatima Zahra et al., 2017, « Dépistage démédicalisé à base communautaire de l’infection à VIH : un service adapté aux populations clés », Communication affichée à la 19e conférence ICASA, Abidjan, 2017.

Himmich Hakima et Imane Latefa, 1993, « Éthique et sida en terre d’Islam : un combat difficile », Sociologie Santé, n° 9, p. 37-41.

Himmich Hakima et Madani Navid, 2016, « The state of harm reduction in the Middle East and North Africa : a focus on Iran and Morocco », International Journal of Drug Policy, vol. 31, p. 184-189.

Himmich Hakima et al., 2015, « Scaling up combined community-based HIV prevention interventions targeting truck drivers in Morocco : effectiveness on HIV testing and counseling », BMC Infectious Diseases, vol. 15, article n° 208.

Krikorian Gaëlle, Marhoum El Filali Kamal, Himmich Hakima, 2008, « L’accès aux médicaments sous le nouveau régime de protection des brevets : cas du sida au Maroc », KEStudies, vol. 2, p. 1-20.

Marchand Claire et al., 2005, « Mise en œuvre et évaluation d’un programme d’éducation thérapeutique (2000-2001) pour les patients atteints du VIH à Casablanca (Maroc) », Cahiers d’études et de recherches francophones / Santé, vol. 15, n° 2, p. 73-80.

Tawil Oussama et al., 1999, « HIV prevention among vulnerable populations: outreach in the developing world », AIDS, vol. 13, suppl. A, p. S239-S247.

Top of page

Notes

1 Communication lors de la journée d’étude « Les espaces du VIH/sida », Mucem, Marseille, 5 avril 2019.

2 Voir Cheynis, 2013.

3 Voir Himmich et Imane, 1993.

4 Chercheur à l’INSERM, président d’AIDES de 2007 à 2015.

5 Voir Tawil et al., 1999.

6 Voir Himmich et al., 2015.

7 Voir Himmich et Madani, 2016.

8 Voir Hajouji et al., 2017.

9 Voir Marchand et al., 2005.

10 Ancienne militante à Act Up-Paris, chercheuse en sciences sociales spécialisée dans les politiques du médicament et la propriété intellectuelle (voir Krikorian et al., 2008).

Top of page

List of illustrations

Title Personne en consultation à l’ALCS, Casablanca, Maroc, 2018
Credits © Régis Samba-Kounzi
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/7709/img-1.png
File image/png, 19M
Title Militant bénévole, ALCS, Marrakech, Maroc, 2018
Credits © Régis Samba-Kounzi
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/7709/img-2.png
File image/png, 19M
Title Affiche présentée par une pair-éducatrice, ALCS, Marrakech, Maroc, 2018
Credits © Régis Samba-Kounzi
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/7709/img-3.png
File image/png, 14M
Top of page

References

Bibliographical reference

Hakima Himmich, « Histoire d’une mobilisation associative contre le VIH/sida au Maroc », L’Année du Maghreb, 25 | 2021, 17-26.

Electronic reference

Hakima Himmich, « Histoire d’une mobilisation associative contre le VIH/sida au Maroc », L’Année du Maghreb [Online], 25 | 2021, Online since 10 June 2021, connection on 23 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/7709 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.7709

Top of page

Author

Hakima Himmich

Professeure Hakima Himmich, fondatrice et ancienne présidente de l’Association de lutte contre le sida (ALCS), présidente de Coalition Plus.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search