Navigation – Plan du site
108 | 2008
Annuaire du Collège de France 2007-2008
Résumé des cours et travaux 108e année
Equipes accueillies

Génétique moléculaire, neurophysiologie et comportement

UMR 7148 CNRS/Collège de France
François Tronche
p. 957-960

Texte intégral

Équipe de F. Tronche

1Chercheurs : A. Bailly, J. Barik, S. Mhaouty-Kodja, S. Vyas, F. Tronche. Etudiants : M.A. Carrillo-Conesa, G. Maroteaux, A. Milet, S. Parnaudeau, K. Raskin ; ITA : C. Benstaali, N. Huet, E. Massourides, A. Saint-Amaux.

2L’équipe de François Tronche s’intéresse aux mécanismes transcriptionnels qui sous-tendent les réponses nécessaires à l’adaptation de l’organisme aux variations de l’environnement, avec un intérêt particulier pour la physiologie cérébrale. Dans ce contexte, elle étudie, d’une part, les mécanismes moléculaires qui sous-tendent l’effet des androgènes sur le comportement sexuel et, d’autre part, les mécanismes par lesquels les hormones glucocorticoïdes libérées en réponse au stress affectent divers comportements et peuvent conduire à des pathologies graves telles certaines dépressions, des troubles de l’anxiété et l’addiction.

3Les travaux de l’équipe sont centrés sur la fonction des gènes de trois facteurs de transcription (le récepteur des androgènes – AR, le récepteur des glucocorticoïdes – GR et Stat5 qui interagit avec GR) activés par la libération d’hormones. L’équipe développe pour cela des approches de génétique moléculaire, chez la souris. Des modèles murins dans lesquels les gènes GR ou AR sont invalidés, dans une population cellulaire ciblée, sont établis. Leurs études physiologique, comportementale et anatomique comparative permet de définir le rôle de ces récepteurs nucléaires ainsi que la nature des cellules qui sous-tendent les effets des glucocorticoïdes ou des androgènes. Une approche complémentaire qui repose sur la surexpression réversible du gène GR a également été développée.

4Concernant le lien entre « stress » GR et addiction, cette année les travaux de J. Barik, S. Parnaudeau, A. Bailly et A. Saint-Amaux ont élargi l’étude des conséquences de l’absence du GR dans les neurones dopaminoceptif. Ils ont montré qu’elle diminue très fortement la sensibilisation et la préférence de place à la cocaïne confirmant le rôle essentiel de ce facteur de transcription pour l’expression des effets comportementaux de la cocaïne. Il semble en revanche que le GR, dans ces neurones n’est pas impliqué dans les effets de la morphine ou de l’alcool.

5Les glucocorticoïdes sont essentiels pour la répression de l’inflammation. C’est pourquoi MA Carrillo-Conesa et S Vyas ont étudié le rôle du GR dans la microglie. Son absence, dans ces cellules de type macrophage, conduit à une augmentation de la mort neuronale dans deux situations d’inflammation : l’injection de LPS dans le cortex et un modèle de maladie de Parkinson induit par le MPTP. Concernant le rôle du gène AR dans le cerveau, S Mhaouty-Kodja et K Raskin ont engendré et étudié des souris dépourvues d’AR dans le cerveau. Chez le mâle, l’absence d’AR provoque une dérégulation de l’axe endocrinien des hormones sexuelles, une diminution légère mais significative de la masse corporelle et affecte profondément le comportement sexuel et l’agression.

Publications 2007-2008

6Stress and addiction, identification of a specific neuronal cell-type for glucocorticoid receptor-induced facilitation of cocaine seeking. F. Ambroggi A., M. Turiault M., Aude Milet A., V. Deroche-Gamonet, S. Parnaudeau, E. Balado, T. Lemberger, G. Schütz, M. Lazar, M. Marinelli, P.V. Piazza, F. Tronche. Soumis.

Conditional inactivation of androgen receptor gene in the nervous system impairs masculine behaviors and androgen feedback on LH release. Raskin K., de Gendt K., Duittoz A., Verhoeven G., Tronche F., Mhaouty-Kodja S. En révision.

Decaens T., Godard C., de Reyniès A., Rickman D.S., Tronche F., Couty J.P., Perret C., Colnot S. Stabilization of beta-catenin affects mouse embryonic liver growth and hepatoblast fate. Hepatology, 47 : 247-58.

Tronche F. Corticosteroid receptor genes : functional dissection in mice. In :Encyclopedia of Stress, B. McEwen, G. Chroussos, Ron de Kloet editors, Elsevier publisher, vol. 1, 584-594.

Sahly I., Fabre V., Vyas S., Milet A., Rouzeau J.D., Hamon M., Lazar M., Tronche F. 5-HT1A-iCre, a new transgenic mouse line for genetic analyses of the serotonergic pathway. Mol Cell Neurosci., 2007 36 : 27-35.

M. Turiault, S. Parnaudeau, A. Milet, R. Parlato, J.D. Rouzeau, M. Lazar and F. Tronche. Analysis of dopamine transporter gene expression pattern : generation of DAT-iCre transgenic mice. FEBS Journal, 2007, 274 : 3568-77.

Sainte-Marie Y., Cat A., Perrier R., Mangin L., Soukaseum C., Peuchmaur M., Tronche F., Farman N., Escoubet B., Benitah J.P., Jaisser F. Conditional glucocorticoid receptor expression in the heart induces atrio-ventricular block. FASEB J., 2007, 21(12) : 3133-41.

Engblom D., Kornfeld J.W., Schwake L., Tronche F., Reimann A., Beug H., Hennighausen L., Moriggl R., Schütz G.. Direct glucocorticoid receptor-Stat5 interaction in hepatocytes controls body size and maturation-related gene expression. Genes & Dev., 2007, 21 : 1157-62.

Tuckermann J.P., Kleiman A., Moriggl R., Spanbroek R., Neumann A., Illing A., Clausen B.E., Stride B., Forster I., Habenicht A.J., Reichardt H.M., Tronche F., Schmid W., Schütz G. Macrophages and neutrophils are the targets for immune suppression by glucocorticoids in contact allergy. J. Clin. Invest., 2007, 117 : 1381-1390.

Lemberger T., Parlato R., Dassesse D., Westphal M., Casanova E., Turiault M., Tronche F., Schiffmann S.N., Schütz G. Expression of Cre recombinase in dopaminoceptive neurons. BMC Neurosci., 2007, 3 ; 8 : 4.

Muller O., Pradervand S., Berger S., Centeno G., Milet A., Nicod P., Pedrazzini T., Tronche F., Schütz G., Chien K., Rossier B.C., Firsov D. Identification of corticosteroid-regulated genes in cardiomyocytes by serial analysis of gene expression. Genomics, 2007, 89 : 370-377.

Équipe J.-P. Tassin

7Chercheurs : V. Houades, J.P. Tassin, Etudiants : C. Lanteri, ITA : G. Godeheu, P. Babouram.

8L’équipe de Jean-Pol Tassin étudie depuis plusieurs années les modifications neurochimiques à long terme dues à la prise répétée de drogues d’abus. En 2006, cette équipe a montré qu’il existe, chez les animaux non dépendants, une régulation réciproque des neurones noradrénergiques et sérotoninergiques par l’intermédiaire des récepteurs a1b-adrénergiques (contrôle noradrénergique des neurones sérotoninergiques) et 5-HT2A (contrôle sérotoninergique des neurones noradrénergiques). Les prises répétées de psychostimulants – comme l’amphétamine ou la cocaïne –, d’opiacés – comme la morphine ou l’héroïne –, ou d’alcool, dissocient cette régulation mutuelle (5). Chaque système, noradrénergique ou sérotoninergique, devient alors autonome et hyper-réactif. Cette dissociation (ou découplage) se maintient plusieurs mois après la dernière prise de drogue, est indépendante de la libération de dopamine et n’apparaît pas si les animaux sont pré-traités par des antagonistes des récepteurs a1b-adrénergiques et 5-HT2A avant chaque prise de drogue d’abus. Ce travail a donné lieu à la proposition d’un nouveau concept de la pharmaco-dépendance (2,4) selon lequel le découplage, vraisemblablement présent chez les toxicomanes, entraîne une autonomisation des neurones noradrénergiques et sérotoninergiques qui réagissent de façon indépendante et hyper-réactive aux stimuli externes. Reprendre de la drogue permettrait un recouplage artificiel de ces neurones, créant ainsi un soulagement temporaire susceptible d’expliquer la rechute de la consommation.

9Cette année, l’équipe a plus particulièrement travaillé sur la tabaco- et l’alcoolo-dépendance. Des résultats qu’elle avait déjà obtenus suggérant que la nicotine seule n’agissait pas comme une drogue d’abus mais qu’elle pouvait le devenir en présence d’inhibiteurs de monoamine oxydases (IMAOs), contenus dans le tabac ont été précisés. Il s’avère effectivement que, bien que ni la prise répétée de nicotine ni celle d’IMAOs n’entraîne de découplage, la prise répétée des deux composés, nicotine et IMAO, déclenche un découplage, ce qui explique que le tabac, contrairement à la nicotine seule, ait un fort pouvoir addictif. Un travail très récent de Christophe Lanteri indique que les IMAOs agissent en désensibilisant le récepteur 5-HT1A permettant ainsi à la nicotine d’activer les neurones sérotoninergiques (6). Enfin, l’utilisation de souris dépourvues de récepteurs µ-opioïdes, confiées à l’équipe par Brigitte Kieffer (Strasbourg), a permis à Emilie Doucet, au cours de son stage de M2, de montrer que le découplage induit par l’éthanol nécessite la stimulation des récepteurs μ-opioïdes, ce qui confirme la convergence, déjà constatée en clinique, entre les effets addictifs de l’éthanol et celle des opiacés.

Publications 2007-2008

10Salomon L., Lanteri C., Godeheu G., Blanc G., Gingrich J., Tassin J.P. Paradoxical constitutive behavioral sensitization to amphetamine in mice lacking 5-HT(2A) receptors. Psychopharmacology (Berl), 2007, 194 : 11-20.

Tassin J.P. Neurobiologie de l’addiction : Proposition d’un nouveau concept. In : « Neurosciences en 2007 ». L’information Psychiatrique, 2007, vol. 83, 91-97.

Tassin J.P., Torrens Y., Salomon L., Lanteri C., Seeman P. Elevated dopamine D2(High) receptors in alpha-1b-adrenoceptor knockout supersensitive mice. Synapse, 2007, 61 : 569-72.

Tassin J.P. Uncoupling between noradrenergic and serotonergic neurons as a molecular basis of stable changes in behavior induced by repeated drugs of abuse. Biochem Pharmacol., 2008, 75 : 85-97.

Lanteri C., Salomon L., Glowinski J., Tassin J.P. Drugs of abuse specifically sensitize noradrenergic and serotonergic neurons via a non dopaminergic mechanism. Neuropsychopharmacology, 2008, 33, 1724-1734.

Lanteri C., Salomon L., Godeheu G., Doucet E., Torrens Y. and Tassin J.P. Inhibition of Monoamine Oxidases desensitizes 5-HT1A receptor and allows Nicotine to induce a neurochemical and behavioral sensitization. Soumis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 108e année, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 957-960. ISBN 978-2-7226-0082-9

Référence électronique

François Tronche, « Génétique moléculaire, neurophysiologie et comportement », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 108 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/250

Haut de page

Auteur

François Tronche

Directeur de l’équipe « Génétique moléculaire, neurophysiologie et comportement » (UMR 7148 CNRS/Collège de France) accueillie au Collège de France.

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page