Navigation – Plan du site
113 | 2014
Annuaire du Collège de France 2012-2013
Résumé des cours et travaux 113e année
Conférenciers invités

Alexis Leger et Calouste Gulbenkian ou les affinités improbables

Vasco Graça Moura
p. 908-910

Notes de la rédaction

Vasco Graça Moura a été invité par l’Assemblée des professeurs sur proposition du Pr Michel Zink pour une conférence prononcée le 21 février 2013. Il a édité la correspondance entre Saint-John Perse et Calouste Gulbenkian : Saint-John Perse, Calouste Gulbenkian. Correspondance, 1946-1954, édition établie, annotée et présentée par Vasco Graça Moura, Paris, Gallimard, 2013, Cahiers Saint-John Perse, 21, 335 p. (voir M. Zink, « La correspondance entre Saint-John Perse et Calouste Gulbekian (1948-1954) », La lettre du Collège de France, no 36, p. 42 ; http://lettre-cdf.revues.org/1669).

Texte intégral

1La rencontre entre Calouste Sarkis Gulbenkian (1869-1955) et Alexis Leger (1887-1975) eut lieu dans la deuxième moitié de la décennie 1920-1930. Ils auront tôt découvert qu’ils partageaient des goûts très raffinés, dans ce qu’on pourrait appeler une solitude existentielle que chacun revendiquait comme un trait de caractère. Tous deux aimaient non seulement la nature et le grand air, le paysage, les jardins, les plantes et les oiseaux, mais aussi la contemplation silencieuse des œuvres et objets d’art dont Calouste Gulbenkian avait rassemblé une extraordinaire collection qu’il avait commencé à installer dans son immeuble de l’avenue d’Iéna à Paris.

2Fin 1948, Calouste Gulbenkian, croyant son ami malade, s’enquiert par télégramme de sa santé. Leger vivait à Washington. Sa lettre de réponse débute par une sorte de verset bibliquement scandé à l’allure poétique solennelle : « Envers vous, et envers vous seul, je romps enfin tout ce silence où j’étais descendu comme dans un abîme ». C’est ainsi que reprend un contact plus assidu entre eux, cette voie épistolaire s’étant maintenue jusqu’en 1954. De cette phase, il existe 44 lettres manuscrites de Leger aux archives de la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne, envoyées entre 1948 et 1954. Moins nombreuses, les 23 lettres de Calouste Gulbenkian sont toutes dactylographiées.

3À cette époque-là, Alexis Leger réussissait à survivre à Washington grâce à une bourse de 350 $ mensuels accordée par la Bollingen Foundation. S’étant aperçu que la situation financière du poète n’était pas brillante, Gulbenkian lui proposa de l’aider moyennant une allocation annuelle de 6 000 $ au moins pendant deux ans, discrètement payée par l’entremise de la banque Morgan. Le poète accepta, en manifestant sa profonde gratitude.

4Quelques thèmes dominants vont être souvent repris et s’entrecroiser dans cette correspondance : une situation internationale changeante et très complexe ; les travaux d’aménagement dans le domaine « Les Enclos » que Gulbenkian avait acheté à Deauville ; la Nature, les paysages, les plantes et les voyages ; l’état de santé du vieux milliardaire ; sa précieuse collection d’objets et d’œuvres d’art ; une certaine supériorité morale des deux côtés, hautainement revendiquée sur leurs contemporains, parfois affirmée par Leger sur un ton peut-être un peu trop flatteur pour son richissime ami mais qui, on doit le reconnaître, ne déplaît pas à celui-ci.

5Dans ses analyses, Leger a l’occasion de se pencher sur tout un éventail de questions alors brûlantes, comme celles du réarmement de l’Allemagne, de l’unité européenne, des intérêts industriels et géostratégiques des pays alliés, de la dynamique probable, des enjeux, des risques et des dangers des positions soviétique et chinoise, du rôle de l’idéologie, de la guerre de Corée, du manque de courage ou des hésitations de la politique étrangère en Amérique et en Europe, surtout de la part de la France et de l’Angleterre, de la production pétrolière, de la situation au Proche-Orient et des confusions inextricables qui menaçaient de se produire…Le poète était dans une position privilégiée pour livrer à Calouste Gulbenkian les analyses dont celui-ci avait besoin pour la conduction stratégique de ses affaires, dans une période particulièrement confuse et instable, notamment pour ce qui était de l’évolution de la situation au Moyen-Orient et de la production pétrolière et, en général.

6Une partie importante de la correspondance s’occupe de la situation des « Enclos », le domaine acheté par Gulbenkian début des années 30 et où il voulait aménager un « parc romantique ». Pour Leger, cet endroit de repos, de refuge, de méditation, de loisir et de pleine jouissance d’une esthétique de la Nature, devint cosa mentale une sorte d’œuvre d’art conçue par l’esprit supérieur de son propriétaire et à laquelle il aimait bien, lui aussi, apporter des suggestions.

7Le poète prête à son correspondant la plus haute endurance morale et physique. Il voit en lui l’incarnation vitaliste d’une force héroïque de la nature et le met sur le plan d’un être vraiment supérieur à ses contemporains. Il insiste souvent pour avoir des nouvelles de l’état de santé de Gulbenkian, il lui recommande des vaccins contre la grippe et le coryza, il le somme de ménager ses énergies et sa force vitale. Gulbenkian, lui, s’intéresse beaucoup aux analyses géopolitiques ainsi qu’aux informations de Leger concernant l’exposition d’une partie de sa collection à la National Gallery of Art, à Washington, les mesures de sécurité qui entourent ses chefs-d’œuvre, les réactions qu’ils suscitent de la part du public et de la presse. En même temps, il lui demande d’aller voir quelques œuvres d’art dont l’achat lui est proposé, ou de s’enquérir sur des livres rares qui vont être vendus aux enchères. Dans sa lettre du 23 octobre 1953, il lui demande aussi son avis sur la possibilité, qu’il a sérieusement prise en considération pendant quelque temps, de faire don de sa collection à la National Gallery of Art de Washington.

8Dans les lettres du poète, on trouve aussi des passages concernant ses excursions à l’intérieur des États-Unis, pour fuir la brutalité de l’été à Washington, que ce soit dans le Maine ou dans le sud du pays, aux Everglades floridiens, dans une atmosphère ressentie comme plus proche de sa Guadeloupe natale. De rapides observations sur le paysage, la vie en mer, les oiseaux, les climats, nous apportent bien des notes intéressantes sur le personnage et nous permettent de nous représenter un peu sa démarche créatrice.

9Sauf quelques allusions très superficielles ou de pure circonstance, la thématique littéraire est complètement absente d’une correspondance exceptionnellement abondante si on la compare à l’ensemble de lettres que Leger a écrites dans la même période. Pourtant, aucune de ces lettres à Calouste Gulbenkian n’a été incluse dans la vaste sélection de la correspondance que le poète a effectuée et organisée personnellement pour le volume de ses Œuvres complètes paru dans la Bibliothèque de la Pléiade, en 1972. Aucune de ces lettres de Calouste Gulbenkian ou d’Alexis Leger ne figure non plus sur le catalogue de la correspondance que la Fondation Saint-John Perse a mis en ligne en 2006, ni, semble-t-il, dans les archives diplomatiques dont on peut consulter les références sur le site de cette Fondation. On ne trouve de façon générale aucune référence de Leger à ses rapports avec Calouste Gulbenkian dans les volumes publiés de sa correspondance. Tout au plus, nous apprenons par le Journal de Katherine Biddle que, un soir d’octobre 1952, dans un cercle d’amis, il a parlé de lui, de son immense fortune et de sa collection d’œuvres d’art.

10Calouste Gulbenkian, fin connaisseur du genre humain et de ses faiblesses, nourrissait une profonde et sincère amitié à l’égard d’Alexis Leger. Celui-ci avait une personnalité très réservée. Les masques qu’il affichait pendant son long exil intriguaient et parfois agaçaient ses amis les plus intimes. Peut-être y avait-il des points de sa biographie sur lesquels il préférait garder un silence total. Sa discrétion sur ces points ne nous conduirait qu’à formuler des hypothèses que rien ne permet de vérifier sur cet effacement de Calouste Gulbenkian. Mais il est naturel qu’Alexis Leger n’ait pas souhaité que ses problèmes financiers soient étalés sur la place publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 113e année, Collège de France, Paris, avril 2014, p. 908-910. ISBN 978-2-7226-0329-5

Référence électronique

Vasco Graça Moura, « Alexis Leger et Calouste Gulbenkian ou les affinités improbables », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 113 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/2771

Haut de page

Auteur

Vasco Graça Moura

Écrivain, Fondation Centro Cultural de Belém, Lisbonne (Portugal)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page