Navigation – Plan du site
113 | 2014
Annuaire du Collège de France 2012-2013
Résumé des cours et travaux 113e année
II. Sciences humaines et sociales

Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire

Nicolas Grimal
p. 387-397

Texte intégral

Cours et séminaire

Le temple d’Amon-Rê à Karnak : Héliopolis et l’Empire

  • 1  « La « cour de fêtes » de Thoutmosis II à Karnak », Cahiers de Karnak IX (1993), voir pl. III.
  • 2  Excellent résumé dans Chr. Wallet-Lebrun, Le grand livre de pierre. Les textes de construction de (...)
  • 3  La cour à portique de Thoutmosis IV, Études d’égyptologie 12 (2012), trois vol.

1Poursuivant la description des monuments de la XVIIIe dynastie, nous avons abordé cette année la question de la « cour de cérémonie » de Thoutmosis II : à la fois celle de sa reconstitution, telle que la propose Luc Gabolde1 et des doutes que jette l’inscription gravée par Amenhotep III sur la face extérieure nord de son mur, qu’aurait « doublé » la cour postérieure de Thoutmosis IV2. Ce dossier nous a conduits à étudier les constructions précédant le (futur) 4e pylône depuis les débuts de la dynastie. On est parti de la restitution de la cour de Thoutmosis IV par François Larché et Bernadette Letellier3. Puis, on a pris en compte les représentations de la procession d’Opet, postérieures et antérieures : celles conservées dans le temple de Louqsor, qui datent de la fin de la dynastie, et celles qui figurent sur la chapelle Rouge d’Hatchepsout, et qui reflètent donc un état antérieur aux constructions de Thoutmosis IV.

  • 4  Les voies processionnelles de Thèbes, OLA 97 (2001).
  • 5  M. Gitton, BIFAO 74 (1974), p. 69-73.
  • 6  Nina & Norman de Garis Davies, The tombs of two officials of Tuthmosis the Fourth (nos.75 and 90), (...)
  • 7  J. Yoyotte, « Un porche doré. La porte du IVe pylône au grand temple de Karnak », CdE 55 (1953), p (...)
  • 8   P. Barguet, Le temple d’Amon-Rê à Karnak. Essai d’exégèse (1962). p. 273.
  • 9  A. Cabrol, « Une représentation de la tombe de Khâbekhenet et le dromos de Karnak-sud: nouvelles h (...)

2Ces données, croisées avec les témoignages civils contemporains, ont permis de tester une série d’hypothèses sur le rôle et l’état du parvis du temple et la notion de « cour de fêtes » (wsḫt-ḥbyt). On s’est ainsi intéressé à la chapelle de calcite d’Amenhotep Ier, mais aussi à la voie processionnelle sud, reprenant le dossier naguère ouvert par Agnès Cabrol4. On a ensuite étudié les représentations de la même procession d’Opet ornant la face orientale du 3e pylône, érigé par Amenhotep III et venant bouleverser l’ancien parvis du temple, tout en conservant son rôle régulateur dans le cheminement des offrandes divines et l’organisation des processions. L’examen des représentations des reposoirs figurant sur le bordage de la barque divine qui y est représentée a confirmé l’existence de points-clefs, correspondant à l’ossature même des axes. La consultation des sources civiles contemporaines a permis d’affiner l’histoire de la croisée des axes : la représentation de l’accès au temple dans la tombe de Néferhotep (TT 49), contemporain de Aÿ, donc des représentations de Louqsor évoquées plus haut, à nouveau les textes de la chapelle Rouge et l’évocation du « palais de Karnak5 ». Pour l’époque de Thoutmosis IV, celle du tombeau d’Amenhotep Sisé (TT 75)6 et le « porche doré »7 nous ont conduits à examiner sur nouveaux frais la question de la porte du 4e pylône et de l’accès au temple sous Thoutmosis IV, tel que représenté sur les reliefs de la paroi occidentale de sa « cour de fêtes ». On s’est attaché tout particulièrement à la représentation des colosses assis de part et d’autre de la porte du temple, de façon à déterminer si ces représentations concernent le 4e pylône ou l’entrée de l’axe méridional. Si le 8e pylône reste quasiment la seule possibilité, – et ce dès Amenhotep Ier –, les représentations de la fête d’Opet de Louqsor montreraient alors non pas l’entrée générale du temple, mais simplement l’accès à la croisée des axes, soit la porte septentrionale de la cour « de la Cachette ». Même dans son état actuel – qui date de Ramsès IX –, elle était, en effet, flanquée de deux sphinx, qui remplaçaient probablement eux-mêmes des sphinx de la XIXe dynastie8. La représentation du reposoir de sphinx du mur intérieur oriental de cette même cour, et les surcharges faites par Mérenptah sur les cartouches martelés de l’époque amarnienne témoignent manifestement d’un même état antérieur. Les représentations de la tombe de Khâbekhenet (TT 2), enfin, contemporain de Ramsès II, vont dans le même sens9.

  • 10  Aurélia Masson & Marie Millet, « Sondage sur le parvis nord du IVe pylône», Cahiers de Karnak 12/2 (...)
  • 11  Voir François Larché, « Nouvelles observations sur les monuments du Moyen et du Nouvel Empire dans (...)
  • 12  « Monuments décorés en bas relief aux noms de Thoutmosis II et Hatchepsout à Karnak », MIFAO, 123 (...)
  • 13  Op. cit., en particulier p. 22.

3Revenant à l’implantation de la cour de Thoutmosis II, on a examiné les dépôts de fondation de celle de Thoutmosis IV, censée avoir été implantée à peu près au même endroit, en particulier celui mis au jour sur le parvis en 200110. On a, enfin, passé en revue les monuments attribués à Thoutmosis II par les sources indirectes, mais dont aucune trace n’a été retrouvée, sans négliger la question des obélisques sur le parvis du 4e pylône11, et celle du nṯry mnw, dont la reconstitution proposée par Luc Gabolde12 ne laisse de soulever de nombreux points d’interrogation, comme il le reconnaît lui-même13.

  • 14  Et non pas un seul dépôt « notoirement perturbé », comme l’affirme un peu rapidement Luc Gabolde ((...)

4Le reste du cours a été consacré aux monuments de la reine Hatchepsout et à ceux de Thoutmosis III : les obélisques situés entre les 4e et 5e pylônes d’abord. On a étudié les textes de dédicace de l’obélisque nord et mis en évidence le contexte héliopolitain dans lequel ils s’inscrivent, et que confirment les fragments de l’obélisque sud et la description de la chapelle Rouge. La question du chemisage a été réexaminée, et, en particulier, les dépôts de fondation associant Hatchepsout et Thoutmosis III mis au jour en 2005 par Rosemary Le Bohec, et dont le principal est parfaitement en place14. Ces associations des deux souverains dans des dépôts de fondation s’étendent, en fait, jusqu’à l’extrême sud-est des chapelles de Thoutmosis III bordant le couloir « de la Jeunesse » ; nous y reviendrons un peu plus loin. On a terminé par une brève revue des monuments dont la reine elle-même et les sources indirectes parlent, mais dont aucune trace ne subsiste, puis, surtout, par ceux dont elle ne parle pas, mais dont on a retrouvé des vestiges : les obélisques orientaux (dont on attend toujours la publication…), la chapelle Rouge, déjà étudiée précédemment, les salles de part et d’autre du sanctuaire de la Barque, improprement baptisées « palais de Maât », les travaux de la reine au 8e pylône, enfin, le temple d’Amon-Rê Kamoutef sur l’axe sud, un prototype probable du temple de Mout, et le palais évoqué plus haut.

  • 15  Sur ces ensembles, voir R. Mensan, dans F. Burgos & F. Larché, La chapelle Rouge. Le sanctuaire de (...)

5La fin du cours a été consacrée aux premières constructions de Thoutmosis III, c’est-à-dire essentiellement à l’achèvement du programme de réaménagement de la zone centrale, poursuivi, mais laissé inachevé par Hatchepsout, et que Thoutmosis III mena à bien, qualifiant l’ensemble de « ouadjyt dans la demeure d’Amon ». L’ampleur de la zone couverte par ses travaux, les dépôts de fondation aux noms associés d’Hatchepsout et Thoutmosis III, tous parfaitement en place, sous le 6e pylône, à l’angle de sa cour sud et à l’extrémité des chapelles sud de Thoutmosis III15, montrent clairement que les constructions de cette zone sont désormais à étudier en dehors du cadre étroit dans lequel elles ont été jusqu’à présent trop longtemps confinées.

Les Annales de Thoutmosis III : étude et commentaire

6On a terminé cette année le compte rendu de la campagne de l’an 33 (8e campagne = Annales V 27-31) et entrepris celui de la campagne de l’an 34 (9e campagne = Annales V. 31-37).

Campagne de l’an 33 (Annales V 27-31)

[Tribut d’Assur (?)]

[ỉnw n wr n .... m ḥȝt-zp ṯ]n

« [Tribut du chef de ... en cet]te [année] :

ḫsbd mȜʿ : ḥr n šfšft

lapis véritable : une tête de bélier,

ḫsbd mȜʿ : (28) qdt 14

lapis véritable : 14 kite,

ḥnʿ ḥwnw šbnw

ainsi que [divers] vases.

Tribut du Grand Hatti

ỉnw n ḪtȜ ʿȜ m rnp[t] ṯn

Tribut du Grand Hatti en cette année :

ḥḏ sšw 7 (?) ỉr(w).n dbn 401

argent : 7 (?) disques, soit 401 deben,

ʿȜt ḥḏt : ỉnr ʿȜ 2

deux grands blocs de dolérite (?),

ṯgw [.....]

du bois tchegou [...].

Retour en Égypte

[spr ḥm]⸗f r Tȝ-mrỉ

[Retour] de Sa [Majesté] au Pays aimé

m ỉwt⸗f m (29) Nhryna

de sa marche en (29) Naharina,

ḥr [sw]s[] tȝšw Kmt

pour [agran]dir les frontières de l’Égypte.

Produits de Pount

bỉȝt inyt ()n ḥm⸗f ḥr ḫȝst P[w]nt

« Merveilles rapportées par Sa Majesté

m ḥȝt-zp ṯn

du pays de P[ou]nt en cette année :

ʿntyw šw ḥqȝt 1685

1685 heqat de myrrhe sèche

Nwb [...]

[ …] d’or [ …]. »

  • 16  Identifiée comme telle par tous les commentateurs, uniquement pour une similitude de séquence.
  • 17  Don James N. Spear, 1981 (1981.53) : « Head of a ram [Mesopotamia] (1981.53) », dans Heilbrunn Tim (...)
  • 18  Pierre Bergé et associés : n° 474, lapis-lazuli, Iran, seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C. (...)
  • 19  Voir O. Kaelin, Modell Ägypten. Adoption von Innovationen im Mesopotamien des 3. Jahrtausends v. C (...)
  • 20  Sur la production et la symbolique du lapis-lazuli au Proche-Orient, on se reportera aux travaux d (...)

7On a poursuivi, à propos des produits provenant d’Assyrie (?)16, l’étude du dossier ouvert l’an dernier à propos du lapis-lazuli transitant, de la même manière, par la Babylonie. De même que l’on avait pu établir la différence entre le lapis-lazuli aggloméré et la pierre pure, on a étudié quelques exemples de petits objets et figurines, importés pour leur valeur esthétique et/ou symbolique, en particulier, étant donné la mention dans le texte des Annales de cette « tête de bélier en lapis-lazuli véritable », des exemples comme la petite tête de céramique peinte datant de la fin de la période d’Uruk, conservée au Metropolitan Museum of Art17 ou le poids représentant la tête d’un bélier, les cornes enroulées, passée en vente publique à Drouot le 30 novembre 201218. La présence de ce type d’objets, au-delà de son apport à la connaissance des voies commerciales19 et de la valeur intrinsèque de la pierre, soulève la question du prix esthétique ou symbolique qui lui était accordé20.

  • 21  K. Sethe, I. Müller, A. Burkhardt, W.-F. Reineke, E. Blumenthal, E. Endesfelder, K.-H. Priese, E.  (...)
  • 22  Annales V 95 = Urk. IV 722.9
  • 23   III 1194-1195.
  • 24  Minerals 96-97.231.
  • 25  Ibid., 100-101.
  • 26  M. Malaise, « La pierre nmf et son identification avec le défunt dans le Livre des Morts », CdE 4 (...)
  • 27  Univers minéral, II, BdE 105 (1991) p. 740 (à propos des « trésors » D’ et Q à Dendara : la calcit (...)
  • 28  Souvent confondus : voir D. Le Fur, dans Cahiers de Karnak 11 (2003), p. 503-506.
  • 29  Ajouter aux références précédentes : C. C. Edgar, Skulptors’ Studies and Unfinished Works, CGC 333 (...)
  • 30  Voir D.A. Stocks, Experiments in Egyptian Archaeology: Stoneworking Technology in Ancient Egypt, R (...)
  • 31  Junker, Gîza IX (1950), p. 18 ; N. de Garis Davies, The tomb of Rekh-Mi-Re at Thebes, PMMA (1943), (...)

8Un autre minéral a retenu notre attention : les « deux grands blocs de pierre brillante » de la col. 28. Étant donné la versatilité du terme ʿȝ.t et sa caractérisation comme ḥḏt, « brillante », les identifications en ont été nombreuses : de « pierre précieuse » (Wb I 165.14-21) à « marbre blanc21 ». Sa présence dans le tribut du Grand Hatti n’est probablement pas significative, puisqu’on le retrouve dans le butin de la campagne de l’an 39 en Retenou22, mais associé à d’autres minéraux qui ne sont pas des pierres précieuses. R. Gundlach accepte le sens de « marbre23 », récusant du coup pour ce sens ỉbhty (Wb I 64.1), qu’Harris considère comme pierre semi-précieuse24, proposant d’identifier ʿȝ.t ḥḏṭ comme la dolérite ou la calcite25, à laquelle on a également identifié la pierre nmḥ⸗f, « l’indomptable26 ». S. Aufrère se prononce, lui, pour le sens de « calcite27 ». Il est peu vraisemblable que les Égyptiens, eux-mêmes producteurs et exportateurs d’albâtre et d’objets en albâtre et de calcite28 en aient importé. Les emplois de la roche ʿȝ.t ḥḏt dont ces différents auteurs rappellent les attestations, conviennent bien, en revanche, à la dolérite, c’est-à-dire à une roche magmatique, intermédiaire entre un basalte et un gabbro ; les lattes de plagioclases qu’elle contient lui confèrent un aspect éclatant en réfractant la lumière, – ce qui correspond bien au qualificatif ḥḏ. Sa dureté et la finesse de son grain la rendent particulièrement apte à l’usage qu’en faisaient les Égyptiens – des statues29, mais aussi des outils : marteaux et percuteurs pour taille de la pierre30, meules, haches31.

  • 32  P. Anastasi IV, 16. 6-12 = LEM 53. Pour des représentations de cette description canonique du char (...)

9On s’est également intéressé au bois ṯgw, qui apparaît également à la col. 36, ci-dessous, dans la liste des tributs du Retenou lors de la campagne de l’an 34, dans un contexte qui permet d’en préciser mieux le sens : ṯgw ḫt wrryt ssnḏm knkwt ḫt nb n ḫȝst ṯn, « bois tchegou, bois à chars, poutres de cèdre, tout bois de ce pays ». Associé aux bois utilisés pour la construction des chars (Wb. I 356.8-11), il vient, si l’on en croit le papyrus Anastasi IV du pays d’Amor : pgȝw nfrw n Ỉmr : ỉw nȝy⸗sn mȝwt n mrry ỉw⸗w mḥ m bȝk Ḳdỉ, nȝy⸗sn ḥȝt m ỉns, « de belles pièces de bois-pega du pays d’Amor : leurs hampes sont en bois-mrry, ceinturées en travail de Kedy et leur sommet de tissu rouge ». Il s’agit toutefois, dans cette liste d’items prévus pour la visite royale, d’éléments différents des chars proprement dits : mrkbt nfrw m brry : ỉw ṯḥn⸗st r ḫsbd, ỉw nȝy⸗sn ʿmdy bȝkw m nwb, nȝy⸗sn ḫtr m nwb, nȝy⸗sn tḫr mỉ ỉnm n ỉns(y), ỉw⸗w ṯȝ ḥr ḏd. Ỉw pȝḫt bȝk m dšr, tȝy⸗sn ṯst m ȝb, nȝy⸗sn ỉm m sḫt, nȝy⸗sn [ḫn]rw m sbt wʿ, nȝy⸗sn mȝwt n Pḥr, nȝy⸗sn ʿw n Ỉwpȝ, « de beaux chars en bois-berry, ils sont plus éclatants que le lapis-lazuli : leurs montants sont travaillés d’or, leurs bandages en bois en or, leurs panneaux de cuir ont l’apparence d’un tissu rouge, ils sont décorés de fleurs incisées. La rambarde est travaillée en bois rouge, leurs enjoliveurs sont en ivoire, le fond de la caisse en forme de piège, leurs rênes sont rassemblés, leurs rayons viennent de Pella, leurs timons de Ioupa32 ».

  • 33  Papyrus Lansing 13a = LEM 112.5-6.
  • 34  Papyrus Anastasi IV, 17.2-3 = LEM 53.
  • 35  G. Jéquier, BIFAO 19 (1919), p. 220.

10Si, dans la description du papyrus Anastasi IV, le bois ṯgw n’entre pas dans la fabrication du char, il n’en va pas de même dans le papyrus Lansing, qui fait l’éloge de la résidence de Raʿia : wȝḥw n⸗k sktyt (13a,3) m nȝy⸗sn ʿš
wrryt (13a,4) m nȝy⸗sn ṯ(ȝ)g(ȝ), « On te fabrique des bateaux (13a,3) avec ses pins parasols, et des chars avec leurs bois –tchaga33 ». La suite du papyrus Anastasi IV donne une indication précieuse pour déterminer la nature du bois ṯgȝ : ỉw (17,1) nȝy⸗sn swr m bȝkw kṯt, pḏt, ỉspwt ḳnw, sk nhmw, ḥrpw, mrḥw, sfd (17,2) ʿhȝw nfr(w) n ḥm⸗f ʿnḫ wḏȝ ṣnb ỉsbrw nfrwt n ṯȝgȝ, nȝy⸗sn krṯ m ỉns, nȝy⸗sn ḥȝt m mḥ n Ḳdy, « leur (17,1) swr est en plaquage ; des arcs, de nombreux carquois, sk-(n)hm, des harpées, des lances, des épées, de belles armes appartenant à Sa Majesté - VSF, de beaux fouets en bois de ṯ(ȝ)g(ȝ), avec des lanières de tissus rouges et le manche (litt. : l’avant) en travail de Kedy34 ». Le terme ỉsbrw a été étudié par G. Jéquier, qui en a déterminé le sens et réuni l’iconographie35. Nous avons donc affaire à un bois dur, susceptible de fournir des manches de fouet, mais aussi probablement des parties rigides de l’armature du char. L’identification botanique de ce bois est encore à trouver.

Impôt de Kush

[bȝk n Kš ẖst

« [Impôt du vil pays de Koush :]

nw]b

dbn 155 qdt 2

155 deben et 2 kite d’[o]r,

ḥmw ḥmwt

134

servants et servantes

134

ỉwȝw (30) wnḏw

114

boeufs iouâ (30) et oundjou

114

kȝ ỉdr

305

boeufs iderou :

305

dmḏ (ỉḥw)

419

total du bétail :

419,

ḥrw-r ʿḥʿw Ȝtpw m Ȝbw hbnw

sans compter des chalands chargés d’ivoire, d’ébène,

ỉnm n Ȝbỉ ḫt nbt nfrt n ḫȜs[t ṯn]

de peaux de panthères et de toutes belles choses de [ce p]ays.

Impôt de Ouaouat

[bȝkw n Wȝwȝt m ḥȝt-zp ṯn

[Impôt du pays de Ouaouat en cette année :

nwb dbn [...]

[...] deben d’or,

ḥmw ḥmwt [....]

[...] servants et servantes,

[n]ḥsyw ṯȝyw

12

nègres mâles

12,

dmḏ

20

Total :

20.

iwȝw wnḏw

43

Bœufs iouâ et oundjou

43,

(31) <ỉdr>

60

(31) bœufs idr

60,

dmḏ

103

total

103,

ḥr[w<-r> ʿḥ’w ȝ]tpw m ḫt nbt nfrt n ḫȝst ṯn

sans [compter des chalands char]gés de toutes bonnes choses de ce pays,

šmw n st ṯn m mỉtt

et la récolte de ce lieu également. »

Campagne de l’an 34 (Annales V 27-31)

ḥȝt-zp 34

« An 34

ỉst ḥm⸗f ḥr ḫȝst Ḏȝhy [m wḏyt psḏ-nwt nt nḫtw]

Sa Majesté se rendit au Djahy [lors de sa neuvième campagne victorieuse]

[...]wf ḥtp(w) n ḥmf

[.. de (?) son] faisant la paix avec Sa Majesté,

r-ȝw m hỉms

totalement et humblement.

rḫt (32) dmỉw ḥȝ[ḳw m ḥȝt-zp ṯn]

Liste : (32) cités pil[lées en cette année] :

dmỉ

2

cités

2,

dmỉ[w] ỉr(w) ḥtp m pȝ w n Nwgȝsȝ

1

cité[s] ayant fait la paix dans le district de Nouges :

1,

dmḏ

3

total :

3.

ḥȝk ỉn.n ḥm⸗f

Butin apporté par Sa Majesté

[...]m kfȝ

90

[…] comme prisonniers :

90,

ḥtpyw ḥmwt⸗sn (33) ẖrdw⸗sn

[...]

ceux qui ont fait la paix, avec leurs femmes (33) et leurs enfants

[...],

ssmt

40

chevaux :

40

wrrt bȝk(.tỉ) m ḥḏ nwb

15

chars plaqués d’argent et d’or :

15,

nwb ḥwnw

or : des vases,

nwb m sšw

dbn 50 ḳdt 8

or en disques :

50 deben et 8 qite,

hḏ ḥnw n ḫȝst ṯn ḥnʿ sšw dbn

153

argent : vases de ce pays et disques :

153 deben. »

ỉnw n wrw nw Rṯnw m ḥȝt-zp ṯn

« Tributs des chefs du Retenou en cette année :

ssmt

[...]

[...] chevaux,

wrrt []k m ḥḏ nwb ḥnʿ nʿʿw

90

90 chars [plaq]ués d’argent et d’or, et peints,

ḥmw ḥmwt

703

703 servants et servantes,

nwb

dbn 55 qdt 6

55 deben et 6 qite d’or,

ḥḏ ḥnw šbnw (35) m bȝk n ḫȝst dbn [...] qdt 5

[...] deben et 5 qite de divers vases d’argent (35) en travail du pays,

nwb ḥḏ [ḫsb]d mnw ʿȝt nbt ḥnw šbnw

de l’or, de l’argent, du [lapislazu]li, du quartz, toutes sortes de pierres précieuses, divers vases,

bỉȝ ḥr ḫȝst⸗f

ḏbt 80

80 lingots de cuivre de sa montagne,

dḥty

ḏbt 11

11 lingots de plomb,

sšw

dbn 100

100 deben de pigments,

ʿntyw šw wȝḏ šsmt [... ? ...]

de la myrrhe, sèche et fraîche, [...], de la malachite,

[ỉw]ȝ wnḏw

13

13 bœufs [iou]â et oundjou,

kȝ ỉdr

530

530 bœufs iderou,

ʿȝ

84

84 ânes,

ḥsmn [ʿšȝ] ḥwnw n bỉȝ ʿšȝ

beaucoup de bronze, beaucoup de vases en cuivre,

snṯr

mn 693

693 cruches men d’encens,

(36) bȝḳ nḏm ḥr bȝḳ wȝḏ

[mn] 2080

2080 cruches [men] (36) d’huile douce et d’huile fraîche,

ỉrp

mn 608

608 cruches men de vin,

ṯgw ḫt wrryt ssnḏm knkwt ḫt nb n ḫȝst ṯn

bois tchegou, bois à chars, poutres de cèdre, tout bois de ce pays.

   

ỉst mnỉw nb nt ḥm⸗f sspd

Puis, tous les ports de Sa Majesté furent

m ḫt nbt nfrt

pourvus de toutes les bonnes choses

nt šsp ḥm⸗[f ḥr ḫȝst Ḏȝh]y

que [Sa] Majesté retire [des monts du Djah]y :

m ʿš

du pin parasol,

kftyw

des bateaux keftyou,

kpnw

kepenout,

skwt

sekyou,

ȝtp m wḫȝw sȝwt ḥnʿ ḫt ʿȝw n mḏḥ[w ʿȝ]w n ḥm⸗f.

chargés de poutres de bois, de planches et (37) de toutes grandes pièces de bois, destinées aux [grand]es construc[tions] de Sa Majesté. »

  • 36  La proposition de D. Redford, The Wars in Syria and Palestine of Thutmose III, 2003, p. 80, n. 139 (...)
  • 37  Spỉ dans l’autobiographie de Pépynakht (Urk. I 134.12-17).
  • 38  B. Midant-Reynes B., Ifao : Rapport d’activité 2011-2012 (2013), 317, 44-46.
  • 39  En dernier lieu : P. Tallet, « The Wadi el-Jarf Site: a Harbor of Khufu on the Red Sea », Journal (...)

11Le développement concernant l’entretien des ports contient, pour l’an 34, des détails intéressants concernant à la fois la provenance du bois d’œuvre destiné à la charpenterie de marine36 et la nature des navires concernés. On a étudié successivement les trois types de navires énumérés, en s’attardant sur les navires kpnw, et, surtout, sur la différence que font très tôt les sources entre construction au Levant en chantier naval et assemblage37 en Égypte. Les découvertes récentes de Yan Tristant sur le site d’Abou-Rawash38 et de Pierre Tallet sur les rives de la mer Rouge39 font non seulement remonter dans le temps les attestations de cette pratique, mais témoignent en plus de leur fréquence, ouvrant ainsi un jour nouveau sur la transposition de technologies étrangères, toujours tributaires toutefois d’un matériau qui ne se trouve qu’au Levant.

  • 40  N. Grimal & M. Francis-Allouche, « Nouvelles recherches archéologiques à Byblos », CRAIBL 156, 1, (...)

12Dans le droit fil de la politique d’aménagement et d’entretien de mouillages stratégiques au Levant par Thoutmosis III, on a rouvert le dossier du Rapport d’Ounamon. Plusieurs séances ont été consacrées à une lecture suivie du texte, à la traduction et au commentaire des passages permettant de suivre le cheminement et la procédure de transport des biens. Les principaux éléments de ce commentaire ont été présentés dans les Compte rendus de l’Académie des inscriptions & belles-lettres, en complément d’une communication sur la première campagne de fouille à Byblos, effectuée en 201240.

Travaux et publications

Travaux collectifs

13En collaboration avec Emad Adly et Alain Arnaudiès, chroniques archéologiques : Bulletin d’information archéologique et Fouilles et travaux en Égypte et au Soudan, pour la revue Orientalia.

Participation aux travaux de la commission consultative des fouilles françaises à l’étranger, MAEE, 6-12 décembre 2012.

Participation au jury d’admission des boursiers et pensionnaires de la Fondation Thiers (novembre 2012-janvier 2013).

Membre des conseils scientifique et d’administration, ainsi que de la commission de sélection, de l’Institut français d’archéologie orientale.

Organisation et modération d’une journée d’études, dans le cadre du séminaire de la chaire, délocalisé pour l’occasion à Beyrouth, le 13 février 2013, sur le thème « Infrastructures navales en méditerranée », réunissant les spécialistes d’archéologie maritime : David Blackman, professeur en archéologie, M.A., F.S.A. - Senior Research Fellow, University of Oxford, Former Director, British School of Archaeology at Athens ; Jean-Yves Empereur, directeur de recherche au CNRS - directeur du Centre d’études alexandrines – USR 3134 du Centre national de la recherche scientifique ; Kaliopi Baika, docteur en archéologie, Maritime Archaeologist - Hellenic Ministry of Culture and Tourism Greece ; Ana-Maria Busila, docteur en archéologie sous-marine, spécialiste des installations portuaires en Méditerranée, faculté d’histoire à Alexandru Ioan Cuza University/Iasi, Roumanie ; Martine Francis-Allouche, archéologue attachée à la chaire de Civilisation pharaonique, directeur du programme « Byblos et la mer ».

Conférences et communications

14Martine Francis Allouche & Nicolas Grimal, « Byblos et la mer », conférence prononcée au musée Rath à Genève, dans le cadre de l’exposition « Fascination du Liban » le 13 mars 2013.

Hommages présentés à l’Académie des inscriptions & belles-lettres : Olivier Perdu, Les statues privées de la fin de l’Égypte pharaonique (1069 av. J.-C. – 395 apr. J.-C.), tome I, Hommes, Louvre éditions – Éditions Khéops, Paris, 2012 ; Le crépuscule des pharaons. Chefs-d’œuvre des dernières dynasties indigènes, ouvrage publié à l’occasion de l’exposition au musée Jacquemart-André du 23 mars au 23 juillet 2012, Fonds Mercator, Bruxelles, 2012 (séance du 20 avril 2012) ; Guillaume Charloux (éd.), Le parvis du temple d’Opet à Karnak. Exploration archéologique, BiGen 41 (IF1068), Le Caire, IFAO, 2012 ; Helen Jacquet-Gordon, Karnak-Nord X - Le Trésor de Thoutmosis III - La céramique, FIFAO 65 (IF 1044), Le Caire, IFAO, 2012, 2 vol. (séance du 16 novembre 2012) ; Élisabeth Delange (dir.), Les fouilles françaises d’Éléphantine (Assouan) 1906-1911, Mémoires de l’Académie des inscriptions & belles-lettres, tome 46, Paris, 2012. Deux volumes ; Monuments de l’Égypte et de la Nubie, par Champollion le Jeune (édition de 1835-1845), suivi des Notices descriptives (édition de 1844-1879) et des Lettres d’Égypte et de Nubie (édition de 1833), & Monuments égyptiens, par É. Prisse d’Avennes (édition de 1847), Les grandes expéditions scientifiques du xixe siècle, collection dirigée par Jean-Yves Empereur, volume 2, éditions Harpocrate, Le Mans, 2006 : un DVD-Rom ; Voyage dans la Basse et la Haute Égypte pendant les campagnes du général Bonaparte, par Vivant Denon, Paris, 1802, Les grandes expéditions scientifiques du xixe siècle, collection dirigée par Jean-Yves Empereur, volume 3, éditions Harpocrate, Le Mans, 2007 : un DVD-Rom ; Frédéric Cailliaud, Voyage à Méroé et au Fleuve Blanc & Voyage à l’oasis de Thèbes, Paris,1802, Les grandes expéditions scientifiques du xixe siècle, collection dirigée par Jean-Yves Empereur, volume 4, éditions Harpocrate, Le Mans, 2010 : un DVD-Rom ; Jean-Raymond Pacho, Voyage dans la Marmarique, la Cyrénaïque et les oasis d’Audjelah et de Maradèh, 
Paris,1827, Les grandes expéditions scientifiques du xixe siècle, collection dirigée par Jean-Yves Empereur, volume 5, éditions Harpocrate, Le Mans, 2012 : un DVD-Rom (séance du 14 décembre 2012) ; Dominique Valbelle, Les stèles de l’an 3 d’Aspelta, avec une annexe de Claude Rilly, Institut français d’Archéologie orientale, Bibliothèque d’Étude 154, Le Caire, 2012 (séance du 28 février 2013) ; Nathalie Beaux, La chapelle d’Hathor - Temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, I, Vestibule et sanctuaires [3 Fasc. + 1 DVD], MIFAO 129, Le Caire, Institut français d’Archéologie orientale, 2012 (séance du 8 mars 2013) ; Pierre Tallet, La zone minière pharaonique du Sud-Sinaï, I, Catalogue complémentaire des inscriptions du Sinaï, MIFAO 130, Le Caire, Institut français d’Archéologie orientale, 2013, 2 vol. (séance du 21 juin 2013).

« Orient, Afrique et classicisme : l’Égypte pharaonique face à l’histoire de l’Art », discours prononcé lors de la rentrée solennelle de l’Académie des inscriptions & belles-lettres, le 30 novembre 2012.

Participation au colloque international « Indices et traces. La mémoire des gestes 2 », Nancy, 19-21 juin 2013.

Publications

15Grimal N., « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », Annuaire du Collège de France 112 (2013), p. 377-384.

Grimal N., « Jean Leclant (1920-2011) », Bulletin de l’Institut français d’Archéologie orientale du Caire 112 (2012), p. 1-6.

Grimal N., « Jean Leclant (1920-2011) », Revue d’égyptologie 63 (2012), p. V-VIII.

Grimal N., « Note on the Life and Work of Jean Leclant », Collège de France Newsletter 7 (2012), p. 1-8.

Grimal N., Préface de F. Larché et B. Letellier, La cour à portique de Thoutmosis IV, ÉdÉ 12, Soleb (2013).

Grimal N., « Hommage : O. Perdu, Les statues privées de la fin de l’Égypte pharaonique (1069 av. J.-C.-395 apr. J.-C.), Tome I, Hommes, Louvre éditions – éditions Khéops, Paris, 2012 ; Le crépuscule des pharaons. Chefs-d’œuvre des dernières dynasties indigènes, Ouvrage publié à l’occasion de l’exposition au musée Jacquemart-André du 23 mars au 23 juillet 2012, Fonds Mercator, Bruxelles, 2012 », CRAIBL 156, 2 (2012), p. 805-808.

Grimal N., História do Egito antigo, (trad. lza Marques Lisboa de Freitas & Manoel Barros da Motta), Rio de Janeiro (2012).

Grimal N., « Félix Teynard. Karnak. Thèbes, 1852 », in Aubenas S., Pagneux M. (dir.), La photographie en 100 chefs-d’œuvre, BNF (2012), p. 8.

Adly E. & Grimal N., Adieu Bonaparte ! Bulletin d’information archéologique, 44 (http://www.egyptologues.net/​archeologie/​bia.htm).

Adly E. & Grimal N., Nehemesbastet, comme ça vous chante, Bulletin d’information archéologique, 45 (http://www.egyptologues.net/​archeologie/​bia.htm).

Grimal N., « Jean Perrot », Dossiers d’archéologie, HS 23 (2013), p. 3-4.

Beaux N., Grimal N. & Pollin G., La chapelle d’Hathor - Temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, I, Vestibule et sanctuaires, fasc. 2 : Figures, MIFAO, 115 (2012).

Grimal N. & Francis-Allouche M., « Nouvelles recherches archéologiques à Byblos », CRAIBL 156 (2012) p. 279-302.

16Les contraintes éditoriales de l’Annuaire du Collège de France ne permettant pas d’inclure dans ce compte rendu l’ensemble des activités de l’équipe et de la bibliothèque du Cabinet d’égyptologie, on trouvera la version exhaustive de ce rapport sur le site internet de la chaire (http://www.egyptologues.net/​chaire/​rapports/​rapports.htm).

Haut de page

Notes

1  « La « cour de fêtes » de Thoutmosis II à Karnak », Cahiers de Karnak IX (1993), voir pl. III.

2  Excellent résumé dans Chr. Wallet-Lebrun, Le grand livre de pierre. Les textes de construction de Karnak, Études d’égyptologie 9 (2009), p. 61-62.

3  La cour à portique de Thoutmosis IV, Études d’égyptologie 12 (2012), trois vol.

4  Les voies processionnelles de Thèbes, OLA 97 (2001).

5  M. Gitton, BIFAO 74 (1974), p. 69-73.

6  Nina & Norman de Garis Davies, The tombs of two officials of Tuthmosis the Fourth (nos.75 and 90), TTS 1 (1923), plate XII.

7  J. Yoyotte, « Un porche doré. La porte du IVe pylône au grand temple de Karnak », CdE 55 (1953), p. 30-38.

8   P. Barguet, Le temple d’Amon-Rê à Karnak. Essai d’exégèse (1962). p. 273.

9  A. Cabrol, « Une représentation de la tombe de Khâbekhenet et le dromos de Karnak-sud: nouvelles hypothèses », Cahiers de Karnak 10 (2002), p. 33-63.

10  Aurélia Masson & Marie Millet, « Sondage sur le parvis nord du IVe pylône», Cahiers de Karnak 12/2 (2007), p. 659-681.

11  Voir François Larché, « Nouvelles observations sur les monuments du Moyen et du Nouvel Empire dans la zone centrale du temple d’Amon », Cahiers de Karnak 12/2 (2007), p. 471-472.

12  « Monuments décorés en bas relief aux noms de Thoutmosis II et Hatchepsout à Karnak », MIFAO, 123 (2005).

13  Op. cit., en particulier p. 22.

14  Et non pas un seul dépôt « notoirement perturbé », comme l’affirme un peu rapidement Luc Gabolde (Cahiers de Karnak 14 (2013), p. 396 et n. 43), tirant lui-même, comme il aime à le dire des autres, « des conclusions hâtives ».

15  Sur ces ensembles, voir R. Mensan, dans F. Burgos & F. Larché, La chapelle Rouge. Le sanctuaire de barque d’Hatshepsout II, Erc (2008), p. 123 sq.

16  Identifiée comme telle par tous les commentateurs, uniquement pour une similitude de séquence.

17  Don James N. Spear, 1981 (1981.53) : « Head of a ram [Mesopotamia] (1981.53) », dans Heilbrunn Timeline of Art History, New York, The Metropolitan Museum of Art (2000).

18  Pierre Bergé et associés : n° 474, lapis-lazuli, Iran, seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C. H : 2,1 cm Bibliographie comparative : Art of the first Cities, New York (2003), p. 353, n° 247e.

19  Voir O. Kaelin, Modell Ägypten. Adoption von Innovationen im Mesopotamien des 3. Jahrtausends v. Chr., Universität Bern (2005), en particulier p. 151 sq.

20  Sur la production et la symbolique du lapis-lazuli au Proche-Orient, on se reportera aux travaux de Michèle Casanova, plus particulièrement : Le lapis-lazuli dans l’Orient ancien : gisement, production, circulation, des origines au début du second millénaire avant J.-C., thèse de doctorat, Paris I (1998) ; « Le lapis lazuli, joyau de l’Orient ancien », dans J. Guilaine (éd.), Matériaux, productions, circulations du Néolithique à l’Âge du Bronze (2002) ; « La symbolique des matériaux précieux dans le cimetière royal d’Ur », dans Et il y eut un esprit dans l’Homme. Jean Bottéro et la Mésopotamie, Travaux de la Maison René-Ginouvès 6, Paris (2009), p. 291-306.

21  K. Sethe, I. Müller, A. Burkhardt, W.-F. Reineke, E. Blumenthal, E. Endesfelder, K.-H. Priese, E. Freier, F. Steinmann, A. Onasch, U. Luft, Urkunden der 18. Dynastie, Übersetzung zu den Heften 1-22, Akademie Verlag, Berlin (1984), p. 208.

22  Annales V 95 = Urk. IV 722.9

23   III 1194-1195.

24  Minerals 96-97.231.

25  Ibid., 100-101.

26  M. Malaise, « La pierre nmf et son identification avec le défunt dans le Livre des Morts », CdE 48, n° 95 (1973), 26-35, 32, s’appuyant grammaticalement sur Gardiner, EG, § 424 (passif négatif) ; B. Morardet, « Étude sur la pierre mh des anciens Égyptiens », Oriens Antiquus 21 (1982), 159-162.

27  Univers minéral, II, BdE 105 (1991) p. 740 (à propos des « trésors » D’ et Q à Dendara : la calcite liée à la contrée de t).

28  Souvent confondus : voir D. Le Fur, dans Cahiers de Karnak 11 (2003), p. 503-506.

29  Ajouter aux références précédentes : C. C. Edgar, Skulptors’ Studies and Unfinished Works, CGC 33301-33506, 1906, pl. I-II ; comparer avec H.R. Hall, Babylonian and Assyrian Sculpture in the British Museum (1928), pl. VIII.

30  Voir D.A. Stocks, Experiments in Egyptian Archaeology: Stoneworking Technology in Ancient Egypt, Routledge (2003), p. 44 ; 90 ; 245.

31  Junker, Gîza IX (1950), p. 18 ; N. de Garis Davies, The tomb of Rekh-Mi-Re at Thebes, PMMA (1943), pl. LX ; The tomb of two sculptors at Thebes, RPTMS 1 (1925) pl. XI.

32  P. Anastasi IV, 16. 6-12 = LEM 53. Pour des représentations de cette description canonique du char, voir N. & Nde Garis Davies, The tombs of two officials of Tuthmosis the Fourth (nos. 75 and 90), TTS (1923), pl. XVIII ; N. & Nde Garis Davies, A.H. Gardiner, The Tombs of Menkheperrasonb, Amenmose and Another (n° 86, 112, 42, 226), TTS (1933), pl. XXXV ; Ramsès le Grand, Galeries nationales du Grand Palais, Paris (1976), p. 256.

33  Papyrus Lansing 13a = LEM 112.5-6.

34  Papyrus Anastasi IV, 17.2-3 = LEM 53.

35  G. Jéquier, BIFAO 19 (1919), p. 220.

36  La proposition de D. Redford, The Wars in Syria and Palestine of Thutmose III, 2003, p. 80, n. 139, de lire ỉwʿyt dans la lacune du haut de la col. 37 n’est pas recevable ; les signes et sont, en effet très visibles, et, une fois complété mḏḥw par le signe de la hache, le bras armé et les trois signes du pluriel, il reste la place pour ʿȝ, l’extrémité du signe du bras étant encore nettement visible, ainsi que le premier trait du pluriel et le n précédant mf, certainement pas pour les trois quadrats que demanderait ỉwʿyt. Cette lecture est confirmée par le groupe ʿȝw n, qui précède immédiatement mḏḥw dans la colonne.

37  Spỉ dans l’autobiographie de Pépynakht (Urk. I 134.12-17).

38  B. Midant-Reynes B., Ifao : Rapport d’activité 2011-2012 (2013), 317, 44-46.

39  En dernier lieu : P. Tallet, « The Wadi el-Jarf Site: a Harbor of Khufu on the Red Sea », Journal of Ancient Egyptian Interconnections, 5, 1 (2013), p. 76-84.

40  N. Grimal & M. Francis-Allouche, « Nouvelles recherches archéologiques à Byblos », CRAIBL 156, 1, 2012 (2013), p. 279-302.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 113e année, Collège de France, Paris, avril 2014, p. 387-397. ISBN 978-2-7226-0329-5

Référence électronique

Nicolas Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 113 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/2477

Haut de page

Auteur

Nicolas Grimal

Membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page