Navigation – Plan du site
108 | 2008
Annuaire du Collège de France 2007-2008
Résumé des cours et travaux 108e année
Conférenciers invités

La Syrie au IIIe millénaire av. J.-C. d’après les archives d’Ebla

Résumé des conférences du Collège de France (2007-2008)
Maria Giovanna Biga
p. 902-904

Texte intégral

1Les textes des Archives du palais royal G d’Ebla (Tell Mardikh, 60 km au sud-ouest d’Alep, dans la Syrie septentrionale) du xxive siècle av. J.-C. permettent désormais d’écrire l’histoire politique, économique et sociale de la Syrie du IIIe millénaire av. J.-C., totalement inconnue auparavant. Ils documentent la présence en Syrie, déjà à partir du début du troisième millénaire, d’une urbanisation intense ainsi que beaucoup de royaumes qui avaient d’intenses rapports politiques et commerciaux avec celui d’Ebla.

2Après plus de trente ans d’étude des textes d’Ebla et surtout la détermination de la chronologie relative des textes, lesquels sont datés seulement par le nom du mois et qu’il faut donc ranger en recourant avant tout à des critères prosopographiques, il est aujourd’hui possible de décrire pour une cinquantaine d’années dans le cours du xxive siècle av. J.-C. l’histoire de la Syrie, de la Haute-Mésopotamie et de la Mésopotamie.

3Les textes permettent aussi de connaître la vie de la première et plus ancienne cour du Proche-Orient que l’on connaisse ; c’est une cour très riche et vivante que gagnent des messagers envoyés par beaucoup de royaumes syriens y compris ceux de Mari sur le Moyen-Euphrate, mais aussi de Kish en Mésopotamie et de Nagar dans la haute vallée du Khabur.

4Beaucoup d’événements tenants à la vie privée de ces cours (parmi lesquels on compte naissances, mariages et morts) ou à des engagements militaires entre les autres royaumes ou encore les nouvelles des victoires de l’armée éblaïte sont portés à la connaissance du roi.

5La Syrie se présente, à cette période, comme divisée en royaumes structurés à la façon de celui d’Ebla, dirigés par un roi (qu’on désigne par le titre sumérien de « en »), aidé par un certain nombre d’Anciens et de fonctionnaires-mashkim ; le roi d’Ebla a ainsi à son service un nombre variable (qui oscille entre quinze et vingt-cinq) de « seigneurs » attestées dans le seul royaume d’Ebla et qui paraissent avoir été des superviseurs des grands secteurs productifs de l’économie ou des collecteurs de taxes. Ce sont eux qui acheminent au palais les grandes quantités de biens, surtout de l’argent et de l’or.

6La reine, à la cour, avait un grand rôle, ainsi qu’à une certaine période d’Ebla, la reine-mère aussi.

7L’histoire de la cour d’Ebla pendant le règne des trois rois qui se sont succédé dans la période documentée dans les archives, est désormais connue par de multiples détails.

8S’il n’y a pas beaucoup de textes concernant son prédécesseur, le roi Igrish-Kalab, pendant le règne duquel on a rédigé le premier traité international connu, celui entre Ebla et Abarsal, beaucoup plus de textes documentent le règne de l’avant-dernier roi, Irkab-damu. Avec lui, Ebla intensifie son expansion politique en cherchant à contrer la prédominance de Mari.

9Les rapports diplomatiques, les alliances matrimoniales mêmes qui s’instaurent avec beaucoup de souverains des royaumes de la Syrie, les dons envoyés par le roi éblaïte, contribuent à renforcer le réseau commercial d’Ebla. Il est évident qu’Ebla assure le transport de ses précieux tissus dans une bonne partie du Proche-Orient, mais qu’elle est aussi un centre de commerce du lapis-lazzuli et autres biens, comme les bois précieux de la côte méditerranéenne, en recevant, en échange, de l’or, de l’argent et d’autres biens comme des équidés nécessaires pour les transports.

10Dans les dernières années du règne d’Irkab-damu, une femme appelée Dusigu obtient la première place à la cour parmi les femmes de du harem ; elle est sûrement devenue la dernière épouse du roi.

11Probablement avec l’aide d’un membre de sa famille, Ibrium, qui devint vizir, elle réussit, à la mort du souverain, à mettre sur le trône son fils, Ishar-damu, dernier né du roi, encore un enfant.

12Dusigu devint alors la reine-mère et Ibrium fut le vizir qui, avec elle, devait tenir les rênes du pouvoir pour de nombreuses années.

13Ibrium entama une série de guerres pour punir des alliés rebelles, tant pour renforcer le réseau commercial que pour l’étendre, pour guider les armées éblaïtes dans des campagnes militaires annuelles.

14Sous le long règne de son dernier roi, Ishar-Damu, grâce aux victoires d’Ibrium d’abord, puis de son fils Ibbi-zikir, renforcées par une politique d’alliances, mariages interdynastiques, pactes jurés, Ebla devient une puissance régionale considérable avec des frontières qui s’étendaient au Nord-Est jusqu’à Karkémish sur l’Euphrate, au Sud à Hama, à l’Est à Emar sur l’Euphrate, arrivant même jusqu’à à Alalakh, et donc à la mer Méditerranée.

15Des royaumes importants comme celui de Harran, dans la Turquie actuelle, étaient liés à Ebla par un lien de parenté et, à la fin de l‘existence d’Ebla, le puissant royaume de Nagar en Haute-Mésopotamie, lui aussi, devait se lier à Ebla par un lien matrimonial entre la fille du roi d’Ebla, Tagrish-Damu, et le fils du roi du Nagar. Dans le royaume de Kish en Mésopotamie, également, on devait envoyer comme épouse la princesse Keshdut, fille du couple royal.

16Malgré les liens avec les royaumes les plus puissants de l’époque et une grande victoire en rase campagne, Ebla, après quelques années, fut détruite par un ennemi qui, selon certains, pourrait être venu de la Mésopotamie et avoir été le roi Sargon d’Akkad, selon d’autres, aurait été un ennemi syrien, comme Mari ou Armi, un État avec lequel les rapports ont toujours été difficiles ou fluctuants.

17Grâce aux archives, on peut avoir aussi une connaissance de la plus ancienne religion syrienne avec un panthéon de divinités qui devaient être, ensuite, bien documentées dans la Syrie du deuxième millénaire comme Dagan et Hadad, Rasap, Ishkhara et Ishtar, ainsi que d’autres divinités comme le dieu-Soleil et Enki, déjà connues dans le monde sumérien ; mais des divinités comme le dieu dynastique Kura, sa parèdre Barama et le dieu Adabal semblent avoir disparu par la suite du panthéon sémitique occidental.

18On a retrouvé à Ebla aussi quelques rituels importants parmi lesquels le grand rituel de renouvellement de la royauté pourrait avoir été connu même en Égypte, où la fête Sed représentait également un rituel de renouvellement de la royauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 108e année, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 902-904. ISBN 978-2-7226-0082-9

Référence électronique

Maria Giovanna Biga, « La Syrie au IIIe millénaire av. J.-C. d’après les archives d’Ebla », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 108 | 2008, mis en ligne le , consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/268

Haut de page

Auteur

Maria Giovanna Biga

Professeur à l’université La Sapienza de Rome (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page