Navigation – Plan du site
113 | 2014
Annuaire du Collège de France 2012-2013
Résumé des cours et travaux 113e année
Conférenciers invités

Quatre conférences

Pier Marco Bertinetto
p. 895-896

Notes de la rédaction

Le Pr Pier Marco Bertinetto a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur proposition du Pr Carlo Ossola. Les quatre conférences ont été prononcées les 25 janvier, 1er, 5 et 11 février 2013.

Texte intégral

Vers une typologie des systèmes aspectuo-temporels

1L’approche adoptée se détache de celle qui est traditionnellement retenue en typologie linguistique. Au lieu de présenter les différents types de langue, ordonnés selon leur organisation au niveau du système aspectuo-temporel, on essaie plutôt de montrer comment n’importe quelle langue est « défective » du point de vue des moyens morpho-sémantiques employés, c’est-à-dire du point de vue de sa structure explicite. Cela donne bien sûr la possibilité de montrer plusieurs manifestations de l’extraordinaire variété des structures linguistiques, mais permet surtout de réfléchir d’une part sur l’entrelacement – ou plutôt la complémentarité – des moyens morphologiques, et d’autre part sur la persistance des catégories sémantico-cognitives fondamentales. On se propose donc de faire comprendre que, en particulier dans un domaine cognitivement essentiel comme le système aspectuo-temporel, la perspective sémasiologique et la perspective onomasiologique se présupposent l’une l’autre, au sein de l’incessante dialectique entre utilisation du codage linguistique (au niveau de la grammaire explicite) et exploitation de l’inépuisable capacité inférentielle des locuteurs (au niveau pragmatique).

L’acquisition des catégories de temps-aspect par l’enfant : une perspective typologique

2Depuis presque quarante ans, la conception qui s’est imposée dans l’étude de l’acquisition par les enfants des systèmes aspectuo-temporels insiste surtout sur la proéminence de la catégorie de l’aspect, ou bien sur celle de l’« actionalité » (Aktionsart), dans la mesure bien sûr où ces deux catégories sont conçues par les chercheurs comme nettement séparées. Dans notre exposé, on tâche de proposer une vision alternative, qui assume comme point de départ la variation typologique, c’est-à-dire la multiforme structure morphologique des langues. On montre donc comment la structure spécifique de chaque langue peut influencer l’ordre d’acquisition des catégories pertinentes pour le domaine sémantique considéré, selon le degré d’explicitation avec lequel celles-ci s’offrent à l’enfant apprenant.

Nominaux arguments et nominaux prédicats en ayoreo (zamuco)

3Les langues zamuco, parlées dans la région du Chaco Boréal (entre Bolivie et Paraguay), s’identifient aujourd’hui avec l’ayoreo et le chamacoco. Ces deux langues présentent non seulement des structures grammaticales nettement différentes par rapport aux langues parlées par les autres groupes ethniques qui habitent dans la même région, mais surtout quelques traits fort singuliers au niveau typologique. Particulièrement intéressante est la duplication du système nominal, qui prévoit deux manifestations morphologiques pour chaque nom et chaque adjectif : une forme « de base » et une forme « pleine ». La dernière est utilisée dans la fonction proprement argumentale des nominaux, alors que la première est utilisée en particulier dans la fonction prédicative. Les exemples, tirés de l’ayoreo, montrent donc une manifestation très particulière (et apparemment unique parmi les langues du monde) de la tendance des langues amérindiennes à réduire la distance entre noms et verbes au sein de la fonction prédicative.

Entre parataxe et hypotaxe : la concaténation de phrases en zamuco

4Les langues romanes anciennes présentaient, au niveau syntaxique, le phénomène de la « para-hypotaxe », qui se manifestait souvent dans la concaténation entre une proposition subordonnée proleptique et la proposition principale qui suivait. Celle-ci pouvait en effet être introduite par un connecteur de coordination, donnant lieu à des structures telles que : subordinateur + proposition dépendante + coordinateur + proposition principale. On a beaucoup discuté sur l’origine de cette structure, qui réalise une sorte de contamination entre parataxe et hypotaxe, et qui était déjà présente dans les langues classiques, notamment dans l’hébreu biblique. Dans notre exposé, on montre que les langues zamuco font un usage presque systématique de cette structure syntaxique. Il faut donc reconnaître que la para-hypotaxe doit occuper un rôle pas tellement marginal dans la théorie linguistique, car sa présence n’est pas limitée à une époque ni à des ères géographiques bien déterminées, mais peut se manifester de façon absolument indépendante dans différentes langues du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 113e année, Collège de France, Paris, avril 2014, p. 895-896. ISBN 978-2-7226-0329-5

Référence électronique

Pier Marco Bertinetto, « Quatre conférences », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 113 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/2737

Haut de page

Auteur

Pier Marco Bertinetto

Professeur à l’École normale supérieure de Pise (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page