Navigation – Plan du site
115 | 2016
Annuaire du Collège de France 2014-2015
Résumé des cours et travaux 115e année
II. Sciences humaines et sociales

Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire

Nicolas Grimal
p. 373-393

Texte intégral

Enseignement

Cours. Le calame et la pierre. Essai d’histoire critique de la littérature égyptienne antique

1On a entrepris cette année une étude critique de la littérature égyptienne : consacrée à en tenter une définition, elle s’est intéressée également à la façon dont les égyptologues ont eux-mêmes défini les critères de ce qu’ils considèrent comme littéraire. Autant dire qu’après une brève partie épistémologique, la question des genres s’est imposée comme thème central du cours de cette année.

2La découverte des textes originaux commence, naturellement, avec le déchiffrement des hiéroglyphes. C’est dire qu’avant Champollion, l’image de la littérature égyptienne n’était perceptible que par les textes coptes et au travers des sources postérieures, essentiellement grecques et arabes.

  • 1  « Stück eines ägyptischen Hymnus an die Sonne. Übersetzt von Emmanuel Vicomte de Rougé, mitgeteilt (...)
  • 2  « Mémoire sur l’inscription du tombeau d’Ahmès, chef des nautoniers », Mémoires de l’Académie des (...)

3Après la mort de Champollion, en 1832, la chaire qui avait été créée pour lui au Collège de France resta vacante presque trente ans : jusqu’à ce qu’une école ait pu se constituer sur les bases qu’il avait jetées. Le vicomte Olivier Charles Camille Emmanuel de Rougé, qui lui succède au Collège en 1860, est le premier à identifier des textes en fonction de leur genre : l’hymne de la stèle Berlin 7316, qu’il publie en 18501, l’autobiographie d’Ahmès fils d’Abana, l’année suivante2. C’est l’époque où les papyrus arrivent dans les collections européennes, tant privées que publiques, d’abord grâce à la politique systématique de constitution de fonds égyptiens dans les grandes capitales, puis, plus directement, par le marché des Antiquités. Leur contenu est étudié et publié avec une célérité d’autant plus remarquable que la discipline vient à peine de naître et que les outils n’en sont pas encore constitués.

  • 3  « Notice sur un manuscript égyptien, en écriture hiératique, écrit sous le règne de Merienphthah, (...)
  • 4  Le poème de Pen-ta-our, Extrait d’un Mémoire sur les campagnes de Ramses II (Sesostris), Paris, 18 (...)

4C’est ainsi que Rougé publie le Conte des deux frères en 18523 – alors que le papyrus n’a été acheté qu’en en 1851 à Paris par Mrs. d’Orbiney – et la version du Poème de Pentaour du papyrus Sallier III en 18564.

  • 5  Le terme apparaît pour la première fois sous la plume de A. Goulianoff, en 1827, dans son Essai su (...)

5Deux autres savants vont entreprendre tout une série de publications de textes sur papyrus, qui vont rapidement constituer un premier corpus. Ce sont Charles Wycliffe Goodwin (1817-1878), magistrat, président de la Cour suprême britannique pour la Chine et le Japon de 1876-1878, et François-Joseph Chabas (1817-1882), marchand de vin, président de la chambre de commerce et d’industrie de Châlon-Autun-Louhans, puis président du conseil départemental de Saône-et-Loire, tous deux « égyptologues » passionnés5.

  • 6  Aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, il est connu sous le nom de son inventeur. Son (...)
  • 7  « Hieratic Papyri », dans Cambridge Essays, 1858, Londres, 1858, 226-82 : Conte des deux frères (P (...)
  • 8  F.-J. Chabas, « Le plus ancien livre du monde, Étude sur le papyrus Prisse », Revue archéologique,(...)
  • 9  C.W. Goodwin & F.-J. Chabas, « Sur les papyrus hiératiques », Revue archéologique, 2e série, 2 (18 (...)

6Charles Goodwin donne la première édition des Maximes de Ptahhotep, connues par un papyrus apporté de Thèbes par Prisse d’Avennes en 18436, – en même temps que la « chambre des Ancêtres » de Karnak –, tout en reprenant le texte du Conte des deux frères et du Poème de Pentaour7. François Chabas revient sur le Papyrus Prisse8 ; puis les deux publient ensemble le premier article consacré à la papyrologie égyptienne pharaonique9.

  • 10  « Hymnes et invocations », dans Bibliothèque internationale universelle, Mondes anciens, Civilisat (...)

7C’est François Chabas qui publie la première anthologie dédiée à un genre littéraire, en 187010. Il s’agit, à proprement parler, du premier recueil de textes égyptiens, composé de neuf extraits d’œuvres que François Chabas regroupe dans ce qu’il appelle « hymnes et invocations » et qu’il décrit ainsi :

« 1° un éloge de la docilité et du respect filial [tiré du Papyrus Prisse] ;

2° le récit d’un combat singulier [tiré du conte de Sinouhé, dont plusieurs variantes sont déjà connues] ;

3° un fragment d’un hymne à Ptah ;

4° un hymne à Rê-Harmachou [Le Papyrus de Berlin, alors inédit] ;

5° un hymne à Osiris [une stèle de la Bibliothèque impériale publiée par lui-même en 1860] ;

6° une prière à Thoth ;

— [avec la précision :] Les pièces indiquées sous les n° 3, 4, 5, 6, 7, 8 appartiennent à la grande époque pharaonique dite des Ramessides (de dix à treize siècles avant notre ère) ;

7° une suite d’hymnes à divers dieux et d’invocations mystiques [Le Papyrus Harris, dont il avait donné en 1860 une traduction sous le titre de Papyrus magique] ;

8° deux adjurations magiques à Set [deux papyrus du Louvre] ;

9° formules magiques [tirées d’une stèle de Basse Époque conservée au British Museum]. »

8Il caractérise cette anthologie comme représentative de la « poésie lyrique égyptienne ».

9C’est l’époque de la découverte de l’Égypte et de ses richesses, que popularisent les illustrations de David Roberts, mais aussi d’Émile Prisse d’Avennes lui-même, les albums photographiques, qui se multiplient dans le sillage du voyage que fit Maxime Du Camp sur les rives du Nil en compagnie de Gustave Flaubert, la peinture orientalisante… Hector Horeau publie en 1841 à Paris son Panorama d’Égypte et de Nubie, avec un portrait de Méhémet-Ali et un texte orné de vignettes. Dans le même temps, les découvertes archéologiques d’Auguste Mariette à Saqqara et en Haute-Égypte frappent les imaginations, et trouvent un écho immédiat dans les cérémonies d’ouverture du canal de Suez et la représentation d’Aïda de Verdi dans les décors égyptisants créés par Mariette, ou le pavillon égyptien de l’exposition universelle de 1867. Ce sont également les nouvelles perspectives qu’ouvrent sur le monde de la Bible les travaux d’Ernest Renan, nommé titulaire de la chaire Langues hébraïque, chaldaïque et syriaque du Collège de France en1862.

  • 11  Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien, 6. Abt. (Berlin, 1859), Bl. 108-110 ; 113-114.
  • 12  C.W. Goodwin & F.-J. Chabas, Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Phénicie, en Palestine, etc. au xiv(...)
  • 13  F. Chabas, « Deux nouveaux contes égyptiens », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et be (...)

10Si le regard porté sur les textes sapientiaux égyptiens récemment mis en lumière reste alors encore informé par les études bibliques, la publication des grandes œuvres de la littérature égyptienne ne s’en poursuit pas moins, toujours avec François Chabas, qui donne, dès 1863, un premier aperçu des contes du Paysan plaideur et de Sinouhé, d’après les papyrus Berlin 3023 et 3022, publiés par Lepsius en fac-similé en 185911. Puis ce sont la Lettre satirique d’Hori, provenant d’un lot vendu au British Museum par le marchand arménien Giovanni Anastasi en 183912, le roman de Satni Khamoïs et le conte du Prince prédestiné (Papyrus Harris), auxquels est ajouté un extrait du Papyrus de Turin que W. Pleyte venait juste de publier13.

  • 14  Select Papyri in the Hieratic Character from the Collections of the British Museum [I, l] (Londres (...)

11La matière s’enrichit encore avec la publication des premiers corpus. Samuel Birch, Conservateur des Antiquités orientales du British Museum de 1866 à 1885, publie les premiers grands lots de papyrus de Londres14 ; Karl Richard Lepsius (1810-1884) édite les Denkmäler, évoqués plus haut, une somme comparable à la moisson égyptologique de la Description de lÉgypte ou aux Monuments d’Égypte et de Nubie de Champollion, et qui est toujours utilisée aujourd’hui ; Gaston Maspero (1846-1916) donne ses lettres de noblesse à l’égyptologie française, s’illustrant lui-même dans tous les domaines : il est, tour à tour ou en même temps, titulaire de la chaire « Philologie et archéologie égyptiennes » du Collège de France (1874-1916), directeur de la mission archéologique permanente au Caire (1881-1886 ; 1899-1914), directeur du musée de Boulaq et du Service des Antiquités d’Égypte, membre ordinaire (1883-1916), puis Secrétaire perpétuel (1914-1916) de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. La littérature tient une place importante dans son œuvre immense : en 1869, il publie L’Hymne au Nil, publié et traduit, d’après les deux textes du Musée britannique, en 1871, Des formes de la conjugaison en égyptien antique, en démotique et en copte et Une enquête judiciaire à Thèbes au temps de la XXe dynastie. Étude sur le papyrus Abbott, en1872, Du genre épistolaire chez les anciens Égyptiens, qui constitue sa thèse principale, en 1882, Les contes populaires de l’Égypte ancienne (traduction et commentaire), en 1894, Les inscriptions des pyramides de Saqqarah, en 1914, Les Enseignements d’Amenemhaît Ier à son fils Sanouasrît Ier. Son Introduction à l’étude de la phonétique égyptienne paraît en 1917, juste après sa mort.

  • 15  Neuägyptische Grammatik, Leipzig, 1880.
  • 16  « Die Sprache des Papyrus Westcar, Eine Vorarbeit zur Grammatik der älteren ägyptischen Sprache », (...)
  • 17  Die Märchen des Papyrus Westcar, I-II, 1890
  • 18  Vol. I-V, 1926-1931 (autographiés par Wolja Erichsen) ; Belegstellen, I-II (1935-1940) ; III-V (19 (...)

12L’ampleur de son œuvre n’a d’égale que celle des travaux d’Adolf Erman (1854-1937), vrai fondateur de l’école allemande. Professeur d’égyptologie à l’université de Berlin, directeur du département égyptien du Musée royal, il est essentiellement philologue. Dès 1880, il publie une étude de la langue de ces œuvres littéraires du Nouvel Empire que nous venons d’évoquer15, avant de s’intéresser à la langue d’un autre lot, qui date, lui, du début du IIe millénaire av. J.-C.16, et d’en donner l’editio princeps17. En une trentaine d’années, il couvre tout le champ de la littérature et de la langue : Ägyptische Grammatik, en 1894 ; Die Flexion des ægyptischen Verbums, en1900 ; « Eine Reise nach Phönizien im 11. Jahrhundert v. Chr. », ZÄS, 38, 1900, 1-15 [le Rapport d’Ounamon] ; Zaubersprüche für Mutter und Kind aus dem Papyrus 3027 des Berliner Museums, 1901 ; Aegyptische Chrestomathie zum Gebrauch auf Universitäten und zum Selbstunterricht, 1904 ; Aegyptisches Glossar, 1904 ; Zur ägyptischen Wortforschung, 1907 ; Hymnen an das Diadem der Pharaonen, aus einem Papyrus der Sammlung Golenischeff, 1911 ; avec H. Schäfer, W. Wreszinski, H. Ranke et M. Burchardt, Inschriften von der ältesten Zeit bis zum Ende der Hyksoszeit, 1913 ; Reden, Rufe und Lieder auf Gräberbildern des Alten Reiches, 1919 ; Der Leidener Amonshymnus, 1923 ; etc. Surtout, il entreprend, avec Hermann Grapow le monumental Wörterbuch der ägyptischen Sprache, dont le dernier volume ne paraîtra qu’en 196118, dictionnaire de base de l’égyptologie, et qui est l’objet aujourd’hui d’une reprise et d’une mise à jour sur internet.

  • 19  Hermann Grapow, Anatomie und Physiologie, Berlin, 1954 ; Kranker, Krankheiten und Arzt : Vom gesun (...)
  • 20  Wörterbuch der ägyptischen Drogennamen, Berlin, 1959 (avec H. von Deines).
  • 21  Die bildlichen Ausdrücke des Ägyptischen, Leipzig, Hinrichs, 1924 ; Wie die alten Ägypter sich anr (...)

13Hermann Grapow s’est consacré essentiellement aux textes médicaux19, dont il finit par publier un dictionnaire spécialisé20 ; il faut également retenir son intérêt pour une forme littéraire particulière : les dialogues et les expressions imagées21.

  • 22  Das Aegyptische Verbum im Altaegyptischen, Neuaegyptischen und Koptischen, Leipzig, J. C. Hinrichs (...)
  • 23  Urkunden des Alten Reichs, Leipzig, J.C. Hinrichs, 1903 ; Urkunden der 18. Dynastie, Leipzig, J.C (...)
  • 24  Die Altaegyptischen Pyramidentexte, Leipzig, J. C. Hinrichs, 1908-1922, 4 volumes.
  • 25  Avec W. Erichsen, Übersetzung und Kommentar zu den Altägyptischen Pyramydentexten, 1935-1962. 6 v (...)

14Le troisième « pilier » de l’école allemande du début du xxe siècle est Kurt Sethe (1869-1934). Philologue, lui aussi, avant tout22, il est un grand éditeur de textes historiques23 et religieux : il donne, en particulier, la première édition synoptique des Textes des Pyramides24, puis une traduction, assortie d’un commentaire perpétuel25.

  • 26  The Theory of Speech and Language, 1932.
  • 27  Ancient Egyptian Onomastica, vol. I-III, Londres, 1947.

15Dernier fondateur, enfin, des études littéraires : Sir Alan Henderson Gardiner (1879-1963), qui fut membre de la British Academy (1929-1963), et associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1946-1963). Élève de Battiscombe Gunn, il publie en 1927 une Egyptian Grammar. Being an Introduction to the Study of hieroglyphs. Perpétuellement rééditée, cette grammaire est toujours l’une des bases principales de l’apprentissage de la langue. Il publie, lui aussi, de nombreux textes littéraires : The Admonitions of an Egyptian Sage from a Hieratic Papyrus in Leiden (Pap. Leiden 334 recto), Leipzig, 1909 ; Notes on the story of Sinuhe, Paris, Honoré Champion, 1916 ; The Ramesseum papyri, plates, C. Batey, Oxford, 1955 ; Avec J. Černy, Hieratic ostraca, 1, Oxford University Press, C. Batey, Oxford, 1957 ; avec A. Erman et F. Vogelsang, Literarische Texte des Mittleren Reiches, 1, Die Klagen des Bauern, no 4, Hieratische Papyrus aus den königlichen Museen zu Berlin, Z.D.D.R, Leipzig, (posthume) 1970 ; avec A. Erman, Literarische Texte des Mittleren Reiches, 2, Die Erzählung des Sinuhe und die Hirtengeschichte, no 5, Hieratische Papyrus aus den königlichen Museen zu Berlin, Z.D.D.R, Leipzig, (posthume) 1970. Théoricien de l’écriture26, il apporte, lui aussi, une contribution majeure à la lexicographie27.

16Sur les bases ainsi jetées par ces pionniers, des anthologies par genres paraissent dès la fin du xixe siècle, ainsi que des ouvrages consacrés à la littérature égyptienne de façon générale. On peut citer, entre autres, W.M. Müller, Die Liebespoesie der alten Aegypter, Leipzig, 1899 ; Alexander Scharff, Ägyptische Sonnenlieder, Kunst und Altertum 4, Berlin, 1922 ; A. Erman, Die Literatur der Aegypter : Gedichte, Erzählungen und Lehrbücher aus dem 3. und 2. Jahrtausend v. Chr, 1923 ; Günther Roeder, Der Sonnenhymnus Amenophis IV., 1923 ; id. Altägyptische Erzählungen und Märchen, Jena, 1927 ; M. Pieper, Die ägyptische Literatur, Wildpark-Potsdam, 1927 ; K. Sethe, Dramatische Texte zu altägyptischen Mysterienspielen, UGAÄ 10, Leipzig, 1928. Trois ouvrages, en français, deviennent rapidement des classiques : les Hymnes religieux du Moyen Empire de Selim Hassan, parus au Caire en 1928, surtout l’ouvrage que Pierre Gilbert consacre à la Poésie égyptienne (Bruxelles, 1943) et les Romans et Contes égyptiens de l’époque pharaonique que publie Gustave Lefebvre en 1948, lui-même auteur d’une Grammaire de l’égyptien classique, dont la première édition date de 1940, et qui restera jusqu’encore récemment la seule grammaire en français.

  • 28  Il traduit et commente les enseignements de Kagemni, Ptahhotep, Merikare, Amenemhat, Khety, L’inst (...)

17Les anthologies et recueils se multiplient après la Seconde guerre mondiale, jusqu’à couvrir pratiquement l’ensemble de la littérature égyptienne. On citera, parmi les plus importants : S. Schott, Altägyptische Liebeslieder, Zürich, 1950 ; André Barucq, L’expression de la louange divine et de la prière dans la Bible et en Égypte, BdE 30, Le Caire, 1962 ; Jan Assmann, Liturgische Lieder an den Sonnengott. Untersuchungen zur ägyptischen Hymnik, MÄS 19, Berlin-Munich, 1969 ; id., Ägyptische Hymnen und Gebete, Zürich-Munich, 1975 ; J.F. Borghouts, Ancient Egyptian Magical Texts, Religious Texts in Translation 9, Leyde, 1978 ; A. Barucq et F. Daumas, Hymnes et prières de l’Egypte ancienne, Littératures anciennes du Proche-Orient 10, Paris, 1980 ; P. Auffret, Hymnes d’Égypte et d’Israël, OBO 34, Fribourg-Göttingen, 1981 ; Alessandro Roccati, La littérature historique sous l’Ancien Empire égyptien, Littératures anciennes du Proche-Orient 11, Paris, 1982 ; Myriam Lichtheim, Late Egyptian Wisdom Literature in the International Context, 1983 ; ead., Ancient Egyptian autobiographies chiefly of the Middle Kingdom, 1988 ; Helmut Brunner, Altägyptische Weisheit. Lehren für das Leben, Zürich-Munich, 1988 ; Emma Brunner-Traut, Altägyptische Märchen, 8e éd. Munich, 1989 ; R. B. Parkinson, Voices from Ancient Egypt: An Anthology of Middle Kingdom Writings, Londres, 1991 ; Alessandro Roccati, Sapienza egizia : La letteratura educativa in Egitto durante il II millennio a. C., Brescia, 199428 ; John L. Foster, Hymns, Prayers and Songs: An Anthology of Ancient Egyptian Lyric Poetry, Atlanta, 1995 ; B. Mathieu, La poésie amoureuse de l’Égypte ancienne. Recherches sur un genre littéraire au Nouvel Empire, BdE 115, Le Caire, 1996 : Erik Hornung, Altägyptische Dichtung, Stuttgart, 1996 ; Kenneth A. Kitchen, Poetry of Ancient Egypt, Jonsered, 1999; Friedhelm Hoffmann, Ägypten Kultur und Lebenswelt in griechisch-römischer Zeit. Eine Darstellung nach den demotischen Quellen, Studienbücher Geschichte und Kultur der Alten Welt, Berlin, 2000 ; Pascal Vernus, Sagesses de l’Égypte pharaonique, Paris, 2001, 2e éd. 2010 ; J. Houser Wegner, Cultural and Literary Continuity in the Demotic Instructions, Diss. Yale, 2001 ; R.B. Parkinson, Poetry and Culture in Middle Kingdom Egypt, 2002 ; Jaco Dieleman, Priests, Tongues and Rites. The London-Leiden Magical Manuscripts and Translation in Egyptian Ritual (100-300 CE), RGRW 153, Leiden/Boston, 2005 ; D. Agut-Labordère & M. Chauveau, Héros, Magiciens et sages oubliés de l’Égypte ancienne, Une anthologie de la littérature en égyptien démotique, Belles-Lettres, Paris, 2011.

  • 29  Ancient Egyptian Literature, I, The Old and Middle Kingdoms, 1973 ; II, The New Kingdom, 1980 ; II (...)
  • 30  Ancient Records of Egypt : Historical Documents from the Earliest Times to the Persian Conquest, c (...)
  • 31  J.B. Pritchard, Ancient Near Eastern Texts Relating to the Old Testament, 1955.
  • 32  G. Burkard, H.-J. Thissen, Einführung in die altägyptische Literaturgeschichte, I, Altes und Mittl (...)
  • 33  Première série (1982-1997) : 3 vol. ; 2e série (depuis 2004) : 6 vol.

18La publication de la somme en trois volumes de Myriam Lichtheim, dans le dernier quart du xxe siècle29, marque un tournant dans la voie ouverte en 1906 par James Henry Breasted30, puis par J.B. Pritchard, en 195531 : celle de traductions exhaustives, organisées chronologiquement. Les plus récentes sont celles de G. Burkard, H.-J. Thissen, puis J.F. Quack dans la série Einführung in die altägyptische Literaturgeschichte32. La plus vaste regroupe, depuis 1982, un collectif d’auteurs, réunis autour des Texte aus der Umwelt des Alten Testaments33, et embrasse l’ensemble de la littérature proche-orientale.

19La fin du xxe siècle a vu également la multiplication des études thématiques et théoriques, soulevant, en particulier, la question des genres, mais aussi celle de la transmission des textes, suivant en cela le courant de problématisation initié par la linguistique. Parmi les premières, on notera Jan Assmann, Erika Feucht & Reinhard Grieshammer (éd.), Fragen an die altägyptische Literatur: Studien zum Gedenken an Eberhard Otto, Wiesbaden, 1977 ; H. Brunner, Bücher und Bibliotheken im Alten Ägypten. Verzeichnis der Buch- und Spruchtitel und der Termini technici, Wiesbaden, 1990 ; L. Morenz, Beiträge zur ägyptischen Schriftlichkeitskultur des Mittleren Reiches und der Zweiten Zwischenzeit, Leipzig, 1994 ; Antonio Loprieno (éd.), Ancient Egyptian Literature: History and Forms, Leiden, 1996 ; id., La pensée et l’écriture. Pour une analyse sémiotique de la culture égyptienne. Quatre séminaires à l’École pratique des hautes études, section des sciences religieuses, 15-27 mai 2000, édition revue par Christiane Zivie-Coche, 2002 ; R.B. Gozzoli, The Writing of History in Ancient Egypt during the First Millennium BC (ca. 1070-180 BC). Trends and Perspectives, GHP Egyptology 5, Londres, 2006 ; E. Bresciani, Letteratura e poesia dell’antico Egitto. Cultura e società attraverso i testi, Turin, 2007 ; J. Baines, Visual and Written Culture in Ancient Egypt, 2007 ; C. Woods, E. Teeter, G. Emberling (éd.), Visible Language, 2010 ; A. Imhausen & T. Pommerening, Writings of Early Scholars in the Ancient Near East, Egypt, Rome, and Greece, de Gruyter, Berlin, New York, 2010 ; Damien Agut-Labordère, Le sage et l’insensé, La composition et la transmission des sagesses démotiques, Bibliothèque de l’EPHE IV, 2011 ; Pascal Vernus, « « Littérature », « littéraire » et supports d’écriture. Contribution à une théorie de la littérature dans l’Égypte pharaonique », Egyptian Egyptological Documents, Archives, Libraries, 2, 2011, 19-146 ; A. Verbovsek, « The Correlation of Rituals, Emotions, and Literature in Ancient Egypt », HABES 49, 2011, 235-262 ; Colleen Manassa, Imagining the past : historical fiction in New Kingdom Egypt, New-York, Oxford University Press, 2013 ; R. Enmarch & V.M. Lepper (éd.), Ancient Egyptian Literature, 2013.

  • 34  285 : N. Grimal, « La langue de l’homme, c’est sa balance », dans J. Jouanna, L. Pernot, M. Zink ( (...)
  • 35  Elise V. McArthur, « The Conception and Development of the Egyptian Writing System », dans C. Wood (...)
  • 36  J. Baines, Visual and Written Culture in Ancient Egypt, 2007, 34.
  • 37  Entre autres, K.-H. Meyer « Kanon, Komposition und “Metrik ” der Narmerpalette », SAK 1, 1974, 247 (...)

20Partant de la description de l’invention de l’écriture donnée par Platon dans le Phèdre et de ses développements dans le monde classique34, on s’est interrogé sur la matérialité du signe, – du hiéroglyphe aux caractères grecs –, à la fois dans la plastique et sur les divers supports utilisés par les scribes. On a ainsi rapidement passé en revue la naissance de l’écriture en Égypte35 et les états successifs de la langue36, jusqu’à mettre en évidence les formes de composition plastiques de documents jouant de la représentation autant que de sa lecture37.

21On a ainsi pu toucher les questions de base du rapport de l’oralité à l’écrit et de l’appartenance sociale, dont il est un marqueur. De l’esprit de connivence à la recherche esthétique, s’est esquissé le profil des niveaux de langage, et, par là même, des genres.

  • 38  Voir, en dernier lieu, A. Stauder (éd.), Linguistic Dating of Middle Egyptian Literary Texts, Ling (...)
  • 39  P. Barguet, La stèle de la famine, à Séhel, BibEt, 24, 1953, 14 sq.

22Cette première enquête a permis de mettre en évidence la notion d’égyptien « de tradition », qui reste tout au long de la civilisation pharaonique la langue de la littérature, autant que celle de la religion et de la politique. Lorsque, après plus d’un millénaire de continuité, une « mise à jour » se fait dans la transmission des textes38, la forme reste toutefois essentiellement classique, jusqu’à devenir un mode de référence aux origines : genres atemporels, héros légendaires, traditions liturgiques dépeignent une société qui semble immortelle. La référence classique est ainsi l’outil privilégié de la politique et de l’histoire : la mémoire des générations, perpétuellement actualisée par les monuments eux-mêmes et les archives, dont ils sont issus, peuplent les textes royaux et sacrés, tout comme le culte des Anciens est maintenu dans les temples et les tombeaux. On s’est arrêté à quelques exemples de fiction historique, en particulier la stèle « de la Famine »39, qui fait intervenir le roi Djéser à l’époque grecque, par-delà le temps et l’espace.

  • 40  J. Omlin, Der Papyrus 55001 und seine satirisch-erotischen Zeichnungen und Inschriften, 1973 ; cf. (...)
  • 41  C. Rossi, Architecture and Mathematics in Ancient Egypt, 2004 ; Marianne Michel, Les mathématiques (...)

23Cet exemple a permis de mettre en évidence la difficulté de séparer ce que nous entendons par genres, dans des œuvres qui, justement, semblent les confondre avec bonheur. Magie et littérature narrative avec le Conte d’Isis et de Rê du papyrus magique de Turin, humour, dérision, poésie, érotisme, allusions religieuses et sapientiales à travers les fables et les représentations des ostraca figurés de Deir el-Medina ou le papyrus « érotique » de Turin40. Si la frontière est mince entre magie, médecine et textes littéraires, des œuvres plus techniques, comme les textes mathématiques41, de par leur nature même, ne sortent guère, elles, de leur objet.

  • 42  Hymne à la couronne du Nord du papyrus Golenischeff, II-III.
  • 43  Papyrus Anastasi, III 4.12-5.5.
  • 44  Papyrus Boulaq, 17, I.1-II.7 et nombreux parallèles sur ostraca.
  • 45  À travers les exemples de la stèle de la Victoire de Piânkhy, le Bulletin, le Poème et les représe (...)
  • 46  Le conte d’Horus et de Seth – compositions littéraires et mystère liturgique –, le combat du Bien (...)
  • 47  À partir du cycle de La cuirasse d’Inâros : Le combat pour la barque d’Amon, La guerre pour la cui (...)
  • 48  « La question du théâtre égyptien », CRAIBL, 98, 1, 1954, 51-63 ; id., Le théâtre égyptien, Le Cai (...)

24On a entrepris une première classification, – qui sera reprise en détail dans la suite du cours –, en commençant par donner quelques exemples d’œuvres qui peuvent être rattachées à la poésie et aux hymnes : hymnes au roi, à la Résidence, au Nil, aux diadèmes et aux couronnes42, hymne « cannibale » des Textes des Pyramides, prière à Thot43, hymne à Amon-Rê44, etc. Puis, on est passé à l’épopée royale45, divine46 et humaine47, aux récits autobiographiques, et, de là, à la caricature et à la satire, à travers les fables, le zoomorphisme profane, en étudiant quels ostraca figurés et représentations sur papyrus. Ce fut l’occasion de soulever à nouveau la question de l’oralité, que l’on a abordée, cette fois, non par le biais des fables figurées, mais par celui du théâtre égyptien, dont Étienne Drioton a jadis discerné certaines caractéristiques, en reprenant le thème de l’affrontement d’Horus et de Seth et les didascalies du Papyrus Ramessum B48.

  • 49  M. Bárta, « Die Tauschhandelszenen aus dem Grab des Fetekty in Abusir », SAK, 26, 1998, 19-34 ; S. (...)
  • 50  Notamment Papyrus Bologne 1094 11.5-9 = papyrus Chester Beatty IV, verso, 1. 3-4 ; Papyrus Anastas (...)
  • 51  Instructions d’Hardjedef ; Instruction pour Kagemni ; Maximes de Ptahhotep ; Instructions pour Mer (...)
  • 52  J. Assmann, « Fest des Augenblicks – Verheissung der Dauer. Die Kontroverse der ägyptischen Harfen (...)
  • 53  Par exemple dans le tombeau d’Innerkhaou à Deir el-Medina.
  • 54  D. Agut-Labordère et M. Chauveau, Héros, Magiciens et sages oubliés de l’Égypte ancienne, 2011, 31 (...)

25L’étude des représentations cultuelles dans les temples – proches souvent de la figuration narrative – nous a conduits aux scènes de la vie quotidienne, et, plus particulièrement aux scènes dialoguées des représentations d’Ancien Empire49. Des échanges verbaux, on est passé à la correspondance épistolaire, tant privée que royale, insistant naturellement sur les archives amarniennes, et donnant quelques exemples50, puis aux enseignements, textes sapientiaux, maximes et proverbes, dont on a évoqué le contenu des principaux51. On a accordé une place particulière à certaines formes mixtes de ces œuvres, développant l’exemple des chants du Harpiste, dont le texte, souvent reproduit, est une méditation philosophique sur la brièveté de la vie52, accompagné d’une représentation du chanteur aveugle devant les défunts53. Mais ce tableau idyllique donne également à une satire impitoyable : celle de l’exécrable harpiste Horoudja du Papyrus Vienne 387754.

  • 55  Richard B. Parkinson, « Types of Literature in the Middle Kingdom », dans A. Loprieno, Ancient Egy (...)
  • 56  A. Loprieno, « The Sign of Literature in the Shipwrecked Sailor », dans OLA, 39, 1991, 209-217.
  • 57  R.B. Parkinson, « Literary Form and the « Tale of the Eloquent Peasant », JEA, 78, 1992, 163-178.
  • 58  Colleen Manassa, « Defining Historical Fiction in New Kingdom Egypt », dans Culture and History of (...)

26Cette rencontre – voire ce mélange – des genres est constante dans presque toutes les œuvres littéraires : le Conte de Sinouhé est, à la fois, un roman picaresque, une autobiographie, un hymne politique55. Il en va quasiment de même du Conte du Naufragé, roman autobiographique, conte merveilleux et métaphore politique56, ou du Conte du Paysan, roman, plaidoyer, ouvrage de propagande politique, anthologie rhétorique57. C’est également vrai d’œuvres historiques comme La querelle d’Apophis et Séquenenrê, La prise de Joppé, Le cycle de Thoutmosis III, La guerre contre les Libyens, qui mélangent fiction et histoire, mythe et propagande58.

  • 59  A. Loprieno, « La pensée et l’écriture. Pour une analyse sémiotique de la culture égyptienne », o. (...)
  • 60  Papyrus Sallier I = Gardiner LES, 85 sq. ; N. Grimal, « La danse des peuples aux marches du royaum (...)
  • 61  Papyrus Ch. Beatty V ro 5. 12-15.

27On pourrait allonger sans fin la liste, pour ne garder finalement comme « genres » propres que des catégories fonctionnelles. Et encore. On a illustré la question de l’intertextualité et de la diglossie, quasi omniprésentes dans les œuvres littéraires59, par deux exemples tirés de textes en hiératique, dans lesquels la métaphore permet de multiples passages. Le premier est la Querelle d’Apophis et Séqénenrê, dans lequel la métaphore de l’hippopotame est le centre d’une intertextualité complexe que les reliefs militaires contemporains viennent vérifier60. Le second est le passage bien connu du journal d’un officier égyptien en poste dans la région de Gaza61.

28Le cours s’est conclu sur quelques exemples d’iconicité de l’écriture hiéroglyphique, illustrant les usages esthétiques, mais aussi magiques de l’écriture.

Séminaire. Les Annales de Thoutmosis III (suite)

29On a étudié cette année la 13e campagne conduite en l’an 38 du règne de Thoutmosis III (Annales V 86-93) :

Prise de Nukhasse :

[ḥȝt-zp 38

« [An 38.

ỉst ḥm⸗f ḥr ḫȝst Ḏȝhy] (87) m

Sa Majesté se rendit au pays

 [wḏy]t mḥt 13 nt nḫt

 de Djahy] (87) dans la 13e campagne

 victorieuse.

ỉst ḥm⸗f ḥr sk […] dmỉ n Ỉnỉwgs

Sa Majesté dévasta [… la cité] de

 Nukhasse.

rḫ [kfʿ ỉn.n mšʿ n ḥm⸗f m pȝ w n

Liste [du butin emporté par l’armée

 Ỉnỉwgs

 de Sa Majesté du district de Nukhasse :

  sḳr-ʿnḫ           50

 50 prisonniers,

  ssmt [wrr]t [bȝk m nwb ʿprw m

 des cheva[ux et des chars plaqués d’or

  ḫt⸗sn] (88) nw r-ʿ ḫt

 et équipés de leurs armes] (88) de

  ḥtpyw n pȝ w n Ỉnỉwgs [ḥmwt⸗sn

 combat, ceux du district de Nukhasse

  ẖrdw⸗sn]

 qui ont fait la paix, [avec leurs femmes

 et leurs enfants].

   

Tribut du Retenou :

[rḫ] ỉnw ỉny [ỉn bȝw] n ḥm⸗f m

[Liste] des tributs apportés [grâce à

 ḥȝt-zp ṯn

 la puissance] de Sa Majesté cette

 année :

  ssmt [

328

 [328] chevaux,

  ḥmw ḥmt

522

 [522 servants et servantes,]

  wrryt bȝk m ḥḏ nwb]

9

 9 [chars plaqués d’argent et d’or],

  nʿt

61

 61 peints,

  dmḏ

70

 - total : 70,

  ḫsbd mȝʿ

wsḫ 1

 un collier large en lapis-lazuli véritable,

  […ḥḏ] ỉkȝnw ddt

 […, un vase akanou et des coupes

(89)

 dedet en argent] (89),

  ḥrw ʿwt ḥr n mȝḥs

 pourvues de têtes de gibier

   et d’une tête de lion,

  ḥnw m bȝk nb n Ḏȝhy

 des vases travaillés dans toutes les

  … dbn]

2821

 techniques du Djahy : […] 2821

qdt 3 [1/2

 [deben] et 3 qĭte [1/2,]

  ḥmt] ḥr ḫȝst⸗f

dbt 27[6

 27[6] lingots de [cuivre] de sa

  montagne,

  ḥḏt

dbt 26

 26 lingots de plomb,

  snṯr]

hbnt 6[26

 626 vases heben [d’encens,

  bȝḳ nḏm ḥr] bȝḳ wȝḏ

 huile douce et] huile fraîche,

  sfṯ

mn 1752

 1752 vases men d’huile de lin,

  ỉrp

155

 155 de vin,

  ỉwȝ

12

 12 bœufs iouâ, [

  [… ʿȝ

46

 …, 46 ânes,

  hnn

1]

 1 cerf],

  ȝbw nḏ[ḥ

5

 5 défenses d’iv[oire,

  ḥtp]w n Ȝbw n ssnḏm

 des tables] d’ivoire et de cèdre,

  [mn]w ḥḏw dbn

68

 68 deben de [qua]rtz blanc

  ḥsmn mss n ʿḥȝ

41

 [bronze : 41 cuirasses de combat,

  ḥsmn ḥ]nywt ỉkmw [pḏwt]

 bronze : des é]pées, des boucliers,

   [des arcs],

  ḫʿw nb nw r-ʿ ḫt

 [toutes sortes d’armes de combat,

  ḫt nḏm n ḫȝst ṯn]

 toutes essences parfumées de ce pays],

  mȜʿw nb nfr n ḫȝst ṯn

 tous bons produits de ce pays.

   

Approvisionnement des ports :

ỉst mnỉwt nbt sspdw m ḫt nb(t) nfrt

Puis tous les ports furent équipés de

mỉ nt-ʿ⸗sn nt ṯnw ḥȝt-zp

 toutes bonnes choses, selon leur

m ḫd m ḫntt

 habitude de chaque année pour aller

 et venir,

  bȝk n Rmn (91) r-mỉtt

 ainsi que (91) le tribut du Liban

  šmw [n] Ḏȝhy

 et la récolte [du] Djahy :

   m [sšr bȜḳ wȝḏ] snṯr [ỉrp bỉt]

 [grain, huile fraîche], encens, [vin,

  miel].

   

Tribut de Chypre :

[ỉnw n] wr n Ỉsy

[Tribut du] chef de Chypre :

  ḥmtỉ ḥr ḫȝst[⸗f

ḏbʿt [ ]

 cuivre de ses montagnes [ ] briques,

  ḥtr

2

 2 chevaux.

   

Tribut d’Alalakh :

[ỉnw n wr n] Ỉrr[] m [ḥȝt-zp ṯn

[Tribut du chef d’]Alala[kh] en [cette

 année :

 ḥmw ḥmwt

5]

 5 servants et servantes],

 ḥmtỉ ḥr ḫȝst⸗f

[]bt 2

 2 [br]iques de cuivre de ses montagnes

 ssnḏm

ḫt 64

 64 pièces de cèdre,

 ḥnʿ ḫȝw nb nḏm n ḫȝst⸗f

 et toutes plantes odoriférantes de ce

  pays.

   

Produits de Pount :

bỉ[ȝt ỉnyt ()n ḥm⸗f ḥr Pwnt]

Mer[veilles rapportées par Sa Majesté de

 Pount] :

(92) ʿntyw ḥḳȝt

240

(92) 240 heqat de myrrhe sèche.

   

Tribut de Koush :

bȝk n K[š ẖst]

Tribut du [vil K]oush :

 nwb

dbn 1[.. ḳdt 6

 or          100[+ X] deben et 6 qĭte

 ḥmw] ḥmwt nḥs(yw)

36

 [servants] et servantes nègres

36,

 ỉwȝw [wn]ḏw

111

 bœufs iouâ et [oun]djou

111,

 ỉdḥ

185

 bœufs idehou

185,

 dmḏ

306

 total

306,

[ḥr]w-r wsḫw ȝtp(w) m [ȝb hbny

[sans] compter des chalands chargés

 [d’ivoire et d’ébène,

 mȝʿ]w nb nfr n ḫȝst ṯn

et de toutes] bonnes [offrandes] de ce

 pays,

ḥnʿ šmw n ḫȝst ṯn

ainsi que la récolte de ce pays

   

Tribut de Ouaouat :

Bȝk n WȜ[wȜt

Tribut de Oua[ouat :

 nwb

dbn 2844 

or

2844 deben,

 ḥmw ḥmwt] (93) nḥsy[w

17 

servants et servantes] (93) nègres

17,

 ỉwȝ w [wnḏw

7]

boeufs iouâ [et oundjou

[7]7,

ḥrw-r [ʿḥʿw Ȝ]tp(w) m mȝʿ nb

sans compter [des bateaux char]gés

nfr n ḫȜst ṯn.

 de toute bonne offrande de ce pays. »

30À propos des tributs de la campagne contre Nukkhase, on est revenu sur les armes de bronze rapportées par les Égyptiens – « épées, boucliers et [arcs] » (ḥsmn ḥnywt ỉkmw [pḏwt]), une séquence déjà rencontrée dans la section V des Annales, col. 43 (campagne de l’an 35) –, et les témoignages de cet apport technologique nouveau dans l’iconographie contemporaine.

  • 62  The Wars in Syria and Palestine of Thutmose III, 2003, 89.

31On s’est également attardé sur l’expression m ḫd m ḫntt de la fin de la col. 90, en essayant de dépasser l’approximation de la traduction de D. B. Redford, « (for) both [northward] and southward journeys »62, qui laisse supposer qu’il s’agit du voyage aller et retour depuis l’Égypte.

32Si ces approvisionnements, en effet, étaient destinés au voyage aller et retour, ils ne se feraient pas seulement dans les ports du Levant (m ḫntỉ), mais également (et surtout) au point de départ (m ḫd). Par ailleurs, nous avons déjà vu précédemment que les expéditions se faisaient, soit par voie maritime, soit par voie de terre, soit en combinant les deux.

33Nous avons également vu précédemment que les deux termes, initialement spécialisés dans la navigation fluviale, étaient employés par notre texte pour les opérations menées sur l’Euphrate, et exactement dans les mêmes termes.

34Deux possibilités s’offrent alors. Ou bien ces approvisionnements sont stockés dans ces mouillages, afin d’être utilisés pour les opérations dans le Nord syrien, et m ḫd m ḫntt désigne les va-et-vient que font les troupes depuis ces mouillages, que l’on peut alors considérer comme des bases, vers les régions situées au nord. Ou bien l’expression désigne la suite prévue des expéditions fluviales réalisées sur l’Euphrate. Cette seconde hypothèse est peut-être moins plausible, mais elle mériterait sans doute d’être approfondie.

  • 63  M.C. Astour, « Place-Names From the Kingdom of Alalakh in the North Syrian List of Thutmose III: A (...)
  • 64  T.R. Bryce, The Kingdom of the Hittites, 2005, 22 ; voir les cartes données par M. Forlanini, Atla (...)

35On a fait également un bref point sur Allakh (Tell Açana)63 et sur son rôle dans l’expansion hittite à l’époque de notre texte64.

36On a étudié ensuite la 14e campagne, celle l’an 38, dont une partie (Annales V 93-97) était sur le mur disparu qui constitue la section V, et que l’on peut suivre partiellement à partir des fragments encore dans l’enceinte du temple. La suite (Annales VI 1-4) est partiellement conservée sur la façade orientale du VIe pylône :

La campagne

ḥȝt-zp 3[9]

« An 3[9] :

ỉst ḥm⸗f [ḥr] ḫȝst Rṯnw m [wḏyt]

Sa Majesté mena sa 14e [campagne]

mḥt 14 nt nḫht(w)

victorieuse [en] pays de Retenou

m-[ḫt šmt […] ] n ḫrw n Šȝsw

 au [retour d’avoir […] les] ennemis

  Shosou.

   

Tribut du Retenou

Rḫ[t ỉnw n wrw nw Rṯnw m ḥȝt-zp ṯn

List[e] des tributs du chef

 du Retenou en cette année :

 ḥmw ḥmwt

197]

  197 servants et servantes],

 (94) ssmt

[229]

 (94) [229] chevaux,

 nwb ddt

2

 or : 2 coupes

 ḥnʿ sš[w]

dbn [12 qdt …]

 et [12] deben et [… qĭte] de disqu[es],

 [ḫsbd] mȝʿ

dbn 30

 [lapis-lazuli] véritable : 30 deben,

 ḥḏ ddt

 argent : des coupes-dedet,

  ỉkȝnw ẖnm[t ḥr n kȝ]

 un vase-akanu avec une [tête de

  taureau],

 ḥwnw šbnw

325

 325 vases divers,

 ḥnʿ ḥḏ m sšw

 et de l’or en disques,

 ỉr(w).n

dbn 1495 [qdt 1

 pour un total de 1495 deben et 1 qĭte,

 wrrt bȝk m nbw ….

 des chars plaqués or […] 

 …. .t ỉryt

 .... ?

 (95) ʿȝt ḥḏt

 (95) de la calcite,

 mnw ḥḏw

 du cristal de roche blanc,

 ḥsmn

 de l’améthyste,

 mnw

 du cristal de roche,

 ʿȝt nb [šbnw] n [ḫȝst ṯn

 diverses [sortes] de pierres précieuses

  de [ce pays,

 sn]ṯr

 de l’encen]s,

 bȝḳ nḏm bȝḳ wȝḏ sfṯ

 huile douce et fraîche,

 [bỉt mnw

364]

 [364 mesures men de miel],

 ỉrp mnw

1405

 1405 mesures de vin,

 kȝw

60

 60 bœufs,

 ʿwt nḏst

1183

 1183 chèvres,

 ḥsm ỉḳḥw ḥmt [……

 des haches de bronze,

 ḫȝw nb] (96) nḏm stỉ n ḫȝst ṯn

 […, toutes plantes] (96) au doux

  parfum de ce pays,

 ḥnʿ mȝʿw [nb nfr n ḫȝst ṯn]

 ainsi que [toutes bonnes] offrandes [de

  ce pays.]

   

Approvisionnement des ports

[ỉst mnỉw nb sspd m] ḫt nb(t) nfrt

Puis, tous les ports furent équipés de]

 toutes bonnes choses,

mỉ nt-ʿ⸗sn n[t ṯnw (sic)]

 selon leur habitude de chaque <année>

m [ḫd m ḥntt

 pour [aller et venir,

bȝk n Rmn] m mỉtt

 ainsi que [l’impôt du Liban]

šmw (97) n Ḏȝhy m šsr [snṯr bȝḳ

 et la récolte (97) du Djahy : [encens,

wȝḏ bȝk nḏm ỉrp]

  huile fraîche, huile douce, vin].

   

Tribut de […]

(VI 1)[…env 31 cadrats…

(VI,1) [….]

   

Tribut de Chypre

ỉnw n wr] n Ỉsy

Tribut du chef] de Isy :

Ȝbw

nḏḥt 2

 2 défenses d’ivoire,

ḥmtỉ

ḏbt 40

 40 briques de cuivre,

dḥty

ḏbt 1

 1 brique de plomb.

   

Tribut de […]

ỉnw (2) [wr n … env 27 cadrats…

Tribut (2) [du chef de…..

   

Tribut de Koush

bȝk n Kš ẖst m] ḥȝt-zp ṯn

Tribut du vil Koush en ] cette année :

 nwb       dbn 144 qdt 4

 144 deben et 4 qĭte d’or,

 ḥmw ḥmt nḥsyw

101

 101 servants et servantes nègres,

 ỉwȝw (3) [wnḏw

X

 [X] bœufs iouâ (3) [et oundjou,

 ỉdḥw

X

 X bœufs idehou,

 dmḏ

X

 total [..],

 ḥrw-r ʿḥʿw ȝtpw m ḫt nb(t)

 sans compter des bateaux chargés de

  nfrt n ḫȝst ṯn

 tous bons produits de ce pays,

 ḥnʿ šmw n Kš ẖst m mỉtt

 ainsi que la récolte du vil Koush.

   

Tribut de Wawat

bȝk n Wȝwȝt

Tribut de Wawat :

nwb

dbn     X

 X deben d’or,

ḥmw ḥmt nḥsyw

X]

 X servants et servantes nègres],

[ỉwȝw] wnḏw

35

 35 bœufs [ioua] et oundjou,

ỉdḥw

54

 54 bœufs idehou,

dmḏ

89

 total : 89,

ḥrw-r ʿḥʿw ȝtpw (4) [m ḫt nb(t)

sans compter des bateaux chargés (4) [de

nfrt n ḫȝst ṯn

 tous bons produits de ce pays,

ḥnʿ šmw n ḫȜst ṯn m mỉtt…]

ainsi que la récolte de ce pays…] »

  • 65  AnnCdF 2001-2002, 713-727. On ajoutera : D. Redford, The Wars in Syria and Palestine of Thutmose I (...)
  • 66  Section I, col. 103-107 (Urk. IV 668-671).
  • 67  Annuaire du Collège de France 2007-2008, 636-639.
  • 68  O.c., 53-54 et 109.

37On a brièvement repris le dossier des Shosou, déjà traité précédemment65. Puis, on a essayé de tirer au clair la question de la reprise de la 40e campagne, que K. Sethe suppose dans la lacune de la col. 4 (Urk. IV 726. 1-10). Cette sorte de « complément » ou de « rappel », qui aurait été ajouté à l’endroit où on l’attend logiquement, c’est-à-dire entre la campagne de l’an 39 et celle de l’an 41, vient, naturellement, compliquer encore la question de l’interpolation de cette campagne de l’an 40 entre celle de l’an 23 et de l’an 2466. Sans revenir sur le commentaire fait alors67, on a examiné les raisons qui ont conduit K. Sethe à cette supposition, – suivie par tous les commentateurs du texte, même D. Redford, qui, pourtant, soulève plusieurs objections68. Ces raisons sont essentiellement au nombre de deux.

  • 69  VI col. 20 : « Puis, Sa Majesté ordonna que soient fixées les victoires qu’Elle remporta depuis l’ (...)

38La première est que le colophon des Annales indique que celles-ci vont de l’an 23 à l’an 4269.

39La date de la campagne de l’an 41 n’apparaissant pas dans la col. 4 et celle de la campagne de l’an 42 (col. 10) étant en lacune, K. Sethe les restitue toutes deux, puisque ce sont les dernières précédant le colophon.

  • 70  D. Redford, ibid.

40Restaurant la date de la 41e année en début de col. 5, il fait commencer celle-ci à la fin de la col. 4, considérant que la formule rdỉ.t rḫ ỉnw n(w) wrw n Rṯnw, « Liste des tributs des chefs Retenou », ouvre l’apport de cette campagne – ce qui n’est pas illogique, même si cet ordre n’est pas celui que suivent les autres campagnes70. Il lui reste alors les quelques signes de la fin de la lacune de la col. 4, […] zp sn-nw, « à nouveau ». C’est, en fait, sur ce seul argument qu’il appuie la restitution proposée de la campagne de l’an 40, dont nous avons pu montrer que, en plus, elle dépasse largement l’espace de la lacune. Cette proposition va totalement à l’encontre de l’usage du texte : autant dans l’idée même que dans la forme.

41On a ensuite étudié la campagne de l’an 41 (VI 4-10) :

[z]p sn =nw

« […] une seconde fo]is.

Campagne de l’an [41]

Tribut du Retenou

Rḫt ỉnw n wr n Rṯnw

Liste des tributs du chef du Retenou

ỉny ỉn [bȝw] ḥm⸗f m (5)

 rapportés grâce à la [puissance] de

 [ḥȝt-zp 41]

 Sa Majesté en (5) [l’an 41…

 […30 cadrats environ …

 …. ]bt

40

 40 briques de […] ;

ḥsmn [mss n] ʿḥȜ ḫpšw n ỉḳḥw

 bronze : [des cuirasses de ]combat,

  des haches de guerre ;

ḥsmn ḥnyt (6)

 bronze : des épées (6)

 [ …33 cadrats environ…

ḫȝ]st ṯn

 [… de] ce [pa]ys ;

 Ȝbw nḏḥt

18

 18 défenses d’ivoire ;

 ssnḏm ḫt

241

 241 pièces de cèdre ;

 ỉwȜw

184

 184 bœufs ioua,

 ʿwt ḥḏt

[…..]

 […] moutons.

   

Approvisionnement des ports

[ỉst mnỉwt nb(t) sspd(.t)w m ḫt

[Puis tous les ports furent pourvus de

nb(t) nfrt

 toutes bonnes choses,

mỉ nt-ʿ⸗sn nṯ ṯnw hȝt-zp]

 selon la coutume de chaque année,]

   

Tribut du Grand Hatti

ỉnw n pȜ wr n Ḫtȝ ʿȜ m ḥȜt-zp ṯn

Tribut du chef du Grand Hatti en cette

 année :

ḥḏ (8) […]

 argent (8) […]

   

Tribut de Koush

[… bȜk n Ḳš ẖst m ḥȜt-zp ṯn

[… Tribut du vil Koush en cette année :

 nwb     dbn1]95 [qd]t

2

 1]95 [deben] et 2 [qĭte] d’or,

[ḥm]w [ḥm]wt n[]syw

8

 8 [servit]eurs et [servan]tes nègres

[nḥsyw] ṯȜyw ỉnṯ r šms(w)

13

 13 [nègres] emmenés comme serviteurs,

  dmḏ    21

 total : 21 ;

ỉwȜw (9) [wnḏw

[..]

 [...] bœufs ioua (9) [et oundjou

ỉdḥw     [..]

 [..], idehou [..],

  dmḏ    [..]

  total : [..],

   ḥrw-r ʿḥʿw Ȝtpw m ḫt nb(t)

  sans compter des bateaux chargés

    nfrt n(t) ḫȜst ṯn

  de toutes bonnes choses de ce pays,

   šmw n Ḳš ẖst m mỉtt]

  ainsi que la récolte du vil Koush].

   

Tribut de Wawat

  [bȜkw n WȜwȜt]

[Tributs de Wawat] :

(9) nwb

dbn 3144 qdt 3

 (9) 3144 deben et 3 qĭte d’or,

 iwȜw wnḏw

35

 35 bœufs iouâ et oundjou,

 ỉdḥw

79

 79 boeufs idehou,

  dmḏ

114

 total : 114,

 ḥrw-r ʿḥʿw Ȝtpw m Ȝb (10)

 sans compter des bateaux chargés

  [hbn ḫt nbt nfrt

 d’ivoire (10) [et d’ébène, et toutes

  bonnes choses,

 Šmw n WȜwȜt m-mỉtt]

 ainsi que la récolte de Wawat. »]

42On a, enfin, entrepris l’étude de la campagne de l’an 42 (Annales VI, 10-20) :

Prise d’Arqata

 [tȜw fn]ḫw

« (10) [les pays des char]pentiers.

 ỉst ḥm⸗f ḥr pȜ mṯn r mryt

Sa Majesté était sur le chemin de la

 r sksk dmỉ n ʿrqt ḥnʿ nȜ n dmỉw [n]ty

 côte, pour dévaster la cité d’Arqata

 et les cités, qui sont (11) […]

   

Prise de [...]

 (11) […]kȜnȜ

(11) […] kana

 sksk dmỉ pn ḥnʿ w⸗f

Dévaster cette cité et son territoire.

   

Prise de Tounip

 Spr r Twnp

Atteindre Tounip :

 sksk dmỉ

dévaster la cité,

 wḥȝ ỉt=s

arracher son blé

 ḥr šʿd mnw=s

et couper ses arbres.

 (12) […] ʿnḫw nw mšʿ ỉn sṯ

(12) […] soldats de l’armée qui les

 portaient.

   

Retour par Qadesh

 ỉỉ.t m ḥtp

Marcher en paix.

 spr r w n Q[d]š

Atteindre le territoire de Qa[d]esh.

 ḥȜq dmỉ 3 ỉm

Y dévaster trois cités.

 rḫ ḥȜqt ỉnṯ.t ỉm⸗sn

Liste du butin qui en fut emporté

 (13) [….

(13) [….

 …] n Nhrn ẖst nty m mwnf ỉm⸗sn

…] du vil Naharina qui étaient parmi

 eux comme gardes,

 ḥnʿ ssmt⸗sn

avec leurs chevaux. :

 tpw ḥmw ḥmwt

691

691 têtes — hommes et femmes —,

 ḏrt

29

29 mains,

 ssmt

48

48 chevaux.

   

Tribut du Retenou

 [(14)...rḫ ỉnw nw wrw nw Rṯnw]

[(14)...Liste des tributs des chefs du

 m ḥȝt-zp ṯn

 Retenou] pour cette année :

 ḥmw ḥmwt

295

295 servants et servantes,

 ssmt    68

68 chevaux,

 nwb     ddt

3

3 coupes en or,

 ḥḏ      ddt

3

3 coupes en argent,

 ȜkȜnw wḏhw ḥnʿ ḥḏ (15) [...

des vases fondus avec de l’argent (15)

 […

 [d]ḥty ḏbt

47

[P]lomb 47 briques,

 dḥty dbn

1100

plomb 1100 barres,

 sšw ỉsmr ʿȜt nbt nfrt n ḫȜst ṯn

de la céruse, de l’émeri, et toutes

 bonnes pierres de ce pays.

 ḥsmn mss nʿḥȜ ḫʿw nw r-ʿ ḫt (16) [...]

Bronze : des tuniques de combat et

 des armes de guerre (16)

 ḫȜw nb n]ḏm n ḫȜst ṯn

… et toutes plantes a]romatiques de ce

 pays.

   

Approvisionnement des ports

Ỉsṯ mnỉwt nb(t) sspd m ḫt nbt nf[r]t

Puis les ports furent pourvus en toutes

 bonnes choses

mỉ nt-ʿ⸗sn nt tnw ḥȜt-zp

selon leur coutume annuelle et la

šmw n ḫȜst n (17) m-mỉtt

récolte de ce pays (17) également. »

  • 71   IV 1039 ; S. Yeivin, « The Third District in Tuthmosis III’s List of Palestino-Syrian Towns », (...)
  • 72  Wb. I 576, 15 ; 577, 1-2 ; P. Montet, Les scènes de la vie privée dans les tombeaux égyptiens de l (...)
  • 73  Cl. Vandersleyen, « L’étymologie de Phoïnix, “Phénicien” », dans E. Lipiński (éd.), Phoenicia and (...)
  • 74  M. Philonenko, R. Turcan, H. Lavagne, J. Fontaine, J.-P. Mahé, N. Grimal, J. Desanges, P. Laurens, (...)

43On a ouvert le dossier des fnḫw, les futurs « Phéniciens », dont le territoire couvre, à l’époque de notre texte, une vaste zone, allant de Tartus jusqu’à Dor, au sud, sur une profondeur d’une vingtaine de kilomètres, entre la chaîne des monts Liban et la mer71. Les Égyptiens le qualifient de « pays des charpentiers72 », ce qui est logique au regard de leur préoccupation première, qui était de s’y fournir en bois. La pseudétymologie qui sera plaquée plus tard sur le mot, le rapprochant d’un terme φοῖνιξ, supposé désigner la pourpre est totalement artificielle73. La relation est d’une autre nature74.

  • 75  D.B. Redford, o.c., 2003, 96-97 ; E. Edel, M. Görg, Die Ortsnamenlisten im nördlichen Säulenhof de (...)

44On a rapidement évoqué le rôle stratégique de Tell Arqa (Arqata) clef d’accès à la trouée d’Homs depuis la mer, mais également en remontant la côté de Byblos à Tripoli75.

  • 76  Wb. I 393, 6-13.
  • 77  J.H. Breasted. The Edwin Smith Surgical Papyrus 1, Hieroglyphic Transliteration, Oriental Institut (...)
  • 78  Wb. I 567, 5-6 ; F CD 38.
  • 79  M. Michel, Les mathématiques de l’Égypte ancienne, Bruxelles, 2014, 165-167.

45On s’est également arrêté sur le terme wḏhw, formé sur le verbe wḏh, « verser76 ». On a comparé ses emplois dans le papyrus chirurgical Edwin Smith77, son utilisation pour désigner la pâte de verre78, et son usage dans le Papyrus mathématique Rhind79, pour établir qu’il désigne ici les vases métalliques fondus.

Travaux et publications

Travaux collectifs

46En collaboration avec Emad Adly et Alain Arnaudiès, chroniques archéologiques : Bulletin d’information archéologique et « Fouilles et travaux en Égypte et au Soudan », pour la revue Orientalia.

Depuis novembre 2014, secrétaire général de la Commission consultative des fouilles françaises à l’étranger, ministère des Affaires étrangères et européennes.

Participation au jury d’admission des boursiers et pensionnaires de la fondation Thiers (novembre 2014-janvier 2015).

Membre des conseils scientifique et d’administration, ainsi que de la commission de sélection des membres scientifiques et du directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire.

Membre du Conseil d’administration de la Fondation Hugot du Collège de France.

Président de la Fondation Michela Schiff-Giorgini.

Membre du conseil scientifique du musée Rodin.

Membre du conseil scientifique de l’Institut für orientalische und europäische Archäologie

(OREA) de l’Académie des sciences de Vienne (Autriche, 1-3 juillet 2015).

Conférences, colloques et communications

47Communication au colloque « Parmenides », organisé par le Groupe international de développement à Dubrovnik (17-19 mars).

Hommages présentés à l’Académie des inscriptions et belles-lettres : Frédéric Payraudeau, Administration, société et pouvoir à Thèbes sous la XXIIe dynastie bubastite. Bibliothèque d’Étude 160, Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 2014, 2 vol. , 752 p., in-4° ; revue Nehet 1, juin 2014 ; 2 septembre 2014 ; Anne-Marie Guimier-Sorbets, André Pelle et Mervat Seif el-Din, Renaître avec Osiris et Perséphone. Alexandrie, les tombes peintes de Kôm el-Chougafa, Antiquités alexandrines, vol. 1, collection du Centre d’études alexandrines, dirigée par Jean-Yves Empereur, 1 vol. cartonné, 24,5 × 24 cm, 177 p., 198 photographies ; Raphaële Meffre, D’Héracléopolis à Hermopolis. La Moyenne Égypte durant la Troisième Période Intermédiaire (XXIe-XXIXe dynasties), collection « Passé Présent », Presses universitaires de Paris – Sorbonne, 2015, in-4°, broché, 471 p., 40 fig., 11 tableaux.

Publications 80

  • 80  Les contraintes éditoriales de l’Annuaire du Collège de France ne permettant pas d’inclure dans ce (...)

48Grimal N. et Adly E., « Les archers nubiens rebandent leurs arcs », Bulletin d’information archéologique, no 48, Le Caire, Paris, Institut français d’archéologie orientale / Collège de France, 2013.

Grimal N. et Adly E., « Musée d’art islamique – nouvelle exposition : voiture piégée », Bulletin d’information archéologique, no 49, Le Caire / Paris, Institut français d’archéologie orientale / Collège de France, 2014.

Grimal N., « La langue de l’homme, c’est sa balance », dans Jouanna J., Pernot L. et Zink M. (éd.), Charmer, convaincre : la rhétorique dans l’histoire, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, coll. « Cahiers de la Villa Kérylos », no 25, 2014, 97-112.

Grimal N. et Adly E., « Sekhemka à l’encan », Bulletin d’information archéologique, Le Caire / Paris, Institut français d’archéologie orientale / Collège de France, no 50, 2e semaine, 2014.

Grimal N., « Rapport sur la vie et les activités de l’IFAO en 2012-2013 », CRAIBL 2013, no 4, 2015, 1594-1599.

Grimal N., compte rendu de Tallet P., « La zone minière pharaonique du Sud-Sinaï, I, Catalogue complémentaire des inscriptions du Sinaï » (MIFAO 130, le Caire, 2013, XIX-346 p.) », CRAI 2013, 2014, no 2, 1104-1106.

Grimal N., compte rendu de Andreu-Lanoë G., Labbé-Toutée S. et Rigault P. (éd.), « L’art du contour. Le dessin dans l’Égypte ancienne » (Musée du Louvre / Somogy, Paris, 2013, 350 p.) et de Guichard S. (éd.), « Jean-François Champollion, Notice descriptive des monuments égyptiens du Musée Charles X » (musée du Louvre / Khéops, Paris, 2013, 352 p.) », CRAIBL 2013, no 3, 2015, 1418-1419.

Grimal N., compte rendu de Volait M. « Émile Prisse d’Avennes (1807-1879). Un artiste-antiquaire en Égypte au xixe siècle » (IFAO, BdE 156, Le Caire, 2013, X-309 p.) », CRAIBL 2013, no 3, 2015, 1534-1536.

Haut de page

Notes

1  « Stück eines ägyptischen Hymnus an die Sonne. Übersetzt von Emmanuel Vicomte de Rougé, mitgeteilt von Brugsch », ZDMG, 4 (1850), 374-76 = ÄIB II  D, Assmann, Ägyptische Hymnen und Gebete, no 60.

2  « Mémoire sur l’inscription du tombeau d’Ahmès, chef des nautoniers », Mémoires de l’Académie des Inscriptions, Savants étrangers, 3 (1851), 1-196 = id., Œuvres diverses, 2, Paris, 1908, 1-202.

3  « Notice sur un manuscript égyptien, en écriture hiératique, écrit sous le règne de Merienphthah, fils du grand Ramses, vers le xe siècle avant l’ère chrétienne », Revue archéologique, 9 (1852), 385-97 = Atheneum français 1 (1852), 280-84 = Œuvres diverses, 2, 303-19. – Aujourd’hui BM 10183.

4  Le poème de Pen-ta-our, Extrait d’un Mémoire sur les campagnes de Ramses II (Sesostris), Paris, 1856 ; id., Revue contemporaine et Atheneum français, 27 (1856), 389-399 ; Revue de l’Anjou et du Maine, 4 (1856) : repris dans Œuvres diverses, 3 (Paris, 1910), 351-368.

5  Le terme apparaît pour la première fois sous la plume de A. Goulianoff, en 1827, dans son Essai sur les hiéroglyphes d’Horapollon, 7.

6  Aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, il est connu sous le nom de son inventeur. Son fils publiera plus tard le fac-similé du papyrus Prisse : É. Prisse d’Avennes, Le Papyrus à l’époque pharaonique et fac-similé du plus ancien manuscrit du monde entier en caractères hiératiques archaïques, ou Papyrus Prisse d’Avennes..., 1926.

7  « Hieratic Papyri », dans Cambridge Essays, 1858, Londres, 1858, 226-82 : Conte des deux frères (Papyrus d’Orbiney), Poème de Pentaour (Papyrus Sallier III), Enseignement de Ptahhotep (Papyrus Prisse) et miscellanées tirées des Papyrus Sallier et Anastasi.

8  F.-J. Chabas, « Le plus ancien livre du monde, Étude sur le papyrus Prisse », Revue archéologique, 15 (1858), 1-25 = Œuvres diverses, 1, 83-214 ; id., ZÄS, 8 (1870), 81-85, 97-101 = Œuvres diverses, 4, 91-107.

9  C.W. Goodwin & F.-J. Chabas, « Sur les papyrus hiératiques », Revue archéologique, 2e série, 2 (1860), 223-41 = Chabas, Œuvres diverses, 2, 63-105.

10  « Hymnes et invocations », dans Bibliothèque internationale universelle, Mondes anciens, Civilisations orientales, 2, Poésie lyrique (Paris, 1870), II, 167-85 = Œuvres diverses, 4, 243-281.

11  Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien, 6. Abt. (Berlin, 1859), Bl. 108-110 ; 113-114.

12  C.W. Goodwin & F.-J. Chabas, Voyage d’un Égyptien en Syrie, en Phénicie, en Palestine, etc. au xive siècle avant notre ère. Traduction analytique d’un papyrus du Musée britannique, comprenant le fac-similé du texte hiératique et sa transcription complète en hiéroglyphes et en lettres coptes (Châlon-sur-Saône-Paris, 1866) = Chabas, Œuvres diverses, 3, 203-340.

13  F. Chabas, « Deux nouveaux contes égyptiens », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 4e série, II, 1874, 117-24 = Œuvres diverses, 4, 399-407.

14  Select Papyri in the Hieratic Character from the Collections of the British Museum [I, l] (Londres, 1841) (Papyrus Sallier I-III, achetés en 1839 ?), [I, 2-3] (Londres, 1842-44) (Papyrus Anastasi I-IX) ; S. Birch, A.H. Rhind, Facsimiles of two papyri found in a tomb at Thebes, 1863 ; S. Birch, Inscriptions in the hieratic and demotic character from the collections of the British Museum, 1868 ; id., Facsimile of an Egyptian hieratic papyrus of the reign of Rameses III, now in the British museum [Papyrus Harris I], 1876.

15  Neuägyptische Grammatik, Leipzig, 1880.

16  « Die Sprache des Papyrus Westcar, Eine Vorarbeit zur Grammatik der älteren ägyptischen Sprache », Abh. der Königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, 36 (1889), 1-158, repris dans id., Akademieschriften (1880-1928), Leipzig, 1986, 1, 107-262. Il s’agit du Papyrus Berlin 3033. Ce rouleau, qui a livré des contes se passant sous le règne de Chéops et de ses fils (IVe dynastie), composé probablement au début du Moyen Empire, est une copie de la période hyksôs (XVe dyn.). Il tire son nom de son premier acquéreur, le collectionneur britannique Henry Westcar (1798-1869). En 1838, Richard Lepsius, de passage à Londres, le lui achète. Après sa mort, il ira dans les collections de Berlin.

17  Die Märchen des Papyrus Westcar, I-II, 1890

18  Vol. I-V, 1926-1931 (autographiés par Wolja Erichsen) ; Belegstellen, I-II (1935-1940) ; III-V (1951-1953) ; VI (1950) ; VII (1961).

19  Hermann Grapow, Anatomie und Physiologie, Berlin, 1954 ; Kranker, Krankheiten und Arzt : Vom gesunden und kranken Ägypter, von den Krankheiten, vom Arzt und von der ärztlichen Tätigkeit, Berlin 1956 ; Die medizinischen Texte in hieroglyphischer Umschreibung autographiert, Berlin, 1958.

20  Wörterbuch der ägyptischen Drogennamen, Berlin, 1959 (avec H. von Deines).

21  Die bildlichen Ausdrücke des Ägyptischen, Leipzig, Hinrichs, 1924 ; Wie die alten Ägypter sich anredeten, wie sie sich grüssten und wie sie miteinander sprachen, Berlin, 1960.

22  Das Aegyptische Verbum im Altaegyptischen, Neuaegyptischen und Koptischen, Leipzig, J. C. Hinrichs, 1902.

23  Urkunden des Alten Reichs, Leipzig, J.C. Hinrichs, 1903 ; Urkunden der 18. Dynastie, Leipzig, J.C. Hinrichs,1906-1909.

24  Die Altaegyptischen Pyramidentexte, Leipzig, J. C. Hinrichs, 1908-1922, 4 volumes.

25  Avec W. Erichsen, Übersetzung und Kommentar zu den Altägyptischen Pyramydentexten, 1935-1962. 6 volumes.

26  The Theory of Speech and Language, 1932.

27  Ancient Egyptian Onomastica, vol. I-III, Londres, 1947.

28  Il traduit et commente les enseignements de Kagemni, Ptahhotep, Merikare, Amenemhat, Khety, L’instruction loyaliste, L’instruction d’un homme à son fils, les enseignements d’Ani, Amenemope, Amennakht.

29  Ancient Egyptian Literature, I, The Old and Middle Kingdoms, 1973 ; II, The New Kingdom, 1980 ; III, The Late Period, 1980.

30  Ancient Records of Egypt : Historical Documents from the Earliest Times to the Persian Conquest, collected, edited, and translated, with Commentary, University of Chicago Press, 1906-1907 : 4 vol. + un 5e, réédition annotée du volume I par University of Illinois Press (2001).

31  J.B. Pritchard, Ancient Near Eastern Texts Relating to the Old Testament, 1955.

32  G. Burkard, H.-J. Thissen, Einführung in die altägyptische Literaturgeschichte, I, Altes und Mittleres Reich, 2003, II, Neues Reich, 2009 ; J.F. Quack, III, Die demotische und gräko-ägyptische Literatur, 2005, 2e éd. augmentée, 2009.

33  Première série (1982-1997) : 3 vol. ; 2e série (depuis 2004) : 6 vol.

34  285 : N. Grimal, « La langue de l’homme, c’est sa balance », dans J. Jouanna, L. Pernot, M. Zink (éd.), Charmer, convaincre : la rhétorique dans l’histoire, 2014, 97-112 ; cf. F. Pappalardo, Teorie dei generi letterari, 2009, 23-32.

35  Elise V. McArthur, « The Conception and Development of the Egyptian Writing System », dans C. Woods, E. Teeter, G. Emberling, Visible Language, 2010, 116.

36  J. Baines, Visual and Written Culture in Ancient Egypt, 2007, 34.

37  Entre autres, K.-H. Meyer « Kanon, Komposition und “Metrik ” der Narmerpalette », SAK 1, 1974, 247-265 ; comparer avec Ota Topçuoğlu, « Iconography of protoliterate seals », dans C. Woods, E. Teeter, G. Emberling, o.c., 29 sq. ; Andreas Stauder, « The earliest Egyptian writing », ibid., 137 sq.

38  Voir, en dernier lieu, A. Stauder (éd.), Linguistic Dating of Middle Egyptian Literary Texts, Lingua Aegyptia Studia Monographica, 12, 2013.

39  P. Barguet, La stèle de la famine, à Séhel, BibEt, 24, 1953, 14 sq.

40  J. Omlin, Der Papyrus 55001 und seine satirisch-erotischen Zeichnungen und Inschriften, 1973 ; cf. Guillemette Andreu-Lanoë; Sophie Labbé-Toutée; Patricia Rigault ; Dimitri Laboury, L’art du contour : le dessin dans l’Égypte ancienne, Somogy, Paris, 2013.

41  C. Rossi, Architecture and Mathematics in Ancient Egypt, 2004 ; Marianne Michel, Les mathématiques de l’Égypte ancienne. Numération, métrologie, arithmétique, géométrie et autres problèmes, Bruxelles, 2014.

42  Hymne à la couronne du Nord du papyrus Golenischeff, II-III.

43  Papyrus Anastasi, III 4.12-5.5.

44  Papyrus Boulaq, 17, I.1-II.7 et nombreux parallèles sur ostraca.

45  À travers les exemples de la stèle de la Victoire de Piânkhy, le Bulletin, le Poème et les représentations de la bataille de Qadesh de Ramsès II, les rapports militaires et la « Königsnovelle ».

46  Le conte d’Horus et de Seth – compositions littéraires et mystère liturgique –, le combat du Bien et du Mal, le mythe de la Déesse lointaine, Horus et Seth, Isis et Rê, Anoup et Bata, La déesse de la Mer, etc.

47  À partir du cycle de La cuirasse d’Inâros : Le combat pour la barque d’Amon, La guerre pour la cuirasse, Pétékhons et les Amazones, mais également des contes de Sinouhé, du Naufragé, d’Ounamon, etc.

48  « La question du théâtre égyptien », CRAIBL, 98, 1, 1954, 51-63 ; id., Le théâtre égyptien, Le Caire, 1942 ; id., Le texte dramatique d’Edfou, 11, 1948.

49  M. Bárta, « Die Tauschhandelszenen aus dem Grab des Fetekty in Abusir », SAK, 26, 1998, 19-34 ; S. Grunert, « Sprachen Schlächter schlechter ? », GM, 186, 2002, 43-57.

50  Notamment Papyrus Bologne 1094 11.5-9 = papyrus Chester Beatty IV, verso, 1. 3-4 ; Papyrus Anastasi II 5.6-6.4 = IV 5.6-12

51  Instructions d’Hardjedef ; Instruction pour Kagemni ; Maximes de Ptahhotep ; Instructions pour Merikarê ; Enseignement d’Amenemhat ier ; Prophétie de Néferti ; Lamentations de Khâkheperrêseneb ; Lamentations d’ipou-our ; Dialogue du Désespéré ; Enseignement d’Ani ; Instructions d’Aménémopé ; Instructions d’Ankhsheshonqui ; Instructions du Papyrus Insinger ; Kêmit ; etc.

52  J. Assmann, « Fest des Augenblicks – Verheissung der Dauer. Die Kontroverse der ägyptischen Harfenlieder », dans Fragen an die altägyptische Literatur, Studien zum Gedenken an Eberhard Otto, Wiesbaden, 1977, 55-84.

53  Par exemple dans le tombeau d’Innerkhaou à Deir el-Medina.

54  D. Agut-Labordère et M. Chauveau, Héros, Magiciens et sages oubliés de l’Égypte ancienne, 2011, 315-316.

55  Richard B. Parkinson, « Types of Literature in the Middle Kingdom », dans A. Loprieno, Ancient Egyptian Literature. History and Forms, Probleme der Ägyptologie, 10, 1996, 297-313.

56  A. Loprieno, « The Sign of Literature in the Shipwrecked Sailor », dans OLA, 39, 1991, 209-217.

57  R.B. Parkinson, « Literary Form and the « Tale of the Eloquent Peasant », JEA, 78, 1992, 163-178.

58  Colleen Manassa, « Defining Historical Fiction in New Kingdom Egypt », dans Culture and History of the Ancient Near East, 2010, 245-269 ; ead., Imagining the Past, 2013.

59  A. Loprieno, « La pensée et l’écriture. Pour une analyse sémiotique de la culture égyptienne », o.c., 2002, 129.

60  Papyrus Sallier I = Gardiner LES, 85 sq. ; N. Grimal, « La danse des peuples aux marches du royaume », CRAIBL 2001, vol. 145, 1159-1182.

61  Papyrus Ch. Beatty V ro 5. 12-15.

62  The Wars in Syria and Palestine of Thutmose III, 2003, 89.

63  M.C. Astour, « Place-Names From the Kingdom of Alalakh in the North Syrian List of Thutmose III: A Study in Historical Topography », JNES, 22, 1963, 220-241.

64  T.R. Bryce, The Kingdom of the Hittites, 2005, 22 ; voir les cartes données par M. Forlanini, Atlante storico del vicino oriente antico, 1986.

65  AnnCdF 2001-2002, 713-727. On ajoutera : D. Redford, The Wars in Syria and Palestine of Thutmose III, 2003, 91-93 ; Th. Bardinet « La contrée de Ouân et son dieu », ENiM, 3, 2010, 53-66.

66  Section I, col. 103-107 (Urk. IV 668-671).

67  Annuaire du Collège de France 2007-2008, 636-639.

68  O.c., 53-54 et 109.

69  VI col. 20 : « Puis, Sa Majesté ordonna que soient fixées les victoires qu’Elle remporta depuis l’an 23 jusqu’à l’an 42 selon que fut fixé ce décret sur ce temple, afin qu’il vive éternellement. »

70  D. Redford, ibid.

71   IV 1039 ; S. Yeivin, « The Third District in Tuthmosis III’s List of Palestino-Syrian Towns », JEA, 36, 1950, 51.

72  Wb. I 576, 15 ; 577, 1-2 ; P. Montet, Les scènes de la vie privée dans les tombeaux égyptiens de l’Ancien Empire, publications de la faculté des Lettres de l’université de Strasbourg, 24, 1925, 299-300.

73  Cl. Vandersleyen, « L’étymologie de Phoïnix, “Phénicien” », dans E. Lipiński (éd.), Phoenicia and the East Mediterranean in the First Millenium B.C. Proceedings of the Conference held in Leuven from the 14th to the 16th of November 1985, 1987, 19-22.

74  M. Philonenko, R. Turcan, H. Lavagne, J. Fontaine, J.-P. Mahé, N. Grimal, J. Desanges, P. Laurens, « La notice de Pline l’Ancien sur les Esséniens et les manuscrits de Qoumrân », dans CRAIBL, 153, janvier-mars 2009, 443-480.

75  D.B. Redford, o.c., 2003, 96-97 ; E. Edel, M. Görg, Die Ortsnamenlisten im nördlichen Säulenhof des Totentempels Amenophis’ III., 2005, 103 ; J.-P. Thalmann, « Nouvelles données sur l’architecture domestique du Bronze Ancien IV à Tell Arqa (Liban) », CRAIBL, 150, 2006, 841-873.

76  Wb. I 393, 6-13.

77  J.H. Breasted. The Edwin Smith Surgical Papyrus 1, Hieroglyphic Transliteration, Oriental Institute Publications, 1930, 164-173 (cas n° 6).

78  Wb. I 567, 5-6 ; F CD 38.

79  M. Michel, Les mathématiques de l’Égypte ancienne, Bruxelles, 2014, 165-167.

80  Les contraintes éditoriales de l’Annuaire du Collège de France ne permettant pas d’inclure dans ce compte rendu l’ensemble des activités de l’équipe et de la bibliothèque du Cabinet d’égyptologie, on trouvera la version exhaustive de ce rapport sur le site internet de la chaire (http://www.egyptologues.net/chaire/rapports/rapports.htm).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2014-2015. Résumé des cours et travaux 115e année, Paris, Collège de France, novembre 2016, p. 373-393. ISBN 978-2-7226-0453-7

Référence électronique

Nicolas Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 115 | 2016, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/12518

Haut de page

Auteur

Nicolas Grimal

Membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page