Navigation – Plan du site
116 | 2018
Annuaire du Collège de France 2015-2016
Résumé des cours et travaux 116e année
Cours et recherches des professeurs
II. Sciences humaines et sociales

Histoire contemporaine du monde arabe

Henry Laurens
p. 367-371

Notes de la rédaction

La série de cours et séminaires est disponible, en audio et/ou en vidéo, sur le site internet du Collège de France (http://www.college-de-france.fr/site/henry-laurens/course-2015-2016.htm).

Texte intégral

Enseignement

Cours – Rencontres d’Orient et d’Occident

Introduction

1Le cours reprend, pour la seconde année, une analyse des relations entre l’Orient et l’Occident. Il envisage de reconstruire l’archéologie du trait distinctif de l’Orient arabe contemporain : le jeu d’interventions et d’ingérences. Deux types de rapports structurent le lien entre acteurs intérieurs et extérieurs. Les premiers peuvent requérir une action des seconds et ainsi renforcer leurs positions sur les scènes locales : ils souhaitent leur intervention. Un deuxième mode tient à l’ingérence, c’est-à-dire à l’intrusion violente de l’acteur extérieur sur la scène locale, sans le consentement des partenaires locaux. L’un et l’autre ne sont donc que deux formes prises par des relations similaires. Naturellement, les intérêts matériels et de puissance expliquent pourquoi les puissances européennes agissent sur la scène orientale. Mais ils ne peuvent expliquer à eux seuls la nature de la relation. La formation d’une opinion publique en Europe et dans le Levant contribue à forger des représentations et des motivations nouvelles, bientôt qualifiées d’humanitaires. Ainsi une triangulation relie diplomatie, jeux politiques internes à l’Empire ottoman et ses provinces (égyptiennes en particulière) et opinion publique. De cette dernière naît la question d’Orient.

2S’il y a question, c’est sous une forme qui ne peut recevoir aucune réponse ou solution aisées. Chaque moment de crise – né d’un conflit microlocal relayé par les agents des puissances (les consuls) – donne lieu à la redéfinition des positions de chacun – les grandes puissances entre elles dans un rapport de force, les grandes puissances avec les différents protagonistes locaux dans un rapport de domination, les lettrés et savants dans un rapport de connaissance à la base des nouvelles représentations. Aussi, ce second volet des rencontres d’Orient et d’Occident tente de retracer les scansions nouvelles des crises orientales entre 1860 et 1882.

Résumé de l’enseignement

3Ce second volet débute en 1860. Les querelles entre Maronites et Druzes reprennent au Liban, aboutissant à une série de massacres à l’encontre des chrétiens. Elles conduisent à une réponse inédite de la France, qui envoie un contingent armé, au nom de la protection des populations : c’est la première intervention humanitaire. Cette crise reconfigure les relations de pouvoir dans l’Empire ottoman. Elle démontre que les réformes ottomanes n’ont pu régler les différends internes, ce qui est interprété comme preuve de retard ou de despotisme. Elle aboutit à une réorganisation de la province libanaise. Elle précipite une nouvelle détermination du sens attribué au terme de « Syrie », soutenu par des lettrés de la montagne, divisant le social et le religieux. Pourtant, cela ne clôt pas la question des « chrétiens orientaux », c’est-à-dire du processus de territorialisation des communautés confessionnelles, qu’elles soient crétoises ou bulgares. Les jeux entre branches des Églises voient une division territoriale des provinces ottomanes.

4Une nouvelle approche de l’Orient procède au milieu du xixe siècle de la constitution d’un nouveau savoir, l’orientalisme. Ce dernier vient de la rencontre des activités savantes autour des pratiques linguistiques et des explorations fondant une compréhension sociologique de la région. Il s’agit de retrouver les origines, que ce soit à travers la recherche philologique visant à retrouver les branches linguistiques unifiées ou à travers l’archéologie. De cela, plusieurs catégories sont formées comme le groupe indo-européen ou les sémites. À la fin du siècle, ces groupes linguistiques sont analysés comme des entités raciales. Bientôt, les voyageurs occidentaux fournissent, par leurs descriptions, de nouvelles représentations sur lesquelles se fondent la diplomatie occidentale : les bédouins du Nejd deviennent les représentants de la pureté arabe, seuls alliés potentiels des Britanniques. De même, une crainte du panislamisme se répand progressivement parmi les puissances européennes.

5Dans la décennie des années 1870, de nouvelles dynamiques animent la question d’Orient. La modernité ottomane prend forme : les mutations techniques lient les différents espaces par voie télégraphique, unifiant le temps d’action de ces lieux, les réformes modifient le lien au foncier, dont la propriété commence à être concentrée dans les mains d’une élite. Chaque province ottomane suit alors une trajectoire propre. Deux affaires dominent : les affaires égyptiennes et balkaniques. En Égypte, d’importantes transformations économiques et sociales font émerger une nouvelle classe dirigeante turco-circassienne, autour du khédive, une concentration des terres autour de grandes propriétés dépendantes des dons du khédive, et une strate intermédiaire de notables liant paysans et élites. Le développement de l’État moderne crée de nouveaux besoins financiers, élevant la dette du khédive qui concède de plus en plus de prérogatives aux créanciers. Les grands propriétaires soutiennent une réforme interne pour mettre en place un système représentatif et garantir l’État de droit, seul à même de sécuriser les domaines. Une relation triangulaire – khédive, nouvelles élites (propriétaires, gents de l’État et intelligentsia) et autorités étrangères – crée une multitude de tensions à l’origine de la fin du règne d’Ismaïl.

6L’autre question tient à la réorganisation de l’Empire ottoman par la mise en place d’une constitution. Cette dernière semble une victoire des vizirs réformateurs. Elle permet la rencontre des représentants de l’Empire. Cependant, la réunion du parlement n’empêche pas les Russes d’utiliser une crise interne en Bulgarie pour déclarer la guerre à l’Empire. Leurs armées parviennent à quelques kilomètres de la capitale. En urgence, le chancelier Bismarck réunit les puissances à Berlin pour mettre un terme à la guerre. L’Empire ottoman est amputé de ses provinces européennes et sa capitale est envahie par les réfugiés. Le choc est terrible. De manière parallèle à ces deux crises, une nouvelle pensée se forme autour des réformistes. Les uns appellent à réformer l’Islam pour le rendre à même d’affronter l’Occident, les autres à islamiser les réformes pour garantir un avenir de l’Empire ottoman. Ce second volume des rencontres d’Orient et d’Occident montre les jalons archéologiques des ingérences/interventions : désormais, mutations idéologiques, défenses humanitaires, jeux de puissance et transformations des scènes politiques deviennent de plus en plus entremêlées.

Séminaire – Cultures arabes contemporaines

7Le séminaire propose cette année encore un vaste panorama des derniers bouleversements arabes depuis 2011. De nouvelles séquences ont reçu des éclairages inédits grâce à l’intervention des meilleurs spécialistes de la question. Deux grands types de présentation ont opposé les approches nationales (trajectoires égyptiennes, syriennes, etc.) et les thématiques plus amples (nature de l’État, politique coloniale autour de l’Islam, etc.).

8Dans le cadre des études nationales, successivement, la pluralité des scènes syriennes a été réunie autour de la notion de trajectoire. Sur l’Égypte, c’est bien la politique anti-terroriste qui synthétise tant les ferments légitimant le régime du maréchal Sissi que les nouvelles pratiques du pouvoir depuis 2014. Sur l’Irak, une relecture des mobilités a été ordonnée autour d’une analyse de la violence comme vecteur de transformation sociale. Une démonstration vive a pu ensuite rapprocher l’État sécuritaire autour des différents services de police mis en réseau et formes politiques nées de l’islam radical. Enfin, deux contributions sont revenues sur l’histoire des orientalistes, montrant comment le savoir s’est constitué autour de cette région, et une analyse en détail de la politique musulmane de la France en Algérie a précisé comment la République laïque structure une gestion spécifique du culte.

9Une fois encore, le séminaire s’inscrit dans l’actualité la plus immédiate qu’elle porte sur les dernières recherches ou sur les derniers développements politiques. Il se révèle – et l’assistance le confirme – un lieu de rencontre pour le public avec le monde arabe proprement disséqué.

Recherche

10Les principales recherches de la chaire portent sur les relations entre Orient arabe et Occident. Les champs couverts concernent principalement le suivi de trajectoires nationales (Égypte, Syrie, Palestine) et les relations internationales, bilatérales (Palestine et Égypte ; Syrie et France) ou multilatérales (France et pays de la Méditerranée).

Équipe

Matthieu Rey, maître de conférences

11Au cours de l’année 2016, je me suis consacré principalement à finaliser le manuscrit révisé de ma thèse, soumis à l’éditeur (Cambridge University Press) et à rédiger une monographie retraçant l’histoire de la Syrie contemporaine. À cela s’ajoutent d’autres thématiques de recherches personnelles : événements très contemporains moyen-orientaux (développement de l’État islamique), guerre froide dans le monde arabe, procédures politiques.

12Publications :

Rey M., avec V. Lemire, G. Crouzet et F. Dumasy, (dir.), Le Moyen-Orient de 1876-1980, Paris, Armand Colin, 2016.

Rey M., avec S. Chiffoleau, A.-C. de Gayffier-Bonneville, N. Neveu, M. Rey, Tannous M.-N., A. Turiano (dir.), Le Moyen-Orient (1876-1980), Paris, Atlande, 2016.

Rey M. et Al-Rachid L. « Les racines historiques de l’État islamique », La vie des idées, http://www.laviedesidees.fr/​Les-racines-de-l-Etat-islamique.html.

Rey M., « British, the Gulf and the monarchies », in R. Aldrich et C. McCreery (dir.), Crowns and Colonies, Manchester, Manchester University Press, 2016.

Rey M., « L’État islamique. Terre de frontière », in S. Dullin, É. Forestier-Peyrat, Les Frontières mondialisées, Paris, PUF, 2015.

Manon-Nour Tannous, ATER

13J’ai travaillé à la publication de ma thèse sur les relations franco-syriennes, pour une parution prochaine aux Presses universitaires de France. Ce travail de doctorat, soutenu en octobre 2015, vise à comprendre les déterminants de la relation entre la France et la Syrie sur la période contemporaine. Parallèlement, j’ai entamé de nouvelles recherches sur les politiques française et britannique au Moyen-Orient. Ce travail a été précisé au cours de deux terrains : l’un en Jordanie, et l’autre aux archives diplomatiques de Londres.

14Publications :

Tannous M.-N., avec S. Chiffoleau, A.-C. de Gayffier-Bonneville, N. Neveu, M. Rey, A. Turiano, (dir.), Le Moyen-Orient (1876-1980), Paris, Atlande, 2016.

Tannous M.-N., « Le réveil des frontières », Orients stratégiques, no 4 (Les frontières dans le monde arabe, numéro coordonné par D. Meier), 2016.

Chercheurs associés

Dima Alsajdeya

15Thèse en relations internationales à l’université Panthéon-Assas Paris II sur le « Le rôle et l’implication de l’Égypte dans les tentatives de règlement du conflit israélo-palestinien (1981-2013) ».

François Ceccaldi

16Outre l’analyse des débats de la commission du dialogue palestinien et l’étude systématique de différents moments clefs de la période étudiée, ma recherche de doctorat s’est enrichie d’archives privées et des archives diplomatiques françaises. Elle a ainsi pris deux directions principales : la première concerne l’étude des mouvements contestataires aux accords d’Oslo et la seconde celle des mouvements de réforme qui en découlent.

17Publications :

Ceccaldi F., « le Problème de la définition de l’État », « Experts et rôle des experts » et « Corruption », in S. Chiffoleau, A.-C. de Gayffier-Bonneville, N. Neveu, M. Rey, A. Turiano, (dir.), Le Moyen-Orient (1876-1980), Paris, Atlande, 2016.

Chaymaa Hassabo

18Publications :

Hassabo C., avec M. Rey, « L’événement en révolution. Réflexions autour des cas syrien et égyptien », Revue des mondes méditerranéens et musulmans, n° 138, 2015, p. 29-46 ;

Hassabo C., « Un village égyptien à l’heure de la Révolution », Orient XXI, 13 janvier 2016, http://orientxxi.info/​lu-vu-entendu/​un-village-egyptien-a-l-heure-de-la-revolution,1151.

Jalila Sbai

19Le projet de recherche que je développe actuellement porte sur un nouveau champ en histoire : l’histoire de l’écriture-renseignement chez les orientalistes du monde arabo-musulman en France, structuré autour du paradigme, l’écriture-renseignement.

20Publications :

Sbai J., « Le binational musulman comme bouc émissaire », Contre-attaque(s), janvier 2016, http://contre-attaques.org/​magazine/​article/​le-binational .

Sbai J., « Les racines coloniales de la politique française à l’égard de l’islam. “Civiliser les musulmans” », Orient XXI, août 2016, http://orientxxi.info/​magazine/​les-racines-coloniales-de-la-politique-francaise-a-l-egard-de-l-islam,1426.

Sbai J., « Laïcité schizophrène », regards.fr, août 2016, http://www.regards.fr/​web/​article/​la-laicite-schizophrene.

Valérie Stiegler

21L’année 2016 a été largement consacrée à la rédaction de ma thèse portant sur la politique méditerranéenne du président Georges Pompidou. En parallèle, je me suis attachée à dépouiller les dossiers du fonds présidentiel 5AG2 aux Archives nationales, dont l’accès m’avait été refusé en 2011. J’ai également poursuivi la réalisation d’entretiens oraux de différents acteurs ayant joué un rôle dans la conduite ou l’élaboration de la politique méditerranéenne française dans les années 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2015-2016. Résumé des cours et travaux 116e année, Paris, Collège de France, juin 2018, p. 367-371. ISBN 978-2-7226-0482-7

Référence électronique

Henry Laurens, « Histoire contemporaine du monde arabe », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 116 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/12925

Haut de page

Auteur

Henry Laurens

Professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page