Navigation – Plan du site
108 | 2008
Annuaire du Collège de France 2007-2008
Résumé des cours et travaux 108e année
Conférenciers invités

Devenir maritime

Résumé des conférences du Collège de France (2007-2008)
Nicholas Purcell
Traduction de Marc Kirsch
p. 893-895

Texte intégral

1Les quatre leçons données en octobre et novembre 2007 sont intitulées :

  1. Devenir maritime

  2. Les pentes de la connectivité

  3. Aux marges de la Méditerranée : écologie, réseaux, interdépendances

  4. Le couloir de Téthys et les problèmes de la Transeuphratène.

2La Méditerranée : avec ce concept, peut-on et doit-on faire de l’histoire intéressante ? Si oui, quel genre d’histoire ? Telles sont les questions qui sous-tendaient The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History (Oxford, 2000). Les conférences présentées au Collège de France ont exploré la manière dont on pourrait aborder les relations entre les histoires de la Méditerranée et celles du monde qui entourait la région méditerranéenne. Elles se concentraient sur l’histoire antique, avec des incursions dans l’histoire plus récente.

3Dans la pensée antique, le terrestre et le maritime étaient strictement distingués. Cette distinction est bien comprise. Nous avons exploré la manière dont les auteurs de l’Antiquité entendaient réduire la séparation en parlant de « devenir maritime », contrairement à l’orientation normale de la vie humaine tournée vers la terre. Le locus classicus se trouve dans Hérodote 7, 144 : anankasas thalassious genesthai Athenaious (« forçant les Athéniens à devenir maritimes »), un précédent spectaculairement développé par la stratégie de Rome contre Carthage lors de la Première Guerre punique. Ce topo a une longue histoire et on le retrouve dans de nombreux récits de victoires militaires inattendues. On peut se demander comment cette conception bien connue peut être reliée à l’histoire sociale et politique plus réaliste des gens de mer de la Méditerranée. L’enquête conduit à une vision des moyens et des objectifs d’une mobilisation plus ou moins forcée de gens dans un milieu maritime. Ce dernier acquiert de ce fait une personnalité historique distincte, et établit en même temps des relations particulières avec les terres où sont recrutés les marins. En retour, la comparaison éclaire d’un autre jour les épisodes bien connus du « devenir maritime » dans l’histoire antique.

4Nous avons commencé par tracer la frontière entre les lieux où l’on recrutait les gens de mer et la mer sur laquelle ils se déployaient. En tant qu’espace, celle-ci était définie par cette mobilisation, et plus largement par sa connectivité. Ceux qui vivaient le plus près de la mer pouvaient être mobilisés aisément et de façon répétée. Pourtant dans certains cas, ce sont les plus improbables des habitants des terres qui sont « devenus maritimes » : les montagnards et les barbares venus de territoires éloignés des côtes. « Devenir maritime » apparaît alors comme un mouvement unique orienté vers la mer et son niveau élevé de connectivité, selon un gradient qui peut être calculé en fonction de la connectivité, et surtout en fonction de la mobilisation des biens et des personnes. Les zones terrestres de l’intérieur ont aussi leur propre régime de connectivité. Nous avons donc étudié l’histoire des polarités changeantes, dans les zones situées entre la mer et le continent, qui peuvent être dominées à la fois par des formations d’origine maritime ou terrestre, selon des mouvements récurrents qui nous poussent à les nommer « sociétés du ressac ». La dynamique de ces changements peut être étroitement reliée au développement des États, et nous avons entrepris de rechercher des dénominateurs communs dans le développement de petites entités politiques à la périphérie de l’espace méditerranéen, entre l’âge du bronze et le Moyen Âge.

5Après l’étude des « pentes de la connectivité », nous nous sommes concentré sur l’une des principales dynamiques des interactions explorées dans la précédente conférence : les échanges commerciaux. Le but de l’exercice était de réévaluer une partie des connaissances sur les commerçants grecs et romains, dans l’espoir qu’une approche plus écologique apportera une meilleure compréhension de la diversité des contextes et des formes du commerce antique que ne le font les modèles modernisants que nous employons habituellement. De même que pour les formations des États, il est fécond de considérer les diasporas commerciales et les réseaux marchands de l’Antiquité comme des caractéristiques de la périphérie méditerranéenne. Non seulement elles sont intimement reliées à la connectivité, mais il s’avère que, du fait de l’importance du trafic d’esclaves, elles ont un rapport spécial avec la mobilisation forcée qui apparaît comme une caractéristique essentielle d’une histoire spécifiquement méditerranéenne.

6Dans un premier temps, nous n’avons pas essayé de comparer les zones terrestres (ou d’autres espaces maritimes) dont les histoires peuvent être juxtaposées à celles de la Méditerranée. Pour conclure, nous avons revisité les thèmes des conférences précédentes pour examiner les rapports entre le monde méditerranéen et ses voisins de l’Est. Nous considérons le couloir de basses terres qui inclut la Mésopotamie et qui s’étend de la Syrie jusqu’à Élam et l’entrée du golfe Persique à la fois comme un espace connectif spécifique, dont on peut explorer la périphérie de la même manière que la périphérie de la Méditerranée que nous avons examinée, et comme un important prolongement de l’espace méditerranéen. Il forme une entité unique : le couloir de Téthys. La Méditerranée de The Corrupting Sea revendique sa place en tant qu’unité dotée d’un régime propre de connectivité, que l’on peut rapprocher d’autres unités semblables pour les comparer ou en faire l’objet d’« histoires connectées » reliant plusieurs d’entre elles. La zone charnière du Levant cesse d’être une frontière entre royaumes étrangers pour devenir un espace de transition entre entités étroitement comparables. Ce type d’analyse peut produire des résultats intéressants pour d’autres espaces méditerranéens en marge de zones complexes mais essentiellement connectives, telles que le Sahara ou la façade atlantique. Il laisse entrevoir une Méditerranée qui continue d’être un objet fécond et spécifique pour la réflexion historique, sans qu’il soit besoin de la monter en épingle, de façon inacceptable, comme une exception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 108e année, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 893-895. ISBN 978-2-7226-0082-9

Référence électronique

Nicholas Purcell, « Devenir maritime », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 108 | 2008, mis en ligne le , consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/261

Haut de page

Auteur

Nicholas Purcell

Professeur à St. John’s College, Oxford (Grande-Bretagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page