Navigation – Plan du site
112 | 2013
Annuaire du Collège de France 2011-2012
Résumé des cours et travaux 112e année
Conférenciers invités

Le Khanat Tatar de Crimée, l’Empire ottoman et l’Europe centrale (xve-xviiie siècles)

Résumé des conférences du Collège de France (2010-2011)
Dariusz Kołodziejczyk
p. 848-850

Texte intégral

1Conférences données du 19 janvier au 9 février 2011.

Les Ottomans et l’Europe de l’Est : le rôle d’antemurale christinitatis relève-t-il du mythe historique ?

2Les chercheurs qui examinent aujourd’hui l’attitude de la cour de Pologne à l’égard de l’idée de Croisade aux xve et xvie siècles soulignent le pragmatisme des souverains jagellons et leur tendance à instrumentaliser les appels pontificaux à lutter contre les Turcs ottomans. Adhérant en façade à l’idée de l’unité de la Chrétienté, donc à celle de la Croisade, les rois de Pologne promurent habilement l’image de leur royaume comme rempart de la Chrétienté sans avoir aucune réelle intention de risquer leur position dans des expéditions aventureuses.

3Telle politique fut influée par deux facteurs. D’un côté, les étudiants polonais qui faisaient leurs études en Italie aux xve-xvie siècles, et surtout quelques immigrants italiens, comme Filippo Buonaccorsi (Callimachus de son nom de plume), le tuteur des fils du roi de Pologne, ou Bona Sforza, l’épouse du roi Sigismond I, importèrent l’esprit de la Renaissance et les idées du « machiavélisme » avant l’heure à Cracovie ; de l’autre côté, avant leur accès au trône à Cracovie, les souverains lituaniens de la famille Jagellon avaient été exposés à une riche tradition d’« interculturalité » typique de la vaste steppe qui s’étend de l’Europe orientale à la Chine.

4Par exemple, les princes moscovites confirmèrent des traités avec leurs voisins turcs par un serment religieux dans lequel chacun jurait selon sa propre foi (každyj po svoej vere). Pendant que le tsar scellait son engagement en baisant un crucifix, les envoyés tatars, qui prêtaient serment à Moscou, juraient sur le Coran, dont une copie était conservée au Kremlin spécialement à cet effet.

5Les grands-ducs de Lituanie, dont les domaines s’étendaient jusqu’à la mer Noire et au haut Donetz aux xive et xve siècles, partageaient cette culture politique et diplomatique bigarrée. Il leur paraissait naturel que leur entourage immédiat soit païen (puis catholique après 1386) pendant que la masse de leurs sujets étaient des Ruthènes orthodoxes, d’autres encore des Tatares musulmans – avec parmi eux des nobles et des princes.

6Sigismond I, qui scandalisa l’Europe par son traité avec la Prussie – le premier État luthérien d’Europe – conclu en 1525, et puis par son alliance avec le sultan Souleiman (1533), n’attendit pas que Bona vienne d’Italie et le persuade de contracter une alliance avec les infidèles pour suivre les intérêts de son État. Il n’avait qu’à regarder en arrière, dans les annales de sa propre dynastie.

Les frontières de l’Empire ottoman, de la Hongrie au Yémen

7Parmi les attitudes ottomanes vis-à-vis l’idée de la frontière on peut différencier quelque aspects :

La chancelerie du Khanat tatar de Crimée entre les traditions mongole, orthodoxe, ottomane et latine

8Le Khanat tatar de Crimée fut un légitime héritier de l’Empire čingisside, notamment de sa parte occidentale connue comme la Horde d’Or. Dans cette dernière, la langue officielle fut le mongol, et puis, dès xive siècle, le turc (aujourd’hui décrit comme le turc du Khwarezm), d’abord écrit en alphabet ouïgour, et puis, en suivant l’islamisation du court čingisside, en alphabet arabe.

9En même temps, les khans de Crimée établissaient leurs documents dans les langues de leurs voisins : le turc ottoman, ainsi que le ruthène, le russe, le polonais, le grec, l’italien, et même le latin. De plus, en dehors de tamgha – le grand sceau carré čingisside – les Tatars adopteront le tughra ottoman, et même le sceau suspendu typique pour les chancelleries russe et polonaise, pour authentifier leurs documents.

10En résumé, dans la chancellerie du Khanat de Crimée, on voit un amalgame fascinant des divers traditions eurasiatiques qui refléte la créativité des Tatars, qui savaient adopter les modèles étrangers et en même temps garder leur propre identité culturelle.

Le khan tatar de Crimée face au sultan ottoman : vassal ou souverain à part entière ?

11La notion de souveraineté, surtout en Europe après les traités de Westphalie (1648), semble un peu fétichisée dans l’historiographie de nos jours, et surtout dans les sciences politiques, même qu’il y a peu de pays vraiment « souverains » dans le monde contemporain.

12Au xixe siècle, le reproche que le Khanat tatar de Crimée n’était pas un État souverain servit à plusieurs historiens et orientalistes russes et même occidentaux pour justifier l’annexion du Khanat par l’Empire russe. En regardant les Tatars comme les marionnettes turques, et leur État comme un parasite, incapable de survivre et fonctionner sans une protection étrangère, l’historiographie impériale russe présentait la conquête de Crimée par les tsars comme un acte bénéfique pour ses habitants et pour l’entière civilisation humaine. Cette conception fut héritée par l’historiographie soviétique, sauf pendant la brève période des « renaissances nationales », dans les années 1920.

13Par une réaction assez naturelle, les historiens tatares soulignent la souveraineté du Khanat et tendent à minimaliser l’influence ottomane sur ses institutions et fonctionnement.

14Une lecture de la correspondance entre les sultans ottomans, les rois de Pologne, et les khans de Crimée, provenant des xvie et xviie siècles, montre que la question de souveraineté du Khanat était fortement disputée déjà par les contemporains, aussi bien que par les historiens de nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 112e année, Collège de France, Paris, avril 2013, p. 848-850. ISBN 978-2-7226-0198-7

Référence électronique

Dariusz Kołodziejczyk, « Le Khanat Tatar de Crimée, l’Empire ottoman et l’Europe centrale (xve-xviiie siècles) », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 112 | 2013, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/1122

Haut de page

Auteur

Dariusz Kołodziejczyk

Professeur à l’Institut d’histoire de Varsovie (Pologne)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page