Navigation – Plan du site
115 | 2016
Annuaire du Collège de France 2014-2015
Résumé des cours et travaux 115e année
VI. Conférenciers invités

Quand l’écuyer se transforme en chevalier : l’exégèse canonique comme terrain de polémique dans la pensée confucéenne

Andrew Plaks
p. 881-883

Notes de la rédaction

Les conférences ont été données les 17 et 22 juin 2015 (invitation sur proposition du Pr Anne Cheng).

Texte intégral

1Ces deux exposés visent à mettre en relief un phénomène culturel de signification importante – bien que de portée limitée en termes quantitatifs – dans la tradition intellectuelle chinoise, à savoir, le recours à l’exégèse canonique, chez certains grands penseurs, comme mode d’auto-expression, mode dans lequel on dépasse les méthodes herméneutiques de base en s’étendant sur ses propres idées philosophiques. Il ne manque pas d’érudits, dans la Chine ancienne, ayant développé leurs arguments dans le cadre de traités monographiques. D’autres, cependant, s’expriment principalement, et dans certains cas uniquement, à l’intérieur de leur œuvre exégétique. De là provient le petit jeu de mots qui forme le titre de ces deux conférences, sur la base d’une locution d’usage fréquent dans les études judaïques classiques : le nossé kelim, dont le sens propre (le « porteur d’armes ») fait allusion à un commentateur (généralement à un sous-commentateur) qui prend la lance rhétorique et se jette, de toutes ses forces, dans la mêlée polémique.

2Notre présentation sur ces guerriers de l’esprit en Chine commence par passer en revue un phénomène parallèle observé dans la plupart des grandes traditions scolastiques des mondes antiques et médiévaux, telles l’exégèse homérique, d’Anaxagore aux néoplatoniciens et stoïciens, la tradition rabbinique après les midrashim et le corpus talmudique de l’Antiquité tardive jusqu’à Nahmanide et Gersonide au Moyen-Âge, Ibn Arabi et Fakhroddîn Râzi sur le Coran et les Hadîth, le Śaṅkarābhāṣya sur le corpus de l’Advaita Vedānta et bien d’autres.

3En arrivant aux exégètes chinois de tous les courants, nous essaierons d’élucider la différence, parfois assez subtile, entre certains, qui ont pour but l’explication des écritures canoniques en empruntant une panoplie de méthodes philologiques et interprétatives, et d’autres, dont l’analyse herméneutique ne sert que de point d’entrée dans le débat philosophique. Cette distinction devient assez trompeuse dans le domaine du discours confucéen de l’empire tardif, où l’éventail de controverses se réduit à un nombre fort limité de sujets, et en particulier aux lignes de démarcation entre les dimensions fondamentales définissant l’homme et son univers : sa disposition morale innée (xing), l’essence fondamentale de son existence concrète (qing), les facultés cognitives et émotives de sa conscience (xin), d’une part, et la relation complémentaire entre le substrat matériel (qi) et les principes structurants (li) constituant les paradigmes de l’être, de l’autre. Étant donné que la plupart de ces questions sont formulées en phrases tirées des Cinq Canons et des Quatre Livres du corpus confucéen, cela confère à tout le discours philosophique de cette période un certain aspect exégétique, ce qui met en évidence de façon encore plus frappante l’audace de la démarche intellectuelle de nos chevaliers textuels.

4Dans la première conférence, nous commençons à l’époque antérieure de la Chine impériale, des Han aux Tang, avec les commentateurs « autorisés » sur les Annales des printemps et automnes (Chunqiu) : He Xiu (129-182) et Xu Yan (fin ix-xe siècles). Sans regarder le caractère principal de ce texte comme locus classicus de la morale politique, ils saisissent le mot d’ouverture yuan (« le premier »), qui ne fonctionne ici que comme simple jalon chronologique, et se lancent dans une réflexion pénétrante sur la phénoménologie du temps. On passe ensuite aux exégètes-maîtres sans pareils des textes taoïstes classiques : Wang Bi (226-249) et Guo Xiang (-312), deux grands penseurs ayant développé leurs profonds arguments métaphysiques exclusivement au moyen du commentaire. Dans ses discussions spéculatives sur l’ontologie du néant, Wang Bi va bien au-delà des songeries de Laozi sur le non-être (wu), autant que Guo Xiang s’applique à ses réponses polémiques contra Wang Bi en termes qui ne s’accordent pas toujours avec les idées de Zhuangzi. On conclut la première conférence avec les deux voix principales du renouvellement de la pensée confucéenne à la fin de la dynastie Tang : Han Yu (768-824) et Li Ao (772-841). Bien qu’ils ne soient, ni l’un ni l’autre, des commentateurs à proprement parler, les essais-phares dans lesquels ils prônent un retour à l’idéologie des ancêtres se fondent sur une réinterprétation des textes canoniques : le Daxue et le Zhongyong.

5Dans le second exposé, nous avançons jusqu’à l’empire tardif, à l’époque du discours philosophique dit « néo-confucianisme » dans la littérature sinologique. On se concentre ici sur les deux figures emblématiques Zhu Xi (1130-1200) et Wang Yangming (1472-1529), et sur la polémique entre eux deux, à la distance de 350 ans, sous la forme d’écrits exégétiques sur la Grande Étude (Daxue). Pour conclure, nous passons à la dynastie Qing, et examinons la spéculation métaphysique du fameux savant/critique Huang Zongxi (1610-1695), qui se présente dans son œuvre exégétique moins connue sur la pensée de Mencius (Mengzi shishuo), selon son propre maître spirituel Liu Zongzhou (1578-1645). Enfin, nous arrivons au plus profond philosophe de l’époque, Wang Fuzhi (1619-1692), un érudit redoutable qui formule presque tous ses arguments sous la forme d’exégèse canonique, et observons comment il touche le fond du substrat de l’existence matérielle et de la faculté de l’intelligence intégrative de la conscience humaine dans ses interprétations sur les Quatre Livres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2014-2015. Résumé des cours et travaux 115e année, Paris, Collège de France, novembre 2016, p. 881-883. ISBN 978-2-7226-0453-7

Référence électronique

Andrew Plaks, « Quand l’écuyer se transforme en chevalier : l’exégèse canonique comme terrain de polémique dans la pensée confucéenne », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 115 | 2016, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/12695

Haut de page

Auteur

Andrew Plaks

Professeur à l’université de Princeton (États-Unis) et à l’université de Jérusalem (Israël)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page