Navigation – Plan du site
115 | 2016
Annuaire du Collège de France 2014-2015
Résumé des cours et travaux 115e année
VI. Conférenciers invités

Dans le conflit des interprétations : le livre de Job

Manfred Oeming
p. 880-881

Notes de la rédaction

Les deux conférences ont été prononcées les 27 et 30 mars 2015 (invitation sur proposition du Pr Thomas Römer) et sont disponibles en audio et en vidéo sur le site internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/thomas-romer/guestlecturer-2014-2015__1.htm. Ce résumé a été publié dans La lettre du Collège de France, no 40 (août 2015) : http://lettre-cdf.revues.org/2115

Texte intégral

1La première conférence « “Le juste souffre” – interprétation historico-critique du livre de Job » a parcouru l’histoire de la réception du livre de Job de l’Antiquité au xxe siècle (du Nouveau Testament à Ricœur, en passant par Luther et Kierkegaard) et conduit à découvrir à quel point le livre a suscité des interprétations nombreuses, pour une part tout à fait contradictoires. Qu’est-ce que le livre de Job ? Une invitation à la soumission à Dieu ou à la rébellion contre lui ? Un traité théorique offrant la solution des problèmes du rapport entre l’agir et le destin ou le refus de toute possibilité de solution, et la démonstration de la limitation étroite de la raison humaine ? Un travail d’école pour l’accompagnement pastoral ou une pièce de théâtre ? Est-ce un livre pieux ou un livre totalement séculie ? Ces grandes différences d’interprétation s’enracinent dans les nombreux problèmes du texte du livre de Job. Comment peut-on, d’un point de vue méthodologique, réagir à ces phénomènes perturbants ? Une solution fréquente, que l’on trouve par exemple chez Vermeylen, Kaiser, von Oorschot, Witte et Lauber, est celle de la critique littéraire et l’hypothèse d’auteurs multiples. Mais, actuellement, plusieurs chercheurs, tels Fokkelman, Seow et moi-même, se prononcent en faveur d’une unité originale du livre et comprennent la pluralité comme intention d’un seul auteur. Pour ma part, je soutiens la thèse qu’il s’agit d’un manuel d’accompagnement pastoral, œuvre d’un rédacteur pétri de sagesse, ayant une connaissance approfondie de la psychologie liée à la mort (voir E. Kübler-Ross) et utilisant des ambiances et des genres différents.

2La deuxième conférence, intitulée « Coupable ou innocent – une relecture psychodynamique du livre de Job », était consacrée aux processus à l’œuvre dans l’intériorité du récepteur, en général inconsciemment, dans le cadre d’une approche psychanalytique séculière.

3« Job » est un mot hébreu signifiant « où est le père ? » Pour Sigmund Freud, il faut « tuer » le père, c’est-à-dire révéler toutes les représentations classiques et théistes de Dieu comme des manœuvres autoritaires immorales, et se libérer par cet acte de dévoilement des obsessions religieuses hétéronomes pour devenir complètement autonome. Paul Ricœur veut montrer que l’être humain doit se confronter avec maturité à sa culpabilité et au mal en Dieu. La foi authentique croit « pour rien » (Jb 1,9). Quant à Carl Gustav Jung, il pose un diagnostic psychologique sur le dieu YHWH, qu’il voit comme un père qu’il s’agit de percer à jour dans sa contradiction et son chaos ; ensuite le père doit se « transformer ». C’est lui qui doit sortir des structures contradictoires et violentes, pour devenir un être humain. Selon Hartmut Raguse, l’être humain doit apprendre à appréhender Dieu dans son ambivalence et à supporter le Dieu bon autant que le Dieu mauvais. L’enfant Job, c’est-à-dire tout être humain, doit se modifier en ceci, qu’il se soumet à la génération plus ancienne et à sa puissance et trouve ainsi sa paix. Le père doit être reconnu dans sa puissance et il est nécessaire de se soumettre à lui.

4M’inspirant de Paul Ricœur et d’Eugen Drewermann, je pense que le livre de Job dans son ensemble présente une unité de sens. Cheminer avec Job et travailler sur les différentes étapes de sa souffrance constituent une orientation ou une aide pour la maturation de la personnalité. Job ne doit pas enfermer le père dans le corset de ses représentations ; il ne doit pas l’idéaliser (l’image du « Dieu gentil » est brisée en cours de route), mais il ne doit pas non plus le diaboliser (« le Satan » disparaît au cours du cheminement de Job). Il doit apprendre à vivre avec le mal, même celui qu’il trouve en Dieu / le père. Le canon biblique lui-même contraint à la critique des structures autoritaires dans l’image de Dieu, à la critique d’une conception naïve du « tout le monde est beau, tout le monde est gentil ». Ainsi, dans la fidélité au texte lui-même, la théologie biblique est une science critique.

5Les différentes approches herméneutiques ne doivent pas s’exclure mutuellement – comme cela a souvent été le cas – mais se compléter et se fertiliser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2014-2015. Résumé des cours et travaux 115e année, Paris, Collège de France, novembre 2016, p. 880-881. ISBN 978-2-7226-0453-7

Référence électronique

Manfred Oeming, « Dans le conflit des interprétations : le livre de Job », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 115 | 2016, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/12693

Haut de page

Auteur

Manfred Oeming

Professeur à l’université de Heidelberg (Allemagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page