Navigation – Plan du site

AccueilÀ proposNormes de translittération de l’a...

Normes de translittération de l’arabe

L’Année du Maghreb adopte le système de translittération suivant, où la graphie est privilégiée sur la prononciation. Toutefois, l’arabe est une langue vivante et plurielle. Pour rendre compte de ses formes pratiquées par-delà leur standardisation, nous indiquons également les différentes correspondances phonétiques auxquelles peut renvoyer la translittération graphique. Nous invitons ainsi les auteur.e.s à se conformer au système de correspondance suivant :

Caractère arabe

translittération

Prononciations

Caractère arabe

translittération

prononciations

ء

’(sauf à l’initiale)

ʔ

ع

ʔˤ

ب

b

B

غ

ġ

ɣ

ت

t

T

ف

f

f

ث

Θ

ق

q

q, g, ʔ

ج

ǧ

ʤ, ʒ, ɡ

ک / ك

k

k

ح

H

ل

l

l

خ

ḫ  

X

م

m

m

د

d

D

ن

n

n

ذ

Ð

ه

h

h

ر

r

R

و

w ou ū

u

ز

z

Z

ي

y ou ī

u

س

s

S

ا / ى

ā

a

ش

š

ʃ

ــَـ

a

a

ص

ــِـ

i

i

ض

dˁ, ðˤ

ــُـ

u

u

ط

وّ

ww

uu

zˁ, ðˁ

ــيـﹼ

yy

ii

 NB : les signes š, ǧ, etc. sont disponibles dans les caractères spéciaux sur word. L’IFAO propose par ailleurs d’installer des claviers pour les raccourcis : https://www.ifao.egnet.net/publications/publier/outils-ed/polices/

Tout en souhaitant respecter ce système d’équivalence, la revue invite à prendre en compte les formes locales de la langue et les emprunts à d’autres idiomes. Pour les noms de personnes, villes et lieux géographiques dont la translittération en caractères latins s’est affirmée dans la littérature francophone, nous nous conformons aux usages communs de translittération (Kairouan et pas al-Qayrawān, Bourguiba et pas Būrqība). De la même façon, pour certains noms communs arabes dont la graphie française est répandue (cadis, caïds, oulémas…), celle-ci sera privilégiée. 

D’une manière générale, la revue invite les auteur.e.s à prendre en compte les contextes d’énonciation des sources citées. L’auteur.e peut faire le choix de conserver une orthographe francisée si, par exemple, une institution est suffisamment transformée par l’action coloniale et change de nature (ainsi de la ǧamā‘a devenue aussi djemaa, ou les ukalā’ appelés de plus en plus oukils). La forme initiale des noms dans les sources prime : la translittération scientifique sera privilégiée pour les noms présents dans des sources en arabe, et la translittération latine pour d'autres types de sources (en français). Si un nom apparaît sous des formes différentes, l'auteur.e peut choisir une forme unique, pourvu qu’elle soit harmonisée dans l’article.

Pour les transcriptions d’entretiens, la prononciation singulière ou la forme dialectale peuvent être rendues à l’écrit, avec, pour certains mots, le renfort de la translittération scientifique si l’auteur.e le souhaite (exemple : « les chebab (šabāb) … »

D’un point de vue grammatical, nous invitons les auteur.e.s à se conformer aux instructions suivantes :
- La hamza initiale ne se transcrit pas : amāna.
- L’article ال qui se translittère en al-. L’article al- est lié par un trait d’union au mot déterminé et il n’est pas assimilé par les solaires : al-šams, al-qamar. Il ne prend la majuscule qu’en début de phrase ; sinon, seul le mot déterminé par l’article prend la majuscule : al-Andalus. Pour respecter la prépondérance de la graphie sur la prononciation, la liaison ne se marque pas dans la translittération : fī al-bayt plutôt que fī-l-bayt.
- Seule exception grammaticale : laʾ marbūṭa sera transcrite par a (état absolu) et at (état construit, en cas d’annexion (iḍāfa) : ǧam‘iyyat al-awqāf.
- Attention à bien distinguer le ʿayn (ʿ) de la hamza (ʾ).
- Les noms propres (noms de personne, de villes, de régions) prennent une majuscule, mais pas l’article al : Niẓām al-Mulk. Les noms communs se translittèrent toujours en minuscules : al-ḫalīfa, al-imām.
- Ibn devient b. au milieu d'un nom (Muḥammad b. al-Qādir al-Ǧazā’irī)
- Le tanwīn n'est pas transcrit.
- Les noms communs sont écrits en italique (al-madrasa) et les noms propres sans italique (Ibn Rušd)
- Pour les formes plurielles, la revue invite les auteur.e.s à restituer leur forme plurielle dans le texte « les fondations pieuses (awqāf) » et non « les fondations pieuses (waqf-s) ». Ce choix permet de respecter la forme originale du mot en arabe et de rendre compte d’une manière rigoureuse de la morphologie de la langue et de ses usages par les acteurs.

  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Erih Plus
  • Logo Iremam
  • Logo IRMC
  • Logo WOS - Web of Science
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search