Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25VariaL’ethnographie militaire aux orig...

Varia

L’ethnographie militaire aux origines de la « politique berbère » du protectorat français au Maroc (1912-1915)

Military Ethnography at the Origins of the Berber Policy of the French Protectorate in Morocco”
Mathieu Marly
p. 205-221

Résumés

Cet article propose une analyse exhaustive des archives militaires produites dans le Moyen Atlas marocain entre 1912 et 1915 dans lesquelles l’ethnonyme « berbère » devient une catégorie opératoire du pouvoir colonial. En l’absence de vastes enquêtes ethnographiques dans cette région du Maroc, les officiers sont les premiers à collecter et à analyser les informations disponibles sur les populations berbères avec les outils, les modèles interprétatifs et les préjugés d’une ethnographie militaire inspirée des bureaux arabes et des cercles soudanais. Ces archives de l’ethnographie militaire sont des lieux d’expérimentation et d’incertitudes dans lesquels les militaires analysent les informations recueillies sur les populations « indigènes », élaborent des hypothèses souvent contradictoires, sélectionnent et oublient les données avant que leurs observations ne se figent sous l’effet de la « politique berbère » du protectorat marocain visant à « protéger » l’autonomie des coutumes berbères au Maroc.

Dans un premier temps, l’article analyse les préjugés des officiers quant à la légitimité politique du Maghzen, la « tiédeur religieuse » des populations berbères et le rôle politique du cadre tribal au Maroc. Dans un deuxième temps, l’article montre que l’ethnonyme berbère est produit dans un contexte opérationnel lié à la « pacification » du Moyen Atlas. En effet, à partir de 1913, un groupe d’officiers élabore un nouveau plan d’action politique fondé sur l’unité supposée des « coutumes berbères », espérant obtenir ainsi le ralliement des populations et faciliter la « pacification » de la région. Dans les archives militaires, cette nouvelle approche se traduit par l’apparition des questionnaires ethnographiques sur les coutumes berbères en complément des « fiches de tribus ». À partir de 1915 seulement, les militaires font appel aux représentants du monde académique pour mettre en forme leurs propres conceptions des « coutumes berbères » inspirées de leurs expériences auprès des populations kabyles et touarèg.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Dahir du 11 septembre 1914 sur l’administration des tribus berbères de l’Empire, B.O n° 100 du 21 (...)
  • 2 . Sur le partage de l’ethnographie coloniale entre les administrateurs et le monde savant, voir SIB (...)

1Le 11 septembre 1914, la Résidence générale du protectorat français au Maroc impose au Sultan la promulgation d’un dahir (édit) reconnaissant aux « tribus de race berbère des lois et des coutumes propres en usage chez elles de toute antiquité »1. Cette politique indigène, reconduite par l’application d’un droit coutumier à destination des populations considérées comme berbères par le pouvoir colonial, marque dans les années qui suivent les débuts de la « politique berbère » du protectorat marocain. Charles-Robert Ageron (Ageron, 1971) et Daniel Rivet (Rivet, 1980) ont montré ce que le premier Dahir berbère de 1914 devait à la part d’improvisation de la guerre coloniale, faite de tâtonnements et d’expérimentations davantage qu’à un plan d’ensemble fomenté par les spécialistes d’une politique indigène, certes précoce au Maroc, mais encore indécise dans les premiers temps du protectorat. D’autres travaux, plus récents (Burke III, 2014), ont éclairé les influences diverses du premier Dahir berbère entre les orientalistes de l’école d’Alger, les différentes institutions scientifiques présentes à Rabat et à Tanger et les officiers qui sont alors les seuls acteurs au contact des populations berbères résistantes à l’occupation française2.

2En partant du principal terrain d’opération militaire dans les années 1910, le Moyen Atlas en guerre, cet article entend démontrer le rôle prépondérant des officiers dans la première définition de la « politique berbère » du protectorat, appuyée sur les pratiques spécifiques de l’ethnographie militaire. Sans être nécessairement identifiée à une véritable discipline par les contemporains, l’ethnographie militaire n’en désigne pas moins, a posteriori, un ensemble de pratiques qui peuvent être rattachées à un usage militaire de l’ethnographie telle qu’elle est encore définie à la fin du XIXe siècle (Topinard, 1876). Des bureaux arabes algériens jusqu’aux campagnes du Tonkin et de Madagascar, de la politique des races initiée par le général Faidherbe au Sénégal aux savoirs produits sur les Touaregs, l’ethnographie militaire se caractérise en effet par des méthodes d’observations spécifiques (la tournée de reconnaissance), des documents types (la carte ethnographique, la fiche de tribu), des influences scientifiques et des formes particulières de classifications ethniques et tribales en lien avec le contexte politique et opérationnel des guerres coloniales (Frémeaux, 1995 ; Thomas, 2007 ; Soubrier, 2019).

  • 3 . Les archives de la série 3 H (Service Historique de la Défense, SHD), de la série 1 MA (Centre de (...)
  • 4 . Sur le contenu exact de cette politique au Maroc (justice, éducation), voir EL QADERY, 1995. Sur (...)

3Au Maroc, l’identité « berbère » apparaît en tant que catégorie opératoire du pouvoir colonial - et non seulement comme une catégorie d’analyse ethnographique - à partir du moment où elle est mobilisée comme un outil d’analyse opérationnelle par les militaires. Ce basculement se produit dans les archives des opérations menées dans le Moyen Atlas marocain entre 1912 et 1915, aujourd’hui conservées aux Archives du Maroc de Rabat, au Service Historique de la Défense de Vincennes, au Centre des Archives diplomatiques de Nantes et soumises, sur ces trois années, à une analyse exhaustive3. Ces archives sont principalement produites par les services de renseignement militaire au Maroc dont la mission consiste à informer la politique de « pacification » du Moyen Atlas en désamorçant la résistance armée à l’occupation française. À travers ces écrits, les officiers analysent, tant bien que mal, les informations produites sur les populations berbérophones, élaborent des hypothèses souvent contradictoires, sélectionnent et oublient les données avant que leurs observations ne se figent sous l’effet de la « politique berbère » du protectorat4.

L’ethnographie militaire et le problème de la résistance armée dans le Moyen Atlas

  • 5 . Sur les explorations militaires au Maroc, voir DUSSERRE, 2009.

4Entre 1912 et 1915, les officiers qui analysent les ressorts de la résistance armée dans le Moyen Atlas ne s’encombrent pas du mythe de « l’éternel Jugurtha » ni même de la berbérité comme d’un facteur exclusif des affrontements et des conflits politiques5. Cependant, l’analyse exhaustive des archives militaires révèle certaines interprétations de la résistance armée par l’organisation sociale et politique des populations berbérophones du Moyen Atlas. Incertaines, hésitantes, contradictoires, ces interprétations mettent en forme des questions encore pertinentes pour les anthropologues et les historiens, qu’il s’agisse d’analyser le rapport des populations au pouvoir central, de mesurer les effets mobilisateurs d’un islam rural ou de comprendre le fonctionnement du pouvoir dans un cadre tribal.

Pensée d’État et espace sans État

  • 6 . À l’image des représentations militaires du Sahara au XIXe siècle, BROWER, 2009. Sur la critique (...)
  • 7 . Ce partage, préexistant à la période coloniale, oppose le territoire de la Siba (désordre politiq (...)
  • 8 . Sur l’ignorance militaire du contexte politique précolonial, voir LEFEBVRE, 2017.

5En l’absence de relais politiques du Maghzen suffisamment influents dans la région, les officiers français conçoivent le Moyen Atlas à la manière d’un espace sans État, refusant explicitement l’autorité du sultan et soumis, pour cette raison même, à un désordre et une violence sans limites6. Cette interprétation du partage entre le bilād al-sība et le bilād al-makhzin7 témoigne de représentations étatiques françaises et de l’ignorance des formes politiques précoloniales (Burke III, 1973 a). L’histoire politique de cette région sous le règne de Moulay Abdelaziz (1894-1908), entre révoltes fiscales et soutien de prétendants au trône (roguis), explique cette confusion chez les observateurs militaires. Interprétés comme le signe d’un affaiblissement de l’État marocain, les conflits qui perdurent dans le Moyen Atlas s’inscrivent en réalité dans des formes de relations politiques plus complexes, entre liens d’allégeances au sultan et formes de souverainetés locales, déjà partiellement transformées par la nouveauté que constitue l’occupation des armées coloniales (Perrier, 2019, p. 259-260). Elles impliquent une mobilité du Maghzen – le sultan et ses armées se déplacent pour lever l’impôt, recruter des soldats et négocier les allégeances – et des luttes d’influence pour la souveraineté locale entre chefs de guerre et notables religieux (Dakhlia, 1988 ; Warscheid, 2019). Or les officiers n’ont pas toujours conscience qu’ils participent à un jeu politique précolonial dont ils ignorent en partie les règles8. Les amendes de guerre imposées aux fractions « dissidentes », les levées de partisans armés et les divisions politiques opérées par les services de renseignement – autant de pratiques qui s’inscrivent dans la continuité du Maghzen – coexistent avec la volonté d’imposer un ordre durable et non négociable, bientôt appuyé par le désarmement des populations (Bessac-Vaure, 2020). Les archives militaires rendent compte de cette collision entre deux imaginaires politiques. En 1913, le lieutenant Claudel s’impatiente ainsi des « pourparlers permanents » avec les délégations des Beni M’tir :

  • 9 . CADN, 1 MA 285, rapport du lieutenant-colonel Claudel sur le cercle des Beni M’tir, 24 août 1913.

« Il ne s’agit que d’une paix ou d’une trêve moyennant le paiement d’une indemnité de guerre. Aussitôt cette indemnité payée, nous devrions, à l’exemple des Mehallas chérifiennes, évacuer le pays pour retrouver nos points de départs. Il n’est question au total que de paix et nullement de soumission »9.

6L’ignorance de ces pratiques politiques s’étend aux relations persistantes entre les villes impériales (Fès, Meknès) et les populations montagnardes, lesquelles constituent un véritable ressort de la résistance à l’occupation française dans le Moyen Atlas (Burke III, 1973 b). Cette myopie de l’ethnographie militaire apparaît pleinement dans les jugements portés sur les croyances religieuses des combattants de l’Atlas.

Jihâd et tiédeur religieuse

  • 10 . CADN, 1 MA 119, Note sur le Cherif Sidi Ali Amhaouch par le lieutenant Bertschy, 1er novembre 191 (...)
  • 11 . Sur la résistance des confréries aux armes coloniales, voir CLANCY-SMITH, 1994, et TRIAUD, 1995.
  • 12 . Sur la résistance de cette confrérie dans le Sud marocain, voir DUNN, 1977.

7Dans le Moyen Atlas en guerre, les officiers français semblent parfois sous-estimer les effets de l’appel au jihâd pour organiser la résistance armée. Pourtant, les signes de cette mobilisation religieuse ne manquent pas dans les archives militaires. Ce sont les croix arrachées dans les cimetières des postes, les messages interceptés qui appellent à chasser les chrétiens, les chants de guerre et les prophéties eschatologiques d’Ali Amhaouch (Peyron, 2001), descendant d’une dynastie maraboutique guerrière, dont les tirailleurs sénégalais de Mangin craignent alors qu’il ne s’agisse du fils du Cheikh Ahmadou Bamba10. Les archives militaires enregistrent à la marge ces « arrières-mondes » (Bertrand, 2014) de la guerre coloniale sans toujours prendre au sérieux la puissance des appels à chasser les chrétiens. Car les formes religieuses de cet islam des zawiya-s (confréries) et des saints ne sont pas considérées par les officiers comme une véritable menace. Les puissantes confréries soufies rencontrées par le pouvoir colonial en Kabylie et dans le Sahara algérien ne trouvent pas de relais politiques dans le Moyen Atlas entre 1912 et 191511. Puissante avant l’arrivée des Français, la confrérie de la tariqa darqawiyya (Peyron, 1995) comptant ses relais de part et d’autre de la frontière algéro-marocaine est trop divisée12. Allié aux darqawiyya-s, Ali Amahouch peine à faire reconnaître une autorité concurrencée par Moha Ou Saïd, chef de guerre dans le Tadla et Moha Ou Hamou à la tête de la confédération Zaïan.

8En l’absence de grandes figures religieuses – ou perçues comme telles –, les officiers français désignent leurs adversaires parmi les principaux imgharen (chefs de guerre). Cette croyance dans les vertus guerrières et l’esprit d’indépendance suffit le plus souvent à rendre compte de la combattivité des populations du Moyen Atlas. Dans le récit colonial de la conquête, Moha Ou Hamou devient ainsi l’incarnation de cette résistance réduite à l’exaltation des valeurs guerrières (culture du baroud et de la razzia) et de l’irrédentisme montagnard, devenus, dans les années 1920, un lieu commun du discours colonial sur les guerriers berbères de l’Atlas (Maghraoui, 2013).

  • 13 . Sur la vision d’un islam kabyle supposé superficiel par le pouvoir colonial au XIXe siècle, voir (...)
  • 14 . CADN, 1 MA 285, renseignements sur les tribus Zaïans par le lieutenant Haring, 1911.
  • 15 . CADN, 1 MA 285, Victor Loubignac, notice sur le saint Moulay Bou Azza, 1915.

9Cette dévaluation du facteur religieux doit beaucoup à la représentation d’un islam berbère perçu comme superficiel et peu enclin à l’orthodoxie, sur le modèle du « mythe kabyle » alors largement répandu dans le monde militaire13. Ce jugement se retrouve dès 1911 dans un rapport du lieutenant Haring prêtant aux Zaïans, « tout comme les berbères », des sentiments « tièdes en matière de religion »14. Sous la direction de René Basset et d’Émile Laoust, les premières études sur les populations berbères menées au Maroc confortent cette vision en cherchant dans ces formes religieuses la trace de rites préislamiques (Rachik, 2012, p. 107-116). Lorsqu’en 1915 les services de renseignement s’intéressent au sanctuaire soufi de Moulay Bou Azza en raison de la popularité du saint en pays zaïan, l’intérêt stratégique laisse la place à la curiosité ethnographique pour un culte soufi dont Victor Loubignac considère qu’il reflète l’état d’un islam « dans l’enfance de l’humanité », à peine sorti du « culte des idoles »15.

10Cette empathie relève d’une attitude plus générale vis-à-vis de l’islam observé par les officiers chez les Touaregs, de Tombouctou au Sahara algérien, et chez les populations musulmanes du Soudan occidental (Frémeaux, 1995, p. 136-137 ; Royer, 2019, p. 224-227). L’intérêt pour les formes jugées les moins orthodoxes de l’islam apparaît comme le corollaire d’une attitude méfiante, voire franchement hostile, pour une religion considérée comme un instrument de résistance à la domination coloniale. L’observation des rites fétichistes, comme des formes rurales de l’islam berbère, permet à beaucoup d’observateurs militaires d’espérer que cet écart supposé à la norme s’accompagne d’une plus grande tolérance à la présence militaire française. Cette empathie relève également d’un imaginaire agrarien puissant chez les élites sociales lorsqu’il s’agit de conserver les traditions rurales, dans les colonies comme en métropole (Dimier, 2004). En l’absence d’observations plus approfondies, cet agrarisme conduit les observateurs à opposer de manière caricaturale un islam puritain des villes à un islam soufi des champs, alors même que les pèlerinages des confréries et le culte des saints étaient encore bien présents à Fès aux débuts du protectorat (Amster, 2013).

  • 16 . Sur les spéculations ethnographiques des administrateurs et militaires en situation coloniale, vo (...)
  • 17 . La psychologie indigène est enseignée par Georges Hardy à l’IHEM (Institut des Hautes Études Maro (...)
  • 18 . CADN, 1 MA 227, Lettre d’Alfred Le Châtelier au colonel Huot, 15 janvier 1923.
  • 19 . SHD, 3 H 1030, Relation des impressions de deux notables Cheikh Lahcene Ben Abdallah El Kendoussi (...)

11Cette vision agrarienne et paternaliste s’exerce à l’égard de populations dont les mobiles religieux ne sont pas véritablement compris et font l’objet des spéculations les plus étranges du pouvoir colonial16. Dans une lettre étonnante envoyée au chef des services de renseignement en 1923, Alfred Le Châtelier, qui se targue de ses compétences en « psychologie indigène » (Singaravélou, 2008), estime qu’il est possible d’instrumentaliser les populations « berbères » en lançant des grenades à l’ypérite dans les souks pour faire croire à la colère des saints17. Dans le même courrier, Le Châtelier appelle à suivre la politique de Moulay Hassan (1873-1894) qui, « lorsqu’ils n’étaient pas sages » fermait aux Aït Youssi l’accès au pèlerinage de Moulay Idriss18. Par une belle ironie des archives, les Aït Youssi apparaissent dans le compte-rendu de deux informateurs en 191519. Alliés aux Zaïans et Beni M’tir dans la résistance à l’occupation française, les Aït Youssi reçoivent une lettre du Cherif Belkacem N’gadi qui cherche à imposer une autorité fragile et contestée à partir du Tafilalet (Peyron, 1991). Selon le rapport des informateurs, la lettre provoque un « effet désastreux » sur l’auditoire. Après la traditionnelle exhortation à chasser les chrétiens, Belkacem N’gadi demande l’envoi de cent cavaliers provoquant parmi l’assemblée les rires et les quolibets contre la « triste figure » du Cherif renvoyé à ses origines sahariennes. À l’opposé des simplifications paternalistes d’une « psychologie indigène », la réponse des Aït Youssi informe les officiers de la complexité du jeu politique local. Cette liberté d’action, en dehors d’alliances durables, constitue la principale inquiétude des autorités militaires qui cherchent dans l’organisation politique des « tribus » la réponse à leurs incertitudes.

La tribu introuvable

  • 20 . Pour une approche historique et anthropologique de la tribu au-delà de l’intitulé colonial, voir (...)

12En l’absence de chefs de guerre et d’autorités religieuses qui leur soient favorables, les officiers français se tournent vers les organisations tribales20. Mais les vieilles recettes des bureaux arabes ne sont pas suffisantes dans les premiers temps de la guerre coloniale. Les officiers ne sont pas encore en mesure, comme en Algérie, de nommer directement leurs caïds ni même de s’appuyer sur les allégeances locales du Maghzen. Ils ne peuvent pas prescrire, mais seulement décrire des organisations tribales dont ils cherchent à recenser puis à archiver les formes pour mieux les soumettre. Les « tableaux de fractionnement », documents les plus récurrents de l’ethnographie militaire au Maroc, permettent ainsi aux officiers d’archiver, pour mieux diviser, les forces ennemies et alliées et leurs organisation politiques en cercles concentriques (confédération, tribus, fractions, clans, familles).

Tableau de fractionnement des Beni M’Guild, 1912

Tableau de fractionnement des Beni M’Guild, 1912

L’officier de renseignement chargé de la rédaction de ce tableau a placé dans la colonne de gauche le nom des clans et fractions et dans la colonne de droite le nom des notables. Il a souligné en bleu le nom des notables qui se sont présentés au poste et en rouge les fractions transhumantes. (C0920, Archives du Maroc, Rabat).

13Rédigés sous des formes qui peuvent varier du simple tableau à l’arborescence généalogique plus complexe, ces documents offrent l’aspect rassurant d’une mise en ordre du savoir ethnographique. La lecture des archives révèle cependant quelques signes d’inquiétudes derrière l’apparence d’un savoir colonial maîtrisé. Dans une note destinée aux officiers du renseignement en 1915, le général Henrys prend acte de la difficulté de produire, d’archiver et d’analyser ces informations :

  • 21 . SHD, 3 H 1030, Rapport du général Henrys, 10 mars 1915.

« L’enchevêtrement considérable des fractions et des tribus, les divisions qui en résultent facilitent les travaux d’approche par le jeu des compétitions et des appétits [mais ] cet éparpillement des éléments rendra par contre plus difficile l’organisation rationnelle »21.

  • 22 . CADN, 1 MA 147 B, rapport du colonel Garnier Duplessis, 22 septembre 1914 ; A MA 285, Notice sur (...)

14De manière paradoxale, les officiers de renseignement tentent de fixer dans l’archive des formes politiques dont ils reconnaissent par ailleurs la grande instabilité. En effet, le caractère éphémère et la recomposition des alliances entre autorités religieuses, chefs de guerre, confédération, tribus, clans et fractions rendent particulièrement complexe l’identification des chefs à combattre ou à rallier. Lorsqu’il s’agit de désigner des relais politiques parmi les notables, les officiers s’appuient sur les jemaa-s (assemblée de notables des tribus) dont ils peinent à tirer des interlocuteurs. Les rapports notent le cas de ces jemaa-s qui ne parviennent pas à désigner de représentants, de ces notables qui prétendent représenter des jemaa-s sans pouvoir le prouver ou de ces « simples bergers » renvoyés du poste de Mrirt parce qu’ils paraissent trop modestes pour négocier une soumission22.

  • 23 . L’étude ethnographique de Robert Montagne, officier de marine, est commandée par Lyautey.
  • 24 . Selon la théorie segmentaire proposée par Ernest Gellner au Maroc, les conflits récurrents au sei (...)
  • 25 . CADN 1 MA 285, notices sur Moulay Bouazza, avril 1915 et notice sur le saint Sid Mohammed ben Mba (...)

15Pour les services de renseignement, la difficulté consiste à saisir le centre de gravité des décisions qui conduisent les groupes tribaux à entrer en guerre ou à accepter l’autorité coloniale. En ce sens, les questions posées par les officiers ne sont guère différentes de celle formulées par l’anthropologie politique pour aborder le fonctionnement des « sociétés sans États ». Elles ne consistent pas seulement à créer de toutes pièces ces autorités, mais à saisir les mécanismes complexes par lesquels ces autorités surgissent au sein des organisations tribales. Cette question sera posée, dix ans plus tard, dans les travaux de Robert Montagne sur l’émergence des chefs dans les tribus du Sud de l’Atlas (Montagne, 1930)23. Dans les années 1950 et 1960, les travaux d’Ernest Gellner, en partie inspirés de l’approche de Montagne, proposeront un modèle d’explication politique inspiré de la théorie segmentaire développée par Edward Evans Pritchard chez les Nuer du Soudan24. Mais pour l’heure, les officiers ne disposent pas d’un cadre conceptuel ni même d’enquêtes ethnographiques plus approfondies sur les rites et le droit coutumier, les dettes de sang, le rôle des saints, publiées seulement à partir de 1915 dans la revue des Archives Berbères. Tout au plus, les rapports notent-ils, à la marge, leurs interrogations sur les mythes généalogiques des tribus25. Car sur le terrain, la résolution des problèmes théoriques compte moins que la capacité des services de renseignement à faire valoir leur expertise dans la conduite des opérations.

L’invention militaire de la « politique berbère »

16Dans la compétition engagée pour l’accumulation du « capital ethnographique » (Steinmetz, 2008) sur les populations du Moyen Atlas, les militaires l’emportent dans les premières années du protectorat. À l’exception de rares orientalistes et linguistes berbères issus de l’École d’Alger (Victor Loubignac, Émile Laoust), ils sont bien souvent les seuls à produire des données ethnographiques à partir de leurs observations de terrain. La première formulation d’une « politique berbère » au Maroc, fondée sur ces observations, se produit donc à l’intérieur d’un champ militaire lui-même divisé en groupes d’intérêts divergents dans la manière de concevoir la guerre coloniale et le rapport aux populations « indigènes ».

Mise en forme de la « question berbère » (1913-1914)

  • 26 . Sur les origines de cette méthode de « pacification », voir KLEIN, 2013.
  • 27 . SHD, 3 H 583, rapport du colonel Mangin sur les opérations du Tadla, 21 juin 1913.
  • 28 . SHD 3 H 269, rapport confidentiel du général Franchet d’Espèrey, 19 juin 1913.

17Durant la campagne du Tadla (mars-juillet 1913), le colonel Mangin, profitant du succès éditorial et politique de la Force noire (1910), fait valoir ses propres conceptions de la guerre coloniale et s’oppose à la stratégie prudente de pacification, promue par Lyautey, entre démonstration de force et négociations politiques26. Au travail de fourmi nécessaire à l’établissement des « tableaux de fractionnement », Mangin privilégie une lecture ethnicisante héritée de la mission d’étude des « troupes noires » menées sur la demande de William Ponty au Soudan en 1910 (Soubrier, 2019, p. 436-476). Encore imprégné de ses théories sur le recrutement, il décrit en 1913 une population du Tadla « à caractère anarchique et forte valeur guerrière » dont les confédérations tribales forment des « sortes de groupements ethniques très divisés »27. Il réitère cette lecture dans le projet d’occupation du pays zaïan transmis à Lyautey, à la grande fureur de ce dernier qui n’entend pas perdre la main sur la conduite générale des opérations. Envoyé à ses côtés, le général Franchet d’Esperey ne manque pas d’épingler « l’ignorance liée à la grande confiance » de Mangin qui passe outre les conseils des officiers de renseignement dans la région28.

  • 29 . Mangin est finalement écarté de la campagne du Maroc en août 1913. Sur les conflits au sein de la (...)
  • 30 . Cette prudence est encore renforcée lorsque les effectifs militaires sont réduits par l’envoi des (...)
  • 31 . CADN, 1 MA 285, rapport sur les Beni M’tir, 16 mars 1913 ; SHD, 3 H 901, rapport du général Henry (...)

18Cette imprudence conduit Mangin dans les défilés montagneux d’El Ksiba en juin 1913, entraînant la mort de plus de 150 soldats dans le camp français29. Lyautey interdit dès lors l’incursion des colonnes dans les montagnes sans le travail préalable des services de renseignement et soutient la stratégie alternative proposée par le général Henrys à partir de 191330. Cet ancien officier des Affaires indigènes en Algérie, passé par le Soudan durant la campagne de 1898, a intégré le premier cercle de Lyautey lors de son passage dans le cercle d’Aïn Sefra en 1903 et dispose d’une légitimité suffisante pour élaborer un plan général de « pacification » du Moyen Atlas sur la foi des observations et des préjugés de l’ethnographie militaire. C’est dans les archives produites par Henrys et son entourage qu’apparaît, dès 1913, la formulation d’une « question berbère » conçue comme le préalable à un plan d’action militaire31. Cette montée en généralité procède d’un changement d’échelle dans le rapport aux tribus du Moyen Atlas. À l’analyse lente et minutieuse des tableaux de fractionnement d’une tribu, le général Henrys substitue une analyse à l’échelle régionale du « bloc berbère » qu’il s’agit de diviser et de réduire par des opérations militaires et politiques.

Les Berbères du général Henrys

  • 32 . Le cercle autonome des Beni M’tir est créé spécialement pour Henrys le 1er mars 1913 dans l’objec (...)
  • 33 . BERNARD Augustin, 1913, Le Maroc, Paris, F. Alcan. L’année suivante, Le Glay rédige une note, « l (...)
  • 34 . Archives nationales, 594 AP/3, Fonds Edouard Brémond, rapports le Glay sur les Beni M’tir (3 et 1 (...)
  • 35 . Au mois de juillet 1913, Le Glay écrit ses « notes constitutives à la question berbère » qui repr (...)
  • 36 . Edouard Brémond s’illustre à partir de 1916 aux côtés de Thomas Edward Lawrence et du Chérif Huss (...)

19Les premières réponses à la « question berbère » sont formulées par les officiers qui accompagnent le général Henrys dans les postes et les colonnes du cercle Beni M’Tir au printemps 191332. Parmi eux, le capitaine Le Glay fait figure d’expert, par son expérience antérieure et ses liens avec les défenseurs d’une « Berbérie » en Afrique du Nord, tels le géographe Augustin Bernard et Louis Mercier, alors responsable des affaires chérifiennes33. Mais à cette date, Le Glay n’est pas encore l’écrivain berbérophile, défenseur de la politique indigène du protectorat, et ses rapports sont principalement fondés sur les observations et les discussions avec les officiers du cercle Beni M’Tir34. Agent politique de la Résidence, il organise la venue du général Lyautey au poste d’Ito le 8 juillet 1913 pour rendre compte de la nouvelle stratégie politique suivie par Henrys35. Il est assisté par Édouard Brémond, chef des services de renseignement de la colonne Henrys et futur apologiste de la « politique berbère » en Afrique du Nord36. C’est dans ce cercle restreint qu’est formulée l’hypothèse ethnographique à l’origine de la « politique berbère » du protectorat. Celle-ci est clairement résumée en 1913, dans une note du secrétariat général du gouvernement chérifien :

  • 37 . CADN, 1 MA 101, note du secrétariat général du gouvernement chérifien, 1913.

« Les clans berbères de mœurs très démocratiques sont forcément froissés par notre administration s’appuyant sur l’autorité effective du caïd qui n’est chez eux que le primus inter pares. Enfin, ils supportent difficilement l’ingérence dans leurs affaires de chrétiens qui sont souvent complètement ignorants de leurs us et coutumes. C’est ainsi que les Beni M’tir, qui s’étaient tenus tranquilles tant que les officiers de la mission militaire se bornèrent à occuper [le poste d’] El Hajeb, se révoltèrent lorsque le service de renseignement de Meknès prit en main leur direction. » 37

  • 38 . Sur la politique des protections communautaires du protectorat marocain, voir WYRTZEN, 2015.
  • 39 . SHD, 3 H 584, Instructions politiques du général Henrys (6 juin 1914) ; 3 H 904, Principes d’orga (...)
  • 40 . C’est seulement à l’été 1914 qu’Henrys fait appel à Laoust. SHD 3 H 904, Rapport sur les opératio (...)

20La note résume le changement de stratégie militaire opéré dans le Moyen Atlas à partir de 1913. Il ne s’agit plus de soumettre les tribus au nom du Maghzen mais de respecter leur indépendance et leurs coutumes en instituant une forme de protection au sein même du protectorat38. Dans la même intention sont rédigés, l’année suivante, les instructions politiques d’Henrys, les circulaires destinées aux officiers durant les opérations militaires en pays zaïan (mai-juin 1914) et le Dahir « berbère » du 11 septembre 191439. Les présupposés ethnographiques de cette « politique berbère » se passent, dans un premier temps, de la contribution des linguistes et des ethnographes des écoles d’Alger et de Rabat car ils répondent avant tout à des enjeux opérationnels40. Il s’agit, pour ses concepteurs, de répondre, une fois pour toutes, aux questions laissées en suspens par les services de renseignement. À la représentation d’un espace sans État, elle surimpose l’image d’une montagne berbère organisée par ses traditions. De même, les motifs religieux de la résistance armée sont définitivement réduits à la manifestation d’un esprit d’indépendance contre les incursions étrangères. Dans ces conditions, censées satisfaire les populations locales, les officiers comptent sur les mœurs démocratiques berbères, incarnés par des jemaa-s, pour faire émerger de solides relais politiques.

  • 41 . Archives berbères, vol. 1, publication du Comité d’Études Berbères de Rabat, année 1915.
  • 42 . Cette lecture ethnicisante pourrait être un élément d’explication à la dichotomie du savoir colon (...)

21Pour répondre aux enjeux opérationnels, cette formule politique n’en comporte pas moins un changement d’échelle substituant l’ethnie berbère (échelle régionale) à la tribu (échelle locale) dans le langage de l’ethnographie militaire. Cette nouveauté apparaît comme la rencontre de deux méthodes : la monographie tribale patiemment développée par les officiers en Algérie et les processus d’invention des ethnies africaines initiés par le général Faidherbe au Sénégal sous la forme des questionnaires (Glasman, 2004). Pour cette raison, les premières enquêtes berbères sont lancées dès le 30 juillet 1913 sous la forme de questionnaires et plusieurs fois reformulées avant d’être formalisées dans le premier numéro des Archives berbères en 191541. En théorie, ces enquêtes sont un outil plus efficace que les tableaux de fractionnement. Il ne s’agit plus seulement de recenser et diviser les fractions tribales à la recherche de chefs dont l’autorité n’est jamais assurée, mais d’appuyer la légitimité coloniale sur le consentement des populations à leurs coutumes et aux chefs qu’elles se sont choisies dans les jemaa-s. L’ethnicisation sur la foi de coutumes préexistantes doit permettre d’obtenir la confiance des populations par l’instauration d’un droit coutumier, principalement fondé au XIXe siècle sur les enquêtes des administrateurs civils et militaires (Anselme, M’Bokolo, 2005)42.

  • 43 . Sur le « mythe touareg » construit par les officiers, voir CASAJUS, 2004.

22Dans le Moyen Atlas, ce processus aboutit à des comparaisons spontanées avec l’expérience des officiers sur d’autres terrains coloniaux. Les berbères marocains sont ainsi comparés aux Touaregs rencontrés dans le Sahara et au Soudan par le général Henrys à la fin du XIXe siècle. L’ethnicisation berbère au Maroc reprend ainsi les lieux communs du « mythe kabyle » et du « mythe touareg » (mœurs démocratiques, différence anthropologique avec le populations arabes, islamisation superficielle43). Aux comparaisons avec d’autres terrains (Algérie, AOF), il faut ajouter les généralisations sans véritable comparatisme à l’échelle régionale. Ainsi, l’entourage militaire d’Henrys relève certains traits distinctifs des Beni M’Tir (langue tamazight, opposition « ancestrale » au Maghzen, rôle des jemaa-s) pour les généraliser au « bloc berbère » quand bien même la diversité linguistique, les formes politiques et les liens anciens avec les villes et le sultan ne dessinaient pas de contours aussi nets dans l’empire chérifien.

  • 44 . La demande de création d’un Comité d’Études Berbères à Rabat, sous la direction du colonel Simon, (...)
  • 45 . SHD, 3 J 1030, note sur la visite du camp Beni M’tir, 5 avril 1915.
  • 46 . Le présupposé de femmes libres échappant à la loi islamique est récurrent dans les représentation (...)

23Conscient des limites de ces observations, Henrys réclame en 1915 la création d’un centre de documentation ethnographique berbère à Meknès, dans lequel les officiers pourront recevoir l’enseignement d’ethnographes et de linguistes44. Mais il n’en mène pas moins sa propre enquête lorsqu’il se rend pour la première fois chez les Beni M’Tir au mois de mars 191545. Dans le long rapport qu’il envoie à Rabat, le général décrit les danses, les spectacles et les repas auxquels il assiste, accompagné de l’interprète Mohammed Abès, et qui sont autant de prétextes à la célébration de traditions berbères qu’il semble découvrir. Impressionné par les ahidous (danses traditionnelles berbères), il décrit ce « rite d’origine lointaine » et la grande liberté des femmes qui y participent46. Sous la plume du général, il n’est pas jusqu’au rythme et aux mouvements des corps qui n’expriment les mœurs démocratiques berbères, lorsque la danse « contraint cette foule à modérer ces élans, ne laisse rien à l’initiative individuelle et veut bien permettre qu’on se réjouisse mais sous l’œil de l’aéropage populaire qui dicte la joie, en décide la forme et soudain, quand ça lui plaît, en arrête net l’effet ». Au terme de son rapport, Henrys se trouve dans la position de l’ethnographe dont les résultats sont connus avant la collecte des données :

  • 47 . SHD, 3 J 1030, note sur la visite du camp Beni M’tir, 5 avril 1915.

« Du spectacle de leurs mœurs et de leur sociabilité nullement farouche, de l’accueil qui a été fait à ma personne et à mes paroles, j’ai rapporté cette impression que notre emprise sur ces populations sera peut-être plus facile que sur d’autres plus empreintes de philosophie et de religion et par suite moins maniables moralement. Nous sommes là sur un terrain frustre où aucun dogme n’a poussé de racines profondes. Rien ne les sépare que l’ignorance d’un état social meilleur dont nous sommes entièrement libres de tracer la voie et l’aspect, par une amélioration progressive de leurs vieilles coutumes par exemple »47.

  • 48 . Sur l’apparition de ces catégories opératoires dans les archives coloniales, voir STOLER, 2009, p (...)

24La « politique berbère » du protectorat marocain repose sur des présupposés anthropologiques qui ne sont pas l’œuvre exclusive des thuriféraires du mythe kabyle et des professeurs de l’École d’Alger, mais bien des officiers cherchant des solutions à la résistance armée dans le Moyen Atlas. Ce que montre une lecture minutieuse des archives c’est en définitive l’apparition d’une catégorie opératoire – l’identité coloniale berbère –,  devenue pertinente pour les officiers à partir du moment où celle-ci transforme les doutes en certitude sur la nature de l’ennemi et qu’elle offre un modèle d’action pour la « pacification » du Moyen Atlas48. Ce sont ces hommes qui esquissent à partir de 1913 les grandes lignes d’une « politique berbère » sur la foi d’observations partielles, de préjugés tenaces (notamment sur l’islam) et de modèles interprétatifs empruntés aux bureaux arabes et aux cercles soudanais. Dans les archives, l’apparition du questionnaire ethnographique, en complément du tableau de fractionnement, constitue certainement l’aspect le plus significatif de cette histoire de l’ethnographie militaire sur le terrain marocain. Hérités des bureaux arabes algériens, les tableaux de fractionnement permettent de diviser les forces ennemies mais ils n’offrent pas de solution durable au problème de la résistance armée qui menace l’équilibre du protectorat. La généralisation ethnique, fondée sur les « coutumes berbères », constitue une solution idéale pour substituer à la complexité des enjeux politiques locaux une formule généralisable au Moyen Atlas. Mais en l’absence d’une démarche comparatiste, cette montée en généralité s’accompagne des poncifs recueillis par les officiers au contact de populations kabyles et touarègues, donnant un nouveau souffle et une coloration marocaine au « mythe berbère » relayé par la politique indigène du protectorat.

Haut de page

Bibliographie

Addi Lahouari, 2013, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner & Clifford Geertz, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Ageron Charles-Robert, 1971, « La politique berbère du protectorat marocain de 1913 à 1934 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 18-1, p. 50-90.

Ageron Charles-Robert, 1968, « Le « mythe kabyle » et la politique kabyle », Les Algériens musulmans et la France, tome I, Paris, PUF.

Amster Ellen J., 2013, Medecine and the Saints : Science, Islam and the Colonial Encounter in Morocco, 1877-1956, Austin, University of Texas Press.

Andurain (d’) Julie, 2017, Colonialisme ou impérialisme ? Le parti colonial en pensée et en action, Paris, Éditions Zellige.

Anselme Jean-Loup et M’Bokolo Elikia (dir.), 2005, Au cœur de l’ethnie. Ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte.

Ben Hounet Yazid, 2009, « Que faire de la tribu ? A propos du phénomène tribal en Algérie et dans le monde musulman », Journal des anthropologues, n°116-117, p. 493-515 [en ligne sur OpenEdition].

Berque Jacques, 1954, « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine ? », in Éventail de l’histoire vivante. Hommage à Lucien Febvre, Paris, Armand Colin, p. 261-271.

Bertrand Romain, 2014, « Au milieu du gué. Situations de l’anthropologie historique du fait colonial », Genèses, Sciences sociales et histoire, 97, p. 140-148.

Bertrand Romain, 2019, « Comment jouer à chat perché ? », postface à Scott James C, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil.

Bessac-Vaure Steve, 2020, « Groupes armés et monopolisation de la violence dans l’empire chérifien (années 1900-1920), 20 & 21, Revue d’histoire, 145, p. 49-61.

Brower Benjamin, 2009, A Desert Named Peace. The Violence of France’s Empire in the Algerian Sahara, 1844-1902, New-York, Columbia University Press.

Burke III Edmund, 1973 a, “The image of the Moroccan state in French Ethnological Literature: new light on the origins of Lyautey’s Berber policy” in Gellner Ernest and Micaud Charles (dir.), Arabs and Berbers. From tribe to Nation in North Africa, London, G. Duckworth.

Burke III Edmund, 1973 b, « Rural Resistance and Popular Protest in Morocco : a Study of the Tribal Rebellion of 1911 », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 13-14, p. 193-206.

Burke III Edmund, 2014, The Ethnographic State. France and the Invention of Moroccan Islam, Oakland, University of California Press.

Casajus Dominique, 2004, « Henri Duveyrier et le désert des saint-simoniens », Ethnologies comparées, 7.

Chaker Salem, 1989, Berbères aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.

Chachoua Kamel, 2001, L’islam kabyle. Religion, État et société en Algérie, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose.

Clancy-Smith Julia, 1994, Rebel and Saint. Muslim Notables, Populist Protests, Colonial Encounters (Algéria and Tunisia 1800-1904), Los Angeles, University of California Press.

Dakhlia Jocelyne, 1988, « Dans la mouvance du prince : la symbolique du pouvoir itinérant au Maghreb », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 43, p. 735-760.

Dimier Véronique, 2004, « Le Commandant de Cercle : un « expert » en administration coloniale, un « spécialiste » de l’indigène ? », Revue d’Histoire des Sciences Humaines n° 10, vol. 1, p. 3957.

Dunn Ross E., 1977, Resistance in the Desert : Moroccan Responses to French Imperialism, 1881-1912, Londres, The University of Wisconsin Press.

Dusserre Aurélia, 2009, Atlas, sextant et burnous. La reconnaissance du Maroc (1846-1937), thèse de doctorat, Université Aix-Marseille.

El Qadery Mustapha, 1995, L’État-national et les berbères. Le cas du Maroc. Mythe colonial et négation nationale, thèse de doctorat, Université Montpellier 3.

El Qadery Mustapha, 2010, « L’Afrique a-t-elle perdu le Nord ? Le Maghreb et ses dichotomies coloniales », Cahiers d’études africaines, p. 731-754.

Fremeaux Jacques, 1995, L’Afrique à l’ombre des épées, 1830-1930, Vol. 2, Vincennes, S.H.A.T, p. 128-149.

Gellner Ernest, 1969, Saints of the Atlas, London, Weidenfeld and Nicholson.

Ginio Ruth, 2002, « French Colonial Reading of Ethnographic Research. The Case of the Desertion of the Abron King and its Aftermath”, Cahiers d’études africaines, 166, p. 337-358.

Godelier Maurice, « Le concept de tribu – crise d’un concept ou crise des fondements empiriques de l’anthropologie ? », in Horizon, trajets marxistes en anthropologie, Paris, Maspéro, 1973, p. 93-131.

Henriet Benoît, 2018, « Des ethnographes anxieux. Pratiques quotidiennes du pouvoir au Congo Belge », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 140, p. 41-54.

Klein Jean-François, 2013, « Le sorcier de la pacification, Théophile Pennequin (1849-1916) », in El-Mechat Samia (dir.), Les administrations coloniales et la pacification, Paris, Éditions du CNRS, p. 35-56.

Glasman Joël, 2004, « Le Sénégal imaginé. Évolution d’une classification ethnique de 1816 aux années 1920 » in Afrique & Histoire, vol.2, p. 111-139.

Laoust Émile, 1919, Mots et choses berbères. Notes de linguistique et d’ethnographie. Dialecte du Maroc, Paris, Challamel.

Lefebvre Camille, 2017, « Zinder 1906, histoires d’un complot. Penser le moment de l’occupation coloniale », Annales. Histoire, Sciences Sociales, p. 945-981.

Lorcin Patricia, 2005, Kabyles, Arabes, Français : identités coloniales, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Maghraoui Driss, 2013, « « Nos goumiers berbères ». The ambiguities of colonial representations in French military novels » in Maghraoui Driss (dir.), Revisiting the colonial past in Morocco, London-New-York, Routledge, p. 234-258.

Mahé Alain, 2001, Histoire de la Grande Kabylie, XIXe-XXe siècle. Anthropologie historique du lien social dans les communautés villageoises, Saint-Denis, Ed. Bouchène, p. 143-155.

Montagne Robert, 1930, Les Berbères et le Makhzen dans le Sud du Maroc, essai sur la transformation politique des Berbères sédentaires (groupe chleuh), thèse présentée à la Faculté des Lettres de Paris.

Pandolfi Paul, 2004, « Les Touaregs et nous : une relation triangulaire ? », Ethnologies comparées, 7.

Perrier Antoine, 2019, La liberté des protégés. Souverains, ministres et serviteurs des monarchies marocaine et tunisienne sous protectorat français (1881-1956), thèse de doctorat, Sciences-Po Paris.

Peyron Michael, 1991, « Belgassem Ngadi (Belkacem N’Gadi) », Encyclopédie berbère, 9, p. 1434-1435.

Peyron Michael, 1995, « Derkaoua, Derqaoua, Darqawa », Encyclopédie berbère, 15, p. 2279-2283.

Peyron Michael, 2001, « Imhiwach », Encyclopédie berbère, 24, p. 3694-3703.

Rachik Hassan, 2012, Le proche et le lointain. Un siècle d’anthropologie au Maroc, Aix-en-Provence, Ed. Parenthèses, p. 107-116.

Rivet Daniel, 1980, « Ethnographie et conquête du Moyen Atlas. 1912-1931 » in Daniel Nordman Daniel et Raison Jean-Pierre (dir.), Sciences de l’homme et conquête coloniale. Constitution et usages des sciences humaines en Afrique (XIXe-XXe siècle), Paris, Éditions de la Rue d’Ulm.

Royer Patrick, 2019, La guerre en miroir. Conquête coloniale et pacification au Soudan occidental, Paris, Les Indes savantes.

Sibeud Emmanuelle, 2002, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS.

Singaravélou Pierre, 2008, « De la psychologie coloniale à la géographie psychologique. Itinéraire ente science et littérature, d’une discipline éphémère dans l’entre-deux-guerres », L’Homme & la Société, 167, p. 119-148.

Soubrier Stéphanie, 2019, « Races guerrières » : armée, sciences et politique dans l’empire colonial français (années 1850-1918), thèse de doctorat, Paris I.

Steinmetz Georges, 2008, « Le champ de l’État colonial. Le cas des colonies allemandes (Afrique du Sud-Ouest, Qingdao, Samoa), Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 171-172, p. 122-143.

Stoler Ann Laura, 2009, Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode, Paris, Éditions de l’EHESS.

Thomas Martin, 2007, Empire of Intelligences : Security Services and Colonial Disorder after 1914, Berkeley, University of California Press.

Topinard Paul, 1876, « Anthropologie, ethnologie et ethnographie », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris.

Triaud Jean-Louis, 1995, La légende noire de la Sanûsiyya. Une confrérie musulmane saharienne sous le regard français (1840-1930), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Trumbull IV George R., 2009, An Empire of Facts. Colonial Power, Cultural Knowledge, and Islam in Algeria, 1870-1914, Cambridge University Press, Cambridge.

Warscheid Ismail, 2019, « Les Jours du Maghzen : levée d’impôt et relations communautaires dans les oasis du Touat (Sud Algérien), 1700-1850 », Revue d’histoire du XIXe siècle, p. 31-48.

Wyrtzen Jonathan, 2015, Making Morocco: Colonial Intervention and the Politics of Identity, Ithaca, Cornell University Press.

Haut de page

Notes

1 . Dahir du 11 septembre 1914 sur l’administration des tribus berbères de l’Empire, B.O n° 100 du 21 septembre 1914, p. 742.

2 . Sur le partage de l’ethnographie coloniale entre les administrateurs et le monde savant, voir SIBEUD, 2002.

3 . Les archives de la série 3 H (Service Historique de la Défense, SHD), de la série 1 MA (Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, CADN) et les fonds de la Direction des Affaires indigènes aux Archives du Maroc (Rabat, AM) ont fait l’objet d’un dépouillement exhaustif concernant les opérations militaires dans le Moyen Atlas entre 1912 et 1915.

4 . Sur le contenu exact de cette politique au Maroc (justice, éducation), voir EL QADERY, 1995. Sur les débats autour de l’application – réelle ou pas – de cette doctrine coloniale en Algérie voir AGERON, 1968, p. 83-91 ; CHAKER, 1989, p. 83-91 ; MAHÉ, 2001 ; LORCIN, 2005.

5 . Sur les explorations militaires au Maroc, voir DUSSERRE, 2009.

6 . À l’image des représentations militaires du Sahara au XIXe siècle, BROWER, 2009. Sur la critique du « non state space » appuyé sur les représentations des archives coloniales, voir BERTRAND, 2019.

7 . Ce partage, préexistant à la période coloniale, oppose le territoire de la Siba (désordre politique, anarchie) au territoire sous emprise du Maghzen, c’est-à-dire de l’État chérifien.

8 . Sur l’ignorance militaire du contexte politique précolonial, voir LEFEBVRE, 2017.

9 . CADN, 1 MA 285, rapport du lieutenant-colonel Claudel sur le cercle des Beni M’tir, 24 août 1913.

10 . CADN, 1 MA 119, Note sur le Cherif Sidi Ali Amhaouch par le lieutenant Bertschy, 1er novembre 1913 ; SHD, 3 H 269, note du général Franchet d’Espèrey au Résident général, 19 juin 1913.

11 . Sur la résistance des confréries aux armes coloniales, voir CLANCY-SMITH, 1994, et TRIAUD, 1995.

12 . Sur la résistance de cette confrérie dans le Sud marocain, voir DUNN, 1977.

13 . Sur la vision d’un islam kabyle supposé superficiel par le pouvoir colonial au XIXe siècle, voir TRUMBULL IV, 2009 et CHAOUCHA, 2001.

14 . CADN, 1 MA 285, renseignements sur les tribus Zaïans par le lieutenant Haring, 1911.

15 . CADN, 1 MA 285, Victor Loubignac, notice sur le saint Moulay Bou Azza, 1915.

16 . Sur les spéculations ethnographiques des administrateurs et militaires en situation coloniale, voir GINIO, 2002 et HENRIET, 2018.

17 . La psychologie indigène est enseignée par Georges Hardy à l’IHEM (Institut des Hautes Études Marocaines) de Rabat dans l’entre-deux-guerres.

18 . CADN, 1 MA 227, Lettre d’Alfred Le Châtelier au colonel Huot, 15 janvier 1923.

19 . SHD, 3 H 1030, Relation des impressions de deux notables Cheikh Lahcene Ben Abdallah El Kendoussi et Ahmed Ben Ali envoyés en mission au bled Aït Youssi, 1915.

20 . Pour une approche historique et anthropologique de la tribu au-delà de l’intitulé colonial, voir BERQUE, 1954 ; GODELIER, 1973, p. 93-131 ; BEN HOUNET, 2009.

21 . SHD, 3 H 1030, Rapport du général Henrys, 10 mars 1915.

22 . CADN, 1 MA 147 B, rapport du colonel Garnier Duplessis, 22 septembre 1914 ; A MA 285, Notice sur les Oued Khaoua par le capitaine Allemand, 1914 ; SHD 3 H 1030, Journal de marche du poste de Mrirt, mars 1916.

23 . L’étude ethnographique de Robert Montagne, officier de marine, est commandée par Lyautey.

24 . Selon la théorie segmentaire proposée par Ernest Gellner au Maroc, les conflits récurrents au sein des « sociétés sans États » sont surmontés par la médiation des familles saintes et par la recomposition des alliances à chaque segment supérieur (familles, clans, tribus, confédérations), voir GELLNER, 1969, et ADDI, 2013, p. 55-81.

25 . CADN 1 MA 285, notices sur Moulay Bouazza, avril 1915 et notice sur le saint Sid Mohammed ben Mbarek et son tombeau, s.d (vers 1915).

26 . Sur les origines de cette méthode de « pacification », voir KLEIN, 2013.

27 . SHD, 3 H 583, rapport du colonel Mangin sur les opérations du Tadla, 21 juin 1913.

28 . SHD 3 H 269, rapport confidentiel du général Franchet d’Espèrey, 19 juin 1913.

29 . Mangin est finalement écarté de la campagne du Maroc en août 1913. Sur les conflits au sein de la « phalange coloniale » voir ANDURAIN (d’), 2017.

30 . Cette prudence est encore renforcée lorsque les effectifs militaires sont réduits par l’envoi des troupes en France à partir du mois d’août 1914.

31 . CADN, 1 MA 285, rapport sur les Beni M’tir, 16 mars 1913 ; SHD, 3 H 901, rapport du général Henrys sur le cercle Beni M’tir, 30 mars 1913.

32 . Le cercle autonome des Beni M’tir est créé spécialement pour Henrys le 1er mars 1913 dans l’objectif de trouver une solution à la résistance armée de cette tribu. SHD 3 H 260, instructions politiques de la Résidence générale sur le cercle des Beni M’tir, 1er mars 1913.

33 . BERNARD Augustin, 1913, Le Maroc, Paris, F. Alcan. L’année suivante, Le Glay rédige une note, « la question berbère », avec Augustin Bernard, conservée dans les archives d’Augustin Terrier, Manuscrits de l’Institut de France, Fonds Terrier, Ms 5957.

34 . Archives nationales, 594 AP/3, Fonds Edouard Brémond, rapports le Glay sur les Beni M’tir (3 et 19 mai 1913)

35 . Au mois de juillet 1913, Le Glay écrit ses « notes constitutives à la question berbère » qui reprennent les préjugés des sauvages montagnards atténués par la nouvelle stratégie militaire. Le 9 juillet, Lyautey rend compte au ministre de la guerre du travail politique mené à Ito et El Hajeb. SHD, 3 H 1030, Rapport au ministre de la guerre, 9 juillet 1913. Les proches de Lyautey, Henri Berriau, Joseph Poeymirau et Charles Noguès, futurs promoteurs de la politique berbère, assistent à cette réunion.

36 . Edouard Brémond s’illustre à partir de 1916 aux côtés de Thomas Edward Lawrence et du Chérif Hussein contre l’Empire ottoman.

37 . CADN, 1 MA 101, note du secrétariat général du gouvernement chérifien, 1913.

38 . Sur la politique des protections communautaires du protectorat marocain, voir WYRTZEN, 2015.

39 . SHD, 3 H 584, Instructions politiques du général Henrys (6 juin 1914) ; 3 H 904, Principes d’organisation des tribus berbères, 15 juillet 1914.

40 . C’est seulement à l’été 1914 qu’Henrys fait appel à Laoust. SHD 3 H 904, Rapport sur les opérations zaïans, juin 1914. Voir LAOUST, 1919.

41 . Archives berbères, vol. 1, publication du Comité d’Études Berbères de Rabat, année 1915.

42 . Cette lecture ethnicisante pourrait être un élément d’explication à la dichotomie du savoir colonial sur les populations du Maghreb entre l’orientalisme des arabisants et l’ethnographie des africanistes appliquée ici aux populations berbérophones. Sur ce partage, voir EL QADERY, 2010.

43 . Sur le « mythe touareg » construit par les officiers, voir CASAJUS, 2004.

44 . La demande de création d’un Comité d’Études Berbères à Rabat, sous la direction du colonel Simon, est préféré à celle d’Henrys à Meknès. De la rencontre de ce Comité et de l’École des langues arabes et dialectes berbères naîtra l’Institut des Hautes Études Marocaines (IHEM).

45 . SHD, 3 J 1030, note sur la visite du camp Beni M’tir, 5 avril 1915.

46 . Le présupposé de femmes libres échappant à la loi islamique est récurrent dans les représentations coloniales des femmes kabyles et touarègues. Voir PANDOLFI, 2004.

47 . SHD, 3 J 1030, note sur la visite du camp Beni M’tir, 5 avril 1915.

48 . Sur l’apparition de ces catégories opératoires dans les archives coloniales, voir STOLER, 2009, p. 66.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau de fractionnement des Beni M’Guild, 1912
Légende L’officier de renseignement chargé de la rédaction de ce tableau a placé dans la colonne de gauche le nom des clans et fractions et dans la colonne de droite le nom des notables. Il a souligné en bleu le nom des notables qui se sont présentés au poste et en rouge les fractions transhumantes. (C0920, Archives du Maroc, Rabat).
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/8103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Marly, « L’ethnographie militaire aux origines de la « politique berbère » du protectorat français au Maroc (1912-1915) », L’Année du Maghreb, 25 | 2021, 205-221.

Référence électronique

Mathieu Marly, « L’ethnographie militaire aux origines de la « politique berbère » du protectorat français au Maroc (1912-1915) », L’Année du Maghreb [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 10 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/8103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.8103

Haut de page

Auteur

Mathieu Marly

Chercheur associé Université de Lille/Sorbonne Université.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search