Navigation – Plan du site
108 | 2008
Annuaire du Collège de France 2007-2008
Résumé des cours et travaux 108e année
Conférenciers invités

Le concept d’altérité et la représentation picturale de l’histoire d’Ulysse depuis la Renaissance (et autres conférences)

Résumé des conférences du Collège de France (2007-2008)
José Emilio Burucúa
p. 911-912

Texte intégral

1. Le concept d’altérité et la représentation picturale de l’histoire d’Ulysse depuis la Renaissance

1La conférence s’attachera à la réception et au traitement du mythe d’Ulysse et du récit de l’Odyssée dans la peinture italienne et flamande des xvie et xviie siècles. Elle montrera qu’une interprétation comique de cette histoire allait de pair avec l’idée d’un Ulysse découvreur, symbole de la grandeur intellectuelle et morale que la connaissance du prochain pouvait fournir aux hommes engagés dans la construction du monde moderne. L’étude détaillée des fresques peintes par Pellegrino Tibaldi vers 1551 dans le Palais Poggi à Bologne sera placée au centre de cette conférence qui considérera les interprétations iconographiques de l’histoire entre la décoration de Pinturicchio dans la grande salle du Palais Petrucci à Sienne en 1509 et les tapisseries du cycle d’Ulysse dessinées par Jacob Jordaens autour de 1640.

2. Le massacre ancien et le massacre moderne : problèmes d’historiographie et de représentation

2Le massacre est un événement de l’histoire humaine dont le récit a présenté pour les historiens grecs et romains d’énormes difficultés tant pour sa construction narrative que pour son explication rationnelle. Cette conférence montrera, en premier lieu, comment l’historiographie et l’art qui se sont occupés de l’expérience contemporaine des génocides ont réédité, approfondi et dépassé ces dilemmes que les Anciens ont vécus avec perplexité scientifique et angoisse émotionnelle. En second lieu, à partir du recueil d’images des Histoires diverses qui sont mémorables touchant les guerres, massacres, & troubles, advenues en France ces dernieres annees de Perrissin et Tortorel (1569), elle présentera les modes de compréhension et de représentation de quelques massacres modernes qui, aux temps des guerres de religion en France et de la guerre des Trente Ans en Europe, reprennent les exemples anciens et les images du martyre chrétien.

3. Les Pathosformeln du rire et la gravure européenne au début de la modernité

3Pour Aby Warburg, une Pathosformel est un ensemble de formes représentatives et signifiantes, historiquement déterminées au moment de leur première synthèse, qui renforce la compréhension du sens de ce qui est représenté par la mobilisation du champ affectif dont une culture dispose pour accomplir les expériences fondamentales de la vie sociale. Chaque Pathosformel se transmet à travers les générations qui construisent un même horizon de civilisation, et elle connaît des temps de latence, de récupération, d’appropriations et de métamorphoses. L’objet de cette conférence est la recherche des Pathosformeln sur lesquelles la première modernité européenne a fondé les représentations de ses expériences du rire et du comique. La peinture de la Renaissance tardive sera explorée mais le champ privilégié de l’étude sera consacré à la production des gravures drôles et satiriques qui ont connu une très large circulation dans l’Italie et la France des xvie et xviie siècles.

4. Les gravures du Quichotte dans le xviie siècle français : les estampes de Jacques Lagniet

4Il n’y a pas beaucoup de textes qui, comme le Quichotte, ont suscité, parmi les artistes du visuel, un élan si intense et si fréquent vers le désir ou la nécessité de l’illustration. En Occident, seulement la Bible et la Divine Comédie pourraient peut-être se comparer au Quichotte dans le processus de génération d’images destinées à accompagner ou, quelquefois, à suppléer et remplacer la lecture. Dans tous les cas, soit la représentation d’un récit proposé par un texte dont elle est une suite visuelle, soit la représentation de ce qui est raconté comme un point de départ pour la création d’un objet séparé du texte même, il faudra se demander quelle est la place de chaque œuvre visuelle entre les deux pôles possibles qui définissent les relations entre image et narration écrite, i.e. le pôle de l’illustration pure et subordonnée et le pôle de la recréation visuelle. La conférence essaiera de déterminer la position des trente-huit gravures des aventures de Don Quichotte et Sancho Panza, publiées par Jacques Lagniet entre 1650 et 1652, par rapport à cette polarité. Les liens et les distances entre l’image et le texte chez Lagniet ont, en effet, établi un mode d’appropriation de l’histoire du Quichotte qui va au-delà du grotesque pour atteindre une joyeuse abondance de significations dont la convergence demeure impossible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 108e année, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 911-912. ISBN 978-2-7226-0082-9

Référence électronique

José Emilio Burucúa, « Le concept d’altérité et la représentation picturale de l’histoire d’Ulysse depuis la Renaissance (et autres conférences) », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 108 | 2008, mis en ligne le , consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/276

Haut de page

Auteur

José Emilio Burucúa

Professeur à l’université San Martín (Argentine)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page