Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Dossier : Face au VIH/sidaContinuation, imbrications et éca...

Dossier : Face au VIH/sida

Continuation, imbrications et écarts : liens entre la défense des droits LGBTQI+ et la lutte contre le VIH/sida en Tunisie

Continuation, Interlocking, and Gaps: Links between LGBTQI+ Advocacy and the Fight against HIV/AIDS
Marta Luceño Moreno
p. 59-78

Résumés

En Tunisie, comme dans les autres pays de la région, les espaces de lutte contre le VIH/sida ont constitué des lieux de sociabilisation, de formation et d’élaboration de réseaux pour les personnes LGBTQI+. Toutefois, après la révolution de 2011, une reconfiguration des espaces militants voient le jour, avec la naissance d’associations et de collectifs qui défendent la cause LGBTQI+ selon une approche plus identitaire. Ces dernières coexistent avec les associations de lutte contre le VIH/sida qui privilégient l’approche sanitaire. L’article propose d’examiner les tensions et les écarts entre ces pôles associatifs, ainsi que leurs recoupements.

Sur la base d’entretiens réalisés entre 2018 et 2020 auprès de responsables et de membres d’associations ou de collectifs en Tunisie, l’auteure aborde deux moments distincts : le premier relate l’histoire de la lutte contre le VIH/sida avant la révolution de 2011 ; le second explore les rapports postrévolutionnaires entre la mouvance de lutte contre le VIH/sida et la communauté LGBTQI+.

En effet, le contexte de transition démocratique et l’implication de bailleurs de fonds internationaux qui soutiennent la cause LGBTQI+, a permis une plus grande affirmation identitaire. Cette visibilité relative est plus facilement saisissable dans la capitale que dans le reste du pays, mais partout les équilibres se négocient entre les diverses associations qui continuent d’œuvrer pour promouvoir la lutte contre le VIH/sida auprès des instances officielles.

Haut de page

Texte intégral

1Les contours historiques et sociologiques de l’engagement contre le VIH/sida des acteurs maghrébins – combiné à leur défense des droits LGBTQI+ – restent à éclaircir. L’un des rares articles rendant compte de ces imbrications est celui de Marien Gouyon et de Sandrine Musso pour le Maroc (Gouyon et Musso, 2017). Toutefois, ces dernières années, nous constatons un regain d’intérêt des chercheurs sur le thème de la lutte pour les droits LGBTQI+, avec des références sommaires aux liens existants avec les mouvements de prévention contre le VIH (Beaumont, 2010 ; Liman, 2017 ; Kréfa, 2019). Notre article s’inscrit dans la continuité de cet effort de contextualisation et d’analyse dans le cadre tunisien, avec l’intention de faire mieux connaître les particularités des engagements dans ce pays. Il s’appuie sur une enquête de terrain menée entre 2018 et 2020 et qui se focalise principalement sur la médiatisation de la lutte LGBTQI+. Quelles stratégies de communication les acteurs de la société civile mettent-ils en œuvre pour parvenir à la dépénalisation et au respect des personnes LGBTQI+ ?

2Dans cette optique, nous avons effectué des entretiens semi-directifs auprès de responsables et de membres d’associations ou collectifs tunisiens défendant les droits des personnes LGBTQI+ et qui se sont impliqués, en même temps, dans la lutte contre le VIH/sida : l’Association tunisienne de lutte contre les MST et le sida (ATL MST SIDA, en particulier au siège national de l’association à Sfax et dans sa section autonome à Tunis), l’Association tunisienne de prévention positive (ATP+), mais aussi auprès de collectifs comme Mawjoudin, Damj, Chouf, Shams, Kelmty, Collectif Intersex, Alweni, Mouja, Without Restrictions et Outcast. Le choix des enquêtés résulte d’abord du contact avec certaines associations : celles-ci nous ont indiqué un ou plusieurs interlocuteurs susceptibles de répondre à nos questions. L’intermédiation des premiers enquêtés a ensuite permis de recueillir de nouveaux témoignages, notamment auprès d’associations ou de membres a priori plus réticents. La méthode « boule de neige » et la recommandation de la part des enquêtés a ainsi facilité le recueil de témoignages et nous a permis d’approfondir les entretiens par la suite. La méfiance peut être considérée comme l’une des difficultés majeures de l’enquête de terrain, sur le sujet abordé tout particulièrement. Elle a nécessité la mise en place d’un protocole en début d’entretien pour clarifier non seulement les buts de l’enquête mais aussi les origines du financement et le profil de la chercheuse. Nous avons également veillé au respect de la vie privée des témoins en nous concentrant davantage sur les actions menées par les associations que sur les engagements individuels, même si certains ont fait le choix d’inclure une part de récit personnel. Au début de chaque entretien, nous laissions le choix de l’anonymat aux participants à l’enquête. Tous ont opté pour que leur prénom seul figure, en cas de publication scientifique, sachant les implications de ce choix.

3Outre une partie consacrée à la présentation de la personne interviewée, la grille d’entretien abordait trois thématiques principales : l’identité et l’histoire de l’association ou du collectif auquel le témoin appartient ou appartenait ; la stratégie communicationnelle et médiatique déployée en son sein ; les relations avec les autres acteurs de l’espace public tunisien, notamment avec la société civile, les médias ou les institutions étatiques. La question des liens avec la lutte contre le VIH/sida en Tunisie revenait généralement à plusieurs reprises et sous différents angles : dans les relations avec les autres acteurs, dans les récits de vie et d’engagement, dans l’exposé de l’histoire des associations. Néanmoins, une partie de nos enquêtés n’ont pas abordé le sujet ; leur témoignage n’est pas mobilisé dans ce cas pour cet article.

4Les entretiens se sont tenus en présentiel, à Tunis et à Sfax, entre mars et juin 2020, à l’exception de deux d’entre eux (largement cités ici) qui n’ont été possibles que par visio-conférence, soit du fait de l’éloignement de la personne ayant quitté la Tunisie (bien que membre du collectif Without Restrictions), soit en raison du confinement dû à l’épidémie de COVID-19 (pour un témoin membre de l’ATL MST SIDA, section de Tunis). Quand l’échange se tenait en présentiel, les lieux retenus étaient laissés au choix des participants : certains ont préféré réaliser l’entretien au sein de leur espace associatif, alors que d’autres ont proposé des lieux publics dans lesquels ils se sentaient plus à l’aise pour discuter, notamment des cafés ou des bars « LGBTQI+ friendly ».

5Nous articulerons notre propos en deux temps : en cernant d’abord l’histoire de la lutte contre le VIH avant la révolution de 2011, en lien avec les conditions de création et d’existence des associations, les manières d’intégrer les populations concernées ; en consacrant ensuite un deuxième volet aux rapports postrévolutionnaires entre la mouvance de lutte contre le VIH/sida et la communauté LGBTQI+ tunisienne. Cette communauté, souterraine avant 2011, s’est constituée en acteur visible à partir de 2015. Il s’agit donc de comprendre comment une nouvelle fenêtre d’opportunité politique a pu être saisie dans le contexte de transition démocratique.

Histoire associative de la lutte contre le VIH/sida avant 2011

6En 1990, à peine cinq ans après l’apparition du premier cas de VIH, la première association de lutte contre la pandémie, l’ATL MST SIDA naît à Sfax à l’initiative d’un médecin, Abdelhamid. Il nous explique le contexte de sa demande d’autorisation aux pouvoirs publics pour être en mesure d’agir face au premiers cas en Tunisie :

On a eu un premier cas qui venait d’Italie ; il est décédé dans le service étant porteur de HIV. Sa femme, qui était hospitalisée de l’autre côté, s’est rendue compte que c’était son mari, parce qu’il n’avait pas dit à sa femme qu’il était porteur du sida. Vu la situation, il fallait bouger pour créer quelque chose de légal, parce que je n’avais pas le droit de parler de sida sans un cadre légal. J’ai attendu pendant deux ans pour avoir l’autorisation de créer ATL MST SIDA. C’était une première en Tunisie (entretien réalisé à Sfax, 2020).

7Même après sa création, les difficultés de l’association avec les pouvoirs publics n’ont pas cessé selon notre interlocuteur, en particulier pour organiser des campagnes de prévention, c’est-à-dire être en capacité d’évoquer publiquement les dangers du VIH/sida, les formes de protection. Autant d’initiatives assimilées alors par les dirigeants et agents de l’État à un trouble à l’ « ordre public » :

À l’époque, le gouverneur était mon ami, je lui ai demandé de venir pour l’ouverture, il m’a dit : «Impossible. Je ne vous donne pas l’autorisation et je ne viendrai pas parce que si ça tourne mal, je ne suis pas au courant». Dans l’après-midi et le soir on a osé, on a pris un pénis en bois, on a déroulé le préservatif devant tout le monde. Ça a fait le boum ! Tout le monde en a entendu parler, depuis l’Égypte jusqu’au Maroc. Du coup, on a pris de l’importance, même à l’échelle internationale (ibid.).

  • 1 . Localisées à Bizerte, El Kef, Gabès, Gafsa, Jendouba, Kasserine, Kebili, Mahdia, Médenine, Nabeul (...)
  • 2 . Nous tenons à souligner l’indépendance conquise par la section tunisoise, régulièrement mise en a (...)

8Dès les premières années de son existence, en dépit des obstacles rencontrés, l’association peut ouvrir des antennes sur différents points du territoire tunisien. Actuellement, 17 sections sont actives1, en particulier celle de Tunis, créée en 1991, qui est devenue indépendante entretemps2.

Spécialisation des associations, les débuts de la diversification

9Pendant les premières années, les actions de l’ATL MST SIDA visent un public très général, avec seulement une approche spécifique envers les jeunes. Par la suite, l’association fait le choix de la spécialisation vers certaines populations clés. En 2008 par exemple, la section de Tunis se déclare « désireuse de s’étendre à d’autres catégories sensibles, [en menant] des actions pilotes en milieu carcéral et auprès des travailleuses du sexe » (ATL MST SIDA, 2008, p. 1). Cette spécialisation prend donc d’abord une forme de diversification des approches en interne, mais aboutit également à la création d’associations plus spécifiques qui répondent aux besoins de certaines populations. Ainsi l’Association tunisienne d’information et d’orientation sur le sida (ATIOS) est fondée en 1992 et l’Association tunisienne de prévention de la toxicomanie (ATUPRET) en 1995. Elles entendent cibler leurs actions en priorité sur les utilisateurs de drogues injectables (UDI), les travailleurs et travailleuses du sexe (TS).

10La diversification répond également à une meilleure connaissance de la maladie grâce aux premières enquêtes sur l’incidence du VIH/sida en Tunisie qui se caractérisait à cette époque « par une tendance vers une épidémie de type concentrée. Cela signifie que la prévalence est basse dans la population générale (> 0,1), mais élevée et en augmentation chez les populations à risque c’est-à-dire les usagers de drogues injectables (UDI), les travailleuses de sexe (TS), les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH) et les détenus. L’ATL MST SIDA a donc fortement orienté son action vers la prévention du VIH/sida auprès de ces populations » (ATL MST SIDA, 2008, p. 3). Pourtant, la population clé des HSH n’a pas été investie en tant que catégorie spécifique jusqu’aux années 2000, alors que la transmission homosexuelle était pointée du doigt dès les premières études comme une forme de transmission active, dont l’incidence augmente nettement entre 1995 et 2006 :

Modes de transmission du VIH/sida en pourcentage du nombre total de cas enregistrés dans la Tunisie de 1995 et de 2006 (Ministère de la Santé publique, 2010, p. 45)

Modes de transmission du VIH/sida en pourcentage du nombre total de cas enregistrés dans la Tunisie de 1995 et de 2006 (Ministère de la Santé publique, 2010, p. 45)
  • 3 . L’article 230 du code pénal interdit les relations homosexuelles, en distinguant l’homosexualité (...)
  • 4 . Sourate 7, versets 80-81.

11Plusieurs facteurs peuvent expliquer les difficultés à se saisir de cette thématique. Soulignons d’abord que les formes de transmission du VIH résultent dans ce pays de « transgressions des codes sociaux, moraux et légaux » (Kaplan et Khoury, 2017), ce qui les rend difficilement abordables dans l’espace public, encore de nos jours. La condamnation de l’homosexualité en Tunisie, via l’article 230 du code pénal3, et « sa catégorisation comme une pratique sexuelle «déviante» » (Lachheb, 2016, p. 16) sont légitimés à la fois par l’ordre juridique et par l’ordre religieux. Ce dernier renvoie notamment à des versets du Coran où les actes criminels du peuple du Loth sont assimilés à l’homosexualité4.

  • 5 . Damj, association tunisienne pour la justice et l’égalité, est une organisation non-gouvernementa (...)

12Au-delà de cette condamnation, « l’homosexualisation du sida » (Voegtli, 2013) – étroitement liée à la construction de la cause en Occident – a pu jouer un rôle dans le non-investissement des associations issues de la société civile tunisienne. Elles ont longtemps contourné cet aspect afin de pouvoir travailler sur la question sans que les pouvoirs publics ne s’y opposent au vu de leur réticence à l’égard des questions touchant à l’ordre moral et sexuel. Issam, chargé de programme « population clé » au sein de la section tunisoise de l’ATL MST SIDA, fait justement référence au régime répressif de Ben Ali pour expliquer les difficultés rencontrées à ce sujet : « C’était à l’époque de Ben Ali, donc là on ne parlait pas des hommes ayant des rapports avec des hommes ; on parlait de prévention, de sensibilisation en général » (entretien réalisé à distance, 2020). À Sfax, l’absence d’engagement associatif en ce sens répond plutôt, selon le fondateur de l’ATL MST SIDA, au manque de demande explicite de la part de la population concernée : « Comment voulez-vous que je défende une population qui ne me demande rien, je ne peux pas en parler. Qu’ils me donnent une lettre, je la signerai, je l’accompagnerai » (entretien réalisé à Sfax, 2020). Des représentants d’autres collectifs, créés officiellement après 2011 et défendant les droits des personnes LGBTQI+, avancent d’autres raisons avant la révolution, tant au niveau national qu’international. Elles expliqueraient aussi bien l’absence de demande de la part de la population que le manque d’investissement du monde associatif. Ainsi Nadhem, membre de l’association Damj5, revient sur ce point dans son entretien :

En Tunisie avant 2011, on ne peut pas parler d’association sans pour autant être satellite du régime et une association qui va glorifier le gouvernement et le président. Là, c’est applicable sur presque toutes les tranches de la société, et non pas seulement les LGBT. Et aussi, il faut comprendre la conjoncture internationale. Au début des années 2000, il n’y a pas le même élan des LGBT qu’actuellement en France, en Europe, en Amérique… Donc du coup, cela influence aussi le contexte tunisien, qui est un contexte très hostile aux libertés individuelles, très hostile aux libertés collectives (entretien réalisé à Tunis, 2018).

13Malgré ces difficultés, l’arrivée du financement du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme – en 2004-2006 – ouvre la voie à une approche de type communautaire validée par les institutions, notamment à partir de la mise en place du Mécanisme de coordination nationale (CCM-Tunisie). L’accès au Fonds mondial permet de cibler les LGBT avec des formations à la sensibilisation et un travail de proximité dans des lieux publics :

  • 6 . Concept issu de la lutte internationale contre le VIH qui décrit « la mise à contribution de memb (...)

À partir de 2004, [l’ATL MST SIDA] a commencé à travailler avec les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes [HSH]. On fait des actions de sensibilisation, on distribue des préservatifs, des gels lubrifiants et la première formation […] sur l’éducation par les pairs6 s’est faite en 2006. On a fait des réunions, du support, on a fait aussi le diagnostic communautaire participatif, c’est le premier diagnostic auprès des HSH. On a fait la première enquête comportementale sur les HSH, prouvant que la prévalence est élevée chez ces populations. On a aussi fait des renforcements de capacité pour la communauté LGBT et pour les HSH (Issam, entretien à distance, 2020).

14Comme l’avance ce témoin, la sensibilisation repose sur deux principes fondamentaux. Le premier est la proximité avec le public cible qui passe par le choix de personnes ressources pouvant comprendre les populations clés et par l’approfondissement de la connaissance du terrain au moyen d’études scientifiques établissant le diagnostic. Le second principe est l’enquête comportementale qui permet de connaître la population, de saisir ses comportements et attitudes afin de mettre en œuvre des campagnes plus efficaces répondant à des besoins spécifiques.

15L’anthropologue Rodley Collins a ainsi suivi les premiers pas de l’ATL MST SIDA à Tunis, au cours d’une enquête menée entre 2003 et 2010. Il y retrace les expériences des premiers « éducateurs pour les pairs ». Dans son article, le chercheur décrit une des formations pour éducateurs, effectuée au sein de l’association, et les campagnes de sensibilisation sur le terrain auprès de la population HSH. Collins rend notamment compte de l’institutionnalisation de l’approche communautariste avec l’arrivée des fonds internationaux. Le travail de terrain est effectué avec l’autorisation du gouverneur « qui est facile à obtenir » (Collins, 2021, p. 95), alors qu’elle était inimaginable seulement quelques années plus tôt.

16L’arrivée des financements internationaux influence également le choix terminologique pour se référer aux populations cibles. Collins constate ce changement dans la mesure où sont utilisés au sein de l’ATL MST SIDA les termes « efféminés », « gigolos » et « MSM » qui étaient « le résultat de la collaboration entre UNAIDS, les Nations unies pour le développement (UNPD), le ministère de la Santé et de la Jeunesse [auquel venait se greffer] l’important rôle du travail sociologique de Senim Ben Abdallah (2007) » (Collins, 2012, p. 99). L’institutionnalisation de la lutte contre le VIH/sida a apporté une capacité de coordination entre les différents acteurs concernés. La préparation du Mécanisme de coordination nationale a permis de faire s’asseoir à la même table des représentants des pouvoirs publics, des acteurs internationaux, des associations et des chercheurs tunisiens travaillant sur cette question, afin de produire une feuille de route commune. Le travail sur la terminologie a encore été influencé, selon Collins, par des indices visuels qui permettaient de reconnaître la catégorie à laquelle appartenaient les personnes en fonction de l’espace qu’ils occupaient dans la ville. L’anthropologue émet enfin l’hypothèse d’un lien entre ce système de classification et les principaux courants de la pensée ottomane sur le thème de l’homosexualité dans la période prémoderne, tels que définis par Khaled El-Rouayheb (Collins, 2012, p. 99).

17Ces appellations ont peu à peu disparu, suite au mouvement global d’uniformisation de la terminologie autour du terme HSH en tant que population clé. Les associations tunisiennes ont adopté cette terminologie au milieu des années 2000, alors qu’elle était déjà d’usage courant dans le travail de lutte contre le VIH/sida au niveau mondial. Elle est le résultat d’un « compromis » institutionnel pour trouver un terme-catégorie qui inclut les hommes ne se reconnaissant pas comme gays (Boellstorff, 2011, p. 293), ce qui est effectivement le cas en Tunisie. En effet, il « reflète l’idée du comportement, et non des identités, comme source de risque individuel d’infection par VIH, établissant ainsi une importante distinction entre les deux puisque les chercheurs et médecins avaient identifié auparavant l’identité gay comme risque de VIH/sida, une caractérisation qui stigmatise la population lesbienne, gay et bisexuelle et qui fait obstacle à la prévention de l’infection VIH » (Young et Meyer, 2005).

L’ATL MST SIDA, lieu d’éclosion en Tunisie de la défense des droits LGBTQI+ ?

18Le travail spécifique mené avec les HSH par l’ATL MST SIDA a participé à l’identification de ce groupe au moins quelques années avant l’apparition des premières associations communautaristes. Au milieu des années 2000, l’association commence à se faire connaître par son engagement auprès de cette population. Beaucoup des membres qui la rejoignent le font précisément pour cette raison. C’est notamment le cas d’Issam : « En 2004, j’ai intégré l’association en tant que bénéficiaire ; des amis m’ont dit qu’il y a une association qui travaille sur la prévention et la sensibilisation et aussi qui travaille avec les gays, les homosexuels ; ils m’ont accompagné à l’association » (entretien à distance, 2020). Comme le remarquent Marien Gouyon et Sandrine Musso pour le Maroc : dans un contexte politique répressif, les lieux des associations de lutte contre le VIH/sida peuvent être considérés comme « des «lieux intérieurs» [c’est-à-dire] un espace dans lequel les pratiques individuelles deviennent une norme à l’intérieur d’un espace coercitif plus vaste (Ferrié, 1995 : 192) » (Guyon et Musso, 2017, p. 210). Ces lieux de sociabilité jouent un rôle majeur dans le développement du sentiment d’appartenance sexuelle à Tunis dans la mesure où des liens amicaux et d’identité commune s’y tissent en marge des questions de santé (Gouyon, 2018, p. 144).

  • 7 . Traduction de l’auteure.

19La constitution de tels liens était possible avant 2011 grâce à l’ouverture d’espaces de liberté au sein d’associations comme l’ATL MST SIDA, ainsi rejointe par les personnes d’une communauté LGBT en construction. Observant ces dynamiques, Collins conclut en l’existence « d’une communauté de praticiens » (Collins, 2012, p. 97) qui participe aux formations, qui accède aux ressources mises à disposition par l’association (préservatifs, gels, information), et qui partage également certains « codes vestimentaires, la fréquentation de certains lieux, les connaissances en protection face aux maladies de transmission sexuelle (MST) »7 (Collins, 2012, p. 97). Certains militants pour la défense des droits LGBTQI+ transitent ainsi par cet espace associatif au début de leur engagement, notamment Karam, aujourd’hui membre du collectif cyber-activiste Klemty :

Il y avait un nombre de personnes de la communauté qui étaient membres d’associations de santé sexuelle essentiellement, la plus connue c’était l’ATL, connue par tout le monde. C’est au sein de ces associations qui militent pour les personnes vivant avec le VIH qu’ont commencé quelques groupes d’appartenance à la communauté LGBT. C’était sur cet axe-là parce qu’il y avait une petite brèche de liberté pour parler des relations sexuelles, etc. (entretien à distance, 2020).

20Cette liberté de parole est ainsi liée à l’instauration d’une certaine souplesse politique pendant les années qui précédent les événements révolutionnaires de 2011 : « Avec l’évolution des différentes politiques en Tunisie, il y avait un certain relâchement pour les ONG ; cela ne veut pas dire une liberté totale. Ce relâchement a fait qu’il y a peu d’organisations qui ont commencé à se poser la question, «Est-ce que c’est possible de travailler avec des populations qui peuvent ne pas être dans la norme en Tunisie ?» Peut-être l’association de lutte contre le sida en Tunisie, a fait le premier pas […] sur le comportemental des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes » (entretien avec Nadhem réalisé à Tunis, 2018). L’association ATL MST SIDA a donc constitué, pour certains, un accès à divers apprentissages réappropriés ensuite dans leur engagement en dehors de l’association.

  • 8 . Association tunisienne des femmes démocrates. Il s’agit d’une association historique pour la lutt (...)
  • 9 . Capacity developpement, terme issu de l’aide au développement faisant référence à l’acquisition d (...)

21Comme le souligne la sociologue Abir Kréfa : « au sein de l’ATL comme de l’ATFD8, les jeunes gays, les lesbiennes et les bisexuelles tentent, à partir du milieu des années 2000, de faire valoir les droits des minorités sexuelles, en s’appuyant sur les «cadres cognitifs» […] des associations, tout en les transformant » (Kréfa, 2019, p. 248). Elle explique que, dans un premier temps, les activistes ont essayé de faire bouger les lignes au sein de ces associations. Dans le cas qui nous intéresse, l’ATL MST SIDA, ces acteurs ont surtout voulu intégrer une approche identitaire de l’homosexualité, en plus de l’approche par la santé qui y était développée. Ce savoir-faire acquis dans le milieu associatif est davantage activé par la suite comme activistes de la cause LGBT (Kréfa, 2019, p. 252 ; Fortier, 2019, p. 180). Il en est ainsi pour leurs activités de « développement des capacités »9, de réseautage, etc.

Grâce à l’ATL, certains militants se sont formés, notamment le président de Damj qui a travaillé avec nous à l’ATL, Souhaila – la présidente de l’ATP+ – qui a aussi travaillé avec nous… Il y a beaucoup de personnes qui ont ouvert d’autres associations communautaires ou bien LGBT, donc ATL c’est une école de vie. C’est le président qui dit ça (entretien à distance avec Issam, 2020).

22Néanmoins, l’espace qui leur était consacré au sein de l’association était considéré par beaucoup d’activistes comme trop limité et contraignant, peu ouvert au développement de leur propre approche identitaire. Ces freins les ont poussés à déplacer leur engagement dans d’autres espaces, d’abord de façon informelle puis, après la révolution, dans un cadre légal, plus ou moins visible.

On pouvait en parler librement plus ou moins, mais ce n’était pas assez élaboré et ouvert pour que ces personnes se sentent à l’aise, c’est pour ça qu’ils ont [quitté] ces associations-là et ont pris leur groupe à part […] fondé une association à part entière comme Damj, par exemple (entretien à distance avec Karam, 2020).

23Avant la création de leurs propres collectifs, l’absence d’espace répondant à leurs aspirations identitaires est suppléé par un réseau informel de militants des droits LGBT, également membres de l’ATL MST SIDA, de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) ou des ONG comme Amnesty International. Leur activité se diffuse au sein des facultés, voire sur internet (Kréfa, 2019, p. 249).

À la fin de 2008 ou […] de 2009, les premiers groupes qui ont travaillé avec l’association de lutte contre le sida, dans les facultés des sciences juridiques, Amnesty… se sont constitués. Il y a un parallèle entre ces associations qui ont contribué un peu à la faculté de penser identitaire. Donc c’était un peu les deux en même temps […]. Ensuite après 2011, tout a basculé [du côté] des libertés. Et du coup, bon nombre d’associations ont vu le jour (entretien avec Nadhem à Tunis, 2018).

24À partir de 2008, l’approche identitaire – mettant en avant l’accès aux droits des personnes LGBTQI+ – et l’approche comportementale – liée à la santé des populations clés dans le milieu de la lutte contre le VIH/sida – ont donc coexisté dans des espaces de sociabilité ouverts aux personnes se reconnaissant comme appartenant à la même communauté. L’émergence d’internet et des luttes contre la censure (Kréfa, 2019, p. 249) ont également participé au développement de l’approche identitaire, qui a précédé l’idée même de se constituer en association :

L’idée de l’association en elle-même, comme institution légalement écrite et légalement enregistrée, a commencé au mois d’août 2011. Par contre, l’esprit de solidarité, l’esprit associatif, l’esprit d’entraide, a été maintenu et entretenu depuis le début des années 2000. Avec l’avènement d’internet et avec la possibilité de créer des groupes d’amis qui peuvent se reconnaître, qui ont une orientation sexuelle identique, qui ont des liens […], une vision des choses un peu commune s’est développée (entretien avec Nadhem à Tunis, 2018).

25Le refus d’identification homosexuelle (Girard, 2012, p. 75) de la part des associations de lutte contre le VIH (pour différentes raisons) est central dans le développement de cette communauté particulière qui, après 2011, va s’impliquer à des degrés divers dans la lutte contre le VIH.

Reconfigurations postrévolutionnaires, droits LGBTQI+ et lutte contre le VIH

  • 10 . Malgré la nouvelle loi sur les associations, l’enregistrement de celles défendant des LGBTQI+ n’a (...)
  • 11 . D’après leur présentation sur le site : https://jamaity.org/association/damj-lassociation-tunisie (...)
  • 12 . D’après leur page Facebook: « Gayday is an e-magazine launched in March 2011 and dedicated to the (...)

26Au lendemain des événements révolutionnaires, la Tunisie a connu une libéralisation du droit d’association avec la promulgation du décret-loi n° 88 du 24 septembre 2011 garantissant cette liberté10. Toutefois, les premières initiatives LGBTQI+ ont vu le jour avant même la publication de la loi (Fortier, 2019, p. 175). C’est le cas de Damj, reconnue en août 2011, dont certains des fondateurs ont débuté leur engagement dans la lutte contre le VIH/sida comme éducateurs pairs (idem, p. 177), en « œuvrant pour l’inclusion, la défense avec les minorités et des groupes marginalisés dont la communauté LGBT »11. D’autres tentatives de visibilisation de l’homosexualité dans l’espace public voient également le jour, avec la publication notamment de GayDay, magazine spécialisé dont le premier numéro sort en mars 201112.

27À partir de 2012, toute une série d’associations et de collectifs en lien avec la défense des droits des LGBTQI+ apparaissent : Chouf Minorities qui se consacre à la lutte pour les droits individuels corporels et sexuels des personnes LBT avec une approche féministe ; Kelmty, collectif de cyber-activisme ; Mawjoudin We exist (2014), qui promeut l’égalité des droits des minorités sexuelles, notamment les LGBTQI+ ; Shams (2015) pour la dépénalisation de l’homosexualité et le collectif Without Restrictions, la même année, avec une perspective LGBTQI+, féministe, intersectionnelle ; Elweni (2016) sous forme de collectif constitué en association à partir de 2018 ; Outcast (en 2018 également) qui s’adresse aux transgenres ; Mouja (2019), organisation féministe LGBT et le Collectif intersex tunisien, fondé au même moment, qui œuvre à la défense des droits des personnes intersex.

  • 13 . L’ATP+ est une association à but non lucratif qui travaille pour les droits et la dignité, en vue (...)

28La diversification des associations touche également le milieu de la lutte contre le VIH avec l’apparition d’associations de personnes porteuses (PPVIH), l’investissement d’associations « externes » dans la lutte et finalement la multiplication des associations de lutte contre le VIH/sida proprement dit, notamment avec la création de l’Association tunisienne de prévention positive (ATP+)13, fin 2014, par Souhaila, ancienne membre de l’ATL MST SIDA. Selon elle, la nouvelle association vise à répondre au manque d’investissement des associations existantes sur les questions de genre :

On est en train de se spécialiser sur les LGBTQI, les femmes séropositives, les femmes qui vivent des violences, les enfants et les jeunes parce qu’il n’y a pas beaucoup d’autres associations qui travaillent sur ces populations exactement. Les grandes associations en Tunisie qui travaillent sur le VIH ne travaillent pas sur le genre, mais sur la prévention et sur l’accès au traitement. Il y a beaucoup d’associations qui n’ont pas encore commencé à travailler sur les droits humains (entretien réalisé à Tunis, 2019).

29Par son positionnement, l’ATP+ tente ainsi de sortir de l’opposition entre l’approche sanitaire/comportementale et l’approche identitaire qui caractérise le contexte tunisien : « Notre association ne se focalise pas que sur la loi ou sur l’accès au traitement, soit on prend tout le bouquet, soit on ne le prend pas » (ibid.). En essayant d’intégrer l’approche sanitaire et identitaire, l’ATP+ essaie en réalité de problématiser de façon plus large les questions de santé, en tenant compte de la diversité sexuelle et identitaire. L’association tente également de pousser la communauté LGBTQI+ à s’engager dans la lutte contre le VIH. Cet esprit d’ouverture et de mobilisation commune se rapproche d’une logique de rupture avec les associations antérieures, considérées comme trop « gestionnaires » (Broqua, 2005). Il s’agit de développer de nouvelles formes d’action et de dénonciation combinées, nous y reviendrons.

Tensions et écarts

30Le positionnement de l’ATP+ répond partiellement aux critiques adressées régulièrement à l’ATL MST SIDA pour son approche strictement sanitaire, même au contact d’un public LGBTQI+. Bien que cette dernière association fasse sienne pourtant, depuis un moment, la défense des droits des personnes issues de cette communauté, son approche reste effectivement la même :

Il y a des gens qui acceptent et il y a des gens qui refusent de parler de ça. Ils disent que c’est hram, ce n’est pas normal. Nous, on fait le zigzag, c’est comme ça qu’on a travaillé, car ils disent que ce n’est pas prioritaire de parler de ça... donc on parle de la santé pour arriver à ce qu’on veut, on parle de la prévention… et après on parle des droits (entretien à distance avec Issam, 2020).

  • 14 . L’Initiative Mawjoudin pour l’égalité est une organisation non-gouvernementale fondée en 2014 par (...)

31L’approche strictement sanitaire n’est pas partagée par les associations militant pour les droits LGBTQI+ qui s’allient alors davantage avec l’ATP+. Aussi la section tunisoise de l’ATL MST SIDA est releguée à une fonction de relais informationnel et de services. « On n’avait pas de contact direct avec ces associations-là, à part pour orienter quelques personnes pour le dépistage » (entretien à distance avec Karam, 2020). Les militants LGBTQI+ abordent plusieurs différends avec l’association historique pour justifier leur éloignement, notamment leur refus du terme HSH, même si cette position peut gêner une partie de la population avec laquelle ils travaillent. Selon Ali de l’association Mawjoudin14 :

[Les membres de l’ATL MST SIDA] utilisent encore le mot MSM [version anglaise de HSH] jusqu’à maintenant, et […] ces termes-là dérangent [les personnes concernées qui] préfèrent Komita tout simplement, ou bien LGBTQI++. C’est parmi les points que je critique alors [qu’au sein de] l’ATP+, ils ont essayé d’intégrer, de faire les choses, de participer aussi à faire le changement, utilisant «personne queer», LGBT, etc. (entretien réalisé à Tunis, 2018).

32D’autres membres interprètent le changement de discours de l’ATL MST SIDA comme une forme d’alignement sur l’agenda des bailleurs de fonds, le tout en se réappropriant les avancées de la cause :

 L’ATL et autres organismes se sont rendus compte malheureusement que le lobby LGBT international est un très grand lobby qui rapporte de l’argent et, travailler sur la question, c’est toujours [coller aux] agendas des bailleurs de fonds. Du coup, il y a un changement de discours de la part des personnes qui travaillaient dans ces organismes. Il y a eu aussi de la malveillance au cours de ces dernières années par rapport au travail fait par des associations qui militent pour la cause et se mettent dans le risque, et de la réappropriation de ces avancées par certaines associations et certaines personnes au sein de ces organismes. Donc c’est pour ça que plusieurs personnes de la communauté, de plusieurs organismes, sont sceptiques par rapport à l’ATL (entretien à distance avec Karam, 2020).

33Ce changement d’approche au sein de l’ATL MST SIDA s’inscrit en effet dans un contexte national et international favorable à l’adaptation de leur démarche intégrant l’approche identitaire. Une fenêtre d’opportunité (Kingdon, 1984) s’ouvre avec l’évolution politique et économique. Elle ne naît pas seulement du changement politique survenu avec les événements de 2011 mais résulte aussi des capacités croissantes des acteurs de la société civile à s’organiser, à le faire légalement et à participer au débat public pour défendre leur cause. Dans le cas des associations préexistantes, le changement de régime politique et le bouillonnement sociétal a permis de faire évoluer les prises de position afin de tenir compte de l’évolution de la lutte et/ou de répondre aux demandes qui leur étaient formulées.

34Au niveau national, la création d’associations plus diversifiées pour la défense des droits des personnes LGBTQI+ a clairement ouvert la voie à l’engagement sur l’aspect identitaire, sans que cela nuise à la place de l’ATL MST SIDA au sein des instances nationales stratégiques pour la lutte contre le VIH/sida, notamment sa participation au Mécanisme de coordination nationale dans lequel l’association demeure un référent national. À cela s’ajoute la dénonciation politique des violences faites aux LGBTQI+ en 2015-2016 qui a fortement stimulé les engagements dans l’espace public en faveur d’une dépénalisation des associations tunisiennes militant pour les droits de ces personnes. Au niveau international, la fenêtre d’opportunité s’est matérialisée par l’intérêt croissant des bailleurs de fonds à soutenir financièrement la cause, ce qui a poussé à un processus d’ONGisation en ce sens (Jad, 2010). L’arrivée des bailleurs internationaux ne débouche pas seulement sur un enjeu économique. Son impact se mesure en termes d’engagement, de mise en conformité avec toute une série de dispositifs de vérification, de traçabilité et de contrôle exigés des bailleurs et que déploient les partenaires nationaux pour répondre à ces exigences (Luceño Moreno, à paraître). Ces contraintes modèlent les formes d’engagement, les types de coalition entre associations et même les discours diffusés par celles-ci. Il est probable que l’évolution du discours de l’ATL MST SIDA sur la question identitaire ait été influencée par ce contexte avec des bailleurs qui incitent à la défense des droits des minorités sexuelles et de genre, au travail de réseautage et aux collaborations avec d’autres associations.

35Sur le terrain, des conflits inter-associatifs se comprennent dans l’investissement inégal des associations LGBTQI+ contre le VIH/sida. Bien que l’ATL MST SIDA affirme travailler avec la totalité de ces collectifs et associations (à l’exception de Shams), les formes de collaboration diffèrent sensiblement. Avec certaines associations comme Damj, la collaboration est étroite depuis le début de la transition démocratique et se caractérise par des projets collectifs et la participation commune aux événements. Depuis deux ans, Damj a tissé un réseau de collaboration plus large en intégrant de nouveaux acteurs. En revanche, la coopération est plus difficile avec des associations comme Mawjoudin, marquée par les tensions décrites plus haut par les témoins Karam ou Ali. Elle se réduit dans ce cas à des demandes d’information sur les MST et le VIH. Enfin la rupture est presque consommée avec des collectifs comme Shams en raison de méthodes de travail totalement incompatibles. Le recours à des techniques médiatiques agressives est notamment dénoncé par l’ATL MST SIDA (Luceño Moreno, 2020), dans la mesure où elles peuvent mettre en danger des LGBTQI+ à travers l’outing forcé de personnalités ayant tenu des propos homophobes en public.

36Parallèlement, certaines associations comme Mawjoudin se sont clairement écartées de la lutte contre le VIH/sida en raison de leur manque de moyens et d’expertise.

C’était ingérable de couvrir tous les volets, donc on s’est dit que collaborer avec des associations qui travaillaient déjà sur la santé sexuelle, c’était plus judicieux que de faire des partenariats avec ces associations-là ; [il était préférable de] donner notre expertise et expérience sur d’autres domaines et [qu’eux nous donnent en échange] leur expertise et expérience dans le domaine qu’ils connaissaient le plus (entretien à distance avec Karam, 2020).

37Cet écart est également à mettre en relation avec une question plus politique qui touche à l’homosexualisation de la maladie. Les tentatives d’évitement du sujet persistent en conséquence et certains militants LGBTQI+ souhaitent dissocier leur engagement pour la reconnaissance de leurs droits de la lutte contre le VIH/sida en Tunisie :

Notre aide est très minime parce qu’on voulait vraiment rompre cette image en fait. Mais pour Souhaila par exemple, elle pense très différemment de nous. Elle a dit qu’il ne faut pas, que c’est une mauvaise chose de rompre avec cette image […], surtout que malheureusement dans l’histoire, à chaque fois que quelqu’un a essayé de rompre avec cette image, il n’y a eu que de mauvaises choses (entretien avec Ali de l’association Mawjoudin réalisé à Tunis, 2018).

38Directrice de l’ATP+, Souhaila nous confirme ces arguments en lien avec l’histoire de la lutte LGBTQI+ en Occident et critique l’absence de travail des associations :

Je me suis retrouvée à faire des plaidoyers […] pour dire qu’ils ne peuvent parler des droits humains sans parler du VIH, parler des droits des LGBTQI sans parler du VIH sida ou autre problème. Il faut arrêter cette stratégie de travail ; ça ne peut pas marcher comme ça. […] À l’échelle internationale, tout a commencé par le sida ; il faut que vous suiviez l’historique de ce qui s’est passé. Ce n’est que grâce à eux que la société civile communautaire des LGBTQI s’est imposée. Ils n’ont pas compris qu’il y a tout un travail […] qui a été fait pour arriver là (entretien réalisé à Tunis, 2019).

39Malgré les tensions et les écarts, la collaboration entre les différents pôles associatifs n’a pas été rompue définitivement, ce qui a permis de faire avancer la lutte contre le VIH/sida dans les instances officielles avec la participation d’associations défendant les droits LGBTQI+. Le Mécanisme de coordination nationale a ainsi intégré Damj et Mawjoudin dans la liste de ses collaborateurs pour le Plan stratégique national :

Avec le ministre de la Santé, on a intégré le Plan stratégique national, on a fait rentrer la communauté LGBT, donc il y a des représentants pour chaque association, après le partenariat [conclu] avec le ministre de la Santé. Donc les populations, elles sont là ; au ministère de l’Intérieur, ils savent qu’il y a la communauté LGBT en Tunisie (entretien à distance avec Issam, 2020).

40C’est une reconnaissance de l’existence et de l’expertise de ces associations de défense des droits des LGBTQI+ dans le cadre de la lutte contre le VIH/sida, et ce malgré le contexte légal qui pénalise l’homosexualité. Cette inclusion permet d’éclairer la contribution de « la santé sexuelle comme site de reconnaissance des droits, par ailleurs déniés » (Gouyon et Musso, 2017, p. 207).

Face aux chiffres, un changement quantitatif dans les collaborations

41Cette reconnaissance est le préalable à un engagement plus fort de la part des associations défendant les droits LGBTQI+. En effet, depuis deux ans, certaines d’entre elles, comme Damj et Mawjoudin, se sont investies dans la lutte contre le VIH/sida. Plusieurs facteurs ont facilité la mise en place de nouveaux espaces de collaboration, notamment par l’échange de formations pour combler des lacunes réciproques. Comme en témoignage la fondatrice de l’ATP+ :

Pour Mawjoudin, quand j’ai connu le directeur et le cofondateur, il m’a dit : «Nous, on ignore tout sur le VIH. Soyez la première à nous faire des formations». Ils ont connu le Fonds mondial de lutte contre le sida, la position de la Tunisie, les liens des populations LGBTQI, travailleurs et travailleuses du sexe avec le VIH. Tout ce processus, on l’a fait pendant des années. De mon côté, le président m’a aidée à avoir toute la documentation sur les LGBTQI ; il m’a fait participer à des formations et des ateliers (entretien réalisé à Tunis, 2019).

42Ces échanges ont permis un partage des connaissances et participé à l’implication des uns et des autres dans le développement d’un argumentaire axé sur la défense des droits, et non pas uniquement sur l’approche sanitaire. L’inverse est également vrai. Dans le même entretien, Souhaila met en avant le plaidoyer délivré auprès du ministère de la Santé pour utiliser la terminologie LGBTQI+ au lieu des mots MSM/HSH, pour la prise en compte de populations très peu connues et mal recensées comme les transgenres. De même l’évolution du positionnement de Mawjoudin a été largement influencée par l’apparition de nouveaux partenaires, mais surtout par la publication du rapport sur la prévalence sérologique des LGBT. Cela a provoqué véritablement une transition pour l’intégration de l’approche sanitaire dans leur travail de sensibilisation, en partenariat avec les associations de lutte contre le VIH/sida.

Le grand problème maintenant, c’est qu’il y a vraiment eu une baisse de visibilité et de travail sur la santé sexuelle pour les personnes LGBT, durant ces deux dernières années, et on a maintenant des chiffres à la hausse de personnes vivant avec le VIH au sein de la communauté et surtout de jeunes personnes de la communauté, selon […] l’étude faite par l’ATL, il y a quelques mois (entretien à distance avec Karam, 2020).

  • 15 . Les points anti-discrimination ont été créés dans le cadre du projet « Pour la consolidation des (...)
  • 16 . Celui-ci vient s’ajouter à l’observatoire d’éthique régional crée par l’ATL MST SIDA qui informe (...)

43De nouveaux projets conjoints sont alors élaborés, en particulier par l’affiliation au réseau des Points anti-discrimination15 qui se focalise sur les discriminations raciales ou sur celles liées à l’orientation sexuelle et de genre en Tunisie16. Ce réseau est intégré par l’ATP+, Damj, Mawjoudin, Chouf et d’autres comme l’Association pour la promotion du droit à la différence ou Mnemty, luttant contre le racisme.

44En réponse à l’augmentation de la contamination au sein de la communauté LGBT, ces initiatives ont permis de développer le répertoire d’actions collectives (Tilly, 1986). Les actions peuvent prendre diverses formes, notamment la participation aux événements avec la tenue de stands, l’organisation d’événements, de conférences et de soirées, le relais d’informations, la création de spots de sensibilisation ou encore la participation à des projets d’ « expertise » visant à mieux connaître les populations LGBTQI+ tunisiennes. Nous avons également relevé l’intérêt manifesté pour la production de savoirs sur le VIH et sur certains groupes faiblement étudiés comme les transgenres (ATP+, 2019), les migrants et les femmes vivant avec le VIH, fortement touché·e·s par l’épidémie, (ATP+, 2018). Dans le même sens, relevons la diffusion d’une documentation sur la prévention au sein des populations HSH (Coalition Plus, 2018), élaborée par la plateforme Coalition en collaboration avec Damj et l’ATL MST SIDA de Tunis. La prolifération de ces études renvoie aussi à des enjeux de pouvoir présents dès la naissance de l’épidémie et dont « l’équation «savoir = pouvoir», érigée en slogan par l’association Act Up-Paris » (Chartrain, 2013), demeure le symbole dans le monde francophone. Il est toujours d’actualité au Maghreb.

45Bien que la plupart des associations travaillent avec l’ATP+, des collaborations sporadiques ont lieu avec la section tunisoise de l’ATL MST SIDA, ainsi qu’avec son bureau national basé à Sfax. Les collaborations en dehors de la capitale demeurent faibles pour Mawjoudin, malgré différentes tentatives de visites, de participation à l’organisation d’événements. Par contre, Damj compte un bureau au Kef et un autre à Sfax sous le même toit que l’ATL MST SIDA. Il participe ainsi activement avec ses hôtes aux campagnes de sensibilisation, tout en donnant accès à ses services (formation, conseil légal, etc.). Il existe des échanges réguliers entre Damj et l’ATL MST SIDA selon Wael, chargé des populations clés à Sfax :

Si on a une formation, quelqu’un [issu] du personnel ou des éducateurs peuvent participer avec nous. On fait des échanges. Moi, je fais le test, mais si tu as besoin d’un avocat, il y a Damj. S’ils organisent un grand événement, on peut se déplacer pour faire des tests, pour distribuer les préservatifs… Chez eux, pareil, s’il y a des gens qui veulent faire le test, veulent parler avec le psychiatre, l’assistante sociale, ils les envoient chez nous (entretien réalisé à Sfax, 2020).

46Selon les informations qui remontent du terrain, la situation n’est cependant pas identique dans la capitale et en dehors. L’évolution des rapports entre les associations de lutte contre le VIH/sida et la population LGBTQI+ évolue différemment du fait du retard pris par l’approche identitaire au-delà de Tunis. Certains militants ne se sont engagés qu’une fois installés dans la capitale où les risques de l’exposition sont moindres, où la tolérance de la population et sa capacité à saisir les enjeux de la reconnaissance des droits LGBTQI+ sont supérieurs, où les conflits enfin entre centre et périphéries sont atténués. Ces différences entre les approches dans les régions et celles défendues dans la capitale mériteraient un approfondissement qui dépasse le cadre de cet article.

Conclusion

47En définitive, nous avons dépeint l’évolution des interactions entre les associations luttant contre le VIH/sida et celles défendant les droits des personnes LGBTQI+ depuis les années 2000, à Tunis essentiellement. Avant les événements révolutionnaires, l’association ATL MST SIDA a été un des premiers lieux de sociabilité et de formation des personnes issues des minorités sexuelles et de genre. Toutefois, l’impossibilité d’y développer davantage l’approche identitaire a participé à la création d’autres formes de socialisation, notamment à travers les groupes de soutien, qui allaient par la suite se constituer en associations avec la transition démocratique et la libéralisation du droit en la matière.

48Le changement politique et la conquête de l’espace public ont ouvert une fenêtre d’opportunité pour des associations plus diversifiées défendant les minorités sexuelles et de genre, mais également pour celles qui se consacrent à la lutte contre le VIH/sida en Tunisie. Cette diversification s’est accompagnée d’une multiplication des approches : que ce soit au sein de l’ATP+ pour aborder différemment la lutte contre la pandémie en Tunisie, avec une approche associant santé et droits des minorités sexuelles et de genre, ou que ce soit au sein des associations LGBTQI+ revendiquant publiquement la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie. S’est opérée également une diversification interne au sein de structures plus anciennes qui ont commencé à intégrer l’approche identitaire. Cette évolution a été favorisée par les mutations des politiques publiques et par l’incitation internationale des bailleurs de fonds défendant les droits LGBTQI+. Le résultat est une plus grande prise en compte de l’approche identitaire, du moins dans la capitale.

49Dans le cadre de notre enquête, nous avons aussi remarqué deux positionnements distincts vis à vis de la lutte contre le VIH par les associations défendant les droits LGBTQI+. Le premier est un évitement de la question qui s’explique par la crainte de la stigmatisation (homosexualisation du VIH/sida), par des différends avec les associations partenaires, par un manque de personnel qualifié ou d’intérêt. Le second vise à mettre en œuvre diverses formes de travail collectif, plus ou moins développés cependant : les associations luttant contre le VIH/sida ne servent parfois que de relais pour l’information sanitaire ; le partenariat peut être poussé plus loin avec l’organisation commune d’événements, le partage d’activités et de locaux (à Sfax entre Damj et l’ATL MST SIDA par exemple), jusqu’à l’échange de prestations (dans le cas de Mawjoudin et l’ATP+ à Tunis).

50Certaines associations ont dépassé leurs réticences à travailler sur la question du VIH/sida du fait de la diversification des approches sanitaires, mais aussi à la suite d’études scientifiques pointant l’incrémentation de la contamination au sein des minorités sexuelles et de genre en Tunisie. Cette prise de conscience a poussé à un répertoire d’actions collectives entre les deux approches – sanitaire et identitaire. À celui traditionnel des soirées, stands informatifs, de la médiatisation et la prévention, est venu s’ajouter la participation des collectifs de défense des droits LGBTQ+ à la prise de décision dans la lutte contre le VIH/sida, en particulier comme consultants au sein du Mécanisme de coordination nationale. Cela représente pour eux une forme de reconnaissance dans un contexte légal qui leur reste hostile.

Haut de page

Bibliographie

ATL MST SIDA, 2008, L’Association de lutte contre les MST et le Sida – Section de Tunis, Tunis, présentation sur le site www.upr-info.org (consulté en décembre 2020).

ATP+, 2018, Rapport des principaux résultats des dialogues communautaires en Tunisie, Tunis, projet LEARN MENA.

ATP+, 2019, Cartographie des sites de la population transgenre en Tunisie, Tunis, ATP+/Fonds des Nations unies pour la population.

Beaumont Valérie, 2010, « Amitiés particulières au Maghreb : sociabilités et discours homosexuels », L’Année du Maghreb n° 6, p. 221-252.

Ben Abdallah Senim et Hsairi Mohamed, 2007, Analyse de la situation de vulnérabilité vis-à-vis de l’infection par le VIH des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, Tunis, ATL MST SIDA section Tunis /ONUSIDA Tunisie.

Boellstorff, Tom, 2011, « But Do Not Identify As Gay: A Proleptic Genealogy of the MSM Category », Cultural Anthropology vol. 26, n° 2, p. 287-312.

Broqua, Christophe, 2005, Agir pour ne pas mourir ! Act Up, les homosexuels et le sida, Presses de Sciences Po, Paris.

Chartrain Cécile et al., 2013, « VIH/sida : anciennes approches, nouveaux regards », Genre, sexualité & société n° 9, URL : https://journals.openedition.org/gss/2891 [consulté en mars 2021].

Coalition Plus, 2018, La prévention combinée des IST/VIH avec les HSH et les PS femmes, URL : https://www.initiative5pour100.fr/sites/default/files/ressource-doc/MENAprevention.pdf [consulté en mars 2021].

Collins, Rodney, 2012, « Efféminés, gigolos, and MSMs in the cyber-networks, cofeehouses, and “secret gardens” of contemporary Tunis », Journal of Middle East Women’s Studies vol. 8, n° 3, p. 89-112.

Ferrie Jean-Noël, 1995, « Lieux intérieurs et culture publique au Maroc », Politix, n° 31, p. 187-202.

Fortier Edwige, 2019, Contested politics in Tunisia: civil society in a post-authoritarian state, Cambridge, Cambridge University Press.

Girard Gabriel, 2013, Les homosexuels et le risque du sida. Individu, communauté et prévention, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Gouyon Marien, 2018, «Ana loubia». Ethnographies des homosexualités masculines à Casablanca, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.

Gouyon Marien et Musso Sandrine, 2017, « Luttes contre le sida et luttes LGBT au Maroc. Notes exploratoires sur les enjeux d’une imbrication », L’Année du Maghreb n° 17, p. 201-217.

Jad Islah, 2010, « L’ONGisation des mouvements de femmes arabes », in Christine Verschuur (dir.), Genre, postcolonialisme et diversité de mouvements de femmes, Paris, L’Harmattan, p. 419-433.

Kaplan Robert et El Khoury Cynthia, 2017, « The Elephants in the Room: Sex, HIV, and LGBT Populations in MENA. Intersectionality in Lebanon », International Journal of Health Policy and Management vol. 6, n° 8, p. 477-479.

Kingdon John, 1984, Agendas, Alternatives and Public Policies, New York, HarperCollins.

Kréfa Abir, 2019, « Le mouvement LGBT tunisien : un effet de la révolution ? », Ethnologie française vol. 174, no 2, p. 243-260.

Lachheb Monia, 2016, Être homosexuel au Maghreb, Tunis, Karthala/IRMC.

Liman Jinane, 2017, Les associations LGBTQI++ en Tunisie. Émergence d’un nouveau militantisme humain, Tunis, ADLI.

Luceño Moreno Marta, 2020, « La mouvance LGBT tunisienne et les médias : entre «visibilités calculées» et «hyper-visibilité choisie» », in Tourya Guaaybess et Gilles Dacheux (dir.), Communiquer l’invisible, Nancy, Presses Universitaires de l’Université de Lorraine.

Luceño Moreno Marta, à paraître, « Le genre à tout prix ? Analyse décoloniale des aides au développement au profit du genre en contexte tunisien postrévolutionnaire », Civil Society Review.

Ministère [tunisien] de la Santé publique (Office national de la famille et de la population), 2010, Les cercles de la population et de la santé de la reproduction, Tunis, publication sur le site : www.onfp.nat.tn [consulté en mars 2021].

Tilly Charles, 1986, La France conteste, de 1600 à nos jours, Paris, Fayard.Voegtli, Michael, 2013, « La politisation d’une épidémie : les mécanismes de construction d’une cause », Genre, sexualité & société n° 9, article en ligne, URL : https://journals.openedition.org/gss/2873 [consulté en mars 2021].

Young Rebecca et Meyer Ilan, 2005, « The Trouble With «MSM” and “WSW”: Erasure of the Sexual-Minority Person in Public Health Discourse », American Journal of Public Health vol. 95, n° 7, p. 1144-1149.

Haut de page

Notes

1 . Localisées à Bizerte, El Kef, Gabès, Gafsa, Jendouba, Kasserine, Kebili, Mahdia, Médenine, Nabeul, Sidi Bouzid, Sousse, Tataouine, Tozeur, Sfax et Tunis.

2 . Nous tenons à souligner l’indépendance conquise par la section tunisoise, régulièrement mise en avant par les personnes enquêtées. Sa trajectoire se dissocie en effet du siège national de Sfax à la suite de conflits personnels entre les membres fondateurs, mais également en raison de facteurs externes comme l’impossibilité d’obtenir un double financement pour l’ATL MST SIDA et l’Association tunisienne de prévention de la toxicomanie (ATUPRET), présidée par le docteur Hafed. Des différences d’approches et de forts sentiments d’appartenance régionale ont également pesé dans ces dissensions.

3 . L’article 230 du code pénal interdit les relations homosexuelles, en distinguant l’homosexualité masculine (liwat) et féminine (mousahaka). Toutefois, la traduction française de l’article interdit uniquement la sodomie (qui, bien que n’entrant dans aucun des cas prévus aux articles précédents, est punie d’une peine d’emprisonnement de trois ans). C’est toutefois la version en arabe qui fait foi devant le juge.

4 . Sourate 7, versets 80-81.

5 . Damj, association tunisienne pour la justice et l’égalité, est une organisation non-gouvernementale à but non lucratif, créée en 2011 par un groupe de jeunes activistes.

6 . Concept issu de la lutte internationale contre le VIH qui décrit « la mise à contribution de membres d’un groupe donné, chargés de susciter un changement chez d’autres membres de ce même groupe » au sein des associations (ONUSIDA). Le choix de personnes du même âge, de niveau social équivalent ou ayant partagé une expérience semblable, permet de diffuser plus facilement l’information, tout en soulignant certains types de comportements préventifs.

7 . Traduction de l’auteure.

8 . Association tunisienne des femmes démocrates. Il s’agit d’une association historique pour la lutte en faveur des droits des femmes en Tunisie.

9 . Capacity developpement, terme issu de l’aide au développement faisant référence à l’acquisition d’un certain nombre de capacités, des outils et de qualités des personnes ressources à travers des ateliers et des formations. Dans ce cas, la notion fait référence spécifiquement à des connaissances liées à la santé sexuelle, les MST, le VIH mais aussi à des connaissances plus techniques liées à l’organisation associative, à la défense des droits, etc.

10 . Malgré la nouvelle loi sur les associations, l’enregistrement de celles défendant des LGBTQI+ n’aurait pas été possible, légalement, si elles n’avaient pas contourné l’interdiction de l’homosexualité en mettant en avant leur défense des minorités ou des libertés individuelles : « les personnes qui sont allées directement déposer l’autorisation ont dû mettre des généralités sur les causes de l’association pour parler des groupes marginalisés, des groupes discriminés, des groupes non reconnus. Ils n’ont pas dit LGBT parce qu’on n’aurait pas été accepté » (entretien avec Nadhem réalisé à Tunis, 2018). En 2015, Shams a réussi à obtenir le « visa » en tant qu’association pour la dépénalisation de l’homosexualité ; toutefois l’État tunisien a tenté à plusieurs reprises de fermer l’association, sans succès à la suite de jugements rendus en sa faveur.

11 . D’après leur présentation sur le site : https://jamaity.org/association/damj-lassociation-tunisienne-pour-la-justice-et-legalite (consulté en décembre 2020).

12 . D’après leur page Facebook: « Gayday is an e-magazine launched in March 2011 and dedicated to the LGBT community in the Maghreb, MENA region and beyond covering stories and news. Gayday is also meant to be an interactive healthy environment to tackle challenges, advocate for human rights and handle different topics from the LGBTs perspective. »

13 . L’ATP+ est une association à but non lucratif qui travaille pour les droits et la dignité, en vue d’améliorer la participation dans la riposte au VIH et d’influencer la prise de décision et l’élaboration de politiques pour vivre dans la dignité.

14 . L’Initiative Mawjoudin pour l’égalité est une organisation non-gouvernementale fondée en 2014 par des militant.e.s féministes et LGBTQI+ qui luttent contre les discriminations basées sur l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression de genre, les caractères sexuels.

15 . Les points anti-discrimination ont été créés dans le cadre du projet « Pour la consolidation des capacités de la société civile tunisienne dans la lutte contre les discriminations », financé en Tunisie par l’Union Européenne et appliqué par Minority Rights Group International, en partenariat avec Damj. En collaboration avec la société civile, ces points documentent les épisodes de violence envers les minorités et orientent les personnes.

16 . Celui-ci vient s’ajouter à l’observatoire d’éthique régional crée par l’ATL MST SIDA qui informe sur toutes formes de discrimination et de stigmatisation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Modes de transmission du VIH/sida en pourcentage du nombre total de cas enregistrés dans la Tunisie de 1995 et de 2006 (Ministère de la Santé publique, 2010, p. 45)
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/7864/img-1.png
Fichier image/png, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Luceño Moreno, « Continuation, imbrications et écarts : liens entre la défense des droits LGBTQI+ et la lutte contre le VIH/sida en Tunisie », L’Année du Maghreb, 25 | 2021, 59-78.

Référence électronique

Marta Luceño Moreno, « Continuation, imbrications et écarts : liens entre la défense des droits LGBTQI+ et la lutte contre le VIH/sida en Tunisie », L’Année du Maghreb [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/7864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.7864

Haut de page

Auteur

Marta Luceño Moreno

Chercheuse associée à l’IRMC (Tunis).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search