Navigation – Plan du site
113 | 2014
Annuaire du Collège de France 2012-2013
Résumé des cours et travaux 113e année
Conférenciers invités

Les juristes « écrivains » : y a-t-il une « littérature » juridique romaine ?

Dario Mantovani
p. 915-917

Notes de la rédaction

Le Pr Dario Mantovani a été invité par l’Assemblée des professeurs sur proposition du Pr John Scheid. Ses conférences, prononcées les 2, 11, 18 et 25 avril 2013, sont disponibles en audio sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/john-scheid/guestlecturer-2012-2013__1.htm

Texte intégral

1Les écrits des juristes romains, recueillis principalement dans le Digeste de Justinien, ont eu une influence profonde sur la culture juridique médiévale et moderne, sans pour autant retenir l’attention pour leurs caractéristiques littéraires. Le but pragmatique de ces écrits les éloigne certainement d’une prose littéraire plus élaborée, des romans d’invention, de l’historiographie et de l’art oratoire. Quintilien ne les mentionne pas dans le canon des auteurs dont il recommande la lecture aux élèves comme exercice stylistique. Un rapprochement avec la prose littéraire, qui s’applique aussi à la littérature technique (de la médecine à l’architecture, de l’art militaire à l’agriculture et à la rhétorique), trouve son intérêt si l’on tient compte des contrastes plutôt que des points de contact. Par rapport aux traités d’autres disciplines, la littérature juridique prend forme dans une grande indépendance par rapport aux modèles grecs. Elle est produite par les membres des classes supérieures, sénateurs, ou, pour le moins, chevaliers. Il ne s’agit pas de rendre compte d’une pratique développée ailleurs, mais de fournir un témoignage direct d’une certaine élaboration juridique, témoignage rédigé par ceux-là mêmes qui en sont les acteurs. La littérature juridique se distingue également par sa relation génétique à deux pratiques discursives, l’une écrite et l’autre orale, à savoir la loi et les réponses, qui en imprègnent le contenu et les formes.

2Afin de tenter de caractériser cette littérature juridique, la première leçon adopte le point de vue des lecteurs, en essayant de déterminer qui est son public, quelles sont ses attentes. On se rend pour cela à un endroit inattendu, au banquet de Trimalcion, où l’on peut entendre une conversation révélant l’intense circulation des écrits des juristes, qui faisaient l’objet d’un véritable commerce. Dans l’ombre de la poésie et de la prose artistique, les ouvrages juridiques étaient lus par un public plus large que ce qu’on pourrait imaginer, intéressé surtout par une lecture utilitaire, dans un but de formation professionnelle. Cette destination se reflète même dans l’aspect extérieur des manuscrits, que les contemporains reconnaissent grâce à l’utilisation typique des titres écrits à l’encre rouge (« libra rubricata » les appelle, dans son langage familier, un hôte de Trimalcion). Le titrage rouge est une caractéristique encore bien visible dans un papyrus rare quasiment contemporain (P. Mich. 456r), qui révèle la fonction informative de ces textes, dans lesquels il fallait pouvoir retrouver rapidement ce que l’on cherchait, sans s’appuyer sur une lecture continue.

3Si, aux yeux du public, les œuvres des juristes étaient une sorte de genre difficile, quoique utile, une analyse plus fine met en évidence, derrière une uniformité apparente, une variété de thèmes et de formes, tant de l’argumentation que de l’articulation, dans ces sous-genres littéraires.

4Le juriste philosophe, le juriste historien et le juriste enseignant sont trois manifestations de cette variété, choisies comme thèmes des leçons suivantes.

5Le premier exemple est celui d’un juriste de la fin de l’ère républicaine, Alfenus Varus, qui doit répondre à la question de savoir si les choses et les gens (nous tous) peuvent maintenir leur identité malgré les changements au fil du temps. Pour donner au problème une configuration permettant de le traiter, Alfenus fait appel à la philosophie – en particulier à la physique et à la logique – mais il est intéressant de noter que la solution qu’il donne au fond de l’affaire est laissée à des considérations entièrement juridiques.

6L’histoire fait aussi partie des ressources utilisées par les juristes : mais, même dans ce cas, leur visée est argumentative. Le passé d’une institution juridique (l’origine de la propriété ou celle du système juridique) est transformé en une sorte de modèle, qui préfigure les contenus que le juriste applique aux problèmes actuels.

7La quatrième leçon fut consacrée au genre littéraire didactique. Par rapport à d’autres disciplines techniques, c’est plus tard, mais également de manière plus éclatante, que les juristes ont transformé le droit en ars, c’est-à-dire en un manuel institutionnel structuré avec des divisions, des définitions et des parallèles. Et c’est certainement le sous-genre qui, par son engagement formel, incluant la rédaction de poèmes, se rapproche le plus de la prose d’autres disciplines techniques : dans cette prose aussi, pourtant, la forme de la pensée juridique se traduit par un style particulier de l’écriture.

8La littérature jurisprudentielle, sous l’uniformité apparente de « livres rubriqués », est donc un lieu où de nombreux apports culturels et une multiplicité de formes convergent dans l’acte double d’élaboration des règles et de leur communication : un lieu à la frontière entre la pratique et la réélaboration littéraire, témoin et instrument d’une technique efficace pour régler les conflits sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 113e année, Collège de France, Paris, avril 2014, p. 915-917. ISBN 978-2-7226-0329-5

Référence électronique

Dario Mantovani, « Les juristes « écrivains » : y a-t-il une « littérature » juridique romaine ? », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 113 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/2781

Haut de page

Auteur

Dario Mantovani

Professeur à l’université de Pise (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page