Navigation – Plan du site
113 | 2014
Annuaire du Collège de France 2012-2013
Résumé des cours et travaux 113e année
Conférenciers invités

La liturgie longue zoroastrienne

Alberto Cantera
p. 901-902

Notes de la rédaction

Alberto Cantera a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur proposition du Pr Jean Kellens. Les conférences, données les 14, 21, 28 mai et 4 juin 2013, sont disponibles en audio sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/jean-kellens/guestlecturer-2012-2013__1.htm. Alberto Cantera a numérisé plus de 150 manuscrits avestiques durant les dernières années, dont un bon nombre ont été publiés sur son site : Avestan Digital Archive.

Texte intégral

1La liturgie longue est le rituel par excellence de la communauté mazdéenne et vraisemblablement son fondement identitaire. Cette cérémonie complexe connaît plusieurs variantes, dont la plus basique est celle que nous appelons Yasna, et une plus solennelle Yašt ī Wisperad. Sur la base de la variante solennelle, on célèbre aussi des cérémonies plus complexes : la cérémonie du Widēwdād et celle du Wištāsp Yašt, dans lesquelles quelques textes sont intercalés parmi les textes centraux de la cérémonie, écrits dans une langue plus ancienne que le reste de la liturgie. Il y a en outre des parties de la cérémonie qui changent selon le jour de la célébration, la divinité à laquelle elle est dédiée ou le but de la cérémonie. Pourtant, seule la liturgie quotidienne a été éditée. Pour les autres n’existent que des éditions partielles, qui, malheureusement, ne suffisent pas à reconstruire la liturgie dans toute sa variété, telle qu’elle fut célébrée du xiiie au xviie siècle. De plus, les manuscrits liturgiques n’incluent pas seulement les récitatifs en langue avestique, mais aussi des instructions rituelles (en pehlevi, pāzand ou gujarati) essentielles pour connaître la cérémonie, et qui n’ont jamais éditées non plus.

2Les raisons de ce manque doivent être cherchées dans l’histoire des études avestiques et des éditions des textes avestiques, lesquelles ont toutes été réalisées dans la deuxième moitié du xixe siècle. Pour les premiers éditeurs de l’Avesta, Spiegel et Westergaard, les textes avestiques ne sont pas des textes liturgiques, même si quelques-uns parmi eux ont fini par être utilisés rituellement. Par conséquent, ils considèrent que les manuscrits originaux ne sont pas les textes liturgiques avec des instructions rituelles, mais les manuscrits exégétiques qui contiennent le récitatif avestique avec une traduction de ce dernier en pehlevi. Une telle analyse a bouleversé la situation originale puisque l’on sait aujourd’hui que les manuscrits originaux sont bien les manuscrits liturgiques, desquels sont extraits les manuscrits exégétiques. Les exégétiques ne montrent le texte complet que pour la liturgie quotidienne. Pour le reste des variantes, les exégétiques n’incluent que les sections qui avaient besoin d’une traduction parce qu’ils n’apparaissent pas dans la liturgie quotidienne. Ce sont les fragments inclus dans les éditions modernes.

3Pour les auteurs de la fin du xixe siècle, comme Darmesteter et Geldner, l’auteur de l’édition canonique des textes avestiques jusqu’à aujourd’hui, la situation était plus compliquée : la publication des textes pehlevis décrivant le Grand Avesta sassanide a mis en évidence que les textes avestiques que nous avons ne sont pas identiques au Grand Avesta sassanide. On a reconnu que nos textes étaient les récitatifs d’une liturgie qui existait déjà à l’époque sassanide. Pourtant, cette constatation n’a pas eu de conséquences pour l’édition de Geldner, déjà presque achevée à ce moment. Pendant le xxe siècle, jusqu’à la parution de l’article du Pr Kellens dans le Journal asiatique en 1998, on a ignoré cette constatation et considéré l’emploi rituel des textes avestiques de la liturgie longue comme secondaire.

4Néanmoins, l’antiquité de la liturgie longue est avérée. Le Pr Kellens a récemment montré que l’épine dorsale conceptuelle de la liturgie longue apparaît déjà dans les Yašt ou le Hādōxt Nask. Une analyse des instructions rituelles en langue avestique contenues dans le Nērangestān nous a permis de montrer que le récitatif avestique de la liturgie longue existait déjà, dans la forme que nous connaissons, à une époque où l’on était encore capable de rédiger des textes en avestique récent. Bien qu’on ne puisse pas préciser à quelle date on a cessé de rédiger des textes en avestique récent, cela nous amène à une datation du récitatif actuel de la liturgie longue bien antérieure à l’époque sassanide. En outre, les cérémonies les plus complexes, les cérémonies d’intercalation, appartiennent aussi à l’époque ancienne et développent un aspect central de la liturgie longue zoroastrienne : le sacrifice et le séjour consécutif de l’âme du prêtre dans l’au-delà lui permettent une rencontre avec la divinité et lui fournissent les moyens de la communiquer à la communauté sacrificielle.

5Le récitatif de la liturgie longue n’est pas un assemblage tardif des textes sauvés de la désintégration du Grand Avesta. Cette liturgie est une cérémonie vivante qui existe dans une forme très similaire à celle représentée dans les manuscrits, bien avant l’époque sassanide, mais qui a continué à évoluer depuis sa composition et même depuis sa première fixation par écrit, vraisemblablement à l’époque sassanide ou peu après. L’évolution ne concerne pas seulement le rituel, mais aussi la forme linguistique du récitatif avestique. Il nous est parvenu dans une variante sud-occidentale fixée quelques siècles après le début de l’époque sassanide. Pourtant, même après cette fixation, la récitation des textes avestiques a continué de changer : on peut constater des différences nettes entre la récitation iranienne (aujourd’hui mieux connue qu’à l’époque des grandes éditions grâce à la découverte récente d’un bon nombre de manuscrits avestiques en Iran) et l’indienne. Les manuscrits, conçus comme des guides pour l’apprentissage de la performance rituelle correcte, ne sont pas des copies plus ou moins exactes d’un original sassanide ou postérieur, mais reflètent les variantes de la liturgie longue comme elles étaient célébrées aux moments de leur production. Aujourd’hui, la tâche de l’éditeur de la liturgie longue est donc plus difficile : il doit choisir l’horizon temporel de son édition, aussi bien pour le rituel que pour la forme du récitatif, et en même temps montrer la variété rituelle synchronique et diachronique de la liturgie longue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 113e année, Collège de France, Paris, avril 2014, p. 901-902. ISBN 978-2-7226-0329-5

Référence électronique

Alberto Cantera, « La liturgie longue zoroastrienne », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 113 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/2748

Haut de page

Auteur

Alberto Cantera

Professeur à l’université de Salamanque (Espagne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page