Navigation – Plan du site
111 | 2012
Annuaire du Collège de France 2010-2011
Résumé des cours et travaux 111e année
Professeurs honoraires

Histoire de la France des Lumières, 1999-2005

Daniel Roche
p. 859-862

Texte intégral

1J’ai poursuivi mes activités de recherche dans deux directions principales. En ce qui concerne l’histoire de la culture équestre, j’ai entamé le dernier volet du travail consacré à la science et à la passion qui sont les moteurs des actions et des représentations des recherches, et qui permettent de comprendre, autrement, fonctions et modèles sociaux ; l’utilité et la sensibilité. J’ai ainsi complété l’analyse des publications, des lectures et des lecteurs par la comparaison des imprimés édités en français, anglais, allemands, avec les écrits espagnols et portugais qui font voir la permanence et la diversité de l’art équestre ibérique et les influences italiennes et françaises qui s’exercent sur son évolution du xvie au xixe siècle. L’éventail des publications rassemblées par le marquis de La Torrecilla (1916) et Agustin Claveras (1973) est moins ouvert que celui des éditions allemandes avec moins de 700 titres (564 en Allemagne pour la seule période 1500-1799), beaucoup plus fermé que celui de la France (5 358 pour trois siècles), et que l’Angleterre (2 243 et 3 663 selon les bibliographies). Si le monde ibérique est entraîné par le même développement qu’ailleurs, 60 % des ouvrages sont édités entre 1800 et 1899, les équilibres sont identiques entre les différentes matières (équitation, art militaire, vétérinaire, droit, etc.), l’originalité de l’équitation ibérique apparaît dans la confrontation de la Ginetta et du Manège selon les périodes, dans l’influence spécifique de la France, en particulier pour le xviiie siècle. Cet exemple confirme l’intégration par l’art équestre, aussi par la médecine vétérinaire, de tous les milieux européens hippomobiles et hippologues, mais aussi la réflexion sur la tradition nationale par le biais de l’histoire. L’Espagne n’échappe pas à la révolution de l’utilité qui marque le xixe siècle. Pour le reste, nous avons poursuivi l’analyse des différents aspects de la culture sensible, ainsi dans le domaine de la compétition et dans celui de l’art. Le dossier des courses a été enrichi par le colloque sur les compétitions équestres, organisé par la Société d’ethnozootechnie et l’ENE en 2007, sous l’autorité de B. Langlois. La notion même de compétition est interrogée à travers ses manifestations diverses : démonstration de l’art équestre, courses, naissance des disciplines du dehors – raids, treks. De même, la thèse d’Hervé Ménager, Géographie de l’équitation hors stade, Bordeaux, 2004, permet de retrouver et de comprendre l’apparition d’une autre face de l’équitation, celle de la récréation émergente, qui se concrétise à la fin du xxe siècle principalement après la sécession des terroirs agricoles. Dans le même esprit, le travail de master d’Aurore Théault, Trotter en Basse-Normandie entre 1836 et 1920, replace l’essor des courses de demi-sang dans une évolution générale à partir du local, du galop au trot, de la distraction à l’élevage, des courses aux contextes économiques. Le rôle de l’institutionnalisation et de l’État s’avère particulièrement important.

2Dans une autre direction de l’analyse des rapports aux chevaux, les problèmes des représentations artistiques abordés dans les travaux d’Armelle Femelat pour l’Italie de la fin du Moyen Age doivent être repris pour l’ensemble de la période. L’inventaire général des œuvres impliquées s’avère impossible, mais on peut en reprendre l’analyse, avec des exemples, au-delà de la représentation d’un ordre politique conforme à des données intellectuelles, en retrouvant les opérations esthétiques qui soutiennent valeurs techniques, catégories de la pensée et de l’action. On doit mettre en relation les œuvres dans un procès d’information et par rapport aux moyens des artistes pour mobiliser perception et imagination, réalités et mythologies. Il s’agit de replacer les chevaux dans leurs valeurs fabulatrices, festives et fonctionnelles au centre de l’ordre figuratif. Le cheval s’inscrit au cœur d’un mouvement d’actions diverses et de rassemblement d’individus producteurs et spectateurs très divers aussi et dotés d’outillage mental varié. C’est pourquoi l’interrogation peut porter sur les modes de représentations figuratives et les lieux de leur exposition, le monument, la place, la galerie d’exposition, la collection, comme sur les valeurs plastiques et intellectuelles qui ont varié dans le temps de la statuaire à la peinture. L’organisation des fêtes équestres peut en dévoiler les changements, de la place publique ouverte à tous au secret des fêtes de palais, du manège au cortège et aux cavalcades du xixe siècle. Deux dossiers peuvent être ouverts, pour le xviiie siècle, à partir des travaux des historiens d’art et des philosophes : celui de la statue de Pierre le Grand par Falconnet, celui du débat sur la beauté entre utilitarisme (Hume) et valeurs du goût (Diderot) entre les valeurs cavalières et celles des artistes.

3Le second axe de mes recherches en 2010-2011 a marqué un retour sur des interrogations antérieures. À l’occasion des programmes d’agrégation, j’ai pu reprendre des questions concernant la mobilité (le problème des récits de voyage, la culture matérielle des voyages, les intellectuels et la mobilité, sociabilité et mobilité). C’est aussi sur la question de la sociabilité que j’ai répondu à diverses demandes pour rouvrir le dossier du rapport des Sociétés savantes et des Lumières à l’occasion du 250e anniversaire de l’Académie de Chalons en Champagne, sociabilité et naissance de l’économie ; à la demande de la Casa de Velasquez et de l’Institut international X.M de Munibe (Saragosse et Azkoitia). Dans l’un et l’autre cas, j’ai pu mesurer l’intérêt que consacre la méthode d’analyse des sociabilités proposée autrefois ici même par M. Agulhon, prolongée par les travaux de J-C. Perrot sur l’histoire intellectuelle de l’économie politique et moi-même. Il existe aujourd’hui plusieurs champs où ces questions font l’objet de nouveaux intérêts qu’il faut encourager, ainsi dans le domaine de l’histoire intellectuelle des techniques (P. Brioist, L. Hilaire-Pérez), dans celui de l’histoire culturelle de l’économie (Ph. Minard). J’ai, dans cette perspective, proposé à la Casa de Velasquez et à l’Institut XM de Munibe, un projet de séminaire sur « Religion, économie et Lumières » dont le but serait de concrétiser à l’échelle de l’Europe le rapport entre l’économie morale et les valeurs des églises confrontées à l’évolution concrète de la production comme de la consommation. Il s’agirait de comprendre l’importance de la richesse des clergés – questionnée par les Lumières –, comment l’action des théologiens et des pratiques ordinaires – charité, assistance –, induisent de nouvelles attitudes, suscitent critiques, interrogations, questionnement moral du champ économique.

Publications

4Roche D., « Sociabilité paysanne et agronomie sensible », Préface à Folain A. (éd.), Les Thesmophores de Blaison, une société agronomique au xviiie siècle. Les Thesmophores de Blaison en Anjou, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2010, p. I-VI.

Roche D., Postface, in Callu A. (éd.), Le Mai 68 des historiens, entre identité narrative et histoire orale, Lille, Presses du Septentrion, 2010, p. 281-285.

Roche D., « Mobilité – Migrations – Contrainte – Libertés, xvie-xixe siècle », Les nouvelles d’Archimède, le Journal culturel de l’université de Lille I, 55, octobre-décembre 2010, p. 4-38.

Roche D., « Un écuyer de notre temps, Michel Henriquet », Présentation de M. Henriquet, l’œuvre des écuyers français, un autre regard, Paris, Belin, 2010, p. 9-20.

Roche D., « L’Héroïsme cavalier, fin xvie-début xviiie siècles », in Menant S. et Morrissey R. (éd.), Héroïsme et Lumières, Paris, H. Champion, 2010, p. 19-36.

Roche D., « Les chevaux de Gouberville, Élevage et usages dans la Normandie du xvie siècle », Cahiers Goubervilliens, 14, novembre 2010, p. 5-24.

Roche D., « Une société savante au travail à l’aube du xxie siècle », in Mercier J.M. et Roche J. (éd.), Beaucaire carrefour de l’histoire, Toulouse, Privat, 2010, p. 11-22.

Roche D., « Le cheval et l’homme entre utilité, passion, civilisation », Midi Pyrénées. Patrimoine, 24, janvier 2011, p. 18-23.

Roche D., « L’opinion a-t-elle une histoire ? », L’opinion publique en Europe, 1600-1800, (Préface de L. Bély), Paris, PUPS, 2011, p. 9-39.

Roche D., « Letture di Viaggi, Letture del Mondo, xvi-xviiie siècles ; Il Viaggio, Mito e Scienza Museo di Palazzo Pozzo, a cura di W. Tega, Bologne, Bologne University Press, 2009, p. 31-56 [2011].

Communications et activités

522 septembre 2010, « Politique économique et création de la sphère publique. Les Sociétés savantes et l’économie politique au xviiie siècle », Azcoitia, Colloque de l’université de Saragosse, Casa de Velasquez et Institut X.M de Munibe.

4 octobre 2010, « Travail et noblesse, Le cheval et l’homme », Conférence Collège de France à Aubervilliers.

12 octobre 2010, « Mobilités, contraintes, libertés », Conférence université de Lille I.

26 octobre 2010, « Économie et culture équestre », conférence culturelle, Mairie de Mâcon.

5 décembre 2010, Culture matérielle de la justice, la chaîne du pénal. Bilan de l’histoire de la culture matérielle.

19 novembre, Colloque à la mémoire de Pierre Chaunu, Présidence de séance.

27 novembre 2010, France Culture, Débat avec A. Finkelkraut et J.-P. Rioux, La Maison de l’Histoire.

Janvier 2011, Cours d’agrégation à l’ENS-UIM, Circulation dans l’Europe des xviie-xviiie siècles.

17 janvier 2011, Communication à l’université de Lille III, Le cheval et l’Homme, création de la chaire d’Études animales.

10 février 2011, « Mobilité et échanges », Conférence au département de sociologie, Université de Limoges.

15 février 2011, Le cheval et la ville, Conférence à l’École doctorale d’Histoire, université de Caen.

8 avril 2011, « L’Histoire des idées en France », Conférence dans le cadre de l’École doctorale de Bologne.

1er juin 2011, « La sociabilité et les Lumières », Entretiens Cavallier, Châlons en Champagne.

6 juin 2011, « L’éducation équestre », Conférence dans le cadre du projet du château de Lunéville (Centre de Recherches sur la Culture européenne).

9 juin 2011, Présentation du livre de Gille Montègre, Les Français à Rome au xviiie siècle, École française de Rome, EFR, Présentation du livre, I Luoghi della Città, Roma Moderna e contemporanea, a cara di M. Boiteux, M. Lafficio, B. Marin, EFR, 2011.

Activités administratives

6Directeur de la Revue d’histoire moderne et contemporaine.

Membre du conseil scientifique de l’École nationale des Chartes.

Membre du conseil scientifique de l’université de Paris I.

Président du conseil scientifique du Centre de recherche du château de Versailles.

Membre du comité scientifique du Patrimoine équestre (ministère de la Culture).

Membre du comité scientifique de l’exposition Casanova, BNF, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 111e année, Collège de France, Paris, avril 2012, p. 859-862. ISBN 978-2-7226-0156-7

Référence électronique

Daniel Roche, « Histoire de la France des Lumières, 1999-2005 », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/1695

Haut de page

Auteur

Daniel Roche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page