Navigation – Plan du site

AccueilVolumes117Autres enseignements et recherchesIV. Conférenciers invitésDeux conférences

117 | 2019
Annuaire du Collège de France 2016-2017
Résumé des cours et travaux 117e année
Autres enseignements et recherches
IV. Conférenciers invités

Deux conférences

Mikhail Bukharin
p. 665-666

Notes de la rédaction

Série de deux conférences prononcées les 19 et 23 juin 2017 (invitation sur proposition des Pr Jean-Pierre Brun et Frantz Grenet), disponibles en audio et vidéo sur le site internet du Collège de France : https://www.college-de-france.fr/site/jean-pierre-brun/guestlecturer-2016-2017__1.htm.

Texte intégral

Les expéditions archéologiques russes dans le Turkestan oriental : bilan des travaux d’après de nouveaux documents d’archives

1Un peu plus de 100 ans se sont écoulés depuis la fin des travaux archéologiques des expéditions russes au Turkestan oriental en 1915 : ceci est l’occasion de faire le bilan de ce qui a été fait et de ce qu’il nous reste à faire pour en éclairer l’histoire. Les collections des archives de l’Académie des sciences et des sociétés scientifiques de la Russie contiennent une quantité importante de matériel, qui met en lumière l’histoire de l’étude de l’Asie centrale en général, et du Turkestan oriental en particulier.

2Paradoxalement, on ne trouve que très peu d’informations sur les expéditions de Sergueï Oldenburg dans la littérature scientifique et ceci pour deux raisons. Premièrement, la très grande majorité des matériaux rapportés n’a pas encore fait l’objet de publications. Et deuxièmement, Oldenburg n’a pas cherché, contrairement à ses collègues européens et japonais, à exporter massivement des antiquités artistiques de la zone étudiée dans le monde « civilisé », et s’est reposé sur le principe de la protection de la culture dans l’archéologie orientale. La première expédition a principalement apporté à Pétersbourg ce qui nécessitait sauvetage et restauration – des fragments des manuscrits trouvés sur le sol de la grotte, des fragments de peintures murales et de statues – le reste étant nettoyé, puis enregistré et, à l’occasion conservé sur place. L’objectif principal de la deuxième expédition était de trouver des matériaux pour les définitions chronologiques des monuments historiques de l’art bouddhique et de collecter des données pour caractériser les styles individuels sur le territoire du Turkestan oriental. L’édition complète des données des deux expéditions russes au Turkestan chinois dirigées par Oldenburg dans leur version originale – l’un des principaux objectifs de l’orientalisme russe du xxe et du début du xxie siècle – n’a pas abouti à ce jour. Une petite équipe de recherche composée de spécialistes de l’histoire de l’Académie des sciences, de l’histoire et de la philologie de la Chine, de l’Inde et de l’Asie centrale, a repris le travail sur le patrimoine archivistique d’Oldenburg afin de publier les matériaux des première et deuxième expéditions. Au cours des dernières années, des progrès significatifs ont été accomplis dans la publication des documents préparatoires des collections de l’Institut de manuscrits orientaux et de l’Archive de l’Académie des sciences, ainsi que de la « collection de Turfan » de Berlin.

Le Périple de la mer Érythrée (ier siècle) : manuscrits et sources

3Le Périple de la mer Érythrée contient de nombreuses données sur la géographie et l’histoire politique et économique d’un certain nombre de régions allant de l’Égypte à la Tanzanie moderne, et du nord-ouest de l’Arabie jusqu’à l’Extrême-Orient. Une grande partie de l’information semble encore assez mal comprise.

4Le Périple de la mer Érythrée, tout comme une partie du corpus des Petits géographes grecs, est conservé à deux endroits : le premier manuscrit se trouve dans la bibliothèque de l’université de Heidelberg, l’autre au British Museum. Depuis longtemps s’est établie l’opinion selon laquelle le texte de Londres (le codex B) serait une mauvaise copie du codex A. Cependant, les éditions critiques utilisées actuellement par les scientifiques ne reprennent pas le texte original, et par ailleurs, cette idée prégnante concernant l’origine des manuscrits mène les chercheurs dans une mauvaise direction.

5Les distorsions paléographiques et les erreurs orthographiques sont une source d’information importante sur l’origine de la tradition manuscrite du Périple. La plupart des distorsions peuvent être expliquées par l’hypothèse selon laquelle les manuscrits actuels proviendraient d’un protographe en onciale. On peut aussi supposer que, dans le cas du codex A, il y avait une autre étape en minuscule entre le protographe et le manuscrit actuel.

6En travaillant avec le Périple de la mer Érythrée, il faut toujours vérifier les lectures des éditions critiques avec les manuscrits. Le nombre de corrections dans le texte est si grand qu’il n’est plus possible de travailler avec une édition critique sans consulter les manuscrits.

7Le Périple de la mer Érythrée était très probablement le commentaire d’une carte. Il est possible que ce commentaire ait été enregistré dans les marges de cette carte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annuaire du Collège de France 2016-2017. Résumé des cours et travaux 117e année, Paris, Collège de France, septembre 2019, p. 665-666. ISBN 978-2-7226-0489-6

Référence électronique

Mikhail Bukharin, « Deux conférences », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 117 | 2019, mis en ligne le 04 juin 2020, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/14851 ; DOI : https://doi.org/10.4000/annuaire-cdf.14851

Haut de page

Auteur

Mikhail Bukharin

Chercheur principal à l’Institut d’histoire universelle de l’Académie des sciences de Russie

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search