Navigation – Plan du site
108 | 2008
Annuaire du Collège de France 2007-2008
Résumé des cours et travaux 108e année
III. Sciences historiques, philologiques et archéologiques

Langues et religions indo-iraniennes

Jean Kellens
p. 639-642

Texte intégral

Cours : 1. Métamorphose du panthéon avestique ; 2. Controverses récentes sur les textes vieil-avestiques.

1Huit leçons ont été consacrées à la première partie du cours. Elles ont permis de dégager les conclusions suivantes sur les chapitres 16 à 21 du Yasna.

21. Les litanies en yazamaide « nous sacrifions » du Y(asna) 16 témoignent du fait  que le panthéon avestique a atteint son stade ultime de développement, celui qui donne sa structure au calendrier religieux. La troisième strophe montre que le groupe des six entités formant avec Ahura Mazdā l’heptade canonique dite des Immortels bienfaisants était constituée et avait trouvé son rang énumératif, après Ahura Mazdā et avant les autres dieux du panthéon. Cette strophe est aussi la seule du corpus avestique à justifier cette relative préséance : ces entités sont les « créations créées en premier » d’Ahura Mazdā.

32. L’introduction (Y19.1-11) au commentaire de la première formule liminaire de l’Avesta ancien, l’Ahuna Vairiia, n’est, pour une part, qu’une des nombreuses et banales magnifications de la magie des textes sacrés. Mais elle a cette autre particularité de présenter avec insistance la récitation primordiale de l’Ahuna Vairiia par Ahura Mazdā comme le facteur déclenchant de la cosmogonie. Trois strophes situent cette récitation avant l’apparition du monde matériel, mais après celle des Immortels bienfaisants, si bien que le commentaire du texte de l’Ahuna Vairiia est aussi un commentaire sur la notion de « créations créées en premier ».

43. L’idée de base du commentaire de l’Ahuna Vairiia (Y19.12-14) est qu’il y a entre Ahura Mazdā et ses créations un lien d’appartenance réciproque. Le créateur appartient à ses créations, en tant qu’il est leur maître, et les créations appartiennent à leur créateur, en tant qu’elles sont son œuvre. L’autorité du créateur sur ses créations résulte du fait que le créateur est nécessairement antérieur à ses créations. Du point de vue cosmogonique, la récitation primordiale de l’Ahuna Vairiia implique l’existence du premier (Vohu Manah, allégorie de la pensée) et du troisième (Xšaϑra, allégorie de la capacité) des Immortels bienfaisants.

54. Le Y19 parle très peu des deux « esprits » (Mainiiu) incarnant le bien et le mal. Le « bon » est sollicité, juste avant le commentaire proprement dit, pour appuyer les déclarations d’Ahura Mazdā sur les pouvoirs de l’Ahuna Vairiia (Y19.9‑11). Le « mauvais » entre en scène tout de suite après la récitation primordiale de l’Ahuna Vairiia, pour être banni (Y19.15). Nous n’apprenons rien de leur origine, de leur fonction, de leur rapport au panthéon. Tout se passe comme s’ils se situaient hors cosmogonie et n’étaient pas des créations.

65. Le deuxième niveau du commentaire (Y19.16-18) fait l’analyse des divisions essentielles de l’Ahuna Vairiia, qui comporte, nous dit-il, trois vers, quatre figures et style et cinq mots-clés. Ces notions rhétoriques sont ensuite assimilées à des facteurs culturels et sociaux, les vers avec la triade rituelle pensée-mot-geste, les figures de style avec les fonctions sociales (prêtre, guerrier, agriculteur, plus le pressurage de haoma, qui renvoie à la fonction de commanditaire du sacrifice), les mots-clés avec les cercles de l’appartenance sociale (famille, clan, tribu, nation, pouvoir religieux supranational). La nécessité conceptuelle de ce transfert paraît simple et univoque : l’autorité sur les divers cercles sociaux et l’appartenance à une fonction spécialisée sont les critères selon lesquels les officiants à peine investis (Y13.1-3) configurent l’assistance (peut-être virtuelle) au sacrifice.

76. Le troisième niveau du commentaire (Y19.19-21) situe la triade pensée-mot-geste dans la cosmogonie. Le premier vers-pensée suscite chez Ahura Mazdā la prise de conscience que quelqu’un est pourvu de la qualité de « conforme à l’Agencement » (aṣ̌auuan), le deuxième vers-parole suscite la composition et la récitation de tout l’Avesta ancien, le troisième vers-geste permet de souligner l’énoncé du nom des Immortels bienfaisants. Un développement supplémentaire est accordé au niveau de la pensée. Le dieu qui a perçu l’homme comme aṣ̌auuan et l’homme qui a été proclamé aṣ̌auuan par le dieu ont en commun d’être « très bons » (vahišta). La différence est que le premier a le pouvoir d’être très bon (xšaiiamna) et que le deuxième n’en a pas la liberté (auuasō.xšaϑra). La suite explique comment cette imperfection a pu être corrigée.

87. Le commentaire de l’Aṣ̌əm Vohū consiste à définir la singularité d’Aṣ̌a, allégorie de l’ordre cosmique, qui est le deuxième Immortel bienfaisant dans l’ordre énumératif. Alors que la relation d’Ahura Mazdā aux entités Vohu Manah et Xšaϑra se traduit par l’appartenance réciproque, Aṣ̌a a le privilège de l’appartenance réflexive (« Aṣ̌a appartient à Aṣ̌a »). Puis, après s’être ainsi refermé sur lui-même, le lien d’appartenance s’ouvre et se transmet en chaîne : la « capacité » (xšaϑra) appartient à Aṣ̌a et Aṣ̌a appartient à la suite ininterrompue des hommes qui l’ont pris pour règle et ont entrepris de sacrifier. Via Aṣ̌a, les hommes ont accès à ce pouvoir qui leur fait originellement défaut. Selon quelles procédures ?

98. Le commentaire du Yéŋhē Hātąm (Y21) prolonge sous forme de dialogue le récit cosmogonique que tisse la succession des commentaires. Après qu’Ahura Mazdā l’a perçu et proclamé ̣auuan, Zaraϑuštra prend la parole et prononce le Yéŋhē Hātąm, par lequel il fonde le sacrifice. Ahura Mazdā le remercie en récitant la strophe gâthique Y43.1 qui fait du sacrifice le moyen par lequel l’homme peut accéder à la haute « capacité » divine et gagner l’immortalité.

109. En faisant place au commentaire des trois formules liminaires de l’Avesta ancien, l’arrangeur du Yasna poursuit un double but. D’une part, il justifie la structure de son panthéon par l’ordre de succession des créations, d’autre part, il explique l’origine archétypique et la finalité de ce que le collège sacerdotal vient d’entreprendre : un sacrifice.

1110. Nous devons à la préservation de ces textes trois informations essentielles.

  1. Nous disposons du récit de la première phase de la création, celle du monde à l’état spirituel, une doctrine que l’on ne croyait documentée en avestique que par le misérable fragment introduit dans la traduction pehlevie du Videvdad 2.19.

  2. La question de la dignité sacrificielle des diverses divinités a été récurrente dans l’histoire du mazdéisme. Elle hante pareillement l’auteur vieil-avestique du Y51.22, l’adaptateur moyen-avestique du Yéŋhē Hātąm et le commentateur avestique récent du Y21. Tous  trois répondent par le même paradoxe : le sacrifice est dû à un seul et à tous, avec des nuances donnant à comprendre que c’est un peu plus à un seul qu’à tous.

  3. De nombreux indices sur la chronologie relative des textes avestiques devront être examinés soigneusement.

12La deuxième partie du cours, qui a fait l’objet de deux leçons visant aussi à introduire aux conférences des professeurs invités, est d’ores et déjà parue au Journal Asiatique (voir bibliographie).

Séminaire

13Lecture de textes en relation avec le sujet du cours
Les textes lus sont ceux qui ont été commentés lors du cours.

Cours extra muros

14Trois cours sur le Bagān Yašt et trois séminaires sur des questions de langues et de religions iraniennes anciennes ont été faits à l’Université de Bologne au siège de Ravenne entre le 26 mars et le 1er avril 2008.

Invitation de savants etrangers

15M. Albert de Jong, professeur à l’Université de Leiden, a donné quatre cours intitulés « Les quatre phases de la religion mazdéenne » pendant le mois de mai 2008. M. Martin Schwartz, professeur à l’Université de Berkeley, a donné deux conférences intitulées « The poetry of the Gathas : Mysteries of composition, and the composition of mysteries » pendant la même période.

Colloques

16Participation à la VIe Conférence de la Societas Iranologica Europaea à Vienne du 18 au 22 septembre 2007.

Participation à la conférence « Zoroastrian Past and Present » de l’Ancient India and Iran Trust à Cambridge le 7 et 8 juin 2008.

Activités diverses

17Une conférence sur le rituel mazdéen a été faite pour l’Association Clio à Paris le 16 janvier 2008.

Présidence du jury lors de la soutenance de la thèse L’Ard-Yašt de l’Avesta par M.Hossein Najari, le 28 mai 2008.

Publications

18« L’amphipolarité sémantique et la démonisation des daivas », Indogermanica. Festschrift für Gert Klingenschmitt, Taimering 2005 [2007], 283-288.

« Liturgie et dialectique des âmes », Rites et croyances dans les religions du monde romain, Entretiens de la Fondation Hardt, Vandœuvres — Genève 2007, 289‑308.

« Quand Darius parle à Darius », Iranian Languages and Texts from Iran and Turfan. Ronald E. Emmmerick Memorial Volume, Wiesbaden 2007, 143-146.

« Controverses actuelles sur la composition des Gâthâs », Journal Avestique 295.2, 2007, 257-289.

« Résumé des cours et travaux de la chaire de Langues et religions indo-iraniennes du Collège de France », Annuaire du Collège de France 2006-2007, 2008, 685-694 (avec une participation de Xavier Tremblay).

« Les cosmogonies iraniennes entre héritage et innovation », Chomolangma, Demawend und Kasbeck. Festschrift für Roland Bielmeier, Halle 2008, 505-512.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 108e année, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 639-642. ISBN 978-2-7226-0082-9

Référence électronique

Jean Kellens, « Langues et religions indo-iraniennes », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 108 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/81

Haut de page

Auteur

Jean Kellens

Professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page