Navigation – Plan du site
116 | 2018
Annuaire du Collège de France 2015-2016
Résumé des cours et travaux 116e année
Cours et recherches des professeurs
II. Sciences humaines et sociales

Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire

Nicolas Grimal
p. 211-227

Texte intégral

Enseignement

Cours – Le calame et la pierre. Essai d’histoire critique de la littérature égyptienne antique (suite)

  • 1  Voir, entre autres, J. Baines, Visual and Written Culture in Ancient Egypt, Oxford, Oxford Univers (...)
  • 2  J. Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage [1968], Paris, Minuit, 1979.
  • 3  J. Bottéro, F. Briquel-Chatonnet, F. Déroche, C. Duverger, J. Goody, P. Grandet, J. Irigoin, J. Ke (...)
  • 4  Entre autres, N. Beaux et L. Xiaohong (dir.), Créatures mythiques animales. Écriture et signes fig (...)
  • 5  J.-L. Le Quellec, Alcool de singe et liqueur de vipère. Légendes urbaines, Paris, Éditions Errance (...)
  • 6  Voir J. Baines, op. cit., p. 317, pour la palette « aux canidés », aujourd’hui à l’Ashmolean Museu (...)

1On a achevé cette année de mettre en place les cadres épistémologiques de cette étude, en questionnant, en particulier, l’implicite d’une évolution historique de la pensée, conditionnée par l’invention de l’écrit1. On a mis ainsi en perspective les théories de Jack Goody2 face aux commentaires de spécialistes contemporains de la pensée antique3. Un détour par les écritures figuratives4 et les données de l’anthropologie5 a permis de modérer le débat et de situer à une place que les études littéraires ne leur accordent pas d’habitude les premiers « récits » historiques : les « palettes à fard » qui sont, à la fois, des témoins de la civilisation qui a précédé l’unité politique de l’Égypte, et des récits imagés de faits confirmés par des sources postérieures6.

  • 7  K.A. Bard, « Origins of egyptian writing », in R. Friedman et B. Adams (dir.), The Followers of Ho (...)
  • 8  E.V. McArthur, « The conception and development of the egyptian writing system », in C. Woods, E.  (...)
  • 9  H. Schäfer, L. Borchardt, Ein Bruchstück altägyptischer Annalen, 1902 ; T.A.H. Wilkinson, Royal An (...)

2On considère généralement que ces documents ne sont le reflet que d’un événement unique, même si le fonds formulaire dont il relève témoigne déjà d’un « genre », qu’on veuille qualifier celui-ci d’historique ou de mythique. C’est le cas de la tête de massue7 de Narmer, l’unificateur du pays reconnu par l’historiographie égyptienne, ou de sa célèbre « palette », conservée au musée du Caire8. Même si aucun corpus contemporain ne nous est (encore) parvenu, ces documents relèvent d’une historiographie, dont les Annales qui leur sont postérieures témoignent. La plus célèbre – et la plus ancienne d’entre elles –, la « pierre de Palerme » garde la mémoire de ces premiers événements historiques, qu’elle confirme, en même temps qu’elle témoigne de ce que ces recensions relevaient déjà du même « genre » qu’elle9, – un genre fort bien représenté par la suite, tout au long de l’histoire de la civilisation pharaonique.

  • 10  P. Tallet, « Les papyrus de la mer Rouge (Ouadi el-Jarf, golfe de Suez) », CRAIBL, vol. 2, 2013, p (...)

3La religion, et plus particulièrement la religion funéraire, procède d’un mouvement comparable. Les stèles, qui mettent en scène le mort dans les tombeaux dès avant même les premiers temps de l’histoire, ne peuvent pas (encore ?) être reliées à des corpus contemporains. Mais l’apparition, plusieurs siècles plus tard, d’ensembles comme les Textes des Pyramides, qui paraissent faire irruption d’un seul coup, pareils à Athéna sortant du crâne de Zeus, montre clairement que ces corpus existaient auparavant, mais peut-être pas nécessairement sous forme écrite. Il en va de même des textes administratifs : la découverte récente par Pierre Tallet, sur la rive occidentale de la mer Rouge, d’archives sur papyrus datant du règne de Chéops a fait remonter de deux siècles les premiers exemplaires d’archives royales que nous connaissions10.

  • 11  Pour reprendre l’expression de Miroslav Bárta, « Ancient egyptian history as an example of punctua (...)
  • 12  Ainsi que le fit Chabaka à l’époque éthiopienne : « Cet écrit a été copié par Sa Majesté, à nouvea (...)

4Ces exemples nous rappellent que nous sommes probablement loin d’avoir accès à l’ensemble de la documentation égyptienne. Force est toutefois de constater que certaines époques connaissent, plus que d’autres, une efflorescence intellectuelle, religieuse, artistique et littéraire qui les apparente, d’une certaine manière, à la Renaissance européenne. Quels que soient leurs moteurs, ces « à-coups » de l’histoire11 existent bel et bien. Les IVe et Ve dynasties constituent clairement l’un de ces tournants, dont l’historiographie pharaonique se fait largement écho. On peut penser à la restauration de grands traités de théologie memphite de l’époque, presque deux millénaires plus tard12, ou, plus simplement, à la relation, sur le papyrus Westcar de l’avènement des rois de la Ve dynastie.

  • 13  E. Edel, S. Wenig, Die Jahreszeitenreliefs aus dem Sonnenheiligtum des Königs Ne-user-Rê, Berlin, (...)
  • 14  Entre autres, S. Voß, Untersuchungen zu den Sonnenheiligtümern der 5. Dynastie. Bedeutung und Funk (...)

5Les nouvelles assises de la religion solaire qui se développe alors, outre la mise en place des grands corpus funéraires à partir des Textes des Pyramides, débouche sur un renouveau artistique13 et architectural14, voire de nouvelles perspectives politiques, qui constitueront un socle durable, maintes fois repris au cours de l’histoire comme outil de refondation : lors de la « révolution amarnienne », ou, plus loin encore, lorsque les empereurs romains s’efforceront de penser leur empire à l’échelle universelle. D’une façon générale, Héliopolis reste le point de référence du pouvoir politique à travers les âges : le temple d’Amon-Rê de Karnak est « l’Héliopolis du Sud », comme les rois tanites décriront le leur comme « l’Héliopolis du Nord ».

  • 15  Voir J.-L. Le Quellec, P. et P. de Flers, Du Sahara au Nil, peintures et gravures d’avant les phar (...)

6C’est de cette époque que datent les principaux recueils sapientiaux, à commencer par l’Enseignement que donna Hardjedef, le fils de Chéops, dont la fille, Khentkaous, mettra au monde, « d’un prêtre de Rê », les premiers rois de la Ve dynastie. Les Maximes de Ptahhotep remontent elles-mêmes probablement au règne de Djedkarê-Isesi. L’Ancien Empire est également l’époque au cours de laquelle l’Égypte s’ouvre au monde, explorant ses confins occidentaux, remontant, consciemment ou non, aux sources de sa propre culture15, développant ses relations avec le Sud africain, le Levant et la Méditerranée orientale.

  • 16  Voir, par exemple, M. Bárta, « Die Tauschhandelszenen aus dem Grab des Fetekty in Abusir », SAK, v (...)
  • 17  A.H. Gardiner, The Theory of Speech and Language, Oxford, Clarendon Press, 1932 ; H. Grapow, Wie d (...)

7La question du passage à l’écrit reste délicate, dans une société très majoritairement illettrée, et dont la représentation passe, paradoxalement, essentiellement par l’écrit. L’omniprésence affirmée du scribe, transmetteur du savoir et écrivain public, soulève la question de la réalité de cette culture, qui s’affiche comme étant celle de lettrés. L’oralité se laisse toutefois percevoir, ne serait-ce qu’à travers les scènes dialoguées des représentations de la vie quotidienne qui décorent les parois des tombeaux16. Mais, même dans ce cas, il s’agit plus d’une fiction que d’une réalité, les échanges consignés sur la paroi, relèvent plus de la langue classique que des dialectes locaux17. Dialogues et discours constituent eux-mêmes un genre littéraire, fortement rattaché à la rhétorique et aux textes didactiques.

  • 18  J. Omlin, Der Papyrus 55001 und seine satirisch-erotischen Zeichnungen und Inschriften, Turin, Fra (...)
  • 19  En particulier l’o. Berlin ÄM 21443 (catalogue de l’exposition L’Art du contour, 2013, p. 298), et (...)

8L’un des genres littéraires les plus proches de l’oralité est celui de ce que l’on appellerait aujourd’hui la « figuration narrative », c’est-à-dire les œuvres issues de traditions populaires et figées en une représentation considérée comme illustrative, sur papyrus ou ostracon. On est revenu cette année sur quelques œuvres emblématiques du genre : le papyrus 55001 de Turin18, différents ostraca, provenant essentiellement de Deir el-Medîna19.

  • 20  N. Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire 2014-2015 », p. 7-8 de l (...)

9D’autres œuvres sont, pour le moins, censées s’inspirer des traditions populaires. C’est le cas des Chants du Harpiste, tels qu’on peut les découvrir, en texte et en actes, par exemple par la très belle représentation du tombeau d’Inherkhaou de Deir el-Medîna. De fait, à en comparer les variantes, on se rend vite compte qu’il s’agit d’une œuvre purement littéraire, tout comme les Chants d’amour, qui ont autant de réalité que les Idylles de Théocrite. Cependant, nous avions déjà introduit un doute l’an dernier avec l’évocation de la parodie du papyrus Vienne 3877 et les possibles traditions populaires de ce thème20.

10Il ne fait pas de doute que de nombreuses traditions orales existaient. Peut-on penser toutefois que ces traditions allaient jusqu’à des œuvres comparables aux épopées homériques ? Les récits attachés à des personnages historiques, comme Imhotep, Inâros, Sésostris, Thoutmosis ou Khâemouaset, reflètent probablement des traditions orales, mais qui ne nous sont parvenues que compilées, souvent à travers plusieurs sources, et augmentées, du moins dans les versions tardives, d’apports venus du monde extérieur. Une meilleure connaissance des mythes, tant africains que sémitiques, permettrait certainement de replacer certaines œuvres, qui nous sont parvenues le plus souvent de façon fragmentaire, dans des contextes non écrits. La barrière la plus redoutable entre eux et nous est celle qu’ont érigé les scribes eux-mêmes, omniprésents dans la documentation.

  • 21  H. Brunner, Die Lehre des Cheti, Sohnes des Duauf, Glückstadt, Verlag J.J. Augustin, 1944, cité p (...)

11Khety, fils de Douaouf, ne dit-il pas à son élève : « je te ferai aimer les écrits plus que ta propre mère21 » ? Sans reprendre la totalité du dossier de l’éducation, on a rapidement souligné cette année quelques lignes de force de l’éducation que recevaient les scribes. Un seul terme, tout d’abord, désigne l’enseignement et l’éducation (sbȜ), qui sont toujours présentés comme allant de pair. Tous deux sont régis par une même et unique éthique, celle de l’ordre établi. L’apprentissage repose sur l’exemple et l’expérience. La différence se fait en fonction de son objet, du plus simple au plus complexe, le métier de scribe étant au sommet de l’échelle.

12On ne connaît réellement que l’apprentissage des métiers de scribe, peintre, etc., qui, eux, ont laissé des traces. Pour l’artisanat et les corps de métier qui ne relèvent pas de la corporation des scribes, la documentation est quasi inexistante. Elle se limite à quelques allusions et/ou représentations. La présence d’enfants dans des scènes de travaux des champs, de pêche ou de navigation ne témoigne pas nécessairement d’une formation, sauf à considérer que l’enfant apprend « sur le tas » le métier de ses parents. Certaines formations, comme celle du soldat, sont connues essentiellement par des textes didactiques comme la Sagesse des métiers, qui prend un malin plaisir à en détailler les côtés négatifs – coups, mauvais traitements, etc. –, par opposition au métier de scribe.

  • 22  W. Barta, Das Selbstzeugnis eines atltägyptischen Künstlers (Stele Louvre C 14), MÄS, vol. 22, 197 (...)
  • 23  P. Vernus, « Quelques exemples du type du parvenu dans l’Égypte ancienne », BSFE, vol. 59, 1970, p (...)

13On s’est arrêté sur la formation artistique et technique, en examinant le cas d’Irtysen22. On a ainsi pu distinguer la formation technique de la culture générale dont se réclament les scribes. La formation de ceux-ci est la seule pour laquelle les témoignages sont nombreux et explicites. Comme pour les autres corporations, l’idée dominante est la transmission au sein d’une même famille. L’ambiguïté de l’emploi des termes « père » et « fils » pour « maître » et « disciple » rend difficile de savoir si c’est vraiment la règle ou seulement une convention. Le métier de scribe est considéré comme l’un des principaux « ascenseurs sociaux », à côté de l’armée ou de la faveur des Grands23 :

  • 24  Papyrus Chester Beatty IV, v°, 4.

Fais-toi scribe : tes membres seront lisses, tes mains douces, tu seras vêtu de lin blanc, honoré, les courtisans te salueront. On cherche un homme de valeur ? On fait appel à toi : on ne prête pas attention au petit ; on fait, au contraire, appel à celui qui est instruit. Il s’élève, degré après degré, jusqu’à atteindre la magistrature, apprécié pour son caractère24.

  • 25  Papyrus Lansing 8, 1.

Applique-toi à devenir scribe : c’est une bonne situation, digne de toi. Tu en appelles un : mille te répondent ! Tu marches sans entraves sur la route : au lieu d’être du bétail que l’on peut saisir, tu es devant les autres25.

  • 26  Papyrus Anastasi V, 9, 2-5.

Ô Thot […], ta profession est la meilleure de toutes : elle permet de s’élever. Il est bien connu que celui qui y excelle pourra devenir un personnage important26.

  • 27  Maximes d’Any.

Si le scribe est promu à une quelconque fonction, qu’il consulte la sagesse […] : il n’y a pas de fils pour le chef du Trésor ; il n’y a pas d’héritier pour la chef de la Trésorerie. Le puissant juge le scribe à ses capacités. La fonction n’a pas d’enfant27.

  • 28  N. Grimal, « Bibliothèques et propagande royale à l’époque éthiopienne », in Livre du Centenaire, (...)
  • 29  Voir les listes d’Edfou, vol. III 347 et 351, traduites par S. Sauneron, Les Prêtres de l’ancienne (...)

14L’archéologie a révélé des centres de formation, liés aux grands temples – Deir el-Medîna, le temple de Mout à Karnak, le Ramesseum, les abords de la tombe de Ptahhotep à Saqqara, etc. –, dont certains, comme Deir el-Medîna ou le Ramesseum, ont livré une très abondante documentation. Ces écoles étaient associées aux « maisons de vie » des temples28, mais cette relation n’est pas si facile à établir avec précision. Ce n’était pas le cas, par exemple, dans la capitale d’Akhenaton en Amarna. De même, il convient de distinguer entre les bibliothèques des temples, à la spécialisation liturgique bien établie29, et des bibliothèques non liturgiques, très certainement conservées également dans les « maisons de vie ».

  • 30  G. Burkard, « Schule und Schulausbildung im Alten Ägypten », dans Jesuitenkolleg Humanistisches Gy (...)
  • 31  F.L. Griffith, W.M.F. Petrie, Two hieroglyphic papyri from Tanis. I. The sign papyrus, a syllabary(...)
  • 32  K. Jansen-Winkeln, « The career of the Egyptian high priest Bakenkhons », JNES, vol. 52, no 3, 199 (...)

15L’enseignement lui-même commençait par le hiératique30, puis se continuait par les hiéroglyphes31, avant d’entrer dans des spécialisations plus approfondies. Elle commençait dès le plus jeune âge32 – 4 ans si l’on en croit Bakenkhonsou ! L’Enseignement de Khety, cité plus haut, commence ainsi :

Début de l’enseignement que donna un homme de Sileh, – Khéty fils de Douaouf est son nom –, à son fils appelé Pepy. Il remontait vers le Sud, vers la Résidence, pour le mettre à l’école des scribes avec les enfants des grands qui sont à la tête de la Résidence.

  • 33  G. Posener, Littérature et politique dans l’Égypte de la XIIe dynastie, Paris, Honoré Champion, 19 (...)
  • 34  G. Posener, B. van de Walle, La Transmission des textes littéraires égyptiens, Bruxelles, Fondatio (...)
  • 35  G. Posener, B. van de Walle, La Transmission des textes littéraires égyptiens, op. cit., p. 18-19.
  • 36  D. Blumsohn, The Egyptian Language at the Time of the Nineteenth Dynasty, thèse, université de Pre (...)
  • 37  A. Roccati, « La lingua diffusa (politica e lingua nell’Egitto ramesside) », La Parola del Passato(...)

16L’un des premiers recueils dans lesquels on plongeait le jeune élève était la Kemet, le livre parfait33. La pédagogie était plutôt rugueuse, si l’on en croit le Papyrus Anastasi : « L’oreille du jeune homme est sur son dos et il écoute parce qu’on le frappe » (III, 3, 13) ! Une fois les bases apprises, le jeune élève suivait un maître34. L’enseignement de la grammaire devait accompagner celui de l’écriture35. La langue enseignée n’était toutefois pas celle que parlaient les élèves dans leur vie de tous les jours : même si des « mises à jour » se sont effectuées à plusieurs reprises au cours des siècles36, c’est une langue « de tradition » qui était enseignée aux élèves, la langue « classique », si l’on veut37. Les textes étaient choisis pour la qualité de leur contenu, tant littéraire qu’éthique, de façon à s’inscrire dans le cadre d’une morale sociale conforme à l’affectation future des élèves au service de l’État. S’y ajoutaient des listes de vocabulaire, également organisées de façon à rendre compte de l’ordre établi de l’univers : les onomastica, dont il a déjà été question précédemment.

17Les textes à contenu religieux étaient enseignés, comme les autres ensembles techniques, dans le cadre d’une formation plus spécialisée, qui devait être celle qui débouchait réellement sur un métier. Les exercices scolaires qui nous sont parvenus portent témoignage de ce que ce niveau devait être également enseigné dans les écoles traditionnelles, mais probablement à un niveau assez général. Les textes théoriques, les traités, ainsi que bon nombre d’œuvres littéraires, médicales ou magiques nous sont, eux, parvenus par des circuits non scolaires, généralement sur papyrus. Ils appartenaient à de véritables bibliothèques, comme en témoigne l’hétérogénéité de pratiquement tous les grands « lots » qui nous sont parvenus.

  • 38  E.W. Ware, « Egyptian Artists’ Signatures », AJSL, vol. 43, 1927, p. 185-207.

18Autant nous avons vu que Irtysen, évoqué plus haut, était, à l’évidence, un excellent technicien, autant il faut bien constater qu’il n’a rien d’un lettré, – du moins au sens où nous l’entendons. La polysémie du terme  rend difficile d’établir clairement la distinction entre scribe – au sens de « copiste », « transmetteur » – et artiste – c’est-à-dire créateur. Il existe, bien évidemment, une innovation, – artistique et/ou littéraire –, mais le principe de reconduction de l’ordre établi du cosmos, universellement affiché comme seul modèle de la création, masque les individus, censés se fondre dans l’anonymat des passeurs. Seule la hiérarchie des titres que portent les scribes, de la tâche la plus technique à la conception d’ensemble, laisse supposer que les artistes qui sont au plus haut de l’échelle étaient plus proches de la création que leurs subordonnés. Cela ressort des titres que portent, par exemple, les scribes peintres38. L’autre « filtre » est, évidemment, la place que la tradition reconnaît à certains d’entre eux.

  • 39  L. Borchardt, « Ausgrabungen in Tell el-Amarna 1911/12 », MDOG, vol. 50, 1912, p. 1-45.
  • 40  C. Aldred, Akhenaten and Nefertiti, Londres, Thames & Hudson, 1973.

19Nous avons pris deux exemples, issus de chacun de ces deux groupes. Le premier est le sculpteur Djehouty, dont l’atelier a été retrouvé par Ludwig Borchardt lors des fouilles du site de Tell el-Amarna39. C’est dans cet atelier qu’ont été découverts les chefs d’œuvre de la sculpture royale amarnienne, dont la fameuse tête de Néfertiti, aujourd’hui conservée à Berlin40. Ils voisinaient avec des ébauches sur divers supports, du moulage réalisé d’après nature jusqu’aux ultimes étapes de la décoration finale. C’est l’une des rares occasions que l’on a de mesurer le travail de l’artiste, dont on voit bien l’originalité et la capacité créatrice.

  • 41  S. Bickel, B. Mathieu, « L’écrivain Amennakht et son enseignement », BIFAO, vol. 93, 1993, p. 31-5 (...)

20L’autre exemple est celui d’un « lettré », que nous connaissons, à la fois de réputation et par l’archéologie. Il s’agit d’Amennnakhte. Ce personnage, fils d’un scribe, nommé Ipouy, joua un rôle de premier plan dans la communauté d’artistes de Deir el-Medîna à la XXe dynastie41. Il fut d’abord dessinateur, puis promu, sous Ramsès III au rang de « scribe de la Tombe », poste qu’il occupa pendant plus de trente ans, jusque sous le règne de Ramsès VI, qui le fit également « scribe du vizir », « scribe royal , « scribe des demeures divines » et « directeur du Trésor des demeures divines ». Ses fils se montrèrent à la hauteur de leur père et occupèrent également de hautes fonctions, son second fils, Amenhotep devenant même l’un des chefs du village. C’est pour l’ami d’enfance de celui-ci, Horimin, qu’Amennakhte composa un Enseignement, dont voici le début :

  • 42  Voir également A. Dorn, « Die Lehre Amunnachts », ZÄS, vol. 131, 2004, p. 38-55 pour l’ensemble de (...)

Début de l’enseignement éducatif, des vers pour une conduite de vie, qu’a composés le scribe Amennakht pour son apprenti Horimin : « Tu es homme à écouter les discours pour distinguer le bon du mauvais ? Fais attention, écoute mes discours, et ne néglige pas ce que je vais dire. Il est si agréable de rencontrer un homme compétent dans tous les domaines ! Rends ton esprit aussi fort qu’une digue contre laquelle bute le flot puissant. Reçois ma parole dans toute sa teneur et ne t’irrite pas au point de dénigrer. Regarde de tes yeux tous les métiers et tout ce qui a été fait par écrit. Tu comprendras ceci, que c’est bénéfique, les propos que je vais te tenir. Ne te détourne pas d’un discours merveilleux : une contestation ne serait pas à sa place. Fais patienter ton cœur dans sa hâte : tu ne parleras qu’après y avoir été convié. Puisses-tu être scribe et fréquenter la Maison-de-vie. Deviens pareil à un coffre à manuscrits42 ! »

  • 43  G. Burkard, « Amunnakht, scribe and poet of Deir el-Medina: A study of Ostracon O Berlin P 14262 » (...)
  • 44  Qui nous sont d’ailleurs sans doute parvenus par des copies de sa propre main.

21Amennakht est connu également pour d’autres œuvres43 : un poème sur la nostalgie de Thèbes, un autre, satirique, deux éloges de Ramsès IV et un hymne à Ptah44.

22Les hasards de l’archéologie ont permis de mettre cet homme de lettres célèbre en relation avec l’une des plus importantes bibliothèques sur papyrus qui nous soient parvenues. Connue sous le nom de son premier acheteur, elle est aujourd’hui conservée au British Museum : les papyrus Chester-Beatty. Une lettre d’époque ramesside, en effet, évoque un « dégât des eaux » survenu dans l’une des tombes de Deir el-Medîna :

  • 45  J. Černý, Late Ramesside Letters, 1939, p. 18-20 = E.F. Wente, Late Ramesside Letters, 1967, p. 38 (...)

(Le scribe de la grande et noble nécropole des millions d’années de Pharaon – qu’il soit en vie, santé et force ! – [Thoutmosis au] scribe de la nécropole Boutehamon, la chanteuse d’Amon Shedemdoua et Hemesheri) : Je suis au courant de l’affaire des documents déposés dans la maison de l’Escalier. Et pour ce qui est des documents sur lesquels la pluie est tombée dans la maison du scribe Horsheri, mon (grand père), tu les as sortis et on s’est aperçu qu’ils n’ont pas été effacés. Je t’ai dit alors : « je vais les dérouler à nouveau ». Tu les as descendus et nous (les) avons déposés dans la tombe d’Amennakht, mon (arrière grand-)père45.

  • 46  G. Posener, préface de J. Černý, Papyrus hiératiques de Deir el-Medineh, I, DFIFAO, vol. 8, 1978, (...)
  • 47  J. Černý, A Community of Workmen at Thebes in the Ramesside Period, Le Caire, IFAO, 1973, p. 349-3 (...)
  • 48  G. Posener, « L’exorde de l’instruction éducative d’Amennakhte », RdE, vol. 10, 1955, p. 71-72.

23Or, Bernard Bruyère découvrit, le 20 février 1928, dans une tombe qu’il dégageait46, et dont divers recoupement ont permis d’établir qu’elle est bien celle d’Amennakhte47, quelques papyrus épars, dont un exemplaire des Maximes d’Any. Averti de ce que certains de ses ouvriers le volaient sur la fouille, il les congédia. Mais trop tard : ils avaient eu le temps de dérober tout le lot qui constituera les futurs « papyrus Chester Beatty ». Comparant le contenu des différentes variantes de l’Enseignement d’Amennakhte au verso du papyrus Chester-Beatty IV, Georges Posener trouva, plus tard, de nombreuses similitudes, de fond et de forme, qui confirment probablement l’appartenance de ces papyrus à la bibliothèque d’Amennakhte et de sa famille48, c’est-à-dire à au moins trois générations de lettrés.

  • 49  M. Bellion, Catalogue des manuscrits hiéroglyphiques et hiératiques et des dessins, sur papyrus, c (...)

24L’ensemble des papyrus de la collection Chester Beatty comprend 19 lots49, soit, approximativement, 55 œuvres différentes, qui se répartissent inégalement entre trois grands « genres » : les œuvres littéraires, qui constituent la majorité (30), les ouvrages traitant de religion, de magie ou de médecine (19), enfin, des documents administratifs (6). Il convient d’y ajouter les 17 rouleaux ou fragments de rouleaux laissés par les voleurs (Papyrus Deir el-Medineh I-XVII), qui portent le total à, respectivement, 45, 24 et 8.

25Les textes littéraires les plus représentés appartiennent aux « miscellanées », c’est-à-dire que ce sont, pour l’essentiel, des textes didactiques ou des modèles littéraires. Ils sont proches des œuvres proprement didactiques, également représentées : l’Enseignement d’Amennakhte, mais également les Maximes d’Any, l’Enseignement de Khety, autrement connu sous le nom de Satire des Métiers, d’autres Sagesses et préceptes moraux n’appartenant pas à un grand corpus. S’y trouvent également des hymnes, divins et royaux, des fragments des Chants d’Amour et autres poésies, le Poème de Kadesh, ainsi que des contes : Horus et Seth, Vérité et Mensonge, une version parallèle d’Isis et Rê, etc. Dans le domaine magico-religieux, on trouve une Clef des Songes, divers textes et traités médicaux et magiques, ainsi que des livres d’invocations et de protection. Au dernier genre appartiennent des papiers d’affaire, de la correspondance officielle et administrative, ainsi que de la comptabilité.

26L’ensemble donne l’impression d’une véritable bibliothèque, riche d’ouvrages de référence comme d’archives, exprimant la culture de ses propriétaires.

27Une autre manière de cerner la culture littéraire d’Amennakhte est de suivre une approche intertextuelle en examinant les références et citations contenues dans ses propres œuvres, de façon à explorer ainsi les champs probables de ses lectures.

28Son Poème satirique en donne un bon exemple. Le maître s’adresse au disciple, dont il fustige l’orgueil :

  • 50  Traduction de B. Mathieu et S. Bickel, passim ; voir W. Guglielmi, « Das ostrakon Gardiner 25 Vers (...)

Toi qui es plus grand que moi, si sûr de toi, et qui dis : « je suis quelqu’un ! », ton orgueil est un colosse de trente coudées, mais tu as l’envergure d’un oisillon ! Quel bonheur pour toi quand on évoque ton nom et que tu peux t’envoler aussitôt ! Tu remues comme une meule, tu tangues comme un navire. On glorifie quelqu’un comme toi s’il fait de grandes merveilles. Mais regarde de tes yeux ta propre personne car tu n’es qu’un subordonné50 !

Dans le Papyrus Lansing (2. 3-6), un maître fait à son élève des reproches analogues :

Ah ! mon petit (2,4), que tu es vaniteux ! Tu n’écoutes pas quand je parle. Ton ego est plus grand qu’un monument de cent coudées de haut et dix de large, terminé et prêt à être embarqué. (2,5) Lui a nécessité des équipes innombrables et écouté les paroles des gens. Le voilà chargé sur une barge et envoyé depuis Assouan vers (2,6) sa place à Thèbes.

29La rareté de la comparaison rend plausible une rencontre, qui justifie que l’on compare les deux « bibliothèques ». Le papyrus Lansing contient des œuvres analogues à celles du fonds Chester Beatty, avec une prédilection pour la Satire des Métiers, les éloges de la Capitale et les hymnes, tant royaux que divins.

  • 51  C.C.D. Ragazzoli, Éloges de la ville en Égypte ancienne, Paris, PUPS, 2008.

30De la même manière, le poème sur la nostalgie de Thèbes, évoqué plus haut, appartient à ce genre, fort bien illustré, des éloges de la Capitale51. Ce dernier est fortement représenté dans l’une des autres grandes « bibliothèques » qui nous sont parvenues : le fonds des papyrus Anastasi.

31En réunissant ces divers fonds, on s’aperçoit que la proportion globale reste la même : sur un peu moins de 200 œuvres conservées, 115 relèvent de la littérature profane proprement dite, 40 de la religion, de la magie et de la médecine ; 36 sont des pièces administratives. Ces fonds concernent un nombre relativement restreint de scribes, tous représentatifs de la culture de lettrés d’époque ramesside, c’est-à-dire de la seconde moitié du deuxième millénaire av. J.-C.

  • 52  J.E. Quibell, R.F.E. Paget, A. Pirie, F.L. Griffith, The Ramesseum. The tomb of Ptah-Hetep, Egypti (...)
  • 53  A.H. Gardiner, The Ramesseum Papyri, 1955.
  • 54  J.W.B. Barns, Five Ramesseum Papyri, 1956.

32Ce qui est vrai de l’époque ramesside l’est tout autant de ce qu’une autre découverte archéologique nous permet d’appréhender de la culture d’intellectuels, toujours en Thébaïde, mais plus d’un demi-millénaire plus tôt. Lors de ses fouilles dans le Ramesseum, James E. Quibell mit au jour une tombe de la XIIe dynastie, pillée et réutilisée dans l’Antiquité, mais dans laquelle se trouvait, relégué dans un coin où il avait dû échapper au pillage, un coffre en bois contenant un lot de papyrus, très endommagé52. Plus des trois quarts étaient perdus ; la restauration du reste fut longue et ne déboucha sur une publication que plus d’un demi-siècle plus tard, grâce aux efforts conjugués d’Alan H. Gardiner, Adolf Erman et J.W.B. Barns, sous la forme de deux publications complémentaires, l’une due à A.H. Gardiner53, l’autre à J.W.B. Barns54. L’ensemble comporte 20 rouleaux, dont certains écrits au verso et au recto, le tout portant 25 œuvres différentes. La répartition par genres est, cette fois, différente, la proportion étant très en faveur des textes religieux, magiques et médicaux (16), suivis des textes littéraires (6) et des documents administratifs (3).

  • 55  Voir G. Lefebvre, « Observations sur le papyrus Ramesseum V », BIFAO, vol. 57, 1957, p. 173-182.
  • 56  J.F. Borghouts, Ancient Egyptian Magical Texts, Leyde, Brill, 1978, p. 43-44.
  • 57  G. Posener, « Les richesses inconnues de la littérature égyptienne », RdE, vol. 6, 1951, p. 38 et (...)
  • 58  G. Posener, « Le début de l’enseignement de Hardjedef », RdE, vol. 9, 1954, p. 109-120.
  • 59  A. Barucq, F. Daumas, Hymnes et prières de l’Égypte ancienne, Paris, Éditions du Cerf, 1980, p. 41 (...)
  • 60  E. Drioton, Le Théâtre égyptien, Le Caire, 1942, p. 10 sq.
  • 61  A.H. Gardiner, « A unique funerary liturgy », JEA, vol. 41, 1955, p. 9-17; W. Helck, « Papyrus Ram (...)
  • 62  P.C. Smither, «The Semnah Despatches », JEA, vol. 31, 1945, p. 3-10, pl. 5

33Même si cette statistique reste discutable, puisque portant sur une petite partie de ce que devait être l’ensemble, on ne peut qu’être frappé par la forte proportion de textes magico-médicaux, probablement due au métier du propriétaire de la tombe, vraisemblablement médecin. Certains traités sont, en effet, très spécialisés : ophtalmologie et pédiatrie (papyrus Ramesseum III), gynécologie et pédiatrie (papyrus IV), traumatologie nerveuse (papyrus V)55, formules pour chasser les démons (papyrus III)56, etc. Mais on y trouve également une œuvre littéraire quasiment inconnue par ailleurs, le Discours de Sisobek (papyrus I)57, le début de l’Enseignement de Hardjedef (papyrus II)58, un grand hymne au dieu Sobek (papyrus VI)59, une copie du conte du Paysan plaideur et des aventures de Sinouhé (papyrus A), également des œuvres rares, comme le papyrus « dramatique » (papyrus B), qui donne les didascalies des mystères d’Horus60, un onomasticon (papyrus D), un rituel funéraire (papyrus E)61, ou la correspondance administrative de la forteresse de Semnah en Nubie (papyrus C, r°)62, etc. Cette bibliothèque confirme l’étendue de la culture de spécialistes, clairement de très haut niveau, qui sont également de grands lettrés.

  • 63  Voir, entre autres, I. Munro, « Evidence of a master copy transferred from Thebes to the Memphite (...)
  • 64  N. Grimal, « Le roi, les ennemis et la pyramide », in H. Kuksch et D. Polz (dir.), Stationen. Beit (...)

34Mais, si l’on arrive à cerner en gros les contours de cette intelligentsia, reste la question de sa représentativité au-delà de la Thébaïde, dont elle est issue. Le peu de renseignements que nous possédons sur les autres foyers culturels égyptiens laisse toutefois entrevoir que les intellectuels memphites puisaient dans le même fonds, et que ceux-ci mêmes s’influençaient mutuellement63, de la même manière que les écoles de scribes thébaines s’inspiraient les unes des autres64. La culture diffusée par les milieux intellectuels est donc bien, comme les sources ne cessent de l’affirmer, une expression unique, du moins jusqu’au premier millénaire avant J.-C., c’est-à-dire avant que les éclatements politiques successifs ne permettent des émergences locales ou étrangères.

Séminaire – Les Annales de Thoutmosis III (suite)

35On a étudié cette année les dernières colonnes de la section VI des Annales (VI, col. 10-20), soit la fin et la conclusion des opérations militaires de la 42e campagne :

17 […]ḥnʿ ddt ḥrw n kȜw ỉr.n   dbn 341 qdt 2

  ḫsbd mȜʿ ỉnr 1 ir.n                qdt 33

   ṯgw mȜwṯ nfrt   1

   ḥmt ḥr ḫȜst⸗f                        [...

18 …] n TỉnȜy

  ḥḏ šwbty m bȜk n Kftyw

  ḥnʿ ḥnw n bỉȜ ḏrt m ḥḏ                         4

  ỉr.n                                        dbn 56 qdt 3

  19 […] m ḫt nbt nfrt nt ḫȜst ṯn

šmw n Kš ẖst m-mỉtt

bȜkw n WȜwȜt m ḥȜt-zp ṯn

  nwb                                   dbn 2364 qdt 1

  20 […] WȜwȜt

ỉst wḏ.n ḥm⸗f smn.t(w) nḫtw

 ỉr.n⸗f šȝʿ [m] ḥȜt-zp 2[3] nfryt-r ḥȜt-zp 42

  ḫft smn.t(w) wḏw pn ḥr ḥwt-nṯr pn

  ỉr⸗f dỉ ʿnḫ ḏt

« 17 […] ainsi que des coupes dedet, à têtes
de taureaux, pour un total de 341 deben et
2 qitĕ, un bloc de lapis-lazuli véritable
pesant 33 qitĕ, une belle perche en bois
tchegou, du cuivre indigène. 18 […] de
Tynay : un vase d’argent en travail crétois,
ainsi que quatre récipients en fer (avec), des
anses en argent, pour un total de 56 deben
et 3 qitĕ. 19 […] de toutes bonnes choses
de ce pays, ainsi que la récolte du vil Koush
et les impôts de Ouaouat pour cette année :
2364 deben et 1 qitĕ d’or. 20 […] Puis,
Sa Majesté ordonna que soient fixées les
victoires qu’Elle remporta depuis l’an 23
jusqu’à l’an 42 selon que fut fixé ce décret
sur ce temple, afin qu’il vive éternellement. »

   

  • 65  Cette étude est développée dans un article, « Adana et la fin d’un monde », sous presse dans un vo (...)

36On a repris, à propos de Tynay, le dossier des vases métalliques, et, d’une façon plus générale, de leur apparition dans les sources égyptiennes. Il a été ainsi possible de réévaluer la localisation de Tynay, et de dresser une esquisse de la place et du rôle de ce petit État anatolien, qui sera plus tard la Cilicia campestris des sources classiques65.

  • 66  Voir les résumés des séminaires précédents et N. Grimal, « Des notes à l’affichage. Quelques réfle (...)

37On est ensuite passé à la face orientale du môle sud du VIe pylône, sur lequel se trouve la section VII des Annales, à savoir les dotations au domaine d’Amon, constituées à partir des biens conquis au cours des campagnes militaires décrites dans les sections précédentes, et qui constituent l’objet du décret royal d’attribution66.

[…] 1 ḥr ḫȜst Rṯnw m mnnw

          qd.n ḥm⸗ỉ m nḫtw⸗f

          ḥr-ỉb n wrw nw Rmnn

          nty rn⸗f r Mn-ḫpr-Rʿ wʿf šmȜyw

   

   

« […] (1) dans la montagne du Retenou,
dans l’enceinte fortifiée que Ma Majesté a
construite de ses victoires, au milieu des
chefs du Liban, et à qui le nom « C’est
Menkheperrê qui soumet les vagabonds » a
été donné.

     2 [… Ỉpt-s]wt

     ỉw wȜḥ.n n⸗f ḥm⸗ỉ ḥb nḫt m mȜwt

     ḫft ỉỉt ḥm⸗f m wḏyt tpt nt nḫt

     ḥr sḫrt Rṯnw ẖst

     ḥr swsḫ tȜšw Kmt

     m ḥȜt-zp 23 m nḫtw

     wḏw.n⸗f n⸗ỉ

(2) [Ipet-s]out. Ma Majesté célébra alors
pour lui à nouveau la fête de la victoire, à
son retour de sa première campagne
victorieuse pour abattre le vil Retenou et
pour élargir les frontières de l’Égypte par
des victoires, qu’il avait ordonné pour moi
par décret.

sšm 3 […

] n ḥb tpt n Ỉmn

     r rdỉt ḫprf m hrw 5

     ỉr sn-nw n ḥb n pȜ ḥb nḫt

     m hrw n sʿq nṯr n ḥb sn-nw n Ỉmn

     r rdỉt ḫprf m hrw 5

     ỉr ḫmt-nw n ḥb nḫt

     m 5-nw n ḥb Ỉmn m ḥnqt-ʿnḫ

ḫft ỉỉt 4 […]

Conduit 3 […] de la première fête d’Amon,
pour une durée de 5 jours, accomplir une
seconde fête de la fête de la victoire, le jour
de faire entrer le dieu lors de la seconde
fête d’Amon, pour une durée de 5 jours,
accomplir une troisième fête de la victoire,
le 5e <jour> de la fête d’Amon, dans
« Offrir la vie », au retour (4) […] »

   

  • 67  Wb II 82, 1-7 ; Hannig, Ägyptisches Wörterbuch II 1076.
  • 68  Edfou, vol. VI, no 16, p. 12-13. Le sens se développe apparemment à l’époque d’Amenhotep III : Cla (...)
  • 69  E.F. Morris, The Architecture of Imperialism, Leyde, Brill, 2005, p. 5.

38La mention de ce mnnw de Thoutmosis III a fait couler beaucoup d’encre. Il a toutefois paru utile de reprendre le dossier. Le terme, bien connu, appartient au vocabulaire classique67, et désigne une enceinte, aussi bien militaire que religieuse68. Elen Fowles Morris oppose ḫtmw et mnnw, considérant que l’un désigne, comme son sens premier l’indique, un « verrou » protégeant un point d’accès en Égypte, l’autre une structure architecturale plus complexe, articulée autour d’un sanctuaire et possédant le statut de ville-forteresse69.

  • 70  Voir, par exemple, C. Somaglino, « Les “portes” de l’Égypte de l’Ancien Empire à l’époque saïte », (...)
  • 71  Cité par E.F. Morris, The Architecture of Imperialism, op. cit., p. 156. Voir également C. Somagli (...)

39L’exemple même du ḫtm est donné par la représentation du poste frontière que franchit Séthi Ier à la tête de ses troupes victorieuses et qui figure sur le mur extérieur nord de la grande salle hypostyle de Karnak70. Les deux se trouvent évoqués en même temps dans les Devoirs du vizir, auquel « on rapporte la fermeture des khetemou au moment adéquat et leur ouverture au moment adéquat, on lui rapporte l’état des menenou du Sud et du Nord, la sortie de tout ce qui sort du Palais, l’entrée de tout ce qui entre au Palais lui est rapportée71 ».

  • 72  Je suis la correction apportée par Claire Somaglino (op. cit., p. 815) à l’édition de A. Klug, Kön (...)

40Le mnnw est une fondation royale pérenne, dont l’implantation peut se faire aussi bien sur le territoire égyptien que hors d’Égypte, dans des territoires sous contrôle égyptien. C’est ainsi qu’Amenhotep III qualifie son temple funéraire de Kôm el-Hettan de « mnnw n(y) ḥḥ r ḏt, enceinte durable à jamais72 ». Le mnnw qu’évoque notre texte est donc beaucoup plus qu’une simple forteresse ; il doit s’apparenter à une ville de garnison, comme l’indiquent le nom qui lui a été donné – Mn-ḫpr-Rʿ wʿf šmȜyw, « C’est Menkheperrê qui soumet les vagabonds » –, autant que sa localisation ḥr-ỉb n wrw nw Rmnn, « au milieu des chefs du Liban ». Le texte des Annales précise encore que cette fondation est faite ḥr ḫȜst Rṯnw m mnnw, « dans la montagne du Retenou », et que qd.n ḥm⸗ỉ m nḫtw⸗f, « que Ma Majesté a construit de ses victoires ».

41Cette fondation n’apparaît que dans notre passage, et aucune mention n’en a été relevée après Thoutmosis III. Bien qu’aucun élément permettant une pareille hypothèse ne soit fourni, ni dans cette partie des Annales, ni dans sa première section, E.F. Morris affirme que ce mnnw a été construit pendant le siège de Megiddo « at some point during the seven months of the siege, presumably after the completion of the enclosure wall made the presence of the entire army unnecessary, the king and some of his troops built a mnnw fortress in Lebanon ». Force est de constater que le texte du siège de Megiddo ne donne aucune indication d’une construction d’un mnnw « in Lebanon » (où d’ailleurs ?) pendant le temps du siège, – et ce d’autant moins que cette campagne vise les coalisés autour du prince de Megiddo. Quant à l’argument qui consiste à mettre en doute une avancée des troupes égyptiennes au nord de Megiddo (« From the narrative of the first campaign itself there is no hint that the Egyptian army traveled north of Megiddo. Only the topographical lists copied on the walls of Karnak have been used to argue for such a possibility. »), il a d’autant moins de poids qu’il repose sur une aporie.

42Poursuivant sur sa lancée, l’auteur donne une interprétation des šmȜw qui lui est toute personnelle :

  • 73  E.F Morris, The Architecture of Imperialism, op. cit., p. 153-154.

As the word « wanderers » (šmȜw) is determined by a man who carries his belongings in a small bag tied to a stick, it is possible that the purpose of the fortress was to secure an area plagued by migrant ruffians, such as the Apiru. Indeed, the Amarna letters penned by Rib-Hadda make it clear that the Apiru severely threatened and ultimately conquered numerous coastal Lebanese towns in the late Eighteenth Dynasty73.

  • 74  O. Loretz, Habiru-Hebräer, Berlin, De Gruyter, 1984, p. 35 sq.
  • 75  Jadis proposée par W. Helck dans sa traduction des Urkunden (p. 11, n° 3).

43Voilà donc introduits, par un bel anachronisme, les ’Apirou, dont il n’est nulle part question dans les Annales, et qui n’apparaissent dans les listes égyptiennes que sous le règne d’Amenhotep II74. Mais le glissement ne s’arrête pas là, et Byblos75 se trouve introduite de la même manière :

The exact location of this fortress, built as it was in the midst of the rulers of Lebanon, has never been determined. It may well, however, have been situated somewhere in the vicinity of Byblos. The ties between Byblos and Egypt had been strong since at least the Early Dynastic Period, if not before, and a friendly city might well have welcomed Egyptian protection from rival kingdoms and aggressive Apiru.

  • 76  EA 117 ; 121 ; 122 ; 130 = A.F. Rainey, The El-Amarna Correspondence 1, Leyde, Brill, 2014, p. 618 (...)

44Le fait que Rib-Hadda demande, à quatre reprises76, des troupes à son puissant allié égyptien tendrait plutôt à confirmer l’absence d’une place fortifiée égyptienne à proximité de Byblos, qui eût rendu ces demandes inutiles.

45De la même manière sont envisagées puis évoquées les diverses hypothèses qui ont placé ce mnnw à Sidon, Tyr, Sumur, voire en Galilée (p. 156, après Alt, Noth, Redford, Yievin, etc.).

  • 77  T. Säve-Söderbergh, The Navy of the Eighteenth Egyptian Dynasty, Uppsala, 1946, p. 36.

46Notre texte dit très clairement que cette fondation est faite ḥr ḫȜst Rṯnw, « dans la montagne de Syrie », ḥr-ỉb n wrw nw Rmnn, « au milieu des chefs du Liban ». Malgré cela, presque tous les commentateurs, à l’exception notable de T. Säve-Söderbergh, qui la place à l’intérieur du pays77, la situent sur la côte, expliquant chacun que cette localisation ne peut être autre, à cause du commerce du bois. Dans sa thèse évoquée plus haut, Claire Somaglino, à son tour, explique que :

  • 78  P. 804, renvoyant, dans sa note 3 à l’ouvrage d’E.F. Morris.

[…] une telle politique s’explique par l’importance stratégique du Liban : la région fournit en effet du bois de pin et de cèdre – le passage de la stèle du Gebel Barkal où le menenou est évoqué traite justement de l’exploitation du pin – et la poursuite des expéditions militaires égyptiennes plus au nord dépend de l’ouverture des ports de la côte libanaise. D’où l’implantation « sur la côte » (ḥr mry.t), d’un menenou baptisé « Menkhereperrê soumet les nomades » (Mnḫpr-Rʿ wʿf =w Šmʿ.w) – un nomogramme caractéristique de ce genre d’établissement dès le Moyen Empire –, construit « grâce à ses (le roi) victoires sur les chefs du Liban » (m nḫt.w⸗f ḥr jb n(y) wr.w n(y).w Rmnn.)78.

47Cette localisation s’appuie sur l’assimilation implicite du Liban au bois qu’il exporte, alors que le texte n’en parle pas. Bien plus, les commentateurs font un glissement entre le lieu de production du bois (effectivement « dans la montagne au cœur du Liban ») et la côte, à partir de laquelle il est exporté. La raison de ce glissement est le télescopage entre notre texte et un passage lacunaire de la stèle du Gebel Barkal, 44-45, qui met dans la bouche du roi les propos suivants :

  • 79  Stèle BMFA 23733 = Urk. IV, 1241, 13-1242, 13 ; B. Cumming, B.G. Davies, W. Helck, Egyptian Histor (...)

C’est mon armée qui a abattu les mâts sur les Échelles du pin, sur les monts du pays du dieu (45) [une lacune d’environ 14 cadrats] pour les monuments de mes pères les dieux de Haute et de Basse Égypte, et Ma Majesté a charpenté des barques en pin [nouvelle lacune] sur la côte du Liban dans un/le menn (46) [lacune]79.

La même stèle poursuit ainsi (l. 46-48) :

  • 80  Les plaines fertiles du Liban.

[lacune d’environ 8 cadrats] Tous les chefs du Liban construisent les vaisseaux royaux qui permettent aux gens de naviguer vers le Sud, pour apporter tous les merveilleux produits du « Jardin80 » au palais, VSF. Les chefs de (47) [lacune d’environ 14 cadrats]. Les chefs du Retenou traînent les mâts avec des bœufs jusqu’au rivage, et ce sont eux-mêmes qui apportent leur tributs là où se trouve Sa Majesté, vers la Résidence, dans (48) [nouvelle lacune d’environ 15 cadrats].

  • 81  Voir l’excellent article de Bérénice Lagarce, « Une stèle ramesside à Meydaa (région de Damas) et (...)

48Rien ne permet donc d’assimiler cet autre mnnw (si c’est bien ce qu’il faut lire) à celui de notre texte, dont la formulation tout comme le contexte renforcent l’hypothèse de T. Säve-Söderbergh, évoquée plus haut, et dont on trouve probablement trace dans le jalonnement des pistes conduisant vers le pays d’Upé, entre Liban et Syrie, mis en place par les Égyptiens au Nouvel Empire pour garantir les voies de l’intérieur81.

[ỉw wȜḥ.n n⸗f ḥm⸗ỉ] ʿȜbt ʿȜt n pȜ ḥb nḫt

  ỉr.n ḥm⸗ỉ m mȜwt

  m t ḥnqt ỉwȜw wnḏw ỉdrw Ȝpdw

  mȜ-ḥḏw gḥsw nỉȜw

snṯr ỉrp dqrw t ḥḏw ḥtpw [ḫ]t nbt nfrt 5 […]

[m Ȝbd sn]-nw Ȝḫt hrw 15

  ḫft wḏ ḥm n nṯr pn šps r ỉrt ẖnt⸗f m ỉpt⸗f

rst

  ỉw wȜḥ.n n⸗f ḥm⸗ỉ ʿȜbt ʿȜt n hrw pn

  ḫft ʿq r ỉpt rst

m t ỉwȜw wnḏw kȜw Ȝpdw snṯr ỉrp

  6 […] ⸗ỉ m tp n nḫtw

  rdỉ.n⸗f n⸗ỉ

  r mḥ šnʿ⸗f

  r mrt

r ỉrt n⸗f sšr nswt pȜḳt ḥḏt sẖrw wmtw

r ʿḥwtyw

r bȜk ʿḥwt

  r ỉrt sšr r mḥ šnwt nt ḥtpw-nṯr

  7 [….] wỉ r wȜt nfrt

  rḫ ʿȜmw ʿȜmt nḥsyw nḥsyt

  rdỉ.n ḥm⸗ỉ n ỉt⸗ỉ Ỉmn

  šȜʿ m ḥȜt-zp 23 nfryt r smn.t(w) wḏ pn ḥr

ḥwt-nṯr pn

Ḫȝrw 1588 8 […]

   

   

« [Ma Majesté consacra pour lui] un grand
sacrifice pour la fête de la Victoire que Ma
Majesté a célébrée à nouveau, consistant en :
pain, bière, boeufs iouâou, oundjou, iderou,
oiseaux, encens, vin, fruits, pains blancs,
offrandes (de) toutes sortes de bonnes choses
5 […] [Le se]cond [mois] de la saison de
l’inondation, le 15e jour quand la Majesté de
ce dieu auguste décida de faire sa navigation
vers son harem du sud, Ma Majesté lui
consacra une grande offrande, le jour de
l’entrée dans le harem du sud,

 consistant en pain, boeufs iouâou, oundjou
et kaou, oiseaux, encens, vin 6 [fs

J’[…] du meilleur des campagnes victorieuses
qu’il m’a accordées, pour remplir ses
magasins, pour en faire des tisserands pour
fabriquer du lin royal, du lin fin, du lin blanc,
du lin sẖrw, de la toile de lin épaisse,

— des cultivateurs pour cultiver les champs
et faire la récolte destinée à remplir les
greniers des offrandes. […] 7 m’a [conduit] sur
le bon chemin. Liste des Asiatiques, hommes
et femmes et des Nègres et Négresses que
Ma Majesté a donnés à mon [sic] père Amon,
de l’an 23 jusqu’à ce que ce décret soit gravé
sur ce temple : 1588 Syriens 8 […] »

49Ces premières dotations festives ont été l’occasion de passer en revue les fêtes religieuses thébaines, plus particulièrement celles d’Amon, en mettant naturellement l’accent sur celles qu’énumèrent les sources datant du règne de Thoutmosis III. On s’est arrêté sur la fête liée au temple funéraire de Thoutmosis III à Deir el-Bahari (ḥnq ʿnḫ), ainsi que sur les festivités accompagnant la procession d’Opet.

50L’activité des ateliers de confection du lin a été l’occasion d’une étude de ce secteur de l’économie royale et de la localisation des secteurs « économiques » de l’enceinte d’Amon-Rê de Karnak.

Publications

51Francis-Allouche M. et Grimal N., « The Maritime Approaches to Ancient Byblos (Lebanon) », JEMASH, vol. 4, no 2-3, 2016, p. 242-277.

Adly E. et Grimal N., « Conf(l)it d’oies de Maydûm », BIA, vol. 51, 2015.

Adly E. et Grimal N., « Le directeur des idoles de Palmyre », BIA, vol. 52, 2015.

Adly E. et Grimal N., « Le rêve de Reeves », BIA, vol. 53, 2016.

Grimal N., « Rapport sur la vie et les activités de l’IFAO en 2013-2014 », CRAIBL, vol. 158, 2014, p. 1615-1627.

Grimal N., « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire 2014-2015 », consultable : egyptologues.net.

Grimal N., « Hommage de Anne-Marie Guimier-Sorbets, André Pelle, Mervat Seif el-Din, Renaître avec Osiris et Perséphone. Alexandrie, les tombes peintes de Kôm el-Chougafa, Le Caire, 2014 », CRAIBL, vol. 2015, 2016, p. 658-660.

Grimal N., « Hommage de Raphaële Meffre, D’Héracléopolis à Hermopolis. La Moyenne Égypte durant la Troisième Période intermédiaire (XXIe-XXIVe dynasties), Paris, 2015 », CRAIBL, vol. 2015, 2016, p. 1077-1079.

52Les contraintes éditoriales de l’Annuaire du Collège de France ne permettant pas d’inclure dans ce compte rendu l’ensemble des activités de l’équipe et de la bibliothèque du Cabinet d’égyptologie, on trouvera la version exhaustive de ce rapport sur le site internet de la chaire (http://www.egyptologues.net/​chaire/​rapports/​rapports.htm).

Haut de page

Notes

1  Voir, entre autres, J. Baines, Visual and Written Culture in Ancient Egypt, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 34, 47, 53, etc. ; O. Goldwasser, « The invention of the alphabet: On “lost papyri” and the egyptian alphabet », in C. Rico, C. Attucci (dir.), Origins of the Alphabet, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2015, p. 124-140.

2  J. Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage [1968], Paris, Minuit, 1979.

3  J. Bottéro, F. Briquel-Chatonnet, F. Déroche, C. Duverger, J. Goody, P. Grandet, J. Irigoin, J. Kerlouégan, H.-J. Martin, M. Parisse, M. Sartre, P. Vernus, L’Écriture. Des hiéroglyphes au numérique, Paris, Perrin, 2007, p. 9-10, pour les propos de Jack Goody recueillis par Séverine Nikel.

4  Entre autres, N. Beaux et L. Xiaohong (dir.), Créatures mythiques animales. Écriture et signes figuratifs, Paris, Éditions You Feng, 2013.

5  J.-L. Le Quellec, Alcool de singe et liqueur de vipère. Légendes urbaines, Paris, Éditions Errance, 2012, pour ne prendre qu’un exemple.

6  Voir J. Baines, op. cit., p. 317, pour la palette « aux canidés », aujourd’hui à l’Ashmolean Museum (E. 3924), à comparer à la « palette de la Chasse » (Louvre E 11254) ou à celle, dite « aux Taureaux » (Louvre E 11255).

7  K.A. Bard, « Origins of egyptian writing », in R. Friedman et B. Adams (dir.), The Followers of Horus: Studies dedicated to Michael Allen Hoffman, 1944-1990, Oxford, Oxbow Books, 1992, p. 298.

8  E.V. McArthur, « The conception and development of the egyptian writing system », in C. Woods, E. Teeter, G. Emberling, Visible Language, Chicago, The Oriental Institute Publications, 2010, p. 118.

9  H. Schäfer, L. Borchardt, Ein Bruchstück altägyptischer Annalen, 1902 ; T.A.H. Wilkinson, Royal Annals of Ancient Egypt: the Palermo Stone and its Associated Fragments, Londres, Kegan Paul, 2000 ; S.-W. Hsu, « The Palermo stone: The earliest royal inscription from Ancient Egypt », Altorientalische Forschungen, vol. 37, no 1, 2010, p. 68-89.

10  P. Tallet, « Les papyrus de la mer Rouge (Ouadi el-Jarf, golfe de Suez) », CRAIBL, vol. 2, 2013, p. 1023 ; id., « Des papyrus du temps de Chéops au ouadi el-Jarf (golfe de Suez) », BSFE, vol. 188, 2014, p. 25-49.

11  Pour reprendre l’expression de Miroslav Bárta, « Ancient egyptian history as an example of punctuated equilibrium: An outline », in P. der Manuelian et T. Schneider (dir.), Towards a New History for the Egyptian Old Kingdom, Leyde, Brill, 2015, p. 1-18.

12  Ainsi que le fit Chabaka à l’époque éthiopienne : « Cet écrit a été copié par Sa Majesté, à nouveau, dans la maison de son père Ptah Celui-qui est-au-sud-de-son-mur, car Sa Majesté l’avait trouvé comme (un texte qui avait été) fait par les Anciens, et mangé par les vers, (si bien) qu’il n’était pas connu du début jusqu’à la fin. Alors [Sa Majesté l’a copié] à nouveau, de telle sorte qu’il fut plus beau qu’auparavant, afin que son nom demeure stable et que son monument subsiste dans la maison de son père Ptah Celui-qui-est-au-sud-de-son-mur pour l’éternité en tant qu’acte (fait) par le fils de Rê [Chabaka] pour son père Ptah-Ta-t(enen), puisse-t-il faire don de vie pour toujours. » (Stèle « de Chabaka », British Museum, 498, 2).

13  E. Edel, S. Wenig, Die Jahreszeitenreliefs aus dem Sonnenheiligtum des Königs Ne-user-Rê, Berlin, 1974.

14  Entre autres, S. Voß, Untersuchungen zu den Sonnenheiligtümern der 5. Dynastie. Bedeutung und Funktion eines singulären Tempeltyps im Alten Reich, 2004.

15  Voir J.-L. Le Quellec, P. et P. de Flers, Du Sahara au Nil, peintures et gravures d’avant les pharaons, 2e édition, augmentée, Paris, Soleb, 2012.

16  Voir, par exemple, M. Bárta, « Die Tauschhandelszenen aus dem Grab des Fetekty in Abusir », SAK, vol. 26, 1998, p. 19-34.

17  A.H. Gardiner, The Theory of Speech and Language, Oxford, Clarendon Press, 1932 ; H. Grapow, Wie die alten Ägypter sich anredeten, wie sie sich grüssten und wie sie miteinander Sprachen, Berlin, Akademie-Verlag, 1939 ; W. Guglielmi, Reden, Rufe und Lieder auf altägyptischen Darstellungen der Landwirtschaft, Viehzucht, des Fisch- und Vogelfangs vom Mittleren Reich bis zur Spätzeit, Bonn, Rudolf Habelt, 1973, etc.

18  J. Omlin, Der Papyrus 55001 und seine satirisch-erotischen Zeichnungen und Inschriften, Turin, Fratelli Pozzo, 1973.

19  En particulier l’o. Berlin ÄM 21443 (catalogue de l’exposition L’Art du contour, 2013, p. 298), etc.

20  N. Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire 2014-2015 », p. 7-8 de la version en ligne sur egyptologues.net.

21  H. Brunner, Die Lehre des Cheti, Sohnes des Duauf, Glückstadt, Verlag J.J. Augustin, 1944, cité par E. Feucht, « Geburt, Kindheit, Jugend und Ausbildung im alten Ägypten », Zur Sozialgeschichte des Kindheit, Fribourg-en-Brisgau, Alber, 1986, p. 225-265.

22  W. Barta, Das Selbstzeugnis eines atltägyptischen Künstlers (Stele Louvre C 14), MÄS, vol. 22, 1970 ; H.-W. Fischer-Elfert, « Das verschwiegene Wissen des Irtisen (Stele Louvre C 14) », in J. Assmann et M. Bommas (dir.), Ägyptische Mysterien ?, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2002, p. 27-35 ; B. Mathieu, « Irtysen le technicien (stèle Louvre C 14) », in V. Angenot, F. Tiradritti (dir.), Artists and Colour in ancient Egypt, Proceedings of the colloquium held in Montepulciano, August 22nd-24th, 2008, 2016, p. 10-18.

23  P. Vernus, « Quelques exemples du type du parvenu dans l’Égypte ancienne », BSFE, vol. 59, 1970, p. 31-47.

24  Papyrus Chester Beatty IV, v°, 4.

25  Papyrus Lansing 8, 1.

26  Papyrus Anastasi V, 9, 2-5.

27  Maximes d’Any.

28  N. Grimal, « Bibliothèques et propagande royale à l’époque éthiopienne », in Livre du Centenaire, MIFAO, vol. 104, 1980, p. 37-48.

29  Voir les listes d’Edfou, vol. III 347 et 351, traduites par S. Sauneron, Les Prêtres de l’ancienne Égypte, p. 136.

30  G. Burkard, « Schule und Schulausbildung im Alten Ägypten », dans Jesuitenkolleg Humanistisches Gymnasium Kronberg-Gymnasium Aschaffenburg. Festschrift zum-jahrigen Bestehen, 1995, p. 23-36.

31  F.L. Griffith, W.M.F. Petrie, Two hieroglyphic papyri from Tanis. I. The sign papyrus, a syllabary, II, The Geographical papyrus, 1889 ; F.L. Griffith, A Collection of Hieroglyphs: A Contribution to the History of Egyptian Writing, 1898 ; H.G. Fischer, Ancient Egyptian Calligraphy, 4e éd., 1999.

32  K. Jansen-Winkeln, « The career of the Egyptian high priest Bakenkhons », JNES, vol. 52, no 3, 1993, p. 221-225 ; E. Feucht, « Geburt, Kindheit, Jugend und Ausbildung im alten Ägypten », dans Zur Sozialgeschichte des Kindheit, 1986, p. 225-265 ; P. Piacentini, Les Scribes dans la société égyptienne de l’Ancien Empire, vol. I : Les premières dynasties, Les nécropoles memphites, Paris, Cybèle, 2002.

33  G. Posener, Littérature et politique dans l’Égypte de la XIIe dynastie, Paris, Honoré Champion, 1956, p. 5 sq.

34  G. Posener, B. van de Walle, La Transmission des textes littéraires égyptiens, Bruxelles, Fondation égyptologique reine Élisabeth, 1948, p. 17-18 ; H.-W. Fischer-Elfert, « Ich bin das Schiff - du bist das Ruder. Eine Danksagung an den Lehrer », SAK, vol. 11, 1984, p. 335-345.

35  G. Posener, B. van de Walle, La Transmission des textes littéraires égyptiens, op. cit., p. 18-19.

36  D. Blumsohn, The Egyptian Language at the Time of the Nineteenth Dynasty, thèse, université de Pretoria, 1995.

37  A. Roccati, « La lingua diffusa (politica e lingua nell’Egitto ramesside) », La Parola del Passato, vol. 268, 1993, p. 26-37.

38  E.W. Ware, « Egyptian Artists’ Signatures », AJSL, vol. 43, 1927, p. 185-207.

39  L. Borchardt, « Ausgrabungen in Tell el-Amarna 1911/12 », MDOG, vol. 50, 1912, p. 1-45.

40  C. Aldred, Akhenaten and Nefertiti, Londres, Thames & Hudson, 1973.

41  S. Bickel, B. Mathieu, « L’écrivain Amennakht et son enseignement », BIFAO, vol. 93, 1993, p. 31-51.

42  Voir également A. Dorn, « Die Lehre Amunnachts », ZÄS, vol. 131, 2004, p. 38-55 pour l’ensemble des versions aujourd’hui connues.

43  G. Burkard, « Amunnakht, scribe and poet of Deir el-Medina: A study of Ostracon O Berlin P 14262 », in R. Enmarch et V.M. Lepper (dir.), Ancient Egyptian Literature. Theory and Practice, Oxford, Oxford University Press, 2013 ; Proceedings of the British Academy, vol. 188, p. 65-82, qui donne la liste à jour (2013) des œuvres d’Amennnakhte.

44  Qui nous sont d’ailleurs sans doute parvenus par des copies de sa propre main.

45  J. Černý, Late Ramesside Letters, 1939, p. 18-20 = E.F. Wente, Late Ramesside Letters, 1967, p. 38-39.

46  G. Posener, préface de J. Černý, Papyrus hiératiques de Deir el-Medineh, I, DFIFAO, vol. 8, 1978, p. VII.

47  J. Černý, A Community of Workmen at Thebes in the Ramesside Period, Le Caire, IFAO, 1973, p. 349-350 ; Y. Koenig, « Notes sur la découverte des papyrus Chester Beatty », BIFAO, vol. 81, 1981, p. 41-43.

48  G. Posener, « L’exorde de l’instruction éducative d’Amennakhte », RdE, vol. 10, 1955, p. 71-72.

49  M. Bellion, Catalogue des manuscrits hiéroglyphiques et hiératiques et des dessins, sur papyrus, cuir ou tissu, publiés ou signalés, Paris, 1987, p. 16 sq.

50  Traduction de B. Mathieu et S. Bickel, passim ; voir W. Guglielmi, « Das ostrakon Gardiner 25 Verso und seine hyperbolischen Vergleiche », ZÄS, vol. 112, 1985, p. 139-141.

51  C.C.D. Ragazzoli, Éloges de la ville en Égypte ancienne, Paris, PUPS, 2008.

52  J.E. Quibell, R.F.E. Paget, A. Pirie, F.L. Griffith, The Ramesseum. The tomb of Ptah-Hetep, Egyptian Research Account, vol. 2, 1896, pl. III et p. 3.

53  A.H. Gardiner, The Ramesseum Papyri, 1955.

54  J.W.B. Barns, Five Ramesseum Papyri, 1956.

55  Voir G. Lefebvre, « Observations sur le papyrus Ramesseum V », BIFAO, vol. 57, 1957, p. 173-182.

56  J.F. Borghouts, Ancient Egyptian Magical Texts, Leyde, Brill, 1978, p. 43-44.

57  G. Posener, « Les richesses inconnues de la littérature égyptienne », RdE, vol. 6, 1951, p. 38 et 45-46.

58  G. Posener, « Le début de l’enseignement de Hardjedef », RdE, vol. 9, 1954, p. 109-120.

59  A. Barucq, F. Daumas, Hymnes et prières de l’Égypte ancienne, Paris, Éditions du Cerf, 1980, p. 419-430.

60  E. Drioton, Le Théâtre égyptien, Le Caire, 1942, p. 10 sq.

61  A.H. Gardiner, « A unique funerary liturgy », JEA, vol. 41, 1955, p. 9-17; W. Helck, « Papyrus Ramesseum E », SAK, vol. 9, 1981, p. 151-161.

62  P.C. Smither, «The Semnah Despatches », JEA, vol. 31, 1945, p. 3-10, pl. 5

63  Voir, entre autres, I. Munro, « Evidence of a master copy transferred from Thebes to the Memphite area in Dynasty 26 », BMSAES, vol. 15, 2010, p. 201-224 ; M. Müller-Roth, « From Memphis to Thebes: Local traditions in the late period », ibid., p. 173-187.

64  N. Grimal, « Le roi, les ennemis et la pyramide », in H. Kuksch et D. Polz (dir.), Stationen. Beiträge zur Kulturgeschichte Ägyptens, Festschrift Stadelmann, 1998, p. 263-272.

65  Cette étude est développée dans un article, « Adana et la fin d’un monde », sous presse dans un volume d’Hommages, à paraître en 2018.

66  Voir les résumés des séminaires précédents et N. Grimal, « Des notes à l’affichage. Quelques réflexions sur l’élaboration des inscriptions historiques royales égyptiennes », dans Études d’égyptologie, vol. 3, 2003, p. 13-41.

67  Wb II 82, 1-7 ; Hannig, Ägyptisches Wörterbuch II 1076.

68  Edfou, vol. VI, no 16, p. 12-13. Le sens se développe apparemment à l’époque d’Amenhotep III : Claire Somaglino, Du magasin au poste frontière dans l’Égypte ancienne : étude lexicographique du vocabulaire khetem, thèse inédite, Paris-Sorbonne, 2010, publication aux PUPS en cours, p. 815 (texte des béliers de Soleb).

69  E.F. Morris, The Architecture of Imperialism, Leyde, Brill, 2005, p. 5.

70  Voir, par exemple, C. Somaglino, « Les “portes” de l’Égypte de l’Ancien Empire à l’époque saïte », Égypte Afrique & Orient, vol. 59, 2010, p. 3-16.

71  Cité par E.F. Morris, The Architecture of Imperialism, op. cit., p. 156. Voir également C. Somaglino, Du magasin au poste frontière dans l’Égypte ancienne, op. cit., p. 62 et p. 373-374.

72  Je suis la correction apportée par Claire Somaglino (op. cit., p. 815) à l’édition de A. Klug, Königliche Stelen in der Zeit von Ahmose bis Amenophis III, 2002, p. 395 (malgré sa note 3079).

73  E.F Morris, The Architecture of Imperialism, op. cit., p. 153-154.

74  O. Loretz, Habiru-Hebräer, Berlin, De Gruyter, 1984, p. 35 sq.

75  Jadis proposée par W. Helck dans sa traduction des Urkunden (p. 11, n° 3).

76  EA 117 ; 121 ; 122 ; 130 = A.F. Rainey, The El-Amarna Correspondence 1, Leyde, Brill, 2014, p. 618-623, 636-643 et 674-677.

77  T. Säve-Söderbergh, The Navy of the Eighteenth Egyptian Dynasty, Uppsala, 1946, p. 36.

78  P. 804, renvoyant, dans sa note 3 à l’ouvrage d’E.F. Morris.

79  Stèle BMFA 23733 = Urk. IV, 1241, 13-1242, 13 ; B. Cumming, B.G. Davies, W. Helck, Egyptian Historical Records of the Later Eighteenth Dynasty, vol. 1, 1982, p. 5.

80  Les plaines fertiles du Liban.

81  Voir l’excellent article de Bérénice Lagarce, « Une stèle ramesside à Meydaa (région de Damas) et la présence égyptienne en Upé », Syria, vol. 87, 2010, p. 53-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2015-2016. Résumé des cours et travaux 116e année, Paris, Collège de France, juin 2018, p. 211-227. ISBN 978-2-7226-0482-7

Référence électronique

Nicolas Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 116 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/12844

Haut de page

Auteur

Nicolas Grimal

Membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page