Navigation – Plan du site
111 | 2012
Annuaire du Collège de France 2010-2011
Résumé des cours et travaux 111e année
Conférenciers invités

Rhétorique et argumentation dans les sciences humaines

Michel Meyer
p. 893-894

Notes de la rédaction

Les conférences de Michel Meyer sont disponibles en ligne en format vidéo : http://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/guestlecturer-2011-03-03-11h00.htm

Texte intégral

La rhétorique dans l’histoire, d’Aristote à Perelman. Le renouveau contemporain de la rhétorique

1Trois grands moments marquent la rhétorique dès ses origines. Le moment platonicien qui insiste sur le rôle de l’auditoire (manipulation des esprits) ; le moment aristotélicien qui met l’accent sur le raisonnement et le langage ; le moment cicéronien qui fait partir l’usage rhétorique dans la crédibilité et la vertu de l’orateur, (souvent liée, pour les Romains, à sa place dans la hiérarchie sociale). Respectivement, ces trois dimensions ont défini à jamais le rôle du pathos, du logos et de l’ethos en rhétorique. Comment définir celle-ci aujourd’hui pour inclure tous ces points de vue ? C’est là le rôle (et l’attrait) d’une approche centrée sur les questions à affronter comme mesure de la distance entre les individus. La rhétorique a pour objet de la négocier. L’aspect unificateur du questionnement permet de structurer le pathos, le logos et l’ethos, c’est-à-dire autrui, le monde et le soi, au sein d’une conception qui intègre toutes les définitions de la rhétorique données par le passé.

Rhétorique, langage et raisonnement : l’équivalence entre figures de rhétorique et types d’arguments

2Il s’agit d’envisager les techniques de persuasion et le rapport au langage figuré, avec, en filigrane, la question essentielle suivante : l’unité de la rhétorique est-elle possible ? Traditionnellement, la rhétorique des conflits s’oppose à la rhétorique des figures, la persuasion à la conviction, la rhétorique littéraire à la logique juridique, en un mot, la rhétorique à l’argumentation. Examinons comment fonctionnent ces deux domaines à travers la nature du langage, le fonctionnement des arguments, le rôle des lieux et des figures, dans le langage littéraire comme dans celui de tous les jours.

La rhétorique comme logique culturelle dans les sociétés démocratiques : logique des valeurs, logique des passions

3C’est ici que l’on voit comment se déploient les valeurs au sein des groupes sociaux et entre les groupes sociaux. Peut-on parler d’une nouvelle logique des valeurs et de la négociation de leur décalage, voire de leurs oppositions ? La notion de distance sociale et celle de distance psychologique (émotion) sont cruciales. Peut-on parler à nouveau de valeurs sans que cela apparaisse rétrograde ou conservateur ?

Appliquer la rhétorique : la rhétorique et l’argumentation en éthique

4Mais là où la notion de distance est la plus inattendue, et à la fois la plus traditionnelle, c’est en morale. La mauvaise et la bonne conscience, l’émotion et la règle s’inscrivent comme des notions rhétoriques car elles régulent l’approbation morale. Les principes de la morale sont des principes qui justifient la distance entre les êtres, que ce soit pour la compenser (égalité, justice) ou au contraire, pour l’affirmer et la protéger (liberté).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 111e année, Collège de France, Paris, avril 2012, p. 893-894. ISBN 978-2-7226-0156-7

Référence électronique

Michel Meyer, « Rhétorique et argumentation dans les sciences humaines », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/1791

Haut de page

Auteur

Michel Meyer

Professeur à l’Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page