Navigation – Plan du site

AccueilVolumes117Cours et recherches des professeursII. Sciences humaines et socialesCivilisation pharaonique : archéo...

Cours et recherches des professeurs
II. Sciences humaines et sociales

Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire

Nicolas Grimal
p. 185-197

Texte intégral

Enseignement

Cours – Le calame et la pierre. Essai d’histoire critique de la littérature égyptienne antique (suite)

  • 1  Pascal Vernus, « Deux métaphores trahissant une élaboration littéraire », Philippika, vol. 41, 201 (...)

1Sans que l’on puisse pour autant les qualifier de littéraires, les premiers documents inscrits, comme nous l’avons vu précédemment, ont pour objet d’identifier une personne ou un bien. C’est le biais que nous avons choisi pour aborder le passage de l’énumération aux formes construites, de la forme « faible » à une élaboration qui dépasse la seule utilité1. Nous en avons suivi la naissance l’an dernier, jusqu’à voir s’esquisser une première forme littéraire, celle qui donne accès à la survie éternelle à travers la pérennisation du nom et de l’indispensable offrande. Les conditions irréductibles de son efficacité sont au nombre de trois : la représentation directe, l’énoncé du nom et des titres restituant l’identité sociale du bénéficiaire et, enfin, la description de l’offrande.

  • 2  CGC 1430, en bois d’acacia. Découverts en 1866 dans le mastaba « A3 » de Mariette à Saqqara, ils d (...)
  • 3  Par exemple Louvre E 15591 : la stèle en calcaire peint de Nefertiabet, princesse du règne de Chéo (...)

2Cette trilogie incontournable s’exprime de façon quasi pictogrammatique dans les premiers temps. On peut penser, entre autres, aux panneaux de bois de Hezirê conservés au Caire2 : une mise en page très réfléchie organise nom et titres au-dessus du personnage debout, qui fait face à l’énumération de l’offrande. Le procédé se systématise, jusqu’à atteindre la forme canonique des « pancartes » qui ornent l’entrée de la chapelle. La minutie de la représentation s’accompagne d’un développement, sous forme de texte l’énumérant, lui-même complété par un tableau récapitulant offrandes et quantités3.

  • 4  Par exemple Louvre C 161-162-163 : fausse porte de Iouou, provenant probablement d’Abydos et datan (...)

3Ces « pancartes » constituent l’élément central dominant la « stèle fausse-porte », censée donner accès au lieu de repos du défunt, tout en étant visible pour les visiteurs ; sur le linteau et les jambages sont développés les mêmes éléments, à une nuance près4 : la formule d’offrande, qui prend la forme du proscynème du virement de l’offrande royale à la divinité de la nécropole pour le bénéfice du défunt, se développe de plus en plus. Mais ce dispositif ne prend réellement sens que si l’attention des visiteurs est suffisamment retenue pour qu’ils prononcent les termes de l’offrande et le nom du destinataire, de façon à en assurer la réalisation.

  • 5  CGC 1556 = Ludwig Borchardt, Denkmäler des alten Reiches (außer den Statuen), Teil II, Bl. 66 et p (...)
  • 6  Trad. Jean Sainte Fare Garnot, L’appel aux vivants dans les textes funéraires égyptiens, des origi (...)

4C’est ainsi que se développent des formules destinées à garantir cette captatio beneuolentiae. Un petit monument, conservé au Caire, illustre bien cette évolution ; il s’agit d’une grande dalle verticale en calcaire, d’environ 1,57 m, qui constituait la paroi communiquant avec le serdab de la tombe de Kahersetef, un dignitaire de la Ve dynastie, enterré à Saqqara5. Une fois encore, la « mise en page » est primordiale. Le quart supérieur représente un bassin d’offrande, dont la partie centrale, évidée, permet au mort de voir ce qui se passe dans la chapelle ; le quart immédiatement inférieur montre le défunt et son épouse, attablés devant les offrandes ; les trois registres inférieurs figurent une longue théorie de membres de la famille et de porteurs d’offrandes. Chaque registre est accompagné de textes indiquant nature de l’offrande et identité des participants. Le sommet du bassin porte l’inscription suivante : « Toutes personnes qui verraient ceci, qu’elles prient le dieu pour moi dans ceci6 ».

5L’implication du visiteur repose sur la réciprocité, le moment venu, envers lui-même :

  • 7  Appel aux vivants d’Inti, dans son tombeau de Deshasheh (VIe dynastie) : Nicole Kloth, Die (auto-) (...)

Il sera des aimés d’Anubis, celui qui entrera dans ce lieu et adorera pour < moi > le dieu qui s’y trouve : il sera fait de même pour lui et ses biens. Mais pour quiconque se comporterait mal envers ce lieu, qui ferait des dégradations en ce lieu ou qui y effacerait les inscriptions, il en serait assurément tenu pour responsable par le grand dieu, le maître des jugements dans le lieu où sont prononcés les jugements. Mais pour quiconque souhaite un jour pour lui-même une tombe, avec ses propres biens, s’il respecte la propriété de celui qui est passé à son ka, le grand dieu le mettra au nombre de ses favoris, une fois qu’il sera passé à son ka à un âge [très avancé]7.

6Mais, malheur au sacrilège :

  • 8  Ibid., dans son tombeau de Deir el-Gebrawi : Nicole Kloth, o.c., p. 5.

Quiconque – homme ou femme – entrera dans ce tombeau sans être en état de pureté, je lui tordrai le cou comme on le fait aux oiseaux ! Car je suis un esprit efficace et paré à tout : je connais toutes les formules magiques secrètes de la Résidence8.

7L’invocation de la solidarité entre vivants et morts comme condition nécessaire à l’équilibre du monde s’augmente rapidement de l’évocation de la vie et de la carrière du défunt, du moins des actes dont il peut tirer argument pour assurer sa survie. Ces textes, que l’on range généralement parmi les autobiographies, sont, en fait, à mi-chemin de celles-ci et d’une littérature sapientiale, que la tradition fait remonter à l’Ancien Empire, même si aucune source ne nous est parvenue dans une version datable de l’époque. S’y mêlent ainsi récits historiques et considérations éthiques.

  • 9  Norman de Garis Davies, The Rock Tombs of Deir el Gebrâwi, Part II - Tomb of Zau and tombs of the (...)
  • 10  Voir, en ce sens, Elmar Edel, « Untersuchungen zur Phraseologie der ägyptischen Inschriften des Al (...)

8On a étudié et traduit certaines des principales inscriptions funéraires privées de l’Ancien Empire et de la Première période intermédiaire, en mettant en évidence leur aspect littéraire, plus exactement, ce qui relève du style « autobiographique » proprement dit – le discours à la première personne –, mais aussi les éléments qui, par comparaison avec les textes sapientiaux et funéraires postérieurs ou contemporains, permettent de dessiner les contours du paysage littéraire de l’Ancien Empire. On s’est ainsi plus particulièrement intéressé à l’autobiographie du nomarque Henqou de Deir el-Gebrâwi9, dont on a mis en évidence les caractéristiques littéraires et rhétoriques10.

  • 11  Jacques Vandier, Mo’Alla. La tombe d’Ankhtifi et la tombe de Sébekhotep, BiEt, vol. 18, 1950.

9On a également étudié dans son intégralité l’autobiographie du nomarque Ankhtifi, dont le rôle politique et militaire a été déterminant pour la Haute-Égypte lors de la Première période intermédiaire11. À travers la construction même de l’œuvre et sa répartition dans la tombe, on a pu suivre le développement d’une rhétorique qui emprunte beaucoup à la phraséologie royale, tant littéraire que figurée. L’espace réduit de ce rapport ne permet pas de développer plus avant ces aspects, qui le seront dans la version écrite finale du cours. Je me bornerai ici à deux courts exemples :

Le prince et conte, chancelier du roi de Basse-Égypte, Ami unique, prêtre-lecteur, responsable des éclaireurs, responsable des régions montagneuses, le grand chef des nomes d’Edfou et d’Hiérakonpolis, Antkhtifi dit :

  • 12  Son prédécesseur.
  • 13  Edfou.

Horus m’a amené dans le nome d’Edfou pour la vie, la santé et la prospérité de celui-ci, pour le refonder, – ce que j’ai fait, car c’est bien parce qu’il voulait le refonder qu’il m’y a amené. J’ai trouvé la demeure de Khouou12 inondée comme les marécages, abandonnée par celui qui en avait la charge, aux mains d’un rebelle, sous la loi d’un misérable ! Je fis qu’un homme embrasse l’assassin de son père, l’assassin de son frère, de façon à rétablir l’ordre dans le nome du Trône d’Horus13. Ce fut un jour heureux celui où je vis ce nome prospère ! Plus jamais le feu de la discorde n’y règnera, maintenant qu’a cessé le mal que détestent les hommes.

J’étais l’avant-garde des hommes et l’arrière-garde des hommes,
Celui qui trouvait la solution quand on en manquait,
Celui qui conduisait le pays par ses plans avisés,
La parole haute et le cœur ferme,
Le jour d’unir les trois nomes.
Je suis le champion sans pareil,
Qui prit la parole quand tous se taisaient,
Le jour où la crainte régnait et la Haute-Égypte était silencieuse.
Et quiconque sur qui j’ai étendu la main, il ne lui est rien arrivé, car mon cœur est scellé et mes avis excellents. Mais tout insensé, tout misérable qui s’est dressé contre moi, je lui ai rendu plus qu’il n’avait donné ! « Malheur ! » dira-t-on de celui que j’accuse. Sa coque prendra l’eau comme (celle d’)un bateau. Car je suis un champion sans égal !

Je suis un riche possesseur de richesses ; je suis un Hâpy, un maître de bétail, une Sekhat-Hor, un maître de chèvres, un Népri, un maître du blé de Haute-Égypte, une Taït, un maître des vêtements. Je dis tout cela parce que c’est vrai : ce ne sont pas des propos de nécropole ! J’ai protégé le pauvre contre le puissant et j’ai écouté la parole de la veuve.

  • 14  Ludwig Borchardt, CGC Denkmäler des alten Reiches (ausser den Statuen), Teil I, 1937, p. 115 sq., (...)
  • 15  Parmi les plus récentes : Alessandro Rocatti, Littérature historique, LAPO, 1982, p. 187-197 ; Pat (...)
  • 16  Voir Janet Richards, « Text and context in late Old Kingdom Egypt: The archaeology and historiogra (...)
  • 17  CGC 672, XXVIe dynastie : Ludwig Borchardt, Statuen und Statuetten von Königen und Privatleuten im (...)

10Toujours à travers la lecture et le commentaire de textes, on a décrit le second volant de l’autobiographie, celui qui conduit au récit historique proprement dit. Cette partie s’est essentiellement appuyée sur l’étude exhaustive du texte de l’autobiographie d’Ouni, aujourd’hui conservée au musée du Caire14 et provenant de sa tombe abydénienne. Le témoignage de ce haut fonctionnaire de la VIe dynastie a fait l’objet de nombreuses études15. Au-delà de l’établissement, de la traduction, et de l’étude du texte et de ses résonances historiques et littéraires, on a également mis l’accent sur sa « mise en page » à l’intérieur de la tombe16, et sur sa postérité littéraire, en étudiant la statue de Ouahibrê, chef des prêtres de Neith à Saïs, en naophore17.

  • 18  James Paul Allen, A New Concordance of the Pyramid Texts, Brown 2013, 6 vol. ; Harold M. Hays, The (...)

11Le reste du cours a été consacré aux textes funéraires, – à commencer par ceux des pyramides, dont on a exposé l’historique de la découverte, dans le dernier quart du xixe siècle, et décrit les études qui en ont été faites, à la fois sous forme monographique et synoptique18. On s’est essentiellement attaché à la pyramide d’Ounas, premier ensemble connu de ces textes.

12L’étude s’est déroulée en suivant leur double sens de lecture dans les appartements funéraires : celui de la mise au tombeau et de l’accès au monde infernal, puis, à rebours, le cheminement du mort dans les ténèbres jusqu’à son émergence au milieu des étoiles circumpolaires et son accès à bord de la barque divine. Cette démarche contextuelle a permis de mettre en évidence les points forts de la géographie funéraire. Sorti de la Douat et devenu un Osiris, il revit comme celui-ci, prototype par excellence de l’immortalité, jusqu’à atteindre les portes du ciel, par lesquelles, devenu Horus, il s’envolera :

Cet Ounas que voici vient à toi, Nout,
Cet Ounas que voici vient à toi, Nout,
Il a laissé son père sur la terre,
Il a laissé Horus derrière lui,
Des ailes de faucon lui ont poussé,
Parées des plumes du gerfaut.
C’est son ba qui l’a emmené,
Sa magie qui l’a paré.

  • 19  TPyr 244-245.

Ouvre-lui ta place parmi les étoiles du ciel.
Tu es l’étoile unique
L’épaule de Hou.
Porte ton regard sur la tête d’Osiris
Lorsqu’il gouverne les esprits
Pendant que toi, tu te tiens au loin :
Tu n’es pas l’un d’eux
Tu ne seras jamais l’un d’eux19.

  • 20  TPyr 313.

Retire-toi, phallus de Bebon ! [Ouvrez-vous, portes du ciel !
Vous, portes fermées, ouvrez un chemin pour moi]
Au-dessus de la chaleur du feu
Et sous le lieu où puisent les dieux.
Horus se glisse – deux fois – Ounas se glisse
Au-dessus de la chaleur du feu
Et sous le lieu où puisent les dieux.
Ils font un chemin à Ounas,
De sorte qu’Ounas y passe.
Ounas est Horus20 !

13La fin du cours a été consacrée à l’étude des Textes des sarcophages, premiers ensembles destinés, eux, aux particuliers. Après avoir fait rapidement l’historique de leur découverte et fourni une bibliographie générale, on s’est attaché à l’histoire de leur développement, évoquant quelques monuments précurseurs de la VIe dynastie, puis détaillant les premiers ensembles connus.

  • 21  Wolgang Schenkel, « Repères chronologiques de l’histoire rédactionnelle des Coffin Texts », in Göt (...)
  • 22  Gustave Jéquier, Pyramide d’Aba, col. 750 sq. (= sp. 216), col. 590 sq. (= sp. 397), col. 630 sq. (...)

14La rédaction des premières collections des Textes des sarcophages s’explique par la rencontre, vers l’époque de la réunification de l’Égypte sous Nb-hpt-Rʿ Mentuhotep, des prétentions politiques thébaines et de la tradition memphite21, et non par la transmission et le développement des textes religieux dans la région memphite, qui auraient poursuivi la tradition des Textes des pyramides. Les gloses insérées dans quelques-uns des paragraphes des Textes des sarcophages, en effet, sont inspirées de l’esprit méthodique du début de la XIIe dynastie. Toutefois, la pyramide du roi Aba à Saqqara, datant de la VIIIe dynastie, présente le prototype de quelques-uns des Textes des sarcophages22. De même, des formules tirées des Textes des pyramides se retrouvent, par exemple sur les doubles sarcophages extérieurs d’El-Bersheh et de Meir, ou, comme chez Harhotep, dans la nécropole thébaine, ou Neha, à El-Qattah, sur les murs du caveau de la tombe. Les souverains et leur famille tendent à combiner les deux sources : l’épouse de Montouhotep, la reine Neferou, associe Textes des pyramides et Textes des sarcophages sur les murs de sa tombe à Thèbes. Il ne semble pas, dans l’état actuel de nos connaissances, qu’il y ait eu des règles ou des tendances nettes : l’idée était sans doute d’accumuler tout ce qui pouvait être utile à la survie.

  • 23  Trois papyrus Gardiner (l’un est au British Museum, un autre à Chicago, le troisième au Louvre), e (...)

15Certains textes, inscrits sur papyrus, dateraient de la fin de l’Ancien Empire23. Ces papyrus, de provenance inconnue, devaient servir de modèles aux scribes et peintres chargés de les reproduire sur les sarcophages.

  • 24  Coleen Manassa, The Late Egyptian Underworld: Sarcophagi and Related Texts from the Nectanebid Per (...)
  • 25  Les Textes des sarcophages égyptiens du Moyen Empire, LAPO, 1986, p. 19-20.

16Cette forme de littérature funéraire est essentiellement concentrée sur la première moitié du iie millénaire av. J.-C., mais se poursuit, parallèlement aux Livres des morts qui en seront issus, jusqu’aux derniers temps de la civilisation pharaonique24. Son ère géographique est, par excellence, la Moyenne-Égypte, et, en particulier, El-Bersheh, la nécropole d’Hermopolis, grand centre d’élaboration théologique. 200 chapitres inconnus par ailleurs en proviennent, tandis que 100 autres proviennent d’Assiout, toujours en Moyenne-Égypte. Mais, surtout, ces deux centres fournissent des ensembles inconnus ailleurs, mais qui seront à l’origine d’une partie du corpus du Livre des morts : le Livre des deux chemins (sur le fond des sarcophages), la Campagne des Félicités (sur le devant), et la Reconstitution de la famille, pour suivre la classification de Paul Barguet25.

  • 26  Günther Roeder, « Ein namenloser Frauensarg des mittleren Reichs um 2000 v. Chr. aus Siut (Oberägy (...)
  • 27  Le sarcophage de Goua (Br.Mus. EA30840 – Bois – 224,9 cm), datant du Moyen Empire et provenant d’E (...)

17Comme pour les Textes des pyramides, on a présenté une étude de quelques sarcophages en analysant leurs textes en fonction de leur position par rapport au mort. Après avoir rapidement décrit l’un des exemples connus les plus anciens, le sarcophage anonyme d’une femme de Siout26, et étudié l’un des exemplaires les mieux conservés27, on s’est attaché à l’étude du Livre des deux chemins, ancêtre, en quelque sorte, du Livre des morts, qui en reprendra, d’ailleurs des éléments.

18Il s’agit donc d’un développement particulier des Textes des sarcophages qui, jusqu’à présent, n’est connu que par des versions provenant d’El-Bersheh. Le nom de Livre des deux chemins a été donné à cet ensemble par H. Schack-Schakenburg qui s’y intéressa le premier, au début du xxe siècle. Il l’a choisi pour rendre compte de l’originalité de ce recueil, unique en son genre, du moins jusqu’à l’apparition des livres funéraires royaux du Nouvel Empire. Pour la première fois, en effet, les Égyptiens ont donné dans un livre funéraire une description géographique du monde des morts. Cette première cosmographie se matérialise par une sorte de carte dessinée et commentée sur le fond de certains sarcophages. Deux chemins enserrent un espace et sont eux-mêmes parfois entourés d’un bandeau que l’on a interprété comme une représentation de l’océan primordial, le Nou(n). L’un de ces chemins est une voie navigable, l’autre une route de terre.

Séminaire – Les Annales de Thoutmosis III (suite)

19On a poursuivi l’étude des dotations au temple effectuées par Thoutmosis III à partir du produit de ses campagnes militaires. La col. 8 poursuit l’énumération des biens rapportés d’Asie « de l’an 23 jusqu’à ce que ce décret soit gravé sur ce temple (šȜʿ m ḥȜt-zp 23 nfryt r smn.t(w) wḏ pn ḥr ḥwt-nṯr pn) » :

[ỉryt 1 m ỉḥw n] Šmʿ Mḥw

   

ỉryt 2 m ỉḥw n Ḏȝhy

ỉryt 1 m ỉḥw n Kš

dmḏ ỉryt 4

r sẖr ỉrtt-ỉry r mhr nw ḏʿm

   m ẖrt-hrw nt rʿ nb

r rdỉt mȜʿ n ỉt(9) [Ỉmn

ỉw r]dỉ.n nf ḥmỉ dmỉ 3 m Rṯnw ḥrt

   

   ỉnỉwgs rn n wʿ

   ynwʿm rn n ky

   Hnkr rn n ky

     ḥtr m bȜk n ẖrt ḥȜt-zp

r ḥtp nṯr n ỉt[] Ỉmn

(10) […] nbw

m ḥḏ nwb ḫsbd mfkȜt

ỉw ḫrp.n nf ḥmỉ nwb ḥḏ ḫsbd

   mfkȜt bỉȜ km

ḥsmn ḥmt dḥty sšw ỉsmr ʿšȜ wrt

   

r ỉrt mnw nb n ỉtỉ Ỉmn n (11) [...]

   

[1 vache laitière du cheptel de] Haute et Basse

   Égypte,

2 vaches laitières du cheptel du Djahy,

1 vache laitière du cheptel de Koush,

— total : 4 vaches laitières,

pour traire leur lait dans un pot à lait d’électrum,

   chaque jour,

pour en faire offrande à mon père (9) [Amon].

Ma Majesté lui a [don]né 3 cités du Retenou

   supérieur :

   Nougès est le nom de l’une,

   Yenoam, celui d’une autre,

   Heneker, celui de la troisième,

     (pour qu’)elles payent l’impôt annuel

     pour les offrandes de [mon] père Amon.

(10) […] tous [produits précieux (?)],

argent, or, lapis-lazuli, turquoise.

Ma Majesté lui a consacré de l’or, de l’argent,

   du lapis-lazuli, de la turquoise. du cuivre

   noir, du bronze, du cuivre, du plomb, de la

   céruse, de l’émeri en très grande quantité,

pour faire de nombreux monuments pour mon

   père Amon de (11) [...]

  • 28  Évoquée à la col. 12, infra.
  • 29  Walter Wreszinski, Atlas zur altaegyptische Kulturgeschichte, (1923-1935 (1988)) : II, Tafel 36 (m (...)

20On a rouvert le dossier des cités conquises lors de la grande campagne de l’an 2328, et plus particulièrement, naturellement, celui de ces trois cités (Annales I 98), passées dans le giron d’Amon thébain, même si ce ne fut que pour un temps, en tout cas au moins jusqu’au règne d’Amenhotep III, Séthi Ier ayant dû les (re)conquérir plus tard29. L’énumération des produits précieux, pierres et métaux, a été mise en parallèle avec la longue liste des produits du Retenou donnée en Annales V 34-36.

(11) [...] ỉw sḫpr.n nf ḥmỉ ỉdrw

     m rw

   r mḥ h(Ȝt)-r-mw

     r ḥtp-nṯr n rʿ nb

ỉsṯ rdỉ.n nf ḥmỉ r šd 2 m ẖrt-hrw

   nt rʿ nb

   m ḥtr mn nḥḥ n ỉtỉ Ỉmn

   

(12) […] m t šbnw ḫȜ

ỉw wḏ.n ḥmỉ qȜb ḥtp-nṯr pn

     m tȜ šbn ḫȜ

   m-ḫt ỉỉt ḥmỉ ḥr dr Rṯnw

   

     m wḏyt tpt nt nḫt

r ỉrt ḥst m Ḥwt ʿȜt Mn-ḫpr-Rʿ

     Ȝḫ mnw

   

(11) […] Ma Majesté a créé pour lui des enclos

     à oies

   pour remplir les volières

     destinées à l’offrande divine quotidienne.

Et Ma Majesté lui fournit deux oies grasses

   chaque jour,

   comme redevance durable éternellement

     à mon père Amon.

(12) […] consistant en 1 000 pains variés.

Puis, Ma Majesté doubla cette offrande

     de 1 000 pains variés,

   après que Ma Majesté fut revenue d’avoir

     défait le Retenou,

     dans la première campagne victorieuse,

pour faire le nécessaire dans le grand château

     « Menkheperrê-brille-par-ses-

     monuments ».

  • 30  Herbert Ricke, « Der Geflügelhof des Amon in Karnak », ZÄS, vol. 73, 1937, p. 124-131.
  • 31  Paul Barguet, Le temple d’Amon-Rê à Karnak. Essai d’exégèse, RAPH, 1962, p. 39 et pl. XLc.
  • 32  Dimitri Meeks, « Notes de lexigographie § 2-4, » RdE, vol. 28, 1976, p. 92-95.
  • 33  Yvonne Harpur, P. Scremin, The Chapel of Kagemni. Scene Details, 2006, p. 497.
  • 34  Ahmed M. Badawy, Le dessin architectural chez les anciens Égyptiens : Étude comparative des représ (...)
  • 35  Clément Robichon, Alexandre Varille, Le temple du scribe royal Amenhotep, fils de Hapou I, Ifao, 1 (...)

21On a replacé la création de ces volières dans l’enceinte d’Amon-Rê à Karnak, comparant les installations antérieures aux édifices de Psamout, repérées de longue date au sud du lac Sacré, au dispositif évoqué par les Annales et à la stèle de restauration de Séthi II30. La représentation contenue dans la tombe de Pahemneter est probablement assez conforme à ce que devait être l’ensemble du dispositif sous Thoutmosis III, même si cette tombe est contemporaine de Ramsès III31. Le système de volière évoqué (h(Ȝt)-r-mw)32 et son inclusion dans un ensemble de magasins n’est pas sans parallèles connus : de la chapelle de Kagemni33 à la stèle de Florence 541234 en passant par le temple d’Amenhotep, fils de Hapou35.

  • 36  Jacques Vandier, Manuel d’archéologie, V, 2, 1969, p. 412 sq. ; passim.

22Reste la question de savoir si ces oies étaient gavées ou simplement engraissées. Bien que des scènes de gavage soient attestées, notamment par les mastabas d’Ancien Empire36, le texte des Annales est clair : ces oies sont « grasses », non pour avoir été gavées (sḏd), mais pour avoir été nourries (šd) à volonté, comme le montrent les représentations.

23La date de création de ces volières n’est pas claire : la suite du texte évoquant le doublement des offrandes de pain au retour de la campagne de l’an 23, « pour faire le nécessaire dans le grand château “Menkheperrê-brille-par-ses-monuments” » laisse supposer que le dispositif a été mis en place avant – ou, à tout le moins restauré – pour servir également l’ensemble de l’Akhmenou, dont la conception et, probablement, le début de la construction remontent donc au moins à cette date.

(13) […m tȜ] šbn 634 m ʿq ỉmnyt

     nt rʿ nb

   m ḥȜw wnn m-bȜḥ

ỉw nḥb.n⸗ỉ n⸗f Ȝḥwt ḫntyw-š ḫbsw

     ʿšȜw

   

   m stp n Šmʿ Mḥw

     r ỉrt ʿḥwt r ḥrp šsr ỉry

   

(14) […] m ẖrt ḥȜt-zp

m t hnqt ỉwȜw wnḏw kȜw Ȝpdw snṯr

     ỉrp dqrw

ḫt nb(t) nfrt m ḥtr n tnw ḥȜt-zp

ỉw wȜḥ.n ḥmỉ ḥtp-nṯr

   r ỉrt ḥsst n ỉt<ỉ> Ḥr-ȝḫty m

     wbn⸗f

(13) 634 [pains] variés comme offrande

     quotidienne de chaque jour,

   en plus de ce qu’il y avait auparavant.

Puis, j’ai réquisitionné pour lui des champs,

     des jardins et des labours en grand

     nombre,

   du meilleur de la Haute et de la Basse Égypte,

     pour en faire des fermes pour produire le

     blé correspondant.

(14) [……] par année de règne :

pain-bière, bœufs iouâ, oundjou, kâou, volailles,

     encens, vin, raisins,

toutes bonnes choses, comme impôt annuel.

Puis Ma Majesté a consacré une offrande divine

   pour faire ce qui convient pour <mon> père

     Horakhty lorsqu’il se lève.

  • 37  Paul Barguet, o.c., p. 76.
  • 38  Ibid., p. 291-292.

24Si la constitution de domaines dédiés à certaines offrandes ou produits du service divin d’Amon est bien connue, il n’en va pas tout à fait de même du sanctuaire consacré par Thoutmosis III à Horakhty en son lever. La seule représentation que l’on ait à Karnak d’un acte cultuel royal à Horakhty est l’offrande de l’onguent mat à l’intérieur de la salle hypostyle37. Toutefois, les indices ne manquent pas pour placer ce sanctuaire dans l’Akhmenou : il s’agit vraisemblablement de la hȜyt, la salle solaire qui constitue le point sommital du massif pyramidal accolé à l’Akhmenou. Les martelages atoniens des cartouches royaux figurant sur l’autel d’albâtre de type héliopolitain qui y est toujours en place laissent supposer que cet autel date de Thoutmosis III. Il s’agit probablement du « temple de Rê-Horakhty de la terrasse du temple d’Amon » connu par les documents bubastites38.

(15) [ỉw wȜḥ.n nf ḥmỉ ḥtp-nṯr n šrt

   

     r ỉrt ḥst ỉmf

   

m hrw ḥb m snwt nt ḥb m imnyt nt

     rʿ nb

     mỉ ỉrrt m Ỉwnw

Ỉst gm.n ḥmỉ nfr wrt skȜ šrt m […] n

   

(16) […] ḥtp-nṯr n 4 tḫnw wrw

   

ỉr(w).n ḥmỉ m mȜwt n ỉtỉ Ỉmn

   

     m t šbn 100 ḥnqt ds 4

     nty n wʿ nb m nȜ n tḫnw

ʿqw 25

ḥnqt ds 1

(15) Ma Majesté lui [a consacré] une offrande

     d’orge,

     pour en faire ce qu’il est convenable d’en

     faire,

le jour de la fête du sixième jour, comme offrande

     quotidienne de chaque jour,

     comme on le fait à Héliopolis.

Car Ma Majesté a trouvé que c’était excellent

     de cultiver de l’orge dans […].

(16) […] une offrande pour les quatre grands

     obélisques

que ma Majesté a faits comme quelque chose

     de nouveau pour mon père Amon :

     100 pains divers et 4 mesures ds de bière,

     soit, pour chacun de ces obélisques :

25 pièces et

1 mesure ds de bière.

  • 39  Hordeum vulgare : F. Nigel Hepper Pharaoh’s flowers : the botanical treasures of Tutankhamun, 2009 (...)
  • 40  A. Hussein M. Mehdawy, The Pharaoh’s Kitchen, AUC Press, 2010, p. 128 ; H. Ishida, « Insight Into (...)
  • 41  Philippe Derchain, « La recette du kyphi », RdE, vol. 28, 1976, p. 61-65.
  • 42  Par exemple : Papyrus Harris I, 27. 12 ; 28. 8 , et passim.

25Les fondations décrites dans cette colonne restent dans le domaine héliopolitain. L’orge šrt39, qui sert encore aujourd’hui à la préparation de la bouza40, comme elle entre dans celle du kyphi41, est liée autant au territoire42 qu’aux cultes héliopolitains, comme ne manque pas de le rappeler notre texte (mỉ ỉrrt m Ỉwnw). La bière obtenue à partir du šrt ḥḏt est un élément important des rites héliopolitains d’ivresse liés à la renaissance du mort. C’est ainsi que le défunt dit, dans le chapitre 123 du Livre des Morts :

  • 43  Édouard H. Naville, Das aegyptische Todtenbuch der XVIII. Bis XX. dynastie: bd. Text und vignetten(...)

Ô Osiris, je suis ton fils Horus. Je suis venu préparer tes pains dans Pe, avec de l’épeautre rouge. Ô Osiris, je suis ton fils Horus. Je suis venu préparer ta bière dans Dep, avec du grain blanc (šrt ḥḏt)43.

  • 44  Siegfried Schott, Altägyptische Festdaten, 1950, fig. 14.

26La fête du sixième jour44 joue un rôle particulier dans les Textes des pyramides :

  • 45  TPyr 408 : James P. Allen, A New Concordance of the Pyramid Texts III, 2013, 255.

Le repas de la fête du sixième jour du mois est pour le déjeuner de NN, celui du septième pour son dîner ; des génisses doivent être sacrifiées pour NN lors de la fête de l’Ivresse ; car NN est assurément le taureau d’Héliopolis45.

Ou encore :

  • 46  TPyr 458 : ibid., IV, 2013, 63.

Le berger se tient devant toi pour que soit célébrée pour toi la fête de la Nouvelle Lune, que soit célébrée pour toi la fête du Commencement du mois, qu’arrive pour toi la fête du Milieu du mois, que soit célébrée pour toi la fête du Sixième jour, qu’arrive pour toi la fête […], car tu es le Grand qui préside à Héliopolis46.

  • 47  Voir Emmanuelle Arnaudiès-Montélimard, « Un reposoir de barque en calcite édifié par Thoutmosis II (...)

27La mention des « quatre grands obélisques » s’explique par le fait que, si les deux paires des quatrième et septième pylônes sont probablement ceux qu’évoque notre texte, l’obélisque unique, lui, n’est que programmé par Thoutmosis III, et mis en place par Thoutmosis IV47.

ỉw wȜḥ. ḥm⸗ỉ ḥtp-nṯr n nȜ n

     twwt n […]

(17) [tp-] hwt nt sbȜ pn

ỉw wȜḥ.n n⸗f ḥm⸗ỉ wdn n mšrw

   

m t ḥnḳt Ȝpdw snṯr ỉrp dḳrw t

     ḥḏ ḥtpwt

ḫt nbt nfrt m ẖrt-hrw nt rʿ nb

   

ỉw wȜḥ.n n⸗f ḥm⸗ỉ ḥȜw ḫt m […]

(18) ỉw wȜḥ.n ḥm⸗ỉ wdn n prt-Mnw

   

m iwȜw Ȝpdw snṯr ỉrp dḳrw ḫt nbt nfrt

ʿḥʿw n wdn ʿpr m ḫt nbt      120

ḥr tp ʿnḫ wḏȜ snb ḥm⸗ỉ

   

ỉw wḏ.n ḥm⸗ỉ wȜḥ ỉrp hbnt ʿȜt 5

   

(19) […] rnpt m-ḥȜw wnnt m-bȜḥ

   

ỉw ỉr.n n⸗f ḥm⸗ỉ ḥrt-š m mȜwt

     ssrd m ḫt nb nḏm

     r ḫrp sḫt ỉm r ḥtpw-nṯr n

        rʿ nb

wȜḥ.n ḥm⸗ỉ m mȜwt m-ḥȜw wnnt

     [m-bȜḥ]

(20) […] m nfrwt n tȜ r-ḏrf

ỉst ỉr.n ḥmỉ mnw nb hp nb tp-rd nb

   

ỉrt.nỉ n ỉtỉ Ỉmn-Rʿ nb nswt tȜwy

     ḫnty Ỉpt-swt

   

n wr.n rḫỉ bȜwf

   

šsȜ.kwỉ m mnḫwf

ḥtp m-ẖnw ẖt

rḫ.kwỉ […]

Ma Majesté a consacré une offrande divine à ces

     statues de […]

(17) [to]ît de cette porte.

Et Ma Majesté a consacré pour lui une offrande

     du repas du soir,

consistant en pain, bière, volailles, encens, vin,

     fruits, pain blanc des tables d’offrande,

toutes bonnes choses, chaque jour. Et Ma Majesté

     lui a consacré

une offrande supplémentaire de […]

(18) Ma Majesté a consacré pour lui une offrande

     pour la fête de la Sortie de Min,

consistant en bétail, volailles, encens, vin, fruits

et toutes bonnes choses. Total de l’offrande,

tout compris : 120. – pour la vie, la santé et la

     prospérité de Ma Majesté.

Ma Majesté ordonna de consacrer 5 grandes

     jarres de vin.

(19) […] année en plus de ce qu’il y avait avant.

     Et Ma Majesté refit pour lui un jardin,

     planté de toutes sortes d’arbres fruitiers,

     afin de consacrer avec les produits de la

     terre à l’offrande divine quotidienne.

   

Ma Majesté consacra à nouveau en plus de ce

     qu’[il y avait avant].

(20) […] de beautés du pays tout entier.

Ma Majesté a fait toutes les fondations, toutes

     les lois, toutes les règles

que j’ai faites pour mon père Amon-Rê, Seigneur

des trônes du Double Pays qui réside dans

     Ipet-sout,

tant je connais sa puissance. Car je suis conscient

     de sa force

qui réside dans le corps, car je sais […]

   

   

  • 48  Nicolas Grimal, Annuaire du Collège de France, vol. 106, 2006, p. 581-602.
  • 49  F.O. Allen, Charles F. Nims, Richard A. Parker, Siegfried Schott, Kurt C. Seele, & John A. Wilson, (...)
  • 50  Henri Gauthier, Les Fêtes du dieu Min, 1931, p. 63.
  • 51  TT 49 : N. de G. Davies, & N.M.C. de Garis Davies, The Tomb of Nefer-hotep at Thebes II, 1933.
  • 52  B. Geßler-Löhr, Die heiligen Seen ägyptischer Tempel: ein Beitrag zur Deutung sakraler Baukunst im (...)
  • 53  TT 19 : Georges Foucart, MIFAO, vol. 57, 1935.
  • 54  TT 161. Voir Jean-Claude Hugonot, Le Jardin dans l’Égypte ancienne, Publications universitaires eu (...)

28On remarquera que le déterminatif de twwt est exactement celui qui figure sur le fragment VII M des Annales. Il s’agit manifestement des statues royales qui participent aux grandes processions48. La fête de la procession de Min à Thèbes est abondamment représentée, surtout à Medinet Habou et pour l’époque de Ramsès III49. On en a décrit le déroulement et commenté les rites qui en marquaient les étapes50. On a localisé les jardins (ḥrt-š) dans le secteur des volières évoquées plus haut, après avoir passé en revue les principales représentations des tombes thébaines : celles de Neferhotep51, de Nebamon52 et d’Amenmès53, celle du tombeau de Nakht, qui montre clairement le système d’irrigation des potagers du temple d’Amon54.

  • 55  V 10 : « Fais-moi amener vingt femmes au beau corps, au sein ferme et à la chevelure tressée et qu (...)
  • 56  W.M. Flinders Petrie, Francis L. Griffith & Percy E. Newberry, Kahun, Gurob, and Hawara, 1890, pl. (...)
  • 57  Voir D.B. O’Connor, « The King’s Palace at Malkata and the Purpose of the Royal Harem », Studies S (...)

29Quant aux « beautés du pays tout entier », elles ne peuvent manquer de faire penser aux jeunes femmes du pWestcar55, plus généralement, aux « beautés » qui peuplaient le harem royal56. Peut-être notre texte évoque-t-il les jeunes femmes qui accompagnent Thoutmosis III dans la grande scène de consécration de l’offrande qui ouvre le texte des Annales57 ?

Publications

30Grimal N., « Guerre, économie et fiscalité en Égypte ancienne », in J. Baechler et H.-G. Soutou (dir.), Guerre, Économie et Fiscalité, Paris, Hermann, coll. « L’Homme et la guerre. Une collection de l’Académie des sciences morales et politiques », 2016, p. 31-39.

Adly E. et Grimal N., « Amenrenef sort des sables », Bulletin d’information archéologique (BIA), vol. 54, juillet-décembre 2016.

Adly E. et Grimal N., « Psammétique Ier bombe le torse à Souq al-Khamis », Bulletin d’information archéologique (BIA), vol. 55, janvier-juin 2017.

Grimal N., « Rapport sur l’état et les activités de l’Institut français d’archéologie orientale en 2014-2015 », CRAI 2015, vol. 4, 2016, p. 1725-1730.

Grimal N., « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », Annuaire du Collège de France 2015-2016. Résumé des cours et travaux, no 116, 2018, p. 373-393, DOI : https://doi.org/​10.4000/​annuaire-cdf.12518 et egyptologues.net.

Grimal N., « Hommages : Alexandria under the Mediterranean, Archaeological studies in memory of Honor Frost, G. Soukiassian éd., Études alexandrines 36 ; P. Pomey éd., La batellerie égyptienne, Études alexandrines 34 ; Nehet 3 », CRAIBL 2016, vol. 1, 2017, p. 203-208.

Grimal N. (dir.), Perdu O., Rickal E., avec l’assistance de Arnaudiès A., Bernal C., Bourgouin C., Cabon O., Lebée T., Meffre R. et Virenque H., Daressy : un savant, des archives trente-six années en Égypte au tournant du xxe siècle, catalogue d’exposition, Paris, Collège de France, 2017.

31Les contraintes éditoriales de l’Annuaire du Collège de France ne permettant pas d’inclure dans ce compte rendu l’ensemble des activités de l’équipe et de la bibliothèque du Cabinet d’égyptologie, on trouvera la version exhaustive de ce rapport sur le site internet de la chaire (http://www.egyptologues.net/​chaire/​rapports/​rapports.htm).

Haut de page

Notes

1  Pascal Vernus, « Deux métaphores trahissant une élaboration littéraire », Philippika, vol. 41, 2013, p. 229-240 ; id., « “Littérature”, “littéraire” et supports d’écriture. Contribution à une théorie de la littérature dans l’Égypte pharaonique », EDAL, vol. 2, 2012, p. 20-145.

2  CGC 1430, en bois d’acacia. Découverts en 1866 dans le mastaba « A3 » de Mariette à Saqqara, ils datent du règne de Djoser (IIIe dynastie, début du xxvie siècle av. J.-C.).

3  Par exemple Louvre E 15591 : la stèle en calcaire peint de Nefertiabet, princesse du règne de Chéops (IVe dynastie, milieu du du xxve siècle av. J.-C.), provenant de sa tombe (G1225) dans le cimetière occidental de Gîza.

4  Par exemple Louvre C 161-162-163 : fausse porte de Iouou, provenant probablement d’Abydos et datant de la fin de la VIe dynastie (fin du du xxiie siècle av. J.-C). Voir Christiane Ziegler, Catalogue des stèles, peintures et reliefs égyptiens de l’Ancien Empire et de la Première période intermédiaire, Paris, Réunion des musées nationaux, 1990, p. 58-64.

5  CGC 1556 = Ludwig Borchardt, Denkmäler des alten Reiches (außer den Statuen), Teil II, Bl. 66 et p. 35, 1964.

6  Trad. Jean Sainte Fare Garnot, L’appel aux vivants dans les textes funéraires égyptiens, des origines à la fin de l’Ancien Empire, RAPH, vol. 9, Le Caire, 1938, p. 2 ; voir désormais la thèse de Steven B. Shubert, Those who (still) live on Earth: A Study of the Ancient Egyptian Appeal to the Living Texts, University of Toronto, 2007.

7  Appel aux vivants d’Inti, dans son tombeau de Deshasheh (VIe dynastie) : Nicole Kloth, Die (auto-) biographischen Inschriften des ägyptischen Alten Reiches : Untersuchungen zu Phraseologie und Entwicklung, BSAK, vol. 8, 2002, p. 6 sq.

8  Ibid., dans son tombeau de Deir el-Gebrawi : Nicole Kloth, o.c., p. 5.

9  Norman de Garis Davies, The Rock Tombs of Deir el Gebrâwi, Part II - Tomb of Zau and tombs of the northern group, 1902 ; Wolfgang Schenkel, Memphis - Herakleopolis - Theben, 1965, p. 41-44 ; Bernard Mathieu, « Chacals et milans, pâturages et marécages, ou le monde selon Henqou », dans Apprivoiser le sauvage / Taming the Wild, CENIM, vol. 11, 2015, p. 263-274.

10  Voir, en ce sens, Elmar Edel, « Untersuchungen zur Phraseologie der ägyptischen Inschriften des Alten Reiches », MDAIK, vol. 13, 1944, p. 31.

11  Jacques Vandier, Mo’Alla. La tombe d’Ankhtifi et la tombe de Sébekhotep, BiEt, vol. 18, 1950.

12  Son prédécesseur.

13  Edfou.

14  Ludwig Borchardt, CGC Denkmäler des alten Reiches (ausser den Statuen), Teil I, 1937, p. 115 sq., Bl. p. 29-30.

15  Parmi les plus récentes : Alessandro Rocatti, Littérature historique, LAPO, 1982, p. 187-197 ; Patrizia Piacentini, L’autobiografia di Uni, principe e governatore de l’Alto Egitto, Monografie di SEAP, series minor, 1990 ; Nigel C. Strudwick, Texts from the Pyramid Age, Atlanta, 2005 ; Nicole Kloth, o.c.

16  Voir Janet Richards, « Text and context in late Old Kingdom Egypt: The archaeology and historiography of Weni the Elder », JARCE, vol. 39, 2002, p. 93-94.

17  CGC 672, XXVIe dynastie : Ludwig Borchardt, Statuen und Statuetten von Königen und Privatleuten im Museum von Kairo, Teil 3, CGC 654-950, 1930, p. 18-20, Taf. 122 ; Ramadan El-Sayed, Documents relatifs à Saïs et ses divinités, BiEt 69, 1975, p. 90-91 et pl. X-XI.

18  James Paul Allen, A New Concordance of the Pyramid Texts, Brown 2013, 6 vol. ; Harold M. Hays, The Organization of the Pyramid Texts, Brill, 2012.

19  TPyr 244-245.

20  TPyr 313.

21  Wolgang Schenkel, « Repères chronologiques de l’histoire rédactionnelle des Coffin Texts », in Göttinger Totenbuchstudien. Beitrage zum 17. Kapitel, 1975, p. 27-36.

22  Gustave Jéquier, Pyramide d’Aba, col. 750 sq. (= sp. 216), col. 590 sq. (= sp. 397), col. 630 sq. (= sp. 148 et 312) ; James P. Allen, Middle Kingdom Copies of Pyramid Texts, OIP, vol. 132, 2006.

23  Trois papyrus Gardiner (l’un est au British Museum, un autre à Chicago, le troisième au Louvre), et le pBerlin 10482.

24  Coleen Manassa, The Late Egyptian Underworld: Sarcophagi and Related Texts from the Nectanebid Period, ÄAT, vol. 72, 2007.

25  Les Textes des sarcophages égyptiens du Moyen Empire, LAPO, 1986, p. 19-20.

26  Günther Roeder, « Ein namenloser Frauensarg des mittleren Reichs um 2000 v. Chr. aus Siut (Oberägypten) im Städtischen Museum zu Bremen », Schriften der Bremer Wissenschaftlichen Gesellschaft, Reihe D: Abhandlungen Und Vorträge Jahrg. 3, Hft. 4, 1929, Tf. 4-5.

27  Le sarcophage de Goua (Br.Mus. EA30840 – Bois – 224,9 cm), datant du Moyen Empire et provenant d’El-Bersheh.

28  Évoquée à la col. 12, infra.

29  Walter Wreszinski, Atlas zur altaegyptische Kulturgeschichte, (1923-1935 (1988)) : II, Tafel 36 (mur nord de la salle hypostyle de Karnak).

30  Herbert Ricke, « Der Geflügelhof des Amon in Karnak », ZÄS, vol. 73, 1937, p. 124-131.

31  Paul Barguet, Le temple d’Amon-Rê à Karnak. Essai d’exégèse, RAPH, 1962, p. 39 et pl. XLc.

32  Dimitri Meeks, « Notes de lexigographie § 2-4, » RdE, vol. 28, 1976, p. 92-95.

33  Yvonne Harpur, P. Scremin, The Chapel of Kagemni. Scene Details, 2006, p. 497.

34  Ahmed M. Badawy, Le dessin architectural chez les anciens Égyptiens : Étude comparative des représentations égyptiennes de constructions, 1948, p. 126-127.

35  Clément Robichon, Alexandre Varille, Le temple du scribe royal Amenhotep, fils de Hapou I, Ifao, 1936, pl. XX.

36  Jacques Vandier, Manuel d’archéologie, V, 2, 1969, p. 412 sq. ; passim.

37  Paul Barguet, o.c., p. 76.

38  Ibid., p. 291-292.

39  Hordeum vulgare : F. Nigel Hepper Pharaoh’s flowers : the botanical treasures of Tutankhamun, 2009, p. 54, contra Lise Manniche, An Ancient Egyptian Herbal, 2006, p. 107, qui l’identifie à ỉt (ειωτ = κριθή), ce que contredit l’arabe ši‘yr.

40  A. Hussein M. Mehdawy, The Pharaoh’s Kitchen, AUC Press, 2010, p. 128 ; H. Ishida, « Insight Into Ancient Egyptian Beer Brewing Using Current Folkloristic Methods », MBAA TQ, 39/2, 2002, p. 81-88 ; D. Klop, Beer as a signifier of social status in ancient Egypt with special emphasis on the New Kingdom period (ca. 1550-1069 BC) : the place of beer in Egyptian society compared to wine, Stellenbosch University, 2015.

41  Philippe Derchain, « La recette du kyphi », RdE, vol. 28, 1976, p. 61-65.

42  Par exemple : Papyrus Harris I, 27. 12 ; 28. 8 , et passim.

43  Édouard H. Naville, Das aegyptische Todtenbuch der XVIII. Bis XX. dynastie: bd. Text und vignetten, 1886, chap. 173, p. 33-34 (Aa).

44  Siegfried Schott, Altägyptische Festdaten, 1950, fig. 14.

45  TPyr 408 : James P. Allen, A New Concordance of the Pyramid Texts III, 2013, 255.

46  TPyr 458 : ibid., IV, 2013, 63.

47  Voir Emmanuelle Arnaudiès-Montélimard, « Un reposoir de barque en calcite édifié par Thoutmosis III dans le temple d’Amon-Rê à Karnak », Karnak, 11, 2004, p. 159-217.

48  Nicolas Grimal, Annuaire du Collège de France, vol. 106, 2006, p. 581-602.

49  F.O. Allen, Charles F. Nims, Richard A. Parker, Siegfried Schott, Kurt C. Seele, & John A. Wilson, Festival scenes of Ramses III (Plates 193-249), Oriental Institute Publications, vol. 51, 1940.

50  Henri Gauthier, Les Fêtes du dieu Min, 1931, p. 63.

51  TT 49 : N. de G. Davies, & N.M.C. de Garis Davies, The Tomb of Nefer-hotep at Thebes II, 1933.

52  B. Geßler-Löhr, Die heiligen Seen ägyptischer Tempel: ein Beitrag zur Deutung sakraler Baukunst im alten Ägypten, Hildesheimer ägyptologische Beiträge 39, vol. 21, 1983, p. 184.

53  TT 19 : Georges Foucart, MIFAO, vol. 57, 1935.

54  TT 161. Voir Jean-Claude Hugonot, Le Jardin dans l’Égypte ancienne, Publications universitaires européennes, Série XXXVIII, Archéologie, 1989, p. 15 ; 229.

55  V 10 : « Fais-moi amener vingt femmes au beau corps, au sein ferme et à la chevelure tressée et qui n’aient pas connu l’enfantement. » Philippe Derchain, « Snefrou et les rameuses », RdE, vol. 21, 1965, p. 25.

56  W.M. Flinders Petrie, Francis L. Griffith & Percy E. Newberry, Kahun, Gurob, and Hawara, 1890, pl. XIX ; voir également l’inscription dédicatoire de Ramsès II en Abydos, col. 51-52 ; voir Lana Troy, Patterns of queenship in ancient Egyptian myth and history, Boreas, 1986, p. 78.

57  Voir D.B. O’Connor, « The King’s Palace at Malkata and the Purpose of the Royal Harem », Studies Sivermann, 2010, p. 60-61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire »L’annuaire du Collège de France, 117 | 2019, 185-197.

Référence électronique

Nicolas Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire »L’annuaire du Collège de France [En ligne], 117 | 2019, mis en ligne le 04 juin 2020, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/14052 ; DOI : https://doi.org/10.4000/annuaire-cdf.14052

Haut de page

Auteur

Nicolas Grimal

Membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search