Navigation – Plan du site
113 | 2014
Annuaire du Collège de France 2012-2013
Résumé des cours et travaux 113e année
Conférenciers invités

Hamóthen, contingence et cheminement dans la création poétique

Jesper Svenbro
p. 927-928

Notes de la rédaction

Jesper Svenbro a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur proposition des Prs John Scheid et Antoine Compagnon. Les conférences, données les 5, 12, 19 et 26 février 2013, sont disponibles en audio sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/john-scheid/guestlecturer-2012-2013.htm

Texte intégral

1Répondant à l’invitation de faire quatre conférences dans le cadre d’une réflexion sur la création artistique, nous avons exploré, sous le titre « ἁµόθεν, contingence et cheminement dans la création poétique », et de manière comparative, des représentations de la création poétique dans la poésie archaïque grecque ainsi que dans la poésie moderne.

2En partant de l’adverbe ἁµόθεν au vers 10 du premier chant de l’Odyssée, signifiant « d’un point quelconque », à savoir, dans l’ensemble des thèmes traditionnels propres au retour d’Ulysse, le « point » que choisira la Muse pour l’aède qui demande son assistance, nous avons voulu indiquer le point d’articulation entre contingence et cheminement. C’est le choix de la Muse qui va orienter la composition de notre odyssée, jusque-là une « affaire ouverte » qui aurait pu trouver une réalisation autre, sans que se trouve contredit le thème traditionnel du retour d’Ulysse.

3Quelques poèmes français du xxe siècle ont été introduits pour permettre une mise en perspective du champ ouvert où interviennent la Muse et la page blanche du poète moderne, notamment Desnos, Ponge, ou encore Apollinaire avec Le Musicien de Saint-Merry, racontant le parcours d’un flûtiste aveugle dans le quartier Beaubourg, parcours guidé non pas par l’impulsion d’une instance religieuse comme la Muse d’Homère mais par ce qu’Apollinaire appelle la « joie d’errer », situant ainsi son entreprise sous le signe de la contingence et montrant une solide foi dans le hasard créateur.

4Nous avons par la suite cherché à approfondir le concept du chemin dans son rapport à la création. L’Hymne homérique à Hermès, étudié par Norman O. Brown (1947) et par Laurence Kahn (1978), a été abordé en tant que récit cartographiant la Grèce, de l’Olympe jusqu’en Arcadie. De la Rome antique, nous avons tourné le regard vers le capitalisme du xxe siècle et, à la suite de Walter Benjamin, vers le monde des passages parisiens, hauts lieux du capitalisme triomphant. C’est dans ce monde-là que naît, sous la plume de Lautréamont, l’une des images les plus célèbres de la « rencontre fortuite » surréaliste, rencontre qui exprime ici la beauté : « Beau comme la rencontre fortuite entre une machine à coudre et un parapluie. » L’image est originaire de la rue Vivienne, puisque le jeune homme si « beau » se trouve précisément là, non loin de l’adresse de Lautréamont lui-même : 15 rue Vivienne. Si Lautréamont, par la « rencontre fortuite », se trouve du côté de la contingence, il est peut-être plus surprenant de le retrouver sous le signe du cheminement. Pourtant, une relecture de la première phrase des Chants de Maldoror confirme que tel est le cas. Les Chants sont considérés par leur auteur comme traversés par un chemin ; chemin déconseillé par la Vieille grue, dont la prudence n’est pas moins grande que celle du Diomède d’Asunção. Au début de l’Odyssée, c’est à l’aède, aidé par la Muse, de « choisir » ; au début des Chants de Maldoror, c’est au lecteur, secouru par la Vieille grue, de le faire – pour éviter les dangers d’un point d’arrivée lointain.

5Du côté grec, nous avons tourné le regard vers la figure de la grue afin de mieux situer les grues de Lautréamont. En particulier, il nous a semblé évident que la Vieille grue, dont le cou dégarni est « contemporain de trois générations de grues », est calquée sur le héros homérique γερήνιος Νέστωρ, « Nestor le Gérénien », épithète signifiant « originaire de Gérénia », puisque Nestor, élevé à Gérénia, aurait régné sur trois générations d’hommes : son épithète a sans doute été comprise par Lautréamont comme se référant à la grue, γέρανος (plutôt qu’à la petite cité), signifiant ainsi « Celui-de-la-grue », d’autant plus que Nestor est comme une incarnation de la « prudence ». Or, la Vieille grue veut éviter au lecteur le malheur qui menace au point d’arrivée du cheminement des Chants. En revanche, le lecteur qui brave les avertissements de la Vieille grue arrivera au chant VI et à la scène avec le jeune homme « beau comme la rencontre fortuite » dans un paysage urbain très proche de celui exploré par le flûtiste aveugle d’Apollinaire.

6En conclusion, nous avons lu la traduction d’un long poème, Hermès βουκόλος, que nous avons écrit en 1988, mettant en scène bon nombre d’éléments présents dans les quatre conférences et ainsi réunis dans la narration du vol des vaches par le petit Hermès, dieu du renouveau de la métaphore et signataire du premier Manifeste surréaliste, menant son troupeau jusqu’au bord du précipice profond de Desnos, en s’appropriant une phrase déjà citée du « Cycle des saisons » de Ponge, avant d’être rattrapé par un « Lecteur furieux », qui n’est autre qu’Apollon, réclamant son bétail volé. Ainsi les quatre conférences se sont avérées être les scholies en marge de ce poème sur la création poétique, « vol de bœufs », qui constitue leur occasion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 113e année, Collège de France, Paris, avril 2014, p. 927-928. ISBN 978-2-7226-0329-5

Référence électronique

Jesper Svenbro, « Hamóthen, contingence et cheminement dans la création poétique », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 113 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/2805

Haut de page

Auteur

Jesper Svenbro

Directeur de recherche honoraire (CNRS) (Suède)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page