Navigation – Plan du site
111 | 2012
Annuaire du Collège de France 2010-2011
Résumé des cours et travaux 111e année
Conférenciers invités

Les Anges du Caravage

Victor I. Stoichita
p. 896-897

Texte intégral

1Les sources sont sans équivoque à propos du « réalisme » du Caravage. Gian Pietro Bellori – l’un de ses premiers biographes – nous dit à ce sujet que :

« Ne proposant à son pinceau que l’imitation de la nature (si propose la sola natura per oggetto del suo pennello), il ne regardait pas et même dépréciait les merveilleux marbres de l’antiquité, et les peintures si célèbres de Raphaël. »

2Carel van Mander, lui, se veut encore plus clair :

« Sa maxime est que, si ce qui a été peint et figuré n’est pas tiré du vrai, ce ne saurait être qu’enfantillage et bagatelle ; qu’alors, peu importe ce qui a été peint, et qui a peint. Pour lui, il n’y a rien de bien ni de mieux que de suivre la nature… Il n’y a pas un seul trait qu’il n’exécute directement d’après le modèle vivant. »

3Héraut d’une nouvelle esthétique, le Caravage dut pourtant se plier aux impératifs du répertoire thématique de son temps, ce qui ne suffit pas cependant à lui éviter tous les problèmes. Quelle place pouvait donc encore tenir l’ange dans une peinture qui se voulait le « miroir de la réalité » ? En essayant de répondre à cette question, la conférence s’est proposée d’interroger la représentation angélique à l’un de ses moments les plus critiques, et par là même des plus significatifs peut-être de toute l’histoire de la peinture. Cette démarche concernera donc un problème de représentation picturale qui a toutes les caractéristiques d’un paradoxe. On pourrait parler à juste titre d’un « paradoxe de l’ange » dans la peinture du Caravage. La conférence s’est concentrée sur une période en soi brève mais fondamentale de la carrière du Caravage, en l’occurrence sur ses années de jeunesse passées à Rome, plus précisément 1592-1602. Elle a soumis à une nouvelle analyse des œuvres célèbres, tel les tableaux pour la chapelle Contarelli de l’église de Saint Louis des Français de Rome, le Saint François en Extase du Wadsworth Atheneum de 1596, Hartford, ou Le Repos de la Fuite en Égypte de la Rome Galerie Doria Pamphili, Rome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 111e année, Collège de France, Paris, avril 2012, p. 896-897. ISBN 978-2-7226-0156-7

Référence électronique

Victor I. Stoichita, « Les Anges du Caravage », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/1797

Haut de page

Auteur

Victor I. Stoichita

Professeur à l’Université de Fribourg (Suisse)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page